Le bogue des baby-boomers

Source: ImageShack

Source: ImageShack

Le baby-boomer est une bombe qui va saccager les pays industrialisés. Comme le bogue de l’an 2000 : tous les ordinateurs allaient flancher. Le cadran interne …

La communication qui a été faite sur le problème du bogue de l’an 2000 a provoqué, dans la société, certaines peurs irrationnelles et sans grand rapport avec le problème : des avions qui risquaient de tomber, des ascenseurs qui pouvaient tomber en panne. (Wiki) .

La panique totale… Sans grand rapport avec le problème, sauf que la peur fut une bonne source de revenus pour les  «réparateurs»…

On n’entend que cela, on ne lit que cela : le coût de la santé augmente à une vitesse effarante. Les dépenses totales des Canadiens ont franchi en 2001 la barre psychologique des 100 milliards de dollars. Et bien entendu, une partie de cette augmentation est imputable aux soins exigés par une population vieillissante. Avec l’âge, nous utilisons de plus en plus les services de santé. Avant 65 ans, la dépense publique annuelle en santé et en services sociaux était inférieure à 2000 $. À 65 ans, ce montant se chiffre à 6000 $, pour passer à 10 000 $ à 80 ans et à 16 000 $ après 85 ans. Avec un peu d’ironie, on pourrait dire qu’en atteignant son but, à savoir nous garder en vie le plus longtemps possible, la médecine crée son propre problème, car plus nous vivons longtemps, plus nous pesons lourd sur le système. Radio-Canada

Les AK 47 de la santé : le cadran de rides ou la façon de faire?

On le sait, les coûts de la santé sont élevés. Mais il y a derrière ces coûts une énorme industrie qui est en branle depuis longtemps.

Le progrès c’est de ne pas tirer avec des armes à un coup. Pour ne pas manquer la «cible … On mitraille … Et de toutes les couleurs… Pour l’industrie pharmaceutique, c’est un Klondike à venir… La mine de l’âge d’or… À travers ses «découvertes», les laboratoires fabriquent  parfois  des  produits qui leur font perdre quelques patients :

«Au Québec, le ministère de la Santé a évalué entre 10 et 15 % la proportion d’hospitalisations de personnes âgées liées aux médicaments. […] Selon les experts, les médicaments seraient responsables, chaque année, de près de 100 000 morts aux États-Unis et de 10 000 au Royaume-Uni. Une étude américaine publiée en 1990 estimait que 5 à 20 % des admissions à l’hôpital étaient le résultat des effets indésirables des médicaments. Ce chiffre est probablement sous-estimé ! En 1998, une enquête du Journal of the American Medical Association révélait que 106 000 citoyens américains seraient morts après une utilisation de leurs médicaments dans des conditions normales, c’est-à-dire sans erreur de prescription, sans abus ni surdosage ! […] Au cours des vingt-cinq dernières années, 10 % des nouveaux médicaments mis sur le marché aux États-Unis ont fait l’objet En cherchant la source «de toutes les peurs», on peut reculer jusqu’à l’an 2000 où l’on a vu se poindre cette frayeur du  fardeau des baby-boomers. Et tout y est contradictoire…

Bon pour les jeunes, car place à l’emploi… Mauvais pour le système de santé. Ruineux, en fait, serait le mot.

Eh oui, chers baby-boomers, vous nous étouffez sous votre poids démographique! Les enjeux électoraux sont tournés majoritairement vers les fonds de pensions et la santé, avec des promesses alléchantes de baisses d’impôts. Votre poids électoral est si important que nous ne comptons plus lors des votes. Lettre aux baby-boomers, Le Devoir, 2008

Les jeunes qui ont écrit cette lettre risquent de ne plus l’être quand la fin du baby-boom viendra.

L’augmentation du nombre de personnes âgées conduira la société à la faillite en raison des demandes incessantes au système de soins de santé et au système public de pensions. Les ressources sociétales devront dorénavant être dirigées vers les malades, les personnes âgées et les personnes retraitées, au détriment des personnes en santé, des jeunes et de la population active. Une société vieillissante produira un coût injuste sur les segments plus jeunes de la population qui devront payer pour répondre aux besoins des personnes âgées et des baby- boomers, ce qui débouche nécessairement sur l’idée d’iniquité intergénérationnelle. Vieillissement de la population; ne cédons pas à la panique

Qui cède à la panique?

La   bombe à retardement

Au cours des vingt-cinq dernières années, 10 % des nouveaux médicaments mis sur le marché aux Etats-Unis ont fait l’objet de retrait du marché ou de forte mise en garde. […] 20 millions de patients aux États-Unis ont pris au moins un des cinq médicaments retirés du marché en raison de risques graves entre septembre 1997 et septembre 1998. En France, on estime le nombre de décès dus aux médicaments entre 8 000 et 13 000 par an. Deux à trois fois plus que ceux dus aux accidents de la route ! On compte près de 130 000 hospitalisations par an dues à des médicaments. Ce sont les plus de 65 ans qui paient le plus lourd tribut et qui sont les plus touchés par ces accidents thérapeutiques. Les effets néfastes des médicaments sont deux fois plus fréquents après 65 ans, et 10 à 20 % d’entre eux conduisent à des séjours à l’hôpital. Avec l’âge, le nombre de maladies augmente et la consommation de médicaments aussi. De plus, le risque d’interaction du fait d’association de médicaments s’accroît!» Tout ce que l’on ne vous dit pas sur les médicaments

Prostitution  «propre»

Les missionnaires ne sont plus ce qu’ils étaient. Les pubs ambulantes rentrent dans les cabinets de médecins. On se croirait dans une nouvelle de Philip K. Dick. La «bonne nouvelle» c’est qu’il y a toujours un nouveau ou un meilleur médicament.

Soyons sérieux. L’industrie pharmaceutique dispose, en France, d’une armée de 25 000 visiteurs médicaux pour sillonner les cabinets de ville. De jeunes et jolies filles, pour la plupart. Comment l’assurance-maladie peut-elle espérer les contrer en envoyant sur le terrain un maigre bataillon de 2500 médecins-conseils, de vieux messieurs fatigués qui n’ont pas mis les pieds hors de leur bureau depuis des années? La seule solution, c’est de supprimer les visiteurs médicaux. Certains représentants sont corrompus

Parions que c’est ainsi dans tous les pays industrialisés. La corruption suit la mondialisation : elle se répand et affine ses approches.

Le conducteur Yves

« Comme ministre de la Santé, je suis très content de voir qu’au Québec on est en avance sur toutes les autres provinces”, a-t-il dit, vendredi, en conférence de presse, après avoir pris connaissance des dernières statistiques de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS).

Les Québécois sont parmi les plus grands consommateurs de médicaments au Canada et au monde. Le régime d’assurances-médicaments coûte quelque 2 milliards $ par année, en hausse constante.

Ça prouve, en rajoute-t-il, que les Québécois soignent leurs pathologies. » ( Yves Bolduc, ministre de la Santé) .

Une moyenne de 1000$ par année pour chaque québécois. Sans compter les «bonbons» en vente libre…

Ainsi farci, le baby-boomer n’est plus un patient,  mais une dinde qui humecte déjà une industrie qui soigne probablement autant ses placements que ses patients.

Je ne vois pas comment on peut se réjouir d’avaler autant de ces saloperies issues des usines à médicaments. Il faudrait peut-être chercher comment les faire éviter d`’en consommer autant. On fait de la pub pour les conducteurs ivres… Avec un jugement pareil, le conducteur Yves …  risque de garder son ministère le temps d’une prescription.

Le bogue «étalé»

Tel que je l’indiquais au début, la crainte n’est pas nouvelle. La peur du bogue est toujours là. Ceux qui sont nés en 1945 auront 65 ans en 2010. Ce n’est que le début de la «vieillesse». Pour se rendre jusqu’en 1960, là où l’on établit presque la fin de ce baby-boom, cela donne 15 ans de période à venir : ce qui nous ramène en 2025. Et – bad news – ils n’ont pas fini de vieillir… Supposons que ceux nés en 1960 vivent jusqu’à 80 ans; on se retrouve en 2040. Ou 90 ans…

Les dangers de «l’accélérateur»

Le problème  est le suivant : la médecine s’est énormément améliorée au cours des dernières décennies : nouveaux médicaments, nouveaux appareils plus sophistiqués. Mais toujours plus coûteux. Si on essaie d’anticiper  les 15 prochaines années,  non plus en terme du vieillissement de la population uniquement, mais en ajoutant le facteur de majoration de coûts dus aux développements à venir, l’explosif du «vieillissement» vient de se doter d’un accélérateur quasi infini : l’offre de l’industrie pharmaceutique alliée à celle de l’industrie de la fabrication d’appareils de plus en plus sophistiqués grandira.

C’est là où le vrai bogue risque de survenir.

Nous marchons sur des œufs quand nous parlons santé. Simplement parce qu’il contient un problème de morale lié à la vie.

Mais c’est également le drame d’une méthode dont le contenu moral nous force à manger une sorte de «buffet à volonté».

On assiste déjà à un début d’embonpoint…

Le fast-food d’une médecine emballée

La difficulté à venir  n’est pas tant issue du vieillissement de la population que du fait que les médecins ont modifié leur approche : le rapport médecin-patient en est devenu un qui passe par une méthode indirecte. Le médecin signe des demandes de tests et des prescriptions.  Bref, il a délaissé la «méthode manuelle»… Le diagnostic se fait maintenant par le relais d’une batterie de tests coûteux. Qui dit tests, dit également techniciens et personnels divers, reliés, directement ou indirectement à la tâche.

La radiologie médicale – dont on fait que trop usage – est également une source de dangers.

Mammographies : dose 10 fois supérieure à la radiographie pulmonaire.

Tomographie : 50 fois plus de radiations que la mammographie.

  • Plus de 6 millions de radiographies sont prises chaque année dans le système de santé québécois.
  • L’exposition de la population est considérable compte tenu que les effets des rayons X sont cumulatifs.
  • Dans le milieu de la radiographie, plusieurs parlent d’une carte qui donnerait le bilan des radiographies pour chaque patient.
  • Cette carte permettrait au médecin de mieux évaluer la pertinence d’irradier le patient. Radio-Canada ( Ces chiffres datent de 2001… On en a fait du progrès depuis).

C’est un jeune radiologiste qui m’a confié qu’à la suite d’un congrès, il remettait en question l’usage trop fréquent de tests  de dépistage souvent plus néfastes que pratiques. En fait, ce qu’il  signifie «tout bas», c’est l’abus de cette course à relais qui nécessite une armée de personnels liés à la santé.

Combien de cancers détectés par les techniques radiologiques? Un sur mille, m’a-t-il dit. La prévention, oui. Mais au plan de l’efficacité et des coûts, c’est à se demander si le jeu en vaut la chandelle. ( Expression qui vient des jeux de cartes de nos ancêtres à la chandelle : les profits rapportés ne suffisaient même pas à payer la chandelle.)

Bref, on choisit la méthode la plus coûteuse. Il faut également tenir compte des bienfaits relatifs de la surconsommation de médicaments ou de d’autres approches.

Ne sommes-nous pas un peu victime d’une surabondance?

Qui osera aborder le sujet?

Personne n’en parle… On ne parle pas non plus des baby-boomers qui, à leur époque, n’étaient pas gavés comme l’est la génération actuelle. Ni qu’elle n’avait pas grand accès à des spécialistes… Je me souviens, enfant,  des dents arrachées par un généraliste qui avait appris à mentir par connaissance  «transversale». Mon père, pour me soulager, m’achetait toujours un petit cadeau.

Depuis, j’ai une sainte horreur des Noël…

Si c’était aujourd’hui, j’aurais probablement un psychologue qui tenterait de découvrir les sources de ma «haine».

Sans compter la médication qui pourrait accompagner mon «angoisse».

Jusqu’où aller dans un bar ouvert?

Surtout avec un conducteur Yves…

27 Commentaires

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier, santé

27 réponses à “Le bogue des baby-boomers

  1. Bonjour Gaëtan,

    Vous touchez à un point sensible. Le système de santé et la machine pharmaceutique à fric qui nous rend souvent plus malade que nous l’étions au départ. Excellent billet qui ouvre les yeux.

    Prenez les mammographies: pour chaque cancer détecté, la radiation causé par les mammographies vont en causer cinq!

    Et que dire des médicaments qui tuent 300% fois plus que les drogues dites « illégales »?!

    The Biggest Breast Cancer Risk Factor That No One Is Talking About

    Using SEER data from the National Cancer Institute, researchers showed a 16-fold increased relative risk of angiosarcoma of the breast and chest wall following irradiation to a primary breast cancer. That seems like an awfully dangerous « cure » to me.

    He told me that for every case of breast cancer identified through mammograms, five new cases of breast cancer are caused by the diagnostic use of radiation in mammograms. It sounds like a good way, for the medical industry, to generate repeat business and large profits.

    Prescription Drugs Kill 300 Percent More Americans than Illegal Drugs

    An analysis of 168,900 autopsies conducted in Florida in 2007 found that three times as many people were killed by legal drugs as by cocaine, heroin and all methamphetamines put together. According to state law enforcement officials, this is a sign of a burgeoning prescription drug abuse problem.

  2. Bonjour Gaetan:

    Bienvenu sur les 7 et bravo pour ce coup d’essai dont vous avez fait un coup de maître. Je suis bien sensible au problème que vous évoquez.

    « Même si l’on consacrait toutes les ressources de la société à donner ce que la médecine peut offrir, on n’y parviendrait pas. C’est un gouffre sans fond.

    On peut concevoir le cas-limite, absurde, où toutes les ressources d’une société seraient consacrées uniquement à y prolonger la vie, mais même en ce cas on ne pourrait offrir une véritable universalité des soins. Surtout, tout sacrifier à la santé pour prolonger la vie ne donnerait pas pour autant un sens à cette vie.

    On ne peut simplement pas augmenter indéfiniment, au rythme des progrès de la médecine, le nombre de ceux dans la société dont la vie s’emploie à préserver celle des autres. »

    http://nouvellesociete.wordpress.com/s-80-essais-sur-la-sante/

    Pierre JC Allard

  3. @François,
    Merci des informations…
    Je suis parti d’abord de quelques rencontres… Un radiologue qui conseille à son entourage de ne pas passer de mammographies…
    Et tout cet arsenal…
    @Pierre,
    Je voulais inscrire un «cas vécu», mais le texte était long, j’ai dû couper…
    Il y a quelques années, un homme de 87 ans meure en arrivant à l’hôpital. On le réanime et on lui installe un pacemaker en disant que sa qualité de vie va s’améliorer.
    Mort en toute quiétude une fois, il est décédé 7 ans plus tard après avec un enfer quotidien. Enfer pour lui et pour ses proches.
    «Surtout, tout sacrifier à la santé pour prolonger la vie ne donnerait pas pour autant un sens à cette vie.»
    Je me rends compte que mon «Jusqu’où aller dans un bar ouvert?» rejoint votre point de vue.
    Alors, obligatoirement, cette mort est indissociable de la vie.
    Il faut apprendre à mourir comme on a appris à vivre.
    Belles réussites parfois la médecine… On rêve à une éternité sur Terre.
    Imaginez un Jean Chrétien de 1000 ans…
    Je vais prendre l’autre solution 🙂

  4. koval

    Ouf!

    Je partage seulement quelques opinions de ce billet.

    Oui, on doit faire des choix, certains traitements sont inutiles, trop coûteux pour ce qu’ils permettent, il y aura des décisions à prendre…je suis d’accord…

    Paraît que la néonatalogie est très très coûteuse elle aussi, pas seulement la gériatrie…

    Pour la médication, moi je suis contente de l’accès qu’on a aux médicaments, je peux toujours refuser un traitement au Québec. Au cours de ma vie et celle de mon fils, nous avons refusé quelques sets de pilules…

    Vrai que certains médecins sont corrompus, mais je crois que la plupart sont honnêtes.

    L’industrie pharmaco est à surveiller bien entendu, elle a tendance à abuser du système public d’assurance. Rien nouveau, les affairistes du privés ici s’enrichissent à même le public pour dénigrer ce système ensuite…pharma-Québec doit être envisagé.

    Piour moi, les vieux ne constituent pas une menace sur l’économie en santé. Faudra faire avec les citoyens qu’on a . La pyramide d’âge n’est pas un fléau, il faut adapter la société aux citoyens qui la compose, ça sert à ça une société normalement. Quand on est rendu à croire que les citoyens posent un problème à la société, je décroche pas mal, puisque la société=les gens qui la compose.

    Au sujet des statistiques que vous balancez, pour avoir étudié ce sujet de très près, je vous dirai que le citoyen qui coûte 16 000/ans , c’est le coût de vie de quelqu’un en parfaite santé qui vit pauvrement. Ça ne m’impressionne pas trop…

    Je reviens plus tard pour les autres statistiques qui m’achalent un peu…

  5. @Koval,
    Ce n’est pas une opinion. C’est une vue d’ensemble sur le sujet.
    Les statistiques importent, mais, précises ou non, ils donnent une idée de ce que nous vivons. Et de ce que nous allons vivre.
    Si vous êtes capable de juger d’un traitement, tant mieux. Mais combien de gens le sont? Ils se fient aux médecins et au système.
    Mais dans l’ensemble, le système est ouvert et risque de l’être plus.
    Il y a des bienfaits dans la médecine. Personne n’en doute.
    On ne parle pas de médecins corrompus, mais de vendeurs corrompus. C’est différent…
    Les médecins appliquent avec les outils qu’ils ont.

    «Au sujet des statistiques que vous balancez, pour avoir étudié ce sujet de très près, je vous dirai que le citoyen qui coûte 16 000/ans , c’est le coût de vie de quelqu’un en parfaite santé qui vit pauvrement. Ça ne m’impressionne pas trop…»
    Dites-moi alors qui paye… Rien que pour la santé.
    D’ailleurs je ne sais trop d’où vous sortez ces chiffres…
    Bonne journée!

  6. koval

    Les médecins appliquent avec les outils qu’ils ont…..

    Les médecins sont moins bête que vous pensez…..

    Votre portrait ternit trop le système….tk, je travaille justement dans ce domaine, mais bon, l’opinion des 7 du Québec est toujours la vérité….je commence à avoir l’habitude….

  7. Koval,

    On répète encore une fois pour vous: Gaëtan parle des vendeurs et non pas des médecins.

    …parle des vendeurs et non pas des médecins…

    …des vendeurs et non pas …

    ….vendeurs…..

  8. koval

    Je travaille avec plein de médecins qui font des recherches sur les médicaments qui sont pleinement conscients de ces problèmes de médicaments, qui font des recherche à l’année sur ça…

    Vous avez décidé que les médecins étaient de simple vendeurs, vous pouvez bien en décider ainsi mais ce n’est pas la réalité de nos médecins Québécois..

    Présentement je travaille sur un projet qui sert à diminuer les soins en fin de vie, enfin ceux qui ne servent à rien, qui ne servent qu’à prolonger la vie du mourant dans la souffrances…ce sont nos brave médecins qui pousse ça, les familles ne sont pas sensibilisées…..ils veulent des gavages, de l’hydratation etc etc pour leur proche mourant….les docteurs militent souvent dans le sens contraire car ils savent….

    J’aurais plein d’autres choses à dire, je travaille sur ce genre de recherche depuis 17 ans…..mais bon….

  9. Fern

    Gaëtan Pelletier

    Ne vous en faites PAS, la grippe H1N1 va emporter un grand nombre de ceux qui, par les impôts et les taxes, ont bâtis le social que nous avons……………..
    Les médicaments vont FINIR la JOB…………………

    http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/tout-ce-que-l-on-ne-vous-dit-pas-sur-les-medicaments_764792.html

  10. @Koval,
    Je n’ai pas DÉCIDÉ que les médecins – et tous les médecins – étaient de simples vendeurs. Je dis que l’ensemble de la situation à venir va peser lourd sur le système de santé qui gobe presque la moitié du budget – j’ai entendu ça ce midi de 3 politiciens des 3 partis.
    Tant mieux si vous avez trouvé des médecins qui… et la suite.
    Tant mieux.
    @ Fern,
    Merci. J’ai lu cet article avant d’écrire le mien.
    Oui, je connais ce lien, il est inscrit quelque part dans mon article. Presque 5 pages.
    @koval,
    Vous devriez aller le lire. Comme ça vous aller comprendre que vous travailler pour le bien de tous. Et c’est une bonne nouvelle.
    Cet article est tellement poussé que je n’avais pas envie d’en mettre trop …
    Il y a des incrédules…
    Les 7 ont la vérité?
    Pas tout à fait, même entre nous quelques fois on se bagarre. 🙂
    C’est justement une place pour les débats.
    À vous d’avoir votre opinion. On ne la partage pas toujours, mais on la respecte.
    Mais bon…

  11. koval

    Ouais, ben je le trouve pas trop moi le respect ici, chaque fois que j’émet une opinion, y a toujours une clique qui me rit au nez ici… ça ne me dérange pas mais je trouve que le but ici est de dire à l’auteur « bravo, vous êtes bien bon », sinon, on dérange…..

    Le pire, c’est qu’on sent les auteurs unis contre les gens qui commentent lorsque ceux-ci divergent. Alors discuter ici devient plate et pas constructif, vous avez bien ce défaut les 7, vous devriez vous regarder….vous tolérez très mal la critique….vous pencher vers la pensée unique….(pas tous les auteurs cependant) …..

    Je regrette, vous n’êtes pas en mode discussion critique, vous y en êtes vraiment très loin.

    Ça s’adonne que le sujet que vous couvrez, je le connaît un peu plus que vous….mais vous avez votre titre de blogueur de la clique des 7 ….alors je ne peux rien vous amener….

  12. Alain B.

    @Koval,comme dirait ma mere,pôvre aurore,pleure pas les cheveux sar’pousse

  13. @koval,
    Amenez, on verra…
    Pas si fermé que ça, voyons!
    Clique des 7… ???

  14. koval

    Je me rends compte que la nuance, vous ne vous enfargez pas trop dedans…

    L’image générale qui se dégage des pharmacos et du système de santé dans votre billet, c’est qu’on travaille contre nous, ou pire, pour nous rendre malade et ainsi faire du profit. Vous décrivez tout cela comme une mafia. Et vous vous basez sur quelques auteurs, dont un médecin qui a écrit un bouquin et qui garochent des stats étrange….

    Vous généralisez beaucoup à partir de peu de choses. Pire, quand vous me dites, ce n’est pas une opinion mais le portrait….on s’approche du dogme là…..

    Ayant une culture scientifique, cette façon de penser m’ennuie beaucoup…. La vraie information ce n’est pas aussi simple… Si au moins vous diriez, voilà ce que des gens ont dit, à vous de juger….qu’en pensez-vous?

    Mais non, c’est un portrait, or un portrait c’est fixe, il n’y a pas à en discuter….c’est fermé.

    Les ptits fern, qui gobent tout semblent très appréciés ici, et ils attaquent ceux qui apportent une critique comme si c’était pas gentil de s’opposer, comme si j’attaquais quelque chose, comme si j’étais menaçante parce que critique…

    Je suis désolée de mes états d’âme, mais c’est bien présent cette esprit ici. Peut-être vous voulez former un ptit cercle fermé entre vous, peut-être vous vous posez en personne qui instruisez les autres et que je dois me comporter en bon élève et penser que vous m’informez à tout coup…..

    Quand vous, vous parlez, c’est une vue d’ensemble, quand moi je parle, c’est une opinion, vous ne vous en rendez pas compte mais à partir de là vous vous mettez au dessus de moi, pourquoi? Vous pensez que vous avez plus de connaissances?

    Je ne vois pas les choses sous cet angle…se bagarrer un peu, pas de problème pour moi, mais partir inégale, présumer que l’idée d’un est plus juste que l’idée de l’autre en argumentant avec des
    « moi mes propos sont une vision d’ensemble », ben ça me tanne ben gros…ça donne le son de cloche que c’est assez indiscutable.

    Je ne sais pas trop c’est quoi ma job ici, mais je sens surtout qu’on n’est pas ici pour échanger…et je ne suis pas un beni-oui-oui.

    Je pose la question, faut-il être dans un certaine idéologie pour pouvoir émettre un commentaire ici sans déranger? Parce c’est ce qu’on ressent de l’autre bord….

    Cela étant dit, je sens bien aussi que vous apprécier que je vous dérange un peu….ça fait qu’il se passe quelque chose ici au moins.

  15. Alain B.

    Effectivement les 7 du Québec est un site vraiment interessant et peut etre tres instructif,ca veut pas dire que les quelques lecteurs que vous pourriez imaginé pendue au lèvres de quelques auteurs que ce soit n’est pas leur propre sens critique.
    Vous savez vous même qu’il y a de la recherche ainsi que beaucoup d’heure de travail pour pouvoir publier un texte qui soit crédible pour un auditoire excercé et critique.
    A vous lire je m’imagine de plus en plus a vous percevoir comme une personne de coeur.
    Oups…j’aurais dû ecrire cela sur le babillard,ce sera pour la prochaine fois.

  16. @Alain B,
    Justement, nous considérons que les personnes qui lisent, le font comme ailleurs: ils ont un sens critique très développé. Les gens ne sont pas dupes.
    L’idée, justement, est de critiquer d’une façon à s’enrichir mutuellement.
    Chacun de nous «fonctionne» indépendamment. Il a ses idées, sa façon de faire.
    J’ai hésité avant de venir ici, pour la simple raison qu’il faut beaucoup de travail, de recherches, etc. Et on peut se tromper. Personne n’est à l’abri de l’erreur… Il faut donc aussi une certaine humilité.
    J’ai oeuvré longtemps dans le milieu de l’enseignement. Là où il y a des élèves en difficulté. Difficulté de vivre, difficulté d’apprentissage, etc.
    Pour moi, le coeur passe avant l’intelligence – ou ce que l’on considère tel. À quoi sert une personne dite intelligent, bien enflée, très savante, si elle n’a pas de coeur?
    À rien…
    C’est pour ça que je considère le mot «humaniste» définissant bien ceux qui oeuvrent ici.
    L’humaniste ne fait pas de ségrégation, il sait que chaque personne a son rôle. Tous sont égaux.
    Quand on est devant une classe de 25 élèves, il faut se dire que chacun d’entre eux sait quelque chose que l’enseignant ne sait pas. Donc, ils ont tous quelque chose à lui apprendre.
    C’est en ce sens que j’ai abordé l’enseignement. De sorte que j’ai encore des contacts avec d’anciens élèves.
    Pour les qualités de coeur que nous avons échangées.
    C’est bien plus important que de connaître les maths 436 ou je sais quoi.
    Bref, l’humain avant tout.
    Bonne journée!

  17. Très intéressant comme billet car je crois qu’on met le doigt sur un des gros bobos de notre société gavée d’une multitude de produits dont on ne connaît pas toujours les effets secondaires à long terme.
    Les multinationales de la santé (ou de la maladie?) me font penser à celles du pétrole. Sans coeur et sans reproche. Tout pour leur poche !

  18. Fern

    KOVAL
    Vous avez OUBLIÉE votre nescafé hier!!!!!!!!!!!!!!!!!
    BON, les petits FERN de ce blog vont comprendre que les difficultés du mois, température ou autres, peuvent rendre impatiente………………………………..
    Voici de l’aide:
    jmg.centerblog.net/3843273-La-Banane-et-ses-vertus-incroyables

  19. koval

    @Fern

    Voilà une de mes principale préoccupation(voir mon lien ci-dessous), voilà surtout de quoi notre société est malade, la critique constructive n’existe plus, du moins tends à être évacuée le plus possible…

    Le relativisme intellectuel fait fureur!

    Voilà où nous amènent les beni-oui-oui de votre acabit….

    http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Yes_Men

    Bonne réflexion.

  20. koval

    lol! « Oubliez les pilules: mangez une banane. »

    Vous irez dire ça à mon père qui mène un combat titanesque contre « Mycobacterium avium » en ce moment….

  21. Alain B.

    @Koval,
    Je ne sais pas si vous etes pour ou contre les  »yes men »,moi je les trouves plutôt sympathique.

  22. koval

    Ben j’aime le groupe qui parle devant et qui fait la démonstration noire sur blanc que la plupart des gens sont des yes-man. Quand ils voient quelqu’un parler devant un auditoire ou sur une tribune quelconque, ils applaudissent. Cette attitude est assez forte au Québec je le vois tous les jours partout…..

    Il s’agit qu’une personne prenne la parole devant le groupe pour quelle soit applaudie, peu importe son propos, si on questionne on est méchant. Moi je vis ça souvent dans des conférences, réunions et je trouve cela archi malsain….enfin, je ne comprends pas….

  23. Alain B.

    @Koval,

    Avec ce que je viens de lire a propos de cette infections  »mycobacterium avium ».
    Bon courage a votre père et votre famille.

  24. Fern

    KOVAL

    A lire:
    http://www.informedchoice.info/cocktail.html

    RAFRAICHISSANT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  25. Pousser la vente des médicaments en trafiquant les données, telle est le mode d’opération des grandes compagnies pharmaceutiques.

    Tout est dans le marketing, au détriment de la santé de ceux qui absorberont ces drogues légales. En fait, aux États-Unis, on trouve un représentant aux ventes de compagnies pharmaceutiques pour quatre docteurs!

    Des vrais dealers de drogues!

    À voir sans faute:

  26. Redge

    On a la société parfaite pour être malade, si vous voulez mon avis.

    Stress, pollution, rythme de vie insensé, obsession de performance, OGM et toutes les autres merdes comme les agents de conservation qui se retrouvent dans notre bouffe.

    Et on ne parle pas de toutes les ondes diverses qui nous traversent le corps comme les cellulaires, le WiFi, radio, télé, etc…

    Rien pour aider.

  27. @Redge,
    Voilà un bon résumé… D’où vient le cancer? Pas une cause, 1000.
    Et ces beaux aliments frais qui font en moyenne 2000 kilomètres…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s