Lettre à tous les députés québécois

Chers compatriotes,

Je vous regarde aller et j’entends vos propos qui reviennent sans cesse à parler d’une bonne gouvernance, à Québec comme à Ottawa. Il est certes important de parler de finances publiques en ces temps de dérives scandaleuses de la part des gouvernements en place et de ses institutions paralysées par l’immobilisme ainsi que par des favoritismes contraires à toute éthique et à tout progrès sociétal.
J’aimerais, en tant que militant de la première heure du mouvement indépendantiste, vous faire remarquer que, plus vous parlez la langue de bois de vos conseillers en communications, plus vous contribuez à susciter au sein de la population québécoise un désabusement qui se traduit par un faible taux de participation à l’exercice démocratique.

Au PQ-Marois, on s’affaire dans les cuisines à concocter des plans pour reprendre le pouvoir avec une stratégie de petits pas susceptible de rassurer tout le monde, surtout ceux qui ne croient pas que le Québec aura son statut de pays. Le nez bien collé sur les préoccupations quotidiennes, vous en avez oublié l’essentiel: Donner le goût du pays et faire rêver tout un peuple de la reprise en mains de ses affaires.

Vous vous enlisez dans de vieilles façons de faire de la politique politicienne et, ce faisant, vous vous privez des forces les plus vives et les plus dynamiques de ceux qui croient vraiment faire l’Indépendance. C’est à se demander si vous y croyez encore, à force de vous voir remettre aux calendes grecques les échéances essentielles à notre survie collective. D’ailleurs, le parti s’est empressé de tasser les résolutions du dernier congrès et de repousser la tenue de ces prochaines assises…le plus loin possible. Auriez-vous peur du jugement sévère de vote base militante qui ne demande qu’à reprendre le combat pour le pays ?

Au Bloc québécois, on tourne en rond en se donnant pour mission, non pas de provoquer la rupture avec le Canada, mais plutôt de « défendre les intérêts des Québécois et des Québécoises » dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle avec laquelle vous pactisez depuis des lustres. Quand un chef soi-disant indépendantiste s’abaisse à coucher dans le même lit que Stéphane Dion, nous sommes très loin de la mission première de cette formation politique qui devait être temporaire en attendant l’Indépendance, mais qui s’enlise dans les méandres du fédéralisme devenu fort rentable pour plusieurs carriéristes.

Le peuple peut bien ne plus accorder sa confiance à ses « élites » indépendantistes qui semblent tout faire pour repousser l’affrontement inévitable.

En bons colonisés, victimes du syndrome de Stockholm, nos chefs de file souverainistes évitent à tout prix la chicane et, en voulant plaire à tout le monde et à son père, ils en viennent à se mettre à dos ceux qui les ont ardemment supportés depuis des décennies.

Pourquoi ne pas avoir fait sur la scène internationale le procès des exactions du Canada à l’égard de notre nation ?
Pourquoi ne pas avoir contesté au même niveau les résultats du référendum truqué de 1995 ?
Pourquoi s’acharner à voir dans des référendums la seule solution pour nous sortir du carcan fédéral ?
Y a-t-il eu un référendum pour nous faire entrer dans la fédération canadienne, dont nous ne reconnaissons même pas la Constitution ?

Conscients qu’une grande majorité de Québécois ( environ 85%) répudient la fonction de Lieutenant Gouverneur, le représentant au Québec de la monarchie anglaise, nous sommes de plus en plus nombreux à souhaiter et à croire en une Union des forces républicaines, de toutes tendances idéologiques, pour mener à bien la bataille contre le régime de monarchie constitutionnelle et pour l’instauration d’une République typiquement québécoise, comme le désiraient nos frères les Patriotes de 1837, pendus, exilés, massacrés par les impérialistes anglais et leurs valetaille canadienne-française.

Nous sommes de plus en plus nombreux à être convaincus de tenir en main une approche gagnante qui saura rallier une grande majorité de Québécois autour d’un projet de Constitution simple et limpide d’un État de droit pour le peuple et par le peuple.

Au cours des prochaines semaines et des prochains mois, tous les députés seront interpellés et invités à se joindre à notre projet républicain, seul rempart contre le néocolonialisme anglo-saxon. Nous pourrons alors voir le vrai visage de ceux qui disent parler en notre nom et déterminer ceux qui sont avec nous et ceux qui préfèrent le statu quo.

Notre action se veut au-dessus de toute considération partisane. Nous ne visons qu’à rassembler enfin les forces vives nationalistes, souverainistes et indépendantistes afin de mettre un terme aux tergiversations stériles parce que nous voulons nous donner un pays qui nous ressemble et faire partager ce grand rêve à toute la population.

Il est temps de mettre fin aux divisions et de nous unir sous la bannière républicaine avec un projet de Constitution simple, clair et compréhensible pour la grande majorité de nos concitoyens.

Nous sommes convaincus que le temps est venu de relever ce défi et nous faisons appel à tous ceux qui sont capables de s’effacer et de mettre de côté leurs petites ambitions personnelles pour se rallier et reprendre le combat jusqu’à la victoire finale.

Vive la République du Québec !

PIERRE SCHNEIDER

74 Commentaires

Classé dans Non classé

74 réponses à “Lettre à tous les députés québécois

  1. @sopadeajo – je ne soustrais absolument pas à l’association que vous faites avec les « juifs ». Qu’ils le soient ou non ne les rends pas coupables – c’est ce qu’on appel culpabilité par association.

    Ceux qui adèrent aux philosophies contraires à nos droits inhérents à la vie, la liberté et la poursuite du bonheur sont, à mes yeux, et peut importe leur religion, les gens qui doivent rencontrer mon opposition.

    Si vous êtes capables de ré-aligner la discussion et le débat dans votre communautré sur ces aspects, je suis convaincu que vous aurez l’oreille d’un plus grand nombre.

    Cela vaut également pour les discussions ici.

  2. sopadeajo

    Quelles sont ces philosophies contraires à la poursuite du bonheur dont vous parlez, que vous venez d´inventer, monsieur missive du Texas ?

    Cela sent la doctrine impériale colonialiste, celle qui voulait envahir Cuba (qui essaya de le faire dans la Bahía de los Cochinos, mais échoua); parce que les Cubains ne pouvaient etre heureux que sous l´empire colonial amer-y-Cain (etatsunien),; sans comprendre que l´homme est digne et que les etatsunis ne reperesentent pas l´humanité, ni son ideal, comme personne ne represente d´ailleurs l´ideal humain, et heureusement…Qu´est-ce que vous ne comprenez pas monsieur Missive?

  3. Allez-voir ceci:

    Les États-Unis sont graduellement devenus le même outil impérialiste qu’a été l’Angleterre dans les années 1800 et est maintenant sous le contrôle des mêmes familles de cette époque.

    Je n’invente rien, ce à quoi je faisais référence est présent dans la déclaration d’indépendance américaine ainsi que la constitution. Le présent système gouvernemental à Washington est à 99% illégitime selon les articles 9 et 10 du « bill of rights ».

    Pour le reste cher ami, si vous n’aimez pas les suggestions et avez un niveau de susceptibilité élevé, bonne chance sur les blogs…

  4. sopadeajo

    http://www.gara.net/azkenak/09/154887/es/Suspenden-consulta-Arenys-Munt-sobre-independencia

    Le gouvernement SSocialiste (un vrai gouvernemnet fasciste, en fait bien pire en tout que la droite; en tout) a interdit judiciairement que l´on puisse faire un référendum sur l´indépendance de la Catalogne dans le petit village d´Arenys de Munt dans la province de Barcelone, en Catalogne.
    Voilà la démocratie de ces salauds de socials-traîtres (demandez aux révolutionnaires allemands de l´époque de Rosa Luxembourg, par qui ils avaient été littéralement exterminés ; cela vient de loin).
    Le problème que les SSocialistes-fascistes ont , c´est qu´on les connaît et que la mairie d´Arenys de Munt avait prévu le coup: le référendum se fera dans un local qui ne sera pas un local de la mairie; mais il se fera. Sauf qu´ils nous envoient l´armée, bien entendu…

  5. PYL

    @décembre

    Hé,

    Je parcoures les commentaires de ce thème depuis ce matin (petite journée) et ça me frappe à quel point j’aime tes interventions. J’avais envie de commenter dans la même veine, mais je me suis dit à quoi bon… Laissons ces indépendantistes penser qu’ils le sont vraiment après avoir acheté leur chandail (fabriqué en Chine) chez Wal-Mart et après qu’ils sortent de la banque pour avoir investi leur REER dans des fonds immobiliers américains.

    Mais quand tu as cité Zappa, je me suis dit : j’écris.

    Es-tu musicien (enne)?

  6. Rémi

    Pourquoi écrire une lettre aux débutés Québécois?

    Ils ne peuvent rien faire. C’est le peuple qui doit agir, mais est-ce qu’il le fera?

  7. PYL

    Merci Rémi,

    Tu résumes ma pensée en quelques mots. Jamais le peuple n’a eu tant de pouvoir. Il a le pouvoir d’achat. Consommer, c’est voter. Retourner tous dès maintenant l’étiquette de votre chandail ou de votre pantalon. Qui en a une où il est écrit « fait au Québec », ou au pire, « fait au Canada ou aux US »? Personne. Mais ça se fait, oui, ça se fait. Sauf que ça paraît bien mieux de s’élever haut et fort que de prendre des moyens concrets pour stimuler l’économie locale, faire grandir les PME québécoise, investir, nous créer un PIB distinct, bref, agir de façon intelligente à travers la seule chose qui compte vraiment, l’économie. Continuez de vous battre contre et avec la politique. Vous perdez votre temps.

    C’est l’agent. Snif, snif, ce n’est que l’argent; arrêter de prétendre que c’est secondaire. C’est là, l’intervention à faire.

  8. Aimé Laliberté

    PYL

    S on était vraiment sérieux à propos de l’argent, on cesserait de l’utiliser. On prendrait tous nos faux billets et soldes créditeurs, et on achêterais tous de l’or et de l’argent, laquelle serait l’unique monnaie d’échange. Mais on est loin de là…

  9. PYL

    Aimé,

    Oui, je t’entend, mais le problème est que l’argent, on est pris avec! On ne peut pas convaincre les gens d’arrêter de l’utiliser pour consommer des biens utiles, ou non. Ce qui me désole, c’est de constater que les « révolutionnaires » (séparatistes, ou autre) s’imaginent que la masse (québécoise), pas l’individu, la masse, a une préoccupation autre que celle de l’accès aux biens et aux profits. Alors, plutôt que de s’engager dans une lutte d’idée qui n’est rien d’autre que du déplacement de nuages, il faudrait plutot accepter cet état de fait et il faudrait se demander comment il est possible de construire une société québécoise distincte, modèle, à travers et avec un système capitaliste, élitiste et centré sur l’accumulation de biens (pas que ça me plaise). La production, la consommation et la promotion de biens québécois me semble la seule façon réaliste d’y arriver.

    On voudrait trop. On voudrait que le système change, on voudrait l’égalité sociale, on voudrait l’indépendance, on voudrait que la consommation ne prennent pas autant de place… Pendant ce temps, rien ne se fait, rien ne bouge et on vit sur l’espoir que quelqu’un, ou quelque chose viendra tout révolutionner. Très, très québécois comme façon de faire.

    Et de se tourner vers la politique… s’il-vous-plaît…
    Nous ne sommes plus dans les années 70.

  10. Rémi

    @ PYL:

    On voudrait trop. On voudrait que le système change, on voudrait l’égalité sociale, on voudrait l’indépendance, on voudrait que la consommation ne prennent pas autant de place… Pendant ce temps, rien ne se fait, rien ne bouge et on vit sur l’espoir que quelqu’un, ou quelque chose viendra tout révolutionner. Très, très québécois comme façon de faire.

    Très bon point!

    On parle souvent de changement, d’alternative au système actuel, au capitalisme, mais on oublie trop souvent que le 9 dixième de la population ne pense pas à ces choses-là.

    Le vrai changement va s’imposer de lui-même quand le système actuel va s’effondrer. Le peuple devra alors prendre une décision: revenir comme c’était avant, alors qu’on sait que c’est voué à l’échec, ou bien repartir à neuf avec une société qui place l’humain et la nature en priorité. Une société nouvelle. Durable.

  11. Pierre Schneider

    @PYL: Je suis bien d’accord que tout le monde achète des produits fabriqués en Chine, mais a-t-on vraiment le choix ?
    Moi en tout cas je passe des jours et des jours à rechercher meubles, vêtements, outils, etc, fabriqués ici même au Québec et je ne trouve, la plupart du temps, sur les tablettes de nos marchands québécois des produits « made in China ».
    C’est extrêmement frustrant, mais nous n’avons pas beaucoup de choix.
    @ sopadeajo: Nous aimerions entrer en contact avec vous à l’adresse suivante: republiqueqc@gmail.com

    merci.

  12. @Pierre Schneider – ha ben, pas surpris de voir que M.sopadeajo vous intéresse, c’est bien ce que tout bon agent de l’élite aimerait attirer dans ses filets.

    Vous venez, à mes yeux, de discréditer tout ce qui entoure vos efforts pour une « république ».

    Une république qui garantit et protège le droit à la vie, la liberté et la poursuite du bonheur, ok.

    Une république anti-anglaise et anti-sémite, non merci.

    Une autre belle p’tite passe de l’élite pour mieux diviser et conquérir. Mais on commence à les voir venir celles-là, Dieu merci.

  13. En passant, pour ceux qui n’ont pas encore une image clair de ce qu’est une république, voyez ceci:

  14. Sophie Guillot

    à sopadeajo

    Je doute tout de même que les Espagnols aient préféré Franco au gouvernement Socialiste qu’ils ont aujourd’hui…
    Rien qu’à voir le taux d’immigration en France des Espagnols sous Franco, et celui présentement, je pense que cela parle tout seul.

    Je ne dis pas cependant que le gouvernement Socialiste actuel soit parfait , loin de là . La majorité des partis Socialistes Européens aujourd’hui sont à gauche pour se faire élire, pendant les campagnes électorales, mais sont bien à droite une fois au pouvoir. La politique qu’ils appliquent n’est absolument pas de gauche, ils font la même chose que les partis de droite, voire pire.

    Mais de là à considérer qu’ils sont pire encore que les fascistes, pour un Européen, c’est nier l’horreur que fut l’Allemagne nazie, l’Italie Mussolinienne, la France Pétainiste, ou l’Espagne Franquiste.

    Sincèrement je pense que le fascisme est largement pire que le socialisme, même si je reconnais pleinement l’hypocrisie de ce que j’appelle la gauche caviar qui entend bénéficier strictement des mêmes privilèges que les élites de droite , et donc commettre les mêmes actes irrespectueux des petites gens.

    L’exemple dont tu parles à propos du référendum n’est pas nouvelle.

    En 2005, la France organisa un référendum pour demander aux français s’ils voulaient d’une Europe libérale. 55% d’entre eux dirent non, et malgré ça, le gouvernement avec la complicité du Parti Socialiste Français ont bel et bien signé des accords pour appliquer le traité de Lisbonne, ce qui revient à nier carrément la volonté des 55% d’électeurs; alors comment s’étonner qu’au dernier scrutin Européen , 60% se soient abstenus d’aller voter….

  15. Pierre Schneider

    @MissiveduTexas: Vous interprétez mal, mon ami. Oh que oui !

  16. sopadeajo

    Sophie,

    J´appelle les socialistes des social-traîtres et c´est la stricte vérité. Les socialistes ont liquidé la gauche en France et en Espagne et partout ailleurs.Ils font strictement la même politique de grand capitalisme, de grand commerce, que la droite libérale.Ils sont donc pernitieux pour un pays, pernitieux pour les idées, pernitieux pour la politique. Parce qu´ils se disent de gauche (et nous voyons jour après jour que c´est faux) tout en faisant la même politique de droite en tous points que la droite. Il s´agit donc d´une vraie mafia nocive qu´il faudra commencer à combattre avec toutes nos forces, partout où elle se trouve (en France aussi..). Cela fait presque 40 ans que je contemple comment les socialistes ont éliminé petit à petit, renoncement après renoncement, tout ce qui était critique, à gauche d´eux; une vraie mafia , mais bien pire et bien plus dangereuse que la mafia en Italie ou dans d´autres pays. Bien sûr que je comprends bien que Sarkozy n´est pas mieux qu´eux; mais cet argument n´est pas suffisant.Quand à la répression des mouvements indépendantistes, une répression sâle, profondémment antidémocratique, terriblement fasciste, je la suis tours les jours chez moi. Croyez moi, ils sont pires que tout.Il n´y aura pas de renouveau en Europe si nous ne les sortons pas. Croire que ces salauds infâmes ne sont pas si mauvais parce qu´il y a encore pire, est FAUX: Il n´y a pire qu´eux pour la gauche, pour le renouveau, ou simplement pour le pays;pour tout ce que vous voudrez. Sarkozy est égal à eux, et c´est pour ça qu ´eux sont les pires, parce que les gens ne s´en doutent pas et pensent que les seuls mots  » nous, la gauche » ou « notre défense des démunis » suffisent.Il faut les démasquer.
    La terrible répresion et massacre par la police et par l´armée des révolutionnaires Spartaquistes en Allemagne c´étaient déja eux; les traîtres SSocialistes.
    Musolini étit socialiste et fut le directeur du plus grand journal socialiste d´Italie. Le parti nazi d´Hitler s´appelait -était-ce un hasard?- le parti national socialiste allemand. Je sais ce qu´ils nous ont fait au pays basque; ce sont des ennemis pour toujours, à jamais, avec toute la force dont nous disposerons. Change your mind, ce sont eux les fascistes, c´était eux, les fascistes, c´est eux qu´il faut combattre; ne cherchez pas ailleurs.

    L´argument de la « richesse » soudaine de l´Espagne (ou de sa vitalité) s´explique par la régression Galtonienne.Les mouches de Galton revenaient à leur taille normale si elles étaient trop grandes ou trop petites dans les générations suivantes. L´Espagne était au dessous de ses moyens (ce fut le premier empire moderne; plus fort à son époque que les etatsunis le sont actuellement) dans la période de la deuxième république et celle de Franco; elle a régressé Galtoniennement à son niveau moyen, mais ne progressera plus, comme ne progresse plus la France.

  17. Sophie Guillot

    L’Espagne contemporaine a beaucoup progressé sur les avantages que lui ont conféré l’UE, avantages qui se révèlent bien fragiles dans la crise actuelle.

    Les Socialistes tels que le PS en France ou le PS au pouvoir en Espagne aujourd’hui est pernicieux, je veux bien l’admettre, cependant, Sarkozy a aussi été élu sur de gros mensonges, et en se reposant sur l’électorat de l’extrème droite, en vantant les mérites de l’expulsions d’étrangers, ce que Sarkozy fait en tous points pour tenter de garder les voix du FN qui l’ont élu . ( le FN = 20 % en 2002, ne l’oublions jamais) .

    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les grandes avancées sociales en France l’ont été en grande partie grâce aux anciens résistants qui ont contribué à fonder la Sécurité Sociale, et la Caisse d’Allocations Familiales. Ces résistants avaient , du fait de leur engagement et de leur courage dans leur opposition à l’occupant, et du prix qu’ils ont payé dans les déportations, un poids indéniable sur la politique française de l’immédiate après guerre. Nombre d’entre eux étaient de sincères militants communistes qui ne croyaient déjà plus au capitalisme . Cela ne veut pas dire qu’ils validaient l’URSS dans les pratiques du goulag, ne nous méprenons pas. Mais quand dix ans plus tard, de jeunes français ayant vu dans leur enfance l’occupation allemande se sont retrouvés engagés en Algérie, parmi eux, certains disaient « ce sont nous les boches dans cette guerre ». Prétendre que la France se résume à des colonialistes acharnés est réducteur tout autant que de dire que tous les communistes ou les gens de gauche sont corrompus , mais pour ce qui est des Socialistes Français, à voir la façon perfide dont ils accèdent à des postes de pouvoir au sein d’un gouvernement libéral à la Sarkozy aujourd’hui , je me dis que il ne peut être question pour n’importe quelle personne dignement de gauche d’adhérer à une quelconque alliance avec eux. Ils sont de droite et n’ont de Socialistes plus que le nom, et de gauche plus que l’étiquette.

  18. Pierre Schneider

    J’aime beaucoup les nuances apportées par Sophie Guillot. Contrairement à ce que pense l’anonyme MissiveduTexas, je suis républicain, donc humaniste et soucieux du bien-être de mes compatriotes.
    Les socialistes français, c’est bien connu, sont devenus avec l’âge très bourgeois et ils mènent leurs affaires comme une business. On est loin des grands principes humanistes. On fait dans le commerce, on pactise avec des pourritures comme le petit Napoléon Sarkozy et on s’auto-congratule impunément.
    S’il y a eu une remontée de la droite à travers le monde ces dernières décennies, c’est que la gauche est très malade. Elle est comme notre Parti québécois, qui est pris en otage par une bande de carriéristes opportunistes qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts au détriment de la lutte que nous menons pour notre indépendance.
    C’est pourquoi nous refusons de nous identifier à cette « gauche » là. Nous sommes des résistants et des révolutionnaires républicains qui sommes soucieux de décoloniser la mentalité québécoise, trop souvent victime du syndrome de Stockholm.
    Et, quoiqu’en pensent les désabusés et cyniques qui écrivent souvent sur ce site, nous allons nous battre jusqu’à la victoire.
    Nous battre…ou disparaître.

  19. Sophie Guillot

    à Pierre

    Je crois volontiers que le PQ est bel et bien atteint de la même maladie que le PS chez nous. Regardez ce printemps l’apathie des députés péquistes dans le scandale de la Caisse… ne trouvez vous pas cela scandaleux que ce parti qui se dit d’opposition n’ait pas littéralement fait un foin du diable pour que Rousseau s’explique face au peuple qui vient de se voir spolier à ce point là ?
    Les PQistes sont indépendantistes, ( ho pardon j’ai écrit un gros mot, « autonomistes », on n’ose plus prononcer le mot indépendantiste au PQ ) le temps d’une campagne électorale, comme le PS est de gauche dans les discours, mais une fois élus, le projet d’indépendance est renvoyé aux calendes grecques, et les progrès sociaux sont mis sous la pile de dossiers prioritaires.
    Madame Marois a retiré du programme de son parti l’article précisant que le but était la conquête de l’indépendance, sans même en référer à son parti et sa base, ce qui est tout de même révélateur. Plus antidémocratique que ça, tu meurs !
    Le PS n’est devenu qu’un panier de crabes , ou chacun est prêt à bouffer l’autre pour avoir les postes de pouvoir. La lutte intestine pour l’élection de la première secrétaire est à ce titre représentative de l’essentiel des préoccupations des Socialistes Français d’aujourd’hui. Laissons les donc s’entretuer, se crêper le chignon mais cessons de leur donner nos voix. La déculottée qu’ils ont pris lors des Européenes face au parti Europe Ecologie qui n’existait pas il y a quelques mois et qui a remporté autant de sièges qu’eux au parlement Européen est significative tout de même.
    Notre petit Caporal s’est d’ailleurs montré modeste dans sa victoire relative, l’abstention de plus de 60% de l’électorat ressemble plus à un désavoeu généralisé de la politique et les 28% de voix pour l’UMP ne représentent en fait qu’un tout petit peu plus que 10 % de la population française qui vote … comme soutien on a vu mieux.
    De Gaulle aurait depuis longtemps démissioné avec un tel score…

    Mais Sarkozy notre Caporal bling bling a tellement planté de couteaux dans le dos de ses propres partenaires pour enfin arriver au pouvoir qu’il n’est pas du tout disposé à lâcher le manche.
    Drôle un peu comme Harper, avec son gouvernement minoritaire qui ne parvient plus vraiment à gouverner…

  20. @Pierre – que d’arguments.

    Que vient faire la philosophie humanitaire avec la gouvernance de forme republicaine ?

    Pourquoi, parmis tous les gens qui contribuent, vouloir etre en contact avec opadeajo, une personne anomyme egalement, je le souligne, qui de toute evidence en a contre les juifs?

    De quoi a l’air votre constitution?

  21. Sophie Guillot

    Je ne tiens pas particulièrement à être en contact avec Sopadeajo plus qu’avec vous, je suis sur un ordi de prêt et je n’ai pas accès à vos liens, je ne discute pas quand je ne sais pas l’objet de la discussion et en ne pouvant accéder aux liens, je préfère m’abstenir que de passer à côté d’éléments importants peut être.

    J’ai fait une remarque à Sopadeajo parce que je ne partageais pas entièrement son point de vue, pas plus que cela.

  22. sopadeajo

    Le référendum dans le petit village d’Arenys de Munt (8000 habitants) dans la province de Barcelone, en Catalogne se déroule bien.Malgré la mafia socialiste (ils sont bien plus de droite et réactionnaires que la droite , ne sont donc plus qu’un groupe mafieux) qui a appelé a ne pas voter, la participation semble être de l’ordre des participations dans les votations officielles.La question traduite en français est:
    Etes vous d’accord pour que la Catalogne devienne un Etat de Droit, Indépendant, démocratique et social intégré au sein de l’Union Européenne?

    Je suis presque certain que le oui gagnera.

  23. sopadeajo

    le oui a gané avec 96 % de oui, 2% de non et 2% de votes nuls ou blancs avec 41% de participation. La participation est un peu faible, mais supérieure à celle qui eut lieu lors des élections Européennes.
    Il est clair que les indécis et ceux qui se sont abstenu plutôt que de voter (même non), sont en minorité et ceci dans toute la Catalogne dont 64% des villes petites ou grandes sont de majorité nationaliste/indépendantiste catalane. Idem pour le pays basque avec au moins 85% des villes grandes ou petites basque-nationalistes/indépendantistes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s