Il n’y a pas de races humaines

Je commence ce billet avec un peu de retenue. On ne peut pas tout connaître dans la vie, mais quand même, j’ai bien peur de me retrouver devant vous comme étant le dernier à savoir… Et en même temps, je me dis que rien n’est moins sûr.

Sur mon blogue, dernièrement, une blogueuse a publié un hyperlien vers un article du site Hominidés portant le titre : « Y a t il des races humaines ? Pourquoi autant de couleurs de peau ? » Et bien sûr, je l’en remercie.

J’y ai appris que dans « la classification générale du vivant on parle d’espèce pour regrouper toutes les populations interfécondes et dont la descendance peut elle-même se reproduire ». Ce qui vient en contradiction avec ce fait :

La notion de race se base elle sur la notion de « gènes communs et exclusifs à un groupe d’individus ».

On parle de race et de racisme, mais en vérité les « Homo sapiens forment une seule et même espèce » et les « différences anatomiques que l’on perçoit, par exemple entre un individu asiatique et un européen, ne sont que l’expression plus ou moins forte de gènes communs. »

Et pour contrer encore plus les amants de la différenciation extrémiste (soit les racistes), il y a plus de différence entre deux chimpanzés au niveau génétique qu’entre deux humains. Il ne reste alors que les différences de pigmentation de la peau dues à la géographie, physiologiquement. Donc, il est clair que les grandes différences entre les humains sont d’ordre sociologique.

Ainsi, cette notion de race humaine, d’où vient la notion de racisme, est un héritage ancien qu’il faudrait foutre à la poubelle, d’autant plus qu’à partir de 1775 le naturiste Johann Friedrich Blumenbach défendait déjà « le principe d’unité de l’espèce humaine ».

Mais il ne faut pas non plus jouer à l’autruche et théoriser sur la noirceur, la société est encore trop organisée en races. On a beau pointer le côté culturel et ethnique, la couleur de la peau permet des expériences discutables, comme celle de l’école afrocentriste à Toronto.

Tous les étudiants de cette école seront des participants de moins au travail de tolérance qui doit s’accomplir dans nos sociétés de plus en plus pluralistes.

C’est un ghetto de plus qui se dresse, alors qu’ils devraient tous se désagréger, pour devenir comme des villes fantômes.

78 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

78 réponses à “Il n’y a pas de races humaines

  1. Pingback: Il n’y a pas de races humaines « Renart L’éveillé / Carnet résistant

  2. PYL

    C’est drôle, moi je l’aime le concept de races. Je trouve ça plus qu’intéressant d’avoir une notion que des regroupements d’êtres humains puissent être complètements différents les uns des autres(même advenant que c’aurait été génétique!). Je trouve cela extrêmement dommage que ce ne soit uniquement que le côté péjoratif du mot « race » qui ait fini pas dominer.

    Parce que quoi de plus enrichissant, de plus instructif que la différence? Le concept de race est, pour moi, synonyme de différences marqués, radicales d’un groupe d’individus à l’autre. « Communauté culturelle »… C’est trop doux. Je ne me sens pas confronté à l’extrême différence.

    Mais bien évidemment, pour une personne qui se sent enrichie par ces différences, combien les haïssent… C’est clair qu’il faut agir et dénoncer le racisme (et votre article le démontre d’une façon scientifique), je ne questionne ni ne débat le principe. Mais c’est tout de même fascinant de ne plus être capable de voir le mot « race » sans avoir un malaise.

  3. Gébé Tremblay

    « Tous les étudiants de cette école seront des participants de moins au travail de tolérance qui doit s’accomplir dans nos sociétés de plus en plus pluralistes. »

    Bien au contraire, au diable ce concept abject de « tolérance » !

    L’humain se distingue de l’animal. Nous ne sommes pas des chiens ou des chats !

    Oui, les races existent dans toutes les espèces, même chez l’humain, mais si les animaux sont soumis à leurs races respectives, les hommes, eux, possèdent la conscience et l’intelligence pour compenser les moindres désavantages de leur race par rapport à une autre. Nous ne sommes pas soumis à notre race.

    Oui, le Doc Mailloux avait raison de dire ce qu’ il a dit à TLMEP. Toutes ces différences raciales sont bien là et sont incontestables. Les races ont toutes leurs avantages et désaventages qui peuvent s’inverser dépendament du contexte social et environnemental. Mais nous n’y sommes pas soumis et n’avons donc pas à les tolérer, ni en nous ni chez les autres !

    Nous n’avons à les tolérer que chez les animaux qui eux n’y peuvent rien. Un caniche est un caniche et un doberman reste un doberman.

  4. Rémi

    @ Gébé: Pas certain de comprendre ton commentaire. En quoi le Doc Mailloux « avait raison de dire ce qu’il a dit à TLMEP »?

  5. Gébé Tremblay

    C’était la grosse affaire dans les journeaux du Québec à l’époque. Mailloux avait dit qu’il y avait des différences notables, génétiques, physiologiques, d’intelligence dans certains domaines, d’aptitudes, etc… Et il avait donné quelques exemples qui sont bien documentés. Or, un de ces exemples concernait les noirs et lla grosseur du cerveau. Le lendemain Radio Canada reçu des poursuites de la Ligue des Noirs (ou autre).

    Tout le Québec était offusqué, indigné, déchiraient leurs chemises. Moi aussi !

    Puis je me suis mis à faire des recherches et j’ai dû reconnaître qu’il avait parfaitement raison et que les sources qu’il donnait étaient crédibles de par des expériences scientifiques intègres.

    Aucun scientifique ne les contestaient. Seulement, ils les tenaient secrettes à cause de rectitude politique et éviter les poursuites des lobbies.

    Mailloux a décidé de briser la glace.

  6. PYL,

    le problème, c’est qu’à la base le terme « race » n’aurait jamais dû entrer dans le vocabulaire pour désigner des humains, comme cela est démontré. Il n’y a que les xénophobes pour y trouver leur compte, historiquement, c’est le moteur parfait pour instrumentaliser la folie des hommes.

    Gébé,

    « Bien au contraire, au diable ce concept abject de “tolérance” ! »

    si tu veux, on peut faire un petit test… Est-ce que ça te tente de voir si nous allons continuer de te « tolérer » sur les 7 du Québec?

    « Oui, les races existent dans toutes les espèces, »

    Je répète :

    « La notion de race se base elle sur la notion de « gènes communs et exclusifs à un groupe d’individus » »

    Lire aussi cette fiche sur Wikipédia :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Race_humaine

    Pour ce qui est du Doc Mailloux, je vais passer mon tour… j’ai déjà donné :

    http://renartleveille.files.wordpress.com/2009/09/doc-mailloux-en-poodle.jpg?w=500&h=609

  7. PYL

    à Renart,

    Je crois que le commentaire de Gébé est mal interprété. Je ne suis pas certain, moi non plus de le comprendre entièrement, mais je ne saisis pas le concept de de tolérance qu’il veut énoncer comme l’exclusion que vous lui proposez. Mais encore, j’ai peut-être mal compris; le commentaire n’est pas tout-à-fait clair.

    Pour ce qui est de mon premier commentaire, j’essayais de mettre de l’avant le fait que je trouve que l’on insiste beaucoup sur le mot « race » dans l’intolérance absurde qu’est le racisme. J’ai souvent l’impression que le débat tourne autour de la sémantique , de la définition de ce qu’est une race, au détriment du fond. Ça me fait penser à 1984 alors que le régime big brother faisait disparaître des concepts et des mots pour en effacer leur réalité. Pour ma part, (mais notez que j’adore la différence et les chocs culturels, ce qui n’est pas le cas de tout le monde), le concept de race ne m’offusque pas, même s’il est erroné.

    J’espère me faire bien comprendre. Il s’agit d’une remarque sémantique, linguistique.

  8. potom

    Il y a aussi le « délit de sale gueule ». Je ne crois pas que le mot race existait au Moyen Age, mais étranger, oui. Il n’y a qu’à voir les fresques de l’Égypte ancienne avec les offrandes qu’offrent les « étrangers » à Pharaon.
    Pourquoi on plante un panneau « propriété privée » devant sa bicoque ? pourquoi on plante un panneau « Défense d’entrer » ?
    Curieusement, même combat avec les microbes : c’est le pleine mode en ce moment. Et même combat avec « nos frères extraterrestres » !

    Et le gros morceau : pourquoi on parle de brevets et de propriété intellectuelle ? alors qu’une idée appartient à un fond commun. Je suppose que celui qui à inventé le tour sur métaux, fonction existante de toute éternité, n’a pas déposé de brevet pour sa trouvaille !…

  9. « Pourquoi on plante un panneau « propriété privée » devant sa bicoque ? »
    Parce que ça fait partie de la constitution ? ( tout homme est souverain dans sa demeure…ou un truc de même..).
    pourquoi on plante un panneau « Défense d’entrer » ?
    Ça c’est avertir les emmerdeurs fanas d’un doc raciste et connard …

  10. Gébé Tremblay

    « si tu veux, on peut faire un petit test… Est-ce que ça te tente de voir si nous allons continuer de te « tolérer » sur les 7 du Québec? »(Renart Léveillé)

    Merci de confirmer aussi vigoureusement mon point !

    Pourtant, je n’ai aucun pouvoir d’imposer quoi que ce soit sur ce forum !

    Tu n’as strictement rien à tolérer de ma part !

    Voilà ce qui est odieux dans cette idéologie de la « tolérance ».

    Pourquoi aurais-je quoi que ce soit à tolérer chez un noir ou un homosexuel ?

    Je ne me permettrai jamais d’humilier un homosexuel en lui disant « je te tolère ». Pas plus qu’à un noir, d’ailleurs, ou toute autre race.

    C’est pourquoi j’aimerais bien savoir ce pourquoi tu dois user de tolérance envers les autres groupes ou individus (comme moi). Qu’est ce qui t’est insupportable chez eux qui t’oblige à le tolérer ? Et pourquoi accepter de tolérer ?

    Il me semble que ce sont des questions simples et non des insultes.

    Pourquoi te sont-elles intolérables ?

  11. Gébé Tremblay

    « …dans l’intolérance absurde qu’est le racisme. »(Pyl)

    Qu’est-ce qu’il y a d’intolérable dans la reconnaissance des différences entre les groupes humains ?

    J’aimerais bien avoir une réponse claire là-dessus.

  12. potom

    « Retourne dans ton pays », « T’es pas chez toi ici ». C’est vrai que c’est terrible ces mots. Toujours ce sacré sens de la propriété, intellectuel et physique. Comme l’indiquait un dessin du caricaturiste français Chaval : « Ma voiture, ma maison, ma femme, mon cul ».

  13. Gébé Tremblay

    Potom, est-ce que prétend que les immigrants viennent ici pour se dépouiller de leurs propriétés chez eux et dans le but de ne rien appartenir ici ?

    Nous ne sommes pas sur la même planète, c’est sûr !

  14. potom

    Gébé, c’est à propos de l’article du monde. Un prénom ou un nom « pas de chez nous » ferme des portes, pareil dans un CV dans des entreprises, d’où l’idée des CV anonymes.

  15. Darwin

    @ Renart

    «le problème, c’est qu’à la base le terme « race » n’aurait jamais dû entrer dans le vocabulaire pour désigner des humains, comme cela est démontré.  »

    Tout à fait d’accord.

    Si PYL n’a pas tort de dire qu’il s’agit de sémantique, on ne doit pas banaliser le fait que la sémantique est souvent utilisée pour interpréter faussement des réalités.

    Par exemple, quand le Journal de Montréal a publié les résultats d’un sondage sur le racisme sur la base de la définition officielle du terme «racisme» ( «idéologie consistant à hiérarchiser des groupes naturels humain », voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Racisme ), on a tiré toutes sortes de conclusion sur le supposé «racisme» des Québécois, sans se demander si, peut-être, les répondants n’avaient pas confondu le concept du racisme avec celui de la xénophobie. Il est en effet fort probable que les répondants aient simplement voulu manifester un certain inconfort dans leur contacts avec les membres des communautés ethniques, dont sûrement le port du voile, plutôt qu’une véritable supériorité.

    Et je ne trouve pas inutile de préciser que tous les êtres humains font partie de la même race.

  16. Gébé Tremblay

    Mais, Potom, c’est mon propos autant !

    Les ethnies du Québec ont aussi leur propres agences de placement ! Elles sont sélectives selon l’ethnie !

    C’est quoi alors ton problème avec des entreprises qui sélectionnent des gens de chez-nous ?

    Pourquoi ne fait tu pas la même critique envers les centres d’emplois exclusifs aux autres ethnies ?

    C’est quoi ce deux poids deux mesures ?

  17. Gébé Tremblay

    Darwin, votre racisme il est flagrant dans cette prétention des Québécois à s’afficher comme les sauveurs du monde de par leur ouverture illimitée tout comme chez les musulmanes qui par le voile se veulent un reflet de leur supérieure vertue.

    Tout ça n’est que politiques et n’a rien à voir avec un inconfort dans le contact de l’autre.

    Les nations s’affirment, simplement.

    Vous avez un problème avec ça ?

  18. Darwin

    @ Gébé

    «C’est quoi ce deux poids deux mesures ? »

    Je sais que je perds mon temps avec vous. Vous vous attardez à de l’accessoire sans voir l’essentiel. L’essentiel c’est la réalité. La réalité, c’est par exemple que le taux d’emploi des hommes immigrants récents, pourtant beaucoup plus scolarisés que les natifs du Canada (environ 50 % d’entre eux ont au moins un baccalauréat), est environ 20 points de pourcentage inférieur (30, chez les femmes) et que leur taux de chômage est trois fois supérieur (4 fois, chez les femmes). Ces écarts sont les mêmes qu’on consulte les données du recensement de 2006 ou les données de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada pour 2006, 2007 et 2008.

    Dans ce contexte, c’est bien la moindre des choses que des organismes communautaires tentent de les aider à s’intégrer au marché du travail. Au bout du compte, cette aide bénéficie à tout le monde. Aux immigrants de façon directe, et aux natifs qui peuvent profiter de leur apport et de leur contribution à diminuer les pénuries dans les professions spécialisées.

    Mais, je vous fais confiance, vous trouverez sûrement moyen de manifester votre xénophobie (bien que dans votre cas le terme racisme semble s’appliquer) en vous attardant encore une fois à d’autres phénomènes accessoires.

  19. Darwin

    @ Gébé

    «chez les musulmanes qui par le voile se veulent un reflet de leur supérieure vertu»

    Vous souffrez de ce que Freud appelait le narcissisme des petite différence :

    « Dans les aversions et répulsions qui, de manière non dissimulée se font jour à l’égard des étrangers qui sont à proximité, nous pouvons reconnaître l’expression d’un amour de soi, d’un narcissisme qui aspire à son auto-affirmation et se comporte comme si la présence d’un écart par rapport aux modalités de sa conformation individuelle entraînait une critique de ces dernières et une invitation à les reconfigurer ».

  20. Gébé Tremblay

    Darwin, vous avez raison, je vais BRÛLER EN ENFER !!!!

    Pauvre de moi !!!!

    ARRRRGGGHHH!!!

    Douleur…douleur…douleur…. …..

  21. Darwin

    «je vais BRÛLER EN ENFER»

    Mais, non. L’enfer, c’est comme les races, ça n’existe pas !

  22. Gébé Tremblay

    Darwin, votre Freud, rentrez-vous-le bien profondément où je pense.

    Je crois que ses écrits vous donneront la direction.

    🙂

  23. Darwin

    «Darwin, votre Freud, rentrez-vous-le bien profondément où je pense.»

    J’ai lu sur un autre blogue quelqu’un qui, aujourd’hui à 21 h 22, disait que ceux qui insultent les autres le font parce qu’ils n’ont plus d’argument.

    Ce quelqu’un s’appelle Gébé Tremblay… Un homonyme ?

  24. Étant anthropologue de formation, je ne peux qu’être d’accord avec Renart. D’ailleurs, c’est un vieux constat que de dire que le concept de race n’a aucun sens.

    En revanche, cela n’évacue pas le fait que l’espèce humaine s’est différenciée du point de vue culturel, se subdivisant en groupes ethniques, ayant chacun sa langue, sa conception du monde, ses coutumes et rituels…

    Cela contribue à notre richesse que d’avoir ainsi différentes façons de voir les choses.

    Tant que le tout se fait dans la tolérance des différence, de parts et d’autres, et que l’on ne tombe pas dans la xénophobie primaire ou le syndrome de persécution dès que l’on voit quelqu’un agir de façon différente.

  25. @Gébé Tremblay

    Je saisi ce que vous voulez dire par « tolérance ». Votre réflexion est intéressante: si je te tolère, c’est qu’à la base, il y a quelque chose chez vous qui me dérange, tu as un problème, mais je te « tolère ». Quand on y pense vraiment, ça fait quasiment condescendant! « aille toé, je te tolère! »

    Peut-être devrions-nous parler d’accepter nos différences et de célébrer ce qui nous unis?

    Imaginez si nous étions tous aveugles! L’histoire de la couleur de la peau serait terminée, fini le racisme!

    Ahhh, la division, qu’est ce que c’est mieux lorsque nous sommes là à nous sentir divisés alors que les maîtres continuent de tranquillement de mener la barque…

  26. @ FrançoisM

    Oui Gébé peut avoir signifié ce que vous dites au sujet du concept de tolérance (quoique je trouve abusive votre interprétation de ce qu’est la tolérance: il y a des gens qui sont « tolérants » sans être dérangés en quoique ce soit et sans être condescendants).

    Mais plus loin, il affirme que Mailloux avait raison lorsqu’il mentionnait qu’il y avait des différences racialesdans les capacités intellectuelles… On est alors dans le préjugé le plus abject.

    @ Gébé

    . Or, un de ces exemples concernait les noirs et lla grosseur du cerveau….

    *snip* *snip*

    Puis je me suis mis à faire des recherches et j’ai dû reconnaître qu’il avait parfaitement raison et que les sources qu’il donnait étaient crédibles de par des expériences scientifiques intègres.

    Aaaaah Oui? C’est pas parce que Mailloux donne la références de quelques « recherches scientifiques » à l’effet que les noirs seraient moins intelligents que cela veut dire que la majorité des scientifiques sont d’accord sur ce point. C’est plutôt le contraire. Tout au plus certains vont dire que les noirs américains ayant été désavantagés par l’histoire, ils se trouvent encore aujourd’hui en situation défavorisée ce qui a un impact sur leur capacité de performer à l’école.

    De toutes façons, associer la couleur de la peau à l’intelligence (ce que tu sembles nommer la grosseur du cerveau…) est aussi stupide que de penser que les gens qui ont des yeux bleus ont plus de chances de devenir physiciens nucléaires.

    Aucun scientifique ne les contestaient. Seulement, ils les tenaient secrettes à cause de rectitude politique et éviter les poursuites des lobbies.

    Aaah oui? Tu tiens ça d’où? Tu peux appuyer ce que tu dis là, où tu tires ça de l’endroit où tu mets Freud?

  27. PYL

    À gébé,

    Et bien, tu me posais une question plus haut, mais l’encre à coulé depuis… Mais, je tiens à répondre quand même.

    “…dans l’intolérance absurde qu’est le racisme.”(Pyl)

    Qu’est-ce qu’il y a d’intolérable dans la reconnaissance des différences entre les groupes humains ?

    J’aimerais bien avoir une réponse claire là-dessus.
    (gébé)

    Je ne sais pas si tu as lu mon premier commentaire (le premier en haut). Si non, lis le, s’il te plait, et tu verras qu’à ce propos, je dis exactement la même chose que toi. Ici, j’ai utilisé le mot « racisme » pour que ce soit clair pour tout le monde. Je crois que ce mot désigne, dans l’imagerie populaire, un concept que tout le monde comprend. Je crois que tu joues sur les mots avec moi, mais je crois aussi que c’est de bonne guerre puisqu’il s’agit quand même du thème. J’aurais peut-être dù dire : l’intolérance, ou la haine envers les autres communautés culturelles, au lieu de dire « racisme ». Mais desfois, on veut tout simplement aller au bout de son idée.

    Toutefois, j’apprécie ton commentaire dans le sens qu’il appuie ma thèse que beaucoup d’énergie est dépensée dans la sématique, dans la révision continuelle du concept du mot « race », ou peu importe lequel. Et je ne dis pas que ce soit une mauvaise chose en soi, même si je le questionne. Car, comme le souligne Darwin, la sématique interprète souvent la réalité. On se retrouve avec la poule ou l’oeuf, mais peu importe, le résultat est là. Toutefois, je questionne l’importance mise sur la définition du mot race. Ça me fait penser à cette école au États-Unis qui voulait interdire le mot « Gun ». L’objet existerait toujours, même si on lui trouve un autre nom (parce qu’on lui en donnerait nécessairement un autre).

    Mais j’insiste: je comprend, à la lumière du texte de Renart, que le concept de race est erroné dans le cas qui nous intéresse et je comprend, comme le dit Darwin, qu’il est important de bien définir un concept. Je m’étonne tout simplement devant le fait que nous ressentons le besoin de changer le vocabulaire d’un concept, d’un problème, qui lui ne change pas. Comme si ça donnait un peu l’illusion d’aider la cause.

    Ce n’est qu’une réflexion personnelle que je partage avec vous!

  28. Les races, inexistantes…

    Ok. Je veux bien croire qu’au Québec, nous sommes une des seules places dans le monde ou le peuple ne peut pas se revendiquer tel qu’il est (peuple québécois français) sans se faire traiter de raciste.

    Je veux bien croire que nous sommes la province ayant le taux d’immigration le plus élevé.

    Je veux bien croire que la moitié de Montréal est constitué d’immigrants.

    Mais là, ça va faire. Le monde qui voit du racisme partout, ça m’énerve tellement!

    Hey! Les races, ça existe, c’est morphologiquement prouvé qu’il existe différents types d’humains. Que ce soit au niveau de la couleur de la peau, de la densité des os, de la possible pilosité du visage, de la force des muscles en général, de la taille générale, de la forme morphologique du corps en général: NOUS SOMMES DIFFÉRENTS, c’est une réalité. Les anthropologues le savent bien.

    Dire qu’il n’existe qu’une seule sorte « d »Homo Sapien » est une totale aberration! Hey! Juste notre ADN contient en moyenne 22 gènes différents issus de différentes races dites « extraterrestres » (Annunaki et Elohim) et d’un humain à l’autre, l’ADN est très, très différent. Certains sont carrément des « hybrides » mi-humain, mi-autres races (57 races répertoriées par l’Armée Américaine)

    À ce que je sache (extrait de l’article Exopolitique publié par Personnocratia):

    Toutes les anciennes civilisations humaines terrestres mentionnent des dieux créateurs très grands et puissants, ayant parfois des corps ou des parties de corps d’animaux (insectes, reptiles, oiseaux, mammifères). Souvent, il s’agissait de corps reptiliens, ce qui corrobore les légendes au sujet des dragons (Chine, Tibet, Europe, Amérique). Comme lors du mythique combat entre Saint-Georges et le dragon, avons-nous détruit les descendants de ces dieux généticiens venus du ciel ? L’EH devint peut-être assez violent et débrouillard pour que ceux-ci décident de quitter la planète ou de circuler en douce, se cachant dans des lieux difficiles d’accès, habituellement sous la terre. Voilà peut-être la source des légendes de démons venant d’un enfer souterrain mystérieux.
    Certaines espèces de ces êtres reptiliens intelligents décidèrent d’avoir des relations sexuelles avec des femmes humaines, ce qui créa des descendants hybrides plus faciles à manipuler télépathiquement à cause de leur code génétique
    similaire. Cette race humaine hybride existe encore aujourd’hui d’hui sous la forme de familles de sang « bleu » ou « royal ». Toute l’élite royale, noble, politique, industrielle, financière, bancaire, scientifique, artistique et sportive fait partie de ces
    familles. L’élite qui met actuellement en place le Nouvel Ordre Mondial est formée à 100% de membres de ces familles de sang bleu. Leur génétique permet à certaines races extraterrestres
    reptiliennes de contrôler de loin ce qui se trame sur notre planète par le biais des décideurs tirant les ficelles en haut de la hiérarchie du troupeau humain.

    Alors, « il n’y a pas de race », on repassera si vous permettez!

    Lien vers le document complet intitulé « L’exopolitique par Personnocratia » (vous devez avoir Acrobat Reader): http://www.personocratia.com/panda/modules/JournalPersonocratia/documents_joints/dot04exopolitiquefr.pdf

  29. Enkidu

    Ouf! Ça délire de plus en plus ici…

  30. Enkidu

    @ Simon

    Étant anthropologue, je te serais reconnaissant de ne pas citer ceux-ci pour appuyer tes délires…

    Les anthropologues savent bien qu’il y a des différences physiques entre des populations qui ont été isolées les unes des autres, mais d’un point de vue biologique, ces différences sont insignifiantes.

    Ce qui différencie bien plus les groupes humains, c’est la culture… Celle-ci se différencie bien plus rapidement que la biologie.

    Pour ce qui est des histoires d’extra-terrestres, s’il y a quelque chose de complètement dénué de preuves au point que la chose en est ridicule, c’est bien ça.

  31. PYL

    Aie,

    Simon, quand tu mentionnes les Élohims et tout le reste, est-tu sarcastique?

    Tout ce que tu écris (très intéressant d’une certaine façon) le fais-tu pour illustrer quelque chose, ou y crois-tu?

  32. PYL

    « eS-tu sarcastique »

    désolé pour une telle faute

  33. @ Renart et al.

    Tout dépend de la priorité relative qu’on accorde au « bien » et au « vrai ». Parce que le concept de race était utilisé de façon socialement inacceptable on a décidé qu’il n’existerait plus. On dit que race signifie « gènes communs et EXCLUSIFS à un groupe d’individus »… et il n’y a plus de races.

    Evidemment, puisque, par définition, il ne peut exister à l’interieur d’une espèce des gènes EXCLUSIFS à un groupe, sans que ne cesse leur capacité d’un accouplement fécond… Le tour est joué…mais c’est du NOVLANG pur.

    Il y a des COMBINAISONS de gènes qui sont transmissibles génétiquement. Autrement, les chihuahuas seraient des danois.. et les Français des Hottentots . Mais nn ne parlera plus de races: on va dire maintenant « haplogroupes ». Tout le monde est d’accord ?

    L’expérience semble montrer une corrélation entre les aptitudes des géniteurs et celles de leur descendance. Parfois liée a des caractéristiques physiques évidentes… parfois sans qu’on en ait encore trouvé le marqueur génétique. Mais on cherche… et peu à peu on trouve.

    Conclusion: 1) ne plus parler de races. 2) ne pas trop parler d’haplogroupes sauf entre gens avertis, sans quoi, la pagaille va reprendre et il faudra trouver un autre nom.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/176-le-nobel-et-l’inquisition/

    Pierre JC Allard

    @ Renart: Vous avez un admirable talent – que j’envie – à susciter un enthousiasme populaire pour la discussion de sujets dont ceux qui en discutent n’ont pas, disons, un parfaite maîtrise. C’est le but des blogues et un outil efficace de la démocratie, car c’est en forgeant qu’on devient forgeron. PJCA

  34. À tous les incrédules:

    SVP, lisez le document de l’Exopolitique suivant AVANT de me parler, sinon, je parle dans le beurre.

    Cliquer pour accéder à dot04exopolitiquefr.pdf

  35. @ Simon Lefebvre:

    Coluche – ou Desproges – disait :  » On peut rire de n’importe quoi, mais pas avec n’importe qui« . Si ceux qui ont écrit la Bible avaient écrit « science fiction » en exergue ( C’est ce que veut dire tohu bohu, mais on a mal traduit :-)), l’humanité se serait évité bien des larmes…

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/05/31/chine-la-solution/

    Cordialement

    Pierre JC Allard

  36. Enkidu

    @PCJA

    Le concept de race renvoie à l’idée que des populations ont été isolées suffisamment longtemps pour que les variations des gènes entre ces populations soient plus grandes que celles observées à l’intérieur de ces populations. N’importe quel généticien sérieux vous dira que d’un point de vue génétique, il n’y a pas de races humaines.

    Evidemment, puisque, par définition, il ne peut exister à l’interieur d’une espèce des gènes EXCLUSIFS à un groupe, sans que ne cesse leur capacité d’un accouplement fécond… Le tour est joué…mais c’est du NOVLANG pur.

    Non. Des différences génétiques exclusives ne mènent pas nécessairement à une spéciation, i.e. une différenciation génétique suffisante pour que deux populations ne puissent plus se reproduire. Par exemple? L’anémie falsiforme est causée par un gène que l’on ne trouve pas dans toutes les populations humaines, on le trouve surtout en Afrique. Cela ne fait pas des africains des représentants d’une espèce différente… Ce gène ne représente pas non plus une variation assez importante pour qu’on s’en serve pour justifier l’idée de race. Votre argument est fondé sur une prémisse erronée.

  37. Enkidu:

    tous les anthropologues n’ont pas la même vision des choses, heureusement! Mon ex-conjointe est anthropologue elle aussi.

    Les races sont une réalité, la nier ne la fait pas disparaitre…

  38. Enkidu

    @ Simon

    Alors la prochaine fois que tu voudras te servir des représentants de ma profession pour appuyer tes idées, écris-donc, « mon ex, qui est anthropologue ».

    Parce qu’entre toi et moi, la majorité des anthopologues s’accordent à l’effet que le concept de race ne désigne rien de scientifiquement significatif. Que ton ex pense différemment ne change rien à ce consensus établi sur les faits.

    Est-ce que ton ex souscrit aussi à ta théorie de l’origine extra-terrestre de l’humanité? En ce cas, elle doit aussi être ex-anthropologue…

  39. Gébé Tremblay

    « J’ai lu sur un autre blogue quelqu’un qui, aujourd’hui à 21 h 22, disait que ceux qui insultent les autres le font parce qu’ils n’ont plus d’argument. »(Darwin)

    Freud est mort.

    Darwin aussi, en passant. 🙂

  40. Gébé Tremblay

    @François M.

    Si on tolère, c’est qu’une chose ou un acte nous est imposé.

    La race d’une personne n’impose rien aux autres. Je ne vois donc pas ce que la tolérance vient faire là-dedans, autre que la personne elle-même qui pourrait se sentir imposé de sa propre race.

    La culture, la politique, la morale, les lois, d’un groupe ne doivent pas être imposés à un autre groupe. Les groupes (nations) n’ont pas à tolérer l’imposition de règles d’un autre groupe.

    Cette idéologie de tolérance n’a comme but que l’affaiblissement d’un groupe.

  41. PYL

    À simon lefebvre,

    J’ai ouvert le lien que tu nous proposes.

    Écoute, chacun a ses croyances. Je respecte les tiennes. Mais, et je n’ai pas encore tout lu le document (mais je vais le faire), ce que tu nous proposes comme lecture est une croyance comme les autres. Je ne crois pas que tu puisses affirmer que c’est la vérité. Pas plus que n’importe qui, mais dans ce cas précis, tu admettras avec moi que c’est particulièrement ésotérique et qu’il n’y a pas vraiment de preuves de ce que tu avances. À moins que tu aies vécu quelque chose de très particulier et qui nous a échappé à tous.

  42. @ Enkidu: vos arguments sont admirablement spécieux. Vos origines mésopotamiennes, sans doute :-).

    N’importe quel généticien sérieux, en effet, me dira que si les variations des gènes observées à l’intérieur d’une population sont moins grandes que celles observées entre les membres de cette population et ceux qui n’en font pas partie, c’est que celle-ci a été isolée suffisamment longtemps pour que l’endogamie fasse son travail.

    Ca ne peut rater, car c’est la seule explication acceptée d’un généticien sérieux. Mais ça ne change rien, au contraire, au concept des combinaisons de gênes qui SONT transmissibles. On évite seulement de parler de la notion explosive de race.

    Votre deuxième argument est plus exquis, car au lieu de faire dévier sur un autre sujet, il fait dévier le sens même des mots. L’anémie falciforme est une maladie due à un allèle recessif; vous conviendrez qu’il serait abusif de dire que ceux chez qui elle se manifeste constitue un groupe stable puisque, par définition, ce caractère ne leur est pas exclusif et ne peut évidemment pas mener à une spéciation… Mais ce n’est de ça qu’on parle et vous le savez bien…

    Pierre JC Allard

  43. Enkidu

    @ Gébé

    Je suis d’accord avec toi sur un point : il faut vivre et laisser vivre.

    Mais ce que tu dis sur la tolérance est une interprétation ce ce que c’est. Comme je le disais plus haut, il y a des gens qui se disent tolérant sans signifier ce que tu impliques (du mépris ou de la condescendance).

    Quant à l’imposition des règles d’un groupe sur un autre. Je suis d’accord avec toi que cela ne doit pas se produire, mais en même temps, peux-tu élaborer? Une femme musulmane qui porte le voile impose-t-elle sa coutume aux autres? Pour moi, non, mais j’ai vu des gens qui, sous le couvert de faire respecter leurs libertés et leur culture, voudraient bien empêcher les autres de se comporter selon les préceptes de leur culture différente.

  44. Enkidu

    @PCJA

    Bof. Votre « argument » n’a aucun sens. Les généticiens, les biologistes et les anthropologues n’évitent pas d’utiliser le concept de race parce qu’il serait explosif, ils l’évitent parce qu’il n’y a aucune base scientifique à la notion que l’humanité serait divisée en « races ».

    Incidemment, lorsque des populations sont isolées, ce n’est pas tant « l’endogamie » qui fait que ces populations se mettent à diverger, que des pressions sélectives différentes qui vont favoriser certains traits, certaines mutations. Mais bon, comme vous n’êtes ni généticien ni biologiste ni anthropologue…

    Quant à l’anémie falciforme, je donnais cet exemple pour répondre à ce que vous avanciez ici :

    Evidemment, puisque, par définition, il ne peut exister à l’interieur d’une espèce des gènes EXCLUSIFS à un groupe, sans que ne cesse leur capacité d’un accouplement fécond…

    Il se trouve que le gène responsable de cette maladie est beaucoup plus présent en Afrique, où ses porteurs hétérozygotes sont en quelque sorte immunisés à l’égard de la malaria. En revanche, vous aurez beaucoup de difficulté à le trouver ici, sauf chez des immigrants récents, bien entendu.

    Votre réponse passe de toutes façons à côté de mon propos : que des différences génétiques sur certains traits ne mènent pas nécessairement à une spéciation. Encore faut-il que les traits soient nombreux et surtout significatifs….

    Mais bon, si vous préférez croire qu’il y a conspiration des uns pour escamoter un concept « explosif »… Franchement, je commence à trouver que la rectitude politique a le dos pas mal large, on l’accuse de bien des choses.

  45. @ Enkidu

    Je suis un peu surpris, je m’attendais à plus d’ouverture d’esprit venant d’un anthropologue. N’es-tu pas allé à l’Université de Montréal? N’as-tu pas eu de professeur africaniste? N’as-tu jamais entendu parler de toutes les « légendes » (toute autre appelation ferait peur et dérangerait, bien entendu) concernant des extra-terrestres? L’origine-même du peuple africain est extra-terrestre, d’après Credo Mutwa et plusieurs autres sages africains.

    Bien sûr, le système, et donc l’Université de Montréal et ses professeurs, ne PEUT PAS expliquer l’exopolitique maintenant car ça reviendrait à dire qu’on nous a fourré pendant 200 000 ans!!!!!

    @ PYL

    Les preuves sont partout! Des « légendes » africaines, péruviennes, amérindiennes, mayas, etc…, aux oeuvres d’art anciennes de ces peuples, de la science-fiction qui ne cesse de parler du phénomène afin de le faire passer pour une folie lorsque des gens comme moi parleront de l’exopolitique, des médias qui banalisent le sujet alors que les OVNI, les crop circles et les enlèvements sont ultra courants partout sur la Terre, aux jeux, émissions et tout ce que tu veux pour enfants qui sont vraiment, mais vraiment accés sur les reptiles et les dinosaures (pourquoi cette fixation?) en passant par toutes les preuves vidéos de gens plutôt anormaux (youtube Rudolph Giuliani, George Bush Senior, Laura Bush, Brian Todd (CNN), Michael Chertoff, etc…)

    Tu dis que je ne détiens pas la vérité. Sur ce sujet, je peux affirmer la détenir, car après 9 ans de recherche à savoir pourquoi l’état de la Terre est ce qu’il est, c’est la seule logique possible. Sinon, comment expliquer qu’une infime minorité de gens (l’élite) dirige le monde au grand complet (des milliards d’individus) ? Comment expliquer qu’aucun de nous, ni des gens que nous connaissont et qu’eux connaissent à leur tour, ne désire l’état des choses actuel, et que nous le subissions quand même???

    Je veux bien accepter les critiques constructives, mais quand on se contente de nier une évidence, c’est pas fort fort.

    Je ne suis peut-être qu’un petit papa à la maison musicien, mais au moins, j’ai les yeux ouverts sur la réalité, et je sors peu à peu de « la grande illusion »…

    Je termine avec les paroles de la chanson « Né en 17 à Leidenstadt » de Jean-Jacques Goldman:

    (…) On saura jamais c’qu’on a vraiment dans nos ventres,
    Caché derrière nos apparences
    L’âme d’un brave, ou d’un complice ou d’un bourreau?
    Pour le pire ou le plus beau?
    Serions-nous de ce qui résistent ou bien les moutons d’un troupeau
    S’il fallait plus que des mots? (…)

    (…) Mais qu’on nous éparge toi et moi si possible très longtemps
    D’avoir à choisir un camp… (…)

  46. Enkidu

    @Simon

    Tout d’abord, concernant les légendes… Doit-on prendre pour vraies toutes les légendes, c’est à dire littéralement vraie? C’est une chose que de les considérer comme des objets intéressants, c’en est une autre de considérer que ce sont des théories valides de la réalité.

    Personnellement, je pense que ces légendes doivent être acceptées comme des allégories, des métaphores, des symboles.

    Mais bien que je sois ethnologue (une spécialisation de l’anthropologie) j’ai aussi une formation en sciences naturelles, et c’est bien dommage, mais question explication de l’univers, de l’origine des espèces, etc., je fais beaucoup plus confiance à la méthode scientifique.

    Autrement, doit-on conclure que les légendes à l’effet que le soleil tourne autour de la terre sont véridiques?

    On n’a pas besoin d’extra-terrestres pour expliquer l’oppression et la souffrance chez les humains. L’être humain est parfaitement capable de faire tout ça sans intervention extra-planétaire, divine ou autre…

    Il n’y a aucune preuve qu’il y ait eu des êtres d’une autre planète sur la terre. Parles-en à un biologiste féru de génétique. Toutes les espèces vivantes partagent des traits communs, qui suggèrent très fortement une origine commune.

    Mais bon, tu vas me dire que je fais partie des naïfs, ou pire, des conspirateurs…

  47. Gébé Tremblay

    @Pyl

    « …l’intolérance, ou la haine envers les autres communautés culturelles, au lieu de dire “racisme”. »(Pyl)

    Le racisme est une idéologie et non une science. La science démontre qu’il y a des races dans toutes les espèces animales. Ce n’est pas du racisme mais de la biologie.

    Le racisme est une idéologie qui dicte qu’une race est supérieure à toutes les autres ou qu’une race est inférieure à une autre. Voilà le racisme.

    Reconnaître que toutes les races ont des supériorités ou infériorités par rapport entre elles et aux nombreux contextes dans lesquels elles évoluent, ce n’est pas du racisme. C’est une observation de l’évidence.

    Une race qui a une infériorité (par rapport à d’autres) dans un contexte peut se transformer en supériorité dans un autre contexte.

    Par exemple, les ingénieurs engagent de préférence des amérindiens pour construire les ponts, à cause de l’absence générale du vertige chez eux.

    Ces ingénieurs ne sont pas racistes.

  48. gini

    Biologiquement, tous les hommes partagent le même bagage de gènes, seulement l’expression de ces gènes diffère.

    Alors parler de race au sens biologique quand on parle de l’humanité n’a aucun sens, étonnant de devoir expliquer cela en 2009!

    Le mot « race » est tout de même utilisé pour désigner les groupes culturelles.

    Personnellement, j’évite le mot « race » parce que ce n’est pas vraiment le bon terme, c’est tout. Les sociologues et gens instruits font de même.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s