Le Manuel du Sceptique – Réchauffement climatique et CO2

Suite à l’article de mon collègue Yan Barcelo – Et la vérité fut : la Terre n’est pas plate! – et des nombreux autres que j’ai publié dans le passé – Climategate – La fraude à propos du climat s’effondreMaurice, Al & le Chicago Climate ExchangeÇa donne froid…Réchauffement ou refroidissement du climat ?De la documentation sur les changements climatiquesLe culte du réchauffement climatique et les 31 000 scientifiques qui s’y opposent – j’aimerais vous présenter le Manuel du Sceptique qui résume fort bien où nous en sommes dans cet épineux dossier du réchauffement climatique. Vous pouvez trouver ce document en cliquant sur ce lien:

Manuel du Sceptique

Par Joanne Nova (pdf 4,7 Mo)

Ce document est fort bien présenté et va droit au but, en plus du mérite d’avoir été traduit en français. Je vous laisse donc le soin de le lire par vous-mêmes. Mais j’ai quand même cru bon en extraire les plus importants passages pour vous simplifier encore plus la tâche, dans le cas où vous n’auriez pas le temps de lire ce court manuel de 16 pages. Donc, tout le crédit revient à l’auteur Joanne Nova qui a produit ce manuel portant le titre original de The Skeptic’s Handbook, dont 200 000 copies ont déjà été distribuées et traduit en dix langues.

François Marginean

*****

Il temps de dépasser les arguments de bas étage dans le débat sur le réchauffement climatique pour éviter les fausses pistes et les pièges. Être sceptique n’a rien à voir avec la folie ou la maladie mentale, ni le déni. Un sceptique est une personne non disposée à accepter qu’une majorité ou une autorité quelconque ait le pouvoir de déclarer une opinion comme étant une vérité.

Ne nous laissons pas prendre par l’argument de la « complexité » et n’acceptons pas de réponse vague. Certe, le climat est complexe et c’est aussi la raison pour laquelle nous sommes encore loin d’avoir tout élucidé dans les balbutiements de notre science météorologique. L’argument central auquel nous sommes confrontés par les réchauffistes repose sur l’hypothèse que l’ajout de CO2 dans l’atmosphère rendra la planète beaucoup plus chaude.

Tout dépend de cette question. Si le CO2 n’est pas une cause déterminante, alors il n’y a pas lieu de démoniser le carbone, les taxes sur celui-ci est les accords sur le climat sont une inutile perte d’argent et de temps.

Quelle est donc la preuve que davantage de CO2 conduira à des températures encore plus élevées? Un VRAI débat est nécessaire pour notre environnement. Les non-croyants n’ont rien à prouver. Les sceptiques ne demandent pas au reste du monde de l’argent ou du pouvoir. Les croyants doivent expliquer leur cause et ils doivent répondre aux questions qu’on leur pose..

Ne nous laissons pas berner et confondre par deux phénomènes différents: d’une part le réchauffement global et d’une autre, les gaz à effet de serre. Un réchauffement climatique attesté n’est pas la preuve que des gaz à effet de serre sont à l’origine de ce réchauffement.

Dans les discussions scientifiques, aucune théorie n’est sacro-sainte. Les dogmes appartiennent aux religions.

Principalement, il y a quatre points importants à retenir:

1- La signature des gaz à effet de serre est inexistante

Les ballons-sondes météo ont parcouru l’atmosphère pendant ces dernières années, mais n’ont mis en évidence aucun des points chauds qui devaient résulter des gaz à effet de serre. Même pas l’ombre d’un seul … Le réchauffement vient d’ailleurs.

Ceci est l’argument massue. Si la Terre est bien réchauffée par les gaz à effet de serre, on devrait en voir les premiers signes à 10 kilomètres au-dessus des tropiques. Mais ce »point chaud » n’est tout simplement pas là.

2- La principale preuve reposait sur les carottes de glace, mais les analyses plus récentes et détaillées ont inversé la théorie

Durant les 500 000 dernières années, ce n’est plus le CO2 qui a fait monter les températures mais l’accroissement des températures qui a précédé le niveau du dioxyde de carbone. Et ce, en moyenne 800 ans avant le pic de CO2. Cela annule complètement la relation initiale de cause à effet.

…Le réchauffement vient d’ailleurs.

Les carottes glaciaires montrent que les taux de CO2 suivent les changements de température plusieurs centaines d’années après. VOIR LES GRAPHIQUES DE VOSTOK.

En 1985, les carottes glaciaires extraites au Groenland ont permis d’établir des courbes de température et de CO2 depuis 150 000 ans. Température et CO2 semblaient être liés. Ce fut déterminant : l’effet de serre attira l’attention.

Mais, en 1999, il devint clair que le carbone augmentait ou diminuait après la température.

En 2003, des données de meilleure qualité ont montré que le décalage est de 800 ans plus ou moins 200 ans. Le CO2 suit la température.

Les pro-réchauffement répliquent que ce décalage est approximativement de 800 ans, mais que même si le CO2 n’initie pas le réchauffement, il l’amplifie.

Cependant, si le CO2 était une cause majeure, alors les températures devraient s’emballer. Rien de tel ne s’est produit durant les 500 derniers millions d’années, donc, soit un mystérieux facteur bloque cet effet d’emballement, soit le CO2 joue très peu.

Autrement dit, soit le CO2 est négligeable, soit les modèles ignorent la

cause principale. L’amplification par le CO2 reste de la spéculation ; c’est une théorie qui n’est pas confirmée par la réalité.

3- Les températures n’augmentent pas

Les satellites qui font deux fois par jour le tour de la planète montrent que le monde n’a PAS subi de réchauffement depuis 2001.Combien d’années sans réchauffement supplémentaire cela va-t-il durer ?

Alors que les températures sont restées stables, le CO2 a continué à augmenter. MAIS quelque chose a changé la tendance.

Les modèles informatiques ne peuvent pas dire quoi.

4- Tout le réchauffement que le CO2 peut générer est déjà là

Doubler le CO2 dans l’atmosphère ne doublera pas la différence de température.

Les faibles teneurs en CO2 ont beaucoup d’effet, mais son accumulation a peu de conséquences.

En fait, les taux de CO2 ont été dix fois plus élevés dans le passé alors que la planète allait en se refroidissant. Le Carbone est aujourd’hui un acteur négligeable dans le climat.

Quelque chose d’extérieur agit sur notre climat plus que ne le fait le CO2 et aucun des modèles climatiques ne sait ce que c’est.

Voici pourquoi le doublement de la teneur en CO2 ne changera pas grand chose:

Le carbone présent dans l’atmosphère absorbe presque toute la lumière qu’il peut absorber : il n’absorbe que certaines longueurs d’onde et il en absorbe presque la totalité.. Il peut certes en capter un peu plus dans des longueurs d’onde proches des bandes optimales mais il ne fera guère plus, parce qu’il reste très peu de photons disponibles dans ces longueurs d’onde.

L’effet de serre naturel existe, il réchauffe, mais il est à son maximum. Le carbone supplémentaire dans l’atmosphère ainsi que les autres gaz n’ont quasiment pas d’effet.

Les pro-réchauffement disent que les modèles climatiques intègrent la courbe logarithmique d’absorption et l’utilisent. Mais les sceptiques répondent que les modèles climatiques sont erronés et produisent des valeurs incorrectes. Le « Réchauffement de laboratoire » ne se retrouve pas nécessairement au niveau de la planète. Il n’y a pas de courants océaniques, de glaciers ou de nuages dans les tubes à essais. La vapeur d’eau domine le spectre infrarouge, et les nuages sont notoirement difficiles à prédire et modéliser: selon le type de nuage, il peut y avoir réchauffement ou refroidissement.

Personne ne se soucie de savoir si les nuages génèrent une contre réaction positive ou négative. (Les modèles postulent que celle-ci est positive, et cela fait plus que de doubler l’effet du CO2). Chaque molécule de CO2 en plus augmente le réchauffement d’une très faible quantité, « ad infinitum », mais avec au total moins d’effet que le CO2 déjà présent.

L’effet est tellement faible qu’il n’est pas mesurable. Si le fait ajouter du CO2 dans l’atmosphère jouait, on le verrait dans les carottes de glace et avec les températures. Or on ne voit rien. L’effet du carbone est donc probablement mineur.

Des croyants qui deviennent sceptiques

Ces personnes renommées ont toutes adhéré au fait que le réchauffement global était un problème jusqu’à ce que de nouveaux éléments les fassent changer d’avis. En voici quelques exemples.

Voici un effet collatéral curieux et potentiellement amusant. Quelle que soit leur compétence, leur sensibilité verte ou leur implication, leurs noms et leurs opinions ne prouvent rien car ”l’argument d’autorité » ne prouve rien en soi. Mais cela montre que le débat a évolué car en plus du groupe des “réchauffistes” et du groupe des “sceptiques”, il y a désormais un nouveau groupe, celui d’anciens pro-réchauffement qui ont changé d’avis. Et leur nombre ne cesse d’augmenter.

Ivar Giaever, Prix Nobel de physique, a dit : « Je suis un sceptique… Le réchauffement global est devenu une nouvelle religion. »

Le géophysicien Claude Allègre, auteur de plus de 100 articles scientifiques et l’un des premiers scientifiques à avoir annoncé les dangers du changement climatique, il y a 20 ans, dit maintenant que la cause du changement climatique est « inconnue ».

Le géologue Bruno Wiskel de l’Université d’Alberta avait commencé à construire une « Maison de Kyoto », en l’honneur du Protocole du même nom, mais a écrit récemment un livre intitulé « Le Climat Neuf de l’Empereur: démystification du réchauffement global. »

L’astrophysicien Nir Shaviv, un des jeunes scientifiques les plus récompensés d’Israël, pense que de plus en plus de scientifiques se convertiront au scepticisme lorsqu’ils découvriront l’absence de preuve. »

La spécialiste de l’atmosphère Joanna Simpson, première femme au monde docteur en météorologie : « Maintenant que je ne fais plus partie d’aucune organisation et que je ne reçois plus de financements, je peux parler franchement ». Anciennement à la NASA, elle a écrit plus de 190 études.

Le mathématicien et ingénieur David Evans a consacré six ans à la comptabilisation des émissions de carbone, et à élaborer des modèles pour le Bureau de l’Effet de Serre Australien. Il a écrit le modèle (FullCAM) qui évalue le respect des obligations par l’Australie au regard du Protocole de Kyoto pour les secteurs « occupation des sols et forêts ». Evans est devenu sceptique en 2007

Le météorologue Reid Bryson, considéré comme un des « Pères de la Météorologie », est devenu un des leaders du scepticisme sur le Réchauffement Global dans les dernières années avant son décès en 2008.

Le botaniste David Bellamy, environnementaliste anglais connu, ancien maître assistant à l’Université de Durham, et animateur de séries TV populaires sur la vie sauvage, dit : « le réchauffement global est pour une large part un phénomène naturel. Le monde est en train de dépenser d’énormes sommes d’argent en essayant de stabiliser quelque chose qui ne peut l’être”.

Le chercheur climatologue Tad Murty, professeur de Sciences de la Terre à l’Université de Flinders, a dit: « Au début, je croyais fermement au réchauffement global, jusqu’à ce que je travaille dessus moi-même« .

Le climatologue Chris de Freitas de l’Université d’Auckland, Nouvelle-Zélande, de croyant au réchauffement global anthropique, est devenu sceptique.

Le Docteur Kiminori Itoh, docteur ès sciences ayant reçu de nombreuses récompenses en physique et chimie de l’environnement, a déclaré que la peur du réchauffement est « le pire scandale de l’histoire. Lorsque les gens connaîtront la vérité, ils se sentiront trompés par la science et les scientifiques. »

Andrei Kapitsa, géographe russe et spécialiste des carottes de glace en Antarctique, a dit : « Les théoriciens de Kyoto ont mis la charrue avant les boeufs. C’est le réchauffement global qui déclenche de hauts niveaux de CO2 dans l’atmosphère,non l’inverse… »

Le physicien de l’atmosphère James A. Peden note que « Beaucoup de [scientifiques] sont en train de chercher un moyen de revenir doucement en arrière [après avoir répandu la peur du réchauffement], sans ruiner leur carrière. »

Le Docteur Richard Courtney, relecteur expert du GIEC et consultant en science du climat et de l’atmosphère basé en Angleterre : « Jusqu’à maintenant, aucune preuve convaincante du RCA (réchauffement climatique anthropique) n’a été découverte« .

Qu’est-ce qu’une preuve?

La science repose sur des observations, faites par des gens à différents moments et à différents endroits. Des choses qui peuvent être vues, touchées, entendues et notées.

Il y aurait des preuves que le carbone est la cause principale du réchauffement global:

Si les températures suivaient les teneurs en CO2 dans le passé (ce n’est pas le cas), si l’atmosphère montrait la signature thermique caractéristique d’un accroissement du réchauffement par effet de serre (ce n’est pas le cas).

Pourquoi les modèles informatiques ne prouvent-ils RIEN ?

Ils sont complexes, créés par des experts, et s’améliorent tout le temps. Mais même s’ils pouvaient correctement prédire le climat (mais ils ne le peuvent pas), même s’ils étaient basés sur des théories solides (ce qu’ils ne sont pas), ils n’en seraient pas plus une preuve.

Les modèles de systèmes complexes sont basés sur un grand nombre de postulats de départ et des estimations reposant sur des dizaines de théories. Aucun des modèles actuels n’a pu prédire que les températures cesseraient de s’élever entre 2001et 2008. Donc, il y a au moins un autre facteur qui compte plus que le CO2 et les modèles ne l’ont pas identifié.

Beaucoup de scientifiques ne se trompent pas, mais en fait, ils ne travaillent pas sur la question centrale. Au contraire, ils font des recherches sur les effets du réchauffement, pas sur les causes. Que les orangs-outangs de Bornéo soient face à une perte d’habitat, ne nous dit rien sur ce qui influence la météo. De même : l’efficacité des fermes éoliennes, la séquestration du carbone, et les épidémies transmises par les insectes. Un temps plus chaud change ces choses, mais ces choses ne changent pas le temps qu’il fait.

Le consensus ne prouve rien. Il suffit d’un seul scientifique pour prouver qu’une théorie est fausse. Les théories correspondent aux faits ou non. Au lieu de dire « De quel côté y a-t-il le plus de diplômes ?  » il vaut mieux demander : « Où est la preuve ? ». Il fut un temps où les gens pensaient que le monde était plat, qu’aucune machine ne pourrait voler et que le soleil tournait autour de la Terre…

Là est TOUTE la question. Toute variation naturelle, ou tout bruit, a une cause. Et en ce moment, quelle qu’elle soit, cette cause est plus importante que les gaz à effet de serre.

Dans le cas actuel, ce bruit n’est pas magique, il affecte le climat de la planète. Si on pouvait mettre ceci en évidence, et l’intégrer dans les modèles informatiques, ceux-ci pourraient peut-être être plus fiables.

Le dioxyde de carbone nourrit les plantes. C’est un engrais puissant. Nous pouvons remercier le CO2 supplémentaire dans notre atmosphère pour l’amélioration de 15 % de la croissance des plantes au cours du dernier siècle. (Quinze pour cent !). Les producteurs ajoutent du CO2 dans leur serres pour accroître la production, et nous ne parlons pas de 2 minuscules ppm en plus par an. C’est plutôt : « Allons-nous doubler le CO2 ou le multiplier par cinq ? » En d’autres mots, il y a des gens qui vivent grâce à ce carbone supplémentaire dans l’atmosphère.

Il est scientifiquement exact de dire: Le dioxyde de carbone peut aider à nourrir ceux qui ont faim.

Le carbone atmosphérique est à des niveaux plus élevés qu’à n’importe quel moment des derniers 650 000 ans. Oui. Mais revenez 500 millions d’années en arrière.

Là, les teneurs en CO2 n’étaient pas juste 10 à 20% plus élevées, elles étaient 10 à 20 fois plus élevées . La Terre a testé à fond l’effet de serre, et rien n’est arrivé. En fait, la Terre est entrée dans une période glaciaire alors que le CO2 était à des niveaux bien plus élevés que ceux d’aujourd’hui. Quel que soit l’effet réchauffant d’un CO2 super-concentré, il n’a pas pesé par rapport aux autres forces du climat. En outre, que le CO2 soit d’origine anthropique ou océanique n’a pas d’importance. Il s’agit de la même molécule.

Au siècle dernier, les températures sont montées de 0,7 °C (et la plus grande partie de ce gain vient d’être perdue au cours de ces 12 derniers mois). Mais vers 1700, il y a eu une montée de 2,2 °C en seulement 36 ans. (Telle qu’elle a été enregistrée dans la Série des Températures d’Angleterre Centrale, l’une des seules séries d’enregistrements fiables de cette période).

Elle a été trois fois plus forte et plus rapide que celle du siècle passé. Cette variation naturelle a été bien plus forte que ce que l’humanité aurait (ou n’aurait pas) provoqué récemment. Pendant la plus grande partie du dernier 1,5 million d’années, le monde était couvert de glace et environ 10°C plus froid qu’aujourd’hui.

Voilà ce qui était extrême.

47 Commentaires

Classé dans Actualité, environnement, François Marginean

47 réponses à “Le Manuel du Sceptique – Réchauffement climatique et CO2

  1. Excellent billet. Dans la même veine:

  2. @Philippe

    Merci pour le commentaire et la vidéo!

  3. Je suis un climato-sceptique depuis, au moins, 2 ans. Avant, j’adhérais, comme bien d’autres, au réchauffement climatique anthropogénique, parce que, dans les médias, on disait qu’il y avait un consensus scientifique sur la question. C’est au début de 2008 que j’ai commencé à faire quelques recherches sur cette question, après avoir écouté une entrevue de Patrick Moore (le fondateur de Greenpeace qui est devenu un virulent critique de cette organisation et de la thèse réchauffiste) à la télévision américaine.

    Je me suis ouvert à ses arguments. J’ai regardé l’autre côté de la médaille. Je me suis informé autrement que par les médias. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait aucun consensus scientifique sur la question du réchauffement climatique, qu’une pétition avait été lancée en Oregon pour faire pression avant Kyoto, afin de faire entendre les sceptiques, que les réchauffistes faisaient taire les sceptiques en refusant que leurs études soient publiées ( http://www.radioego.com/ego/listen/2748 ) et qu’on avait aucune preuve sérieuse que le dit réchauffement soit dû à l’activité humaine.

    C’est là que j’ai su que le progrès technologique et la science doivent faire un retour en force, pour le bien de l’économie et de notre planète. Puis, plus tard en 2008, j’ai découvert que les médias nous cachaient que, non seulement, le climat n’a jamais été fixe et qu’il change continuellement et naturellement, depuis des milliards d’années, mais, aussi, que nous entrons dans une période de refroidissement climatique.

    Sans, toutefois, croire à un complot frauduleux, je savais que les écolos nous cachaient énormément de faits et qu’ils étaient prêts à tout pour faire taire ceux qui remettent les dogmes de leur religion en question (Jacques Brassard, par exemple)!

    Le clou dans le cercueil fut, pour moi, le Climategate, car, le complot écolo-malthusien, à ce moment-là, il m’a sauté directement en pleine face! C’est là que j’ai découvert que toute la planète a été roulée par des escrocs sur un combat imaginaire, afin que ces escrocs puissent protéger leurs subventions de recherche. C’est, aussi, là que j’ai découvert la vraie motivation des environnementeurs et de Maurice Strong et le véritable but de la Conférence de Copenhague: mettre en place le Nouvel Ordre mondial et nous ruiner à coup de taxes sur le carbone pour nourrir les chums de Paul Desmarais et de son grand Empire!!!

    Les scandales qui ont, par la suite, frappés le GIEC et ses rapports à coups de massue (Glaciergate (ou Himalayagate), Pachaurigate, Amazongate, Netherlandgate, NewZelandgate, Africagate, Seagate, Malariagate, Bangladeshgate, WWFgate, Greenpeacegate, ClimbingMagasinegate, etc.) ne m’ont, aucunement, surpris. Ça n’a fait que renforcer mon scepticisme! Je peux même remercier les médias québécois, car leur omerta criminelle sur tous ces scandales me prouve qu’ils sont infiltrés par le lobby écolo-religieux.

    Jacques Brassard, Nathalie Elgrably et Reynald Du Berger sont utiles pour sauver l’Humanité de ce terrible fléau que représente la secte écologiste. C’est vraiment incroyable que l’Affaire Steven Guilbeault-Jacques Brassard, le Climategate, la Conférence de Copenhague et les scandales du GIEC et de ses rapports soient arrivés quasiment tous en même temps. J’y vois plus qu’un simple hasard.

    De réchauffiste que j’étais jadis, je suis, maintenant, un climato-sceptique et fier de l’être, car ça prouve que, contrairement à Monseigneur Guilbeault, je suis capable de me remettre en question!

  4. Pour compléter votre liste des climato-sceptiques, j’aimerais vous ploguer ceci: http://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique

    Il s’agit de la liste des scientifiques qui, à travers le monde, sont des climato-sceptiques.

    Cette liste est très incomplète, 31 000 scientifiques ayant signé la Pétition de l’Oregon du chercheur Arthur Robinson et le nom de certains scientifiques qui sont apparus dans le documentaire «The Great Global Warming Swindle» n’y apparaît pas non plus!!!

  5. @Jean-Luc Proulx

    Je ne peux qu’applaudir votre sens critique et votre curiosité qui vous a poussé à vouloir vous rapprocher de la « vérité ». Il faut faire attention avec ce mot, mais je le mets en opposition avec le dogme qui règne quant au RC.

    Excellent commentaire!

  6. @Jean-Luc: la pétition de l’Oregon est un canular. Beaucoup de ceux qui l’ont signé n’ont jamais su qu’on leur ferait dire que le réchauffement climatique est un canular. Et il n’y a aucun moyen de vérifier l’identité des signataires.

    Quant aux arguments de ce document… « 1- La signature des gaz à effet de serre est inexistante » ? Que veut dire cette phrase? La signature des gaz à effet de serre est connue et mathématiquement mesurée depuis le 19e siècle!

  7. Pingback: Le Manuel du Sceptique – Réchauffement climatique et CO2

  8. Maintenant c’est la vache….

    Le domaine qui produit le plus de méthane est bien entendu l’agriculture liée à l’élevage. En effet, l’aérophagie des bovidés est responsable d’une grande production de méthane. L’exploitation de l’élevage bovin en général, émet près de 20 % des gaz à effet de serre de la Terre. Si on ne tient compte que du méthane, l’élevage contribuerait à 37% de l’émission globale de ce gaz à l’échelle de la planète.
    http://www.algerie-dz.com/forums/sciences/45554-les-vaches-responsables-du-rechauffement-climatique.html

    À Londres, c’était le cheval… Je ne sais s’il réchauffait, mais il rendait l’atmosphère plutôt …inquiétant 🙂

    Les embarras de Londres, un film tourné en 1903, montre la cohue impressionnante des omnibus et des « hansom cabs » au centre de Londres…

    Le film va crescendo, de la circulation du matin, assez clairsemée qui, au fur et à mesure de la journée, va se densifier pour devenir un immense embouteillage…

    Malgré la vitesse du film un peu trop rapide qui nous trompe un peu, on peut aisément imaginer pourquoi il y avait parfois des accrochages, c’est même l’inverse qui est surprenant…

    On imagine aussi le niveau de dressage des chevaux et l’habileté des meneurs, leur résistance au stress et leur résistance physique dans cette atmosphère poussiéreuse, souvent sous la pluie et l’hiver dans le fameux smog londonien…

    Le métier de cocher ne devait pas être rose tous les jours…

    http://hippotese.free.fr/blog/index.php/tag/london%201903

    Rendez-vous à 2,50 minutes.

  9. @ François Marginean.

    Merci!!! 🙂

    En fait, je ne sais même pas ce qui me fait plus peur, dans toute cette histoire : l’anti-science du climat, le véritable but des écologistes ou l’omerta médiatique sur le sujet??? Je ne sais pas encore.

    @ Pascal Lapointe.

    J’ai déjà parlé, sur mon blogue, de la Pétition de l’Oregon et du pourquoi qu’elle était discréditée. Pour ce faire, il faut regarder du côté des écologistes.

    L’une des critiques qui revient sans arrêt, dès qu’on parle de la Pétition de l’Oregon, est le fait que l’on y retrouve le nom d’une Spice Girl : Geri Halliwell!!! Dans la pétition, elle figure comme climatologue.

    Bien, voici ce que les médias nous cachent sur cette histoire!!!

    Pour sa défense, Arth Robinson dit avoir été victime d’une manipulation orchestrée par les écologistes, pour discréditer sa pétition.

    Arth Robinson : Le téléphone sonne chez-moi. À l’époque, ma fille avait 16 ans ou 17 ans. Un homme appelle et il dit qu’il veut signer la pétition. C’était inhabituel, mais bon, elle ne s’est pas méfiée! Ma fille lui proposa, alors, d’envoyer le formulaire par la poste. L’homme lui a dit : «Non, non, je suis pressé, je veux vraiment signer cette pétition et vite! Est-ce que je peux vous l’envoyer par fax?»! Je comprends, maintenant, pourquoi il était si pressé. Donc, on a reçu ça, c’était écrit «Geri Halliwell, spécialiste en macro-biologie» et avec cette adresse de Boston qui existe vraiment, on a vérifié! Ma fille l’a ajouté avec les autres signatures. Elle ne pouvait pas savoir qui était Geri Halliwell, la Spice Girl.

    Un écologiste de Greenpeace : Sa fille ne savait pas qui était Geri Halliwell? Mais, quel âge a sa fille? Je ne connais pas une seule adolescente, surtout, à cette époque, qui ne connaissait pas Geri Halliwell et les Spice Girls. Ou, alors, elle ne vivait pas sur cette planète!

    Arth Robinson : Ma fille n’écoute que de la musique chrétienne. Elle ne connaissait, donc, pas cette chanteuse et personne, dans la famille, n’en a entendu parler. En tout cas, six jours après ce coup de fil, l’homme qui a téléphoné a fait irruption au Sénat.

    Cet homme, en réalité, un écologiste, brandit, alors, devant les sénateurs américains, le nom de la Spice Girl inscrit sur la liste. Résultat : cette pétition, présentée au Sénat, pour faire pression avant Kyoto, est discréditée!

    Arth Robinson : Avec cette signature, les écologistes m’ont tendu un piège. Ça leur a permis de discréditer la signature de 17 000 scientifiques américains. Parmi eux, il y avait d’éminents spécialistes! Ça prouve, en tout cas, que les écologistes ne voulaient pas d’un débat scientifique.

    Dans cette affaire, qui dit vrai? Les écologistes ont-ils tout manigancé pour discréditer la pétition? Arth Robinson ment-il? Mais, alors, quel intérêt aurait-il eu à inscrire lui-même le nom d’une Spice Girl sur sa liste? Robinson n’est pas le seul à mettre les groupes écologistes en cause. Patrick Moore a été l’un des premiers militants de Greenpeace, créé, il y a 30 ans, dans une église baptiste de Vancouver. Il a, longtemps, été le directeur de Greenpeace-Canada, jusqu’à son départ, en 1986.

    Patrick Moore, fondateur de Greenpeace

    Patrick Moore : À l’origine, Greenpeace était un mouvement neutre, dont l’action était basée sur la science et la logique. Mais, vers le milieu des années 1980, juste avant mon départ, on a vu arriver plein de jeunes en trille, avec le bérêt rouge. Ils ont commencé à s’investir dans le mouvement. C’était des profandinistes, des néo-marxistes!

    L’écologiste de Greenpeace : Greenpeace serait sous le contrôle de l’extrême-gauche? Très bien! Mais, quelle extrême-gauche, Patrick? C’est une belle histoire que tu nous racontes, mais tu as des preuves? Non? Alors, retournes te coucher! Des gens de gauche? Oui, évidemment, comparativement à l’Administration Bush, nous sommes, plutôt, à gauche! Nous ne sommes pas des chrétiens intégristes qui se baladent, tout le temps, avec un drapeau américain dans la main.

    Patrick Moore : Des activistes politiques ont détourné les mouvements écologistes et ils les ont utilisé à leur avantage. Derrière un discours pseudo-écologiste, ils font passer leurs idées anti-capitalistes, anti-mondialisation et anti-américaines.

    Laetitia De Marez : Les changements climatiques menacent la vie, la survie et le bien-être de millions de personnes à travers le monde et il y aura des impacts multiples sur les écosystèmes et les populations. En sol, le pétrole génère une économie mondiale mortifère dont il faut sortir au plus vite.

    Patrick Moore : On n’a toujours aucune preuve que le réchauffement soit dû à l’activité humaine. Dans l’Histoire, on a déjà vécu des périodes moyenâgeuses, sur le plan intellectuel. Mais, malheureusement, le mouvement écologiste pourrait bien nous ramener à ces années sanglantes.

    L’écologiste de Greenpeace : Je ne peux pas accepter ça. Tu ferais mieux de préciser tes accusations, Patrick. Bien sûr, il ne le fera jamais, pour des raisons évidentes! J’aimerais bien que Patrick passe à autre chose, maintenant. Ça fait 18 ans qu’il a quitté l’organisation.

    Patrick Moore : Tous ceux qui essaient d’apporter un peu de lumières dans le débat sur le climat sont discrédités. C’est vraiment anti-intellectuel et anti-scientifique! Mais, malheureusement, il y a beaucoup de gens qui les croient, parce que c’est ce que les gens ont envie d’entendre. Ça les rassure de penser qu’il y a une vérité. Mais, l’environnement, la science et l’écologie sont des choses beaucoup plus complexes, tandis que cette religion écolo est simpliste : tout est tout noir ou tout blanc, avec des gentils et des méchants! Moi, je préfère les choses un peu plus compliquées.

    http://lequebecdedemain.blogspot.com/2009/12/patrick-moore-de-pere-de.html

    «Beaucoup de ceux qui l’ont signé n’ont jamais su qu’on leur ferait dire que le réchauffement climatique est un canular.»

    La pétition ne dit pas que le réchauffement climatique est un canular, elle dit que nous n’avons pas assez de preuves pour parvenir tout de suite à une conclusion et il ont raison. Moi, je n’accepte une conclusion uniquement si elle est démontrée hors de tout doute raisonnable et quand on m’affirme qu’il y a un consensus sur la question, je suis convaincu que l’on me ment!!!

    On en est encore à faire la preuve des théories de Albert Einstein, alors imaginez quand on en saura assez pour que la climatologie soit une science!!!! La climatologie est trop une jeune science pour que l’on puisse aisément maîtriser ses concepts et affirmer noir sur blanc, de façon irréfutable, que l’Homme arrive à avoir un tel pouvoir sur le climat d’une planète, comme l’affirme les écolo-religieux à la Monseigneur Guilbeault!!!

    Ce débat scientifique sur la question climatique est primordial pour la survie et pour la crédibilité de la science (le Climategate et les scandales du GIEC et de ses rapports ne sont pas de la science, mais bien de l’anti-science qui se rapproche de celle des créationnistes, là où la croyance et la foi font office de faits scientifiques irréfutables), mais, pour ce faire, il faut que la climatologie soit libérée des idéologues bornés qui l’utilisent à mauvais escient, soit pour faire de l’argent (Al Gore en ait un très bon exemple), soit pour avoir davantage de subventions de recherche (les escrocs du Climategate et du GIEC en sont de très bons exemples).

    D’ailleurs, les scientifiques climato-sceptiques (ceux qui ne gobent pas le discours du GIEC les yeux fermés) ne s’entendent même pas entre eux, non plus!!! Certains d’entre eux en ont contre les modèles mathématiques du GIEC en disant qu’ils ne sont pas fiables (et avec raison), d’autres se questionnent sur la partie anthropogénique du sujet en disant que l’Homme ne peut pas avoir autant d’impact sur le climat d’une planète, d’autres croient que le Soleil a davantage de pouvoir sur le climat que les facteurs terrestres et l’activité humaine (surtout l’activité humaine) et d’autres affirment que le réchauffement s’est arrêté et il y en a même pour dire que nous devrons bientôt nous préparer à vivre une période plus froide.

    La communauté scientifique ne s’entend même pas sur la question, on est, donc, très loin d’un consensus scientifique sur la théorie du réchauffement climatique anthropogénique, contrairement à ce que nous affirment faussement les réchauffistes et les lobbys écolo-religieux!!!

  10. iota

    Selon le GiEC, 39% des gaz a effet de serre proviennent du CO2. Seulement 3% du CO2 est anthropogénique selon mon calcul a partir de ce diagramme http://peswiki.com/images/5/5b/Carbon_cycle_diagram.jpg

    Nous sommes donc responsable de 3% de 39% ce qui donne 1% … Et on vise une réduction de 2% de ce 1%…. Homéopathétique…

    Les milliards en taxes de la bourse du carbone piloté par Al Gore ne le seront pas par contre.

    Remettre en question la religion du réchauffement climatique par le CO2 revient à affirmer que la terre n’est pas plate.

    Pourquoi la question du réchauffement du système solaire n’est jamais abordé? Serait-ce troublant d’en parler alors qu’il y a pourtant un consensus scientifique à ce sujet.

    Voir un vidéo à ce sujet

    Facile de se regarder le nombril et se croire tout-puissant. Faudrait se lever la tête et regarder cette immense boule de feu droit devant nous dont chaque crachat peu dépasser la taille de la terre.

  11. iota

    @Francois Marginean

    Merci encore de me réveiller à nouveau!

    @Jean-Luc Proulx

    Merci pour votre long article que j’ai trouvé fort intéressant dont l’histoire du rapport Oregon et de Patrick Moore.

  12. @Pascal Lapointe

    Allez lire le manuel et vous aurez vos réponses!

    1- Consensus ? Quel consensus ?

    Combien faudra-t-il de scientifiques pour faire admettre que le débat n’est pas clos ? Plus de 30 000 scientifiques ont signé le « Petition Project ». Plus de 9 000 d’entre eux sont docteurs ès sciences (notez que cela ne prouve rien à propos du carbone, mais cela prouve quelque chose sur le mythe du « consensus »). Les termes de la pétition sont sans équivoque :

    « Il n’y a pas de preuve scientifique convaincante que l’émission par l’homme, de dioxyde de carbone, de méthane, ou de tout autre gaz à effet de serre, provoque ou provoquera, dans un futur envisageable, un réchauffement catastrophique de l’atmosphère de la Terre et un dérèglement du climat de la Terre. En outre, il y a des preuves scientifiques substantielles que l’accroissement de la teneur en dioxyde de carbone atmosphérique produit des effets bénéfiques sur la flore et la faune terrestres. »
    Source : http://www.petitionproject.org

    Le Petition Project est financé par des dons
    individuels et animé par des bénévoles.
    Il ne reçoit pas d’argent de l’industrie ou de
    sociétés. A la fin de 2007, le Petition Project a
    relançé la pétition et revérifié les noms.

    Les pro-réchauffement disent : « Chacun sait que
    la liste de la pétition est trafiquée et pleine de noms en double ou de faux noms.

    Les sceptiques répondent : Citez dix faux noms.

    NOTE : Attention, ceci peut être gênant. La
    science n’est pas démocratique. Le nombre et les
    compétences de chaque côté importent peu, sauf
    pour en finir avec la déclaration : « Le débat est
    clos. »
    La science ne procède pas par le consensus. Le climat ne suit pas les élucubrations des scientifiques, quel que soit le remue-ménage qu’elles produisent.

    De toute façon, les scientifiques ont-ils jamais
    voté ?

    2- La figure A (du GIEC, voir le manuel du secptique) montre la forme du gradient des températures prédite par les modèles en cas de réchauffement induit par les gaz à effet de serre.

    La figure B (publiée par le Programme Scientifique
    Américain sur le Changement Climatique) montre ce qui s’est réellement passé pendant le réchauffement récent des années 1979-1999. Les ballons sondes ont mesuré l’atmosphère dans son ensemble mais n’ont pu trouver trace du « point chaud » prédit.

    Les thermomètres nous disent donc : « Ce ne sont pas les gaz à effet de serre. »
    Conclusion: Qu’est-ce qui a provoqué la plus grande part du réchauffement ? Les modèles ne le savent pas.

    Les pro-réchauffement répliquent : Le point chaud est présent. Il a été trouvé. Lisez Sherwood ou Santer.

    Les sceptiques disent : Santer n’a pas trouvé de point chaud, il a trouvé « du bruit dans les données ». Après plusieurs tentatives pour réanalyser les mêmes données anciennes, sa grande annonce a été que le point chaud pourrait être masqué par le bruit. Entre temps, Sherwood, suggéra que l’on devrait ignorer les thermomètres et utiliser des anémomètres pour mesurer la température à leur place. Et si vous arrivez à croire à ça …
    Voici ce que disent les thermomètres: Pas de “point chaud”.

    Réfléchissez : si nous ne pouvons pas avoir des
    résultats corrects simplement avec des ballons
    sondes, quelle chance aurons-nous d’en avoir avec
    des modèles informatiques ?

    Par pitié, laissons les thermomètres qui sont faits pour mesurer les températures, faire leur travail. Par quel miracle les anémomètrespourraient-ils mieux le faire ?

  13. iota

    J’ai remarqué qu’il est difficile de remettre en question la théorie du réchauffement climatique non seulement parce-qu’il y a eu une grande propagande dans cette direction par les médias de masses, mais aussi du fait que de diminuer l’effet du CO2 revient à s’allier avec les méchants pollueurs tel qu’ Exxon Valdez qui ont embaucher des pseudo-scientifique pour nier les faits et poursuivre leurs activités polluantes.

    Que la théorie soit fausse ou pas, il faut tout de même diminuer notre consommation d’énergies fossiles non renouvelable avant que le prix montent rapidement et que les solutions de rechanges soient prêtes.

  14. Yan Barcelo

    @Francois Marginean
    Merci pour ce document de Joanne Nova. Je trouve qu’il y manque quelques informations importantes, par contre il en apporte d’autres cruciales qui manquaient dans mes équations.
    Il est essentiel qu’on discute amplement de cette question de l’anthropogenèse du réchauffement et, par les réactions et les éléments d’information qu’ajoutent les commentaires à votre texte, on peut voir que la discussion va bon train. Encore une fois, merci.

  15. @iota

    Effectivement. Il y a une association erronée entre remettre en question la théorie du réchauffement climatique et la pollution. Ce n’est pas parce qu’on ne pense pas que le CO2 est responsable du réchauffement que ça veut dire que nous sommes pour la pollution!

    On ne fait que refuser de se laisser mener en bateau et vers de fausses solutions pour régler la pollution et la dégradation de l’environnement.

    Il faut bien expliquer aux gens.

    De plus, il y a toute une confusion entre le CO2 – qui n’est pas vraiment un polluant, mais un bloc essentiel de construction de la vie – et le monoxyde de carbone, qui est réellement ce qui sort des voitures.

    Et quand on y pense, on est bien nono de penser que les CO2 pourrait créer des zones de surchauffe dans la haute atmosphère, parce que le CO2 est plus lourd que l’oxygène! Pensez au danger d’être dans un puits ou un profond trou comme une mine, on gardait un oiseau là, car s’il mourrait, on savait qu’il fallait sortir de là à cause que le CO2 était trop présent!

    C’est pourquoi qu’il est si important de bien informer les gens, au lieu de les désinformer, ce en quoi les autorités et les médias sont devenus des experts.

  16. @Yan Barcelo

    Il y a toujours des facettes importantes laissées de côté dans ce très large dossier. Je crois que le mérite de son manuel est de chercher à synthétiser une stratégie, une approche pour ne pas se perdre dans les débats et perdre l’essentiel de vue. C’est souvent ce qui manque chez les dissidents, les critiques, les sceptiques, les manifestants, les mouvements de résistances, les intellectuels, etc. Une stratégie, une approche tactique pour attaquer le coeur du problème au lieu de se perdre.

    Personnellement, je vous lève mon chapeau, Yan, pour votre excellent travail et pour votre esprit lucide, critique et pour votre humanité. Alors c’est moi qui vous dit merci!

    François Marginean

  17. Yan Barcelo

    @Francois Marginean
    Ce que vous soulignez du Manuel du Sceptique est très juste: non seulement fournit-il beaucoup d’informations, mais il le fait à l’intérieur d’un cadre de réflexion complet sur la facon de contrer les fausses représentations des alarmistes. Cependant, j’encouragerais son auteur à mettre de l’avant les hypothèses alternatives qui sont formulées depuis quelques années (notamment celle de l’irradiation solaire et celle des grands et petits cycles glaciaires-interglaciaires). Cela donnerait au lecteur l’idée d’un autre travail scientifique qui est à l’oeuvre. Car le travail ultime n’est pas de détruire l’hypothèse du réchauffement par action du CO2 (une hypothèse dont la marginalité devient de plus en plus évidente), mais de tenter de comprendre les processus fondamentaux du climat.

    La distinction que vous faites dans votre réponse à iota entre monoxyde et dioxyde de carbone est très indiquée, de même le fait que vous souligniez que combattre la thèse du réchauffement anthropique ne veut pas dire qu’on donne son absolution à la pollution galopante. Car, justement, la pollution des cours d’eau et de l’air des villes, par exemple, est bien plus préoccupante que ce prétendu effet de réchauffement du CO2.

    Enfin merci pour les bons mots que vous avez à l’endroit de mes billets. Ils m’encouragent à poursuivre.

  18. @Yan Barcelo

    Voilà pourquoi je disais que j’appréciais votre lucidité et votre gros bon sens:

    « Cependant, j’encouragerais son auteur à mettre de l’avant les hypothèses alternatives qui sont formulées depuis quelques années (notamment celle de l’irradiation solaire et celle des grands et petits cycles glaciaires-interglaciaires). Cela donnerait au lecteur l’idée d’un autre travail scientifique qui est à l’oeuvre. Car le travail ultime n’est pas de détruire l’hypothèse du réchauffement par action du CO2 (une hypothèse dont la marginalité devient de plus en plus évidente), mais de tenter de comprendre les processus fondamentaux du climat. « 

    Vous avez tout-à-fait raison. Il est crucial de mieux comprendre le climat et ce qui l’affectent réellement. Je crois qu’il y a trois choses à retenir principalement des nouveaux développements de recherche actuellement en cour:

    1- Le plus grand gaz à effet de serre qui joue le rôle de 95% de ceux-ci, est la vapeur d’eau et la couverture nuageuse.

    2- Hors, cette dernière semble est grandement et principalement due à l’action du rayonnement solaire qui éloigne les rayonnements cosmiques qui eux, lorsqu’ils entrent dans l’atmosphère terrestre, créé les nuages de par leur action. Ce phénomène est facilement reproductible et vérifiable en laboratoire et l’a déjà été fait à plusieurs reprises, d’ailleurs. C’est même une activité de science qui est souvent faites à l’école.

    Ainsi, lorsque l’activité solaire est plus intense, on a moins de formation de nuage et donc plus de soleil, un double facteur pour un réchauffement climatique. Plus il fait chaud, plus il y a de la vie, plus les océans se dégazent de leur CO2, plus il a de la vie, de CO2 mais surtout, plus d’oxygène. Nous sommes à une période climatique où les niveau d’oxygène sont très bas. Le CO2 n’est pas un polluant, mais bien un bloc de construction de la vie.

    Constatez-le par cette vidéo éloquente:

    Seeing is Believing

    À l’inverse, lorsque l’activité solaire est plus faible, comme présentement et depuis quelques années, plus de rayons cosmiques atteignent la planète parce moins de rayons solaires déflecteurs sont présents et nous avons donc plus de nuages, ce qui entraine une perte d’ensoleillement, donc un double facteur pour le refroidissement.

    3- Cela est encore exploratoire, mais très solide comme théorie, il semblerait que le positionnement du Système solaire aurait un rôle important sur les ères glacières aussi, dépendant qu’on soit à l’intérieur d’un des bras de la Voie lactée, ou entre ceux-ci. Les périodes où nous sommes cachés dans un des bras de la spirale de la Voie lactée correspondent parfaitement avec les ères glacières et lorsque nous sommes entre les bras et que nous sommes exposés à ce qui provient du centre de la Voie lactée, nous avons des périodes plus chaudes. Vraiment fascinant, je vous dis.

    Cordialement

  19. Yan Barcelo

    @Francois M.
    Quelle belle vidéo sur l’effet du CO2 sur la croissance végétale! Je souhaite vivement que ce genre d’information circule largement. Vous avez toujours du matériel extrêmement intéressant et inattendu à proposer. Poursuivez!

  20. Merci! Poursuivez vous aussi!

    À bientôt cher ami!

  21. iota

    @francois

    Pour ce qui est de la croissance des plantes stimulée par le CO2, je vous dire que cela est une réalité pour l’aquariophilie (c’est ma profession) Il se vend des systèmes avec bonbonne très dispendieux pour encourager la croissance des plantes dans les aquariums. Les résultats sont rapides et spectaculaires. Avez-vous déjà vu un aquarium comme ça? http://www.aquaticscapers.com/

    Pour comprendre l’influence du soleil et des rayons cosmique sur le climat, j’ai découvert ce film très bien fait.

    Ce sont principalement sur les recherches du directeur de l’agence spatiale du Danemark Henrik Svensmark. D’ailleurs ce dernier n’a pu s’exprimer lors du débat sur le climat a Copenhague. Son pacemaker (sensible aux micro-onde) a fait défaut il a fait une crise cardiaque… juste au moment ou il allait parler. Coïncidence?

    Voici le vidéo de sa crise cardiaque, cœur sensible s’abstenir.

  22. @ Yan Barcelo.

    «Car, justement, la pollution des cours d’eau et de l’air des villes, par exemple, est bien plus préoccupante que ce prétendu effet de réchauffement du CO2.»

    C’est déjà commencer, d’ailleurs!!! Des mesures ont déjà été prises, dans des pays comme le Québec, pour combattre la pollution de l’air et des eaux. Mais, comme vous le dites si bien, les gaz à effet de serre n’ont rien à voir avec la pollution!!!

    @ François Marginean.

    «De plus, il y a toute une confusion entre le CO2 – qui n’est pas vraiment un polluant, mais un bloc essentiel de construction de la vie – et le monoxyde de carbone, qui est réellement ce qui sort des voitures.»

    Exactement!!!

    D’ailleurs, ce site explique cela mieux que je ne pourrais le faire: http://www.objectifliberte.fr/2009/12/le-co2-nest-pas-un-polluant.html

    Rien à rajouter à tous vos commentaires!!! Continuez votre bon travail de destruction des idées reçues, cher monsieur!!! 🙂

  23. @ iota.

    C’est un plaisir, pour moi, si mon billet a pu vous plaire et vous apprendre certaines choses en même temps!!! En fait, comme l’a si bien dit Socrate, «tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien»!!!

    Votre vidéo sur le réchauffement du système solaire est trop forte. Disons que ça tend à confirmer la thèse de ceux qui affirment que le Soleil constitue la principale cause des changements climatiques et qu’il y aurait une forte corrélation entre les cycles solaires et le climat!!!! Faut-il se surprendre, alors, d’apprendre que la planète Mars se réchauffe, que Pluton se réchauffe et que Jupiter se réchauffe? Ce ne sont tout de même pas nos chars et nos industries qui réchauffent les autres planètes!!!

    Par contre, la vidéo affirme que le réchauffement atteint la Terre, ce qui n’est toujours pas prouvé.

    Selon Khabibullo Abdusamatov, le superviseur du projet russe Astromedia de la Station spatiale internationale et le chef du laboratoire de recherche spatiale de l’Observatoire Pulkovo de Saint-Pétersbourg, nous serions en train d’entrer dans une période de refroidissement. L’année 1998 aurait été la plus chaude de tout un siècle exceptionnellement clément (quoique la NASA a trafiqué ses données là-dessus et que ce serait supposé être 1934*), mais nous serions à la veille d’une période plus froide, pouvant même commencer dès 2012.

    http://www.washingtontimes.com/news/2009/dec/03/researcher-says-nasa-hiding-climate-data/

    Ça fait 10 ans qu’il n’y aurait plus de réchauffement, alors que nous n’avons arrêté, que je sache, aucune industrie! D’ailleurs, on peut séparer le XXe siècle en trois phases d’à peu près une trentaine d’années chacune. Au début du siècle, il faisait, relativement, chaud, donc, on peut parler d’une période chaude. À partir de 1940 jusqu’à 1970, ça a été une période froide et, de 1970 jusqu’à la fin du siècle, une période chaude.

    Nous voguons sur un plateau de 1998 à 2005 (certains disent 2003) et, maintenant, il semblerait que, selon certains scientifiques, nous nous engagions vers une période plus froide. La température aurait chuté en 2006, en 2007, en 2008, en 2009 et tout porte à croire que ça continuerait comme ça pendant, au moins, un autre 30 ans, une période qui sera véritablement commencé d’ici 2012.

    La chute des températures («hide the decline») que nous aurions connu depuis 2006 ne serait qu’un avant-goût de ce qui nous attend. Le climat est cyclique, il n’a jamais été fixe. Vouloir le contrôler ou l’influencer, c’est très dangereux! On ne joue pas avec les cycles naturels de notre planète, sans en subir les conséquences.

  24. @ iota.

    D’ailleurs, je me tue à faire comprendre aux réchauffistes (ce n’est pas facile de débattre avec eux, puisque, à chaque argument que j’énonce, ils me présentent 2-3 insultes en guise de contre-arguments) que le climat est bien trop complexe et qu’il est influencé par des dizaines de facteurs: cycles solaires, orbite elliptique de la Terre autour du Soleil, axe de la Terre, cycles glaciaires, courants océaniques, etc., pour penser que l’Humain, en quelques décennies seulement, peut arriver à contrôler ou à influencer le climat de la planète, car c’est complètement illusoire et anti-scientifique!!!!

    D’ailleurs, regardez cette image: http://soho.nascom.nasa.gov/data/synoptic/sunspots_earth/mdi_sunspots.jpg

    Vous ne voyez qu’une boule grise, n’est-ce pas? Hé bien, cette boule grise, c’est le Soleil et c’est tout à fait normal!!!

    Cette image montre qu’il n’y a aucune tache solaire, ce qui est plus fréquent, depuis quelques mois. Les taches indiquent si il y a de l’activité solaire. Or, en leur absence, c’est qu’il n’y a pas d’activité solaire ou qu’il y a une baisse de cette dernière! La dernière fois que cela s’est produit, c’était en 1700, à l’époque où des températures très froides ont été observées! Les records plus froids étaient fracassés, à l’époque!

    Ce phénomène surpasserait El Nino (les réchauffistes ont volontairement occulté ce phénomène naturel, pour nous expliquer les chaleurs de février et de mars que nous avons connu, cette hiver), à cause que le Soleil serait, comme dit plus haut, plus important que les phénomènes terrestres!!!

  25. @ iota.

    «Que la théorie soit fausse ou pas, il faut tout de même diminuer notre consommation d’énergies fossiles non renouvelable avant que le prix montent rapidement et que les solutions de rechanges soient prêtes.»

    Ça, c’est un mythe que répandent souvent les écolos pour nous faire adopter leurs idées et nous faire croire à leur concept frauduleux d’empreinte écologique et, dans l’Histoire, tous les écolos qui ont véhiculé ce mythe ont perdu la face, et ce, sans exception: http://lequebecdedemain.blogspot.com/2009/12/les-prophetes-de-malheur.html

  26. Sun Tzu

    Plusieurs choses sont ennuyantes dans cette affaire, pour tous les enjeux actuels il est évident qu’on nous focalise sur de faux dangers montés de toute pièce afin de nous écarter des véritables enjeux de société.

    -Le pétrole est loin de devenir rare, il y a quelques temps sa fin était annoncée pour 2020, désormais nous savons qu’il y en aura au minimum jusqu’à la fin du siècle .

    -Le réchauffement climatique c’est comme le 11 septembre, il faut vraiment être naïf et faire une confiance aveugle à des faits qui défient toute logique pour croire en ces sornettes .

    En réalité l’arnaque du réchauffement climatique tout comme le 11 septembre sont des moyens nouveaux de sacrifier l’intérêt des citoyens pour un modèle économique oligarchique .

    L’Irak et l’Afghanistan c’est juste pour le pétrole, le réchauffement climatique juste pour taxer les citoyens et changer les règles de l’économie mondiale maintenant que l’occident est en perte de vitesse par rapport aux pays émergents .

    Nous serons bien en veine si ces mesures de réanimation d’un système à bout de souffle ne nous conduisent pas vers un conflit majeur …

  27. iota

    @sun tzu et JL Proulx

    Pour ce qui est du problème des ressources, ce fut mon sujet de recherche principal au cours des dernières années. Je crois que c’est un problème majeur que 99% des gens ignorent. Depuis l’éclosion de l’ère industrielle par l’exploration des ressources fossiles vers 1850, la population à explosée de 1 milliard à 7 milliards.
    Voir ce vidéo pour s’en convaincre

    Beaucoup de fausses prédictions ont étés faites pour annoncer la fin prochaine des ressources, du monde etc… C’est vrai! Mais il y a eu d’autres qui ont étés vrais. Dans les années 50, Marion King Hubbert à prédit un pic de production du pétrole au É-U. On l’a ridiculisé en se disant que l’on avait du pétrole pour au moins cent ans. Pourtant il avait raison et les É-U on connu le pic de production dans les années 70. Depuis ce temps, le production chute et d’immense champs pétroliers au Texas sont maintenant à l’abandon. Pour assurer leur sécurité énergétique, les É-U font construire un pipeline en Afghanistan pour acheminer le gaz de la mer Caspienne vers le golfe persique. Mais là dessus, il faut chercher longtemps avant de trouver de l’info. Pourquoi autant d’effort pour y arriver. Le pétrole et le gaz se font de plus en plus rare. Ceux qui en auront le contrôle pourront alimenter leurs armée et contrôler le monde.

    Un bon documentaire sur le peak oil (j’ai acheté le dvd, ce que je fais très rarement)
    http://video.google.com/videoplay?docid=-665674869982904386#

    et le site de référence pour le sujet
    http://www.theoildrum.com/node/5395

    Désolé, François de déraper du sujet initial…. Je crois que c’est un sujet pour un article futur de votre part!

    D’accord pour remettre en question le réchauffement par le CO2 mais tout de même ambivalent pour encourager freiner l’exploitation des ressources fossiles. Après tout, c’est idiot de brûler une ressources qui a pris des millions d’années pour se constituer et qui est surtout, NON RENOUVELABLE. le pétrole est comme la drogue, ça donne une source d’énergie incroyable, un buzz sur le coup, mais le lendemain, il n’y a plus rien, voir moins que rien.

  28. @iota

    Si vous m’accordez ne serait-ce qu’un once de crédibilité, je vous invite à pousser plus loin votre enquête sur ce qu’on appelle le « peak oil ».

    C’est une chose en laquelle j’ai cru pendant environ deux ans, au début des années 2000, mais qui ne tient pas vraiment la route et constitue en fin de compte une autre fraude semblable au RC causé par le CO2.

    Si la production semble baisser c’est qu’aux États-Unis, par exemple, aucune raffinerie n’a été construite en 20 ou 30 ans, et il y a eu une depuis ces dernières années un effort singulier des plus gros de racheter les autres raffineries, concentrant celles-ci entre les mains de quelques joueurs. La prochaine étape a été de fermer certaines d’entre elles et de réduire la production des autres pour créer une fausse pénurie dans le but de jacker les prix à la pompe.

    La même chose a été faite en Irak. Sitôt arrivé sur le terrain, les Américains ont pris contrôle des raffineries et des gisements de pétrole pour bien souvent leur mettre un bouchon. L’Irak est la deuxième réserve de pétrole au monde et dans les semaines, mois et années qui ont suivi l’envahissement, les Irakiens devaient faire la file pour avoir du pétrole, dans leur propre pays hyper riche en pétrole!

    Deux réserves immenses ont été découvertes dernièrement, qui dépasse tout entendement: une dans le nord de la Russie et l’autre en Indonésie. De plus, il y en a d’autres absolument ÉNORMES en Alaska, au Vénézuela et sans compter ce qui se trouve sous les glaces en Arctique.

    Mais le clou de la soirée pour vous, est d’apprendre que le pétrole se présente sous eux formes: une est un résultat des dépôts fossiles vieux de plusieurs millions d’années, mais il existe aussi des gisements qui se renouvellent profondément dans la croute terrestre. Cela a été bien démontré dans le Golfe du Mexique et de l’autre côté de la côte mexicaine dans le gisement Eugène.

    Ça peut paraitre triste à dire, mais on est loin de manquer de pétrole, très très loin de là. Le peak oil n’existe pas. Malgré cela, il ne faut pas en rester là, puisque ça fait 100 ans que Nikola Tesla a découvert l’énergie libre, propre et gratuite. Nous sommes comme des dinosaures qui refusent d’avancer, dû aux puissants géants du pétrole et de l’énergie.

    Il est temps que nous passions à la prochaine étape!

  29. Denis G

    @François

    Tu pourrais nous donner quelques liens pour le ‘peak oil’ ?

    Nouvelles découvertes…
    Gisements qui se renouvellent…

    Merci pour cette information, tu piques encore ma curiosité !

    p.s. Ou j’attendrai un autre article de ton cru. toujours bien documenté comme à ton habitude.

  30. Terez L.

    @Iota

    Même s’il y avait du pétrole pour encore des milliers d’années, quand on voit ce qui se passe présentement dans le golfe du Mexique et la catastrophe écologique qui s’ensuivra pour la Louisiane, je crois que vous avez raison de remettre en question l’utilisation de cette ressource.

    Et si le pétrole est si abondant, pourquoi Obama a t-il accepté que les pétrolières recommencent à explorer les côtes? Et vous a t-on informé qu’il semble très difficile de trouver des travailleurs pour exploiter les immenses gisements trouvés en Sibérie? Car les conditions de travail seront plus que difficile. Ces gisements ne seront exploitables qu’à la condition que le prix du brut soit très élevé.

    Il ne faut pas se mettre à douter juste quand les informations viennent des médias conventionnels. Il faut douter de tout, même des 7 du Québec. Ce n’est pas parce qu’ils ont souvent raison qu’ils ne peuvent pas avoir tort de temps en temps.

  31. iota

    @ Terez L
    Effectivement, il faut garder un doute et n’avoir jamais de certitude… Il n’y a que les fous qui ne change jamais d’idée. Je ne peux pas prévoir quand on aura atteint le pic de production de pétrole (c’est-à-dire le sommet de la courbe en forme de cloche à partir du moment ou on a consommé plus de la moitié des réserves.) Mais par contre je peux vous dire avec certitude que l’on aura atteint un jour le fond du baril, idem pour l’or, pour le cuivre, la morue et les bélugas.

    C’est important de décortiquer réserve et production. Il y a du pétrole pour encore longtemps, le problème ne se situe pas au niveau des réserves mais au niveau de l’accessibilité et la capacité des puits à fournir une bonne production. Le pétrole qui reste est plus difficile à atteindre (offshore, région éloignée ou en conflit, sable bitumineux, cavité profonde nécessitant des injections d’eau)

    @ francois

    Dire que le peak oil n’existe pas revient à dire que le pétrole est renouvelable, que les puits sont des fontaines de jouvence. Voyons François, je ne vous reconnais pas!

    Les raffineries ne produise pas de pétrole, elles le transforme en carburant. Il n’y a justement pas d’investissements dans les raffineries parce-que les cies pétrolières savent qu’elles auront de moins en moins de pétroles à transformer 😉

    Pourquoi les américains investissement dans nos sables bitumineux alors qu’ils pourraient piger dans leurs réserves si prometteuses?

    Avez-vous des références pour vos découvertes?
    Est-ce Lindsey Williams pour l’Alaska?

    Nous siphonnons environs 85 millions de barils par jour et 30 milliards par an. Combien de temps croyez-vous que la terre va fournir cette demande infernale? Ce que je trouve inquiétant, c’est que ceux qui annoncent la fin prochaine de l’ère du pétrole sont des géologues qui crient dans le vide. Ils ne semblent pas rattachés à aucune forme de financement ou mouvement politique.

  32. @Denis G.

    Voici quelques sources à consulter ci-bas.

    @iota

    « Dire que le peak oil n’existe pas revient à dire que le pétrole est renouvelable, que les puits sont des fontaines de jouvence. Voyons François, je ne vous reconnais pas! »

    Vos informations et perceptions influencent votre vision des choses et c’est pourquoi vous ne me reconnaissez pas, pourtant, je suis le même gars!

    Les Russes savent depuis des décennies que le pétrole est renouvelable. Le pétrole abiotique se forme profondément dans la croute terrestre, à des profondeurs bien supérieures que celles où l’on trouve les strates géologiques correspondant aux dépôts fossiles des dinosaures. La question est de savoir s’il se forme aussi rapidement que nous le brûlons. Et franchement, je ne veux pas vraiment savoir, j’aimerais bien plus qu’on se tourne vers le futur et cesser d’utiliser le pétrole au profit d’énergie propres et illimitées.

    Même sur Titan on retrouve des océans de gaz et pourtant, il n’y a jamais eu de dépôt végétal.

    Oil Reserves Are Increasing

    Une escroquerie raffinée

    Les grandes pétrolières ont profité des événements pour déclencher une crise du pétrole planifiée de longue date.

    La Commission fédérale du Commerce des États-Unis (Federal Trade Commission) vient d’ouvrir une enquête pour savoir si les compagnies pétrolières se sont concertées afin de réduire leurs capacités de raffinage pour augmenter leurs marges de profits (Reuters 21-9).

    Rock Eating Bacteria Bring New Questions About The Evolution Of Life On Earth

    Once considered a barren plain dotted with hydrothermal vents, the seafloor’s rocky regions appear to be teeming with microbial life, say scientists from the Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI) in Woods Hole, Mass., University of Southern California (USC) in Los Angeles, and other institutions.

    Oil Doesn’t Come from Squashed Ferns and Fish??

    In his later years, Gold challenged the belief, deeply held by American and British geoscientists, that oil is fluid concentrated from huge amounts of vegetation and animal remains that have been buried in the sediments over hundreds of million of years. Instead, he and many other geophysicists, most notably in Russia and China (5), for decades have been providing evidence that oil and natural gas are generated from hydrocarbon substances in the Earth’s crust that were “brought in from space when the Earth was formed.”

    Titan’s surface organics surpass oil reserves on Earth

    Saturn’s orange moon Titan has hundreds of times more liquid hydrocarbons than all the known oil and natural gas reserves on Earth, according to new Cassini data. The hydrocarbons rain from the sky, collecting in vast deposits that form lakes and dunes.

    There are two thoughts that come to mind with this story.
    First, we could probably take the money we are spending on (unsuccessfully) conquering the Mideast oil fields and build a system of space « tankers » to haul all those hydrocarbons from Titan to Earth (probably cheaper). Of course, we could also develop fusion power with some of that money, but both of these solutions require foresight and imagination; two qualities in short supply in our government.
    Second, I am pretty certain that Titan never had any dinosaurs, which raises the possibility that if Titan’s hydrocarbons are not created by life forms, then neither are Earth’s.

    Raining hydrocarbons in the Gulf

    Below the Gulf of Mexico, hydrocarbons flow upward through an intricate network of conduits and reservoirs. They start in thin layers of source rock and, from there, buoyantly rise to the surface. On their way up, the hydrocarbons collect in little rivulets, and create temporary pockets like rain filling a pond. Eventually most escape to the ocean. And, this is all happening now, not millions and millions of years ago, says Larry Cathles, a chemical geologist at Cornell University.

    Are oil fields refilling from below?

    World not running out of oil, say experts

    A landmark study of more than 800 oilfields by Cambridge Energy Research Associates (Cera) has concluded that rates of decline are only 4.5 per cent a year, almost half the rate previously believed, leading the consultancy to conclude that oil output will continue to rise over the next decade.

    ‘Huge’ oil field found off Brazil

    A huge natural gas field has been found a short distance off Rio de Janeiro’s coastline, Petrobras, Brazil’s state-controlled oil company, says.

    Oil shortage a myth, says industry insider

    There is more than twice as much oil in the ground as major producers say, according to a former industry adviser who claims there is widespread misunderstanding of the way proven reserves are calculated.

    The rising price is caused by the falling dollar.

    Is « Peak Oil » A Scam?

    With the rise of the oil monopolies (such as Standard Oil, led by the Rothschild-connected Rockefeller) the “biological” theory won out, partly because the theory allows oil monopolies to claim that oil is “scarce.”
    Russian scientists, however, don’t buy the western theory. Many of them take the “abiogenic” approach, and have found oil in places where western geologists said there should be no oil.

    Précisions sur l’origine du prix élevé du pétrole

    par F. William Engdahl
    Mondialisation.ca, Le 25 mai 2008

    The Myth Of Peak Oil

    The « Peakers » are pointing to today’s record high price as proof that we have reached the « oil peak ». But what we are seeing is not a drop in supply but a drop in the dollar. Plus, let us not forget that the US Government is starting to buy petroleum products and stockpile them for their planned war on Iran. That also drives prices up (as does pissing off those countries we buy oil from).
    Now, it is obvious that oil is a finite resource, and even if there is a renewal mechanism deep in the Earth’s crust, it is not replenishing the oil as fast as we are using it (and nothing uses it up faster than war). But whether we are at the peak or not is still open to debate, as both sides of the argument are agenda-driven rather than fact-driven.
    There is an old homily that when it takes a barrel of oil to recover a barrel of oil, the party is over no matter how much oil is really down there. But of course, advances in technology can change that crossover point.
    Personally, I think we should be spending money on new energy technology than in killing each other over what oil is left. Because if we run out of the oil that runs our machinery and we have not created a replacement, then we will have dead-ended ourselves, spending the rest of our species’ lifespan trapped on a planet of dead and rusting hulks.
    There is fusion power to look at, and of course, the outer gas giant planets have all the hydrocarbons we could ever need. True, we cannot get those hydrocarbpns here easily, just as it would have been impossible to transport vast amounts of oil and gas across the oceans in Columbus’ time. But we know mining the outer planets is possible; it is just a matter of scale to get it done, and the political leadership wise enough to invest in that future starting now.

    Peak oil is a scam designed to create artificial scarcity and jack up prices while giving the state an excuse to invade our lives and order us to sacrifice our hard-earned living standards.
    Publicly available CFR and Club of Rome strategy manuals from 30 years ago say that a global government needs to control the world population through neo-feudalism by creating artificial scarcity. Now that the social architects have de-industrialized the United States, they are going to blame our economic disintegration on lack of energy supplies.
    Globalization is all about consolidation. Now that the world economy has become so centralized through the Globalists operations, they are going to continue to consolidate and blame it on the West’s « evil » overconsumption of fossil fuels, while at the same time blocking the development and integration of renewable clean technologies.
    In other words, Peak oil is a scam to create artificial scarcity and drive prices up. Meanwhile, alternative fuel technologies which have been around for decades are intentionally suppressed.
    Peak oil is a theory advanced by the elite, by the oil industry, by the very people that you would think peak oil would harm, unless it was a cover for another agenda. Which from the evidence of artificial scarcity being deliberately created, the reasons for doing so and who benefits, it’s clear that peak oil is a myth and it should be exposed for what it is. Another excuse for the Globalists to seize more control over our lives and sacrifice more American sovereignty in the meantime.

    Scientists find evidence of hydrocarbons in Earth’s upper mantle

    In a new research, scientists have found for the first time that ethane and heavier hydrocarbons can be synthesised under the pressure-temperature conditions of the upper mantle of the Earth.
    The research was conducted by scientists at the Carnegie Institution’s Geophysical Laboratory, with colleagues from Russia and Sweden.

  33. Claudius

    Bien humblement, je viens mettre mon grain de sel dans ce sujet pointu. Jusqu’à il y a quelques jours, j’étais encore convaincu que les voitures émettaient bien des polluants, mais essentiellement du monoxyde de carbone. C’est commode pour le gouvernement de pointer le CO2 comme la source de tous les maux quand ton industrie à moteur n’émet que du CO… Ça aurait été trop drôle de disculper tout ce beau monde parce que le monoxyde de carbone, ce n’est pas du CO2. Un bon avocat qui fait de l’esprit de bottine aurait pu facilement défendre ce point et gagner !

    Sur Wikipedia, il y a beaucoup de textes, sur les gaz de combustion. Ça dit entre autre que les voitures émettent du CO2. Je croyais pourtant que les humains rejettaient plus de CO2 par la bouche que les voitures par le muffler… Le monoxyde de carbone est émis par la voiture lors d’une combustion incomplète seulement. dans le genre, trop de gaz mal brulé dans l’accélération, ou bien une voiture dans un garage fermé qui ne trouve plus assez d’oxygène dans l’air restreint pour brûler le gaz adéquatement. Le CO2 aussi a une part de toxicité. Ça dépend toujours de sa concentration. Pur, ce gaz est évidemment mortel. On a besoin d’oxygène pour vivre quelque part., mais le monoxyde de carbone a une bien plus mauvaise réputation que le dioxyde de carbone. Il ne faut pas non plus oublier le monoxyde d’azote venant aussi des gaz d’échappement.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dioxyde_de_carbone
    voir le passage sur la toxicité. Ça remet les pendules à l’heure.

    En fin de compte, je retiens une chose. Nous émettons du CO2 via notre système respiratoire. Si le gouvernement américain vient officiellement qu’à désigner le CO2 comme gaz dangereux, alors nous seront tous dans la ligne de mire du gouvernement et nous seront alors tous considéré comme une cause du problème. Par conséquent, le gouvernement pourrait avoir la brillante idée de taxer la vie humaine parce que l’on émet du CO2…
    Imaginez une taxe que les riches pourraient payer et non les pauvres… Ainsi les pauvres seraient pointés du doigt. Belle façon de criminaliser tous et chacun pour tout et pour rien ! Cette approche répressive serait commode pour l’élite qui croit qu’il y a trop de monde sur Terre… Les JP Morgan et Henry Ford de ce monde d’aujourd’hui ne jurent que par le pétrole, maintenant et toujours. Et nos ‘bons’ gouvernements viennent qu’à nous reprocher d’utiliser le pétrole pour faire rouler nos voitures ??? Si au moins on avait le choix entre l’énergie libre ou le pétrole, mais il y a monopole sciemment entretenu. Alors pourquoi blâmer la population pour les inconvénients du pétrole ?

    Je relance une fois de plus le texte de la voiture à énergie libre de Nikola Tesla qui en 1931 avait mis au point une voiture à énergie libre, mais l’industrie du pétrole n’aurait pas su quoi en faire… Les républiques qui mettent à l’honneur la LIBERTÉ dans leur constitution, devraient se réjouir de l’usage de l’énergie LIBRE par tous et chacun, à moins qu’il ne persiste un vieux fond d’esclavage économique dans nos sociétés libres ???

    http://neo-free.forumpicardie.com/sujets-divers-f17/la-voiture-a-energie-libre-de-nikola-tesla-t78.htm

    La bourse du carbone de Al Gore en prendrait pour son rhume !!!

    Bonne réflexion !

  34. Sun Tzu

    @ Iota, Claudius, Terez, François

    Je n’affirmerai rien içi, nous savons tous que nous ne pouvons rien savoir en matière de pétrole depuis les années 70.
    Depuis 1970 régulièrement on nous annonce des pénuries et on augmente le prix du baril, ensuite on baisse un peu les prix car il n’y a pas de pénurie mais là personne ne demande de justificatifs, ni n’accuse les pétroliers d’ententes illicites sur les marchés….

    Pourtant il y a bien entente illicite de toute évidence, cela fait 40 ans qu’on nous prend pour des imbéciles en ce qui concerne le pétrole, je ne vois pas pourquoi ces « gens » seraient devenus honnêtes et fiables.

    Tout le monde gagne du fric à nous prendre pour des imbéciles depuis si longtemps, les compagnies pétrolières qui sont un lobby à cheval entre le business et entre la géopolitique mais aussi nos états qui taxent le pétrole proportionnellement à son prix.

    Est-ce que 40 ans de mensonges (sans preuves ) accréditent la fin du pétrole ?
    Il est très aisé pour les compagnies pétrolières de « retourner leur veste », il leur suffit de déclarer qu’elles ont trouvé un gisement de pétrole providentiel et le tour est joué !

    Croire en la fin ou non du pétrole n’est qu’une question de foi, la foi en la parole de lobbys qui nous mentent et nous manipulent depuis 40 ans avec la complicité de nos états qui sont partie prenante dans les prix du pétrole.
    ——

    Je ne sais que croire, en revanche j’ai une certitude : Si le pétrole devait manquer d’içi 50 ou 100 ans, aucun citoyen n’aurait le droit d’en utiliser une seule goutte .

    Pensez-donc, sans pétrole la défense nationale serait à genoux, aucun matériaux composite ou plastic ne pourrait être produit, nombre de médicaments disparaitraient, le gaz disparaitrait également etc…

    Je vous invite à regarder dans votre maison et réfléchir à tout ce qui est fabriqué avec du pétrole, de votre tube de dentifrice en passant par la pompe de votre vaporisateur de parfum puis par la moquette, la peinture, les médicaments, les revêtements de vos meubles, les graisses, les colles, les médicaments, vos PC, vos prothèses médicales, certains engrais et pesticides etc…

    Une fois passé une journée à notre tout ce qu’il y a chez-vous fabriqué avec du pétrole, pensez-vous que s’il venait à manquer dans les 100 prochaines années on vous laisserai en utiliser autant au détriment de ce qui est vital ? (défense nationale, services d’urgence, médecine)

    La réponse est tout simplement NON !

    Je vous laisse faire l’inventaire de ce que vous possédez et qui inclus du pétrole, pour aller plus loin bien des objets « sans pétrole » nécessitent à un moment ou un autre du pétrole dans leur procédé de fabrication …

    La nouvelle mode écologique n’est qu’une simple contre-attaque économique envers les pays émergents .
    L’écologie n’est qu’une façon de changer les règles de l’économie sans déclencher un conflit mondial.
    En effet, sans le prétexte écologique nous ne pourrions pas dire aux pays émergents de ne pas produire de la même façon que nous l’avons fait depuis la révolution industrielle .

    La fin du pétrole est une arnaque qui ne fait que de se répéter régulièrement, le plus comique pour les exploitants pétroliers c’est que nous sommes assez crétins pour que nous continuions à les croire malgré leurs mensonges répétés .

    Le système spéculatif bancaire et le pétrole sont des systèmes d’escroquerie institutionnalisées au niveau mondial, la meilleure preuve que saine concurrence et auto-régulation d’un vertueux marché n’existent pas .

  35. Simon Lefebvre

    Je n’ai pas tout lu (beaucoup trop de contenu) mais j’aimerais seulement ajouter:

    Une chose est certaine: l’armée bombarde la quasi-totalité des villes et villages du monde avec les chemtrails.

    Vous savez, ces trainées blanchâtres qui sortent des avions et qui deviennent ensuite parfois un nuage?

    Eh bien ces chemtrails sont remplis de barium, de mercure, d’aluminium, et de virus de toutes sortes.

    Ces métaux lourds ont pour effet de provoquer un réchauffement climatique généralisé sur la planète.

    Personnelement, je suis persuadé que ça arrange beaucoup les gouvernements de pouvoir dire qu’il existe bel et bien un réchauffement climatique. Ainsi, ils peuvent se réunir comme à Copenhague et créer de nouveaux règlements pour nous limiter.

    Un jour, ils délocaliserons des villes complètes afin de globaliser les populations pour mieux les contrôler!

    Le sceptisisme est bon, mais quand il s’agit des illuminati et du nouvel ordre mondial, moi je ne doute plus; je sais.

  36. iota

    @ François

    Étant investisseur à la bourse, je suis le marché quotidiennement. Durant la période ou le baril a monté en flèche par des spéculations douteuses, je me souviens qu’il n’était jamais mention de la production de pétrole, le peak oil n’était pas en cause. Il y avait toujours un excuse pour expliquer la hausse (bris d’une raffinerie, baisse du dollars US, baisse des stocks… etc) Le Peak oil n’était pas dans l’équation et les prix ont tout de même monté en flèche. Je ne crois pas que l’élite financière à besoin d’inventer cette théorie pour manipuler les marchés. Dans le milieu, le mot d’ordre est d’être toujours optimiste, encourager l’investissement et faire croire que l’on pourra toujours continuer « business as usual » sans se soucier du lendemain. La vision de la bourse est sur un horizon de quelques mois seulement. Plus tard, c’est plus tard qu’on y voit… Si on annonçait officiellement la fin prochaine du pétrole bon marché et un prochain déséquilibre de l’offre et la demande, qui voudrait investir dans ce secteur sachant qu’il est à l’agonie? Exxon Valdez, BP, Total et les autres ne veulent surtout pas perdre la confiance de ses investisseurs.

    Ceux qui m’ont le plus influencé dans la matière sont les principaux chef de file du Peak oil, Matthews Simmons, Richard Heinberg, Colin Campbell, David Strahan (dont j’ai lu le livre) « the last oil shock »

    On peut y voir qu’il y a déjà 60 pays dont la production à atteint un sommet dans le passé qui n’a jamais été dépassé par la suite. Si le peak oil a eu lieu dans ces 60 pays, pourquoi il n’y aurait pas un peak oil mondial bientôt?
    http://www.lastoilshock.com/map.html

    Il y a eu beaucoup de prévisions alarmistes qui n’ont pas eu lieu et cela mine la crédibilité. On devient tous fatigué de cela. Par contre, il ne faut pas s’illusionner que l’on pourra continuer toujours ainsi. La population est passé de un a 7 milliards en un moins de 200 ans grâce à l’énergie spectaculaire que nous donne le pétrole. Est-ce que l’on pourra soutenir 10 milliards de personnes dans quelques années alors que la production risque de baisser si les « peakistes » ont raisons

    Les réserves réels de pétroles nous sont cachés par les gouvernements et les chiffres sont manipulés de façon grossière et non subtil. L’Arabie Saoudite déclare toujours les mêmes quantité de réserve, comme si elle découvrait par magie chaque année exactement le même nombre qu’elle produit! L’Irak à doublé ses réserves en 1988 sans déclarer de découvertes!

    Je n’ai pas beaucoup étudié sur le pétrole abiotique et les découvertes soit disant gigantesque. Selon votre source, l’auteur avoue ne pas bien connaître le pétrole abiotique. Je vais faire mes devoirs et ajuster mon opinion au besoin. Je vous invite à en faire de même pour que vous entretenez votre doute. Souvenez-vous de Descartes et son doute!

    Pour terminer, l’armé américaine nous prévient que l’on aura un manque de production de 10 millions par années d’ici 2015. Gardons le doute!
    http://www.guardian.co.uk/business/2010/apr/11/peak-oil-production-suppl

  37. Je garde toujours un doute, bien sur. Comme je vous disais, il y a dix ans, je pensais réellement que le peak oil était réel, mais après ces dix ans de recherches et lectures, je n’en suis vraiment pas si certain. Il est difficile de savoir l’absolue vérité, surtout dans ce dossier. Alors je reste ouvert à tout.

    Mais dans tous les cas, je ne pense pas que nous allons manquer de pétrole d’ici peu, d’où mon désarrois, car j’aimerais bien qu’on se tourne vers une autre source d’énergie que le pétrole!

    Regardez encore un fois ce qui se passe dans le Golfe du Mexique avec le déversement de pétrole, c’est une honte, une catastrophe et c’est complètement inutile.

  38. Regardez encore un fois ce qui se passe dans le Golfe du Mexique avec le déversement de pétrole, c’est une honte, une catastrophe et c’est complètement inutile

    Pas inutile quand tu as parié à la Bourse :
    « Goldman Sachs, the banking giant admitted today that it made « a substantial financial bet against the Gulf of Mexico » one day before the sinking of an oil rig in that body of water. »

    http://www.huffingtonpost.com/andy-borowitz/goldman-sachs-reveals-it_b_558774.html

  39. Incroyable, il est temps de les pendre tous.

  40. iota

    pour se décourager juste un peu plus…

    L’action de BP a déjà remonté depuis son creux de lundi dernier. Elle n’a subit qu’une petite correction d’à peine 15% et déjà l’action reprend tranquillement ce qu’elle à perdu. La fuite des capitaux semble déjà colmaté. Il y a eu plus d’un million de titres vendus hier…

    Morale de l’histoire: Tu peux polluer autant que tu veux mon vieux, les acheteurs ne regarde que ton bottom line…

  41. iota

    Tout comme la majorité du monde, j’ai cru au changement climatique induit par l’homme. Plus tard, j’ai eu de l’information indiquant que le système solaire se réchauffait et j’ai réalisé l’importance du soleil dans les changements climatiques. J’ai découvert dernièrement grâce a l’astrophysicien Dr Paul La Violette que le climat est aussi régit par notre galaxie et plus précisément par le centre de notre galaxie qui émet des tempêtes galactiques de rayons cosmiques. Par l’analyse récente des carottes glacière, il peut mesurer dans les isotopes radioactif les concentrations de rayons cosmiques depuis très longtemps (au minimum jusqu’à 500 000 ans) Il s’est aperçu qu’il y a eu des variations importantes de rayons cosmiques par cycle qui correspondent assez précisément aux différentes périodes glacière connues. Il y a donc une corrélation d’établi entre l’intensité des rayons cosmiques et le climat. Henrik Svensmark à fait d’ailleurs beaucoup de recherche à
    ce niveau. Il a établit un lien entre la formation de nuage a basse altitude et les rayons cosmiques. Ces nuages renvoient les rayons du soleil dans l’espace et refroidit notre climat. Les rayons cosmiques voyagent à la vitesse de la lumière et sont des particules (protons en majorité) produit par l’explosion d’étoiles lointaines. Mais les tempêtes galactiques de grand importance, celle qui ont provoqué les période glacières, proviennent selon La Violette du centre de la galaxie.

    Pour revenir a Dr Paul Laviolette, il nous avertit que plusieurs signe lui indique qu’un violente tempête galactique pourrait se produire dans un avenir rapproché (90% de chance d’ici 400 ans) ce qui est du court terme à l’échelle astronomique!


    documenaire : the cloud mystery


    entrevue avec Dr Paul Laviolette

    A voir quand vous aurez du temps, c’est long!
    Très instructif car il y a très peu de personnes à son niveau. Par contre, il n’est pas très sexy, parle sur un ton monocorde, la production est sans budget mais les questions et réponses sont très intéressantes pour qui veut bien mettre l’effort de comprendre.

    Bref, les changements climatiques ont déjà été beaucoup plus dramatiques dans le passé durant des périodes ou nous étions même pas là!

  42. Voilà la piste la plus intéressante sur laquelle je suis également tombé depuis quelques années, Iota. Et elle fait beaucoup de sens que le CO2!

    Merci de venir nous partager ces liens, et je conseille à tous de prendre le temps de les explorer!

  43. Akheraphin

    Tout d’abord laisser moi vous féliciter, l’auteur du blog et la communauté des commentateurs !
    J’ai déjà parcourus pas mal de site traitant de la question climatique, et j’ai rarement, voir jamais été confronté à une approche aussi sereine et constructive, chacun apportant sa pierre à l’édifice et éclairant le lecteur.

    Par contre ma contribution serra moindre, étant donné que je voulais surtout faire cette remarque préliminaire.
    Voici quand même deux liens :
    http://joannenova.com.au/globalwarming/skeptics-handbook-ii/the_skeptics_handbook_II-sml.pdf
    http://www.pensee-unique.fr/index.html
    Le premier lien pointe vers un second ouvrage de Joanne Nova : La Tyrannie climatique en veut à votre argent.
    Et le second pointe vers un site qui me semble le plus complet sur la question (on y parle nottament de l’activité solaire comme cause probable du climat). Mais le site est vraiment titanesque, je n’ai pas encore eu le temps d’en faire le tour.

    En espérant ne pas avoir terni cette magnifique discussion. Bonne continuation à tous !

  44. @Akheraphin

    Nous avons la chance d’avoir les meilleurs lecteurs et commentateurs de la blogosphère québécoise, et je n’exagère même pas!

    Vous n’avez en rien terni cette discussion, en fait, vous l’avez honoré! Merci pour votre commentaire et ces précieux liens.

  45. Oh! Il fait froid partout! Ça doit être dû au réchauffement climatique et le CO2 et tout le tralala!

    Children perish in Peru big freeze

    Children aged under five have made up most of the hundreds of victims of a severe snap of cold weather sweeping southern Peru.

    So far this year at least 409 people have died of pneumonia and illnesses triggered by the cold weather.

    Cold Wave Kills 6 Million Fish in Eastern Bolivia

    Authorities in the eastern Bolivian province of Santa Cruz declared an alert following the death of 6 million fish from the unusually cold weather gripping the country in recent weeks.

    Record snow fall for Mount Hotham

    Mount Hotham has recorded its highest August snowfalls in almost a decade.

    Up To 45cm Fresh August Snow In 24 Hours on Swiss Glaciers

    Saas Fee has reported half-a-metre of fresh powder falling on its glacier in the past few days and neighbouring resorts Zermatt and, over in Italy, Cervinia, have also seen big snowfalls setting off Skiinfo powder alarms.

    Adelaide’s coldest winter in 13 years

    A 20-degree day is finally in sight for Adelaide, whose residents are enduring their coldest winter in 13 years, according to weatherzone.com.au.

    Early snowfalls arrive in Xinjiang

    The start of winter might be several months away, but northwest China’s Xinjiang Uygur Autonomous Region has already experienced its first early snowfall of the year, with up to 10 centimeters falling across the region.

    Birmingham suffers coldest August in 23 years

    BIRMINGHAM was the centre of the coldest August for more than 23 years, it has emerged.

    Hot it was not… farewell to coldest August for 17 years

    It should have been the height of summer, but was notable only for its low temperatures.

    The UK has just endured its coldest August for 17 years, which was marked, say forecasters, by a complete absence of ‘hot days’.

    Huge Snowfalls in New Zealand

    It may be coming to the end of the southern hemisphere’s ski season but most of the country’s resorts are in the middle of by far the biggest storm cycle of the winter.

    Big September Snowfalls in Canada

    Canada‘s most elevated ski area, Jasper’s Marmot Basin in Alberta, received over 10 cm of snow on 20th September with considerably more accumulation at higher elevations.

    Heavy snow across the world

    New Zealand has been hit by extreme weather and though it has led to big problems for many people the ski resorts have had more snow.

    Record low temp tied

    It was so cold at the Santa Monica Pier Monday that the temperature tied a record low of 55 degrees, according to the National Weather Service.

    The old record was set in 1949.

    Record low temperatures for the day were tied at other coastal locations in Los Angeles, Orange and San Diego counties.

    The temperature hit a low of 66 in Newport Beach, which tied a record set in 1934. At Oceanside Harbor, the temperature was also 66, tying a record set in 1953, according to the weather service.

    ‘Global climate disruption’

    Record Lows – 2010

    Record Low Temperatures in the United States

    Southern California’s summer to end with a chill: It was the coldest in decades

    Farewell summer, we hardly knew ye!

    The last day of summer is Wednesday, but meteorologists say the season barely bothered to show up in the region this year. So cooler fall will make an almost noiseless entrance Thursday, hardly indistinguishable from the summer Southern Californians just experienced.

    “Summer played hooky on us. It never really showed up,” said Bill Patzert, a climatologist for the Jet Propulsion Laboratory in La Canada Flintridge. “We leaped from spring to fall.”

    Webmaster’s Commentary:

    « Look, just because it was cold in London, New York, Hong Kong, Paris, Singapore, Tokyo, Sydney, Milan, Shanghai, Beijing, Madrid, Moscow, Seoul, Toronto, Brussels, Buenos Aires, Mumbai, Kuala Lumpur, Chicago, Warsaw, São Paulo, Zürich, Amsterdam, Mexico City, Jakarta, Dublin, Bangkok, Taipei, Istanbul, Rome, Lisbon, Frankfurt am Main, Stockholm, Prague, Vienna, Budapest, Athens, Caracas, Los Angeles, Auckland, Santiago, Washington, Melbourne, Johannesburg, Atlanta, Barcelona, San Francisco, Manila, Bogotá, Tel Aviv, New Delhi, Dubai, Bucharest, Oslo, Berlin, Helsinki, Geneva, Copenhagen, Riyadh, Hamburg, Cairo, Luxembourg, Bangalore, Dallas, Kuwait City, Boston, Munich, Jeddah, Miami, Lima, Kiev, Houston, Guangzhou, Beirut, Karachi, Düsseldorf, Sofia, Montevideo, Nicosia, Rio de Janeiro, Ho Chi Minh City, Montreal, Nairobi, Bratislava, Panama City, Chennai, Brisbane, Casablanca, Denver, Quito, Stuttgart, Vancouver, Zagreb, Manama, Guatemala City, Cape Town, San José, Minneapolis, Santo Domingo, Seattle, Ljubljana, Shenzhen, Perth, Kolkata, Guadalajara, Antwerp, Philadelphia, Rotterdam, Amman, Portland, Lagos, Detroit, Manchester, Wellington, Riga, Guayaquil, Edinburgh, Porto, San Salvador, St. Petersburg, Tallinn, Port Louis, San Diego, Islamabad, Birmingham, Doha, Calgary, Almaty, and Columbus doesn’t mean anything, Those were just regional variations! That’s it, regional variations! Yeah, yeah. Sure, sure! Regional variations! We have this here graph we made up at huge expense PROVING the Earth is getting warmer, you are to blame, and you MUST atone by paying us a carbon tax! » — Official White Horse Souse

    First snowmen of the season spotted as surprise cold snap sweeps across Britain

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-1315636/First-snowmen-2010-spotted-shivering-Scotland.html

    Britain has received its first autumn snowfalls for the year as a surprise cold snap sent millions reaching for the central heating controls this weekend.

    Summer made a particularly swift exit from the Highlands as the first sprinklings of snow paid an early visit to the north of Scotland.

    The last time Britain saw a September cold snap as severe as this current one was in 2003, when much of northern England was below freezing.

    Stadium lies in ruins after record snow caves in roof

    Television New Zealand

    « We’ve never had a snow fall this big before, in our history. We’ve been going ten years and unfortunately in this instant it just hasn’t been able to sustain it.

    Awful August: A Record-Breaking Cold Month

    Last month was the coldest August for 17 years, with a complete absence of « hot days », weather experts have said.

    ‘Global climate disruption’

    Record cold, wet month in central Australia

    MUCH of central Australia, including Uluru, is in the midst of its coldest and wettest Septembers on record.

    This week has been particularly cold and wet.

    Rain on Wednesday brought 20 millimetres to Uluru and kept the temperature below 13 degrees all day, making it the coldest September day on record. It’s more than four degrees colder than the previous record, set a little over a week ago.

    ‘Global climate disruption’

    Calgarians make the best of it as snow – yes, snow – clouds forecast

    Fewer than 10 days remain in summer, and most Calgarians have been left wondering if it ever really began.

    One year ago Thursday, the temperature soared to just over a blistering hot 30 C.

    On the same day this year, meteorologists are forecasting a high of 5 C and a chance of snow.

    Frost is a possibility later this week, snow could fall as early as Thursday and more probably on Sunday.

    Monster cold snap hits state

    STRONG winds, heavy snow and record cold resulted in blackouts and road closures across the state yesterday.

    Snowfall was reported in several areas and weather bureau records indicated it was the coldest September day Hobart had experienced since 1985.

    Gusting winds brought down trees and spread debris, affecting traffic and power lines statewide.

    More than 12,000 Tasmanians experienced interruptions to their power as a result of the weather chaos.

    Global Cooling and the New World Order

    The 58th Bilderberg Meeting will be held in Sitges, Spain 3 – 6 June 2010. The Conference will deal mainly with Financial Reform, Security, Cyber Technology, Energy, Pakistan, Afghanistan, World Food Problem, Global Cooling, Social Networking, Medical Science, EU-US relations.

    Yep, that’s right. Global Cooling.

    Which means one of two things.

    Either it was a printing error.

    Or the global elite is perfectly well aware that global cooling represents a far more serious and imminent threat to the world than global warming, but is so far unwilling to admit it except behind closed doors.

  46. La communauté de scientifiques qui ne sont pas d’accord avec la supposée science climatique en carton qui annonce la catastrophe par le réchauffement climatique supposément causé par l’homme devient de plus en plus large et incontournable:

    Hal Lewis: My Resignation From The American Physical Society – an important moment in science history

    In the interim the ClimateGate scandal broke into the news, and the machinations of the principal alarmists were revealed to the world. It was a fraud on a scale I have never seen, and I lack the words to describe its enormity. Effect on the APS position: none. None at all. This is not science; other forces are at work.- Hal Lewis

    800 Peer-Reviewed Papers Supporting Skepticism of « Man-Made » Global Warming (AGW) Alarm

    The following papers support skepticism of AGW or the negative environmental or economic effects of AGW. Addendums, comments, corrections, erratum, replies, responses and submitted papers are not included in the peer-reviewed paper count. These are included as references in defense of various papers. There are many more listings than just the 800 papers. This list will be updated and corrected as necessary.

  47. 800 raisons de se poser des questions sur la théorie du réchauffement climatique causé par l’homme et le CO2. Il n’existe pas de consensus! – 800 reasons to question Global Warming http://www.msnbc.msn.com/id/39732691/ns/local_news-cleveland_oh/ « The science is settled! » That’s the slogan used by the pro-Global Warming crowd. but is it really? Below is a list of 800 papers by respected and awarded scientists that question or contradict the Man-Made Global Warming Theory (AGW). The science is NOT settled… This list was compiled by Andrew over at PopularTechnology.net. This is worth sifting through! A 2000-year global temperature reconstruction based on non-treering proxies (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Numbers 7-8, pp. 1049-1058, December 2007) – Craig Loehle – Correction to: A 2000-Year Global Temperature Reconstruction Based on Non-Tree Ring Proxies (PDF) (Energy & Environment, Volume 19, Number 1, pp. 93-100, January 2008) – Craig Loehle, J. Huston McCulloch « The corrected estimates are very similar to the original results, showing quite coherent peaks. … The corrected data continue to show the Medieval Warm Period (MWP) and Little Ice Age (LIA) quite clearly. … While instrumental data are not strictly comparable, the rise in 29 year-smoothed global data from NASA GISS from 1935 to 1992 (with data from 1978 to 2006) is 0.34 Deg C. Even adding this rise to the 1935 reconstructed value, the MWP peak remains 0.07 Deg C above the end of the 20th Century values » – Reply To: Comments on Loehle, « correction To: A 2000-Year Global Temperature Reconstruction Based on Non-Tree Ring Proxies » (Energy & Environment, Volume 19, Number 5, pp. 775-776, September 2008) – Craig Loehle A Climate of Doubt about Global Warming (Environmental Geosciences, Volume 7, Issue 4, December 2000) – Robert C. Balling Jr. A comparison of tropical temperature trends with model predictions (PDF) (International Journal of Climatology, Volume 28, Issue 13, pp. 1693-1701, December 2007) – David H. Douglass, John R. Christy, Benjamin D. Pearson, S. Fred Singer advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info – Addendum to A comparison of tropical temperature trends with model Predictions (PDF) (Submitted to the International Journal of Climatology, 2007) – David H. Douglass, John R. Christy, Benjamin D. Pearson, S. Fred Singer – An updated comparison of model ensemble and observed temperature trends in the tropical troposphere (PDF) (Submitted to the International Journal of Climatology, 2009) – Stephen McIntyre, Ross McKitrick A Critical Appraisal of the Global Warming Debate (New Zealand Geographer, Volume 50, Issue 1, pp. 30-32, 1994) – C.R. de Freitas A critical review of the hypothesis that climate change is caused by carbon dioxide (Energy & Environment, Volume 11, Number 6, pp. 631-638, November 2000) – Heinz Hug A dissenting view on global climate change (The Electricity Journal, Volume 6, Issue 6, pp. 62-69, July 1993) – Henry R. Linden A natural constraint to anthropogenic global warming (Energy & Environment, Volume 21, Number 4, pp. 225-236, August 2010) – William Kininmonth A new dynamical mechanism for major climate shifts (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 34, Issue 13, July 2007) – Anastasios A. Tsonis et al. A null hypothesis for CO2 (PDF) (Energy & Environment, Volume 21, Number 4, pp. 171-200, August 2010) – Roy Clark A sceptical view of climate change and water resources planning (Irrigation and Drainage, Volume 50, Issue 3, pp. 221-226, July 2001) – Geoff Kite A Surfeit of Cycles (PDF) (Energy & Environment, Volume 20, Number 6, pp. 985-996, October 2009) – William M. Schaffer A test of corrections for extraneous signals in gridded surface temperature data (PDF) (Climate Research, Volume 26, Number 2, pp. 159-173, May 2004) – Ross McKitrick, Patrick J. Michaels – Are temperature trends affected by economic activity? Reply to Benestad (2004) (PDF) (Climate Research, Volume 27, Number 2, pp. 175–176, October 2004) – Ross McKitrick, Patrick J. Michaels advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info – A test of corrections for extraneous signals in gridded surface temperature data: Erratum (PDF) (Climate Research, Volume 27, Number 3, pp. 265-268, December 2004) – Ross McKitrick, Patrick J. Michaels Altitude dependence of atmospheric temperature trends: Climate models versus observation (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 31, Issue 13, July 2004) – David H. Douglass, Benjamin D. Pearson, S. Fred Singer An Alternative Explanation for Differential Temperature Trends at the Surface and in the Lower Troposphere (PDF) (Journal of Geophysical Research, Volume 114, November 2009) – Philip J. Klotzbach, Roger A. Pielke Sr., Roger A. Pielke Jr., John R. Christy, Richard T. McNider – Correction to « An alternative explanation for differential temperature trends at the surface and in the lower troposphere » (PDF) (Journal of Geophysical Research, Volume 14, January 2010) – Philip J. Klotzbach, Roger A. Pielke Sr., Roger A. Pielke Jr., John R. Christy, Richard T. McNider An Alternative View of Climate Change for Steelmakers (PDF) (Iron & Steel Technology, Volume 5, Number 7, pp. 87-98, July 2008) – John Stubbles An assessment of validation experiments conducted on computer models of global climate using the general circulation model of the UK’s Hadley Centre (Energy & Environment, Volume 10, Number 5, pp. 491-502, September 1999) – Richard S. Courtney An empirical evaluation of earth’s surface air temperature response to radiative forcing, including feedback, as applied to the CO2-climate problem (Meteorology and Atmospheric Physics, Volume 34, Numbers 1-2, pp. 1-19, March, 1984) – Sherwood B. Idso An upper limit to global surface air temperature (Meteorology and Atmospheric Physics, Volume 34, Number 2, pp. 141-144, June 1985) – Sherwood B. Idso An upper limit to the greenhouse effect of Earth’s atmosphere (Theoretical and Applied Climatology, Volume 40, Number 3, pp. 171-174, September 1989) – Sherwood B. Idso Analysing Hydrometeorological Time Series for Evidence of Climatic Change (PDF) (Nordic Hydrology, Volume 24, Number 2-3, pp. 135–150, 1993) – Geoff Kite Analysis of trends in the variability of daily and monthly historical temperature measurements (PDF) (Climate Research, Volume 10, Number 1, pp. 27-33, April 1998) – Patrick J. Michaels, Robert C. Balling Jr, Russell S. Vose, Paul C. Knappenberger Ancient atmosphere- Validity of ice records (Environmental Science and Pollution Research, Volume 1, Number 3, September 1994) – Zbigniew Jaworowski advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Ancient atmospheric C02 pressures inferred from natural goethites (Nature, Volume 355, Number 6385, pp. 342-344, January 1992) – J. Crayton Yapp, Harald Poths Anthropogenic Warming in North Alaska? (Journal of Climate, Volume 1, Issue 9, pp. 942–945, September 1988) – Patrick J. Michaels et al. Are Climate Model Projections Reliable Enough For Climate Policy? (PDF) (Energy & Environment, Volume 15, Number 3, pp. 521-525, July 2004) – Madhav L. Khandekar Are observed changes in the concentration of carbon dioxide in the atmosphere really dangerous? (PDF) (Bulletin of Canadian Petroleum Geology, Volume 50, Number 2, pp. 297-327, June 2002) – C. R. de Freitas Are there connections between the Earth’s magnetic field and climate? (PDF) (Earth and Planetary Science Letters, Volume 253, Issues 3-4, pp. 328-339, January 2007) – Vincent Courtillot et al. – Response to comment on « Are there connections between Earth’s magnetic field and climate?, Earth Planet. Sci. Lett., 253, 328–339, 2007 » by Bard, E., and Delaygue, M., Earth Planet. Sci. Lett., in press, 2007 (PDF) (Earth and Planetary Science Letters, Volume 265, Issues 1-2, pp. 308-311, January 2008) – Vincent Courtillot et al. Atmospheric Oscillations do not Explain the Temperature-Industrialization Correlation (PDF) (Statistics, Politics, and Policy, Volume 1, Issue 1, July 2010) – Ross McKitrick Atmospheric CO2 and global warming: a critical review (PDF) (Norwegian Polar Institute Letters, Volume 119, May 1992) – Zbigniew Jaworowski, Tom V. Segalstad, V. Hisdal Atmospheric CO2 residence time and the carbon cycle (Energy, Volume 18, Issue 12, pp. 1297-1310, December 1993) – Chauncey Starr Can increasing carbon dioxide cause climate change? (PDF) (Proceedings of the National Academy of Sciences, Volume 94, pp. 8335-8342, August 1997) – Richard S. Lindzen Carbon dioxide and climate in the Vostok ice core (Atmospheric Environment, Volume 22, Issue 10, pp. 2341-2342, 1988) – Sherwood B Idso Carbon Dioxide and Climate: Is There a Greenhouse in Our Future? (The Quarterly Review of Biology, Volume 59, Number 3, pp. 291-294, September 1984) – Sherwood B. Idso advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Carbon Dioxide and Global Temperature: What the Data Show (Journal of Environmental Quality, Volume 12, Number 2, pp. 159-163, 1983) – Sherwood B. Idso Carbon dioxide and the fate of Earth (Global Environmental Change, Volume 1, Number 3, pp. 178-182, 1991) – Sherwood B. Idso Carbon dioxide forcing alone insufficient to explain Palaeocene–Eocene Thermal Maximum warming (PDF) (Nature Geoscience, Volume 2, Number 8, pp. 576-580, July 2009) – Richard E. Zeebe et al. « If the temperature reconstructions are correct, then …forcings other than atmospheric CO2 caused a major portion of the PETM warming. » Case for Carbon Dioxide (Journal of Environmental Sciences, Volume 27, Number 3, pp. 19-22, May/June 1984) – Sherwood B. Idso Changes in Snowfall in the Southern Sierra Nevada of California Since 1916 (PDF) (Energy & Environment, Volume 21, Number 3, pp. 233-234, July 2010) – John R. Christy, Justin J. Hnilo Climate as a Result of the Earth Heat Reflection (PDF) (Latvian Journal of Physics and Technical Sciences, Volume 46, Number 2, pp. 29-40, May 2009) – J. Barkns, D. alost«ba Climate Change – A Natural Hazard (PDF) (Energy & Environment, Volume 14, Numbers 2-3, pp. 215-232, May 2003) – William Kininmonth Climate Change and Its Causes, A Discussion About Some Key Issues (PDF) (La Chimica e l’Industria, Volume 1, pp. 70-75, 2010) – Nicola Scafetta Climate Change and the Earth’s Magnetic Poles, A Possible Connection (PDF) (Energy & Environment, Volume 20, Numbers 1-2, pp. 75-83, January 2009) – Adrian K. Kerton Climate change: Conflict of observational science, theory, and politics (PDF) (AAPG Bulletin, Volume 88, Number 9, pp. 1211-1220, September 2004) – Lee C. Gerhard – Climate change: Conflict of observational science, theory, and politics: Reply (AAPG Bulletin, Volume 90, Number 3, pp. 409-412, March 2006) – Lee C. Gerhard advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Climate change: detection and attribution of trends from long-term geologic data (Ecological Modelling, Volume 171, Issue 4, pp. 433-450, February 2004) – Craig Loehle Climate-change effect on Lake Tanganyika? (PDF) (Nature, Volume 430, Number 6997, July 2004) – Willis W. Eschenbach Climate change in the Arctic and its empirical diagnostics (Energy & Environment, Volume 10, Number 5, pp. 469-482, September 1999) – V.V. Adamenko, K.Y. Kondratyev, C.A. Varotsos Climate Change is Nothing New! (PDF) (New Concepts In Global Tectonics, Number 42, March 2007) – Lance Endersbee Climate change projections lack reality check (Weather, Volume 61, Issue 7, pp. 212, December 2006) – Madhav L. Khandekar Climate Change Reexamined (PDF) (Journal of Scientific Exploration, Volume 21, Number 4, pp. 723–749, 2007) – Joel M. Kauffman Climate Change: The Need to Consider Human Forcings Besides Greenhouse Gases (PDF) (Eos, Transactions American Geophysical Union, Volume 90, Number 45, pp. 413, November 2009) – Roger Pielke Sr. et al. Climate Change — What Does the Research Mean? (Chemical Engineering Progress. Volume 105, Number 6, pp. 20-25, June 2009) – Michael J. Economides, Xie Xina Climate Chaotic Instability: Statistical Determination and Theoretical Background (Environmetrics, Volume 8, Issue 5, pp. 517-532, December 1998) – Raymond Sneyers Climate Dynamics and Global Change (Annual Review of Fluid Mechanics, Volume 26, pp. 353-378, January 1994) – Richard S. Lindzen Climate forcing by the volcanic eruption of Mount Pinatubo (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 32, Issue 5, March 2005) – David H. Douglass, Robert S. Knox – Reply to comment by A. Robock on « Climate forcing by the volcanic eruption of Mount Pinatubo » (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 32, Issue 20, October 2005) – David H. Douglass, Robert S. Knox advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info – Reply to comment by T. M. L. Wigley et al. on « Climate forcing by the volcanic eruption of Mount Pinatubo » (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 32, Issue 20, October 2005) – David H. Douglass, Robert S. Knox Climate outlook to 2030 (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Number 5, pp. 615-619, September 2007) – David C. Archibald Climate Prediction as an Initial Value Problem (PDF) (Bulletin of the American Meteorological Society, Volume 79, Number 12, pp. 2743-2746, December 1998) – Roger A. Pielke Sr. Climate projections: Past performance no guarantee of future skill? (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 36, Issue 13, July 2009) – Catherine Reifen, Ralf Toumi Climate science and the phlogiston theory: weighing the evidence (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Numbers 3-4, pp. 441-447, July 2007) – Arthur Rorsch Climate stability: an inconvenient proof (Proceedings of the ICE – Civil Engineering, Volume 160, Issue 2, pp. 66-72, May 2007) – David Bellamy, Jack Barrett Climate Variations and the Enhanced Greenhouse Effect (Ambio, Volume 27, Number 4, pp. 270-274, June 1998) – Wibjorn Karlen CO2 and Climate: a Geologist’s View (PDF) (Space Science Reviews, Volume 81, Numbers 1-2, pp. 173-198, July 1997) – Harry N.A. Priem CO2 and climate: Where is the water vapor feedback? (Theoretical and Applied Climatology, Volume 31, Number 4, pp. 325-329, October 1982) – Sherwood B. Idso CO2-induced global warming: a skeptic’s view of potential climate change (PDF) (Climate Research, Volume 10, Number 1, pp. 69–82, April 1998) – Sherwood B. Idso Cooling of Atmosphere Due to CO2 Emission (Energy Sources, Volume 30, Issue 1, pp. 1-9, January 2008) – G. V. Chilingar, L. F. Khilyuk, O. G. Sorokhtin Cooling of the Global Ocean Since 2003 (PDF) (Energy & Environment, Volume 20, Numbers 1-2, pp. 101-104, January 2009) – Craig Loehle advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Conflicting Signals of Climatic Change in the Upper Indus Basin (PDF) (Journal of Climate, Volume 19, Issue 17, pp. 4276–4293, September 2006) – H. J. Fowler, D. R. Archer Dangerous global warming remains unproven (Energy & Environment, Volume 18, Number 1, pp. 167-169, January 2007) – Robert M. Carter Differential trends in tropical sea surface and atmospheric temperatures since 1979 (Geophysical Research Letters, Volume 28, Number 1, pp. 183–186, January 2001) – John R. Christy, D.E. Parker, S.J. Brown, I. Macadam, M. Stendel, W.B. Norris Disparity of tropospheric and surface temperature trends: New evidence (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 31, Issue 13, July 2004) – David H. Douglass, Benjamin D. Pearson, S. Fred Singer, Paul C. Knappenberger, Patrick J. Michaels Distribution of Tropical Tropospheric Water Vapor (PDF) (Journal of the Atmospheric Sciences, Volume 50, Issue 12, pp. 1643-1660, June 1993) – De-Zheng Sun, Richard S. Lindzen Do deep ocean temperature records verify models? (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 29, Issue 8, pp. 95-1, April 2002) – Richard S. Lindzen Do Facts Matter Anymore? (Energy & Environment, Volume 14, Numbers 2-3, pp. 323-326, May 2003) – Patrick J. Michaels Do glaciers tell a true atmospheric CO2 story? (PDF) (Science of the Total Environment, Volume 114, pp. 227-284, August 1992) – Zbigniew Jaworowski, Tom V. Segalstad, N. Ono Does a Global Temperature Exist? (PDF) (Journal of Non-Equilibrium Thermodynamics, Volume 32, Issue 1, pp. 1–27, February 2007) – Christopher Essex, Ross McKitrick, Bjarne Andresen Does CO2 really drive global warming? (PDF) (Chemical Innovation, Volume 31, Number 5, pp 44-46, May 2001) – Robert H. Essenhigh Ensemble reconstruction constraints on the global carbon cycle sensitivity to climate (Nature, Volume 463, Number 7280, pp. 527-530, January 2010) – David C. Frank et al. Environmental Effects of Increased Atmospheric Carbon Dioxide (PDF) (Climate Research, Volume 13, Number 2, pp. 149–164, October 1999) – Willie H. Soon, Sallie L. Baliunas, Arthur B. Robinson, Zachary W. Robinson advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Environmental Effects of Increased Atmospheric Carbon Dioxide (PDF) (Journal of American Physicians and Surgeons, Volume 12, Number 3, pp. 79-90, Fall 2007) – Arthur B. Robinson, Noah E. Robinson, Willie H. Soon Estimation and representation of long-term (>40 year) trends of Northern-Hemisphere-gridded surface temperature: A note of caution (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 31, Number 3, February 2004) – Willie H. Soon, David R. Legates, Sallie L. Baliunas Evaluating the climatic effect of doubling atmospheric CO2 via an analysis of Earth’s historical temperature record (The Science of The Total Environment, Volume 106, Issue 3, pp. 239-242, July 1991) – Sherwood B. Idso, Robert C. Balling Jr. Evidence Delimiting Past Global Climate Changes (Environmental Geosciences, Volume 6, Issue 3, pp. 151, September 1999) – John P. Bluemle, Joseph M. Sabel, Wibjorn Karlen Evidence for decoupling of atmospheric CO2 and global climate during the Phanerozoic eon (Nature, Volume 408, Number 6813, pp. 698-701, December 2000) – Jan Veizer, Yves Godderis, Louis M. Franois Evidence for « publication Bias » Concerning Global Warming in Science and Nature (Energy & Environment, Volume 19, Number 2, pp. 287-301, March 2008) – Patrick J. Michaels Evolution of the Earth’s Global Climate (Energy Sources, Volume 29, Issue 1, pp. 1-19, November 2007) – O. G. Sorokhtin, G. V. Chilingar, L. F. Khilyuk, M. V. Gorfunkel Falsification Of The Atmospheric CO2 Greenhouse Effects Within The Frame Of Physics (PDF) (International Journal of Modern Physics B, Volume 23, Issue 03, pp. 275-364, January 2009) – Gerhard Gerlich, Ralf D. Tscheuschner – Reply to « Comment on ‘Falsification Of The Atmospheric CO2 Greenhouse Effects Within The Frame Of Physics’ by Joshua B. Halpern, Christopher M. Colose, Chris H0-Stuart, Joel D. Shore, Arthur P. Smith, Jorg Zimmermann » (International Journal of Modern Physics B, Volume 24, Issue 10, pp. 1333-1359, April 2010) – Gerhard Gerlich, Ralf D. Tscheuschner Global Climate Models Violate Scaling of the Observed Atmospheric Variability (PDF) (Physical Review Letters, Volume 89, Number 2, July 2002) – R. B. Govindan, Dmitry Vyushin, Armin Bunde, Stephen Brenner, Shlomo Havlin, Hans-Joachim Schellnhuber Global Temperature Deviations as a Random Walk (Journal of Climate, Volume 9, Issue 3, pp. 656–658, March 1996) – Olavi Karner Global Warming (PDF) (Progress in Physical Geography, Volume 27, Number 3, pp. 448-455, September 2003) – Willie H. Soon, Sallie L. Baliunas advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Global Warming: A Reduced Threat? (Bulletin of the American Meteorological Society, Volume 73, Issue 10, pp. 1563–1577, October 1992) – Patrick J. Michaels, David E. Stooksbury Global warming and carbon dioxide through sciences (PDF) (Environment International, Volume 35, Issue 2, pp. 390-401, February 2009) – Georgios A. Florides, Paul Christodoulides Global warming and long-term climatic changes: a progress report (PDF) (Environmental Geology, Volume 46, Numbers 6-7, pp. 970-979, October 2004) – L. F. Khilyuk, G. V. Chilingar Global Warming and the Accumulation of Carbon Dioxide in the Atmosphere (Energy & Environment, Volume 16, Number 1, pp. 101-126, January 2005) – Arthur Rorsch, Richard S. Courtney, Dick Thoenes Global warming and the mining of oceanic methane hydrate (Topics in Catalysis, Volume 32, Numbers 3-4, pp. 95-99, March 2005) – Chung-Chieng Lai, David Dietrich, Malcolm Bowman Global Warming: Are We Confusing Cause and Effect? (Energy Sources, Volume 25, Number 4, pp. 357-370, April 2003) – Leonid F. Khilyuk Global Warming as a Manifestation of a Random Walk (Journal of Climate, Volume 4, Issue 6, pp. 589-597, June 1991) – A. H. Gordon Global Warming: Correcting the Data (PDF) (Regulation, Volume 31, Number 3, pp. 46-52, 2008) – Patrick J. Michaels Global Warming: Forecasts by Scientists Versus Scientific Forecasts (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Numbers 7-8, pp. 997-1021, December 2007) – Kesten C. Green, J. Scott Armstrong Global Warming: Myth or Reality? The Actual Evolution of the Weather Dynamics (Energy & Environment, Volume 14, Numbers 2-3, pp. 297-322, May 2003) – Marcel Leroux Global Warming: The Origin and Nature of the Alleged Scientific Consensus (PDF) (Regulation, Volume 15, Number 2, pp. 87-98, 1992) – Richard S. Lindzen Global warming: What does the science tell us? (Energy, Volume 16, Issues 11-12, pp. 1331-1345, November-December 1991) – Robert Jastrow, William Nierenberg, Frederick Seitz advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Greenhouse effect in semi-transparent planetary atmospheres (PDF) (Quarterly Journal of the Hungarian Meteorological Service, Volume 111, Number 1, pp. 1-40, 2007) – Ferenc M. Miskolczi Greenhouse gases and greenhouse effect (Environmental Geology, Volume 58, Issue 6, pp.1207-1213, September 2009) – G. V. Chilingar, O. G. Sorokhtin, L. Khilyuk, M. V. Gorfunkel Greenhouse molecules, their spectra and function in the atmosphere (PDF) (Energy & Environment, Volume 16, Number 6, pp. 1037-1045, November 2005) – Jack Barrett Greenhouse warming or Little Ice Age demise: A critical problem for climatology (Theoretical and Applied Climatology, Volume 39, Number 1, pp. 54-56, March 1988) – Sherwood B. Idso Has the amount of Carbon Dioxide in the Atmosphere Changed Significantly Since the Beginning of the Twentieth Century? (PDF) (Monthly Weather Review, Volume 83, Issue 10, pp. 225-231, 1955) – Giles Slocum Heat capacity, time constant, and sensitivity of Earth’s climate system (PDF) (Journal of Geophysical Research, Volume 112, Issue D24, November 2007) – Stephen E. Schwartz – Reply to comments by G. Foster et al., R. Knutti et al., and N. Scafetta on « Heat capacity, time constant, and sensitivity of Earth’s climate system » (PDF) (Journal of Geophysical Research, Volume 113, Issue D15, August 2008) – Stephen E. Schwartz How Dry is the Tropical Free Troposphere? Implications for Global Warming Theory (PDF) (Bulletin of the American Meteorological Society, Volume 78, Issue 6, pp. 1097–1106, June 1997) – Roy W. Spencer, William D. Braswell Human Contribution to Climate Change Remains Questionable (Eos, Transactions American Geophysical Union, Volume 80, Issue 16, pp. 183-183, April 1999) – S. Fred Singer Human population and carbon dioxide (Energy Policy, Volume 36, Issue 7, pp. 2761-2764, July 2008) – William M. Schaffer Iceland as a heat island (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 32, Issue 3, February 2003) – David H. Douglass, V. Patel, Robert S. Knox – Reply to comments by H. Bjornsson et al. on « Iceland as a heat island » (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 32, Issue 24, December 2005) – David H. Douglass, V. Patel, Robert S. Knox advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Impact of urbanization and land-use change on climate (PDF) (Nature, Volume 423, Number 6939, pp. 528-531, May 2003) – Eugenia Kalnay, Ming Cai Implications of the Secondary Role of Carbon Dioxide and Methane Forcing in Climate Change: Past, Present, and Future (PDF) (Physical Geography, Volume 28, Number 2, pp. 97-125, March 2007) – Willie H. Soon Industrial CO2 emissions as a proxy for anthropogenic influence on lower tropospheric temperature trends (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 31, Issue 5, March 2004) – A. T. J. de Laat, A. N. Maurellis Influence of the Southern Oscillation on tropospheric temperature (PDF) (Journal of Geophysical Research, Volume 114, Issue D14, July 2009) – John D. McLean, Chris de Freitas, Robert M. Carter – Correction to « Influence of the Southern Oscillation on tropospheric temperature » (Journal of Geophysical Research, Volume 114, October 2009) – John D. McLean, Chris de Freitas, Robert M. Carter – Response to « Comment on ‘Influence of the Southern Oscillation on tropospheric temperature\' » by Foster et al. (PDF) (Submitted to the Journal of Geophysical Research, 2010) – John D. McLean, Chris de Freitas, Robert M. Carter – Comment on « Influence of the Southern Oscillation on tropospheric temperature » by J. D. McLean, C. R. de Freitas, and R. M. Carter (PDF) (Submitted to the Journal of Geophysical Research, 2009) – David R.B. Stockwell, Anthony Cox Interpreting the Global Temperature Record (Economic Affairs, Volume 14, Issue 3, pp. 18-21, April 1994) – Robert C. Balling Jr. Introductory paper on paradigm shift Should we change emphasis in greenhouse-effect research? (Energy & Environment, Volume 21, Number 4, pp. 165-169, August 2010) – Arthur Rorsch Is the airborne fraction of anthropogenic CO2 emissions increasing? (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 36, November 2009) – Wolfgang Knorr Is the enhancement of global warming important? (Energy & Environment, Volume 12, Number 4, pp. 335-341, July 2001) – M.C.R. Symons, Jack Barrett James Hansen’s 1988 Predictions Compared to Observations (Energy & Environment, Volume 20, Number 4, pp. 587-594, August 2009) – Dale R. McIntyre advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Keeping cool on global warming (The Electricity Journal, Volume 5, Issue 6, pp. 32-41, July 1992) – Frederick Seitz et al. Key Aspects of Global Climate Change (Energy & Environment, Volume 15, Number 3, pp. 469-503, July 2004) – Ya. K. Kondratyev Knock, Knock: Where Is the Evidence for Dangerous Human-caused Global Warming? (PDF) (Economic Analysis and Policy, Volume 38 Issue 2, pp. 177-202, September 2008) – Robert M. Carter Late 20th Century Warmed Within Natural Limits: Evidence from Gaussian Distributions (Energy & Environment, Volume 20, Number 7, pp. 1075-1085, November 2009) – Peter Jelffs Likelihood of Rapidly Increasing Surface Temperatures Unaccompanied by Strong Warming in the Free Troposphere (PDF) (Climate Research, Volume 25, Number 3, pp. 185-190, January 2004) – T. N. Chase, R. A. Pielke Sr., B. Herman, X. Zeng Limits on CO2 Climate Forcing from Recent Temperature Data of Earth (PDF) (Energy & Environment, Volume 20, Numbers 1-2, pp. 177-189, January 2009) – David H. Douglass, John R. Christy Long-term stabilization of earth’s surface air temperature by a negative feedback mechanism (Theoretical and Applied Climatology, Volume 31, Number 3, pp. 211-219, August 1982) – Sherwood B. Idso Man-Made versus Natural Climate Change (Ambio, Volume 28, Number 4, pp. 376-377, June 1999) – Wibjorn Karlen et al. Methodology and Results of Calculating Central California Surface Temperature Trends: Evidence of Human-Induced Climate Change? (PDF) (Journal of Climate, Volume 19, Issue 4, February 2006) – John R. Christy, W.B. Norris, K. Redmond, K. Gallo – Reply to Comments on « Methodology and Results of Calculating Central California Surface Temperature Trends: Evidence of Human-Induced Climate Change? » (Journal of Climate, Volume 20, Issue 7, September 2007) – John R. Christy, W.B. Norris, K. Gallo Modeling climatic effects of anthropogenic carbon dioxide emissions: unknowns and uncertainties (PDF) (Climate Research, Volume 18, Number 3, pp. 259–275, November 2001) – Willie H. Soon, Sallie L. Baliunas, Sherwood B. Idso, Kirill Ya. Kondratyev, Eric S. Posmentier – Modeling climatic effects of anthropogenic carbon dioxide emissions: unknowns and uncertainties. Reply to Risbey (2002) (PDF) (Climate Research, Volume 22, Number 2, pp. 187–188, September 2002) – Willie H. Soon, Sallie L. Baliunas, Sherwood B. Idso, Kirill Ya. Kondratyev, Eric S. Posmentier advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info – Modeling climatic effects of anthropogenic carbon dioxide emissions: unknowns and uncertainties. Reply to Karoly et al. (2003) (PDF) (Climate Research, Volume 24, Number 1, pp. 93–94, June 2003) – Willie H. Soon, Sallie L. Baliunas, Sherwood B. Idso, Kirill Ya. Kondratyev, Eric S. Posmentier Multidecadal Tendencies in ENSO and Global Temperatures Related to Multidecadal Oscillations (Energy & Environment, Volume 21, Numbers 5, pp. 437-460, September 2010) – Joseph D’Aleo, Don Easterbrook Multi-scale analysis of global temperature changes and trend of a drop in temperature in the next 20 years (PDF) (Meteorology and Atmospheric Physics, Volume 95, January 2007) – Lin Zhen-Shan, Sun Xian Nature of observed temperature changes across the United States during the 20th century (PDF) (Climate Research, Volume 17, Number 1, pp. 45–53, July 2001) – Paul C. Knappenberger, Patrick J. Michaels, Robert E. Davis Natural signals in the MSU lower tropospheric temperature record (Geophysical Research Letters, Volume 27, Number 18, pp. 2905–2908, September 2000) – Patrick J. Michaels, Paul C. Knappenberger Nature’s style: Naturally trendy (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 32, Issue 23, December 2005) – Timothy A. Cohn, Harry F. Lins New Little Ice Age Instead of Global Warming? (PDF) (Energy & Environment, Volume 14, Numbers 2-3, pp. 327-350, May 2003) – Landscheidt T. No climate paradox under the faint early Sun (Nature, Volume 464, Number 7287, pp. 744-747, April 2010) – Minik T. Rosing et al. Nonlinearities, Feedbacks and Critical Thresholds within the Earth’s Climate System (PDF) (Climatic Change, Volume 65, Numbers 1-2, pp. 11-38, July 2004) – Josr A. Rial et al. Note on the Miskolczi theory (Energy & Environment, Volume 21, Numbers 4, pp. 277-292, August 2010) – Noor van Andel Observed warming in cold anticyclones (PDF) (Climate Research, Volume 14, Number 1, pp. 1–6, January 2000) – Patrick J. Michaels, Paul C. Knappenberger, Robert C. Balling Jr, Robert E. Davis Ocean heat content and Earth’s radiation imbalance (PDF) (Physics Letters A, Volume 373, Issue 36, pp. 3296-3300, August 2009) – David H. Douglass, Robert S. Knox advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Oceanic influences on recent continental warming (PDF) (Climate Dynamics, Volume 32, Numbers 2-3, pp. 333-342, February 2009) – G.P. Compo, P.D. Sardeshmukh On a possibility of estimating the feedback sign of the Earth climate system (PDF) (Proceedings of the Estonian Academy of Sciences: Engineering, Volume 13, Number 3, pp. 260-268, September 2007) – Olavi Karner On global forces of nature driving the Earth’s climate. Are humans involved? (Environmental Geology, Volume 50, Number 6, pp. 899-910, August 2006) – L. F. Khilyuk, G. V. Chilingar – Response to W. Aeschbach-Hertig rebuttal of « On global forces of nature driving the Earth’s climate. Are humans involved? » by L. F. Khilyuk and G. V. Chilingar (Environmental Geology, Volume 54, Number 7, pp. 1567-1572, June 2008) – L. F. Khilyuk, G. V. Chilingar On nonstationarity and antipersistency in global temperature series (PDF) (Journal of Geophysical Research, Volume 107, Issue D20, October 2002) – Olavi Karner On the Coherence between Dynamics of the World Fuel Consumption and Global Temperature Anomaly (PDF) (Energy & Environment, Volume 14, Number 6, pp. 773-782, November 2003) – L.B. Klyashtorin, A.A. Lyubushin On the Confusion of Planck Feedback Parameters (PDF) (Energy & Environment, Volume 20, Number 7, pp. 1057-1066, November 2009) – Kyoji Kimoto On the credibility of climate predictions (PDF) (Hydrological Sciences Journal, Volume 53, Number 4, pp. 671-684, August 2008) – D. Koutsoyiannis, A. Efstratiadis et al. On the determination of climate feedbacks from ERBE data (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 36, Issue 16, August 2009) – Richard S. Lindzen, Yong-Sang Choi – On the observational determination of climate sensitivity and its implications (PDF) (Submitted to Journal of Geophysical Research, February 2010) – Richard S. Lindzen, Yong-Sang Choi On the diagnosis of radiative feedback in the presence of unknown radiative forcing (PDF) (Journal of Geophysical Research, Volume 115, Issue D16, 2010) – Roy W. Spencer, William D. Braswell On the magnitude of the CO2 greenhouse effect (Applied Energy, Volume 14, Issue 3, pp. 227-232, 1983) – Sherwood B. Idso advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info On the sensitivity of the atmosphere to the doubling of the carbon dioxide concentration and on water vapour feedback (Energy & Environment, Volume 17, Number 4, pp. 603-607, July 2006) – Jack Barrett, David Bellamy, Heinz Hug On the stability of Earth’s climate (Theoretical and Applied Climatology, Volume 39, Number 3, pp. 177-178, September 1989) – Sherwood B. Idso Origin of Earth’s Ice Ages (Energy Sources, Volume 32, Issue 2, pp. 101-107, January 2010) – O. G. Sorokhtin, G. V. Chilingar, L. Khilyuk, M. V. Gorfunkel Overlooked scientific issues in assessing hypothesized greenhouse gas warming (PDF) (Environmental Software, Volume 6, Number 2, pp. 100-107, 1991) – Roger A. Pielke Sr. Phanerozoic Climatic Zones and Paleogeography with a Consideration of Atmospheric CO2 Levels (Paleontological Journal, Volume 2, pp. 3-11, February 2003) – A. J. Boucot et al. Potential Biases in Feedback Diagnosis from Observational Data: A Simple Model Demonstration (PDF) (Journal of Climate, Volume 21, Issue 21, November 2008) – Roy W. Spencer, William D. Braswell Potential Dependence of Global Warming on the Residence Time (RT) in the Atmosphere of Anthropogenically Sourced Carbon Dioxide (Energy Fuels, Volume 23, Number 5, pp 2773–2784, April 2009) – Robert H. Essenhigh Possible climatic impact of tropical deforestation (Nature, Volume 258, Number 5537, pp. 697-698, December 1975) – Gerald L. Potter, Hugh W. Ellsaesser, Michael C. MacCracken, Frederick M. Luther Problems in evaluating regional and local trends in temperature: an example from eastern Colorado, USA (PDF) (International Journal of Climatology, Volume 22, Issue 4, pp. 421-434, April 2002) – Roger A. Pielke Sr. et al. Problems with publishing scientific information on the web: how unusual were temperatures in Svalbard, Norway? (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Number 1, pp. 115-126, January 2007) – Willis Eschenbach Quantifying the influence of anthropogenic surface processes and inhomogeneities on gridded global climate data (PDF) (Journal of Geophysical Research, Volume 112, Issue D24, December 2007) – Ross R. McKitrick, Patrick J. Michaels Rate and Magnitude of Past Global Climate Changes (PDF) (Environmental Geosciences, Volume 6, Number 2, pp. 63-75, June 1999) – John P. Bluemle, Joseph M. Sabel, Wibjorn Karlen advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Rate of Increasing Concentrations of Atmospheric Carbon Dioxide Controlled by Natural Temperature Variations (PDF) (Energy & Environment, Volume 19, Number 7, pp. 995-1011, December 2008) – Fred Goldberg Recent Changes in the Climate: Natural or Forced by Human Activity (Ambio, Volume 37, Number sp14, pp. 483–488, November 2008) – Wibjorn Karlen Recent Global Warming: An Artifact of a Too-Short Temperature Record? (PDF) (Ambio, Volume 34, Number 3, pp. 263–264, May 2005) – Wibjorn Karlen Reconsideration of Climate Change from the Viewpoints of Greenhouse Gas Types and Time Scale (Energy & Environment, Volume 19, Number 5, pp. 691-705, September 2008) – Ryunosuke Kikuchi Review and impacts of climate change uncertainties (Futures, Volume 25, Number 8, pp. 850-863, 1993) – M.E. Fernau, W.J. Makofske, D.W. South Reviewing the Uncertainties in Climate Change Science (Area, Volume 32, Number 4, pp. 357-368, December 2000) – Greg O’Hare Revised 21st century temperature projections (PDF) (Climate Research, Volume 23, Number 1, pp. 1–9, 2002) – Patrick J. Michaels, Paul C. Knappenberger, Oliver W. Frauenfeld, Robert E. Davis Science does not support consensus’ on climate change (The Electricity Journal, Volume 7, Issue 1, pp. 78-85, February 1994) – Henry R. Linden Scientific Consensus on Climate Change? (PDF) (Energy & Environment, Volume 19, Number 2, pp. 281-286, March 2008) – Klaus-Martin Schulte Seductive Simulations? Uncertainty Distribution Around Climate Models (PDF) (Social Studies of Science, Volume 35, Number 6, pp. 895-922, December 2005) – Myanna Lahsen Shortcomings of CO2-climate models raise questions about the wisdom of energy policy implications (Applied Energy, Volume 16, Issue 1, pp. 53-57, 1984) – Sherwood B. Idso Some Coolness Concerning Global Warming (PDF) (Bulletin of the American Meteorological Society, Volume 71, Issue 3, pp. 288–299, March 1990) – Richard S. Lindzen advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Some examples of negative feedback in the Earth climate system (PDF) (Central European Journal of Physics, Volume 3, Number 2, June 2005) – Olavi Karner Sources and Sinks of Carbon Dioxide (PDF) (Energy & Environment, Volume 20, Numbers 1-2 , pp. 105-121, January 2009) – Tom Quirk Statistical analysis does not support a human influence on climate (Energy & Environment, Volume 13, Number 3, pp. 329-331, July 2002) – S. Fred Singer Surface air temperature response to increasing global industrial productivity: A beneficial greenhouse effect? (Theoretical and Applied Climatology, Volume 44, Number 1, pp. 37-41, March 1991) – Sherwood B. Idso, Robert C. Balling Jr. Surface Temperature Variations in East Africa and Possible Causes (Journal of Climate, Volume 22, Issue 12, pp. 3342–335, June 2009) – John R. Christy, William B. Norris, Richard T. McNider Taking GreenHouse Warming Seriously (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Numbers 7-8, pp. 937-950, December 2007) – Richard S. Lindzen Temperature limitation by evaporation in hot climates and the greenhouse effects of water vapor and carbon dioxide (Agricultural Meteorology, Volume 27, Issues 1-2, pp. 105-109, November 1982) – Sherwood B. Idso Temperature trends in the lower atmosphere (PDF) (Energy & Environment, Volume 17, Number 5, pp. 707-714, September 2006) – Vincent Gray Temporal Variability in Local Air Temperature Series Shows Negative Feedback (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Numbers 7-8, pp. 1059-1072, December 2007) – Olavi Karner Test for harmful collinearity among predictor variables used in modeling global temperature (PDF) (Climate Research, Volume 24, Number 1, pp. 15-18, June 2003) – David H. Douglass, B. David Clader, John R. Christy, Patrick J. Michaels, David A. Belsley The Aerial Fertilization Effect of CO2 and Its Implications for Global Carbon Cycling and Maximum Greenhouse Warming (Bulletin of the American Meteorological Society, Volume 72, Issue 7, pp. 962-965, July 1991) – Sherwood B. Idso The carbon dioxide thermometer and the cause of global warming (Energy & Environment, Volume 10, Number 1, pp. 1-18, January 1999) – N. Calder advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info The cause of global warming (PDF) (Energy & Environment, Volume 11, Number 6, pp. 613-629, November 2000) – Vincent Gray The climatic effect of co2: A different view (Atmospheric Environment, Volume 18, Issue 2, pp. 431-434, 1984) – Hugh W. Ellsaesser The Climatological Significance of a Doubling of Earth’s Atmospheric Carbon Dioxide Concentration (Science, Volume 207, Issue 4438, pp. 1462-1463, March 1980) – Sherwood B. Idso The CO/sub 2/greenhouse effect on Mars, Earth and Venus (The Science of the total environment, Volume 77, Issue 2-3, pp. 291-294, December 1988) – Sherwood B. Idso The CO2 Climate Controversy: An Issue of Global Concern (New Zealand Geographer, Volume 40, Issue 2, pp. 110-112, October 1984) – Sherwood B. Idso The CO2/trace gas greenhouse effect: theory versus reality (Theoretical and Applied Climatology, Volume 38, Number 1, pp. 55-56, March 1987) – Sherwood B. Idso The continuing search for an anthropogenic climate change signal: Limitations of correlation-based approaches (Geophysical Research Letters, Volume 24, Number 18, pp. 2319–2322, 1997) – David R. Legates, Robert E. Davis The Double Standard in Environmental Science (PDF) (Regulation, Volume 30, Number 2, pp. 16-22, 2007) – Stanley W. Trimble The DMS-cloud albedo feedback effect: Greatly underestimated? (Climatic Change, Volume 21, Number 4, pp. 429-433, August 1992) – Sherwood B. Idso The Fraud Allegation Against Some Climatic Research of Wei-Chyung Wang (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Numbers 7-8, pp. 985-995, December 2007) – Douglas J. Keenan The Global Warming Debate: A Review of the State of Science (PDF) (Pure and Applied Geophysics, Volume 162, Issue 8-9, pp. 1557-1586, August 2005) – Madhav L. Khandekar, TS Murty, P Chittibabu The greenhouse effect and global change: review and reappraisal (International Journal of Environmental Studies, Volume 36, Numbers 1-2, pp. 55-71, July 1990) – Patrick J. Michaels advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info The « Greenhouse Effect » as a Function of Atmospheric Mass (Energy & Environment, Volume 14, Numbers 2-3, pp. 351-356, May 2003) – Hans Jelbring The Interaction of Climate Change and the Carbon Dioxide Cycle (Energy & Environment, Volume 16, Number 2, pp. 217-238, March 2005) – Arthur Rorsch, Richard S. Courtney, Dick Thoenes The Letter Science Magazine Rejected (Energy & Environment, Volume 16, Numbers 3-4, pp. 685-688, July 2005) – Benny Peiser The Magnitude and Rate of Past Global Climate Changes (Environmental Geosciences, Volume 7, Issue 4, pp. 213-213, December 2000) – John P. Bluemle, Joseph M. Sabel, Wibjrn Karlen The Role of Convective Model Choice in Calculating the Climate Impact of Doubling CO2 (PDF) (Journal of the Atmospheric Sciences, Volume 39, Issue 6, pp. 1189–1205, June 1982) – Richard S. Lindzen et al. The roles of carbon dioxide and water vapour in warming and cooling the earth’s troposphere (Spectrochimica Acta Part A: Molecular and Biomolecular Spectroscopy, Volume 51, Issue 3, pp. 415-417, March 1995) – Jack Barrett The search for CO2/trace gas greenhouse warming (Theoretical and Applied Climatology, Volume 40, Numbers 1-2, pp. 101-102, March 1989) – Sherwood B. Idso, John F. B. Mitchell The Search for Global CO2 etc. ‘Greenhouse Effects’ (Environmental Conservation, Volume 12, Number 1, pp. 29-35, 1985) – Sherwood B. Idso The Search for Patterns in Ice Core Temperature Curves (Environmental Geosciences, Volume 7, Issue 4, pp. 213-214, December 2000) – John C. Davis, Geoffrey C. Bohling The stable stationary value of the earth’s global average atmospheric Planck-weighted greenhouse-gas optical thickness (Energy & Environment, Volume 21, Numbers 4, pp. 243-262, August 2010) – Ferenc M. Miskolczi The stabilising effect of the oceans on climate (Energy & Environment, Volume 21, Numbers 4, pp. 237-240, August 2010) – Dick Thoenes The thermodynamic relationship between surface temperature and water vapour concentration in the troposphere (Energy & Environment, Volume 21, Numbers 4, pp. 263-275, August 2010) – William C. Gilbert advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info The value of climate forecasting (Surveys in Geophysics, Volume 7, Number 3, June 1985) – Garth W. Paltridge The Way of Warming (PDF) (Regulation, Volume 23, Number 3, 2000) – Patrick J. Michaels « The Wernerian syndrome »; aspects of global climate change; an analysis of assumptions, data, and conclusions (Environmental Geosciences, Volume 3, Number 4, pp. 204-210, December 1996) – Lee C. Gerhard Time scales and trends in the central England temperature data (1659–1990): A wavelet analysis (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 24, Issue 11, pp. 1351-1354, June 1997) – Sallie Baliunas, Peter Frick, Dmitry Sokoloff, Willie Soon Trend Analysis of Satellite Global Temperature Data (PDF) (Energy & Environment, Volume 20, Number 7, pp. 1087-1098, November 2009) – Craig Loehle Trends in middle- and upper-level tropospheric humidity from NCEP reanalysis data (PDF) (Theoretical and Applied Climatology, Volume 98, Numbers 3-4, pp. 351-359, February 2009) – Garth Paltridge, Albert Arking, Michael Pook Tropical rainstorm feedback (Energy & Environment, Volume 21, Number 4, pp. 217-224, August 2010) – Noor van Andel Tropospheric temperature change since 1979 from tropical radiosonde and satellite measurements (Journal of Geophysical Research, Volume 112, Issue D6, March 2007) – John R. Christy, William B. Norris, Roy W. Spencer, Justin J. Hnilo Twentieth Century Sources of Methane in the Atmosphere (Energy & Environment, Volume 21, Number 3, pp. 251-266, July 2010) – Tom Quirk Uncertainties in assessing global warming during the 20th century: disagreement between key data sources (Energy & Environment, Volume 17, Number 5, pp. 685-706, September 2006) – Maxim Ogurtsov, Markus Lindholm Use of time series analysis to detect climatic change (Journal of Hydrology, Volume 111, Issues 1-4, pp. 259-279, 1989) – Geoff Kite Useless Arithmetic: Ten Points to Ponder When Using Mathematical Models in Environmental Decision Making (PDF) (Public Administration Review, Volume 68, Issue 3, pp. 470-479, March 2008) – Linda Pilkey-Jarvis, Orrin H. Pilkey advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Validity of climate change forecasting for public policy decision making (PDF) (International Journal of Forecasting, Volume 25, Issue 4, pp. 826-832, October-December 2009) – Kesten C. Green, J. Scott Armstrong, Willie Soon Water in the Atmosphere (PDF) (Journal of Chemical Education, Volume 81, Issue 8, pp. 1229, August 2004) – Joel M. Kauffman What do climate models tell us about global warming? (Pure and Applied Geophysics, Volume 135, Number 1, pp. 125-133, January 1991) – Christopher Essex What if increases in atmospheric CO2 have an inverse greenhouse effect? I. Energy balance considerations related to surface albedo (International Journal of Climatology, Volume 4, Issue 4, pp. 399-409, July 1984) – Sherwood B. Idso What is the Major Culprit for Global Warming: CFCs or CO2? (PDF) (Journal of Cosmology, Volume 8, pp. 1846-1862, June 2010) – Qing-Bin Lu What may we conclude about global tropospheric temperature trends? (Geophysical Research Letters, Volume 31, Issue 6, March 2004) – John R. Christy, William B. Norris When Was The Hottest Summer? A State Climatologist Struggles for an Answer (Bulletin of the American Meteorological Society, Volume 83, Issue 5, pp. 723-734, May 2002) – John R. Christy Why Hasn’t Earth Warmed as Much as Expected? (PDF) (Journal of Climate, 2010) – Stephen E. Schwartz et al. 180 years of atmospheric CO2 gas analysis by chemical methods (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Number 2, pp. 259-282, March 2007) – Ernst-Georg Beck – Comments on « 180 years of Atmospheric CO2 Gas Analysis by Chemical Methods » (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Number 5, pp. 641-646, September 2007) – Ernst-Georg Beck 50 Years of Continuous Measurement of CO2 on Mauna Loa (PDF) (Energy & Environment, Volume 19, Number 7, pp. 1017-1028, December 2008) – Ernst-Georg Beck An Inconvenient Truth: advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info An Inconvenient Truth : a focus on its portrayal of the hydrologic cycle (GeoJournal, Volume 70, Number 1, pp. 15-19, September 2007) – David R. Legates An Inconvenient Truth : blurring the lines between science and science fiction (GeoJournal, Volume 70, Number 1, pp. 11-14, September 2007) – Roy W. Spencer Antarctica: A doubling in snow accumulation in the western Antarctic Peninsula since 1850 (Geophysical Research Letters, Volume 35, Issue 1, January 2008) – Elizabeth R. Thomas et al. A multidecadal study of the number of Antarctic icebergs using scatterometer data (PDF) (Proceedings of the International Geoscience and Remote Sensing Symposium, Volume 5, pp. 3029-3031, June 2002) – Jarom Ballantyne, David G. Long Active volcanism beneath the West Antarctic ice sheet and implications for ice-sheet stability (Nature, Volume 361, Number 6412, p. 526-529, February 1993) – Donald D. Blankenship et al. Aeromagnetic evidence for a volcanic caldera(?) Complex beneath the divide of the West Antarctic Ice Sheet (Geophysical Research Letters, Volume 25, Issue 23, pp. 4385-4388, December 1998) – John C. Behrendt et al. An updated Antarctic melt record through 2009 and its linkages to high-latitude and tropical climate variability (Geophysical Research Letters, Volume 36, Issue 18, September 2009) – Marco Tedesco et al. Antarctic climate cooling and terrestrial ecosystem response (Nature, Volume 415, Number 6871, pp. 517-520, January 2002) – Peter T. Doran et al. First survey of Antarctic sub–ice shelf sediments reveals mid-Holocene ice shelf retreat (Geology, Volume 29, Number 9, pp. 787-790, September 2001) – Carol J. Pudsey et al. Ice-dynamical constraints on the existence and impact of subglacial volcanism on West Antarctic ice sheet stability (Geophysical Research Letters, Volume 33, Issue 23, December 2006) – Stefan W. Vogel et al. Orbitally induced oscillations in the East Antarctic ice sheet at the Oligocene/Miocene boundary (Nature, Volume 413, Number 6857, pp. 719-723, October 2001) – Tim R. Naish et al. advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Past and Future Grounding-Line Retreat of the West Antarctic Ice Sheet (Science, Volume 286. Number 5438, pp. 280-283, October 1999) – H. Conway et al. Snowfall-Driven Growth in East Antarctic Ice Sheet Mitigates Recent Sea-Level Rise (Science, Volume 308, Number 5730, pp. 1898-1901, June 2005) – Curt H. Davis et al. Arctic: Absence of evidence for greenhouse warming over the Arctic Ocean in the past 40 years (Nature, Volume 361, Number 6410, pp. 335-337, January 1993) – Jonathan D. Kahl Actual and insolation-weighted Northern Hemisphere snow cover and sea-ice between 1973–2002 (Climate Dynamics, Volume 22, Issue 6-7, pp. 591-595, June 2004) – Roger A. Pielke Sr. et al. Accounts from 19th-century Canadian Arctic Explorers’ Logs Reflect Present Climate Conditions (Eos, Transactions American Geophysical Union, Volume 84, Issue 40, pp. 410-412, 2003) – James E. Overland et al. Arctic sea ice thickness remained constant during the 1990s (Geophysical Research Letters, Volume 28, Issue 6, pp. 1039-1042, March 2001) – P. Winsor Driftwood in Svalbard as an Indicator of Sea Ice Conditions (Geografiska Annaler: Series A, Physical Geography, Volume 64, Number 1/2, pp. 81-94, 1982) – Anders Haggblom Has Arctic Sea Ice Rapidly Thinned? (PDF) (Journal of Climate, Volume 15, Issue 13, pp. 1691-1701, July 2002) – Greg Holloway et al. Historical variability of sea ice edge position in the Nordic Seas (Journal of Geophysical Research, Volume 111, Issue C1, January 2006) – Dmitry V. Divine et al. Holocene fluctuations in Arctic sea-ice cover: dinocyst-based reconstructions for the eastern Chukchi Sea (Canadian Journal of Earth Sciences, Volume 45, Number 11, pp. 1377-1397, November 2008) – J.L. McKay et al. Holocene Sea-Ice Variations and Paleoenvironmental Change, Northernmost Ellesmere Island, N.W.T., Canada (Arctic and Alpine Research, Volume 15, Number 1, pp. 1-17, February 1983) – Thomas G. Stewart et al. advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Holocene sea-ice variations in Greenland: onshore evidence (PDF) (The Holocene, Volume 14, Number 4, pp. 607-613, 2004) – Ole Bennike Holocene thermal maximum in the western Arctic (0–180°W) (Quaternary Science Reviews, Volume 23, Issues 5-6, pp. 529-560, March 2004) – D. S. Kaufman et al. Holocene Treeline History and Climate Change Across Northern Eurasia (Quaternary Research, Volume 53, Issue 3, pp. 302-311, May 2000) – Glen M. MacDonald et al. Observationally based assessment of polar amplification of global warming (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 29, Issue 18, pp. 25-1, September 2002) – Igor V. Polyakov et al. Sea-ice decline due to more than warming alone (Nature, Volume 450, Number 7166, pp. 27, November 2007) – Julia Slingo et al. Solar Arctic-Mediated Climate Variation on Multidecadal to Centennial Timescales: Empirical Evidence, Mechanistic Explanation, and Testable Consequences (PDF) (Physical Geography, Volume 30, Number 2, March-April 2009) – Willie H. Soon Summer retreat of Arctic sea ice: Role of summer winds (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 35, Issue 24, December 2008) – Masayo Ogi et al. Temporal and spatial variation of surface air temperature over the period of instrumental observations in the Arctic (PDF) (International Journal of Climatology, Volume 20, Issue 6, pp. 587-614, May 2000) – Rajmund Przybylak Variable solar irradiance as a plausible agent for multidecadal variations in the Arctic-wide surface air temperature record of the past 130 years (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 32, Issue 16, August 2005) – Willie H. Soon Variations in the age of Arctic sea-ice and summer sea-ice extent (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 31, Issue 9, May 2004) – Ignatius G. Rigor et al. Clouds: Can thin cirrus clouds in the tropics provide a solution to the faint young Sun paradox? (Journal of Geophysical Research, Volume 115, Issue D2, January 2010) – Roberto Rondanelli, Richard S. Lindzen advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Cloud and radiation budget changes associated with tropical intraseasonal oscillations (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 34, Issue 15, August 2007) – Roy W. Spencer, William D. Braswell, John R. Christy, Justin Hnilo Does the Earth Have an Adaptive Infrared Iris? (PDF) (Bulletin of the American Meteorological Society, Volume 82, Issue 3, pp. 417-432, March 2001) – Richard S. Lindzen, Ming-Dah Chou, Arthur Y. Hou – Reply to Comment on « Does the Earth Have an Adaptive Infrared Iris? » (PDF) (Bulletin of the American Meteorological Society, Volume 83, Issue 4, pp. 598-600, April, 2002) – Richard S. Lindzen, Ming-Dah Chou, Arthur Y. Hou – Reply to: « Tropical cirrus and water vapor: an effective Earth infrared iris feedback? » (PDF) (Atmospheric Chemistry and Physics, Volume 2, Issue 2, pp. 99-101, May 2002) – Ming-Dah Chou, Richard S. Lindzen, Arthur Y. Hou – Comment on « No Evidence for Iris » (PDF) (Bulletin of the American Meteorological Society, Volume 83, Issue 9, pp. 1345–1349, September 2002) – Richard S. Lindzen, Ming-Dah Chou, Arthur Y. Hou – Comments on « The Iris Hypothesis: A Negative or Positive Cloud Feedback? » (PDF) (Journal of Climate, Volume 15, Issue 18, pp. 2713-2715, September 2002) – Ming-Dah Chou, Richard S. Lindzen, Arthur Y. Hou – Comments on « Examination of the Decadal Tropical Mean ERBS Nonscanner Radiation Data for the Iris Hypothesis » (Journal of Climate, Volume 18, Issue 12, pp.2123-2127, June 2005) – Ming-Dah Chou, Richard S. Lindzen Satellite retrievals of (quasi-)spherical particles at cold temperatures (Geophysical Research Letters, Volume 37, Issue 5, March 2010) – Yong-Sang Choi, Chang-Hoi Ho, Jinwon Kim, Richard S. Lindzen Space observations of cold-cloud phase change (Proceedings of the National Academy of Sciences, June 2010) – Yong-Sang Choi, Richard S. Lindzen, Chang-Hoi Ho, Jinwon Kim Radiative effect of cirrus with different optical properties over the tropics in MODIS and CERES observations (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 33, Issue 21, November 2006) – Yong-Sang Choi, Chang-Hoi Ho The thunderstorm thermostat hypothesis: How clouds and thunderstorms control the Earth’s temperature (Energy & Environment, Volume 21, Number 4, pp. 201-216, August 2010) – Willis Eschenbach Validation of the cloud property retrievals from the MTSAT-1R imagery using MODIS observations (PDF) (International Journal of Remote Sensing, 2009) – Yong-Sang Choi, Chang-Hoi Ho advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info CO2 lags Temperature changes: Atmospheric Carbon Dioxide Concentration Across the Mid-Pleistocene Transition (Science, Volume 324, Number 5934, pp. 1551-1554, June 2009) – Barbel Hnisch et al. « The lack of a gradual decrease in interglacial PCO2 does not support the suggestion that a long-term drawdown of atmospheric CO2 was the main cause of the climate transition. » Atmospheric CO2 Concentration from 60 to 20 kyr BP from the Taylor Dome ice core, Antarctica (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 27, Issue 5, March 2000) – Andreas Indermuhle et al. « The lag was calculated for which the correlation coefficient of the CO2 record and the corresponding temperatures values reached a maximum. The simulation yields a lag of (1200 ± 700) yr. » Atmospheric CO2 Concentrations over the Last Glacial Termination (Science, Volume 291. Number 5501, January 2001) – Eric Monnin et al. « The start of the CO2 increase thus lagged the start of the [temperature] increase by 800 ± 600 years. »> Coherence established between atmospheric carbon dioxide and global temperature (Nature, Volume 343, Number 6260, pp. 709-714, February 1990) – Cynthia Kuo et al. Temperature and atmospheric carbon dioxide are significantly correlated over the past thirty years. Changes in carbon dioxide content lag those in temperature by five months. Ice core records of atmospheric CO2 around the last three glacial terminations (Science, Volume 283, Number 5408, pp. 1712-1714, March 1999) – Hubertus Fischer et al. « High-resolution records from Antarctic ice cores show that carbon dioxide concentrations increased by 80 to 100 parts per million by volume 600 ± 400 years after the warming of the last three deglaciations. » Southern Hemisphere and Deep-Sea Warming Led Deglacial Atmospheric CO2 Rise and Tropical Warming (Science, Volume 318, Issue 5849, September 2007) – Lowell Stott et al. advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info « Deep sea temperatures warmed by ~2C between 19 and 17 ka B.P. (thousand years before present), leading the rise in atmospheric CO2 and tropical surface ocean warming by ~1000 years. » The phase relations among atmospheric CO2 content, temperature and global ice volume over the past 420 ka (PDF) (Quaternary Science Reviews, Volume 20, Issue 4, pp. 583-589, February 2001) – Manfred Mudelsee « Over the full 420 ka of the Vostok record, CO2 variations lag behind atmospheric temperature changes in the Southern Hemisphere by 1.3±1.0 ka » Timing of Atmospheric CO2 and Antarctic Temperature Changes Across Termination III (Science, Volume 299, Number 5613, March 2003) – Nicolas Caillon et al. « The sequence of events during Termination III suggests that the CO2 increase lagged Antarctic deglacial warming by 800 ± 200 years and preceded the Northern Hemisphere deglaciation. » Coral Reefs: A critique of a method to determine long-term decline of coral reef ecosystems (PDF) (Energy & Environment, Volume 18, Number 6, pp. 783-796, November 2007) – Peter V. Ridd Bikini Atoll coral biodiversity resilience five decades after nuclear testing (PDF) (Marine Pollution Bulletin, Volume 56, Issue 3, pp. 503-515, March 2008) – Zoe T. Richards et al. Five decades after a series of nuclear tests began, we provide evidence that 70% of the Bikini Atoll zooxanthellate coral assemblage is resilient to large-scale anthropogenic disturbance. Coral reef calcification and climate change: The effect of ocean warming (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 31, Number 22, November 2004) – Ben I. McNeil et al. « Our results suggest that present coral reef calcification rates are equivalent to levels in the late 19th century and does not support previous suggestions of large and potentially catastrophic decreases in the future. » – Reply to comment by Kleypas et al. on « Coral reef calcification and climate change: The effect of ocean warming » (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 32, Issue 8, April 2005) – Ben I. McNeil et al. advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info Reef corals bleach to survive change (Nature, Volume 411, Number 6839, pp. 765-766, June 2001) – Andrew C. Baker Deaths: Changing Heat-Related Mortality in the United States (PDF) (Environmental Health Perspectives, Volume 111, Number 14, pp. 1712-1718, November 2003) – Robert E. Davis, Paul C. Knappenberger, Patrick J. Michaels, Wendy M. Novicoff Cold-an underrated risk factor for health (Environmental Research, Volume 92, Issue 1, pp. 8-13, May 2003) – James B. Mercer Deaths and Death Rates from Extreme Weather Events: 1900-2008 (PDF) (Journal of American Physicians and Surgeons, Volume 14, Number 4, pp. 102-109, 2009) – Indur M. Goklany Decadal changes in heat-related human mortality in the eastern United States (PDF) (Climate Research, Volume 22, Number 2, pp. 175-184. September 2002) – Robert E. Davis, Paul C. Knappenberger, Wendy M. Novicoff, Patrick J. Michaels Decadal changes in summer mortality in U.S. cities (International Journal of Biometeorology, Volume 47, Number 3, pp. 166-175, May 2003) – Robert E. Davis, Paul C. Knappenberger, Wendy M. Novicoff, Patrick J. Michaels Extreme Weather Events, Mortality, and Migration (PDF) (The Review of Economics and Statistics, Volume 91, Number 4, pp. 659-681, November 2009) – Olivier Deschenes, Enrico Moretti Global Health Threats: Global Warming in Perspective (PDF) (Journal of American Physicians and Surgeons, Volume 14, Number 3, pp. 69-75, 2009) – Indur M. Goklany Heat related mortality in warm and cold regions of Europe: observational study (BMJ, Volume 321, Number 7262, pp. 670-673, September 2000) – W. R. Keatinge et al. Seasonality of climate–human mortality relationships in US cities and impacts of climate change (PDF) (Climate Research, Volume 26, Number 1, pp. 61-76, April 2004) – Robert E. Davis, Paul C. Knappenberger, Patrick J. Michaels, Wendy M. Novicoff Temperature-related mortality in France, a comparison between regions with different climates from the perspective of global warming (International Journal of Biometeorology, Volume 51, Number 2, November 2006) – Mohamed Laaidi, Karine Laaidi, Jean-Pierre Besancenot advertisement | ad info Advertisement | ad info Advertisement | ad info U.S. Trends in Crude Death Rates Due to Extreme Heat and Cold Ascribed to Weather, 1979-97 (Technology, Volume 7S, pp. 165-173, 2000) – Indur M. Goklany, Sorin R. Straja Was the 2003 European summer heat wave unusual in a global context? (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 33, Issue 23, December 2006) – Thomas N. Chase, Klaus Wolter, Roger A. Pielke Sr., Ichtiaque Rasool – Reply to comment by W. M. Connolley on « Was the 2003 European summer heat wave unusual in a global context? » (PDF) (Geophysical Research Letters, Volume 35, Issue 2, January 2008) – Thomas N. Chase, Klaus Wolter, Roger A. Pielke Sr., Ichtiaque Rasool Disease: Climate change and

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s