Douleurama

Source:Giveabuck

Source:Giveabuck

Gaëtan Pelletier

Je me souviens d’une époque où des gens simples disaient, en leurs propres mots, que l’argent n’était qu’un outil, que les banques étaient des opérations de brigandages institutionnalisées et qu’on ne s’en porterait que mieux si l’État distribuait chaque mois aux citoyens un “dividende” social qui constituerait pour chacun sa juste part de l’enrichissement national. Vers demain, Pierre JC Allard, Nouvelle Société

Nous sommes en 19, 998

Cette «piasse» fait penser aux pubs du parti conservateur contre M. Ignatieff. Sauf qu’elle pointe la risibilité du fait de créer, ni plus ni moins, de l’argent virtuel. Le mot «virtuel» avait un autre sens à l’époque. Puisque l’argent était  relié à une certaine «réalité».

Après avoir élu 26 députés au fédéral, le Crédit Social du Canada avait grugé une partie importante de l’électorat. On émit donc cette pièce de «monnaie», «Refusée au porteur», nommée «une douleur».  Et on la répandit partout. Ça se passait dans les années 60 ou début70.  Vous pouvez lire sur la «piasse» : Ottawa 19,998. Ce qui reportait très loin une théorie… Aux calendes grecques, si on veut… Vers demain est devenu «vers l’impossible».

Distribution de la richesse

À l’origine, le crédit social était une théorie économique développée par l’ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas. Le nom « crédit social » dérive de son désir de faire que le but du système monétaire (crédit) soit l’amélioration de la société (social).

Il a depuis été soutenu par nombre d’économistes dont le seul prix Nobel Français d’économie Maurice Allais qui dénonce une économie basée non pas sur l’argent réel, mais l’argent dette (on crée de la monnaie avec du crédit – dette, amené à disparaître au fur et à mesure de son remboursement). Le crédit social est aussi appelé dividende universel, dividende social ou, de façon sans doute plus adaptée, dividende monétaire. Philosophie créditiste

La richesse devait être distribuée… Elle le fut. On sait maintenant que les riches se la distribuent entre eux.

L’hyper crédit social : l’économie sur un fil de fer

Aujourd’hui, on est plus malins… Et plus hypocrites. Et ce savant  de la science de l’économie est plus qu’habile : les contorsions et les ballets pour maintenir en vie une économie  réussit à nous éblouir en marchant sur un fil invisible de New York à Shanghai… Une toile d’araignée, une toile de dettes…

Le show est beau… En autant que les pirouettes ne finissent pas par un accident… Et que la tente n’écrase  pas les spectateurs…

***

Réal Caouette était pointé comme une sorte de Jacques Clouseau, inspecteur des séries de la Panthère Rose, un balourd,  dans le monde de la «grande finance». Les  gens qui votaient à l’époque avaient passé par la crise des années 30, la guerre, et ils n’étaient pas instruits : on les avait formés à l’école de la terre et de la roche par une Église-usine  occupée à «produire» des  âmes. La misère faisait partie du péché «originel». On les vaccinait  à l’eau bénite pour qu’elles  n’aillent  pas en enfer.  C’était l’époque où Vincent Lacroix était un personnage d’un livre de Science Fiction…

Et que comprenaient ces gens au mot «économie»? Bas de laine…C’était tout de même un peu plus chaleureux que bas de gamme. Ils savaient ce qu’était un «riche». Ils rêvaient, non pas de richesse, simplement d’une vie décente.

L’élito-créditisme : détournement de fonds

Nous vivons dans un régime “créditiste”. Évidemment, on n’a pas tout pris du “crédit social”. On a pris le crédit, mais on a négligé le social, de sorte que le “dividende” n’a pas été distribué à la population pour soutenir le pouvoir d’achat et faire tourner l’économie; le “dividende” – la plus-value, année après année du progrès technologique – est resté sagement dans le giron des nantis et s’est soldé par une hausse météorique de la valeur des actions en bourse.  (…)  !«Vers Demain»

On a ri longtemps de M. Couette… Imprimer de l’argent ! Ridicule !  On ne peut pas être plus ridicule qu’aujourd’hui. On ne l’imprime même pas,  on l’égare dans le virtuel.

Le crédit social planétaire

Climat : 50 ans d’efforts contre la pauvreté, titrait Cyberpresse.

«Le véritable coût du changement climatique ne se mesurera pas en dollars, mais en millions ou milliards de vies», estime l’organisation qui appelle les pays industrialisés à s’engager immédiatement sur une réduction d’au moins 40% de leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020.» Cyberpresse

Climat? Et si on essayait de faire de prévisions sur les «détournements à venir»? Le Tiers-Monde a été davantage – et l’est toujours – une  source de pillage auquel s’adonnent les investisseurs internationaux. Il  y a plus de pilleurs que de missionnaires. De sorte que ces pays pauvres ont été, depuis 50 ans, une source de revenus «répartis» parmi les plus rusés et les plus hypocrites. Il y a qu’il y a deux fois plus d’habitants qui souffrent de la faim depuis un an. Deux milliards… L’intérêt pour le Tiers-Monde est le premier mot de la phrase : intérêt.

La mondialisation est pire  que le pillage géographique des puissants empires  d’antan: en abattant les frontières, les richesses sont devenues privées. Mais la dette…publique.

Le coffre-fort des pays industrialisés étant éventré, le mot pays est lui aussi devenu virtuel.

Le Prince et le pauvre

Ce qui me rappelle un vieux livre :   The Prince and the Pauper, Mark Twain :

Au temps des Tudor, à Londres, le Prince Edouard VI propose à un mendiant, Tom, d’échanger leurs vies. Chacun prend les vêtements de l’autre et en se voyant dans les habits de l’autre, ils sont surpris de constater que leur ressemblance physique est saisissante … Tellement saisissante que quand le roi vient à mourir, laissant le Prince hériter du trône, personne ne les croit …

Un coup de chance. Comme dans le film  Slumdog Millionnaire …

Les pauvres du monde ne sont que des nègres de maîtres  invisibles qui multiplient  les compagnies à numéro.  Et leurs profits vont dans des banques à numéros.

Les princes n’ont pas de pays… Ils se contrefichent  carrément des pays et de leurs occupants.  Les princes sont des  scanneurs  de richesse à grande échelle. Des  Robin des «moi». Robin Hood à l’envers : prend aux pauvres et donne aux riches.

On n’en a rien à cirer que Pablo vende sa terre pour une somme mirobolante pour lui qui ne connaît pas la valeur des devises. Après, il n’a plus de terre… Il est simplement devenu plus pauvre… Nous voilà rendus à l’ère de «l’humanisme» virtuel…

Comme disait M. Prix Nobel de l’économie : «Il n’y a pas de différence entre le crime organisé et l’argent organisé».   Le crime organisé a compris qu’il faut user de l’argent du crime  et le transformer en valeur réelle. C’est «monnaie courante»…. Quand Pablo perd son lopin de terre, il ne lui reste rien de réel… Il a transféré son seul avoir à «l’argent organisé».  C’est ça la magie des «pouvoirés…

La douleur ne sera jamais virtuelle… La douleur des Africains et des millions d’habitants terriens partout dans le monde  ne sera jamais virtuelle…

La grande question

C’est assez ignoble comme constat : depuis la «crise économique», après que les banques eurent sapé et vidé les goussets des petits épargnants, ne vivions-nous pas sur la «piasse à Caouette» ? À l’échelle mondiale?

La guerre des «mondes»

Cette «douleur» à la Caouette ne valait rien… Pourtant, une fois utilisée dans son «idéologie» contrefaite, elle fait la fortune d’une élite crasse.

Alors, c’est la guerre des «mondes». Celle où les entreprises internationales mettent  main basse sur les terres agricoles. La pauvreté réelle, obligée de vendre par famine et le riche achetant par des moyens vicieux des terres où les enfants n’ont même pas de soulier pour marcher nous mène encore plus loin qu’en 19,998.

Il ne faut pas se leurrer. À chaque fois que nous vendons notre avoir «réel» pour un profit «excitant» à des Vincent Lacroix, ou autre placier de cinéma, nous lui donnons le pouvoir de flouer 9,200 autres petits épargnants. Et peut-être qu’avec les intérêts, il en arrive à 19,998.

La chose la plus dégoûtante de ce «rappel historique» est que le petit joufflu au teint ciré de Lacroix n’est rien : une puce sur la planète.

Les vrais escrocs, les plus dangereux, ont une «licence d’État»…

Les vrais floués, ce sont les pays…

De sorte qu’il ne faut pas s’étonner que le PIB fasse du bungee dans le grand resto qu’est la Terre, ne laissant au citoyen qu’un pourboire pour ses sueurs.

On aura beau se faire suer dans le jogging de la vie, nous n’aurons jamais assez d’eau pour faire le château de sable de ces gamins lunatiques.

On comprend pourquoi ils aiment la  queue-de-pie.

Mais c’est bien plus expressif  en anglais : Black-Tie.

Une grosse cravate noire qui traîne sur l’arrière-train.

Satan en avait une comme ça…

23 Commentaires

Classé dans Actualité, économie, Gaëtan Pelletier

23 réponses à “Douleurama

  1. Alain B.

    Excellent texte M.Pelletier et très réaliste de la situation mondial du pôvre monde au dépent de quelques individus aux coeur de pierre.

  2. Ça me fait penser au Livre Bleu no 1 publié par les Éditions Félix…

  3. Simon,
    Peut-on savoir ce qu’est ce Livre Bleu No 1?
    Ah! Je viens de le retrouver par Google.
    L’argent pourrit les hommes.
    Exact?
    «L’argent est amusant…
    L’argent est excitant… L’argent… l’argent… l’argent ? ? ? Je t’achète, tu m’achètes… Nous achetons tout… ? ? ? Aujourd’hui nous sommes tous vendus… Chaque Français (européen) est endetté ? ? ? Ce livre est simple et clair, et montre la combine derrière le système de l’argent… La démasquerez-vous ?»
    Merci!
    Paraît que la maison d’édition a fermé ses portes.
    Curiosité, comme ça..

  4. Franc

    @ gaetanpelletier

    Les livres jaunes sont encore plus intéressent.
    Je rassemble une collection des éditions Félix leur livres sont tous plus enrichissent les un des autres , a lire la collection des livres jaunes !!!

  5. Le Livre Jaune no 5 est le plus troublant… Perso, ce livre m’a rendu malade physiquement tellement je l’ai lu avec ferveur (du matin au soir) et tellement le niveau d’informations qu’on y trouve est négatif…

    Mais il faut être au courant!

    Le Livre Jaune no 5 n’est désormais plus en vente en France, et les autres livres (les Jaune no 6 et 7 + bleu no 1) sont maintenant censurés…

    Il y a « Coucou! C’est Tesla, l’Énergie Libre » qui m’intéresse beaucoup…

    Franchement enrichissants!

  6. Simon,
    Merci pour le tuyau… L’air bon ces livres…
    Pour Tesla…
    Un film d’Orson Welles: The secret life of Nikola Tesla.
    http://www.viddler.com/explore/Ramadichi/videos/2/
    Film à l’index à l’époque.

  7. On a fait beaucoup de chemin depuis Caouette et Courbet :-))

    PJCA

  8. Fern

    gaétan pelletier

    Votre PHOTO est VRAIMENT de MAUVAIS goût.

  9. @Fern,
    Photo de mauvais goût? Veuillez m’expliquer… Elle ne ridiculise pas le Crédit Social, elle ridiculise ceux qui l’ont ridiculisé.
    Et puis cette «piastre» a existé. Si quelqu’un a souvenir de l’année exacte, j’aimerais bien le savoir.
    Je ne peux en mettre une d’aujourd’hui… Elle n’existe plus en format papier….
    Bonne journée!

  10. Euh… je crois que Fern fait référence à la photo (qui a sans aucun doute été mise là par un hacker) ou l’on voit une femme nue, sexe en gros plan, et qui se fait lécher par un ours…

  11. Merci Simon,
    Je n’ai jamais vu cette photo…
    C’est François qui a dû la faire disparaître. Je vais m’en informer…

  12. Bon!
    Je viens de voir la photo. C’est le site Giveabuck qui a été hacké.
    J’ai donc téléchargé la vraie sur mon disque dur et replacée. Il ne devrait plus y avoir de problèmes.
    P.S.: Je viens de comprendre pourquoi PJCA a fait mention du peintre Courbet… et s’est marré
    🙂

  13. Ha ha ha!, Je me suis bien marré moi aussi! C’est bien pour ça que la photo n’apparaissait pas d’ici, à Taiwan! Je viens de voir la photo qui avait été hacké, je comprends maintenant pourquoi Fern était scandalisé!

    Ouf, ça donnait du piquant aux 7 du Québec!!!!

    Un ours nu!!!!

  14. François M.
    Du piquant?
    L’intérêt pour l’article a doublé en un jour…
    De sorte que cet «hameçon» est amoral mais efficace.
    Je suis en train de cogiter si à l’avenir je n’utiliserai pas la même photo pour tous les articles … 🙂
    Sérieusement. J’étais saprement mal à l’aise…
    P.S.: Au moins vous êtes passé à travers le typhon…
    J’espère que Fern va passer à travers la bévue…

    Vous auriez dû voir le visage de ma conjointe quand elle a vu la photo de l’ article.
    Ce soir, je couche avec les chats…
    🙂

  15. @ Fern: toutes nos excuses. A corps défendant, je pense néanmoins qu’avec une image libidineuse involontaire en 11 mois d’activité, le site est certainement plus chaste que l’inconscient de l’individu moyen…

    @ GP: J’ai appris de sources habituellement non renseignées que ce n’etait pas un ours, mais UNE ourse et qu’elle était majeure et consentante. De plus, le vêtement de la jeune dame n’était PAS un voile islamique chiffonné. En fait, il s’agit d’une publicité pour substituer la cueillette des vierges en forêt à la chasse aux blanchons. Tout ça était donc sans doute politiquement et graphiquement correct 😉

    @ Renart + François: Plus sérieusement, existe-t-il une protection contre cette intrusion ? Car je puis imaginer qu’on nous inocule – au sens etymologique – des éléments illégaux et donc bien plus dévastateurs que des photos pornos…

    Pierre JC Allard

    tement de eVous pouvez vous rabattre

  16. Pierre,
    La photo était en lien avec Google.
    À éviter. Il arrive même que certaines photos soient modifiées souvent, remplacées, etc.
    Suffit des les télécharger sur son disque dur.
    Stabilité.
    Je suis guéri 🙂
    Bonne journée!

  17. Fern

    gaétanpelletier

    Je ne suis pas scupuleux, mais dans le contexte, c’était FRAPPANT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  18. Alain B.

    Hilarant votre dodo avec vos chats 😉

  19. @Fern,
    Je comprends… Moi aussi, pas scrupuleux. Sauf que quand j’ai vu apparaître soudainement cette photo… C’était plutôt loin du contexte.
    Comprenez que je ne mettrais jamais une telle chose ici, ni sur mon site.
    C’est un malheureux accident. J’ai trouvé la cause. Ça ne se reproduira plus. Les photos avec liens Google sont faciles à modifier paraît-il.
    Alain B.
    Bon! Après quelques pourparlers…. 🙂
    Bonne journée!

  20. villaine-singe

    Quelle horreur! J’ai subit avoir des cauchemars afin de voyer cet image. C’etait grosse, c’etait poilue, et surtout, il y avait un ours!

  21. Bonjour Villaine-singe….
    `=)

  22. Fern

    gaétanpelletier

    Oublions le drôle qui a modifié cette photo………….
    Bonne journée.

  23. Bonjour Fern,
    Je commence à penser que c’est intentionnel…
    On se comprend…
    Bonne journée!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s