Pour que l’anarchie soit un plat digeste

Ne fais pas à autrui ce que tu estimes déraisonnable qu’un autre te fasse.

Thomas Hobbes 1588-1679

(J’introduis mon texte avec cette phrase en gonflant le sens du verbe « faire » jusqu’au verbe « penser ».)

Parlons politique et philosophie, tien!

Mon expérience blogosphérique fait évoluer ma pensée dans quelques sens, et l’anarchisme est un de ceux-là. Si je suis anarchiste, j’invente ce sobriquet pour me décrire : anarcho-futuriste. C’est que je considère l’anarchisme au-delà de l’utopie, puisque le futur semble déjà plus gravé dans le réel que l’utopie. Mais l’humanité a des devoirs à faire, très longs et même pénibles, c’est tout ce que je peux concéder.

C’est que depuis quelque temps, il me semble que je suis un aimant à anarchistes de tout acabit. Et même moi qui suis bien ouvert à leurs concepts, je ne réussis pas à m’y glisser, même seulement pour le plaisir! Ça bloque puisque mon air et le leur ne semblent pas avoir la même consistance. Je considère que la réalité est une matière qui ressemble à de la pâte à modeler, pour eux c’est un mur à casser et ils s’arment de théories-bulldozers.

C’est bien agréable de jouer aux petites autos et aux camions dans un carré de sable, mais il faudrait bien regarder ce qui se passe plus haut et plus large… Ce qui m’amène à des concepts comme le « parentage » (sorte de diabolisation du lien naturel entre l’enfant et ses parents), à des positions contre la procréation et à l’extinctionnisme (le terme est assez clair!), concepts que me fournit la lecture d’un blogue qui se qualifie d’anarcho-pragmatiste. Leur logique masque à peine l’odeur… À la base, tout ça me donne l’impression d’être les résultats angoissés de quelques individus mal dans leur peau, asociaux, tant au niveau amical qu’amoureux, qui justifient leur mal-être en échafaudant des théories abracadabrantes, et en prenant soin d’avoir toutes les réponses aux contre-arguments avec la tactique qui consiste à essayer de prouver à l’interlocuteur l’illusion absolue dans laquelle il est plongé. On pense obligatoirement à l’allégorie de la caverne de Platon…

Comment sérieusement considérer avoir à coeur le concept de liberté quand tu proposes des théories qui confrontent extrêmement la liberté de la très grande majorité des êtres humains, tant au niveau du bonheur simple de désirer un enfant en connaissance de cause que de celui essentiel de simplement vivre? J’avoue qu’il y a quand même un émerveillement à observer ces conceptualisations, mais pour faire un parallèle avec une oeuvre d’art, c’est très très coûteux. Et ça ne me dérange pas qu’ils soient assez conséquents pour en payer individuellement le prix : qu’ils crèvent vieux et seuls ou même tout de suite si le poids de notre monde est si insoutenable!

Je ne peux pas m’empêcher de penser aux sectes où les gourous réussissent à entraîner leurs disciples dans la mort à force de persuasion. La différence avec les anarchistes, c’est que pour eux la persuasion se trouve dans la titillation de l’intelligence. La pensée gravite dans des sphères bien plus agréables que les simples considérations domestiques, pour ne nommer que celles-là, et leur monde s’en trouve changé : le problème c’est que l’écart entre ce nouveau monde et celui effectif est énorme, d’où le déficit de liberté individuelle qu’on nous rabâche de toutes les manières.

Et c’est bien là où ma vision est différente de la leur : je crois que la liberté individuelle se doit d’être en équilibre avec la liberté collective; et si la liberté collective a encore besoin majoritairement de l’État, il faut individuellement le respecter (d’où l’idée de l’anarcho-futurisme). On a beau vouloir faire avancer la liberté individuelle, il y aura toujours la collective pour la freiner de quelques manières que ce soit. Et à tenter de faire entrer l’anarchie par la gorge en forçant, il y a de fortes chances qu’on la vomisse, ce que je suis pas mal en train de faire…

(Photo : gillespineault)

95 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

95 réponses à “Pour que l’anarchie soit un plat digeste

  1. En fait, j’avais bien compris le sens de votre propos mais je tenais à informer les lecteurs pour éviter la confusion.

  2. « L’utilisation du terme «étatiste» n’est que de la provocation de la part de certains anarchistes et de tous les libertariens (enfin, ceux que je connais). C’est une façon de réduire la pensée de quelqu’un avec qui on n’est pas d’accord à un aspect accessoire. »

    Si vous êtes en faveur de l’utilisation de la violence étatique pour régler un problème dans un cas particulier, vous êtes un étatiste (d’accord, il y en a des moins que d’autres). Assumez-le!

    « Je ne connais personne de gauche (ni de droite) dont la philosophie consiste à vouloir un État plus gros ou omniprésent.  »

    Et Québec Solidaire, c’est du poulet?

    « Bref, quand on qualifie quelqu’un d’étatiste, non seulement on réduit sa pensée à un outil, mais on évite de débattre de ses véritables objectifs. »

    Ouais, en effet, il ne faut pas en abuser. Tout de même, dans ce débat, je ne suis pas intéressé à en débattre avec des étatistes. Même si vous êtes un anar, ceux qui prônent la procréation et la parentalité adoptent une opinion étatiste dans ce débat.

  3. Pingback: La chasse à la cigogne « Renart L’éveillé / Carnet résistant

  4. « moi je vais prendre la liberté de te dire très sérieusement d’aller consulter, si tu n’as pas d’assez bons amis pour te le dire. »

    L’insulte n’est pas un argument. Pour quelqu’un qui clame à grands cris que notre idéologie est simpliste, vous n’avez pas grand chose à dire de votre part!

    « De mon côté, je vais continuer d’être parfaitement heureux avec ma conjointe et ma petite fille de huit mois, en espérant avoir un autre enfant dans quelques années. Vive l’immoralité! »

    Et vous m’accusez de devoir consulter, quand vous dites des anneries comme celle-là? VIVE L’IMMORALITÉ? Votre idéologie est celle d’un Jeffrey Dahmer, pas celle d’une personne saine.

  5. Ha ha ha! Au moins vous avez l’air de vous comprendre!

    Et toi le grand génie François Tremblay de ne pas comprendre que « Vive l’immoralité! » relève de l’ironie…

    Lâchez-pas, ça avance vos causes!

  6. Personnellement, j’avais compris le caractère ironique de ton propos. Mais en quoi un comportement immoral, d’un point de vue anarchiste, est si merveilleux?

    Évidemment, en tant qu’étatiste, tu ne peux pas penser autrement que de conclure que la procréation et la parentalité sont des choses acceptables et moralement pertinentes…

  7. En quoi le regard moral sur les choix et les agissements des gens est compatible avec l’anarchisme, puisque vous êtes contre toute autorité?

  8. Si l’anarchie ne s’intéresse pas à la morale, elle va laisser la place à plusieurs positions confuses comme celle du discours pro-profit et pro-propriété des anarchistes de droite et des libertariens.

    Quand je dis que la parentalité et la procréation sont invalides d’un point de vue anarchiste, je ne veux pas dire que tout le monde ne devrait pas procréer, je m’adresse surtout aux anars eux-mêmes!

  9. Si on communique un peu de nos valeurs à nos enfants, cette théorie vous mène à votre perte à long terme…

  10. Attention, le but est de rendre la vie ACTUELLE plus intéressante pour les anars, pas de former des soldats anars pour le futur.

    Correction pour le lien.

    http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/08/28/odifier-lpourquoi-la-parentalite-et-la-procreation-sont-invalides-partie-ii-reponse/

  11. Darwin

    @ David

    «Et Québec Solidaire, c’est du poulet? »

    QS ne veut pas plus d’État, mais un État meilleur. Il vise à peu près la même chose que moi, soit la justice sociale, la redistribution des richesses et la garantie des droits fondamentaux. Oui, cela passe par l’État. Je le répète, l’État est un outil pour atteindre des objectifs, pas un objectif en soi.

    De la même façon, résumer votre pensée à «anti-étatiste» ne vous distinguerait pas des libertariens et serait réducteur..

    @ François Tremblay

    «L’insulte n’est pas un argument. »

    À mourir de rire. Je ne connaissais pas votre sens de l’humour ! Un jour que je vous ai dit que vos insultes diluaient la pertinence de vos arguments, vous m’avez répondu : «Vous voulez-dire: pourquoi est-ce que je dilue la force de mes insultes avec des arguments? » (voir http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/06/17/retour-sur-le-merite-reponse-a-chantal-beaupre/ , commentaire 16). Je sais bien que c’était une boutade, mais pour un blogueur qui insulte couramment ses interlocuteurs, je vous trouve bien mal placé pour faire la leçon !

  12. Renart: « Si on communique un peu de nos valeurs à nos enfants, cette théorie vous mène à votre perte à long terme. »

    J’espère que c’est une joke, cette boutade.

    Si j’ai pas d’enfants, je vous jure que je ne vais pas pour autant m’abtenir de polluer la tête de centaines de jeunes avec mes idées saugrenues. Faites attention à ce que votre fille va lire dans 15 ans…

  13. Mouton Marron,

    cette boutade s’adressait bien sûr aux anarchistes qui sont contre la procréation pour eux-même. Ceux qui sont contre la procréation pour eux-même et les autres méritent rien de moins que des insultes et/ou l’adresse d’un spécialiste…

  14. La seule force qui devrait diriger les humains est la Nature, la Vie; ce que j’appele Dieu, et qui sommeille en toute chose et en chacun de nous.

    Quant aux parents… Je trouve cela ridicule de remettre en question le modèle homme/femme traditionnel. Par contre, je trouve qu’il est primordial que le parent ne soit pas qu’une figure d’authorité, mais bien un ami, un confident, un joueur, une référence dans la Vie.

    2 femmes qui élèvent un enfant ensemble ou 2 hommes qui élèvent un enfant ensemble… Scusez là… Mais cibolac que ça devrait juste pas exister!!! Imaginez comment l’enfant va être « fucké » toute sa vie après, juste parce que ses parents étaient tellement égocentrique qu’ils voulaient des enfants même s’ils n’étaient pas supposés en avoir!!! Dégueulasse faire ça à un enfant!

    Pour finir… Ça m’amuse de vous voir essayer de définir ce qu’est l’anarchie… Je n’ai toujours pas compris quel était le motif de vos simili-disputes, mais je dois dire que vous ressemblez à des enfants en train de se chamailler à savoir qui va tirer la couverte de son bord…

    L’anarchie… N’est-ce pas tout simplement la loi de la Nature?

  15. Renart,

    les anars qui sont contre la procréation ne vous forceront jamais à rien faire. Ils/elles ne vont pas, il me semble, proposer un projet de loi visant à interdire la reproduction; ce sont des anars.

    On peut être contre l’avortement sans pour autant être en faveur de son interdiction. On peut être contre les drogues et la prostitution et pourtant être en faveur de leur légalisation.

    En quoi menacent-ils/elles donc vos libertés?

    Je pense que remettre en question la « moralité » de la reproduction humaine, sur une planète surpeuplée et menacée dans tous ses écosystèmes, est un réflexe tout à fait logique. Je ne vois pas en quoi les gens qui font ça ne méritent que des insultes. Vous dites peut-être ça parce que vous sentez qu’ils s’attaquent à votre enfant, alors qu’en réalité, ils s’attaquent à ceux qui ne sont pas encore conçus.

    Simon Lefebvre,

    La procréation est toujours un acte égoïste, qu’il soit le fait de gens qui « n’étaient pas supposés » ou qui l’étaient. Le questionnement que vous posez sur l’homoparentalité est tout simplement imaginaire.

  16. «les anars qui sont contre la procréation ne vous forceront jamais à rien faire. Ils/elles ne vont pas, il me semble, proposer un projet de loi visant à interdire la reproduction; ce sont des anars» Tout à fait, les anars tentent au plus de convaincre les gens, pas d’imposer leurs idées. J’ai déjà donné l’exemple du végétarisme, où je n’impose pas aux autres le fait de ne pas manger de viande. C’est une position personnelle. Il en va de même au sujet de la procréation. En quoi les autres devraient-ils se sentir menacé?

    «Je pense que remettre en question la “moralité” de la reproduction humaine, sur une planète surpeuplée et menacée dans tous ses écosystèmes, est un réflexe tout à fait logique. Je ne vois pas en quoi les gens qui font ça ne méritent que des insultes» Je comprend qu’on puisse ne pas être d’accord, mais il me semble que c’est en effet une position qui se défend. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas avoir droit à notre opinion sur le sujet. Perso, je n’ai jamais dit à quelqu’un qui voulait enfanter d’aller se faire soigner. Je m’attend à la même chose de la part des gens qui ne sont pas d’accord avec moi. Je comprend que certains anarchistes tombent eux-mêmes dans l’insulte, mais c’est dommage.

    «Vous dites peut-être ça parce que vous sentez qu’ils s’attaquent à votre enfant, alors qu’en réalité, ils s’attaquent à ceux qui ne sont pas encore conçus.» Voila. Je pense en effet que Renart s’est senti personnellement visé, alors qu’il s’agit d’une position générale, d’où une réaction qui m’a semblé excessive. Plusieurs hommes se sentent aussi personnellement attaqué ou visé par le féminisme.

    Bon commentaire Mouton!

  17. Rémi (Redge)

    Tous les anarchistes que je connais ont une carte soleil, un numéro d’assurance social, une job, certain ont des enfants. Bref, tous ces gens qui s’auto-proclâment anarchistes font partie du système, comme tout le monde.

    Tsé, on a tous en tête un monde parfait dans lequel on aimerait vivre. Certain décrivent ce monde parfait sur des blogues, d’autres dans des livres, mais au final, le 9 dixième de la population continue son petit train train quotidien en ignorant tout ces écrits.

  18. « Si vous croyez à la “liberté” mettre à jour des enfants sans aucune considération pour la société ou l’enfant lui-même, alors c’est une liberté purement individuelle… Vous n’avez aucun respect pour la liberté d’autrui ou la liberté de la société en tant que tel… Et donc c’est une pure projection de votre immoralité. »

    Je réagissais à ce paragraphe-là. C’est de l’insulte ad hominem. Peut-être que dans votre monde ce n’est pas insultant se faire dire qu’on est irrespectueux et immoral, mais dans le mien oui!

    J’avais bien l’intention de répondre à vos nombreuses questions, mais visiblement, ça ne servirait à rien, alors je vais m’abstenir.

    Bon plaisir!

  19. « Tous les anarchistes que je connais ont une carte soleil, un numéro d’assurance social, une job, certain ont des enfants. »

    Bravo! Vous avez compris que les anars sont dans la même prison que les autres personnes ordinaires.

  20. Ça me fait rire moi, quand les gens « s’auto-proclament » quelque titre révélateur de leur personnalité… Encore en train de tous vous diviser et de faire régner Babylone… Ou est l’Unité entre humains??? Moi je suis anarcho-psycho-philosophe! Et moi je suis rasta! Moi je suis bouddhiste!

    Wow! Quelle société évoluée!

    @ Mouton Marron

    Tu dis:  » (…) En quoi menacent-ils/elles donc vos libertés? Je pense que remettre en question la “moralité” de la reproduction humaine, sur une planète surpeuplée et menacée dans tous ses écosystèmes, est un réflexe tout à fait logique. Je ne vois pas en quoi les gens qui font ça ne méritent que des insultes. Vous dites peut-être ça parce que vous sentez qu’ils s’attaquent à votre enfant, alors qu’en réalité, ils s’attaquent à ceux qui ne sont pas encore conçus. (…)  »

    Est-ce une farce??? Ton message fait peur! Tu partages précisément la même opinion que notre chère élite quant à la surpopulation de la Terre, et une éventuelle dépopulation. Pas cool du tout. Ya pas un petit jos connaissant qui va venir me dire combien d’enfants il faudrait que j’aille, peu importe qu’il fasse partie du gouvernement ou non. La supposée situation critique de la Terre n’existerait pas du tout si de 1, elle n’était pas excessivement amplifiée par les médias et les gouvernements, et de 2, si les humains respectaient tous le régime qu’ils sont fait pour suivre (végétarisme) et qu’ils agissaient comme des êtres divins, conscients, plutôt qu’en animaux. Les gens agissent en animaux car ils sont traités comme des animaux par l’élite, that’s it. Changez l’éducation et vous changerez le monde.

    Tu dis  » (…) La procréation est toujours un acte égoïste, qu’il soit le fait de gens qui “n’étaient pas supposés” ou qui l’étaient. Le questionnement que vous posez sur l’homoparentalité est tout simplement imaginaire. (…)  »

    Je ne comprends pas du tout! La procréation, un acte égoiste??? L’égoiste est celui qui n’a pas d’enfant et qui n’en veut pas mon cher, réfléchis! Je n’ai pas posé de questionnement relativement à l’homoparentalité, je ne faisais que souligner à quel point c’est ridicule et non-naturel, c’est tout.

  21. Rémi (Redge)

    « Bravo! Vous avez compris que les anars sont dans la même prison que les autres personnes ordinaires. »

    Canis Minoris: alors pourquoi s’identifient-ils « anar » s’ils ne le sont pas vraiment?

  22. «alors pourquoi s’identifient-ils “anar” s’ils ne le sont pas vraiment?» Finalement, vous n’avez rien compris.

    Et répondre à Simon Lefebvre serait fachement inutile.

  23. « L’égoiste est celui qui n’a pas d’enfant et qui n’en veut pas mon cher, réfléchis! »

    Comme Renart dirait si bien: Que Simon Lefebvre aille se faire soigner!

    @Redge

    Donc, les anarchistes n’existent pas. je suppose?

  24. Rémi (Redge)

    David Gendron: je ne dis pas que les anarchistes n’existe pas, car en France (entre autre), il y a des gens qui vivent off the grid dans des cabanes en forêt, carrément indépendant du système. Pour moi, ces gens sont véritablement anarchistes.

    Mais bon, vous avez bien le droit de vous donner l’étiquette que vous voulez. C’est juste qu’à mon avis, quelqu’un qui prétend être anarchiste, mais qui fait partie d’un système capitaliste n’est pas vraiment anarchiste.

    Je dirai la même chose d’un Québécois qui se prétend communiste.

  25. Simon Lefebvre: l’élite ne partage pas mon opinion – elle est seulement en faveur d’une très relative dépopulation dans les pays pauvres. Le nationalisme de l’élite lui fait craindre la disparition de sa race, de sa culture ou de son mode de vie. Elle se réjouit donc du mini baby-boom que connaît le Québec actuellement: il faudrait être con pour refuser de voir sa jubilation. Les gouvernements essaient d’ailleurs par tous les moyens d’augmenter la natalité.

    Je suis vaguement en faveur de la dépopulation parce que je suis pas con. Vous parlez du végétarisme général comme solution ultime, mais désolé, ça ne règlera pas tout, même si ce serait un progrès. Devenir végétarien n’est qu’une garantie de ralentissement de la détérioration. Surtout que votre végétarisme religieux à la con (tel que présenté sur votre page myspace) me semble être une dangereuse dérive.

    À long terme, même si tout le monde devenait végétarien, avec le maintien de la croissance démographique actuelle, la demande en produits agricoles redeviendrait de toute façon à nouveau trop élevée pour ce que la Terre peut offrir.

    (Notez quand même que je ne suis pas fataliste: en trois ans je suis passé d’une consommation moyenne de viande d’à peu près 60 kg – la moyenne est de 125 kg aux USA – à environ 8 kilos.)

    Il faut à tout prix convaincre les géniteurs et génitrices psychotiques de slacker. Je veux pas les forcer à s’empêcher de faire quoi que ce soit. Ce ne sera que lorsqu’il n’y aura strictement plus de nourriture que je risquerai de changer d’idée, poussé par l’instinct de survie à des actes coercitifs. Dans lequel cas je boufferai leurs enfants.

    Vous voulez nous pousser à agir comme des êtres divins et non comme des animaux: c’est n’importe quoi. Nous sommes des animaux et les animaux ont la faculté de penser à leur survie. Pas besoin d’être divin pour ça. Le sens du divin n’existe pas, de toute façon, dans la nature. La nature elle-même s’observe assez mal… dans la nature.

    Je maintiens que la procréation est un acte égoïste, qui tire ses racines dans le désir de reproduction de soi et de conservation de soi. En revanche, cet acte égoïste suprême demande certes un compromis: celui d’avoir à agir avec altruisme envers la progéniture pendant son éducation. Je tiens à spécifier que tout égoïsme n’est pas nécessairement malsain non plus. Mais du reste, décider de ne pas se reproduire n’a rien à voir avec l’égoïsme, la procréation généralisée n’étant pas un impératif à la sauvegarde de l’espèce ou au bien-être de la population. À la limite, vous pourriez peut-être nous accuser de lâcheté. Mais pourquoi s’imposer un si grand sacrifice, s’il n’est pas requis?

    Rémi:

    Un-e anarchiste peut être incohérent-e sans pour autant cesser d’être anarchiste. Les royalistes ne vivent pas nécessairement sous le règne d’un roi; cela ne les empêche pas d’être royalistes. Et de toute façon, peu importe l’isolement dans lequel vous vivez, vous serez toujours contraint-e par des facteurs externes en lien avec l’État, la propriété et le capitalisme. L’écosystème lui-même a de bonnes chances d’être sali par ces trois facteurs coercitifs. Les survivalistes dont vous faites mention habitent dans quel bassin versant (autrement dit, qui pollue leur ruisseau)? Sur les terres de qui ils vivent? Dans quel district administratif? On ne peut toujours qu’échapper partiellement à la domination.

  26. Rémi

    @ Le Mouton Marron:

    Nos opinions diffèrent, mais je comprend mieux votre point de vue.

    Tu dis: « Les royalistes ne vivent pas nécessairement sous le règne d’un roi; cela ne les empêche pas d’être royalistes. »

    Tant qu’à moi, un royaliste qui ne vie pas sous le règne d’un roi n’est pas vraiment royaliste.

    Comme j’ai dit à Gendron, on peut bien se donner l’étiquette qu’on veut, ça n’a pas tellement d’importance. Un va dire qu’il est anarchiste, l’autre qu’il est un fan des Bruins et puis l’autre va dire qu’il est un ingénieur. Au final, une étiquette n’est que ça; une étiquette.

  27. Aimé Laliberté

    Fascisme 101

  28. @Rémi

    Je comprends mieux votre point de vue et ce type d’action directe est valable. Par contre, ce n’est pas fréquemment applicable en pratique. Et il ne faut pas ce que ça devienne une privation de liberté pour « la cause » anarchiste.

  29. Je vois que le niveau de conscience est trop bas pour me permettre d’étaler mes connaissances…

    Je croyais ce forum « éveillé »… Je suis déçu.

    Je quitte donc ce forum.

    Je le fais avec regrets, voire même tristesse, car j’ai bien aimé le peu de temps que j’y ai passé, mais visiblement, je ne « fit » pas dans le décor; je suis trop extrémiste, et trop persuadé face à mes valeurs et ma vision du monde.

    Alors je vous souhaite le meilleur, à chacun de vous, et je tire ma révérence…

    Les 2 seules personnes dont le nom m’est resté positivement en tête sont Aimé Laliberté et Alain B.

    Je vous comprenais et vous me compreniez.

    Si vous voulez jaser de tout et de rien, je vous invite à m’écrire:

    simonlevegetarien@gmail.com

    Ceci étant dit, je ne suis pas choqué contre personne, et Aimé et Alain n’étaient pas les seuls avec qui j’ai pu communiquer efficacement.

    J’invite toute personne désirant discuter à communiquer avec moi par courriel, puisque je quitte ce forum définitivement.

    Adios, amigos!

  30. le moine pendu

    bonjour à tous
    je vous pris d’excuser ma vulgarité mais j’aime parler simplement de choses compliqués (à vous lire, rendre l’anarchie digeste est extrêmement compliqué !)
    qu’est-ce que l’anarchie ? pour certains c’est une utopie (dans le sens un truc irréalisable), pour d’autres c’est une lutte (oui oui) contre l’état (l’étatisme honni)
    pour moi, l’anarchie pourrait se résumer à un mot : respect !
    avez vous vraiment besoin d’une loi pour vous empêcher d’aller trucider, voler, emmerder votre voisin ? tant que les humains n’auront pas développé leurs conscience, l’anarchie sera effectivement une utopie !
    pour ce qui est du « parentage » (?), la procréation et l’extinctionnisme et de savoir si ceux qui ne veulent procréer sont « quelques asociaux, tant au niveau amical qu’amoureux mal dans leur peau » permettez moi de vous affirmer que, sans être asocial ni mal dans ma peau, je ne veux pas procréer afin de ne pas « rajouter de la misère à la misère » (plutôt que de rajouter des humains, je préférerai m’occuper de ceux qui sont abandonnés)
    navré de vous décevoir mais la planète n’est pas extensible.
    quand à la liberté individuelle ou collective (comment l’une peut elle exister sans l’autre ?), l’important est d’être libre mentalement (même si je ne peux faire tout ce que je veux, je suis néanmoins libre car mon esprit l’est !)

  31. Eh bien, ce commentaire soi-disant « vulgaire » est un des meilleurs que j’ai lus ici!

  32. le moine pendu

    merci david
    j’entends par « vulgaire », ce qui est compréhensible par le plus grand nombre

  33. Pingback: Ne bouge surtout pas! « Les 7 du Québec

  34. Pingback: Ne bouge surtout pas! « Renart L’éveillé / Carnet résistant

  35. le moine pendu

    « L’égoiste est celui qui n’a pas d’enfant et qui n’en veut pas mon cher, réfléchis! »

    j’ai beau mettre mon reste de neurones en ébullition mais je ne comprend pas !
    simon lefebvre ayant abandonné le debat, l’un de vous peut il m’éclairer sur ce sujet ?
    peut être Renart a-t’il une réponse ?

  36. Darwin

    «L’égoiste est celui qui n’a pas d’enfant et qui n’en veut pas »

    Le problème n’est pas de comprendre la phrase, mais de deviner l’interprétation de l’auteur, et surtout d’accepter son postulat de départ. J’imagine en effet que cette phrase repose sur le postulat que cela prend des enfants absolument, que ce soit pour perpétuer la race humaine ou l’ethnie québécoise, pour payer nos pensions, pour satisfaire aux pulsions naturelles de tous les êtres vivants (se reproduire) ou pour obéir à des préceptes religieux (croissez et multipliez-vous). Si on accepte ce postulat (que l’auteur semble trouver évident), on peut conclure que celui qui n’a pas d’enfant laisse aux autres le soin et le trouble d’en avoir et ne pense qu’à son petit confort personnel.

    Comme toujours, le problème n’est pas de démontrer la conclusion, mais le postulat…

    P.S. J’ai deux enfants, ne considère égoïste ni ceux qui en ont, ni ceux qui n’en ont pas. C’est une question personnelle de choix de vie et de valeurs.

  37. le moine pendu

    merci darwin mais dans ce postulat
    « que ce soit pour perpétuer la race humaine ou l’ethnie québécoise, pour payer nos pensions, pour satisfaire aux pulsions naturelles de tous les êtres vivants (se reproduire) ou pour obéir à des préceptes religieux (croissez et multipliez-vous) » , où est la place de l’enfant ? il fait des enfants pour SON confort mais quid de celui de l’enfant ?

  38. le moine pendu

    les enfants seront ils heureux lorsqu’ils seront entassés les uns sur les autres et que la terre ne sera plus suffisamment vaste pour les nourrir tous correctement ? sauf à détruire encore un peu plus les zones sauvages ainsi que leurs habitants naturels (faune et flore)

  39. clusiau

    Il me semble que celui qui fait des enfants pour assurer son futur est un égoïste et celui qui n’en fait pas ben, cé tsé affaire !

  40. Nicolas

    L’anarchie n’est pas seulement ce qu’en dit le site mis en lien de le texte. Et pourquoi aurait-on nécessairement besoin de l’État? Les rares sociétés matriarcales n’ont pas d’État et fonctionnent beaucoup mieux que les nôtres. Leur liberté collective est bien supérieure à la notre. Il suffit de se renseigner sur le peuple Moso au sud-ouest de la Chine ou sur les Trobriandais dans les Îles du pacifique.

    N’oublions-pas que l’État est la mafia #1 et la famille la secte #1. Sans État pas d’armes nucléaires, pas d’armée, pas de police, pas de système bancaire, donc pas de pauvreté et de misère, de guerres mondiales, de violence, d’injustices créées artificiellement et à grande échelle. Tout les maux seraient beaucoup moindre ou même presque inexistants comme le démontrent les sociétés matriarcales.

    Concernant la procréation, le problème n’est pas d’avoir des enfants, mais d’en devenir esclave pour les nourrir, de ne pas avoir le temps de travailler sur soi pour s’en occuper, de répéter l’éducation autoritaire si répandue, de transmettre ses patterns et souffrances avant de les avoir réglés en bonne partie. Soyons sincère, presque tout le monde fait des enfants par instinct et par égoïsme. Un enfant élevé par une communautée (incluant ses parents) est préférable et moins possessif. Cet enfant aura une éducation plus ouverte, avec la possibilité de choisir ce qui va plus dans le sens de ses intérêts.

  41. Que dire…

    Il y a autant d’anarchismes que d’individus.

    D’où ces douces chicanes. Qui montrent le mérite de l’anarchie. Plus sains sont les désaccords que les accords…

  42. En dialogue avec votre texte sur Platon
    Je viens de poster un billet
    qui peut vous intéresser :
    éloge de la caverne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s