Budget Bachand : remède de cheval par une équipe d’ânes

Gaëtan Pelletier

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

Le Québec a longtemps vécu au-dessus de ses moyens. Sa situation financière est intenable. Le ministre des Finances pouvait-il faire autrement ? Et si oui, comment ? Sybelpresse

Le parti libéral a tenté de trouver tout l’amidon  disponible pour recoller les grands morceaux de leur vase grec échappé au ralenti pendant sept ans.

Les politiques à court terme, ou pas de politique du tout – sauf celle de l’asphalte et du serpent keynésien qui se ronge la queue avec l’argent des québécois –  le parti libéral est vraisemblablement le meilleur coureur de fonds aux olympiques de l’auvent couvert. ( Bon! Un petit jeu de mots de temps en temps, ça relaxe un peu…)

Le parti « rouge » porte bien son nom. On en est rendu à cracher le sang de nos portefeuilles.

Un parti de cireurs de souliers de coins de rue…

On frotte la cuirette jusqu’à s’en faire un miroir de Narcisses qui se vautrent dans le pouvoir pour noyer le citoyen.

Du nid de poule au Grand Canyon

Si le parti libéral avait pour tant soit peu voulu être sérieux dans sa démarche, telle que stipulée en 2003, il aurait lentement évité ces « vieilles manières de faire »  tout au long de ses 7 années de « règne ». Comme les garderies à 7$ et le dossier du financement des universités, et des cadres moins « peinturés ». Une œuvre d’art au Louvre des SS… Comme dans tsutt! Silence on tourne.

Il a lancé le Québec dans un vaste programme de « mise en chantier »… Au point tel, ou l’offre était plus forte que la demande. De sorte que les ouvriers et les « ensembles » de l’industrie de la déconstruction se sont gavés du plat à en avoir les babines rouge-à-lèvre.

Comme un petit air sournois de vampires dont les canines sortent même la bouche fermée.

On avait un nid de poule… On a un Grand Canyon.

Et là, on cherche la terre et les camions pour remplir cette béance. Pour faire pire, il ne reste plus qu’un météorite frappant la Terre.

Mais essayez donc de faire un film avec un budget?

Le pas fait et  « l’à faire » …

Le résultat de la brique  reçue avec tous ces fanaux, c’est qu’elle  aurait due être fragmentée avant d’être lancée. En ce sens, tous les gouvernements qui passent ont la manie de sauter la réalité en se disant que pour un mandat, bof!  À force de laisser moisir l’eau et le ciment, ça fossilise un État et le fige.

Et dans le collier de perles de ces mandats, les successifs gouvernements  se renvoient leurs erreurs, leurs lichettes, comme des bouviers en mal de se faire aimer. Et Dieu sait qu’ils ont la langue longue et la gueule d’une grue de chantier.

On se lègue et relègue des chantiers abandonnés.

C’est le peuple qui ramasse les morceaux.

Quant aux « coupures » dans la fonction publique, on verra. Mais il n’y a jamais eu quelque chose à voir dans ces mesures de pastiche de morale. La chorale des petits chanteurs  à voix de bois aurait besoin de cesser de faire du lip-synch…

À vouloir rouler au dessus de la limite permise, M. Charest a pris le clos. Le voilà à tenter de recoller les morceaux du véhicule  accidenté qu’est le Québec.

Les politiciens sèment, les citoyens récoltent.

Mais il n’y a jamais assez de blé pour nourrir un enclos de cowboys pour qui nous sommes des vaches.

La hache 1 du parti Passe-Partout

Et les 220 $ Millions pour l’escouade de l’aiguille? Et toutes ces publicités pour nous annoncer une Shoah québécoise? Et ces salles louées non utilisées? Et les bavures cachées?

Il faudrait se trouver une « Truth One One . Le camouflage est le mensonge gris des ânes a recouvert un énorme tapis avec sept années de poussière.

Oublions la petite balayeuse à succions (budget) pour déloger la crasse. Je ne fais pas que le procès du parti libéral, mais d’une succession de déculottés qui mignardent un peuple au lieu de le respecter. Car le percevoir incapable de comprendre ce qu’il faut pour un Québec en santé financière, c’est faire preuve d’irrespect. Ne rien faire pour le rendre fier et fort, c’est le considérer comme bas et à la hauteur d’un petit représentant de la race canine à dresser.

Un tort à partager

Il n’y a pas que M. Charest de frisé au Québec. Les ânes ont hélas bien des moutons!  Et une filière de journaux et de postes de télévision qui ont la peau épaisse comme un ballon de fête. Avec un petit ruban rose… Même Radio-Canada nous a présenté une barbe-à-papa dans le dossier de ce célèbre H1N1. De quoi se méfier des autres dossiers traités   par la suite.

L’agenouisme (sic)  commence à coûter cher au peuple.

Ne reste plus qu’à trouver un vaccin pour les hachoirs de nos avoirs. Du moins ce qu’il en reste…

On a la tête sur le billot…

On a un passé de bûcherons…

***

Ce qui me rappelle une chanson :

Laissons-les

Laissons-les

Laissons-les s’aimer…

Je veux bien, mais les rejetons de ces aventures de lit sont bardés de trop de préservatifs pour enfanter.

Au Québec, on fait la culture des fœtus depuis des décennies.

On se croirait dans cirque des années 20 – de l’autre siècle – mais c’est nous qui regardons les fêtards,  recroquevillés dans le bocal.

45 Commentaires

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier

45 réponses à “Budget Bachand : remède de cheval par une équipe d’ânes

  1. Pour le 1/3 de son budget, se sont des recettes attendues du peuple, je pense bien qu’il réussira puisqu’il augmente les taxes pour aller le chercher.

    Le reste de son budget (2/3) sont des économies que la machine gouvernementale doit atteindre pour le boucler. Cette partie là est moins certaine.

  2. Darwin

    Quelle trouvaille que cette taxe-santé ! Inventer une taxe encore plus régressive que la taxe de vente, fallait le faire !

    Par ce budget, on demande aux pauvres et à la classe moyenne de rembourser les réductions d’impôts accordées aux riches au cours des 10-15 dernières années !

  3. Quelle est cette taxe-santé dont vous parlez, Darwin? Je ne suis pas au Québec présentement et j’ai manqué celle-là.

    Gaëtan, vous avez touché un notion dont je parle cette semaine sur mon émission, le respect de soi-même. Il ne reste plus aucun respect pour les Québécois(es) et ces derniers ne se l’accordent pas plus. Nous n’avons plus de respect pour nous mêmes, collectivement et individuellement. On se fait continuellement passer des sapins et personne ne bronche.

    Trois touches positives, cependant: le projet d’Hydro-Québec d’acheter les installations du Nouveau-Brunswick a échoué, Rabaska est mort et la fluoration de l’eau ne se fera pas de sitôt dans plusieurs villes qui y songeaient, dû à la forte opposition populaire.

    Mais au niveau des finances, on se fait royalement ramasser. Le pire, c’est qu’on a même pas besoin de vivre cette nouvelle période « d’austérité » financière.

    Merci pour cet article!

  4. @ François M.

    Quelle est cette taxe-santé dont vous parlez, Darwin? Je ne suis pas au Québec présentement et j’ai manqué celle-là.

    Le budget inaugure une « caisse de santé » dans laquelle tous les adultes devront contribuer $25 cette année, $100 l’an prochain et $200 l’année suivante.

    Pour une fois, je suis amplement d’accord avec Darwin.

  5.  » Le prélèvement d’une «contribution santé» est particulièrement révolutionnaire dans le contexte québécois. Depuis plusieurs années, les coûts du système de santé croissent d’au moins 5% par année alors que les revenus du gouvernement augmentent de moins de 4%. Dorénavant, l’écart entre ces deux courbes sera comblé par une contribution directe des citoyens, contribution qui sera versée à un Fonds pour le financement des établissements de santé. D’ici trois ans, chaque adulte québécois, sauf s’il est particulièrement démuni, paiera un montant atteignant 200$ par année en 2012. Il est écrit dans le ciel que par la suite, cette contribution augmentera chaque année, peu importe le parti au pouvoir. Les contribuables deviendront forcément plus conscients du coût pharaonique du système de santé.

    Les Québécois veulent des infrastructures de transport de qualité. La taxe sur l’essence sera haussée de 4¢ le litre sur quatre ans. Les 480 millions ainsi recueillis chaque année seront intégralement versés à un fonds consacré aux infrastructures. »

    http://www.cyberpresse.ca/place-publique/editorialistes/andre-pratte/201003/30/01-4265887-un-budget-historique.php

    À cela pourra s’ajouter un ticket modérateur en santé.
    Et ça se résume ainsi:
    Dès le 1er juillet prochain, chaque adulte devra dorénavant verser une contribution de 25 $ pour un nouveau fonds dédié à la santé. Cette contribution passera rapidement à 100 $ en 2011 puis à 200 $ en 2012.
    _________________
    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/budget/qc2010/les_faits_saillants/

    ___________________
    On parle de budget « courageux ». Quand les gens se lançaient dans l’eau au moment où le Titanic piquait du nez, on ne parle pas de courage…
    Le plus étonnant est que malgré toutes ces mesures, il n’est pas certain que « l’opération »réussisse.

    « Le déficit de l’exercice qui a pris fin hier s’élève à 4,3 milliards. Mais ce chiffre est trompeur. S’il veut éliminer le déficit d’ici à 2014, M. Bachand a besoin de beaucoup plus d’argent. Pour mesurer le réel effort de compression qu’il doit s’imposer, il faut voir ce qui arrivera si les dépenses continuent d’augmenter au rythme annuel de 4,8%. En 2013-2014, le Québec se retrouverait avec un déficit insupportable de 12,3 milliards. Voilà donc la véritable somme que M. Bachand doit trouver. »
    Claude Picher
    http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/claude-picher/201003/31/01-4265981-on-le-croira-quand-on-le-verra.php
    _____________
    Bref, on n’a pas assez de plâtre pour boucher le trou…

  6. Aimé Laliberté

    Donnez une proportion encore plus grande du fruit de votre labeur à des menteurs, des incompétents, des traitres et dites-moi vraiment, sans rire, que vous pensez que les choses vont aller mieuz plus tard.

    Arrêtez de vous conter des peurs.

    Cessez de nourrir la bête!

  7. Aimé Laliberté

    Il y a quelques années, le Québec a eu pendant quelques mois un ministre de la justice véritablement intéressé par l’aspect ‘justice’ de son mandat.

    Inutile de vous dire que ça n’a pas duré longtemps, surtout après que le ministre de la justice en question a voulu prendre le contrôle du règlement des procès impliquant les Hells.

    La petite clique d’aristocrates qui dirige ce territoire appelé Québec n’a pas tardé à chercher dans quelle merde cet individu aurait pu tremper avant de se lancer en politique.

    Comme il s’agissait d’un homme d’une intégrité irréprochable, qui avait consacré sa vie professionnelle à représenter des travailleurs accidentés devant le tribunal kangourou conçu pour protéger les employeurs, connu sous le nom de Commission des lésions professionnelles (autrefois CSST et auparavant CAT), ils ont dû se résigner à salir sa réputation par association avec sa fille qui avait travaillé dans un bar de danseuses ayant des liens avec les motards (comme un grandnombre de bars au Québec).

    Ce ministre de la justice au passé irréprochable, Me Marc Bellemare, a donc du démissionner.

    Je l’ai revu il y a quelques jours dans La Presse, alors qu’il expliquait comment certains syndicats sont main dans la main avec le gouvernement.

    Voir l’article ci-desssous.

    La clique de bandidos voudrait maintenant qu’il témoigne (en privé) devant le directeur général des élections sur ce qu’il sait (rien à voir avec les élections) plutôt qu’en commission parlementaire, pour être certain que le citoyen moyen ne puisse connaître les rouages internes du merveilleux monde tordu des politiciens du Québec.

    Personnellement, ça me dégoute.

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201003/27/01-4264902-marc-bellemare-cible-la-ftq.php

  8. @Aimé,
    C’est pour ça qu’on ne rit pas. Parce l’an 2003 était le plus tard de 1996.
    Comment le Québec s’est-il retrouvé dans la même classe que l’Islande?
    Un « long terme » d’absence de planification réelle.
    Pour ce qui est de la politique, de la manière actuelle de « gérer », il y a longtemps que j’ai démantibulé ma cheminée de père Noël…
    Même si on donne aux élus une recette, ils n’en veulent pas. Ils sont accrocs aux fast-food.

  9. Aimé Laliberté

    Le directeur général des élections en question, un dénommé Marc Blanchet, et le même qui avait déposé un rapport expliquant toutes les lacunes du vote électronique dans les municipalités du Québec en 2005, mais qui n’avaient RIEN fait et qu avait même déclaré que les élections ne pouvaient être annulées, une autre ostie de grosse menterie, quand on sait que le vote électronique peut être facilement truqué, qu’il ne peut être vérifié par une preuve en papier et qu’en conséquence, AUCUN des maires ou conseiller municipaux de la province élus par vote électronique n’aurait été capable de PROUVER le nombre de votes qu’ils auraient obtenus.

    Mias les Québécois n’ont RIEN fait parce que les Québécois sont un peuple de porteurs d’eau, de suiveux, de mangeux de hot-dogs.

    C’est triste, mais les preuves sont là!

  10. Aimé Laliberté

    Voici le rapport di DGE sur le vote électronique:

    http://www.electionsquebec.qc.ca/francais/actualite-detail.php?id=2144

  11. Aimé Laliberté

    Je ne sais pas si vous avez déjà fait une recherche pour connaître la compagnie qui était derrière ce vote électronique.

    Mais voici un article sur le sujet. C’est une véritable honte mes amis.

    http://www.itbusiness.ca/it/client/en/home/News.asp?id=37614&cid=3

  12. Aimé Laliberté

    Je me souviens… des autres menteries de ce gouvernement

  13. Aimé Laliberté

    Le club des menteurs honore un des ses membres les plus méritants:

  14. Aimé Laliberté

  15. Aimé Laliberté

  16. @Aimé,
    Marcel Blanchet.
    Ce qui ne change pas grand chose.
    Mais il reste que M. Blanchet a tenté de modifier certaines choses, dont la carte électorale.
    Bloqué par le parti libéral.
    Je sais un peu pourquoi, mais je n’en parlerai pas.
    @François,
    Oui, le respect. C’est un manque de respect total. Les gens de la rue ( pour ainsi dire, j’en écoutais il y a quelques minutes à la télé) ne sont pas naïfs ni ignorants.
    Mais quel gouvernement saura justement respecter les québécois?
    Il faudrait un autre système. On n’en sort pas…

  17. Aimé Laliberté

    Jean Charest est dans la petite clique des collaborateurs de Power Corp. Il était ministre des sports(!!) dans le gouvernement Mulroney, et s’est présenté à la cheferie du PC. Quand il était ministre des sports, il s’est imrovisé négotiateur (bouffon) en appelant un juge saisi d’une affaire impliquant l’Association canadienne d’athlétisme afin de l’influencer, ce qui ressemble étrangement à une tentative d’entrave à la justice ou de soudoyer un juge.

    En lisant wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/Jean_Charest) j’ai vu qu’il avait admis avoir reçu 10 000 $ de Karlheinz Schreiber pour sa campagne électorale alors qu’il était avec le PC.

    Voici un autre résumé de sa carrière:
    http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=A1ARTA0011432

  18. Aimé Laliberté

    Gaetan,

    Je ne doute pas que M. Blanchet ait reçu des pressions. C’est la façon de faire de la clique de tordeurs de bras qui dirige la province.

    Mais ils ne sont pas tous en politique. Si on pense aux aristocrates de la rue St-Jacques qui dominent cette province avec leurs mensonges étayés quotidiennement dans leurs journeaux, il est inconcevable que ces vieux câlices résussissent à faire ce qu’ils font dans l’indifférence aparemment la plus totale.

  19. Os&%&*%@ypH(82h82g@HglI&@t9py8234-0?&* de tab$%&!(@_#+ de mer)(*?&?%$%$*FVH’

    Les grandes mesures d’austérité s’en viennent. Au lieu de négocier le prix des médicaments avec Big Pharma qui ont presque triplé de prix les dernières années, qu’est-ce qu’on va faire???? NOUS TAXER ENCORE UNE FOIS !%@&%#(*&@)*@(_*@

    LÂCHEZ-NOUS STI

    Maudit gouvernement de rapaces vautours sangsues de vampires suceux d’énergie vitale.

    On n’a pas besoin d’un nouveau système avant de cesser de coopérer avec ces bandits. On va payer leurs factures encore une fois??? On va se laisser faire comme des gros moutons mous??? C’est qui les caves qui comme des pauvres hamsters font tourner la roue du système et le fait fonctionner??? Cessons de nourrir la bête, en effet.

    Une taxe sur la santé, shit, ils vont taxer notre santé maintenant. Oh s’cusez, une « contribution santé ». Ils sont en train de nous ruiner. L’électricité augmente à chaque année, le téléphone, l’essence, les taxes aussi, ils perdent des milliards de nos fonds de pension, ça coute plus de $1000 pour mettre une simple moto sur la route pour la moitié de l’année, bref, tout coute plus cher. La classe moyenne est en passe de disparaitre. Re-bienvenue dans les temps féodaux, avec deux classes: les pauvres et les ultra-riches.

    @*&?%!?(#Y*(HE*@#_*!#*Jjfk

    Une taxe santé.

    Aaargh

    PAAAAAAAAAAAAAS content…….

  20. Merci à Philippe et Gaëtan pour les précisions et à Aimé pour les excellentes vidéos. Celle de Charest à 11:41 est un plaisir a savourer. Et remarquez la condescendance de John lorsqu’il décide de lever les pattes: « merci »… « bonne chance »… « bon« …(il faut que je sorte d’ici, je ne me sens pas à l’aise avec des vrais travailleurs du Québec qui en ont marre de se faire gruger alors que les copains s’enrichissent sur leur dos, vite, vite, il faut que je sorte d’ici!(Charest qui pense ça dans sa tête en s’enfuyant))

  21. Aimé et François,
    Vous avez sans doute manqué la plus drôle… Ce cher Dr Barette est allé dire à la télévision que c’était une manière pour le citoyen – je ne me souviens plus de la phrase exacte , mais en gros – de « faire des choix de santé, de se prendre en main ». Autrement dit: nous avons la responsabilité de ne pas trop manger, de ne pas boire, de ne pas fumer, de ne pas jouer au casino, etc.
    Si on a une note à donner pour un Dr c’est en dessous de zéro.
    Que M. Barrette fasse la lecture du livre TOXIC et TOXIC FOOD, de William Reymond.
    http://gaetanpelletier.wordpress.com/2010/03/03/toxic-food-la-soupe-des-cancers/

    C’est avec ça qu’on nourrit le bétail!

    L’entreprise Booker Packing Co (BCP) s’est spécialisée dans la récupération sous le nom de North Texas Protein. Le rendering, comme on le nomme ici, est l’activité la plus discrète de l’industrie de la viande. Elle est pourtant bien nécessaire puisque, chaque jour, dans les 276 unités du pays semblables à celle de Booker, on « recycle » les carcasses animales qui, sinon, iraient polluer le pays. Le rendering comprend deux étapes majeures. Booker « transforme » 600 têtes de bétail chaque jour. Un rythme presque artisanal en comparaison des centres du Middle West où la cadence, infernale, dépasse les 400 boeufs à l’heure. »

    D’abord les employés – souvent de la main-d’œuvre immigrée et précarisée – déversent les cadavres dans une énorme cuve, laquelle contient d’énormes mâchoires métalliques broyant le tout. Le mélange concassé est transféré dans une autre cuve, sous la responsabilité du « chef », dénomination qui ne relève d’aucune hiérarchie mais se réfère avec ironie au métier de cuisinier. Car son rôle consiste à rendre cette activité profitable, en supervisant la préparation d’une « soupe » franchement écoeurante.

    Après une heure de cuisson à 135 degrés, une épaisse masse jaune monte à la surface du mélange. Un suif précieux car, une fois récupéré, il va faire le bonheur de nombreuses industries. Plus particulièrement celle des cosmétiques, qui utilise cette graisse animale cuite dans les bâtons de rouge à lèvres, les déodorants et les savonnettes.

    Le reste de la mixture donne son nom à la branche de BPC. À nouveau passé au broyeur, le surplus de liquide se voit séché puis transformé en poudre. Une poussière grise, concentrée en protéines, prête à venir « enrichir » la nourriture du bétail élevé à la chaîne.

    Nous le savons depuis la crise de la vache folle, mais le constater ainsi soulève toujours le cœur. Cette « poussière grise » montre que l’industrie agroalimentaire est parvenue à transformer les bovins en espèce cannibale, qui se nourrit des restes cuits de ses semblables.

    Mais il y a pire encore.

    La « soupe » ne contient pas uniquement des carcasses d’animaux d’abattoir. On y trouve aussi des litres de graisse issus de l’industrie du fast-food, provenant de restes de cuisson et d’huile de friture. La viande périmée des supermarchés termine également sa course dans cette mixture. Comme il faut faire vite et que les employés n’ont pas assez de bras, on la déverse dans la cuve sans même prendre le temps de la retirer des emballages et des barquettes en polystyrène expansé. Comme si cela ne suffisait pas, on y jette aussi les sacs verts venant des centres vétérinaires et des fourrières. Leur contenu? Quelques-uns des 6 à 7 millions de chats et chiens euthanasiés chaque année aux États-Unis.

    Est-ce tout? Eh non, car la « recette » est complétée par le roadkill, les dépouilles de multiples espèces d’animaux écrasés ramassées en bordure de route!

    L’assaisonnement final – un renvoi direct aux 83% de poules contaminées. En effet, depuis dix ans, le rendering inclut dans sa recette les plumes et matières fécales récupérées sur le sol des élevages en batterie.

    La formule fait, paraît-il, des miracles parce que la tonne de « protéines » ne coûte que 45 dollars lorsque la même quantité de luzerne est trois fois plus chère. Ensuite parce que celle-ci transforme les vaches en véritables boules de graisse. Autre « détail » : afin d’euthanasier les animaux, les vétérinaires leur injectent une solution concentrée de penthiobarbital sodique, un produit qui ne disparaît pas après la cuisson de la soupe. En outre, la majorité des cadavres provenant des fourrières portent des colliers anti-puces et antiparasitaires à base de dimpylate. Cet insecticide ne s’évapore pas non plus dans les cuves de BPC. Tout comme les traces d’hormones et d’antibiotiques détectées dans « l’engrais de poulet » et les intestins des porcs et des bœufs.

    Cette poudre est ignoble est toxique. Elle est l’aliment de base des bœufs qui, demain, seront transformés en hamburger à 99 cents. Et alors, ce venin sera au fond de nos estomacs. Toxic food, William Reymond

    Dans les années 60: cancer du sein, 1 femme sur 20.
    2009: 1 femme sur 3.
    Même les hommes ont le cancer du sein.
    Je vous amènerai d’autres chiffres dans quelques heures.

    L’industrie alimentaire empoisonne toute la chaîne… Et ensuite on essaie de réparer le tout par les « hôpitaux ».

  22. AAaark…. je pars dégeuler et je revieeueuuurrkkk…

    (5min plus tard)

    C’est dégueulasse. J’en savais beaucoup, même le livre A New Diet For a New America révélait plein d’énormité du genre, mais là, c’est carrément un appel à la population pour cesser de consommer tout produit provenant de ces sources. Nos dollars sont beaucoup plus puissance qu’on vote aux quatre ans. Et c’est de notre santé qu’il s’agit (et qu’on va taxer)…

    Répugnant tout ça, Gaëtan, vous avez gâché mon appétit.

    À mon tour maintenant: saviez-vous qu’on a commencé à introduire de la viande clonée dans les épiceries? Mmmmm
    Miam miam, de la bonne viande clonée. Elle se retrouve particulièrement dans le comptoir des viandes froides. Bon appétit à tous!

  23. Claudius

    Les familles qui sont hypothéquées à l’os pour les 25 prochaines années et qui arrivent déjà serrées dans leur budget, avec des enfants à charge… La chose que je crains par dessus tout, c’est que ces familles vont couper… dans la nourriture ! Quand t’aura payé tous les frais obligatoires dans l’année pour vivre au Québec, il ne restera rien sur la paye. Si un des deux membres du couple perd son emploi, ou se fait baisser son salaire, c’est la faillite presque assurée.

    Il y a des gens qui ont des grosses cabanes neuves, mais il ne faudra pas s’étonner de savoir que le garde-manger sera vide… et qu’ils iront à la soupe populaire. On va se faire davantage soliciter au point d’en être écoeuré; donnez svp ! L’élastique est entrain de petter. Et dire que monsieur Charest n’en avait que pour la création de la richesse…
    Maintenant, le discours est « LUCIDE »… On pourra constater une réalisation du gouvernement; la création de la pauvreté. Je me dit que le gouvernement, bras droit des banquiers, veut notre bien et il va s’arranger pour l’avoir d’une manière ou d’une autre. C’est seulement l’intérêt de la dette qui vampirise l’économie de la province. C’est drôle, mais y a pas d’économiste qui en parle de ça.
    Combien de milliards $ sortent de la province pour payer l’intérêt de la dette ? L’argent qui sort du rouage économique finit par tuer l’économie locale. Les $200 qu’on aura à débourser chacun, on ne l’aura pas pour aller acheter quoi que ce soit.
    Un moteur qui a une fuite d’huile, bien il finit par briser c’est officiel, n’est-ce pas ? Là il y a une fuite d’argent vers le service de la dette. Quand toute l’argent en circulation aura été pompée à cette seule fin, qu’est-ce qu’on va faire après ?

    Solution: Introduction d’une monnaie de troc dans la même proportion que l’argent officiel qui est évacué vers l’intérêt de la dette dans le but de compenser l’hémorragie de ce problème perpétuel. Au moins, il va rester encore quelque chose pour que les gens puissent continuer à s’échanger des biens et services. L’économie continurait à rouler, sauf que le dollar canadien se ferait plus rare. Les gens veulent travailler, mais ce n’est pas de leur faute s’il n’y a pas d’argent, si les poches de tout le monde sont vides. Donc ça prend un 2’moyen d’échange officiel. C’est ça ou bien c’est l’agonie de l’économie qui va nous jetter dans les bras d’un quelconque régime « BIENVEILLANT »…

  24. Aimé Laliberté

    Gaetan,

    C’est vraiment dégeulasse ton histoire de carcasses d’animaux. L’an dernier, le gouvernement Harper a refusé un projet de loi qui aurait permis d’identifier les produits modifiés génétiquement dans les supermarchés.

    IL y a tellement de saletés dont on pourrait parler à propos de ces gouvernements, c’est incroyable.

    Je vous donnes des nouvelles de l’Ontario, ou je vis depuis quelques années, car nous avons ici un quotidien qui publie continuellement des nouvelles qu’on ne voit pas souvent au Québec, ou l’empire Gesca (et Quebecor) rabache toujours les mêmes platitudes. Je parle du Toronto Star, dont je vais vous citer quelques articles parus aujourd’hui:

    1) En Ontario, le club des fonctionnaires qui gagnent plus de 100 000 $ (cent milles dollars) par année a augmenté de 18 % l’an dernier (10 000 fonctionnaires de plus gagnant plus de 100 000 $/an). C’est quand même incroyable, vous ne trouvez pas?

    http://www.thestar.com/news/canada/article/788263–public-servants-earning-over-6-figures-grew-18-per-cent-last-year?bn=1

    2) Ici on a un article qui nous raconte comment Henri-Paul Rousseau, ce brillant (!!) gestionnaire de fonds qui a quitté la Caisse de dépôt pour aller chez Power pendant que des dizaines de milliards en placements s’envolaient on ne sait trop ou, s’envole maintenant pour l’Inde pour faire des investissements pour son patron, vous savez qui, lequel est tellement brillant qu’il a commencé à investir en Chine alors que la Chine était encore l’ennemi # 2 des É-U (après l’URSS). Non mais quel flair, tout-à-fait incroyable! Tout un homme d’affaires!

    http://www.thestar.com/news/world/india/article/787789–canadian-billionaire-paul-desmarais-eyes-india

  25. Aimé Laliberté

    Claudius,

    Selon le film Oh Canada, pur sold and bought out land, les paiement effectués par le gouvernement fédéral, les gouvernements des provinces, et les villes et municipalités totalisent, es-tu bien assis,
    cent quatre vingt millions de dollars (180 000 000 $) PAR JOUR.

    Si on fixe la part du Québec à 30 %, on parle de 60 000 000 $ par jour au Québec pour rembourser les intérêts sur la dette créée à partir de rien par les banquiers internationaux qui contrôlent les usurpateurs qui dirigent la province.

  26. Claudius

    @ Gaetan

    Je me doutais bien déjà qu’en mangeant de la saucisse, on ingurgitait quelque chose qui ressemble à du manger pour minou…

    J’ai particulièrement aimé la diffusion à RDI de la série Tout le monde en parlait, avec l’histoire du scandale de la viande avariée dans les années 60 & 70. Le secret du succès de la saucisse Fédérale, c’était l’assaisonnement. Le reste, c’était de la carcasse de vache morte de maladie ou avariée.
    Cherchez « viandes avariées » sur YouTube…

    En France:

    Mais le film le plus prophétique, c’est Soleil Vert (1973) avec Charlton Eston, ou Soylent Green.
    Les pénuries alimentaires forcent les gens à manger des biscuits verts… Il faut voir l’extrait du mourroir pour comprendre.
    En l’an 2022… L’auteur du film avait vraiment du pif !

    Du boeuf comme vous n’en avez jamais vu !
    Même film:

    On trouve le film au complet sur eMule.
    Je souhaite voir un jour un remake de ce film !

  27. Aimé Laliberté

    Quelqu’un a une idée ou sont passés les milliards perdus par la Caisse?

  28. @Aimé,
    Je ne sais pas où sont passés les 40 milliards. C’est pas moi, je le jure.
    L’article qui devait paraître parlait de la SAAQ. On a doublé le coût des enregistrements de moto, votre permis de conduire, les véhicules…
    Pourquoi?
    La SAAQ avait « investi » de par le biais de la Caisse de dépôt. Elle a perdu 2.3 Milliards.
    Concernant la nourriture et les coûts énormes de la « santé », voici une entrevue avec William Reymond.
    Il parle entre autres de la « soupe »…. Excusez si j’insiste, mais le système est corrompu par la basse, banquiers et fabricants de nourritures .(sic).
    On ne soigne pas les causes, on soigne le citoyen…

    http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/ArticleComplementaire.aspx?doc=transcription_reymond_w_ent

  29. Claudius

    @ Aimé

    On peut seulement spéculer, mais ça ressemble à un détournement de fonds déguisé en perte…
    Il y avait assez de gens compétent pour savoir ce qu’ils faisaient. Incompétence ? Pas sûr.
    Moins subtile en 1995 quand Jean Chrétien s’est donné le droit de prendre 50 milliards $ de la caisse d’assurance-chômage pour payer l’intérêt de la dette ??? INNAPU ! comme dans Innapu pantoute pantoute. C’est un nouveau mot inuit que je viens d’inventer ! Ce qui veut dire en français « Il n’y en a plus du tout ».
    On vide les caisses et on supprime les rentes. Voilà ce que j’appelle de la création de la richesse, pour les banquiers évidemment…

  30. Aimé Laliberté

    Et c’est là qu’on voit toute la beauté du collectivisme. Des sommes faramineuses, investies on ne sait ou qui disparaissent comme par enchantement, ou qui sont investies dans des industries qui vont vous tuer à petits feux, ou dans des économies de pays en développement qui vont faire disparaître vos jobs. Et personne n’est responsable de quoi que ce soit!

    Ostie que c’est beau le socialisme!

  31. Aimé Laliberté

    Regardez les commentaires des lecteurs sur le budget du Québec sur http://www.CBC.ca. Je dirais que 90 % ou plus demandent une réduction de la taille de l’état. C’est pas 50-50, ni 60-40, mais plutôt 90 -10 et même plus.

    http://www.cbc.ca/canada/montreal/story/2010/03/31/quebec-budget-2010.html

  32. @ Claudius,
    Oui, encore une belle manœuvre.
    On a pris l’argent de ceux qui cotisent à la caisse d’assurance chômage et on l’a utilisé pour éponger la dette.
    Ensuite, n’ayant plus d’argent (sic), on a écourté le nombre de semaines pour chômeurs et allongé le nombre de semaines de travail.
    Puis on les a traités de fraudeurs…
    Les gens se sont plaints. Or, le gouvernement a- selon les décisions de la cour – le plein droit de transferts de fonds dédiés à un secteur vers un autre.
    Qui en ont souffert? Les travailleurs saisonniers, bien sûr. Mais par delà la manoeuvre il y en avait une autre: transférer un pourcentage de ces gens vers l’aide sociale qui est, bien sûr, provinciale.
    C’est là le génie de nos élus.
    ______________
    C’est la raison pour laquelle je les nomme les cévéistes…. Ils passent et plouf! s’en vont dans le privé.
    H.P. Rousseau – M. Tempête parfaite – est parti après la perte de 40$ milliards. Remplacé par M. Sabia qui a réussi un rendement inférieur mais un rendement tout de même.
    Maintenant, attachez vos tuques. Ce qui s’en vient est une crise dans le secteur immobilier. Malgré les dites directives d’Ottawa, des enquêteurs journalistes ont « fait semblant  » de s’acheter une maison.
    Les institutions n’acceptent qu’une mise de fonds minimale et est prête à vous prêter de l’argent pour
    votre comptant… Le même système à l’origine de la crise aux États-Unis.
    Un type de Montréal qui demandait 345,000$ pour sa maison s’en est vu offert 415,000$.
    À Québec, en 2001, le prix moyen des maisons était de 102,000$. Il a doublé… Et c’est parmi les moins chères.
    Ce cher M. Labeaume était fier de dire aux gens que leur maison avait acquis de la valeur. Certes, mais à long terme, l’accès à la propriété ne pourra se faire que par un élite.
    Prenez un travailleur au salaire plus que minimum, disons 20$ l’heure et l’autre membre de la famille au salaire minimum.
    Il faut s’endetter pour 35 ans, entretenir la maison, payer les taxes, etc.
    Sans compter les constructeurs qui vous bâtissent une maison dans le temps de le dire et qui s’enfuient quand la fondation coule. Dans le temps de le dire…

  33. @ Claudius,
    Je ramène un article que j’avais écrit ici. Les désossés.
    On se demande pourquoi les chaîne alimentaires vendent de plus en plus de poulets désossés. Parce qu’on le fait « pousser » en 45 jours. Tout plein d’eau…
    Mais son développement osseux ne suit pas…
    Avant il ne volait pas, maintenant il a de la peine à marcher.
    La « centralisation » de la production est entre les mains de grosse Cies. De sorte que les fermiers sont devenus les esclaves de celles-ci.
    S’il y a abus, ce serait à l’État de surveiller et de règlementer cette industrie.
    Nous les payons pour ça.

    https://les7duquebec.wordpress.com/2010/01/07/les-cochons-carres/

  34. Aimé Laliberté

    Gaetan,

    N’y a-t-il pas quelque chose de fondamentalement tordu dans le fait qu’un entrepreneur avec, disons 5 hommes, vous construit une maison en, disons 4 semaines, donc en 20 semaines de travail pour un homme (plus le cout des matériaux) et que vous allez prendre 25 ans, donc approx. 1 300 semaines pour payer cette maison.

    Quelque chose ne tourne pas rond.

  35. Claudius

    @ Gaetan

    Je m’attends de voir le prix des maisons commencer à se dégonfler. C’est certainement 50% trop cher. Comme je dis à certain; je n’ai pas un quart de million pour acheter une maison… Devrais-je dire un tiers de million maintenant ?
    Jusque là, ça faisait l’affaire des Remax de ce monde. Des gros profits pour peu d’effort. Ça, ça me scandalise !!!!!!!!!!!

    Maintenant, comme les gens vont se sentir égorgés dans leur budget, ils vont songer à vendre leur maison pour avoir moins gros. Le nombre de nouveaux chantiers de construction va commencer à ratatiner… Ceux qui vont avoir de l’argent cash vont avoir le gros bout du bâton.
    Si tout le monde voulait vendre sa maison en même temps, il y aurait un petit problème, parce qu’une maison, ce n’est pas de l’argent, et aujourd’hui et demain, ça va prendre de plus en plus d’argent pour continuer à vivre normalement.
    Il me semble que c’est une spirale de déflation qui s’annonce. Les salaires vont être coupés, mais les dépenses vont augmenter. C’est paradoxal, mais ça s’explique. Une hypothèque de maison, je n’ai jamais vu ça se déprécier, mais la valeur de la maison, oui ! Devoir plus que ce que ça vaut… ça va être beau tantôt ! Les aliments en supermarché, si les gens n’ont plus les moyens d’acheter, les prix vont baisser. Des prix tellement bas que les producteurs vont renoncer à produire… Famine artificielle… Comme les taux d’intérêt vont commencer à remonter, ceux qui arrivent déjà serré ne pourront plus continuer. Les états en faillites finissent par avoir des taux d’intérêt qui explosent. Des gens ont vécu avec les hypothèques de 1981 ? Du 20 % par année ! Il fallait payer le cinquième de la valeur de la maison dans l’année pour les intérêts SEULEMENT ! Pas une cenne de capital là dessus !!! Aujourd’hui à Radio-canada, un reportage montre que des gens aux USA abandonnent carrément leur maison…
    Je suis convaincu qu’il faudra revivre une ancienne époque où les gens étaient 16 à vivre dans la même maison pour s’assurer de subsister décemment, comme à l’époque des grosses familles, mais tous des étrangers ensemble… puis plein de maisons abandonnées tout autour, seulement à cause de la rareté de l’argent en circulation, etc…

  36. @ Aimé,
    « N’y a-t-il pas quelque chose de fondamentalement tordu dans le fait qu’un entrepreneur avec, disons 5 hommes, vous construit une maison en, disons 4 semaines, donc en 20 semaines de travail pour un homme (plus le cout des matériaux) et que vous allez prendre 25 ans, donc approx. 1 300 semaines pour payer cette maison.

    Quelque chose ne tourne pas rond. »

    Ça fait partie des « choses qui ne tournent pas rond ».
    Le problème, le plus grand est qu’on ne veut pas vous faire une maison et être fier de l’avoir bâtie… On veut FAIRE DE L’ARGENT. Point. Et c’est comme ça partout.
    Il y a un certain amour à faire, fabriquer, travailler. Étant dans le domaine de l’éducation, même si les écoles avaient des budgets deux fois plus gros, ça ne changerait rien. Parce que la VÉRITABLE éducation c’est celle de la publicité et des niaiseries que l’on vend. Avec le martèlement des pubs, des idées de grandeur propagées par ce que vend le système, les jeunes ne vivent pas dans un monde réel, mais dans un monde HD et faussé par une sorte de photoshop de la réalité.
    Ils croient au vedettariat, à la richesse à travers les images disponibles par toutes sortes de moyens.
    Et comme les constructeurs de maison, beaucoup veulent avoir sans trop faire. Et vite… Je ne dis pas tous. Mais plusieurs.
    Mettez ça avec le monde du travail actuel, dont tous les secteurs sont dirigés par des administrateurs qui sont payés pour couper pour avoir du rendement, travailler n’est plus un plaisir, c’est un enfer.
    Je vois des commentaires sur Cyberpresse de jeunes qui disent que les baby-boomers ont tout eu.
    Ils ont eu quoi? Des parents pauvres et très peu instruits. Si quelques uns ont pu profiter d’une liberté 55, c’est souvent parce qu’ils ont travaillé fort ou alors ont été de hauts fonctionnaires qui ont commencé à travailler jeunes.
    Les gens de ma génération ont pour la plupart eu des parents pauvres. Il y a eu des périodes ou nous avons mangé, mais le menu était plutôt… le même.
    Je ne m’en plains pas. Au contraire. Je trouve que c’est une expérience de vie enrichissante que d’avoir connu un peu de misère.
    Aujourd’hui, la génération des 20-30 ans est ambitieuse. C’est la première fois que je vois autant de jeunes faire des burn-out en se défonçant pour essayer de suivre un rythme de vie en étudiant et travaillant et en consommant.
    _________
    Ça mène où tout ça?
    Au cercueil.
    Alors, c’est la raison pour laquelle il faut un peu de philosophie de « savoir-vivre » avec une certaine réalité.
    On n’enseigne pas ça. On enseigne à savoir quel prestige tu auras, quel salaire tu auras, ce que tu pourras te payer pour faire comme les riches ou jouer au riche.
    Ils vivent dans une pub.
    Mais pour y arriver, dans la pub, il faut souvent être un peu bandit…
    Et c’est pour ça que nous en avons autant.
    Dommage qu’il n’y ait plus d’argent liquide dans les banques. Ça permettait au voleur de rafler un peu le magot sans avoir à le faire en s’intégrant dans une société et en falsifiant un peu tout de façon hypocrite.
    Ceux qui veulent bien travailler, bien faire, sont dans une organisation qui ne leur permet pas.

  37. @ Claudius,
    Le système de la dette actuelle est bâti sur le même principe… Vous demanderez aux experts en économie d’ici. Pierre ou autres…
    On a commencé – encore un petit génie- à penser dans les années 70 à « emprunter » sur la valeur montante . Celle-ci constituant un avoir futur. Autrement dit, la maison prenant une valeur plus élevée que l’inflation, on se retrouve donc avec un plus.
    Je n’y connais rien, mais le système d’endettement des gouvernements est basé un peu sur le même principe.
    Ça peut tenir un bout de temps, mais il reste que c’est une « projection ». C’est avec ces projections que les financiers jouent. Et les gouvernements, on dirait…
    Quand vous vous présentez pour acheter une maison, on vous demandera de calculer environ 25% à 30% de votre salaire mensuel BRUT en paiement.
    On ne parle pas de taxes, ni d’entretien.
    Si vous jouez avec le BRUT, vous êtes cuits.
    J’en ai acheté une en 1983. J’ai refait les calculs. Avec les tables d’impôt, l’arrivée de nouvelles taxes, il ne faut plus compter en brut mais en salaire net.
    Mais ce que vous avez devant vous, c’est un vendeur, qui se nomme lui même « conseiller en placement ». Il arrive qu’il fasse bien sa job… Il arrive que parfois il a pour tâche de vous prêter de l’argent.
    Si en 10 ans le prix des maisons a doublé à Québec, il faudrait que le salaire ait doublé…
    En connaissez-vous?
    _____________
    Il y a une parade actuellement sur les ondes de télévision. Des gens qui vous disent que les québécois ne préparent pas assez leur retraite. Ils devraient le faire à partir de 35 ans.
    Qui peut élever deux ou trois enfants, avoir une maison, une voiture et se placer quelques milliers de dollars par année pour ses « vieux jours »?
    Le coût d’un enfant est évalué à environ 250,000$ pour le rendre à terme. Environ 25 ans…
    C’est pour ça que certains choisissent la maison et n’ont pas d’enfants…
    Alors, on se plaint et on importe de la main d’oeuvre….
    On sait ce que ça donne…
    À vouloir siphonner trop on en arrive à une société déséquilibrée…

  38. Lleila

    Ce que je trouve également déplorable de ce budget c’est le manque de tact envers les familles. Depuis dix ans ont reduit leur fardeau fiscal , ont les a aider a s’acheter des maisons. Et maintenant que toute c’est belle famille sont installer ds les dette( qu’ils n’auraient sans doute pas pus se permettre sans le support de l’état), ont leur coupe le cordons…Ayoye.

  39. Richard

    Aimé, ça tourne rond pour eux ( nos Maîtres)… pas pour nous (leurs esclaves). On posait la question où sont passés les 40 milliards de la Caisse de dépôt. Eh bien, Henri-Paul Rousseau nous a mis sur la piste. Il a lui-même suivi l’argent et il l’a retrouvé…oh surprise… chez Power Corp…l’occasion étant trop belle pour que je puisse résister !!!

  40. Richard

    Travailler, souffrir, vieillir et mourir, c’est notre programme biologique à nous tous depuis des millénaires. Tout un programme. C’est un non sens.

    Il semble que nous n’en ayons pas assez. On dirait que nous en redemandons encore et encore et encore. Mais quand cela va-t-il cesser ? Mais quand allons-nous nous réveiller, sortir de notre torpeur, de cette illusion que nous avons créée pour nous-même ?

    Avez-vous remarqué comment les tontes du Berger (l’État) sont de plus en plus rases dernièrement et ça ne semble pas vouloir s’arrêter. L’abattoir est proche, mouton, que décides-tu pour toi ? La mort ou bien la vie ? À toi de choisir !!!

  41. Claudius

    @ Richard

    À l’époque des romains, on demandait du pain et des jeux, et ça fonctionnait. Ceux qui sont assistés sociaux ont du pain, et puis pour les jeux, bien les Canadiens sont là… nos héros nationaux…
    Enlève un et l’autre, ça sera la fin du régime. Rome a eu une fin aussi. Il y a eu les invasions barbares. En Europe, il y a un gros ours qui dort dans sa tannière.

  42. stephane.g

    Je suis de centre gauche et je suis d’accord overall sur ce budget…les points qui me bug sont..

    la taxe de 25-100-200$ pour la santee…tout le monde pareil?…que tu gagne 50,000 ou 1 million?…ridicule

    augmentation de 2.8% du budget gouvernemental au lieu de 4.5%…pourquoi pas 1%?…avec l’organigramme de la santee que Bonnardel a presente y’as beaucoup de coupures a faire…trop de vestons pis de cravates travaillent au gouvernement

    le plus decourageant c’est d’avoir attendu 7 foutues annees pour en venir la….si le reveil avait ete fait avant le coup de barre aurait ete moins dur…plus progressif

    y’as des services comme la garderie a 7$ ..les contraventions ..qui devraient etre indexes au revenu que tu gagne…ca pas d’allure que si tu gagne 500,000$ par anneee que tu paye le meme prix qu’un autre qui gagne 45,000$

  43. Hacker

    Aimé Laliberté

    Nous avons aussi eu un ministre des finances qui disait des vérités dérangeantes, qui n’a pas fait long feu, lui aussi!

  44. @Hacker,
    Je pense que nous aimons une vérité dérangeante plutôt qu’une infinité de mensonges qui font que nous cessons de croire en une vérité dérangeante mais efficace.

  45. Lleila

    D’après moi ce que le Mr.Bachand a fait et d’essayer de diminuer l’impact démographique du Québec actuel et des prochaine 15 années. Comment faire pour diminuer la pression exercer par le fait d’avoir plus de départs a la retraite que d’arriver sur le marché de l’emploie? Trouver une manière pour que les retraités continuent a contribuer convenablement au trésor de l’état. Quoi de mieu que de  »taxer » l ‘énergie et augmenter la TVQ. Ainsi en continuant leur train de vie les retraités continueront a contribué.

    *coup de baguette magique*

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s