LES PETITES SATRAPIES DU WEB QUÉBÉCOIS

 

On voit tous les jours que l’information est à passer des médias traditionnels vers les médias citoyens et les blogues.  Inévitable, la plupart des gens préférant converser plutôt qu’écouter des leçons.  Une application bien concrète des principes « Emerec » – (pour émission –réception) – de notre compatriote Jean Cloutier, qui lui ont valu en France comme ailleurs une jolie carrière de gourou et de  prof.    Cela dit, « émission –réception », bien sûr, mais il faut passer un micro branché …

J’ai dit, la semaine dernière, qu’en imposant la censure à priori des commentaires qu’ils reçoivent, les blogues de Gesca se mettaient hors-jeu.  La baisse de qualité des interventions qu’on y trouve est déjà bien perceptible et simple affaire de temps avant que ceux qui ont quelque chose à dire aillent ailleurs.  La question importante, c’est de savoir où ils iront. Ils iront là où ils seront accueillis.  Or, un accueil respectueux et impartial ne va pas de soi dans la blogosphère.

Maintenant que la structure de propagande des médias traditionnels est à se faire hara-kiri en disant des incongruités évidentes et en fermant ses portes aux questionnements, il y a une occasion historique de créer sur Internet un forum de transparence où peuvent s’échanger des idées.    Les idées qui seraient perçues comme le consensus de celles qui circulent sur la toile aurait une énorme crédibilité. La déconstruction de Harper lors des dernières élections fédérales en a donné un exemple.

Ce consensus, toutefois, ne peut naître  que si les idées sont échangées, discutées, peaufinées… « Les 7 du Québec » a été créé justement pour offrir un tel forum où les opinions de toutes tendances seraient accueillies sur son babillard, avec respect et impartialité. Malheureusement, peu de gens ont le courage de promener leurs convictions à l’air libre.

Les principaux blogues politiques québécois refusent tout dialogue, « Le Québécois libre » et « Antagoniste » en sont les meilleurs exemples.  Masse et Gagnon ont été invités à publier ici leurs idées, afin que d’autres que de « vrais croyants » puisse en prendre connaissance et discuter, mais  ils se sont défilés.

Chacun selon son style s’est défilé. Masse fort courtoisement et Gagnon en ne répondant même pas…  Impossible de poursuivre le débat chez eux, non plus, l’un me faisant comprendre qu’il ne voyait pas l’intérêt d’exposer ses catéchumènes  à des hérésies et l’autre cadenassant solidement l’entrée même de son fief. Ils préfèrent discuter chacun à l’abri de sa propre grille. A l’abri d’une indifférence de la population qu’ils ne font rien pour percer.

N’est-il pas dommage de retrouver chez ceux qui pourraient montrer la voie vers un débat politique adulte – comme il en existe encore un en France, par exemple – la même obtuse fermeture et jalouse intolérance que chez les médias du pouvoir ?  D’autant plus navrantes, qu’au contraire des Desmarais et Peladeau, cette intelligentsia qu’on voudrait en réserve n’a même pas l’excuse de défendre des privilèges. Gogol parlait de bassesse gratuite…

Qu’on se réunisse en chapelles pour affirmer des croyances n’est pas un crime – une foi doit sans doute être nourrie en pot avec tendresse pendant un temps, avant d’être exposée à la méchanceté des mécréants – mais combien de temps ? C’est MAINTENANT que la population doit pouvoir confronter les propositions de ceux qui veulent une nouvelle structure politique pour remplacer celle moribonde que nous avons présentement.  L’AN PROCHAIN À CETTE DATE LE MONDE SERA MÉCONNAISSABLE. Que font ceux qui aimeraient s’y reconnaître ?

La société craque. Québécois veulent des idées neuves. Ils aimeraient voir les alternatives et les comparer. Les doctrinaires nombrilistes qui se contentent de l’adulation de leurs convertis ne répondent pas à cette demande. Les médias du pouvoir mentent et ressassent des insignifiances ; il est désolant de constater que les blogueurs québécois se tiennent chacun dans sa petite satrapie conceptuelle et  ne veulent à aucun prix collaborer à une prise de conscience collective  qui pourrait exiger des remises en question. Les clercs sont encore une fois à trahir.

 

Pierre JC Allard

 

 

9 Commentaires

Classé dans Actualité, Pierre JC Allard

9 réponses à “LES PETITES SATRAPIES DU WEB QUÉBÉCOIS

  1. Alain B.

    Vous fesez un bon constat de la société d’aujourdhui,endoctriné par les valeurs auxquelles ont veux bien lui donné,est-ce que la société est prete a faire un examen de conscience,j’en doute fort bien car la monarchie lui fait croire qu’elle a besoin d’etre dependante de son pouvoir et elle le reussi fort bien.Il y a espoir pour ceux qui cherche la vérité,alors vient la liberté,vive mon esprit libre.

  2. Vous amenez un bon point. Les débats sont relativement rares chez les blogueurs politiques car leurs pages accueillent surtout des sympatisants. Chez moi, les plus beaux moments sont ceux où il y a échange d’idées, un peu de confrontation. Mais c’est plutôt rare. Même chose du côté de M. Masse. Les débats y sont plutôt rares, les visiteurs semblent surpris devant la dissidence et la confrontation des idées. Pour ce qui est de M. Gagnon, apparemment, il a décidé de déménager en Autriche…

  3. Garamond

    Je suis en faveur d’une ouverture mais j’ai en horreur les blogues qui laissent passer n’importe quoi ! Pas besoin de propos haineux, injurieux et stupides.
    Je déplore toutefois l’absence totale de réaction de certains blogueurs (Chantal Hébert, par exemple).
    Je vois les blogues comme des plateformes de dialogues, autant entre le blogueur et ses répondants qu’entre les répondants entre eux, sans aller jusqu’à la guerre de mots entre deux répondants, sans importance pour les autres .
    Mais sommes-nous à la veille d’une révolution mondiale ? j’en doute….

  4. Fernand Cloutier

    http://www.alterinfo.net/UNE-VOIX-CRIE-DANS-LE-DeSERT-ON-NOUS-MENT_a21887.html?PHPSESSID=a70d32bb991f7079e7a5b072c6dbeda9

    Nous sommes ENCORE ????? LIBRE d’exprimés nos IDÉES mais dans un corridor calme et poli……

    Les médias (réguliers) ne nous disent pas ce que le peuple devrait SAVOIR pour RÉFLÉCHIR et DÉCIDER par lui-même.
    Ces médias INCULQUENT dans le cerveau de la population CE que les dirigents du monde veulent que les gens comprennent et fassent afin de modeler notre existance à leur façon.

    Comme vous dites, d’ici un an, la face du globe va être TRÈS différente; mais les médias-réguliers demeurent IMPASSIBLES devant TOUS ces BOULVERSEMENTS qui mettront les gens dans une grande misère……………………………………………….

  5. J’ai tendance à voir la blogosphère comme une grande agence du renseignement planétaire. Nous surveillons les gouvernements, les médias et le reste des évènements mondiaux en échangeant nos informations, les complétant et en analysant ensemble ce qui se passe. La différence est que les agences régulières du renseignement sont bien organisées et nous ne le sommes pas encore assez.

    C’est comme un enfant qui commence à grandir. Il est d’abord centré sur lui-même, mais peu à peu il prend conscience des autres, il apprend à se dépasser, à socialiser et à s’apercevoir que nous sommes beaucoup plus forts ensembles que repliés dans notre coin. Arriverons-nous à dépasser nos égos et vanités infantiles, à les transcender pour finalement s’unir?

    C’est dans l’esprit du dialogue ainsi que de la recherche de la vérité que la multitudes de nos visions et connaissances que nous trouverons le plein potentiel de notre créativité humaine.

    Ce qui manque le plus dans notre société, c’est une vision du futur, de ce qu’on voudrait être en tant qu’individu et société. Il va falloir se réinventer, se redéfinir en tant qu’être humain, redéfinir nos valeurs et le sens de la vie. Nous nous devons de transformer nos connaissances en sagesse en les mettant en application, en vivant en intégrité avec ce que l’on pense dans le but de cesser de répéter les mêmes erreurs du passé.

    Je nous souhaite la meilleure des chances.

  6. Voilà un billet très intéressant, monsieur Allard. Permettez que je partage un peu mon expérience, bien que je ne prétende pas à la perfection avec le Blogue québécois, le blogue du Bloc.

    Dans notre blogue — qui est politique et non d’information, il va sans dire —, je tiens à laisser les commentateurs exprimer leur opinion, qu’elle concorde ou non avec la vision du parti. Sinon, il n’y aurait effectivement aucun dialogue.

    Le Bloc est encore un « p’tit nouveau » dans la blogosphère. Dans la courte vie du Blogue québécois, j’ai réussi à maintenir l’affichage direct des commentaires, sans les « approuver » avant publication. J’essaie toutefois de modérer les ardeurs à l’occasion. Pour maintenir un lieu d’échange agréable, je refuse les propos diffamatoires. Je pense qu’on peut argumenter et échanger des idées sans s’attaquer personnellement aux personnes qui les portent, qu’elles soient des personnalités publiques ou des citoyens commentant nos textes. Hormis cela, je fais de mon mieux pour éviter que les échanges dégénèrent en ne devenant qu’injures et grossièretés, choses qui n’ont jamais tendance à élever le débat.

    Pour ce qui est des réactions de nos auteurs aux commentaires que suscitent leurs billets, je suis d’accord avec Garamond : c’est ainsi que le vrai dialogue atteint sa forme idéale. Je dois toutefois admettre bien humblement que le Blogue québécois a encore des croûtes à manger sur ce plan. Dans le cas d’un blogue collectif comme le nôtre, ce n’est pas une pratique facile à implanter. Mais je travaille là-dessus! 😉

  7. @ Blogueur quebecois.

    Au plaisir de vous voir souvent chez-nous et, pour ma part, je vous rendrai la pareille.

    PJCA

  8. Votre point de vue est intéressant. Effectivement nous avons assisté ces dernières années à une main basse des grands médias (Gesca dont vous donnez l’exemple mais aussi canoe) sur les blogues.

    Probablement que la fréquentation de Gesca va diminuer un peu suite à la « modération systématique », mais il faut reconnaître qu’il y avait beaucoup de « scories », de « junk », mais je ne pense pas que nous sommes à l’aube d’une révolution que vous décrivez, ou appelez de vos souhaits, même si je pense que pour une société comme le Québec où il y a hyperconcentration du contrôle des médias, une telle évolution serait souhaitable.

  9. Pingback: Les réalités de la Ghettosphère « La Porte de l’Éloquence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s