On parle du fluorure et de vaccins A/H1N1 sur les radios alternatives

Cette semaine, j’aimerais attirer votre attention sur les émissions de radio alternative sur lesquelles vous pouvez trouver d’excellentes informations difficiles à trouver dans les grands médias de masse.

Tout d’abord, il y a cette émission que j’anime, L’Autre Monde, sur CHOQ FM, la radio Internet officielle de l’UQAM. L’avantage de la radio Web est de pouvoir retrouver toutes les archives, les télécharger et les écouter à votre rythme, quand bon cela vous en dit, en podcast ou mp3.

La semaine passée, j’ai eu le plaisir de recevoir pour une troisième fois Monsieur Gilles Parent ND.A., auteur de «L’Inconséquence de la fluoration» 1975, coauteur de «La Fluoration: autopsie d’une erreur scientifique» Edition Berger, 2005, et porte-parole scientifique du Front Commun pour une eau saine, Eau Secours et pour l’Association des naturopathes agrées du Québec. La coalition Eau Secours travaille à protéger l’eau sous tous ses volets. Nous avons donc poursuivi le dossier passionnant des fluorures. Vous retrouverez les deux premières parties et la troisième ci-dessous. Les fluorures ont donc été démontrés en Cour comme étant des substances génotoxiques, mutagènes et cancérigènes.

L’analyse de l’aspect légal a été longuement élaboré par Maître John Remington Graham et Pierre J. Morin, dans Journal of Land Use & Environment Laws ainsi que dans le chapitre 7 de l’ouvrage «La fluoration : autopsie d’une erreur scientifique». Le mythe entourant les bienfaits du fluorure dans la prévention de la carie dentaire est en passe d’être révélé pour ce qu’il est réellement: une substance nocive et une erreur scientifique qui date depuis plus de 60 ans.

La médication de masse de la population sans leur consentement et sans regard quant aux dosages et particularités individuelles des personnes tels que leur âge, poids, sensibilité, etc, contrevient à la Charte des droits et libertés ainsi qu’au lois internationales relatives à la médication de masse sans consentement des sujets.

Les rangs des scientifiques, experts ainsi que les études ne cessent d’augmenter, démontrant que les fluorures se trouvant dans l’eau potable, les dentifrices et rinces bouche, produits dentaires, pesticides et engrais chimiques, sans compter les rejets de résidus industriels et militaires, constituent un grave problème, un danger pour notre santé et celle de l’environnement. Chez l’humain, il peut occasionner un empoisonnement, particulièrement chez les enfants en bas âge; la fluorose dentaire et une diminution du quotient intellectuel de 5 à 10 points, allant jusqu’à 20 points dans certains cas. Il cause le cancer et peut entraîner une mutation des gènes. Dans la nature, il peut décimer des populations de poissons, polluer les nappes phréatiques et endommager sérieusement la faune environnante.

Des quelques 27 000 études en faveur de la fluoration de l’eau dont le Ministère de la santé se dit appuyé dans son jugement de vouloir ajouter du fluorure à l’eau potable des Québécois, il n’en reste en réalité qu’une vingtaine lorsqu’on a pris le temps de toutes les vérifier. Et elles ne sont pas du tout concluantes. D’un autre côté, de nombreuses études montrent clairement le contraire. La fluoration est mythe, qu’on se le dise. Une longue et dangereuse erreur.

Heureusement, grâce au travail acharné de pionniers dans ce domaine comme Gilles Parent qui lutte contre les fluorures depuis les années ’70 et de groupes comme Eau Secours, nous n’avons plus que 3% des villes du Québec qui pratique la fluoruration de leur eau. Comparé au 70% de l’Ontario et de plusieurs villes américaines, c’est tout un exploit. Suite aux interventions de ces gens auprès des populations, conseils municipaux et sur différents médias comme la télévision et L’Autre Monde, la ville de Québec, Gatineau et Ste-Marie de Beauce ont cessées de fluoriser leur eau.

Je vous invite donc à découvrir cette série inédite de trois émissions à propos des fluorures avec Gilles Parent :

1- L’Autre Monde 27 mars 2008: La Fluoration de l’eau, une erreur scientifique

2- L’Autre Monde 29 mai 2008: Les fluorures sont des substances génotoxiques, mutagènes et cancérigènes

3- L’Autre Monde 17 septembre 2009: La fin du mythe de la fluoration

• Power Point – Visionnez la présentation préparée par M. Gilles Parent, expert du Front commun pour une eau saine:

Partie 1, Partie 2, Partie 3, Partie 4

——————–

D’une autre part, je souhaiterais vous inviter à découvrir l’excellente émission de Benoit Perron qui fait un très bon boulot de salubrité publique sur les ondes de CISM 89,3 FM, avec son émission Zone de Résistance. Vous y entendrez un magazine socio-économique à tous les mardis matin qui ne vous laissera pas indifférent. Perron ne prend aucun détour pour vous expliquer les choses telles qu’elles sont. Sa crédibilité est bien établie et son travail documenté. Allez y jeter un coup d’oreille pour mieux comprendre comment les dessous du système et de l’actualité fonctionnent.

Mais la semaine passée, Benoit Perron a reçu la réalisatrice du documentaire Silence on vaccine, que je vous présentais dans cet article. Si vous avez vu ce documentaire choc à propos des vaccins, vous aimerez sûrement entendre cette superbe entrevue avec cette dame. Vous en apprendrez probablement beaucoup à propos des vaccins et de cette campagne de peur grippante A/H1N1.

Dépêchez-vous à la télécharger, car au contraire de CHOQ FM, les émissions de Zone de Résistance ne sont disponibles que pour deux à quatre semaines en archives!

Allez, bonne écoute de la radio alternative!

François Marginean

58 Commentaires

Classé dans Actualité, environnement, François Marginean, santé

58 réponses à “On parle du fluorure et de vaccins A/H1N1 sur les radios alternatives

  1. Vincent Sremed

    Coudonc, c’est une véritable obsession…

    «L’Association des naturopathes agrées du Québec»

    Quelle arnaque. C’est eux que vous devriez combattre, ces charlatans qui trompent toute la science et les individus en toute impunité.

    Cela détruit la crédibilité de votre article.

  2. Aimé Laliberté

    Vincent,

    Tu as toujours la même stratégie. Tu ne te prononces pas sur le fond de l’article, car il énonce la réalité des faits, la vérité, et tu t’acharnes sur l’élément que tu crois pouvoir discréditer en t’accrochant à des préjugés.

    C’est un naturopathe, donc ça ne vaut rien. C’est ce que tu prétends.

    Dis mois une chose. Tu dis ne pas être un agent, mais tu as déjà dit sur ce blogue que tu travaillais dans le réseau de la santé du Québec. Tu nous as dis qu’un petit garçon avait été très maladaeavec le h1n1. Oui, je me souviens.

    Donc, tu es effectivment un employé de l’État, donc un agent… comme je disais.

    D’autres qui travaillent aussi dans le réseau de santé, comme les infirmières et les médecins, n’ont pas l’attitude de néocon que tu affiches.

    Y a-t-il une raison particulière?

    Est-ce que tu prétends que des déchets de la production d’aluminium (ce qu’est le flurore) sont bons pour ta santé?

    On t’écoute Docteur Vincent.

  3. Vincent Sremed

    @Aimé:

    Ma vie privée n’a ici aucune importance ni aucun intérêt. Comme la vôtre.

    Il faut être crédible et objectif dans ses théories quand on parle de science. Un naturopathe ne l’est pas. L’auteur, dont on connait les biais à force de lire ses articles, cite un naturopathe comme argument scientifique. L’article n’est pas crédible. Je critique le fond de l’article : sa crédibilité.

  4. Aimé Laliberté

    Vincent,

    OK, mais selon toi, le fluore c’est bon ou pas pour la santé?

    Je pense que c’est ça que le monde ordinaire veut savoir.

    On t’écoute.

  5. @Vincent Demers

    Monsieur Parent est probablement la sommité au Québec dans le domaine des fluorures. Même le Ministère de la santé se fait planter devant les conseils de ville lorsqu’un débat est organisé entre les pours et les contres et que M. Parent s’y trouve.

    Si vous êtes assez bouffon pour penser que seul vous et votre corps de métier possède la vérité, on repassera pour la crédibilité. Il est vrai que vous ne discutez JAMAIS du fond de l’article, mais que vous ne faites qu’attaquer n’importe quoi pour tenter de discréditer les articles que vous trouvez ici. Encore une fois, vous faites une brillante démonstration de votre faiblesse intellectuelle et de votre manque d’arguments face à ces informations indéniables. Le fluor sous forme de déchet industriel est une substance hautement toxique et ne devrait pas se retrouver dans notre eau, ni dans nos corps, ni dans l’environnement.

    Vous n’avez absolument rien pour contredire ces faits.

    Comme vous disiez, votre vie privée n’a ici aucune importance ni aucun intérêt, ni celle de Gilles Parent.

    C’EST DES INFORMATIONS ICI DISCUTÉES QU’IL S’AGIT DE DÉBATTRE.

    Alors oubliez M. Parent et tous vos préjugés néfastes et de grâce, argumenter sur le sujet avec des PREUVES à l’appui, sinon, taisez-vous.

    Laissez-moi vous poser clairement la question, vous qui êtes un « professionnel » de la santé, et n’écrivez rien d’autre avant de répondre à ces questions:

    Êtes-vous pour ou contre la fluoration de notre eau potable; et dans un deuxième temps, pour ou contre les vaccins A/H1N1?

    Voulez-vous boire votre eau avec ou sans fluor? Et que préférez-vous donner à votre famille à boire? Allez-vous vous faire piquer avec le vaccin A/H1N1? Et votre famille?

    J’attends vos réponses avec grande joie et impatience. Et je vous le répète, parce qu’on connait bien vos biais de commentateur à force de vous lire, je n’accepterai de votre part que les réponses directes à ces questions et rien d’autre. Vous avez déjà répandu vos attaques ad nauseam de discrétisation pleines de préjugés et sans fondements. Il est maintenant temps de faire face à la réalité, Vincent.

    Allez-vous avoir le courage de nous faire une présentation publique et recevoir le vaccin A/H1N1 pour nous démontrer votre confiance en ces produits, et ensuite boire un grand verre d’eau avec du bon fluor et nous jurer de boire votre eau de cette façon quotidiennement? Seriez-vous prêt à en faire la démonstration publique?

    Seriez-vous disponible pour participer à une table ronde à propos du fluorure sur mon émission, avec le Ministère de la santé, Gilles Parent, Eau Secours et d’autres intervenants pour ou contre?

    Si vous êtes si certain que ces gens sont des charlatans, il ne devrait pas être très difficile de les exposer comme tels en nous apportant tous les contre-arguments et preuves scientifiques que le fluorure est bénéfique pour la santé humaine et pour l’environnement. C’est une invitation sérieuse.

    Allez-vous avoir le courage de vous assumer; cesser d’insulter gratuitement le gens et venir débattre intellectuellement comme des hommes sur les sujets en main au lieu de ne lancer que des attaques personnelles et sans fondement?

    François Marginean

  6. Vincent Sremed

    @François M. et Aimé :

    Nous pouvons avoir une opinion sur tout dans la vie. Mais une opinion, aussi forte soit-elle, aussi convaincue soit-elle, n’est pas une preuve, comme ne l’est pas non plus le nombre important d’individus qui peuvent partager la même opinion. Les études scientifiques objectives sont au-delà de l’opinion de vous et de moi et au delà de l’opinion « d’experts », quels qu’ils soient, scientifiques ou non.

    Vous avez une tribune ici ou à la radio, vous formulez des théories de façon biaisée (toujours un seul côté avec des témoignages, de faible crédibilité ou avec des cas isolés) sans tenir compte des études scientifiques beaucoup plus crédibles et objectives qui ont été réalisées et vous tentez chaque fois de discréditer la science par des arguments pseudo-scientifiques. Mon humble contribution n’est pas de donner mon opinion sur le sujet qui ne vaudrait pas plus que la vôtre, mais de souligner vos incongruités méthodologiques et vos erreurs puisque c’est vous qui formulez ces théories et les exposez publiquement. Avant de faire une thèse, on doit d’abord s’assurer de la valeur de la méthode. C’est un principe de base en sciences (humaines comme naturelles).

    Cela dit, si vous refusez la critique et n’admettez que les opinions, libre à vous de me bloquer, mais moi je suis libre de critiquer.

    PS : changer ou jouer avec le pseudonyme des autres sur Internet est très enfantin et se voit chaque fois que les arguments sont à court… ce n’est pas la première fois que cela m’arrive, surtout sur les 7 du Québec.

  7. Aimé Laliberté

    Vincent,

    Le principe de prudence exige que celui qui veut modifier l’état naturel des choses, comme en ajoutant du fluore dans l’eau, doit faire la preuve de son caractère non dangereux , et non l’inverse.

    Le fardeau de la preuve appartient à ceux qui sont pour la fluoridation, et non pas à ceux qui s’y opposent.

  8. Vincent Sremed

    @Aimé :

    Le fluor protège la santé dentaire lorsqu’utilisé en faible quantité, mais peut être toxique en quantité plus importante. Cela dit, la fluoration de l’eau, selon moi, ce qui n’a pas beaucoup d’importance, ne devrait pas se faire.

    Pour :

    1. risque de toxicité incertain si consommation trop importante.
    2. la santé dentaire s’est améliorée comparativement à il y a 20 ans, avec l’éducation des enfants et des parents, avec le brossage de dents et le fluorure dans le dentifrice et chez le dentiste.
    3. la fluoration de l’eau d’une ville va à l’encontre de la liberté de choisir des individus puisqu’elle oblige tous ceux qui en boivent à ingérer du fluor.

  9. PYL

    Bonjour à tous,

    Il va falloir s’y faire; il est comme ça, Vincent. Remarquez que ça fait un certain temps qu’on lui demande de se justifier, d’appuyer ses opinions et théories. Remarquez aussi qu’il ne répond jamais jamais jamais à des questions concrètes, questions telles que vous venez de lui poser, Mr. Marginean. Je crois qu’on lui demanderais de dire noir, ou blanc qu’il nous dirait quelque chose par rapport à la rigueur scientifique. Mon hypothèse est qu’il n’en est tout simplement pas capable et croit vraiment, est complètement persuadé qu’il est dans le sujet. C’est comme d’être assi à une réunion et de sacrer dans sa tête lorsque celui qui est toujours à côté de la track s’exprime publiquement. Toutefois, on comprend que cette personne pense réellement qu’elle est à propos. Comme Vincent.

    Alors, ne lui en voulons pas, car propablement qu’il nous perçoit comme nous le percevons et que les mots « complot », « naturophate », « vaccins=mauvais » ou autre doivent s’inscrirent d’eux-mêmes dans sa tête lorsqu’il lit les arguments qu’il ne peut comprendre. Une sorte de mécanisme de défense pour avoir quelque chose à dire. Nous anticipons tous déjà ce qu’il va répondre à ce mot, n’est-ce pas? Probablement quelquechose sur le droit de dire ses opinions, ou sur la rigueur scientifique. Le plus intéressant est qu’il continue de lire et de commenter les articles malgré les semonces. N’importe qui qui ne se sent pas à sa place quitte à un certain moment donné. Mais pas Vincent.

    Moi, Vincent ce n’est pas ton côté crédule qui me dérange, c’est vraiment d’avoir envie de lire sur un sujet, mais d’être constament filtré par tes commentaires qui ne traitent, à strictement parler, de rien.

    Alors, cessons-donc de lui répondre lorsqu’il n’est pas à propos.

  10. Il va falloir s’y faire? Pfffft!

    Moi quelqu’un qui crache sur les naturopathes sous prétexte que ce sont « ces charlatans qui trompent toute la science et les individus en toute impunité. » eh bien de 1, il perd toute crédibilité lorsqu’il parle de santé, et de 2, il démontre (comme c’est régulier dans le cas de Vincent) son ignorance.

    Allez Vincent. Vas donc boire ton verre d’eau fluorée, manger ta viande, et dans une poêle anti-adhésive au fluor, et ensuite, tu te brosseras les dents avec ta pâte à dents pleine de fluor. N’oublies pas ton désodorisant à l’aluminium!

    Ah et puis vas donc te faire vacciner qu’on en finisse!

    Ce n’est qu’une farce Vincent.

    Je t’aime malgré ton refus d’accepter la réalité.

  11. PYL

    Une idée, monsieur Marginean.

    Un billet sur les Vincenteries. Des questions d’intérêt public répondues par des phrases floues et contestataires illustrant la grosseur des conceptions populistes.

    Allez, je m’amuse…

  12. Vincent Sremed

    Quelle personnalisation inappropriée, mes amis !

    La doxa…

    La vieille dame croisée l’autre jour au dépanneur avec son sac de pommes de terre avait donc raison : «plus ça change, plus c’est pareil». Je ne comprenais pas le sens de son affirmation, mais maintenant je vois… De nombreuses personnes ont lutté contre la doxa toute leur vie, mais rien n’y fait.

    On ne s’en sortira donc jamais.

    C’est toujours le règne de l’opinion et de la croyance. Et le charlatanisme (une variante du sophisme) en profite.

    Je vous ferai plaisir, chers amis, et je vous laisserai vous complaire entre vous et croire en votre opinion prise pour vraie et non remise en doute. Je dois limiter mon temps sur Internet pour poursuivre mes études.

    À la prochaine chicane !

  13. Salut à tous,

    Je viens de prendre connaissance de cet article. Je me demandais si quelqu’un ici avait entendu parler de ce « Bill C-6 »?

    L’article s’intitule:

    « The Mask Slips, for Those with Eyes to See: Preparing for the Real Pandemic »

    by Kevin D. Annett, M.A., M.Div.

    Extraits:

    « …Under Bill C-6, which is about to pass third reading in Parliament and become the law, no Canadian will be allowed to refuse inoculations for the swine flu, despite the fact that it is relatively benign and mild, and has killed only people who are already immune-compromised… »

    « Last week, many of the aboriginal people in the remote west coast village of Ahousaht were innoculated with the tamiflu vaccine. Today, over a hundred of them are sick, and the sickness is spreading… »

    Pour lire l’article en entier:

    http://www.republicoflakotah.com/2009/the-mask-slips-for-those-with-eyes-to-see-preparing-for-the-real-pandemic/

    Best
    -Misko

  14. gini

    Misko

    Ton article est risible….on ne vaccine contre la H1N1 avec du tamiflu….ce n’est pas un vaccin.

  15. Je ne m’y connais pas trop encore en vaccins, etc. Je ne sais pas si un virus peut être répandu grâce à ce Tamiflu.

    Et voici une entrevue, sur Fox, où on discute d’une loi qui est proposée pour permettre aux autorités du Massachusetts de mettre en quarantaine de force des résidents et obliger la vaccination sous peine d’emprisonnement pour les adultes, et vacciner les enfants, même sans l’accord des parents:

    Ce serait une bonne façon de resserrer l’étau sur les 5 à 10% de la population qui rejettent cette merde toxique. Et d’après moi c’est dans cette tranche de la population que l’on retrouve le plus de dissidents…

    Étant donné que les corporatistes de Fox et de Big Pharma sont pas mal de la même espèce, et donc qu’ils ont des intérêts semblables, on dirait presque qu’ils incitent à un soulèvement d’une partie de la population.

    Qu’en pensez-vous?

    -Misko

  16. Euh, c’est parce qu’il existe déjà une loi similaire dans notre cher beau pays, le Canada.

    Depuis le 11 septembre 2001, l’élite a créé une loi canadienne qui permet aux authorités de déclarer un « état d’urgence ». À ce moment-là, les droits humains tombent à l’eau et le gouvernement se donne le droit de tout faire en matière de traitement de santé, et ce, même pour les traitements PRÉVENTIFS, ce qui inclut bien sûr, la vaccination.

    Pour nous en parler, Maitre Jean Dury à l’émission de Jean-Luc Mongrain alias le coké des ondes, le 8 septembre 2009:

    J’invite d’ailleurs tous les gens concernés par le sujet à se rendre au

    http://www.youtube.com/view_play_list?p=CF3B916768B8D783

    afin de visionner une bonne partie de la « Conférence pour la Liberté de Choix en Santé » qui se tenait au Salon des Congrès de Montréal le week-end passé. Plusieurs médecins y parlent ouvertement, entre autres, des dangers des vaccins, et du niveau intense de corruption de Santé Canada…

    À télécharger et à conserver précieusement!

  17. Gilles Parent, ND.A.

    Permettez-moi de répondre à M. Vincent Sremed,

    Je n’ai pas honte d’être naturopathe, c’est une profession reconnue au même titre que les médecins dans plusieurs états des États-Unis, en Colombie-Britannique et au gouvernement fédéral du Canada. Des naturopathes siègent au sein du Bureau des produits naturels à Santé-Canada.

    Dans le dossier de la fluoration, j’ai écrit en collaboration avec M. Pierre Jean Morin, Ph.D. en médecine expérimentale, ancien directeur de la recherche à l’Hôpital Laval, à Québec et maître John Remington Graham, un avocat qui a mené trois procès majeurs sur la fluoration qu’il a gagné. Dans ces procès, les experts ont été interrogés, confrontés en contre-interrogatoires par des avocats rigoureux, M. Morin a été un des experts appelés à témoigner. Notre livre, «La fluoration: autopsie d’une erreur scientifique» a une préface rédigée par le Dr Hardy Limeback, DDS, ancien doyen de la Chaire de dentisterie préventive de l’Université de Toronto, un tel expert de la fluorose dentaire qu’il a fait parti du comité d’expert pour le rapport du Conseil national de la recherche des États-Unis. Notre livre a une rigueur scientifique que les documents de l’Institut national de la santé du Québec ou de la Direction de la santé publique du Québec n’ont pas. J’ai été le conseiller scientifique sur la fluoration de l’Association demédecine dentaire holistiques du Québec de laquelle j’ai reçu une mention honoraire. L’association a changé de nom pour l’Académie de dentisterie biocompatible du Québec. Nous sommes en communication régulière avec nombres d’experts internationaux sur la question de la fluoration dont l’expertise en ce domaine ne fait nulle doute. Alors, je serai bien heureux, Vincent, de débattre la question de la fluoration de façon factuelle. Tu y apportes une étude scientifique mais une opinion, je te réponds par plusieurs autres, révisées par des pairs et publiées dans des revues scientifiques. reconnues. Est-ce assez factuel.

    Ça ne prend pas un doctorat pour reconnaître qu’il n’y a pas 27000 études scientifiques qui supportent la fluoration comme le prétend la DSP sur son site. Ce n’est pas 1% du fluorure absorbé qui est retenu par l’organisme comme le prétend le Dr Christian Fortin, DDS, supposé expert de la Direction de la santé publique de la région Appalache-Beauce mais bien 50 %. Ce n’est pas une réduction de l’incidence de la carie dentaire de 20 à 40 % qu’entraîne la fluoration de l’eau mais tout au plus 15 % (voir Révision York) et plus probablement nulle (o,9%) selon l’étude plus récente de Warren et Levy, novembre 2008. Les produits utilisés (les fluosilicates) pour la fluoration n’a jamais subit les tests de toxicologie requis parce qu’ils ont été accepté comme raticides et comme insecticides en premier lieu, leurs procurant une étrange close grand-père, pour servir de médicaments chez l’humain. La fluorose dentaire dont l’incidence ne devait pas dépasser les 10% à la concentration de 1,2 ppm, dépasse les 50 % en moyenne et souvent modérée à modérément sévère, contrairement ce qu’affirme la DSP. Comment alors qualifier les affirmations de la DSP.

    Chacune des affirmations que je présente est solidement supportée par des études scientifiques aussi rigoureuses que certaines autres.

    J’aime les gens qui sont sceptiques parce qu’ils font avancer la science pourvu que leurs questions ne soient pas stériles et qu’une fois la preuve établie de façon factuelle, ils puissent la défendre. Le Dr Limeback a été longtemps un ardent défenseur de la fluoration jusqu’au jour où il a appris que les fluosilicates qu’on utilise pour prévenir la carie dentaire, donc comme médicament n’était pas de qualité pharmaceutique ou alimentaire mais industrielle, avec contaminants.

    Sans nuire à tes études, Vincent, je t’invite à soulever tes objections et pour autant que j’ai la disponibilité, je te répondrai avec respect.

    Il est possible de faire un débat dans le respect.

  18. Questionnement.
    La question du jour sur la chaîne TVA Québec: Aurez vous confiance au vaccin contre le A(h1N1).
    63% NON
    37% OUI
    Ce n’est certainement pas les 7 du Québec qui ont fait changer autant de gens sur les vaccins.
    C’est tout de même étonnant. On aurait posé la même question il y a dix ou 15 ans, je pense que 90 % auraient répondu OUI.

    Ce n’est pas du mode scientifique dont il faut se questionner, c’est sur l’arnaque du monde du Big Pharma.
    Et toute la panoplie de médicaments…
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pfizer
    Cette grosse, la plus grosse en fait, aurait trafiqué des études, payé de faux auteurs, et dépensé pour 500$millions en lobbying auprès d’autorités américaine.
    Elle a créé de fausses revues médicales. Etc.
    J’en passe.
    Des tests sur des enfants africains… Jetez un oeil sur l’oeuvre charitable de Bill Gates.
    À dresser les cheveux…
    Toutes ces informations finissent par se rendre au public.
    Et là, s’installe le doute.
    «L’abordage» scientifique, ça va. Mais une fois dans les mains de «l’Homme», puis dans une autre, s’installe la corruption, le mensonge, etc.
    L’Histoire est truffée de «scientifiques» qui ont triché.
    Qui donc a inventé le téléphone?
    Même la célèbre sandwich de Lord Sandwich n’a pas été «inventée» par lui, mais son valet…
    Sans doute lasser de servir à la petite cuillère son «maître». …
    Comme nous tous.
    🙂

  19. gini

    M Parent, que dites-vous de ce rapport que vous avez sûrement lu et qui va à l’encontre de vos conclusions?

    Cliquer pour accéder à 638-FluorationEau.pdf

    Le lien entre la diminution du QI et le fluor m’apparaît peu évident aussi, on a trouvé 2 articles sur 20 qui concluaient à un effet significatif. Or, nous savons que ces tests statistiques ont un taux d’erreur accepté de 5%. Dans ces conditions, les probabilités de trouver au moins une étude concluante sur 20 était au départ de 65%. C’est dire qu’il y avait 65% de possibilités de trouver au moins une étude concluante du uniquement à ce taux d’erreur, erreur de première espèce….

  20. A/H1N1 dites-vous?

    Pourquoi Madame Bachelot (ministre de la santé en France) a-t-elle demandé début février 2009, à un groupe de légistes constitutionnalistes, un mémo sur la question suivante: l’imposition d’un plan de vaccination à toute la population serait-elle illégale et anticonstitutionnelle? ce sur quoi les experts l’ont rassurée, invoquant qu’une situation exceptionnelle et qu’un état d’urgence sanitaire justifiait amplement qu’on supprime toutes les libertés individuelles!
    Pourquoi l’Organisation Mondiale de la Santé a-t-elle modifié, le 27 avril 2009, sa définition de la pandémie? Auparavant, pour déclarer une pandémie, les contraintes étaient beaucoup plus sévères! Maintenant, il suffit que la maladie soit identifiée dans deux pays d’une même zone OMS!
    Comment se fait-il que le brevet du vaccin contre la grippe porcine (H1N1) a été déposé en 2007 soit bien avant la réapparition du virus disparu depuis la fameuse épidémie de grippe espagnole en 1918?
    Par quel hasard le président Sarkozy a-t-il eu l’intuition d’aller signer un contrat d’investissement d’un montant de 100millions d’euros, le 9 mars 2009, pour la construction d’une usine de fabrication de vaccins contre la grippe? Devinez où! Au Mexique, là où justement le foyer de la pandémie a pris naissance!
    Pourquoi aucun média et aucun expert scientifique ne rappellent que la grippe ordinaire tue chaque année entre 250,000 et 500,000 personnes, soit plus de 1,000 morts par jour, selon les chiffres officiels de l’Organisation Mondiale de la Santé?
    Pourquoi tous les médias du monde répètent-ils quotidiennement que le virus de la grippe A/ H1N1 va provoquer une hécatombe de victimes , alors que les faits démontrent qu’il s’agit d’une simple gripette (moins grave que la grippe saisonnière ordinaire) qui n’a fait que 2,000 morts en plus de cinq mois? La grippe ordinaire aurait fait , pendant ce même laps de temps, 200,000 morts!
    Pourquoi malgré ces chiffres de morbidité et de mortalité insignifiants (2,000 au lieu de 200,000), la plupart des pays du monde ont passé des commandes faramineuses pour des centaines de doses de vaccin, et ce, dès le mois de juin 2009?
    Autrement formulé, pourquoi met-on en place des mesures exceptionnelles cette année, alors que la grippe est moins virulente que les autres années? Qu’est-ce qui dans les faits, justifie de telles décisions alors qu’il n’y a rien d’exceptionnel?
    Pourquoi des lois d’exception (lois martiales) ont-elle déjà été votées dans la plupart des pays, sans en révéler le contenu?
    Pourquoi le ministre de l’intérieur français a-t-il rappelé tous les réservistes de l’armée et de la gendarmerie, en février 2009, en vue ( « de graves troubles sociaux prévus pour la fin 2009 ») c’est-à-dire septembre ?
    Pourquoi l’armée américaine vient d’être déployée sur tout le territoire des États-Unis?
    Pourquoi plus de 800 camps de concentration ont-ils été installés aux États-Unis, ces dernières années (pour l’instant ils sont vides)?Pourquoi sont-ils gérés par la FEMA (Federal Emergency Management Agency), lequel intervient lors des grandes catastrophes sur le territoire, comme lors du cyclone Katrina?
    Pourquoi des centaines de milliers de cerceuils sont-ils entreposés dans tous les États américains et pourquoi des fosses communes ont-elle été creusées dans chaque district?
    Pourquoi 600 neurologues britanniques ont-ils reçu, le 29 juillet 2009, une lettre confidentielle de la Health Protection Agency (HPA), les invitant à être particulièrement attentifs à la future recrudescence du syndrome de Guillain Barré (maladie neurologique dégénérative gravissime déclenchée la plupart du temps par l’acte vaccinal)? Et pourquoi cette même agence n’a-t-elle pas prévenu le public qui va « bénéficier » de cette campagne de vaccination?
    Comment se fait-il que le 5 mars 2009, la firme Baxter a contaminé 72 kg de matériel vaccinal, avant de les envoyer dans six pays différents, alors que les procédures de sécurité dans ce genre de laboratoire rendent cet accident absolument impossible? Impossible sauf si l’acte devient volontaire!
    Pourquoi ne nous dit-on pas que le vaccin contre la grippe, depuis 40 ans qu’il existe, n’a jamais eu d’impact positif sur l’incidence de cette maladie, au contraire? Une étude internationale a démontré que les vaccinés/es attrapaient plus souvent la grippe que les non- vaccinés/es.
    Si les vaccins ont si peu d’effets secondaires, comment les autorités sanitaires expliquent-elles que le nombre de scléroses en plaques en France est passé de 25,000 à 85,000, suite à la campagne de vaccination contre l’hépatite B ?
    Pourquoi nous cache-t-on que toutes les épidémies du XXe siècle ont été déclenchées par des campagnes de vaccination préalables?
    Pourquoi autorise-t-on de mettre dans le futur vaccin contre la grippe A/H1N1 , un adjuvant tel que le squalène (dans la proportion un « million » de fois plus importante)? alors que la chambre des représentants l’a reconnu explicitement responsable du syndrome de la première guerre du golfe, syndrome qui avait rendu 180,000 GI’s malades (25% des soldats) suite à l’injection du vaccin contre l’anthrax? À noter que le squalène avait été interdit par un juge fédéral en 2004!
    Pourquoi les premières populations visées par la vaccination sont-elles les femmes enceintes et les enfants alors qu’habituellement, ce sont les ainé/es qu’on vise? Eux paraît-il, auraient une mémoire immunitaire de la grippe espagnole de 1918!!!
    Pourquoi les procédures de vaccination obligatoire seront-elles confiées, non pas à des médecins mais à des étudiants volontaires et à des militaires?
    Pourquoi aucun médecin et aucun hôpital ne pourront dispenser les vaccins eux-mêmes? Craindrait-on de faux certificats?…
    Pourquoi 50% des médecins anglais disent qu’ils refuseront de se faire vacciner avec le nouveau vaccin, serait-ce parce qu’ils n’ont pas confiance en la procédure de préparation?
    Pourquoi présente-t-on le Tamiflu comme un antiviral efficace alors que toutes les campagnes d’utilisation de ce produit se sont révélées catastrophiquement inefficaces? De plus, ce médicament provoque de nombreux désordres psychologiques et neuronaux, allant jusqu’à provoquer des suicides en nombre chez ceux et celles qui en consomment!
    Pourquoi les autorités sanitaires, censées vouloir notre bien et notre protection, autorisent-elles qu’un nouveau type de vaccin (ce sont leurs mots), soit testé directement sur des centaines de millions de cobayes (c’est-à-dire nous), sans que les protocoles normaux de Mise en Marché ne soient respectés, et sans aucune garantie d’innocuité dudit vaccin?

     » Je vous garantis sur mon honneur que toutes les questions que je pose ci-dessus se basent uniquement sur des lectures de documents officiels et accessibles à tous. Ce ne sont pas des allégations, des suppositions, des supputations de théoritien du grand complot! « .

    et c’est signé,

    Jean-Jacques Crèvecoeur
    http://www.bioperfection.com/sante/solution.pdf

  21. Sophie Guillot

    Je me rappelle la première visite chez le pédiatre à la naissance de ma fille… il voulait me prescrire pour mon bébé du fluor et du zinc je crois. Je lui ai répondu, mais docteur, je l’allaite à 100% , je déborde de lait, elle va très bien pourquoi voudriez vous que je la supplémente en fluor ?

    Il m’a rajouté sur l’ordonnance du lait maternisé « parce que je sais ce que c’est, je n’ai pas envie que vous vous retrouviez un samedi soir avec bébé qui hurle et vous ne sachant plus que faire parce que vous n’avez plus de lait » , puis il a ensuite dit je vous marque aussi le BCG et on se revoit dans un mois mais je suis certain de vous revoir d’ici là ».

    Il ne m’a jamais revue… ma fille n’a jamais pris ses suppléments en fluor, j’ai plutôt veiller à l’allaiter correctement jusqu’à plus d’un an, et par la suite, et elle a d’excellentes dents, aussi parce qu’elle a appris à se brosser correctement. Je lui ai laissé ses convictions sur l’allaitement. La boite de lait prescrite n’a pas quitté l’étagère de la pharmacie non plus ça va sans dire !!

    Je suis personnellement opposée aux supplémentations en fluor dans l’eau du robinet , car c’est bien une façon de ne pas respecter les choix thérapeutiques de tout un chacun, même s’il était avéré que cela soit bénéfique. Et il semble bien que cela ne le soit pas qui plus est .

    En tous cas, cette pratique est révélatrice de la façon dont les autorités entendent décider à notre place de ce qui serait supposé bon pour nous.
    La longue liste de questionnements de Jacques Crèvecoeur est pertinente sur plus d’un point, que l’on endosse ou pas la totalité de ces questionnements ou pas, que l’on soit ou non convaincu de l’innocuité et efficacité des vaccins ou non, cette liste de questions devrait minimalement laisser songeur, et pour les plus sceptiques, donner envie d’aller vérifier par soi-même , ce qui reste encore la meilleur façon d’être convaincus.

  22. Sophie Guillot

    http://www.chine-informations.com/actualite/chine-grippe-a-hn-vaccination-de-pres-de-habitants-de-beijing_14795.html

    sur 39 000 vaccinés , 14 cas recensés en Chine de « réactions défavorables », à peine quelques jours après les première vaccinations.

    réactions défavorables … jusqu’à quel point exactement ? continue t on de vérifier auprès des personnes déjà vaccinées si dans les jours qui suivent , il n’y a pas d’autres « réactions défavorables », lesquelles, de quelle nature ???

    Quand nos démocraties commencent à ne plus avoir grand chose à envier aux pires dictatures de par ce monde …. on décide de rendre des vaccinations obligatoires.

  23. Aimé Laliberté

    Gini,

    Êtes-vous à l’emploi des sociétés pharmaceutiques?

    Depuis quand le  »nombre » d’études sur un sujet est-il un critère pour établir l’existence ou la non existence d’un fait.

    Combien de ces études sont indépendantes et combien sont financées par ceux qui ont un intérêt financier dans cette question?.

  24. gini

    Aimé

    J’expose une toute petite réalité mathématique que tous peuvent comprendre avec un peu d’intuition.

    S’il y a une chance sur 20 de faire une erreur en affirmant un résultat concluant (1/20 étant l’erreur admise en recherche) et qu’on analyse 20 études, alors les chances de trouver un résultat significatif du à l’erreur sont énormes…

    Au fait, je suis un agent secret des illuminatis, vous n’aviez pas encore compris cela?.

  25. gini

    En fait, je fais référence à cette méta analyse…

    http://www.qvq.ca/afq/Articles/qi-meta-analyse2.htm

  26. gini

    Ok j’ai répondu moi même à ma question, il y a une erreur de traduction dans la section « résultats » on peut y lire

    « Cependant, 2 études ont rapporté un déclin du QI statistiquement significatif (tests de Student) chez les enfants exposés à des concentrations élevées de fluor.  »

    En anglais c’est « All but two »…..

  27. PYL

    À gini,

    Je suis un peu de l’avis d’Aimé. Lorsque vous parlez d’une chance sur vingt de faire une erreur, vous parlez de la même expérience, du même processus. Lorsqu’on parle d’études, on parle d’auteurs différents, de sources différentes, de vécus différents… Chaque étude est une entité en soi. Si dix-sept études ont été financées par Pfizer, Big Pharma ou le ministère de la santé, on ne peut pas les joindre aux trois études indépendantes financées par les chercheurs eux-mêmes. Trop de variables diffèrent.

    Enfin, il me semble…

  28. gini

    Pyl

    J’ai répondu à ma propre interrogation en retournant aux sources….

    On disait en français qu’il n’y avait que 2 études sur 20 qui prouvaient un lien entre le fluor et le QI. Si ça avait été le cas, nous n’aurions pas pu y croire.

    Or c’était une erreur de traduction, il y en a 18 sur 20 qui démontrent ce lien.

  29. PYL

    Oui,

    J’écrivais mon commentaire alors que nous n’en étions qu’au commentaire d’Aimé,

    Désolé.

  30. Mais on s’en fiche complètement de l’efficacité du fluor pour combattre la carrie!!!

    Les gens n’ont qu’à cesser de consommer du sucre blanc, un des pires poisons consommés sur Terre, et le taux de carrie va « dropper » comme jamais auparavant, et je n’ai pas besoin d’étude pour le savoir!

    Le fluor est un poison, that’s it. Les gens qui essaient de défendre son utilisation sont soit 1, des agents travaillants à la solde des illuminati ou 2, des gens mal-informés, voire brainwashés.

    À force de vouloir des études pour prouver leurs dires, les gens en oublient le gros bon sens…

  31. gini

    Désolée de péter ta balloune Simon, le fluor est présent dans l’eau naturelle….

    Poison vif ? Non, sûrement pas…

    En trop forte concentration c’est dommageable, à concentration totalement nulle ça doit être dommageable aussi..même chose pour le sodium, le calcium etc….trop c’est nocif, niet c’est nocif…

    La complexité de la chimie corporelle ne se réduit pas toujours à blanc ou noir, ou à coups de complots d’illuminatis….

    « À force de vouloir des études pour prouver leurs dires, les gens en oublient le gros bon sens… »

    Ah oui? Alors explique-moi donc comment on trouve ce gros bon sens sans études? Ça m’intrigue vraiment beaucoup….vois-tu sur ce genre de question, les études scientifiques bien menées sont vraiment éclairantes….

    Mais peut-être qu’ici, les réponses à tous les problèmes de la terre se résume aux illuminatis….

    Ça devient vachement ridicule à la longue….

  32. potom

    Oui, du bon sens !

    Nul être ne fuit ce qui lui est bon
    Pour aller rechercher ce qui lui est néfaste.

  33. Aimé Laliberté

    Aille, Gini, lâches les références aux illuminatis. Tu ne sais même pas de quoi tu parles. Tu ne fais que répéter la propagande de tes maîtres. Probablement que tu ne t’en rends même pas compte.

    Les études dont tu parles ne sont crédibles que si elles sont indépendantes.

    Plus souvent qu’autrement, elles sont financées par ceux qui ont un intérêt financier dans le produit sous étude.

    C’est pour ça qu’il y a tellement d’erreurs et de faussetés dans ces études, à un point tel que les revues médicales (dans le cas des sociétés pharmaceutiques) metttent un Disclaimer (avis de non responsabilité) sur leurs sites car il ne peuvent garantir l’authenticité des résultats qu’ils publient.

    Donc, tu peux retourner faire des tartes et des gâteaux Gini.

  34. gini

    Gilles Parent lui-même réfère à la méta analyse que je cite….

    Alors tu t’inscris en faux contre Gilles Parent et moi à ce sujet Aimé…..on dirait que tu as du mal à suivre la discussion si on sort le moindrement des théories du complots classiques….recycle-toi un peu, ça enrichira ta rhétorique…

    En plus ces études concluent à un lien….

  35. gini

    Et l’idée d’argumenter en me renvoyant faire des gâteaux et tartes est tout à fait sexiste mon pauvre vieux….en 2009, ça fait tellement rétrograde….

    Des ptits préjugés de vieux réactos…..

  36. gini

    C’est bon Aimé, je vais plutôt te laisser jouer dans ton carré de sable avec tes ptites voitures, vois-tu les discussions d’enfants….

  37. Aimé Laliberté

    Gini,

    J’ai peut-être manqué un bout de discussion, mais je suis quand même tanné de lire tes commentaires pro establishment.

    Quelqu’un qui s’acharne à défendre la fluoridation de l’eau, ça me dépasse.

    Tu défendais aussi les bienfaits de la vaccination.

    Je sais que tu n’es pas seule à gober ces pseudos remèdes, mais je trouve ça quand même aberrant.

    Savais tu qu’une décision récente d’un tribunal de la CEE vient de décider que le traitement de l’eau avec du fluor est assujetti aux mêmes règles que pour les médicaments. Autrement dit, c’est considéré comme un médicament.

    Pis tu veux mettre cela dans l’eau!

    Es-tu gelée coudonc? Lâches tes études à la con, pis sers toi de ton cerveau.

  38. gini

    Aimé

    Vous ne savez pas lire….en plus….

    Je n’ai jamais écrit nul part que j’étais pour la fluoration de l’eau….

  39. Sophie Guillot

    Cliquer pour accéder à 2392.pdf

    Un million de fois plus de squalène dans le vaccin H1N1 que dans
    ceux qui provoquèrent la maladie de la guerre du Golfe
    Par Gary Jacobucci – 25.08.09 (Notes et extraits)
    http://www.rense.com/general87/mill.htm
    [Cet article paru en anglais sur rense.com fait référence à une interview le 24-08-09 du Dr Laibow mettant
    en exergue la quantité très importante de l’adjuvant squalène dans certains vaccins H1N1 et les risques
    que cela comporte. Pour en savoir plus, Gary Jacobucci a mis en relation deux articles récents : l’un du Dr
    Anders Bruun Laursen, l’autre du Dr Russel Blaylock, neurochirurgien].
    La présentation qu’a faite le Dr Laibow sur le squalène fut
    impressionnante. En cherchant des vérifications par
    rapport à ce « million de fois plus de squalène » que la
    quantité se trouvant dans le « vaccin A » qui a provoqué
    la maladie catastrophique de la première guerre du golfe
    (qui a ruiné les vies de centaines de milliers de soldats et
    tué des milliers d’autres), je suis tombé sur ces articles…
    Quel est le danger des vaccinations contre
    la grippe porcine ?
    Par le Dr Anders Bruun Laursen –
    http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid
    =14851 – 20-08-2009
    « […] Comme vous voyez, il n’y a pas de confusion en ce
    qui concerne les virus de la grippe porcine et celui de la
    grippe aviaire. Mais il y a un autre problème très
    important : le rôle du squalène.
    La quantité moyenne de squalène dans le vaccin contre
    l’anthrax injectée aux soldats américains à l’étranger,
    comme dans le pays pendant et après la guerre du Golfe
    a été de 34,2 microgrammes par milliard de
    microgrammes d’eau [ppb – parts per billion]. C’est à cela
    qu’une étude attribue la cause du syndrome de la guerre
    du Golfe chez 25% des 697.000 américains aux Etats-
    Unis et à l’étranger.
    On peut trouver les résultats d’analyses suivantes de la
    FDA (« from the Gulf War lots on the Military Vaccine
    Resource directory website » (4)
    a) AVA 020 – 11 ppb squalène
    b) AVA 030 – 10 ppb squalène
    c) AVA 038 – 27 ppb squalène
    d) AVA 043 – 40 ppb squalène
    e) AVA 047 – 83 ppb squalène
    Ces valeurs furent confirmées par le Prof. R.F. Garry
    devant la Chambre des Représentants. C’est le Prof.
    Garry qui a découvert le lien entre le syndrome de la
    guerre du Golfe et le squalène. Selon ses recherches, le
    syndrome de la guerre du Golfe a été provoqué par le
    squalène et ce produit a été interdit par un juge fédéral
    en 2004 pour son utilisation dans le cadre du Pentagone.
    Comme on peut le voir sur la page 6 du document de
    l’EMEA, le vaccin Pandremix contient 10,68 mg de
    squalène par quantité de 0,5 ml. Ceci correspond à
    2.136.0000 microgrammes par billion de microgrammes
    d’eau, ce qui revient à un million de fois plus de
    squalène que dans (4).
    Il y a toutes les raisons de croire que ceci rendra les gens
    malades dans des proportions beaucoup plus élevées
    qu’en 1990/91. Ceci est pour moi réellement meurtrier. »
    Le vaccin peut être plus dangereux que la
    grippe porcine
    Par le Dr Russel Blaylock- 15-07-2009
    http://socioecohistory.wordpress.com/2009/07/15/drrussel-
    blaylock-vaccine-may-be-more-dangerous-thanswine-
    flu/
    « […] Ce qui est terrifiant c’est que ces vaccins
    pandémiques contiennent des ingrédients que l’on appelle
    adjuvants. Nombre d’études ont montré que ces produits
    pouvaient causer des maladies auto-immunes
    dévastatrices, comme l’arthrite rhumatoïde, la sclérose en
    plaques et le lupus.
    Des études effectuées sur des animaux avec cet adjuvant
    ont montré le caractère meurtrier de ce produit. Une
    étude réalisée sur 14 cobayes a montré que quand cet
    adjuvant particulier fut injecté, un seul animal a pu
    survivre. Une nouvelle étude a montré les mêmes
    résultats meurtriers…
    […] J’ai fait une recherche sur pas mal d’études réalisées
    sur cet adjuvant et trouvé quelque chose de
    particulièrement intéressant. Plusieurs études réalisées
    sur des humains ont montré que le MF59 (le MF-59
    contient deux principaux ingrédients inquiétants le
    squalène et le gp120 ) était un adjuvant immunitaire très
    sûr.
    Mais quand j’ai vérifié qui avait réalisé ces études, j’ai
    trouvé sans surprise qu’elles avaient été réalisées par
    Novartis Pharmaceutical Company et Chiron
    Pharmaceutical Company qui ont fusionné. Ces études
    furent toutes publiées dans de « prestigieux » journaux
    médicaux. Ce qui ne m’a pas non plus étonné c’est que de
    nombreuses études réalisées par des laboratoires
    indépendants et des centres de recherches indépendants
    ont trouvé une très forte relation entre le MF-59 et les
    maladies auto-immunes.
    Le squalène dans les vaccins a été fortement mis en
    cause dans le syndrome de la guerre du Golfe.
    Au mois d’août 1991, Anthony Principi, Secrétaire aux
    affaires des vétérans admettait que les soldats qui avaient
    reçu le vaccin contre l’anthrax entre 1990 et 1991
    présentaient un risque 200 fois supérieur de développer la
    maladie meurtrière qu’est la sclérose latérale
    amyotrophique (ALS) que l’on appelle aussi la maladie de
    Lou Gehring. Les soldats souffraient aussi de nombre de
    maladies débilitantes raccourcissant la vie comme la
    polyarthrite nodosa, la sclérose en plaques (MS), le lupus,
    la myélite transverse, l’endocardite, la névrite optique
    avec perte de la vue et la glomérulonéphrite (un type de
    maladie des reins).
    Le second ingrédient qui m’inquiète vraiment s’appelle le
    gp120, une glycoprotéine. Les chercheurs ont trouvé que
    quand ce produit était mélangé au squalène, la
    glycoprotéine devenait très fortement antigénique – c’està-
    dire qu’elle permettait la production d’une réponse
    immunitaire puissante et prolongée à la vaccination. En
    fait leurs études montrent qu’avec chaque dose, la forte
    réaction immunitaire dure plus d’un an.
    Maintenant ce qui est imbuvable c’est que cette
    glycoprotéine – gp120, un composant important de
    l’adjuvant vaccinal MF-59, est le même fragment
    protéinique qui fut isolé du HIV – le virus responsable de
    démence précoce chez les malades atteints du sida.
    Des études ont montré que quand le gp120 est absorbé
    par les cellules microgliales dans le cerveau, il se produit
    une intense inflammation qui rend le cerveau susceptible
    de dommages excitotoxiques. C’est aussi la cause de la
    sclérose en plaques et de la névrite optique associée à
    des vaccins qui contiennent le MF-59.
    Mais comment le gp 120 peut-il atteindre le cerveau ?
    Des études portant sur d’autres adjuvants et qui ont
    utilisé des techniques de « marqueurs » ont pu démontrer
    qu’ils pénètrent généralement dans le cerveau après les
    vaccinations. Ce que la plupart des gens ne savent pas et
    même les médecins qui recommandent les vaccins, c’est
    que la plupart de ces études réalisées par les compagnies
    pharmaceutiques font le suivi des patients pendant une
    ou deux semaines après la vaccination, alors que les
    types de réactions à ces produits peuvent prendre des
    mois ou même des années pour se manifester.
    Il est évident que les fabricants de vaccins veulent faire
    des billions de dollars de profit avec cette pandémie
    promue par l’OMS et le gouvernement. …
    Il faut cependant bien garder à l’esprit le fait qu’une fois
    que le vaccin a été injecté, il n’y a plus grand-chose que
    vous puissiez faire pour vous protéger – au moins par la
    médecine conventionnelle. cela voudra dire une vie
    entière de maladie invalidante et une mort prématurée.
    Il existe des moyens plus sûrs de se protéger de ce virus
    de la grippe comme de hautes doses de vitamine D3, des
    suppléments alimentaires et surtout une excellente
    alimentation. »
    Références
    (4) The Military Vaccine Resource Directory
    http://www.mvrd.org/showpage.cfm?ID=69.

  40. Sophie Guillot

    Cliquer pour accéder à 2392.pdf

    sur le squalène .. édifiant !

  41. Aimé Laliberté

    Gini,

    J’ai du mal comprendre. Si c’est le cas, je m’en excuse. Je reviendrais lorsque j’aurai plus de temps.

  42. Gilles Parent, ND.A.

    Bonjour GINI,

    Oui, j’ai lu ce rapport de l’Institut national de santé du Québec, ainsi que l’autre. Il semble bien que le Dr Christian Fortin, DDS, ne l’a pas lu parce qu’il n’aurait pas affirmé que 99 % du fluorure absorbé serait excrété. Le chapitre sur l’environnement illustre une incompétence grave qui n’est pas pardonnable. Les auteurs ne connaissent pas la différence entre le seuil maximal pour protéger l’environnement qui est de 0,12 ppm et la limite maximale pour la consommation humaine qui est de 1,5 ppm. Tout le monde sait cela sauf à l’Institut national de la santé du Québec. Mme Guay du Ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs est une des spécialistes qui a travaillé a cette norme de 0,12 ppm. L’institut aurait pu au moins s’informer auprès de Mme Guay. Autre élément rapporté dans le rapport intitulé «Les fluorures»,c’est que le fluorure absorbé est transformé en acide fluorhydrique dans l’estomac et ainsi absorbé. Pauvre estomac… En Indes, on trouve beaucoup d’enfants anémiques à cause de l’irritation chronique de l’intestin induite par l’HF.

    Merci pour la correction que vous avez fait relativement au quotient intellectuel. Je comprends mal que les autorités de la santé publique au Canada et au États-Unis se pressent pas pour faire plus d’études sur la question si cela soulève des question. Ont-elles peur?

    La recherche sur les effets du fluorure sur le cerveau repose sur 18 études humaines venant de Chine, des Indes, de l’Iran et du Mexique établissant un lien avec une exposition assez élevée de fluorure et une diminution du quotient intellectuel. L’impact négatif du fluorure sur le Q.I. était amplifié chez les enfants qui avaient un apport faible en iode. Le fluorure est un antagoniste à l’iode et il est établi que l’hypothyroïdie peut affecter de le développement du cerveau chez les enfants. J’ai rencontré quelques un des chercheurs chinois et indiens qui ont fait des études là-dessus, ce ne sont pas des illuminés mais des universitaires qui analysent les effets toxiques des fluorures dans des pays où la fluorose est endémique.

    Ces découvertes sur les effets neurologiques sur les humains sont corroborés par plus de 40 études sur les animaux publiés depuis les années 90. On a pu, dans les études sur les animaux documenté des preuves d’une toxicité direct des fluorures à des niveaux aussi bas qu’une partie par million (Varner, 1998).

    Les effets incluent:

    une réduction des récepteurs de l’acétylcholine,
    une réduction du contenu en lipides du cerveau,
    un affaiblissement du système de défense des antioxydants
    un accroissement de l’absorption de l’aluminium,
    formation de plaques bêta-amyloïdes typiques à la maladie d’Alzheimer
    accumulation de fluorure dans la glande pinéal,
    perturbation de la signalisation cellulaire reliée à la protéine G (Voir Strunecka)

    La conclusion du comité du Conseil National de la recherche des États-Unis arrive à la conclusion suivante, n’ayant alors qu’un partie des études disponible aujourd’hui seulement (celles antérieures à 2006): « Quelques études épidémiologiques de population chinoises ont rapporté des déficience du Q.I. chez des enfants exposés au fluorure de l’eau à une concentrations allant de 2,5 à 4 mg/l. Malgré que les études manquaient de détails suffisant pour que le comité puisse évaluer complètement leur qualité et la pertinence pour la population des États-Unis, l’uniformité des résultats semble suffisamment significatif pour justifier des études supplémentaire sur les effets des fluorures sur l’intelligence.»

    National Research Council. (2006). Fluoride in Drinking Water: A Scientific Review of EPA’s Standards. National Academies Press, Washington D.C. p. 6.

    Si le débat respectait un peu la rigueur scientifique, on évaluerait l’apport du fluorure en mg/kg/jour. Une concentration n’est pas une dose et tant qu’on parlera seulement de la concentration du fluorure dans l’eau, le débat ne sera pas sérieux…

    J’ai fait une erreur dans mon message d’hier, l’étude qui démontre que la fluoration ne réduisait la carie dentaire que de 0,9 % était du même groupe de chercheur mais était précisément de Hong, I., Levy, S. M., Warren, J.et B. Broffitt. «Dental caries and fluorosis in relation to water fluoride levels» AADR 35th Annual Meeting in Orlando: Abstract # 0153, avril, 2005,
    (des chaires de Dentisterie préventive et communautaire de l’University of Missouri-Kansas City, USA, et de l’University of Iowa, Iowa City, USA). L’autre étude de Warren, Lévy et al. démontre que la dose de 0,05 mg/kg/jour serait la dose requise pour être efficace à réduire la carie alors que cette même dose serait aussi la dose toxique qui engendre la fluorose dentaire. Il n Comme il y a bien des sources de fluorure, y compris alimentaires, il est pratiquement impossible de recommander une concentration dans l’eau. Si un expert pro-fluoration comme le Dr Stephane Levy trouve qu’il est impossible de contrôler l’apport en fluorure aujourd’hui provenant de toutes les sources d’exposition, cela veut dire que la fluoration n’a aucun sens. En conséquence, une partie de la population sera surexposée, c’est-à-dire intoxiquée par les fluorures. Nous avions dit en 1976 qu’il y aurait avec la fluoration à 1,2 ppm, une épidémie de fluorose dentaire. Cet état des choses a été démontré par l’étude d’Ismail, Brodeur et al (1990) atteignait 58 % à Trois-Rivières. Il est étonnant que l’on évite de mentionner cette étude, pourtant la seule étude sérieuse sur l’incidence de la fluorose dentaire effectuée Québec. Avant de fluorer l’eau, Organisation mondiale de la santé recommande aux autorités d’évaluer l’incidence de la fluorose dentaire pour savoir si la population n’est pas déjà surexposée au fluorure, si l’incidence de la fluorose dépasse 10 %, c’est le cas. La DSP n’a pas encore compris cela! C’est sans doute une preuve que le fluorure peut détruire complètement le Q.I.!

    Gilles Parent, ND.A.

  43. gini

    Merci à Gilles pour votre réponse très détaillée et appuyée.

    Entre temps, j’avais pris le temps de regarder quelques cites sur le sujet, dont les sceptiques du Québec qui font une intéressante revue de littérature scientifique à ce sujet.

    À vrai dire, je n’avais pas vraiment d’idée toute faite concernant ce sujet. Je me range globalement à vos arguments, trop de doutes ou de démonstrations quant à la toxicité du fluor…

    J’ai vu des informations mentionnant des concentrations très élevés naturellement dans l’eau en Gaspésie notamment…10 ppm je crois, il faudrait voir la morbidité concernant la fluorose dans cette région…

    Je n’ai pas regardé tous les liens que vous mentionnez, mais je le ferai, pour le plaisir de savoir.

    Merci encore.

  44. J’arrive d’un souper avec une consoeur dont la fille est infirmière.
    Ils ont reçu ( à l’hôpital) où elle travaille, les «body-bag».
    On parle d’une nouvelle éclosion du virus dans deux semaines.
    Précisément.
    Deux semaines.
    Mais qui donc peut prédire avec tant de minutie la mutation d’un virus?

  45. Sophie,
    Merci.
    Je viens de lire le document.
    Non seulement édifiant, mais ….effrayant.

  46. Gilles Parent, ND.A.

    Bonjour à tous,

    Merci GINI pour ton ouverture d’esprit, c’est un compliment. Vos commentaires sont bienvenus

    Seulement pour vous donner un autre exemple comment les autorités de la santé dans tous les pays faussent les faits scientifiques, voici une lettre que j’ai signé en collaboration avec plusieurs experts dans le dossier de la fluoration sur les affirmation du Dr Carnie, en Australie. Vous trouverez trois des experts qui ont participé à la rédaction du rapport du Conseil National de la recherche des États-Unis.

    Fluoration de l’eau: la santé publique trompe le public

     »Nous sommes stupéfaits de constater que le Dr. Carnie est prêt à imposer la fluoration à toute la population et sans donner aux citoyens la possibilité de voter. Cela serait considéré inacceptable même si ceux-ci avaient présenté des données scientifiques probantes démontrant que la fluoration est sûre et efficace. N’ayant fait ni l’un ni l’autre, leur niveau d’arrogance est inouï. »

    Cet article a été publié en réponse à la lettre du Dr John Carnie, dentiste en chef du Département des services sociaux de Victoria et ardent promoteur de la fluoration en Australie. Comme la majorité des promoteurs de la fluoration, M. Carnie prétend sans preuve convaincante que l’eau fluorée est sûre et efficace. Il rejette du revers de la main les conclusions du Conseil national de recherche scientifique des États-Unis, qui après trois ans d’étude approfondie de toute la littérature scientifique mondiale sur la toxicologie des fluorures, en a conclu que l’ingestion d’eau fluorée est associée à une longue liste de troubles de santé, notamment des dommages aux dents, aux os, au cerveau et au système endocrinien ainsi que le cancer des os. Il nie également que l’eau fluorée puisse causer des effets indésirables chez un large éventail de populations vulnérables (les bébés, les personnes hypersensibles, les grands buveurs d’eau, les personnes âgées, etc.), cela en dépit du fait que de tels effets nocifs aient été maintes fois rapportés et documentés, et ce dans plusieurs pays où l’eau est fluorée. Bien que le niveau d’arrogance des autorités sanitaires soit un peu moindre au Canada, le discours est le même et on y constate les même lacunes logiques et scientifiques.

    Fluoration de l’eau: la santé publique trompe le public

    18 septembre 2009

    Par cet article, nous voulons répondre à la lettre signée par le Dr. John Carnie (Dentiste en chef du Département des services sociaux de Victoria) et ses collègues. Les vingt signataires comptent parmi les quelque 2600 professionnels du monde entier qui demandent l’abolition de la fluoration ( http://www.FluorideAlert.org ).

    Dans la lettre du Dr. Carnie, nous retrouvons quelques-unes des tactiques très familières des promoteurs de la fluoration. Au lieu d’appuyer leurs arguments par des données scientifiques probantes, les auteurs se limitent à dresser la liste des organisations qui endossent la fluoration et se contentent de présenter des révisions “diluées” menées par des organisations qui, tristement, ne font que répéter la ligne officielle du gouvernement.

    Pour le Dr. Carnie, “consulter” une communauté consiste à envoyer par courrier un dépliant publicitaire recto. Son agence trouve qu’il est plus facile de répondre à ses propres questions qu’à celles de ses adversaires. Voici huit questions pour le Dr. Carnie, nous le mettons au défi d’y répondre:

    1) Pourquoi la concentration de fluorure est-elle si basse dans le lait maternel (0.004 ppm)?

    2) Pourquoi le Dr. Carnie ne se préoccupe-t-il pas du fait que, dans les régions fluorées, les bébés nourris au biberon ingèrent 250 fois plus de fluorure que ce que dicte la nature?

    3) Pourquoi le Dr. Carnie ignore-t-il la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui précise qu’avant de fluorer l’eau il faut estimer la dose totale de fluorure ingérée par les enfants (dose déjà atteinte)?

    4) Comment le Dr. Carnie peut-il affirmer que la fluoration est “sécuritaire et efficace”, alors qu’aucun essai clinique aléatoire n’a jamais été effectué dans le but de démontrer que l’ingestion de fluorure serait sûre (ou efficace)?

    5) Comment le Dr. Carnie peut-il affirmer que personne n’a jamais été affecté par la fluoration, alors qu’aucune étude sanitaire n’a été vraisemblablement menée dans les collectivités australiennes fluorées?

    6) Pourquoi, après 18 ans, n’a-t-on pas encore répondu aux recommandations du NHMRC formulées en 1991 et qui stipulent que: a) il faut exercer une surveillance constante des niveaux de fluorure osseux; et b) il faut examiner scientifiquement les plaintes de ceux qui affirment être hypersensibles au fluorure?

    7) Comment le Dr. Carnie explique-t-il que, selon les données de l’OMS, il n’y a vraisemblablement aucune différence dans le taux de carie chez les enfants de 12 ans, dans tous les pays développés, fluorés ou non ? (voir: http://www.FluorideAlert.org/who-dmft.htm )?

    8) Pourquoi le Dr. Carnie perpétue-t-il la confusion entre la concentration et la dose de fluorure (deux notions pourtant élémentaires)? Il est vrai que les ingénieurs peuvent contrôler la concentration du fluorure injecté dans l’eau potable, mais personne ne peut contrôler la dose qu’une personne ingère quotidiennement, car la dose dépend de la quantité d’eau consommée et de la quantité cumulée de fluorure à partir de toutes les autres sources.

    Nous constatons que le Dr. Carnie exploite cette confusion lorsqu’il affirme que les études sur l’intelligence menées en Chine concernent “l’exposition des enfants dans les ‘zones fortement fluorées’ où les concentrations de fluorure sont considérablement plus élevées qu’en Australie.” Cela est une erreur.

    Dans l’une des 23 études publiées sur cette question (voir http://www.FluorideAlert.org/brain ) les auteurs ont trouvé une différence de 5 à 10 point de QI (Quotient Intellectuel) entre les enfant vivants dans un village où l’eau de puits a une concentration inférieure à 0.7 ppm et un autre village où la concentration se situe entre 2.5 et 4.5 ppm. Les auteurs estiment que le QI pourrait commencer à décroître à 1.9 ppm. Un enfant buvant deux litres d’eau à 1 ppm ingère une dose de fluorure supérieure à cet enfant buvant un litre d’eau à 1.9 ppm. Il est donc grotesque de dire que cette étude ne peut s’appliquer à l’Australie. La vérité est qu’il n’y aucune marge sécuritaire sensée qui protège les enfants australiens d’une ingestion excessive.

    Non seulement les enfants buvant de l’eau fluorée encourent un risque, mais les patients adultes de M. Robertson (un praticien de la santé signataire de cet article) ont fait l’expérience des effets toxiques du fluorure. De tels effets ont aussi été rapportés à Melbourne au début de la fluoration il y a plus de trente ans et ont également été documentés dans plusieurs pays fluorés (voir le livre Fluoride Fatigue dont l’auteur, M. Spittle, est également signataire). Les effets secondaires de l’eau fluorée ont également été rapportés chez les habitants de Geelong où la fluoration de l’eau a débuté il y a peu. Le Dr. Carnie a été dûment informé de la situation, mais n’a absolument rien fait.

    En 2006, le Conseil national de la recherche scientifique des États-Unis (US NRC) a publié une révision de la littérature scientifique de plus de 507 pages, intitulée Fluoride in Drinking Water: A Review of EPA’s Standards. Les auteurs de ce rapport, incluant trois des signataires de cet article, en ont conclu que l’exposition au fluorure est associée à des dommages aux dents, aux os, au cerveau et au système endocrinien ainsi que le cancer des os.

    Le panel du NRC a recommandé d’abaisser la limite américaine actuelle de concentration de fluorure dans l’eau potable de 4 ppm. Or, même après 3 ans, l’EPA (Agence de protection environnementale des É.-U.) n’a rien fait à ce sujet. L’ancien expert de l’EPA en évaluation du risque, le Dr. Robert Carton, a pourtant précisé qu’il n’y a pas de marge sécuritaire adéquate entre les doses excessives néfastes rapportées par le NRC et la dose actuelle ingérée dans les villes fluorées (Carton, 2006).

    Les auteurs du NHMRC (2007) tentent eux aussi de tirer avantage de la “confusion entre concentration et dose” lorsqu’ils rejettent en une seule phrase et de façon cavalière les conclusions du NRC:

    “Le rapport du NAS se réfère aux effets nocifs du fluorure à des doses de 2 à 4 mg/L. Le lecteur est avisé qu’en Australie, la concentration varie entre 0.6 et 1.1 mg/L.”

    L’affirmation selon laquelle le constat de la révision du NRC n’aurait aucun rapport avec la situation en Australie est irresponsable. Le panel du NRC a fourni une analyse limpide de l’exposition, qui démontre que certaines gens vivant dans les zones fluorées (concentrations identiques aux doses australiennes) sont à risque d’ingérer une dose supérieure à la dose nocive de référence de l’EPA (reference dose for injury – RfD) de 0.06 mg/kg de poids corporel par jour. S’exposent à ce risque, entre autres, les bébés nourris au biberon. Ainsi, un enfant de 4 kg ingérant 1 litre d’eau fluorée du robinet ou de lait maternisé, s’expose à une dose de 0.25 mg/kg/jour. C’est une dose au moins quatre fois supérieure à la dose nocive de référence de l’EPA pour le fluorure.

    Le Dr. Carnie erre lorsqu’il soutient que l’avis de l’ADA (Association dentaire américaine), mettant en garde les parents d’éviter l’eau fluorée dans les préparations pour nourrissons, ne concerne que l’eau naturellement et fortement fluorée. L’avis de l’ADA se lit comme suit:

    “Les parent ou soignants qui veulent utiliser un produit devant être reconstitué, devraient songer à utiliser de l’eau sans fluorure ou à faible concentration de fluorure.” (les caractères gras sont de nous) (Voir: http://www.fluoridealert.org/scher/ada.egram-2006.pdf)

    Pour une raison que nous nous expliquons mal, le Dr. Carnie et autres promoteurs de la fluoration semblent être plus intéressés à protéger cette mesure dépassée (la fluoration) qu’à protéger la santé des citoyens australiens. Lui et ses collègues ne parviennent à s’en tirer que grâce à l’autorité et au prestige de leurs organisations respectives. Cependant, une opinion dénuée de fondement scientifique ne peut être considérée sérieusement, peu importe le “rayonnement” ou “l’importance” attribuée à une organisation quelconque.

    Notre souhait est que les citoyens de Mildura et de toute l’Australie auront la force de questionner le Dr. Carnie et les autres promoteurs de la fluoration. Dans ce cas, ils seront forcés de justifier la fluoration sur le plan scientifique, ou de l’abandonner sans délai.

    Entre temps, nous sommes stupéfaits de constater que le Dr. Carnie est prêt à imposer la fluoration à toute la population et sans donner aux citoyens la possibilité de voter. Cela serait considéré inacceptable même si ceux-ci avaient présenté des données scientifiques probantes démontrant que la fluoration est sûre et efficace. N’ayant fait ni l’un ni l’autre, leur niveau d’arrogance est inouï.

    Signé,

    James S. Beck, MD, PhD, biophysicien médical (retraité), Calgary, Alberta, Canada
    Albert W. Burgstahler, PhD, Co-auteur de Fluoridation the Great Dilemma (1978)
    Paul Connett, PhD, directeur de FAN (Fluoride Action Network), Canton, NY, É.-U.
    Doug Everingham, MD, ancien ministre australien de la santé (1972-1975), Brisbane
    Andrew Harms, BDS, ancien président de l’Association dentaire australienne (division SA), Adelaide
    J. William Hirzy, PhD, ancien scientifique de l’EPA (US Environmental Protection Agency), Washington, DC, USA
    Professor C V Howard, MB, ChB, PhD, FRCPath, ancien président de la Société internationale des Médecins pour l’environnement (ISDE), Coleraine, Irlande du Nord
    Robert Isaacson, PhD, membre du panel du Conseil national de la recherche scientifique des États-Unis (NRC, 2006), Binghamton, NY, USA
    David Kennedy, DDS, ancien président de l’Académie internationale de médecine orale et de toxicologie (IAOMT), San Diego, CA, USA
    Hardy Limeback, DDS, PhD, ancien président de l’Association canadienne de recherche dentaire et membre du panel du Conseil national de la recherche scientifique des États-Unis, Toronto, Canada
    David McRae BSc, coordonateur, Barwon Freedom from Fluoridation (BAFF), Geelong, Victoria
    H. S. Micklem, D. Phil, immunologiste (retraité), Edinburgh, Écosse
    Bill Osmunson DDS, MPH, dentiste, Aesthetic Dentistry of Bellevue, WA, USA
    Gilles Parent, ND.A, co-auteur de La fluoration: autopsie d’une erreur scientifique (2005), St-Laurent, Quebec, Canada
    Philip Robertson, BHSc, ND, Carmoora Clinic, Geelong, Victoria
    John Ryan, MBBS, MSc, FRACGP, DCH, FAMAC, FACNEM, FICAN, Brisbane, Queensland
    Jean Ryan, BHSc, Brisbane, Queensland
    Bruce Spittle, MB, ChB, DPM, FRANZCP, auteur de Fluoride Fatigue (2008)
    Daniel G. Stockin, MPH, agent principal des opérations, Lillie Center, GA, USA
    Kathleen M. Thiessen, PhD, membre du panel du Conseil national de la recherche scientifique des États-Unis (NRC, 2006), Oak Ridge, TN, USA

  47. Gilles Parent, ND.A.

    Autre sujet que j’ai abordé brièvement à l’Autre Monde: la vaccination.

    Le jour où la science sera capable de prévoir avec exactitude l’éclosion d’une épidémie virale n’est pas arrivé et n’arrivera jamais. Les conseils des hôpitaux ne sont même pas capables de prévoir une simple éclosion de la C. difficile dans un simple établissement alors que le recours à des probiotiques sauverait des milliers de vie et qu’ils n’y ont pas recours par soucis d’économiser des bouts de chandelles… Prévoir à deux semaines un programme publicitaire de promotion d’un vaccin, ça marche et nous en avons la preuve. L’industrie pharmaceutique est de mèche avec les agences de santé et le livre du Dr Chopra, «Corrompu jusqu’à la moelle» révèle les dessous de la corruption des autorités qui devraient nous protéger. (À lire) J’admire le Dr Chopra!

  48. Brigitte

    H1N1 :
    Allez voir ce qui se passe en Australie ou ils étaient en hiver, avant nous.

    Je n’ai pas l’impression qu’il y a si peu de vicitmes sans aucune autre pathologie.

    Des décès peut-être mais les jeunes gens en santé semble y être trrrès trrrès malade.
    ON parle de cas de rea, de respirateurs etc…
    Je commence à croire que notre échec auprès de ces familles qui VONT connaître des deuils, faut quand même pas se leurrer, ce sera le manque d’organisation et d’équipements.

    A Sydney, il y a eu 200 admissions en rea en pédiatrie versus 180 les autre années en pédiatrie.

    J’ignore les décès mais , hier soir, au journal CBC, de 22h00 avec Peter MAinsbridge ils disaient que les australiens conseilllent au Canada , avant toute chose, de s’équipper en respirateurs et un autre appareil pour oxygémer le sang en dehors du corps parce que H1N1 te met les poumons hors circuit x 10 jours minimum.

    A la même heure sur une chaîne américaine, tu avais un animateur très connu et écouté ( j’oublie son nom ) qui était en communication satellite avec un toubib qui revenait de Afghanistan

    Les deux se racontaient leur misère d’avoir été malade là bas ( le toubib, jamais autant de sa vie ) et de tousser encore. L’animateur avait consulté le toubib qui l’avait rassuré : mauvaise grippe et ce dernier était revenu ici.

    Le lendemain le toubib a détérioré et a pris le test par curiosité professionnel ( le Tamiflu très controversé sur internet, ne sert à rien anyway si pas pris dans les 48 heure du début des sx, expliquait le MD ).
    Le toubib s’était fait testé donc mais il y a des délais parce que la premi« ere étape du test confirme une grippe A ,
    puis il y a une deuxième étape qui confirme H1N1 .

    ILs étaient mort de rire parce que l.’animateur ( en live ) semblait prendre peur et se demander s’il devait se faire tester alors qu’il était bel et bien rétabli !!!!

    Bref !

    Notre échec , je crois sera le manque d’équipement et un md de santé publique de Vancouver disait qu’ils avaient tout prévu cela et que les régions éloignées seront évacuées vers les villes mais

    Ils manqueront d’avions, d’infirmières et ….de lits de rea dans les villes.

    Voilà ce que mon imaginaire à moi pond ce matin et je vais faire circuler cette info aussi car il me paraît urgent que nos autorités s’y interessent autant qu’au vaccin qui ne servira , en effet, pas à grand chose en plus d’être dangeureux !!

    Bon jeudi !

    Brigitte

  49. Brigitte

    Il faut rappeler encore et encore que Chopra s’est fait virer de Santé Canada et qu’il est encore en court( cours, cour ?) avec eux pour  » wrongfull dismissall  » .

    Pardonnez moi mon french rouillé, ce matin !

  50. Sophie Guillot

    http://tf1.lci.fr/infos/sciences/sante/0,,4769537,00-vaccination-chacun-est-face-a-sa-conscience-.html

    discours culpabilisant de Fillon et Bachelot devant le mauvais accueil autant des professionnels de santé que du public français devant ce vaccin AH1N1 … ou comment un premier ministre en sait mieux sur le non nocivité d’un vaccin encore jamais testé à grande échelle que les médecins eux mêmes ou les infirmières.

    Nous donnera t on avec autant d’accuité le nombre de VICTIMES des effets secondaires du vaccin dans les semaines et les mois à venir en France ?

    Les Français en doutent, ils se souviennent tous des différents scandales qui ont entaché la crédibilité de n’importe quel ministre de la santé .
    ( sang contaminé, amiante, vaccin hépatite B, vache folle, grippe aviaire… la population commence à comprendre que les différents ministres ne sont pas nécessairement efficaces pour protéger la population de différentes menaces de santé publique, y compris quand il est prouvé qu’ils savaient AVANT ; là, Bachelot a cédé aux pressions des labos en Juillet pour passer la commande sans avoir aucun résultat de test d’efficacité ni d’inocuité, les labos utilisant le chantage classique du « il n’y en aura pas pour tout le monde ! » )

    On nous prépare une campagne de vaccination pour l’automne pour une maladie qui n’a pas encore fait 40 morts sur tout le territoire français sur 65 millions d’habitants, et moins de 20 sur la métropole à elle seule. Personne n’y croit encore sérieusement , même si les pharmacies sont dévalisées de gels hydroalcooliques. Sur ce dernier point, si cette grippe pouvait servir au moins à renforcer les mesures élémentaires d’hygiène que l’on devrait de toutes façons prendre en tous temps, ça serait déjà pas si mal.

    A la réunion de rentrée scolaire de l’un de mes enfants, j’ai pris la parole et demandé à l’institutrice qui nous a seriné le discours obligatoire que son ministère lui a transmis ( sans conviction l’instit ! et je la comprends ) si au moins on pouvait prévoir pour tous les enfants de l’école des sanitaires propres et entretenus, de l’eau du savon et de quoi s’essuyer les mains avec des serviettes propres (quitte à utiliser du jetable ) et que les toilettes ne soient pas dans un local en plein vent non chauffé comme c’est le cas à l’heure actuelle. Elle m’a répondu que la direction de l’école demande à la Mairie depuis 5 ans des toilettes neuves, propres et aux normes d’hygiène. J’ai dit que nous les appuyerions sur ce sujet particulier mais que même neuves, avec 150 enfants dans l’école, il fallait impérativement prévoir un nettoyage complet à la mi journée en plus de celui déjà existant une fois par jour.

    Grippe ou pas, ces mesures d’hygiènes là sont basiques et devraient en tous temps être respectées. La maîtresse m’a ajouté comme information complémentaire, que la cour est envahier de pigeons à l’année longue, qu’elle est balayée mais que personne n’a prévu un financement pour passer ne serait ce qu’une fois par semaine la cour au karcher pour nettoyer les excréments de ses oiseaux… il n’y a presque pas de bancs, et à 17h pour leur goûter, grippe porcine ou aviaire, les enfants se sont toujours assis par terre pour le manger . Alors ….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s