Ultime forfaiture du Capital

Un dur coup, hier pour les « anticomplotistes ». Le Center for Public Integrity (CPI), par la voix de son directeur Bill Buzenberg, annonce que les banques qui prétendaient avoir été prises par surprises par la crise des surprimes qui a déclenché la faillite du système financier ont tout fait pour la provoquer, en facilitant des prêts à très haut risque dont on ne pouvait raisonnablement s’attendre à ce qu’ils soient remboursés.

Le CPI  met carrément la faute sur les agissements de 25 institutions financières.  Ces institutions ont consenti à elles seules 72% du total des mauvais prêts hypothécaires. UN TRILLLION  (USD$ 1 000 000 000 000 ). Des 25 institutions mises en cause, 21 appartiennent ou sont financées par l’une ou l’autre des banques que le Trésor américain inonde actuellement de milliards pour tenter en vain de les rescaper (bail out) aux frais des contribuables.

Parmi les incriminées, Citigroup, HSBC, Barclays… tout le gratin du capitalisme. AIG, en particulier, à qui le Trésor américain, depuis le plan Paulson, a aussi donné directement 180 milliards de dollars (dont une parcelle a servi a payer des boni et à organiser une nouba pour ses agents… !) Toutes les autres escroqueries financières de l’Histoire apparaissent tout à coup comme des peccadilles. ON A SCIEMMENT DÉTRUIT LE SYSTÈME FINANCIER MONDIAL.

Le cynisme de toute cette opération laisse pantois, car ce sabotage ne peut avoir eu lieu qu’avec la connivence du gouvernement des USA et au su de tous les gouvernements de quelques importance participant à la structure financière qui gère cette planète. L’élite qui dirige le monde nous a trahi et est partie avec la caisse.

Cette étude a été publiée alors que la Chambre des représentants américaine devait approuver hier un projet de loi visant à créer une commission d’enquête indépendante pour examiner les causes de la crise économique.  On avoue juste avant d’être démasqué. Les rats quittent la cale du navire qui sombre.

Que vaut cette information ? L’étude du CPI a porté sur 7,2 millions de prêts consentis entre 2005 et 2007.  Un échantillon significatif. Une conclusion irréfutable.

Que vaut la parole du CPI ?  il suffit de voir la liste des organismes qui le soutiennent depuis sa création, il y a 20 ans, pour voir qu’on n’a pas ici des anarchistes barbus, mais la  fleur de l’Establishment..  Ce sont des capitalistes qui dénoncent. C’est une guerre civile au sein du Systéme dont je dis depuis  20 ans que c’est le seul événement qui nous en délivrera.

Jubilation ?  Ne pavoisez pas trop.  Il est clair que l’argent ne sera plus l’outil privilégie de la gouvernance, mais rien ne garantit que les nouveaux moyens qu’utilisera le pouvoir pour dominer seront plus justes, ni surtout plus démocratiques. Au contraire…  Souhaitons-nous une gouvernance bienveillante, car le paternalisme n’est pas le pire des dangers qui nous menacera.

8 Commentaires

Classé dans Actualité, Pierre JC Allard

8 réponses à “Ultime forfaiture du Capital

  1. Bravo!
    Je suis en train de creuser toutes les mailles de ce «système». C’est à faire frémir… Pour ceux qui comprennent l’anglais, voici un article intéressant sur la «Toile de la dette».
    http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=13510
    Bref, c’est une opération qui garde les pays «riches» dans la misère et la «fausse pauvreté». Car les fonds et les profits sont détournés, etc.
    Quant aux Pinocchio politiciens qui participent à ce bal des monstres, il faudra quelqu’un pour les réveiller.
    Ou «remodèliser» notre structure de politiciens et d’administrateurs…
    J’en suis à – enfin- espérer, que tout le travail de toutes les personnes – et ce dans tous les pays – pour dénoncer cette énorme escroquerie qui détruit tout, va finir par avoir un certain pouvoir.
    Notre propre toile est en train de se tresser et se «visibiliser».

  2. « …des anarchistes barbus… » Ha! lol

    Vous me faites mourir Pierre, quel sens de l’humour! Excellent billet dont on avait besoin pour réfléchir à notre situation et surtout, la destination où on voudrait se rendre. Pas besoin de suivre l’élite, nous pouvons prendre en charge notre destinée. Nous ne sommes plus des enfants. Pourquoi se faire « paternaliser »? J’ai ai marre qu’on nous traite comme des demeurés infantiles.

    « Il est clair que l’argent ne sera plus l’outil privilégie de la gouvernance, mais rien ne garantit que les nouveaux moyens qu’utilisera le pouvoir pour dominer… »

    Le plan est clairement l’argent électronique, tout par micropuces, d’abord dans les cartes, permis de conduire et passeport, et ensuite implantées. C’est déjà commencé d’ailleurs.

    L’argent fiat de papier qui ne vaut rien sera éventuellement retiré du marché lorsque la nouvelle banque centrale mondiale sera établie et qu’on nous poussera le concept d’une monnaie mondiale contrôlée par eux, les banquiers privés internationaux. (Si tout va selon leurs plans et que nous faisions rien…)

    Leur prochain outil de contrôle sera une matrice électronique et scientifique. Tout est fiché, entreposé, intercepté, filtré et catégorisé. L’INFORMATION, LE SAVOIR, LA CONNAISSANCE EST LE NOUVEL OUTIL DE POUVOIR.

    NOUS DEVONS LES TRANSCENDER AVEC LE POUVOIR DE L’ESPRIT, DE LA SAGESSE ET DE L’AMOUR.

    Ceci est une épreuve historique qui peut nous propulser dans une profonde évolution de la conscience humaine.

    Ce n’est pas les évènements qui importent, c’est la façon dont nous y réagissons, individuellement et ensuite collectivement.

    Toute expérience douloureuse peut être transformée en de quoi de positif.

    Voir: Une crise de civilisation et la vraie tragédie de l`homme

  3. @ FM: Nous divergeons sur un point. Vous croyez que les financiers vont continuer a contrôler le monde en s’appuyant sur leur richesse, alors que je crois que les mêmes personnes – et quelques autres encore plus brutales – vont cesser ce détour inutile et dangereux, faire un exemple de la déchéance du capitalisme et des capitalistes, distribuer l’argent selon des critères plus populaires et gouverner comme un Soviet Supreme – qu’on appellera autrement, bien sûr ! – en s’appuyant sur une pseudo démocratie encore plus parfaitement manipulée.

    On verra sous peu, mais si le pouvoir d’émission de la monnaie est repris par l’État ou une entité supranationale dépendant du pouvoir politique, on saura que le capitalisme est fini et que l’on est passé à autre chose. Sans doute quelque chose de pire, mais qui portera le germe d’une VRAIE révolution

    PJCA

  4. Pierre, je ne suis pas si certain encore que nous divergeons vraiment. Ce que j’énonçais est le prélude à un genre de néo-communisme mondial, une tyrannie scientifique en costume de démocratie allégée et comme vous dites, encore plus parfaitement contrôlée.

    L’argent n’est qu’un outil d’asservissement dans la mesure où il est basé sur le crédit et créé majoritairement par des institutions privées.

    Mais comme on dit, à toute action correspond une réaction. La vanité ne parviendra jamais à gagner contre les forces de la nature et des lois immanentes de la vie.

    Exposons les tyrans et les maniaques du contrôle pour ce qu’ils sont, forçons-les à se dévoiler et se montrer sous leur vrai jour et laissons le peuple les apercevoir pour ce qu’ils sont réellement.

  5. Redge

    Personnellement, je crois que l’élite est désespéré. Ils voulaient probablement créer une méga révolte mondiale avec la crise économique, mais ils n’ont pas eu le résultat prévu. Ensuite avec la grippe H1N1, une panique générale était probablement prévu également, hélas les gens se réveillent et comprennent le jeu des médias.

    Et puis, ils y a probablement des conflits entre les différentes factions et familles dominantes…

    Au final, je crois que cette « élite » vie ses dernier instants et qu’elle est en train de s’écrouler.

  6. @FM & Redge: Nous avons depuis quelques temps une tendance au consensus. Si jamais la Gauche cessait de se fragmenter et de s’entredéchirer, le centre de gravité du pouvoir politique se déplacerait et ce qu’on appelle aujourd’hui la Droite ne serait même plus sur l’écran… !

    PJCA

  7. Pingback: LES PAPAS DE CLEFS À MOLLETTE « LA VIDURE

  8. JCPomerleau

    The master of univers

    Si vous voulez comprendre la game arrêter de penser le politique en terme rationnel. Ces vues de l’esprit, ces illusion grammatical sont la plupart du temps déconnectés de la réalité politique. Pour se faire une idée de la politique il faut savoir que ces un phénomène relationnel. La politique est affaire d’interet, de rapport de force (ou d’influence) et d’effectivité.

    Il faut aussi savoir que l’État est son déterminant majeur, parce que seul l’État agit avec envergure. Donc l’État est un enjeux clé pour les intérêts des uns et des autres. Ce qui nous amène a des questions simples pour comprendre l’orientation de la strategie d’État: Qui contrôle l’État ? Et au profit de qui ? Le reste c’est de la littérature.

    Au Etats Unis, We the people est devenu We the lobby. Parmis ces lobby le plus déterminant est celui des banquiers . Pour s’en faire une idee il faut savoir que ce qui tient lieux de banque centrale au US (La FED) est en fait un cartel privée, mis en place en 1913 (1) par un groupe de banquiers. Malgré que ce cartel est en violation claire avec la Constitution américaine, jamais personne n’a oser le contester en cour (même pas F D Roosevelt) . Certains qui ont osé évoquer une remise en questions de ce privilège (statut )ont connu des fins tragiques ? (2)

    FD Roosevelt a tout de même réussit a réglementer l’activités des banques suite a la Grande d Dépression (The Bank Act of 1933 – Glass-Steagall ), mais avec la monte du neoliberalisme (école de Chicago) les banquiers, après avoir dépensé 5 milliards $ (3) pour acheter les pions politiques ont réussit a faire changer la réglementation (2000). C’est ce qui a permis au banques d’affaire de créer des montagnes de produits (dérivés) toxiques dissémines a la grandeur de la planète: D’où la crise systémique globale, le passifs des banques est tel qu’il peut entraîner des états a la faillites (Islande).

    Cette montagne de dette a pose un problème critique de solvabilité pour les institutions financières de Wall Street. Bush est venu a leurs aides avec des fonds publiques (Paulson: 700 milliards). On aurait pensé qu’Obama aurait mis fin a ce plus grand transfert de richesse du publique vers le privée de l’histoire, erreur il va plutôt en rajouter (1700 milliards) (4). Certain comme Noemi Klein attendait mieux d’Obama (5). C’est un autre pions des banquiers, on a qu’a regarder son équipe économique pour s’en rendre compte.(6)

    Le pouvoir de Wall Street sur le gouvernement US est total, peu importe qu’il soit Republicain ou Democrate. Le maître du jeux: Goldman Sach; aussi connu sous le nom de The master of univers ! (7). Et que peut on y faire.. Rien ! (8)

    Mise a part la théorie des theoristes, les liens que je fournis réfère a des faits, des chiffres indéniables. Mais pourquoi le citoyens américains qui vivent sous le régime d’un parti unique (a deux couleurs) ne réagissent pas. Parce que 95 % d’entre eux vivent sous une bulle narrative des main street medias qui sont des conglomérat lies aux oligarques qui entretiennent le mythe qui endorment les americains (10). Mais la cries rend explicite ce qui était implicite: Jorion (9) .

    Ce qui devient clair c’est qu’avec la mondialisation de puissants réseaux d’intérêts imposent leurs volontés aux États, dont les dirigeants se révèlent êtres des pions de cet nouvel ordre marchand (Obama, Sarkosy et Charest. etc)

    Qui contrôle l’État au profit de qui ?

    Pour le moment l’État qui mène la planète est contrôler par The Master of univers.

    ……………………….
    (1) http://video.google.com/videoplay?docid=5232639329002339531&hl=en
    (2) http://www.opednews.com/articles/Ron-Paul-s-HR1207–Audit-by-Patrick-Lafferty-090424-894.html
    (3) http://www.multinationalmonitor.org/editorsblog/index.php?/archives/107-Wall-Streets-Best-Investment-II-12-Deregulatory-Steps-to-Financial-Meltdown.html
    (4) http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=6531
    (5) A conversation with Naomi Klein, author of « The Shock Doctrine » and William Greider, author of « Come Home, America »

    The bank industrie own Capital Hill
    http://www.opednews.com/populum/linkframe.php?linkid=89690
    (6) http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2683
    (7) http://www.marketwatch.com/story/even-jack-bauer-couldnt-stop

    (8) So yes, Goldman is the « superpower » running America and the world. Who would indict them? Not Obama, maybe New York Attorney General Andrew Cuomo? Or should we just give up, let them have it, even give them Freedom Medals? A bigger question: Do we really have a choice!?

    http://www.marketwatch.com/news/story/Lets-nail-Wall-Street-a/story.aspx?guid=%7BFBBBDF87%2D1FCE%2D41BF%2DA316%2D23216BADF4E7%7D
    (9) http://www.marianne2.fr/Obama-l-etat-de-grace-se-termine_a178126.html

    (10) http://www.opednews.com/articles/The-Myths-That-Control-Us-by-Matt-Kjeldsen-090505-68.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s