Aurez-vous le goût de voter le 8 décembre prochain ?

Qui va prendre les prochaines élections, au Québec, au sérieux ? Un jour, Pauline Marois déclare tout de go, sans réfléchir, qu’elle ne regrettait pas sa décision en 1996 et 1997 d’envoyer 1500 médecins et 4000 infirmières en retraite prématurée. Faut-il rappeler que cette vague de départs à la retraite avait désorganisé le réseau de la santé il y a 10 ans. Hop! Le lendemain, madame Marois nuance. « Lorsque nous étions au gouvernement, dans les circonstances où nous l’étions, nous n’avons pas eu le choix ». Pas le choix ? Madame Marois ne s’enfarge pas trop dans ses contradictions. Un jour elle déclare que si c’était à refaire, elle le referait. Le lendemain, la chef du Parti québécois précise sa pensée (!) : « On a eu à prendre des décisions difficiles. Oui, on les a prises. Est-ce qu’on était heureux de les prendre ? Absolument pas. Est-ce que je referais ça ? Jamais ».

Jean Charest se glousse d’aise. En ignorant l’énorme poutre qui lui traverse l’œil : il fait volte-face sur la question du remboursement des traitements de fertilité par la Régie de l’assurance maladie. Tout le temps qu’il a été ministre, Philippe Couillard a affirmé que l’infertilité des couples n’est pas une maladie et qu’avoir des enfants n’est pas un droit. Son chef opinait du bonnet. Maintenant que nous sommes en élection, s’il est réélu, Jean Charest se dit prêt à refiler la facture des deux premiers essais d’implantation d’embryons à la Régie de l’assurance maladie. Bref, il ne s’oppose plus à une aide financière à la procréation assistée.

S’agissant encore de Pauline Marois, souvenez-vous du tollé qu’elle avait soulevé lorsqu’elle avait déclaré que les cours d’histoire devraient se donner en anglais seulement à la fin du primaire pour favoriser l’apprentissage à cette deuxième langue ? Petite changement de programme : l’anglais doit figurer au programme scolaire de manière intensive à partir de la deuxième moitié du primaire seulement. Madame Marois explique : « On sait très bien que ce n’est pas en enseignant une heure par semaine qu’on apprend une langue. Nous croyons préférable d’avoir une méthode d’apprentissage intensif de l’anglais ».

Comprendre les programmes ?

Comprendre les programmes ?

En consultant les programmes respectifs du Parti libéral du Québec et du Parti québécois, parvenez-vous à faire les distinctions qui s’imposent pour apposer votre vote en toute connaissance ? Si oui, bravo. Les deux partis nagent dans l’improvisation la plus complète. L’électeur est témoin de plagiats constants entre les deux formations politiques. Charest voudrait-il se faire passer pour un nouveau social-démocrate converti ? Pauline Marois est-elle à ce point à court d’idée pour puiser ainsi dans les bas-fonds de ses adversaires ?

Déclencher des élections était fondé sur le leitmotiv de l’Économie d’abord. Mario Dumont a eu à ce propos une réflexion partagée par nombre de citoyens : « Les gens trouvent curieux de faire promettre sept, huit milliards la première semaine de campagne alors qu’on leur dit qu’on est en crise financière ». Les millions de dollars semblent pleuvoir sur le pauvre peuple comme une épidémie. Et les promesses également.

Mario Dumont, puisqu’il s’agit de lui, profite de la campagne électorale pour battre à nouveau sa coulpe. Il est au bord du désespoir. C’est l’image qu’il renvoie à ses électeurs. Cette phrase, répétée à satiété dans les médias, sera-t-elle curative ? J’en doute. « Est-ce qu’on a fait des erreurs ? Oui! Est-ce qu’on a fait des erreurs dans notre apprentissage ? Oui! Est-ce que j’en ai fait moi-même ? Oui! » Et le chef de poursuivre : « J’assume la responsabilité de tout ce qui n’a pas marché et la déception que les Québécois ont pu avoir ». Et il conclut, tel un magicien qui sort un lapin de son chapeau : « On ne procède pas à un changement fondamental du modèle québécois en claquant des doigts. Et il ne faut pas larguer l’ADQ comme on jette un billet de loterie à la poubelle parce qu’on n’a pas gagné ». Bref, tournons la page. L’ADQ a montré pendant ces derniers mois une totale incompétence. Il en ira autrement demain. « Pour changer les choses pour le vrai, il faut y aller pierre par pierre ». Il n’y a que Mario Dumont pour croire qu’un parti politique peut effectuer aussi rapidement un virage à 180 degrés sur une pièce de dix sous. Il garde la foi. Regagnera-t-il la sympathie des Québécois ? S’il n’a pas été à la hauteur d’un poste comme celui de chef de l’opposition officielle, comment pourrait-il en être autrement avec celui de Premier ministre ?

Santé pour toutes et tous ?

Santé pour toutes et tous ?

Les Québécois sont préoccupés par leur santé ? Ils tiennent mordicus au régime universel ? Que dire de cette révélation du quotidien Le Devoir selon qui la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) a versé environ 1,5 milliard $ à des professionnels de la santé œuvrant en pratique privée au Québec entre 2003 et 2007 ? Selon François Béland, professeur au département de la santé de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et codirecteur du livre Le Privé en santé, les centaines de millions décaissés par la CSST et ses semblables jouent un rôle important dans l’accélération de la privatisation de certains domaines et activités de santé. Et pour Mario Dumont, le système public universel québécois a fait son temps.

Pourquoi faut-il une campagne électorale pour que le Premier ministre promette des primes de 3000 $ par année pendant trois ans aux nouvelles infirmières et de 2000 $ aux nouvelles infirmières auxiliaires ? Pourquoi faut-il également une campagne électorale pour que le Premier ministre promette également un boni de 8000$ par année aux infirmières ayant plus de 35 ans d’ancienneté afin d’augmenter la rétention du personnel d’expérience ?

En 2003, le gouvernement du Parti québécois avait mis en place 17 Groupes de médecine de famille (GMF). Pourquoi est-ce maintenant que madame Pauline Marois, ex-ministre de la santé, s’engage, en campagne électorale, à ce que chaque personne ait accès à un médecin de famille d’ici cinq ans par un ajout de 135 millions $ sur trois ans pour créer 150 nouveaux GMF aux 178 qui existent déjà ?

Nous pourrions poursuivre ainsi à égrener les incongruités de cette présente campagne électorale. Jean Charest refuse pendant ce temps de préciser quand sa plateforme – qui regroupera tous ses engagements pour un troisième mandat – sera rendue publique. « Ca va se faire dans l’ordre », a soutenu le Premier ministre. Je n’y vois que désordre pour l’heure. Peu rassurantes ces prochaines élections.

Pierre R. Chantelois

7 Commentaires

Classé dans Actualité, Pierre R Chantelois

7 réponses à “Aurez-vous le goût de voter le 8 décembre prochain ?

  1. Pour vous dire la vérité, c’est plutôt décourageant.
    Plus ça va, plus j’ai l’impression que nous sommes relayés à la position de purs spectateurs impuissants et ignorés par de traîtres bouffons qui font parodie d’une démocratie qui n’est même pas l’ombre de ce qu’elle devrait être.

    Et cet article La CSST, acheteur no1 de soins privés au Québec, pffff, wow, quelle révélation choc! Je suis consterné. Déflaboxé, jeté en bas de ma chaise. Merci de l’avoir mentionné.

    Voici d’autres infos que je copie ici à propos de Pauline UNA Marois:

    PAULINE MAROIS soutient l’Union nord-Américaine http://espace.canoe.ca/habeascorpuscda/blog/view/38581

    – Saviez-vous que Pauline est une invitée au sein du FINA-NAFI, organisation dîte « à but non lucratif » basée à Montréal et qui projette le « nouveau Parlement » de l’Amérique du nord ? http://fina-nafi.org/fr/fina/presentation.asp ?langue=fr&menu=fina

    Et ce, pour des motifs purement économiques des plus riches du monde… incluant apparemment Madame Marois. Oui, notre petite Pauline est au coeur de tout cela. Voici la page « l’Économie et de la Recherche » dont quelques mots en extrait :

    « Parmi les invités de renom qui ont assisté à la première activité du FINA, nous retrouvions … […] Mme Pauline Marois, Vice première ministre du Québec et Ministre des Finances … »

    La principale préoccupation de FINA c’est l’Union Nord-Américaine. L’activité principale de FINA c’est « l’unique simulation parlementaire nord-Americaine ».

    Évidemment, Pauline se compte parmi les plus riches et les plus infuents du monde… qui contrôlent le monde. Afin pourtant de se procurer encore un autre petite cabane ? Pauline sans doute peut faire quelques sous de plus en appuyant le gros mensonge que le Québec deviendra indépendant. Et si elle vous dit qu’aujourd’hui que la souveraineté est reléguée aux « oubliettes »… c’est parce qu’elle joue le jeu.

    Si Pauline réussit ses efforts, les petits enfants vont parler français avec un accent mexicain ! Ou pourtant ils vont parler espagnol, point final. Car, sous l’Union nord-Americaine qu’appui Pauline Marois, 107 millions de mexicains vont avoir la pleine mobilité sur ce continent, et étant donné les similarités entre le français et l’espagnol ils se dirigeront en premier et en masse ici, au Québec. Au-revoir à nos racines, au-revoir à nos terres, au-revoir à nos langues officielles, au-revoir à nos cultures fondatrices, au-revoir à notre belle Constitution. Je n’ai rien contre les Mexicains, mais ça c’est MON pays, c’est le mien. Et je n’ai jamais voté d’être nettoyée ethniquement de mon pays.

    L’intégration nord-Americaine a déjà commencée.

    Voici le projet de FINA : « L’unique simulation parlementaire nord-américaine » http://www.fina-nafi.org/fr/triumvirat06/inscription.asp ?langue=fr&menu=triumvirat06

    Et, en anglais :

    « The only North American model parliament »

    Sur un communiqué de presse en date du 13 mai 2003 vous pouvez lire la nouvelle : « Un parlement nord-americain voit le jour » http://www.fina-nafi.org/fr/fina/presse23_05_05.asp ?langue=fr&menu=fina

    – Mais, qu’est-ce que c’est l’Union nord-Américaine ?

    C’est le plan pour le fusionnement forcé de l’Amerique du nord d’ici l’an 2010. Les Américains sont plus au courants que nous au Québec de cette trahison grâce à Monsieur Lou Dobbs de la chaîne CNN qui cumule ses reportages sur le sujet.

    Selon les chiffres récents, au moins 19 États américains ont déjà passé, ou vont bientôt passer des lois contre l’Union d’Amérique du Nord. Donc, c’est pas « imaginaire, » ils sont en voie de voler nos trois pays pour faire autre chose avec. Et le Québec n’échappera pas.

    Faut noter la liste de signataires de ce plan qu’ils appellent « Construire une communauté nord-Americaine » qui comprend le Québec et qui comprend un nouveau « Parlement » nord-americain.

    Ce plan pour le fusionnement forcé de l’Amerique du nord et je le répète : d’ici l’an 2010 — comprend la signature de Paul-Marc Johnson, ancien premier-ministre « séparatiste » du Québec après René Lévesque.

    Faut se réveiller.

    L’alarme sonne.

  2. François

    Bien documenté. Encore une fois, il est évident que madame Marois ne laisse personne indifférent. Déjà que ses positions sur l’apprentissage de l’anglais, langue seconde, procèdent d’une valse hésitation, il est difficile de s’y retrouver dans ses revirements à 180 degrés. Volontaires ou non. Merci pour tous ces rappels. C’est plutôt décourageant, en effet.

    Pierre R.

  3. Redge

    Aurais-je le goût de voter le 8 décembre prochain? Honnêtement non, mais je vais voter pour Québec Solidaire pour la première fois.

    Mais de toute façon, qu’est-ce que ça donne? Est-ce que les choses peuvent vraiment changer avec la politique actuelle?

  4. Ça sert à rien plus je lis plus je suis indécis!!!

    J’pense que je vais apporter un dé le jour du vote!

  5. Redge

    C’est une option qui mérite réflexion.

    J-F l’Internaute

    Pourquoi pas ? Voter à l’aide de dés, au hasard, cela aussi est une option. Moins précise que celle de Redge mais une option, tout de même.

    Pierre R.

  6. Quand madame Marois écarte les critiques sur la décision des retraites anticipées, en nous disant que ceux qui sont alors partis seraient aujourd’hui de toute façon à la retraite, elle prouve sa sottise.

    1. Les services qui n’ont pas été rendus ont eu un effet sur la qualité de vie et la situation de santé des Québécois. Je ne sais pas si elle comprendrait le principe de la pyramide des âges.

    2. On a brisé la dynamique d’une médecine en progrès pour y substituer une médecine en recul. L’effet psychologique a été terrible et je ne sais pas si on s’en remettra jamais. Les Québécois ne pensent plus qu’ils ont un « bon systeme de santé ». Il faudrait des dépenses énormes et injustifiées pour renverser cette perception.

    Je soutiens que cette mesure a été la pire de l’histoire récente du Québec.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/043-le-prix-mengele/

    Pierre JC Allard

  7. Liberty

    Cousins de l’autre côté .

    Lisant vos propos, je réalise à quel point le monde est un village.
    On se croirait en France et j’ai peur pour vous.

    Plus je surfe dans votre belle province, plus je réalise que les citoyens se divisent exactement pour les mêmes raisons qu’en France.

    Nous sommes décidément tous de plus en plus individualistes, ignorant les souffrances des autres, jusqu’à ce que notre tour arrive …

    Voter c’est pareil que chez nous, vous ne votez plus par adhésion à un projet, vous choisirez celui qui est le moins mauvais .

    Attention aux grands coups de communication et de marketing, ce n’est pas parce que l’emballage revêt une jolie photo que le repas est moins mauvais.
    Sarkozy en France en est la meilleure illustration.

    Votre système de santé est en voie de destruction comme chez nous, l’histoire ne dois rien au hasard d’après moi.

    La crise mondiale actuelle est un symbole très fort de la sauce à laquelle nous serons mangés face aux enjeux de société de demain : Écologie, démographie, solidarités, qualité de vie, système économique.

    Le signe majeur des choix politiques (leurs intentions sur notre avenir) se fera par les choix de la sortie de la crise actuelle (repenser l’ économie en l’associant à l’écologie et au social).

    A mon sens, si nos « élites » décident de continuer à faire reposer le système économique mondial sur la consommation croissante indéfiniment, c’est qu’ils ont décidé de ne s’occuper ni de l’écologie, ni de l’accroissement de la population mondiale . (forcément, le social ne leur en parlez même pas !)

    Personnellement, le résultat du G20 est le signe fort d’une volonté de « laisser faire la nature » afin d’opérer une « sélection naturelle » …
    C’est le parfait exemple du « pragmatisme-alibi » en phase terminale !

    Le choix a été fait de laisser faire, une nouvelle forme de Darwinisme par la situation géographique et sociale .

    La montée sécuritaire en France, en Europe, aux USA et dans le reste du monde, tend à prouver que nos gouvernements s’attendent un un choc en retour.

    Tout cela pour installer « un nouvel ordre mondial », « l’axe du bien », rien que le nom me fais très peur.

    Faire reposer une économie mondiale sur toujours plus de consommation et d’inégalités sociales est irresponsable .

    La guerre d’Irak pourra finir mais les USA seront TOUJOURS en guerre contre quelqu’un !

    L’économie des USA dépend du lobby militaro-industriel .

    Cette stratégie offre une porte de sortie aux jeunes paumés ils s’engagent dans l’armée, des milliers voire des millions de personnes vivent de l’industrie de l’armement directement ou indirectement.

    C’est la façon Yankee de faire de l’état providence, à l’attention des entreprises of course….

    La seule question à se poser: « Après l’Irak / l’Iran à qui le tour ?  »

    Combien de milliards dépensés et de millions de morts juste pour préserver « le rêve américain » ?
    Le tout avec la caution de la majorité des pays occidentaux …

    Ainsi va le monde, ainsi vont nos gouvernements, ceux qui imposent leur suprématie par la terreur ne sont pas forcément ceux qui nous sont désignés… Les terroristes …

    Les véritables terroristes sont ceux que Franklin Delano Roosevelt désignait déjà à l’époque comme un danger mondial si l’économie des USA restait sous leur contrôle .
    Depuis le 9/11 ils ont les pleins pouvoirs !

    Obama n’y changera rien, nos hommes politiques sont des suiveurs, combien de millions de sacrifiés pour préserver « l’américan way of life » ?

    Souvent je pense à tout cela en allant voter, dans ma tête je pense « veau-ter », meuuhh !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s