De Victor Jara à Guantanamo : la même CIA (53) : la mascarade de Bombay

Nous avons vu hier qu’un homme, un américain, aujourd’hui en procès aux Etats-Unis est inculpé d’être responsable des attentats de Mumbaï (Bonbay). Son passé de membre de la DEA, très souvent perçue comme le paravent idéal de la CIA, n’est pas sans inquiéter, lorsque l’on cherche à établir les responsabilités réelles de l’attentat. Ici-même, nous avions noté la participation obligatoire de plusieurs Etats dans ces attentats meurtriers où il semble bien qu’on ait manipulé un groupuscule islamiste afin de provoquer une situation de crise dans la région. Phénomène sur lequel est venu se greffer un troisième larron, à savoir des fondamentalistes d’extrême droite indiens, pressés de ce débarrasser de leur bête noire de la police. Un attentat aux ramifications complexes donc, mais dans lequel la responsabilité d’un homme émerge aujourd’hui au grand jour. On s’attendrait à voir l’individu jugé dans le pays où a eu lieu le drame, sous la forme d’une procédure d’extradition qui a été refusée à l’Inde. Et c’est bien là l’une des clés aussi du problème !

C’est vrai, ça : pourquoi donc alors l’arrêter aux Etats-Unis ? Très simple, comme le relève toute la presse indienne qui ne se fait plus aucune illusion : parce qu’il est un espion américain, tout simplement ! Comme ça l’Inde, qui le réclame car elle a retrouvé les traces de ses voyages et de l’usage de ses cartes bleues, ne peut plus le faire, et ne peut plus prouver non plus la traîtrise de certains de ses services secrets, qui ont aidé manifestement au déroulement de l’attaque !!! Un individu lié à la CIA arrêté pour ne pas être extradé ? Voilà qui rappelle fortement quelqu’un ! Ali Abdul Saoud Mohamed, « un employé de la CIA ayant eu d’énormes responsabilités dans les années 80 et 90. Celle de faire monter en puissance l’organisation de Ben Laden. Celui qui lui a fourni les armes nécessaires et formé les hommes. Un employé lui aussi de Fort Bragg, puisqu’on y revient à chaque fois. Un égyptien d’origine devenu citoyen américain, et dont on a tout d’un coup effacé toute trace, à ne pas savoir ce qu’il est devenu depuis 2001″. Une technique connue de la CIA, donc ! Jeté en prison pour ne pas être interrogé ailleurs ! Et disparaître un jour discrètement des registres de la prison… comme on a pu le faire avec Abdul Saoud Mohamed, dont on est sans nouvelles depuis des années ! Non, décidément, la CIA se répète indéfiniment ! Bizarrement, aussi, note cette même presse indienne, les papiers de Headley et de Rana ont disparu subitement du Consulat Indien à Chicago !!! Plus de traces des voyages ! Qui a bien pu aller supprimer ces documents et pourquoi donc ?

Quatre mois à peine avant les attentats, il avait pourtant bien sillonné et photographié Mumbaï, on l’a vu… en repérage, insiste le journal. Toutes ses dépenses avaient été effectuées avec des cartes de crédit américaines, celles qui le condamnent aux yeux des indiens. Comme couverture, ou pour s’approcher de la synagogue de Mumbai qui sera dévastée, Headley s’était même prétendu juif en portant ostensiblement un livre, marqué « Comment prier comme un juif », précise même le rapport du FBI ! Difficile on suppose en effet d’y parvenir déguisé en islamiste pratiquant… Bref, notre homme a joué un rôle éminent dans la préparation des attentats en visitant consciencieusement toutes les cibles et en les prenant méthodiquement en photo ! C’est indéniable, comme est indéniable son passé au sein de la DEA et de la CIA ! Bien entendu, le 17 décembre 2009, Marie E. Harf, la porte-parole de la CIA déclare que « toute suggestion sur le fait que cet individu ait pu travailler pour la CIA tombe à plat »… oubliée la période DEA, envolée d’un trait de plume ! De même qu’à Chicago on ne retrouvera rien au consulat, pas la peine d’espérer un seul cm2 des archives de la CIA à se mettre sous la dent avec le nom de Daood Sayed Gilani dessus !

L’arrêter donc, pour le soustraire à la justice indienne : oui, certes, mais comment y arriver….discrètement ? Alors-là, c’est simple : il suffisait de lui trouver une excuse bidon, comme celle d’en faire un dangereux terroriste dont le FBI, bien sûr, aura déjoué les plans dangereux. Passés maîtres en la matière de déguiser ses mauvais coups en actions à saluer, la CIA va dégotter une excuse assez extraordinaire pour pouvoir garder au frais indéfiniment son propre espion pour lui éviter l’extradition indienne. Il suffit pour ça d’en faire un extrémiste musulman déchaîné qui aurait bondi sur la première occasion qui se présentait d’aller tuer quelqu’un qui aurait « sali » la religion islamique… on songe automatiquement à l’affaire des caricatures… et ce sera en effet ça qui sera choisi par la CIA comme tentative de masquage des faits. La presse annonce en effet aujourd’hui ceci  : « soupçonné par les agents fédéraux américains d’avoir planifié un attentat contre le Jyllands Posten, journal danois à l’origine des incendiaires « caricatures de Mahomet », avec son complice Tawahur Hussain Rana, un Canadien d’origine pakistanaise installé aux Etats-Unis, David Coleman Headley est depuis devenu un suspect dans l’enquête sur les attentats de Bombay qui ont fait 166 morts en novembre dernier. » Décidément, le voilà partout ! C’était donc lui aussi à Copenhague ? Or les deux personnes arrêtées pour avoir tenté la chose le 12 février 2008, sont deux ressortissants tunisiens et un Danois d’origine marocaine ! Aucun américain dans le coup à cette époque là !

Un autre homme pense lui aussi à cette thèse du complot mettant en cause une partie des services secrets indiens : c’est S. M. Mushrif, un des adjoints d’Hermant Karkare, pour qui la mort de son patron n’est pas du fait de deux terroristes islamistes comme l’enquête bâclée à pu le conclure. Dans son livre « Qui a tué Karkare » il est formel : les services secrets indiens savaient à l’avance pour Mumbaï, et n’ont rien fait pour l’empêcher de se produire ! « J’ai analysé les attentats de Bombay en profondeur. Tous les rapports qui sont disponibles suggèrent que le Bureau International (les services secrets indiens) était au courant de l’attaque au moins cinq jours à l’avance. Ils savaient tout de l’opération, le chemin que ces terroristes prenaient. Toutefois, il est étrange qu’ils n’ont passé aucune information à ce sujet à la police de Mumbai. » S. M.Mushrif va plus loin encore, en accusant un groupe politique d’être derrière l’attaque dévastatrice : « ce manque de renseignements a conduit aux attaques de Mumbai et certains groupes de droite ont tenté de profiter de la situation pour tuer Karkare ». C’est exactement la thèse que je défendais voici plus de 16 mois maintenant ! Karkare était sur le point de conclure et de prouver que les horribles et dévastateurs attentats de Malegaon du 8 septembre 2006, qui avaient semé la terreur dans des trains bondés (37 morts, 125 blessés), n’étaient en rien le fait de mouvements terroristes islamistes, mais bien celui de mouvements d’extrème droite liés au PJB ! Déjà, à l’époque, la piste du Lashkar-e-Toiba avait été évoquée. La découverte de RDX, un explosif militaire, notamment par Karkare, avait laissé supposer autre chose.

On a donc ce système à trois bandes dans cette affaire, avec un attentat préparé au Pakistan, comme j’avais déjà pu le dire, mais supervisé par la CIA et l’ISI qui ont travaillé la main dans la main sur ce sujet, la CIA se chargeant de doubler l’ISI dès qu’elle le pouvait, et sur lequel vient se greffer un groupe d’extrême droite indien, qui y voit deux espoirs : au mieux renverser le gouvernement et à minima d’éliminer son pire ennemi au passage, le chef de la police Hermant Karkare, le seul probe et l’inflexible de l’histoire. Et le symptôme évident de cette énorme emprise de la CIA sur le dossier, c’est le débarquement de toute la tête de l’establishment US juste après les attentats. Cela aussi je l’avais noté. « Bref, en moins de trois jours, on a vu trois sommités de la diplomatie US, sous l’image de doux envoyés de la paix, débouler fissa pour conjurer les indiens de ne pas chercher à savoir exactement ce qui se trame au Cachemire ou dans les zones tribales afghanes… En réalité la chasse gardée de la CIA, dans tout le secteur depuis plus de 30 ans ! Les trois rois mages de la politique extérieure US venus entonner ensemble un nouveau chant de Noël aux indiens ébahis par tant de soudaine sollicitude «  disais-je, sans même connaître le rôle, alors, de David Headley. Le pouvoir indien, miné par une frange conspirationniste de ses services spéciaux, ne peut en ce cas savoir le fond de l’histoire de Mumbai qu’en demandant l’audition d’Headley. Le schéma de son incarcération américaine est donc clair. C’est bien pour le protéger d’une extradition et de la crainte de le voir avouer son rôle au sein la CIA !

Reste l’hypothèse que soulèvent eux-mêmes les américains : David Headley aurait été un agent double, qui travaillait pour l’ISI en priorité, et qui, juste avant l’assaut, aurait cessé d’avertir les USA sur les préparatifs de l’attaque ! Encore un islamiste qui aurait été employé pendant des années par l’administration US et qui tout à coup se serait radicalisé ? Le syndrome d’Humam Khalil Abu-Mulal al-Balawi, l’agent recruté pour infiltrer Al-Qaida qui a infligé à la CIA ses plus lourdes pertes (8 agents tués) en se faisant sauter dans une caserne le 30 décembre 2009 !!! Décidément, on verse beaucoup islamiste en ce moment à la CIA. Un peut trop dirons nous. Et c’est reparti dans la presse pour les épisodes sur sa « double vie » ! Il faut bien légitimer la bascule du type de vie ! Adieu, filles, alcool drogues, voilà notre ancien dealer (20 ans de carrière minimum, sinon davantage !) sobre comme un chameau et prude comme un pape (euh, peut-être pas en ce moment !). Or cette hypothèse de la soudaine radicalisation d’Headley ne tient pas la route deux secondes : selon les deux témoins retrouvés par la chaîne de télévision anglaise, Headley ne s’était jamais présenté à eux comme islamiste ou musulman mais bien comme un « yankee », selon leurs termes, allant au MacDo… même pas halal ! Jamais devant eux, durant tout le temps où il les a croisés, il n’a montré de signe de radicalisation ou même d’islamisme. Un américain bon teint, donc, n’ayant strictement rien d’un radical religieux.

La « double vie » d’Headley découverte par Channel4 n’est donc pas une invention : mais ce n’est pas celle attendue. Il n’était en rien islamiste radical, comme les juges américains peuvent le clamer aujourd’hui, mais bel et bien agent américain de la CIA ! « Je suis convaincu Headley travaillait pour les Américains, pour le FBI, dit Rahul Bhatt, un body-builder dingue d’armes et soi-disant star de cinéma, et fils d’un grand producteur de Bollywood  » répète Channel4. C’est le fils en effet du réalisateur connu Mahesh Bhatt, prénommé Rahul. L’un des deux body-builders anciens amis de Deadley n’en démord pas en effet : « Il n’était pas, et de loin un fondamentaliste islamique d’aucune sorte. Il était, parlait et marchait…yankee, un americain à tous égards, avc un grand sens de l’humour, il était extrêmement bien informé, était sensible et c’était un bon ami. Un mec vraiment bien. C’est le David Headley que je connaissais ». Bref, tout le contraire du portrait dressé aujourd’hui dès les premières auditions de son procès, celui d’un islamiste radical ! L’homme « pas coupable » plaidant subitement coupable est bien étrange en effet ! Un deal a bien été passé avec la justice américaine ! Un de plus ! Tout raconter pour éviter la peine de mort, la belle affaire ! Le « canari » de 1998 a toujours eu la langue bien pendue !

En réalité, « l’enquête » sur le cas de David Headley a été comme d’habitude bâclée et est surtout entachée d’allégations et d’erreurs grossières de la part du FBI, qui a semble-t-il dû boucler un dossier dans l’urgence, sous les indications de la CIA. Ainsi sur l’affirmation d »un des enquêteurs, Lorenzo Benedict, du FBI, qui, pour assurer son propos sur l’implication d’Headley dans le cas des caricatures, écrit dans une note que le prix Nobel 2001, VS Naipaul est décédé, alors qu’il est toujours en vie ! Comment à partir de là croire aux sornettes d’un Headley n’ayant aucun rapport avec la CIA ? Tout le dossier est ridicule, jusqu’au nom de code utilisé par Headley pour les attaques de Mumbaï : « Mickey Mouse Project ». Ou ses prétendus mails envoyés à ses deux amis déjà décrits du type « nous vous vengerons »… ou d’autres où il aurait défendu les décapitations d’otages par les talibans. Des mails, rien d’autre : quand on sait la facilité à en fabriquer de faux… Pour les indiens, il n’y a pas : Headley était bel et bien un agent américain, et rien d’autre. Selon B. Raman, un ancien du contre-terrorisme indien du « Research and Analysis Wing« , le sentiment, en Inde, est que les Etats-Unis n’ont pas été transparents ». Complètement opaques, plutôt, dirons-nous !

L’enquête de la télévision indienne sur le cas Headley est d’une clarté exemplaire : on y interviewe le père de l’ami sur place de l’américain, on y voit les doubles de son passeport, dûment estampillés. La vérité et les mensonges de l’enquête ont été étudiés par les médias indiens et ont conclu avec force qu’Headley était bien un agent américain. Tout a été retrouvé, y compris sa visite à l’inquiétant Oshro Ashram… de Pune. A deux reprises, confirme un officiel de la police. Depuis, la secte du gourou de Prune est sous surveillance. L’intérêt pour Headley d’être allé là : fort simple. C’est un endroit fermé où la police ne met pas les pieds. L’endroit idéal pour se constituer une base arrière en cas d’attentat ! Qui irait songer dénicher des armes dans une secte dédiée à la paix et à la contemplation, où la police ne contrôle rien : le meilleur paravent existant dans le pays, sans aucun doute ! Le 13 février 2010, la bombe qui avait sauté tuant 8 personnes et en blessant 33 avait été déposé en face de l’Ashram… à côté du « Koregaon park« …

L’Oshro est un autre cas au sein même de cette affaire. C’est est un piège à post-hippies ou babas américains comme il en existe plein, et où l’argent du gourou n’a jamais eu d’odeur. Y compris celui de la CIA, qui y a vu depuis longtemps un terrain fertile, celui qui lui rappelait ses expérimentations des années 60… le point de départ financier de l’Oshro est en effet une petite secte américaine installée dans le new-jersey, le « Meditation Center » de Chidvilas. Ma Anand Sheela, sa directrice et adepte, avait eu maille à partir dans les années 80 avec le pouvoir local, empiétant régulièrement sur la constitution américaine. Il est évident qu’elle a été mise très vite sous surveillance de la CIA elle aussi, déployant un activisme et un prosélytisme douteux et jugé dangereux. Devant un tribunal un témoignage avait révélé que le groupe de Sheela avait essayé d’empoisonner les deux communautés locales en vidant des salmonelles dans des plats de restaurants ! Au final, un accord avait été passé avec le gouvernement US et Sheela était repartie libre à Pune après avoir versé 500 000 dollars aux restaurants attaqués : l’accord entre la CIA et la secte date de longtemps ! Avec la CIA, il y a toujours moyen de s’arranger.

Selon des documents découverts après-coup, l’administration Reagan, via Edwin Meese III, le “président fantôme” qui prenait les décisions à la place de Reagan, déjà sénile, avait fait surveillé le gourou Rajneesh dès 1982 ! Le 29 juillet 1983, trois bombes avaient explosé dans un hôtel de Portland : celui détenu par la secte ! A l’époque, Meese souhaitait avant tout supprimer le gourou : Dans son livre « Passage to America« , Max Brecher révèle que deux mercenaires avaient reçu de l’argent pour tuer Rajneesh. Dans deux cas, les deux individus étaient sûrs que la CIA était derrière l’offre de paiement. L’un des deux avait admis aussi travailler pour la CIA sur plusieurs opérations secrètes, dont la livraison d’armes au Nicaragua… Le fameux gourou avait de la secte sannyas été finalement arrêté dans l’Oregon, à bord d’un avion où il y avait des armes... puis relâché. Comment, pourquoi, rien n’avait filtré. Trente ans après, la secte devenue florissante en Inde sert de relais de déstabilisation de l’Inde à la CIA ! Le retour sur scène de la secte infernale ne transparait en rien dans le jugement actuel : or tout la logistique de l’attaque y réside ! Qu’a négocié le gourou (mort en 1990) avec la CIA en 1985 reste un mystère. Comme l’est aujourd’hui le fonctionnement financier de sa secte et ses liens avec l’extrême droite indienne ! Selon la presse indienne aussi, Headley aurait filmé l’entrée de la secte pour en faire un autre objectif possible d’attentat… rien n’est moins sûr quand on épluche le dossier du gourou et ses anciennes activités aux USA et de l’accord passé avec l’administration pour éviter les poursuites !

De ce coté-là, en Inde, c’est du bon travail d’investigation de la part des médias, qui osent interroger les journalistes US compétents, y compris américains : « il n’a jamais eu de problèmes pour voyager et retourner aux Etats-Unis », affirma Gerald Posner, du Daily Beast. C’est en effet un des points forts de la contre-enquête : dans un pays où la parano post WTC bat son plein, difficile de croire qu’on a pu laisser circuler aussi librement un individu d’origine pakistanaise et venant juste d’américaniser son nom ! Dans le hit parade des suspects du FBI, Headley aurait dû se situer en tête haut la main ! On ne peut dire mieux : au pays du Homeland Security, les nombreux allez-retours d’Headley sans aucun problème le confirment comme agent, obligatoirement. Il a bénéficié, c’est très clair, de passe-droits répétés ! Selon les indiens, la coopération entre services secrets US et indiens est bien en dessous de ce qu’on peut espérer avec la fameuse théorie de la « guerre au terrorisme« …. son enfermement est bien le moyen de lui éviter l’extradition, confirme un officiel indien. La fameuse « guerre au terrorisme » n’a jamais exclu la fabrication de terroristes supplémentaires, ça se se confirme avec brio aujourd’hui !

Ma conclusion de décembre 2008 sur Mumbaï était donc bien la bonne  » On est donc très loin d’une attaque suicidaire décidée à la va-vite au vu des armes utilisées : elle a été planifiée dans ces moindres détails, avec longs repérages préalables. Par des militaires et non par un obscur groupuscule islamiste. Des militaires, comme ceux disposés au sein de cette énorme base US de Tarbella installée au Pakistan même, et dont on vous a déjà parlé lors de l’attaque de l’hôtel Mariott (…) Qu’on ne me dise pas après ça que l’on ignorait tout de cette attaque, ou que les autorités indiennes n’ont pas écouté les alarmes. «  Les attentats de Mumbai sont bien l’œuvre conjointe de la CIA et de l’ISI, qui s’est fait doubler dans l’entreprise où David Headley a eu un rôle prépondérant. Le but visé était bien l’effondrement du pouvoir indien, miné par ses factions au sein même de ses services secrets défaillants. Jouer un pareil jeu dans cet endroit du monde est la preuve que la CIA est bien l’hydre incontrôlable que je vous décris ici depuis des semaines : l’éventualité d’un conflit nucléaire, ici entre l’Inde et le Pakistan ne l’effraie pas. Au contraire, elle en fomente les préparatifs. Jouer avec le feu, fut-ce t-il nucléaire ?

Cela fait plus de cinquante ans que la CIA applique les mêmes méthodes. L’islamiste de dernière minute David Headley est sacrifié sur l’autel des agents découverts et mis à l’abri des regards indiscrets, dans un deal ultime censé le faire échapper à la peine de mort. Il va rejoindre l’aide de camp de Ben Laden, Abdul Saoud Mohamed, condamné, emprisonné et depuis introuvable dans les prisons américaines. Une parodie de justice à grands renforts de dessins de prétoire où un Headley qui n’a jamais porté la barbe en porte une. Pour faire davantage islamiste, ce qu’il n’a jamais été de sa vie. De la privation de rasoir comme méthode médiatique. Les apparences sont sauves, la CIA peut continuer ses turpitudes dans le monde. A l’abri des regards indiscrets, d’autres Headley ont déjà pris la relève.

Le 19 mars, on avait en même temps l’épilogue et la conclusion de toute l’affaire. Finalement, la police indienne pourra bien lui poser quelques questions sur place, à notre prisonnier, mais ne pas l’extrader des Etats-Unis vers l’Inde : « la police indienne pourra interroger David Headley, un Américain de 49 ans inculpé aux Etats-Unis pour complicité dans les attentats de Bombay qui ont fait 166 morts en novembre 2008, a déclaré samedi à New Delhi le sous-secrétaire d’Etat américain Robert Blake. Il a en revanche jugé impossible d’extrader David Headley vers l’Inde en l’état actuel des charges retenues contre lui. Headley coopère avec les enquêteurs américains depuis son arrestation en octobre dernier ». Toute la duplicité des USA et de la CIA dans une seule déclaration : symptomatique de ce qui a été fait à Mumbaï. Sachant cela, on peut aussi, hélas, dans ce cas, repenser à ce qui s’est passé à l’hôtel Mariott, à propos duquel j’avais émis les plus vives réserves….


Poster un commentaire

Classé dans Stéphane Bouleaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s