De Victor Jara à Guantanamo : la même CIA (9)

_Ranch_Hand__run-ec576Avec le LSD et l’eugénisme, la CIA avait déjà montré un éventail assez large et assez inquiétant de ses possibilités. Dans nos recherches sur le sujet, nous avons découvert un phénomène fort particulier propre à la CIA des années soixante : soucieuse de trouver des cobayes dociles, la CIA américaine avait ciblé en priorité une communauté religieuse. Des croyants d’une certaine sorte, qui présentaient toutes les garanties de patriotisme et de discrétion pour accepter des traitements dont nous dirions aujourd’hui sans hésiter que beaucoup s’apparentaient à des tortures. On pense obligatoirement à celles subies à Guantanamo ou à Abou Ghraib et l’on n’a pas tort : dans les années soixante la CIA a mis au point des techniques qui aujourd’hui encore servent sur ses prisonniers. Retour sur les moutons adventistes mormons du cheptel de cobayes de la CIA.

Dans les recrutés pour les expérimentations médicamenteuses de la CIA, on avait noté en effet une étrange indication : dans les années 50 ; elle avait sélectionné en priorité des membres de« l’Eglise des Saints des Derniers Jours » : des adventistes, des Mormons. Pourquoi donc des adventistes ? Car c’était peut-être aussi de la bonne pâte patriotique disciplinée pour l’opération Whitecoat (bébés phoques). (*1) Les pauvres, foncièrement pacifistes, on leur a fait avaler ce qu’on voulait.. et quand on dit avaler, ce n’est pas seulement une image (*2). 70 heures sans dormir, pour accepter tout ce qu’on voulait leur faire dire. L’individu, lessivé, acceptait alors tout ce que ses tortionnaires voulaient en faire.

On retombe à nouveau sur Guantanamo… décidément, c’est une tradition à la CIA. L’explication qui leur été alors donnée, à ces cobayes : montrer aux russes que s’ils étaient tentés par la guerre biologique, les Etats-Unis seraient « prêts » (*3) : Comme le notera plus tard un ancien de la CIA, il leur fallait des hommes de main malléables, bien « brainwashés » par un programme psychologique adhoc. Les croyants adventistes mormons étaient des proies idéales ! (*4) Rien de tels que les membres d’une secte religieuse prônant l’obéissance aux ordres, divins ou non. Prêts à tout accepter. Un site répertorie très bien ce qui reste en mémoire de Dugway, et fédère les survivants des expérimentations… L’état de l’Utah y est tout simplement décrit comme « le pays des poisons ». La description des tests effectués défie en effet l’imagination.

Dans un rapport soumis au public en 2003 seulement, l’armée américaine y décrit un arsenal que n’aurait pas renié Mengele. 1174 tests y ont été menés, dont 384 à l’air libre, dont certains menés aussi… en mer, à partir des souches en provenance de l’Utah. Le moyen le plus utilisé pour la dissémination étant l’avion, grâce à des moyens de dispersion comme ceux montés sous les ailes et la rampe d’accès des Providers au Viet-Nam pour répandre l’agent Orange (dont les dégâts sont innommables aujourd’hui). Ces moyens sont décrits en détail dans la formidable source de documents qu’est ici l’ITN, dont les films sont visibles en prévisualisation avant l’achat. Indispensable à ceux que l’histoire passionne. Il va sans dire que ces moyens n’avaient aucune précision étant soumis au gré des vents. En mer, imaginez les dégâts (*5) « Pour ces tests, on avait utilisé Bacillus globigii, communément appelé bacille subtil ou bacille du foin, peu dangereux il est vrai pour l’être humain : mais aucune des populations concernées n’en avait été avertie !

Des populations qui, le 28 avril 1997, entendent le secrétaire à la Défense de Bill Clinton, William S. Cohen (un républicain pourtant), appelé à témoigner devant le Congrès sur les recherches et les manipulations de laboratoire en cours aux USA énoncer une phrase bien inquiétante, parlant de l’élimination future prévisible de groupes ethniques particuliers grâce à des virus les ciblants eux seuls (*6). Voilà qui fait froid dans le dos !

Les anglais feront de même entre 1963 et 1975 côté insémination par avion comme le montre cet étonnant document qui nous en retrace la genèse. En y ajoutant l’e.coli.. (*7). A Dugway, on a aussi employé les fusées tactiques comme la Honest John des années 50-60 pour répandre les bacilles. C’est pourquoi il ne faut pas non plus chercher plus loin sur Internet en ce qui concerne les théories fumeuses comme celle des « chemtrails ». Les américains ont découvert fort tardivement les méfaits de l’agent Orange au Viet-Nam répandus par avion, ainsi que les ensemencements de bactéries dans l’Utah. Depuis, ils en voient partout ! Il y a un fondement historique à ces délires actuels, et surtout une énorme exagération plus une bonne dose de racontars. Les conspirationnistes forcenés font du tort à des bases historiques indéniables. On peut à partir de là imaginer sans peine que cela peut aussi être de la désinformation entretenue sciemment, pour couvrir des activités qui elles sont bien réelles. Au Royaume de la CIA tout est permis. Ironie du sort, c’est également à Dugway que viendra se crasher la sonde spatiale Genesis qui avait collecté des particules de vent solaire afin de mieux comprendre son rôle dans la vie de l’Univers… le 8 septembre 2004 (on vient d’y découvrir des acides aminés) !!!

Tout cela se tient en fait, car les fameux adventistes ont un lien direct avec… le nazisme. Hitler était leur candidat (*8) ; Dès 1933, les adventistes mormons insistaient dans leurs brochures sur une chose : l’eugénisme (*9) Les adventistes, bien après 1948 étaient restés nettement pro-hitlériens (*10) Tout s’explique donc sur l’incroyable docilité des cobayes sélectionnés ! A partir de là, on peu aussi imaginer les dégâts si un des candidats mormons à l’investiture américaine, Mitt Romney, avait réussi son pari à la place de McCain…

La question des expérimentations de laboratoire et de l’eugénisme latent aux USA pose un sérieux problème, au vu d’un des textes figurant dans l’acte de fondation des neo-cons qui ont dirigé les Etats-Unis pendant des années et dont W.Bush est le modèle parfait. A la page 60 en effet du The Project for a New American Century, Rebuilding America’s Defenses, (celui énonçant la nécessité d’un « new Pearl Harbour ») on trouve une phrase sidérante (*11) ; Un outil politique idéal, une « forme avancée de technologie biologique » ??? N’est-on là pas en train de parler de manipulation génétique pour obtenir des citoyens plus obéissants ?

(1) Morgan was a Whitecoat, one of 2,300 Seventh-day Adventist soldiers who found an alternative to combat duty by volunteering as test subjects in the U.S. biological warfare program between 1954 and 1973. « It seemed a choice that was loyal both to the Army and to our church, » says Morgan, a retired gas station operator and auto mechanics teacher, and grandfather of seven. « Our church leaders recommended it as a good option. »

(2) Over two decades and 153 studies, the Whitecoats – young, healthy, male soldiers who usually obeyed the church’s ban on smoking and drinking – tested vaccines and drugs against a witches’ brew of diseases : tularemia, sandfly fever, Venezuelan equine encephalitis, Rift Valley fever, Rocky Mountain spotted fever and others. Some tested early versions of the biohazard suits that soldiers use today. Others were subjected to extremes of heat or to sleep deprivation. In one experiment, Morgan was kept awake for 80 hours by medics who poked him with an electric prod when he nodded off. « At about 70 hours, your ability to think was pretty much wiped out, » Morgan recalls « ..

(3) « We had to show the Russians that if they ever thought about using [germ weapons] on us, we could and would retaliate, » says Joseph V. Jemski, who worked at Fort Detrick from 1953 to 1972 and conducted aerobiology tests in the Eight Ball on animals and Whitecoat volunteers. « We had to determine what could be used offensively to know what we’d have to defend against. »

(4) « A great deal of the success of the CIA is due to its ability to attract patriotic, good soldiers who believe in the general rightness of what they do, and then insulate them through compartmentalization from the heavier activities. » (John Stockwell, former CIA officer, The Praetorian Guard : The U.S. Role in the New World Order »).

(5) One of 10 new « fact sheets » about individual tests released Monday described a series, called Project Folded Arrow, where a submarine (the USS Carbonero) spread clouds of germ-weapon simulants against a ship (the USS Granville S. Hall) near Hawaii. Later, it conducted simulant attacks against 15 locations on Oahu. Later, it simulated a germ attack against the Kaneohe Marine Corps Air Station ».

(6) There are some reports, for example, that some countries have been trying to construct something like an Ebola Virus, and that would be a very dangerous phenomenon, to say the least. Alvin Toeffler has written about this in terms of some scientists in their laboratories trying to devise certain types of pathogens that would be ethnic specific so that they could just eliminate certain ethnic groups and races”

(7) « The two live bacteria used in these trials were E.coli MRE162 (isolated from a toilet seat at Porton Down in 1949), and Bacillus subtilis, aka Bacillus globigii or BG (recognised as a cause of food poisoning by the UK Health Protection Agency). le Those tests used a germ called Bacillus globigii, which is not considered dangerous to healthy people. However, it can cause potentially deadly illness in people who are weak or already ill »

(8) « When Adolf Hitler rose to power in Germany, the German Seventh-day Adventist denomination (hereafter referred to as Adventists) believed it was time for a strong leader in Germany. Hitler seemed to be the best candidate because of ‘his personal dedication and his abstinence from tea, coffee, alcohol and meat, practices shared by the Adventists, [therefore] he was welcomed as a savior. »

(9) « The Adventists also believed in the sterilization program. Direct statements and the reprinting of non-Adventist articles showed their support for sterilization. »

(10) « the survival of the church was what was important to the German Adventist leaders, and in order to survive they needed to compromise. Only in May 1948, did the General Conference take a closer look at the German Adventists’ actions during the Nazi regime. The reason why the General Conference took interest was because of a letter written by Major J.C. Thompson, chief of the Religious Affairs Section of the American Military Government in Berlin.The letter wanted to know why the Adventists had not removed all the Nazis from their leadership positions within the denomination. . .”

(11) “And advanced forms of biological warfare that can “target” specific genotypes may transform biological warfare from the realm of terror to a politically useful tool. »

1 commentaire

Classé dans Stéphane Bouleaux

Une réponse à “De Victor Jara à Guantanamo : la même CIA (9)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s