MAIROFOLIES 2009

Sim city Image1

Une ville, dans le systeme de gouvernance qui prévaut aujourd’hui au Québec, a bien peu de pouvoirs. D’abord, elle n’est qu’une créature du gouvernement de Québec qui pourrait légiférer sa mise en tutelle… ou son extinction. Ensuite, elle ne s’occupe pas des grands dossiers . La politique étrangere, la monnaie, c’est Ottawa. La santé et l’éducation, c’est Québec… alors, souvent, au municipal, on rigole…

Mais Montréal, pour faire les petites choses qu’on lui confie, c’est tout de même un budget de 4 milliards de dollars, ce qui est l’ordre de grandeur de celui de Cuba pour s’occuper de presque tout sur son île… ou du PNB au complet de Haïti ou d’une grande partie des pays du monde. Alors, un peu de sérieux ne fait pas de mal.

http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/05/31/montreal-labeaume-et-sim-city/

Maire de Montréal, c’est peu de pouvoir, mais une grande autorité… si on parle sérieusement et qu’on est respecté. Le 1er novembre, on va se choisir un maire. On le voudrait sérieux et respecté. Or, ce n’est pas gagné. Les choix à faire ne sont pas évidents. Il y a clairement deux (2) candidats dans le peloton de tête – Gerald Tremblay et Louise Harel – mais ils ont tous deux leur handicap.

Gerald Tremblay, le maire en poste, a le défaut que son administration ait prêté le flanc à de sérieuses accusations de corruption. Nul n’a fait la preuve qu’il en ait été le responsable ou le bénéficiaire, mais il a indubitablement l’image d’avoir été naïf ou négligent. Inspire-t-il aujourd’hui le respect et la confiance nécessaires ? Ne suffira-t-il pas d’un candidat minimalement acceptable pour que population vote CONTRE Tremblay ?

http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/05/06/le-proces-de-la-sottise/

Louise Harel, la principale rivale du Maire Tremblay, est respectée et perçue comme compétente. Son handicap ? Être identifiée comme indépendantiste par une large part des anglophones de Montréal et être largement soupçonnée de venir sur la scène métropolitaine continuer le débat national. Elle a été farouchement opposée à la dilution des pouvoirs du Grand Montréal dans un réseau pyramidal de villes, puis d’arrondissements, dont tout le monde constate qu’il est inefficace, mais dans lequel les minorités voient une protection. The Gazette ne laissera pas les anglophones l’oublier.

http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/06/06/le-charme-discret-de-la-zizanie/

Tout indique un clivage de l’électorat selon les critères de la langue et de l’identification politique au palier national. Entre le libéral Tremblay et la péquiste Harel, tout est donc clair et simple. Mais ça, tout le monde le sait… Les deux partis ont donc vite pris action pour échapper à cette fatalité. Ils comptent pour le faire sur l’enchevêtrement des mélodies en sourdine de leurs deuxièmes violons.

Louise Harel, dont le point faible est la communauté anglophone, a obtenu le soutien de Julius Grey, avocat bien connu des causes controversées; elle en sera certes une pour lui dans son propre milieu…. Pour un anglophone qui ne veut vraiment pas voter pour Tremblay – mais qui ne sait comment voter Harel sans paraître félon – le soutien de Grey sera une excuse acceptable, mais il faudra que Tremblay l’ait vraiment bien déçu.

Riposte de Gerald Tremblay, recruter comme flamboyante seconde Diane Lemieux, grande rivale de Louise Harel au sein du Parti Québécois. Ceux qui n’aiment pas Madame Harel pourront ainsi voter contre celle-ci sans abjurer leur foi indépendantiste… Avec Grey et Lemieux, on enlève ce que pourrait avoir de choquant une partage « ethnique » des votes, mais on risque de simplement réduire la motivation et d’avoir un absentéisme record.

L’autre scénario est celui du troisième homme – Richard Bergeron, de Projet Montréal – dont on ne peut mieux définir la position sur la ligne de départ qu’en citant le blogue Rue Frontenac : « Le meilleur candidat à la mairie de Montréal s’appelle Richard Bergeron. Il n’a aucune chance de gagner, parce qu’il est trop brillant pour jouer la petite game politique …»

Un jugement qui semble une flatteuse accolade… sauf quand on comprend que les Montréalais SAVENT que gérer cette ville va être une petite « game » politique … Quand le candidat Bergeron souligne la roublardise de Louise Harel qui a infiltré le parti Vision Montréal pour en prendre le contrôle et a presque réussi en faire autant de Projet Montréal, il lui donne aussi involontairement l’accolade, car c’est cette roublardise qui sera souvent nécessaire au Maire de Montreal dans ses tractations avec les autres paliers de gouvernement, ses fournisseurs et ses employés.

Plutôt que de défier ses rivaux sur ce plan de l’astuce, Bergeron a pris pour stratégie de jouer à fond la carte de l’intégrité. Il l’a fait ostensiblement, en mettant dans son camp camp le juge John Gomery, connu pour son rôle dans la Commission du même nom sur le scandale des commandites.

Stratégie habile, car si les affaires de corruption dans l’administration municipale font la manchette des médias, il suffirait que le Maire Tremblay perde des points dans les sondages et ne paraisse plus avoir une chance de gagner, pour que le vote anti-Harel de la commuauté anglophone afflue vers Bergeron et le propulse en tête. Un coup de dés…

Il y a aussi la “quatrième option”, Louise O’Sullivan. Ex-membre du Comité Exécutif, démissionaire du Parti de Gerald Tremblay en 2005, elle est actuellement en retrait. Si les sondages lui donnaient une quelconque importance, toutefois, elle pourrait se rallier à l’un des autre partis à des conditions intéressantes… et ces élections la feront connaître…

Autre chose ? Il y a Michel Brulé, l’éditeur, qui n’a jamais renié son intention annoncée en mai de se présenter comme candidat à la Mairie de Montréal. Silencieux pour l’instant, mais s’il faisait acte de candidature et capturait le vote ultra-nationaliste que Louise Harel ne peut se permettre de courtiser, il brouillerait sérieusement les cartes…

http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/05/07/michel-brule-l’incontournable/

Je meurs d’envie de voir les premiers vrais sondages..

Pierre JC Allard

7 Commentaires

Classé dans Actualité, Pierre JC Allard

7 réponses à “MAIROFOLIES 2009

  1. Aimé Laliberté

    Les élections municipales au Québec … quelle bullshit!

    Lors des dernières élections municipales, on a décidé d’utiliser les machines à voter électroniques dans la plupart des municipalités. Puis, il y a eu divers malfonctionnement et on s’est rendu compte (après les élections) que les machines n’étaient pas fiables. Pire, les maires nouvellement élus ne pouvaient pas véritablement prouver qu’ils avaient reçu les votes requis pour être élus.

    Qu’à cela ne tienne, le directeur général des élections, celui-là même qui aurait dû s’opposer au vote électronique, décide que les élections étaient valides, même si les machines ont mal fonctionné et même si elle peuvent facilement être piratées. Et personne ne dit rien!!! Aucune procédure judiciaire pour invalider le vote, rien!
    Un peuple de moutons.

    Donc, maintenant on recommence. Une autre élection fake, avec divers candidats fake qui vont vous faire des promesses fakes pour se faire réélire pour un autre 4 ans.

    Moi, je ne participe pas à ce cirque, à cette masquarade, à cette bullshit dont le seul but est de permettree aux politiciens parasites d’avoir un semblant de légitimité pour venir voler le fruit de votre labeur.

    D’la marde! Je ne vote pas pour aucun ces 2 de pique. et j’espère que vous ferez pareil.

  2. Simon

    @ Aime

    si tu t’occupe pas de la politique, la politique va s’occuper de toi!

  3. Aimé Laliberté

    Simon,

    Je dois avouer que je ne peux blairer Gérald Tremblay, un compteur de bines plein de lui-même qui devrait se trouver une vrai job, au lieu d’écoeurer le peuple..

    En toute justice pour Mme Harel, elle dit que la Ville de Montréal doit être dégraissé.

    J’espère qu’elle aura le courage et la conviction pour aller au bout de ses idées et mettre dehors la clique de parasites et profiteurs qui gravite autour de la Ville de Montréal.

  4. Darwin

    Les convictions de Louise Harel la menait tout naturellement vers le parti dont le programme leur correspond le plus, soit Projet Montréal. Pour des motifs purement électoralistes, elle a préféré s’unir à Benoit Labonté, qui se trouve à l’opposé de ses convictions et ne vaut pas mieux que le maire actuel.

    Comme je partage les convictions de Mme Harel, je vais donc appuyer Projet Montréal.

  5. Rémi

    Tremblay, Harel… Le « culte » du chef me fait bien rire! Est-ce qu’on espère véritablement que les choses vont changer en votant pour eux?

    @ Simon: oui il faut s’occuper de la politique en ayant une politique participative, au lieu de passive. Quand le peuple comprendra cela, il aura le changement qu’il demande depuis toujours.

    En attendant, laissons le système s’écrouler de lui-même.

  6. Gébé Tremblay

    Heureux de pas vivre à Mourial.

  7. yanbarcelo

    @Pierre Allard
    Une très belle analyse des positions de force sur l’échiquier. Elle m’a beaucoup éclairé, même si je ne suis pas citoyen de Montréal, donc électeur. Je vous en remercie, Toutefois, j’aurais été curieux d’avoir vos commentaires sur les engagements et les programmes respectifs des candidats. Une question: qui serait en mesure de mettre au pas la fonction publique municipale, la pire ennemie de cette ville?
    P.S.: l’image SimCity est tout simplement délicieuse…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s