Archives quotidiennes : 9 décembre 2009

Le maître de l’esquive

Jean Gagnon Dossier Actualité économique

La session du parlement québécois s’est terminée vendredi dernier sans que ne soit lancée une enquête publique sur les malversations de secteur de la construction, comme le réclamaient tous les parties d’opposition, tous les éditorialistes et chroniqueurs des médias, ainsi que probablement une bonne partie de la population du Québec. Comment cela se fait-il que dans une société démocratique comme la nôtre, l’actuel parti au pouvoir puisse réussir à ignorer les demandes de tant de ses commettants ? Comment sommes-nous devenus si résignés devant la volonté et les décisions de nos dirigeants ?

image

L’apparence de malversations dans le secteur de la construction, et principalement celle liée à l’adjudication des contrats municipaux, était sûrement suffisante pour qu’à tout le moins le gouvernement démontre une ferme volonté d’aller au fond des choses.

Et ce n’était pas la première fois cette année que le gouvernement s’esquivait devant une question embarrassante à laquelle tout le monde exigeait une réponse. Rappelez-vous la saga de la Caisse de dépôt et de placement en début d’année. Là aussi le gouvernement Charest a esquivé la question, se contentant de réunir pendant quelques jours le Comité des finances. Henri-Paul Rousseau a su être suffisamment théâtral quand il le fallait pour désamorcer le débat. Et le Comité a réussi à éviter les témoignages plus importants de certains personnages liés de près aux transactions de PCAA, tel Luc Verville, que les ténors de l’opposition réclamaient pourtant à grand cri.

Non seulement, les questions suscitées par les performances désastreuses de la Caisse n’ont pas trouvé de réponses, mais ce gouvernement s’est même permis de nommer un nouveau président, Michael Sabia dans la plus grande controverse, à la suite d’un processus de sélection faisant fi de toutes les règles de transparence que l’on était en droit d’attendre d’un organisme qui après tout devrait avoir des comptes à rendre à ses déposants. Là encore, Jean Charest et son équipe ont esquivé tous les coups. Et six mois plus tard, les résultats de la Caisse continuent d’être mauvais, Michael Sabia est confortablement installé dans le fauteuil du président, et les critiques se sont tues. Le même sort semble guetter l’enquête publique sur le secteur de la construction et les octrois de contrats municipaux.

Et il semble que cette façon de gouverner se poursuivra. En effet, Denis Lessard, journaliste à La Presse généralement très bien branché à Québec, écrivait vendredi dernier que le gouvernement Charest tiendra un sommet important sur les finances publiques autour du 21 janvier 2010.  » Le premier ministre présidera l’évènement destiné à alimenter un débat déterminant sur le financement à long terme des services publics ”, écrivait-il.

Il y aura effectivement des décisions à prendre à Québec compte tenu de l’état des  finances publics. Les choix risquent d’être douloureux. On pourrait être amené à augmenter de façon significative les tarifs d’Hydro-Québec. On pourrait aussi être amené à hausser la taxe de vente, pourtant déjà si élevée. Et ça alors qu’on entre au cœur des négociations de la prochaine convention collective des employés des services publics.

En politique, esquiver ça peut se faire de deux façons. D’abord, en ne tenant pas compte des critiques qui nous sont dirigés, mais aussi en faisant tomber la responsabilité de décisions impopulaires sur d’autres. Après avoir esquiver les coups au cours de la dernière année, le gouvernement du Québec se prépare maintenant des appuis pour expliquer des décisions qui seront sûrement impopulaires l’an prochain.

Notez que je ne suis pas contre la tenue d’un sommet sur les finances publiques. Mais j’aurais vraiment préféré qu’on le tienne après que l’on nous ait annoncé d’abord une enquête sur les allégations de corruption dans l’industrie de la construction, ainsi que dans les bureaux municipaux.

4 Commentaires

Classé dans Actualité, économie, Jean Gagnon