Archives quotidiennes : 17 mai 2010

La rupture du jeûne de la pensée


Sir Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada, au début du XXe siècle, disait: «Les Canadiens Français n’ont pas d’opinions, ils n’ont que des émotions». Pierre Trudeau, quelques générations plus tard, parlant des Québécois et nous prêtant désormais des sentiments plutôt que des emotions, ne nous en répétait pas moins que nous n’avions pas d’opinions… C’est sérieux, docteur ?

Pour ceux qui en sont gravement frappés – car nous ne le sommes pas tous également – ca peut l’être. Surtout si on y croit, surtout si on reste prostré, car le manque d’opinions est une maladie de langueur… Prostré devant la TV, avec un « six-pack » de certitudes et un sac qui n’attend pas l’autre de pensées croustillantes, sur le sport et la vie des artistes, vous n’avez plus à prendre parti; à heures fixes, le teléjournal vous nourrira de parti-pris. Peu à peu, ce qui vous serait resté d’opinions va cesser de se remettre en question et se scléroser en entêtements programmés.

Un entêtement est plus facile a gérer qu’une opinion, pour vous et pour les autres. C’est du stable, du solide, du permanent, du bon-pour-la vie. On sera content en haut lieu. Des entêtements en déséquilibre, si on les appuie habilement les uns sur les autre, permettent de bâtir des sociétés-chateaux de cartes qui se tiennent tout seul pour un temps.

Peut-on mourir d’un manque d’opinions ? On peut en mourir de vieillesse tout jeune, quand le cerveau n’a plus d’activité. On peut se momifier sans tomber de sa chaise et sans même changer de position dite sociale, si on y est bien calé par un boulot sans histoires ou un assistanat sans discussions. La mort clinique sera prononcée en temps opportun, quand on aura besoin de la chaise, mais il n’y aura plus de moment opportun où l’on aura besoin de vous. La vie ne vous dérangera plus.

C’est un choix. Un peu dommage, pourtant, car avoir des opinions peut être un plaisir. L’opinion, c’est le signet qu’on met dans le livre de la vie pour retrouver les emotions, chacune à la page où on l’a laissée. Sans opinions pour les mettre en ordre, les emotions viennent et elles passent… Est-ce que ça se soigne, Docteur, le manque d’opinions ? Bien sûr… Quand on écoute… et qu’on parle.

Les opinions naissent quand on écoute. Quand on écoute le pour et le contre, la Gauche et la Droite, ceux qui étaient là bien avant et ceux qui jurent qu’ils vont venir après. Des émotions sont là qui veulent devenir des entêtements, mais, à force d’écouter, presto, une opinion naît ! Quand une opinion est née, elle doit grandir; elle grandit quand on en parle… Tenez, moi, à mon âge, on s’étonne parfois que je parle tant et que je veuille encore écouter. C’est que j’aime bien avoir des opinions… Et vous ?

Ce n’est pas si facile de trouver où écouter et parler. Pouvoir écouter autre chose que le gros bourdon de la pensée conforme, s’entend, pour distinguer toutes les nuances du carillon-humanité et noter parfois les dissonances. Il y a une telle pudeur à montrer nue une jeune opinion dont personne n’a encore pénétré le sens ! Il y a des gens qu’on fréquente toute une vie sans jamais se permettre de leur toucher les idées. Comment s’ouvrir à un parent, un ami, un collègue – avec qui l’on partage depuis toujours une franche camaraderie de l’insignifiance imposée – et lui avouer comme ça, tout de go : « tu sais, je pense… »

Alors, il y a un besoin pour une Allée au Bois virtuelle où les idées peuvent se promener et échanger des œillades ; c’est pour ça que je vous invite sur le site de CentPapiers. Venez exprimer enfin ce que vous avez toujours voulu dire. Allez où vous voulez et au pas qui est le vôtre ; il y aura toujours quelqu’un qui croisera votre route et dont ce sera aussi le pas. Écoutez, puis parlez : on vous écoutera. On proposera ou on s’opposera, mais des opinions naîtront. Les vôtres.

Ne laissez pas passer un jour sans avoir lu une ligne et commenté au moins par un « oui » ou un « non », sans avoir dit « bravo » ou « merde ». Pas un jour sans avoir opiné. C’est ainsi qu’un cerveau paralysé prend son grabat et marche…. Et vous aurez mis des opinions-signets qui vous feront vibrer aux pages d’où les emotions vous auront sauté à la gorge.

Vous y retournerez, à ces pages, et c’est là que vos opinions prendront un sens aussi pour les autres, car, quoi qu’en ait pensé Sir Wilfrid, les emotions sont l’omega comme l’alpha et ce n’est pas sur ce qui vous indiffère que vous ferez la différence, mais sur ce qui vous tient aux tripes. C’est votre emotion ET votre opinion. Partagez-la.

Quand chacun aura osé émettre une opinion et partager la petite parcelle de la vérité qui est en lui – et qui n’est à nul autre, puisque personne n’a eu le même vécu – ce sera la fin du rituel de manipulation des « sans-opinions » par les bien-pensants. Ce sera la fin du long ramadan de la noirceur conformiste. Ce sera la rupture du jeûne de la pensée… et on pourra festoyer.

Pierre JC Allard

15 Commentaires

Classé dans Actualité, Pierre JC Allard