De Victor Jara à Guantanamo : la même CIA (8)

photo-587439-LNous avons vu hier que l’incroyable programme de contrôle des individus, souhaité et réalisé par la CIA, aux Etats-Unis avait aboutit a des dérives inimaginables, notamment l’usage du LSD dans la population américaine. On croyait le sommet de l’horreur atteint et pourtant ce n’était pas le cas. D’autres sources découvertes plus tard allaient nous montrer que les expérimentations de la CIA de cette époque n’étaient pas très éloignées de celles faites par les laborantins nazis des camps de la mort. Parmi celles-ci, en effet, des stérilisations d’êtres humains. On pensait le fond atteint, ce n’était donc pas le cas. Retour sur les docteurs Mabuse de la CIA.

On peut même aller plus loin encore dans l’horreur, tant que nous y sommes : le 16 juillet 2003, un groupe de recherche indépendant la révèle, cette horreur : un énorme fichier de 59 boîtes découvert chez Caltech, en Californie, montre que de 1900 à 1960, plus de 20 000 personnes déficients mentaux ont été stérilisés, aux Etats-Unis, en suivant pour cela les recommandations eugénistes formulées également plus tard par les nazis (*1).

Dans le lot de ces politiciens, deux partisans reconnus et très connus des thèses eugénistes : Prescott Bush, grand père pro-nazi de l’ancien président, et son fils George Herbert Walker Bush, président des USA avant son propre fils. Tous deux fermes partisans des théories eugénistes. Appliquées en ce cas aux Etats-Unis bien avant l’Allemagne, on a tendance à l’ignorer !!! N’oublions pas que les germes de l’antisémitisme sont autant chez Ford que chez Hitler et les précédent même ! (*2) Comme je l’ai déjà dit ici : « Prescott Bush, le grand père de l’actuel président, est bien celui qui organise du 21 au 23 août 1932 ce fameux troisième congrès mondial de l’eugénisme, a l’American Museum. But de la réunion : la stérilisation de 14 millions d’Américains… et pourquoi pas, la suppression pure et simple de certains (« cutting off the bad stock ’’ of the « unfit »), et ce, bien avant l’édification d’Auschwitz. »

La fondation eugéniste Human Betterment Foundation responsable des stérilisations a été créée aux Etats-Unis et financée par Ezra S. Gosney, un homme d’affaires richissime de Pasadena, qui avait des vues bien particulières sur le genre humain : Selon Gosney, en effet, les êtres humains sont en effet comme les vaches Longhorn texanes. Il suffit tout simplement de les croiser habilement pour « améliorer la race » (*3) C’est bien du nazisme, cette notion de race supérieure à fabriquer. Pour arriver à ces fins, Gosney va se trouver un médecin biologiste qui partage ses vues : Paul Popenoe. Qui a déjà expérimenté et même fait un livre à se sujet : Sterilization for Human Betterment : A Summary of Results of 6,000 Operations in California, 1909-1929 . En 1933, ce fut le tout premier livre étranger traduit par les nazis ! Les précurseurs de l’eugénisme sont bien américains, et non allemands !

Un médecin qui va utiliser des méthodes toutes mengeliennes (*4) Un Popenoe stérilisant avec des critères les plus fous et les plus flous les uns que les autres (*5)  » Bref, Popenoe, emporté par sa folie eugéniste, finira par prendre des critères au hasard… ses théories n’ayant aucun fondement scientifique, il est bien obligé d’imaginer et de trier à la volée…

Et en d’autres circonstances, on mettra à contribution les techniques les plus modernes de comptage pour y arriver : c’est ainsi qu’en 1928, en Jamaïque, lors d’une enquête raciale, on expérimente une machine particulière pour ce faire : une trieuse de cartes perforées Hollerith, qui deviendra IBM, et qui connaîtra un succès bien plus important en Allemagne… comme nous l’avons vu dans ces colonnes. Déjà, 24 ans avant des calculs similaires avaient été réalisés avec les toutes premières machines à cartes perforées, utilisées pour la première fois pour le recensement de 1890 aux USA. « En 1904, le Carnegie Institute d’Andrew Carnegie créa l’imposant laboratoire de Cold Spring Harbor, l’Eugenics Record Office, sur la très prospère île de Long Island, à côté de New York. Des millions de cartes de groupes sanguins, d’Américains ordinaires, furent rassemblés afin d’organiser la complète suppression de lignages réputés inférieurs. le terrain de construction de l’institut fut donné par le magnat du chemin de fer, E. H. Harriman, zélote de l’eugénisme ». Un enthousiasme qui débordera vite des Etats-Unis vers l’Allemagne : »L’enthousiasme des Rockefeller pour l’eugénisme ne s’arrêta pas aux côtes américaines. Pendant les années vingt, l’argent de la Fondation joua un rôle majeur pour financer l’eugénisme allemand. De 1922 à 1926, celle-ci alloua, par le biais de son bureau parisien, la somme incroyable de 410 000 $ à plusieurs centaines de chercheurs allemands. En 1926, elle accorda la somme de 250 000 $ pour créer à Berlin, l’Institut impérial wilhelmien pour la psychiatrie, ce qui correspond à 26 millions de dollars de 2004, somme inouïe dans l’Allemagne de Weimar dévastée par l’hyperinflation et la dépression économique ».

A Porto-Rico, idem : « Au début des années cinquante, John D Rockefeller III avait transformé Porto Rico en un vaste laboratoire, où il pouvait mettre en œuvre ses expériences de contrôle démographique à grande échelle. Selon une étude réalisée par le département de la Santé de l’île en 1965, environ 35 % de la population féminine de Porto Rico en âge de procréer avait été stérilisée de façon permanente. » L’avis de Rockefeller sur la population locale étant exprimé par son biologiste : « En 1931, Rhoads, le pathologiste de l’Institut Rockefeller se plaignait : « les Portoricains sont sans aucun doute la race humaine la plus sale, la plus paresseuse, la plus dégénérée et la plus voleuse qui ait jamais habité sur cette planète. Ce n’est pas d’un travail de santé publique dont cette île a besoin, mais d’un tsunami ou de quelque chose capable d’exterminer totalement sa population. » Le propos n’a rien à envier à un Hitler qui à l’époque n’est même pas encore au pouvoir ! Un avis partagé par une grande partie du patronat US : « Dès la première guerre mondiale, des noms tels que Rockefeller, Harriman, le banquier JP Morgan, Mary Duke Biddle de la famille des producteurs de tabac, Cleveland Dodge, John Harvey Kellog de la fortune des céréales, Clarence Gamble de Procter & Gamble, étaient tous à l’origine du paisible financement de l’eugénisme, la plupart en tant que membres de la Société eugéniste américaine. Les mêmes furent à l’origine d’expériences de stérilisations forcées sur des « personnes inférieures » et de diverses méthodes de contrôle démographique. »

Tout ce cheminement des eugénistes américains, véritables précurseurs en fait des nazis et très bien expliqué en contenu dans l’ouvrage de Wendy Kline, « Building A better Race ». Un livre qui rappelle que les considérations eugénistes ont toujours fait partie de l’héritage américain, ce qui signifie aussi que a tentation de les voir revenir existe aussi (*6) Des eugénistes qui peuvent revenir, car ils ont pris l’habitude de se déguiser comme au seuil des années 50 :  » à la place de The Sterilization League of America on a désormais The Birthright, Inc. En Caroline du Nord, le mouvement s’appelle The Betterment League ou The Association for Voluntary Surgical Contraception. Dans un comté, on fait passer des tests de QI à des enfants : tous ceux en dessous d’un certain seuil sont stérilisés, sous l’égide d’un médecin eugéniste, Alice Gray. L’idée de « volontariat » est assez mouvante chez les eugénistes. En fait, le « contrôle de la population » si cher à Goebbels revivait… dès 1947 aux Etats-Unis, grâce à papa Bush. »

Quant à Popenoe, pro-nazi avéré, voici ce qu’il avait écrit en 1934 (*7). Certains ont échappé de peu à sa sinistre fondation (*8). De tous les états, c’est l’Alabama qui a été le premier à s »engouffrer dans l’eugénisme suivi par plusieurs autres dont la Caroline du Nord ou s’illustrera le père de W.Bush en tant que gouverneur ayant favorisé.. la stérilisation. Avec des théoriciens du racisme tels que William Shockley (l’inventeur du transistor !) ou le psychiatre Arthur Jensen qui déclarèrent un jour que le noirs avaient des gènes qui les rendaient « inférieurs intellectuellement aux blancs », ou Clarence Gamble, le patron de Procter and Gamble, promu stérilisateur en chef de leur mouvement, le fondateur de l’Eugenic Board, qui préconisait, lui… de stériliser les enfants !

La liaison entre médecins nazis expérimentateurs sur les cobayes des camps et eugénistes d’après guerre aux USA est bien prouvée : « En 1949, Otmar Freiherr von Verschür, médecin d’Auschwitz, fut nommé membre correspondant de la « Société américaine pour la Génétique humaine », nouvelle organisation fondée en 1948 par les principaux eugénistes, camouflés derrière la bannière du terme moins infâme de génétique. […] Von Verschür devait une part importante de sa nouvelle identité remaniée, à la situation dont il bénéficia après la guerre au Bureau pour l’Hérédité humaine de Copenhague, nouvellement créé. la Fondation Rockefeller fournit le financement nécessaire à la fondation de cet établissement danois, où les mêmes activités eugénistes purent progresser plus tranquillement« . L’opération Paperclip a ramené sur le territoire des USA davantage de gens qu’on ne l’imaginait !

L’arrivée des années soixante et d’une société plus riche capable de nourrir plus d’enfants par couple vit progressivement s’atténuer les thèses eugénistes. La libération de la femme également, l’eugénisme lui étant imposé et étant irréversible. Pour Popenoe, pas de problème de reconversion en revanche : dans les années 60, il abandonne ses théories fumeuses pour d’autres bien plus lucratives (*9) Il était aussi obligatoirement opposé à l’adoption, critère racial oblige . Le néo-nazi était devenu l’idole des ménagères américaines ! Ou un « pop psychology guru »….. comme c’était la mode dans le show-biz.

Politiquement pourtant, les idées eugénistes laisseront des traces jusqu’au plus haut sommet de l’état américain. En ce moment même, fin juin 2009, on décode les bandes d’enregistrement des entretiens laissés à la postérité en 1973 par Richard Nixon. 150 heures à écouter et à répertorier. Avec de belles surprises aux détours des cassettes. Interrogé sur la législation accordée par le Congrès en 1973 sur le droit à l’avortement, Nixon avait répondu par une phrase aux lourds accents racistes et eugénistes (*10) Plus loin, Nixon fera des remarques sur les juifs avec tout aussi peu d’aménité. Notant un regain d’antisémitisme dans le pays (c’est juste avant la guerre du Kippour), Nixon aura ce mot incroyable (*11) « Ils l’attirent », selon lui, la mort, c’est de leur faute bien entendu : Hitler n’est pas très loin. Eugéniste et antisémite, la coupe est pleine pour le plus célèbre alcoolique présidentiel (enfin, avant le suivant).

(1) « Memos show how California civic leaders helped popularize eugenics around the world, including Nazi Germany. Case histories offer a glimpse of the more than 20,000 people who were, by law, sterilized in state hospitals from 1909 through the 1960s in anticipation of curing an array of social ills — from poverty and promiscuity to overcrowded institutions. »

(2) « In 1909, California became the third state to legalize the sterilization of the feebleminded and insane. Eventually, more than 30 states with such laws would sterilize about 60,000 — a third of them in California, which repealed its law in 1979. « 

(3) « Any common man will tell you that a herd of common, long-horn Texas or Mexican cattle can be converted to a high-grade Hereford or white-faced herd in three or four generations, » states a memo with Gosney’s initials contained in the Caltech files. « Man falls under the same laws of heredity. The only difference is that we have mixed the breeds and failed to teach our children to … select their mates. »

(4) « One hospital superintendent told him of a convention of the Assn. of Railway Surgeons held at the Mendocino state hospital at which the association’s president was invited to sterilize two women as a « special honor. »Both women died in agony a few days later, » Popenoe wrote Gosney. « Autopsy showed that instead of tying the Fallopian tubes, the surgeon had tied up the ureters, so they both died of kidney poisoning from being unable to urinate. »

(5) Popenoe compiled stacks of handwritten charts that correlated the background of thousands of patients sterilized in the 1920s using dozens of measuring sticks — from IQ, birth rank, number of siblings and whether forceps were used at birth, to the marital status, occupation and « moral rating » of the parents. »

(6) « The repercussions of genetic manipulation of any kind, in the name of science, can be measured by America’s fascination with and involvement in the eugenics movement in its not-too-distant past. »

(7) ) « Germany’s effort was in « accord with the best thought of eugenicists in all civilized countries. »

(8) « Margaret Lee Griffin posed such a threat. She was a 24-year-old married mother of three who was living with another man when she was sent to the Sonoma State Home for sterilization after social workers accused her of neglecting her children.Griffin escaped in 1940 with her lover’s help. « We will try to apprehend Margaret and arrest the parties who stole her, » said Dr. Fred O. Butler, the hospital’s superintendent, in a letter to the foundation.Griffin was captured and brought back to Sonoma. But weeks later, Butler changed his mind and let Griffin go — unsterilized ».

(9) « He eventually abandoned sterilization, turning his attention to marriage and family counseling, which he had advocated since the 1920s. In the 1950s, he became one of America’s best-known marriage counselors — a pop psychology guru with best-selling books, a syndicated newspaper column, articles in Ladies’ Home Journal and appearances on Art Linkletter’s « House Party » television show.

(10) « There are times when an abortion is necessary, » he told his aide Chuck Colson. « I know that. When you have a black and a white. » Mr Colson offered that rape might also make an abortion legitimate, prompting Mr Nixon to respond : « Or a rape. »

(11) « It may be they have a death wish. You know that’s been the problem with our Jewish friends for centuries. »


1 commentaire

Classé dans Stéphane Bouleaux

Une réponse à “De Victor Jara à Guantanamo : la même CIA (8)

  1. logic

    Quelques précisions supplémentaires : Mengelé est décédé de mort naturelle en Amérique en 1984 sans avoir jamais été inquiété ou si peu ! Sa spécialité la manipulation du cerveau humain ; c’est pour cela qu’il s’exerçait sur des Jumeaux de tous âges pour voir le degré d’influence des gènes et jusqu’où on pouvait décérébrer les gens pour en arriver à se faire aimer de ses propres victimes. Personne n’a jamais lu les rapports de ses expériences à part les initiés qui nous manipulent aujourd’hui
    Le nazisme et le sionisme (à ne pas confondre avec le sémitisme) même idéologie basée sur la race supérieure prônant que la valeur d’un être human est indissociable du sang qui coule dans ses veines!!! A l’opposé de la philosophie du Christianisme et de toute démocratie qui a fait sienne les Droits de l’Homme
    C’est bien l’orgueil de l’Homme qui détruit sa propre humanité entraînant dans ce suicide collectif , la planéte elle même

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s