Archives quotidiennes : 6 novembre 2010

C’est la fête ici , venez faire un tour !

************


Zorg : La vie, que vous servez si noblement, vient de la destruction, du désordre et du chaos. Prenez ce verre vide. Il est là, paisible, serein et ennuyeux. Mais s’il est…
[fait tomber le verre de la table]
Zorg : détruit
[des robots nettoyeurs se déplacent pour ramasser le verre brisé ]
Zorg : Regardez toutes ces petites choses. Si occupées maintenant. Remarquez comment chacune est utile. Quel ballet charmant s’ensuit, plein de formes et de couleurs. Maintenant, pensez à tous ces gens qui les ont créés. Techniciens, ingénieurs, des centaines de personnes qui seront capables de nourrir leurs enfants ce soir afin que ces enfants puissent grandir grands et forts et avoir des enfants minuscules à eux, et ainsi de suite. Ainsi, s’ajoutant à la grande chaîne… de la vie.
[le bureau prépare un verre d’eau et une coupe de fruits]
Zorg : Voyez-vous, Père, en créant une petite destruction, j’encourage en réalité la vie. En réalité, vous et moi sommes dans le même business. Santé. »(Dialogues du film Le 5ième élément)

************

On sait qu’un individu normal et sain, s’il ne veut pas être hypnotisé, peut facilement résister aux efforts de l’hypnotiseur. C’est pourquoi, les hypnotiseurs professionnels cherchent à créer d’abord une «atmosphère». Il semble évident que pour certains, qui aiment se faite nommer élites/gouvernements/corporations/religions/whatever, la vie se résume à une lutte de volonté, de créer différents scénarios et atmosphères, qui réduisent la conscience obéissante à l’esclavage, par son propre libre-arbitre. Les différents paliers retransmettent une injonction d’obéir, précisément telle que celle émise sans explication valable pour quiconque se penche sur la finalité .

Le seul but est d’inciter le sujet à accepter l’ordre, le véritable contenu de l’ordre étant largement hors sujet, un peu comme le sergent au service militaire qui te gueule dessus parce que tes dessous de semelles ne sont pas cirées .. Aucune importance si la cause de la gueulante est ridicule, le but est juste de te casser… Et « cassés » nous le sommes depuis pas mal de temps… Posséder une légion de serviteurs (on appelle ça des électeurs ou consommateurs ) de cette manière est un véritable mode d’alimentation pour le système, une sorte de « pyramide de la chaîne alimentaire. » L’échec à obtenir l’obéissance induit différentes techniques, souvent la culpabilisation, et si ça ne marche pas, la punition.

Le systéme utilise de multiples leviers pour assurer cette obéissance dans son terrain de jeu, La Cage… la religion a abattu une bonne part dans la culpabilisation permanente de celui qui cherche… « Un oeil sévère m’observe en permanence. Je suis jugé. Le jugement et la douleur sont mes compagnons depuis si longtemps. Le remord me ronge, même inconsciemment. Je crois parfois souffrir d’autres maux et la confusion de mon mal le rend encore plus insidieux. Les paroles spirituelles n’ont fait qu’ajouter à ma douleur, l’oeil est encore plus sévère, la crainte de la sanction de Dieu s’est ajoutée à celle des hommes. Je crois que si je ne fais pas ce qu’il faut, je devrai revenir pour un tour, ou rôtir en enfer. Mon coeur pleure à l’intérieur, presque en permanence. Il aimerait pouvoir pleurer ouvertement, mais l’oeil sévère me regarde et l’étau se resserre un peu plus. Je demande l’amour mais je ne le vois nulle part, si bien que je suis devenu incapable de le laisser passer en moi… coupable je suis par décret divin, coupable par ma naissance au mauvais endroit, coupable par ma peau, coupable d’aller voir ailleurs si je peux vivre« ( La Bible du mouton selon Le Boucher Suprême, verset 69 de l’apôtre Mirza).

Regardant l’histoire « de notre civilisation », la religion semble avoir été déjà existante beaucoup plus longtemps que « la science ». Et encore nous voyons que la religion a échoué. Malgré ses enseignements les gens sont toujours constamment à la guerre l’un avec l’autre. Les gens ne sont pas devenus meilleurs.. on décrit la vision de la vérité de notre condition – la condition de notre réalité en général – comme « la terreur de la situation. » … Personnellement, j’appelle ça la grande « Déception »…

C’est épouvantable parce que, quand vous LA VOYEZ vraiment, vous comprenez combien grand est l’échec de la religion aux versions diverses de Dieu à répondre aux demandes éternelles de l’homme devant sa destinée, et combien grand est l’échec de la politique/économie à répondre aux demandes de l’homme à juste avoir une occupation valorisante et confortable, et combien grand est l’échec de la science à nous fournir des avantages réels technologiques dénués de danger … au lieu de ça, nous avons un vaste troupeau de moutons, conditionné au MacDo et au cellulaire et se tapant sur la gueule au nom de soi-disant concepts démocratiques pour sauver un quignon de pain rassis tombé de la table des zélites qui s’empiffrent ouvertement… alors on regarde par dessus l’épaule, on se dit que grâce à la science , ben on est mieux que Grand Papa dans sa chaumière avec son cheval et sa charette, ou que le serf du Moyen âge qui n’avait pas ses antibios ou que le petit noir au gros ventre qui n’a pas son four micro-onde… mais comment ont ils pu vivre sans cela ? on regarde notre Tv, notre Blackberry, notre bagnole et on hausse les épaules….moi, cynique ? you bet …la durée de vie des cyniques est plus longue que celles des aveugles dans l’échelle fuckée de l’australopithèque du 21ième…

La science, qui est venue plus tard et a explosé dans le dernier millénaire, a échoué aussi. Elle a porté l’humanité au bord de l’autodestruction, coincée dans sa compartimentalisation du savoir et son refus de théories contredisant son savoir académique. Voir les différents débats qui agitent cette poussièreuse acadamie du savoir .. Les avances dans les sciences mathématiques, physiques et informatiques ont provoqué le stade actuel de « la théorie des jeux appliquée », où « les guerres » sont appelées « les jeux » et « gagner le jeu » est de tuer autant de personnes que possible avec aussi peu de coût que possible. La guerre est la projection spectaculaire et sanglante de notre vie quotidienne. C’est un précipité de nos vies de tous les jours. Et sans une transformation de nous-mêmes il y aura forcément toujours des antagonismes nationaux et raciaux, de puériles querelles idéologiques, une multiplication de soldats, les saluts aux drapeaux et les brutalités sans nombre qui concourent à créer le meurtre organisé.

L’éducation dans le monde entier a fait faillite, elle a produit des destructions et des misères de plus en plus grandes, et surtout des générations incapables de raisonner ou croiser des infos pour en faire leur vérité propre , individus raisonnant sous la pression du groupe et découvrant leur individualisme dans la consommation au lieu du savoir …

Je me demande si vous avez jamais considéré comment il est étrange que les structures éducatives et formant le caractère de notre culture nous exposent, mais une seule fois dans nos vies aux idées de Socrate, Platon, Euclide, Aristote, Hérodote, Augustine, Machiavel, Shakespeare, Descartes, Rousseau, Newton, Racine, Darwin, Kant, Kierkegaard, Tolstoï, Schopenhauer, Goethe, Freud, Marx, Einstein et des douzaines d’autres du même rang, mais nous exposent annuellement, mensuellement, par semaine et même quotidiennement aux idées de personnes comme Jésus, Moïse, Muhammad et Bouddha.

Pourquoi est-ce, pensez-vous, que nous avons besoin trimestriellement de cours sur la charité, tandis que l’on présume qu’un cours unique sur les lois de thermodynamique est supposé durer pour nous toute une vie ?

Pourquoi la signification de Noël est jugée si difficile à comprendre que nous devons en entendre une douzaine d’explications, pas une fois dans une vie, mais chaque année, année après année après année ?

Peut-être même plus essentiel, pourquoi le pieux (qui sait déjà chaque mot de n’importe quel texte qu’il trouve saint) a besoin de le répéter semaine après semaine après semaine et même jour après jour après jour ?

Quiconque familier avec 1984 de George Orwell est déjà conscient de l’idée que contrôler une définition populaire des mots, contrôler les significations que ces mots évoquent dans les esprits du grand public, et contrôler à quel rythme on matraque ces mots, est inséparable de la réalisation du contrôle de la pensée réelle de la populace.

Un examen proche de la question manifeste une déformation et une perversion de significations des mots dans la conscience publique. Cela est accompli en changeant, avec le temps, les mêmes définitions de mots clefs dans nos esprits et dans les dictionnaires vers lesquels nous nous tournons quand nous cherchons à clarifier et à résoudre les termes qui semblent ambigus ou « fermés » quand nous les entendons utilisés par des experts, ou quand nous les lisons dans les médias corporatifs.. le mot « terroriste », « démocratie », sont les premiers exemples qui me viennent à l’esprit …

Et oui, nous sommes les témoins attentifs de l’échec de la civilisation, nous bloggons, nous nous enflammons, nous manifestons, nous ensanglantons les rues de notre sang parfois … « Ordo ab chao « …mais au profit de qui ? Ou de quoi ? (pour ceux qui ont déjà entamé la démarche).

La corruption de notre civilisation est évidente, entière et profonde. Sans une véritable révolution intérieure, l’humanité sera toujours divisée entre les profiteurs et leurs victimes consentantes, dans un pathétique simulacre de civilisation. La course au profit a produit une société plus inhumaine que jamais derrière un masque civilisé. Quoi qu’on en dise, nous n’avons jamais mis fin à la barbarie.

Pour découvrir la vérité, il est d’abord nécessaire d’être libéré des conflits habituels qui ont lieu à la fois dans l’individu et entre lui et le monde extérieur. Lorsque nous ne sommes plus en état de conflit intérieurement, nous ne le sommes plus extérieurement. C’est le conflit intérieur qui, projeté à l’extérieur, devient mondial. La guerre est la projection spectaculaire et sanglante de notre vie quotidienne. C’est un précipité de nos vies de tous les jours. Et sans une transformation de nous-mêmes il y en aura forcément toujours .. Y a t il un géne spécifique aux manipulateurs et aux manipulés ?

Le monde continue en l’état parce que nous préférons espérer. Mais nous devrons un jour aller plus loin que l’espoir si nous voulons lui donner une substance. Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur la guerre que nous entretenons dans le secret de nos pensées tout en déplorant l’état du monde, ses antagonismes nationaux et raciaux, ses puériles querelles idéologiques, ses multiplications de soldats, ses saluts aux drapeaux, ses différences de couleur de peaux ou de sexe, et les brutalités sans nombre qui concourent à créer le meurtre organisé à petite et grande échelle.

Cette civilisation barbare qui a décoré ses erreurs, ses manquements et ses mensonges des atours de la vertu doit être reconstruite depuis ses fondations. C’est, évidemment, un choix difficile parce que nous sommes attachés à nos ruines. Mais la vision de la souffrance du monde devrait suffire à soutenir notre décision. C’est le cas pour certains d’entre nous, qui n’ont pas d’intérêts personnels à préserver dans l’enfer du monde…

C’est l’humanité qui est malade, pas juste un tyran ici ou là, dans un pays ou un autre. Qui a eu le courage d’observer, jusque dans sa propre maison, jusque dans son âme, nos compromissions et leurs tragiques conséquences. Car nous sommes amorphes, vides de tout courage, repliés sur nos petits acquis que nous tentons de sauver de l’effondrement, en attendant la mort sans doute. Nous sommes les soldats de la folie, répétant les litanies des tordus qui nous tiennent par la peur, répétant les règles qui nous ont été inculquées afin que rien ne change. Chacun porte en lui l’espoir de la paix et chacun perpétue la guerre en même temps, et chacun a choisi d’oublier qu’il peut être un guerrier qui se redresse et regarde consciement ce qui se passe, libre de toutes ses peurs …

Attendez vous que le groupe humain soudainement se réveille pour participer à la marche au changement ?Je lisais récemment un article sur les expériences de Asch en 1955 qui ont montré que « l’individu aspire profondément à adhérer à l’opinion du groupe, tenue pour le critère de la normalité, fût-elle délirante : plus d’un tiers des sujets étudiés renonçaient à leur propre perception pour adopter celui de leur entourage qui prétendait que le segment de 10 cm à gauche était égal à celui de 20 cm à droite. Les deux tiers qui maintenaient leur point de vue contre le groupe, n’en étaient pas moins rongés par le doute : ils ne pensaient pas pouvoir avoir raison seuls contre l’apparent pluralisme de sources que représentait le groupe. » La libération ne viendra pas du groupe, pas tant que chaque individu du groupe ne se soit lui même affranchi …

Pour l’instant, la population lâche un moment son hypno-vision à plasma et jette un œil désabusé sur l’absurdité dramatique de son existence personnelle et s’écrie sur tous les blogs et autres médias : « Mais bon sang, personne ne va faire quelque chose ? », comme si ceux qui avaient le pouvoir d’agir étaient quelque part, comme s’ils existaient tout simplement. Non, désolé, y a personne au numéro demandé, bienvenue dans le monde de la grande Déception, veuillez prendre votre numéro vers le cycle sans fin, n’oubliez pas votre sucette, gracieuseté de votre suzerain.

Y a-t-il vraiment un espoir? Et s’il y en a un, où donc ? Peut être en vous, tout simplement ?

Peut-être est-il temps tout simplement d’essayer quelque chose de nouveau , en chevauchant un fil ténu, entre l’inexorable folie historique des hommes et leur impénétrable sagesse constamment manipulée.

Il y a deux théories principales sur l’avenir – celui d’un avenir prédestiné et celui d’un avenir libre. La théorie de prédestination affirme que chaque événement futur est le résultat d’événements passés et si nous connaissons tout le passé alors nous pourrions connaître tout l’avenir. L’idée d’un avenir libre est basée sur des « probabilités » quantiques. L’avenir est soit seulement partiellement déterminé, soit indéterminé à cause des interactions diverses possibles à n’importe quel point donné. Cette idée « de libre arbitre » dit que des actes de volonté tout à fait délibérés peuvent provoquer un changement subséquent des événements. Ceux qui supportent la prédestination disent que des actions soi-disant « volontaires » ne le sont pas, en fait, mais sont plutôt les résultats des causes incomplètement comprises qui les ont faits des actes impérieux – bref, rien n’est accidentel.

Donc, d’une part nous avons « la prédestination froide » advienne que pourra, rien ne peut être changé – d’autre part nous avons une réalité qui est seulement un point sur une sorte d’aiguille nommée le présent, entouré de tous les côtés par le Golfe de Non-existence – un monde qui naît et meurt à chaque moment.

Je pense personnellement qu’à chaque moment donné tout l’avenir du monde est prédestiné et existant, mais il est prédestiné conditionnellement, c’est-à-dire, il doit y avoir un avenir ou un autre conformément à la direction des événements du moment donné, si aucun nouveau facteur n’entre. Et un nouveau facteur peut entrer seulement du côté de la conscience et de la volonté.La vôtre, la mienne, libre de tous conditionnement et capable d’appliquer une intention parce que comprenant les causes et les effets.

Dans le passé, ce qui est derrière nous, se trouve non seulement dans ce qui était, mais aussi dans ce qui pourrait avoir été. De la même manière, dans l’avenir se trouve non seulement ce qui sera mais aussi ce qui peut être. Non, ma réflexion ne vient pas du New âge et de sa pensée positive béate et surtout immobile.

J’aimerais que le prochain sursaut soit celui qui nous extirpe de la barbarie. N’êtes-vous pas comme moi ? Ne sentez-vous pas qu’à cette évocation, quelque chose se réveille qui mobilise notre conscience au point de faire la lumière afin que nous ne soyons plus les esclaves de nos ombres et les bourreaux de nos semblables ?

Est-ce encore trop tôt ? Est-ce si utopique d’être délivré des conditionnements de notre nature et de pouvoir sortir de la Cage ?

Où sommes-nous assez nombreux dans cet esprit pour que le rêve devienne réalité ? Quel vent guidera votre bateau ?

26 Commentaires

Classé dans Actualité, Marc Lafontan

Trois jeunes tués par un train près de l’échangeur Turcot

Journalisme ou cannibalisme? Le deuil des familles éprouvées

Raymond Viger Dossier Médias

Avec les familles des graffiteurs tués par un train sous l’échangeur Turcot, est-ce que certains journalistes reproduisent les mêmes erreurs qu’avec la famille de Kimveer Gill lors de la tuerie du College Dawson?

Lors du congrès de la Fédération des journalistes professionnels de 2006, de grandes questions sur l’éthique journalistique ont été soulevé. Des journalistes campaient devant la maison de la famille Gill, à travers la fenêtre du salon un caméraman tentait d’obtenir des images de la famille et de l’intérieur de la maison, des victimes et leurs parents étaient harcelés à l’hôpital… Une forme de cannibalisme pour obtenir le gros plan d’une famille éprouvée, d’obtenir, par tous les moyens, la photo de parents qui pleurent…

Trois jeunes ont été tués par un train ce week-end. Deux autres jeunes sont en état de choc. Est-ce que certains journalistes répètent le même scénario qu’en 2006 avec la famille de Kimveer Gill? Est-ce nécessaire et d’intérêt public d’harceler des familles éprouvées pour les voir pleurer?… Est-ce nécessaire et d’intérêt public pour voir leur souffrance étalée au grand écran?…

La réalité c’est qu’il y a des familles qui ont besoin de faire le deuil des événements. Les familles sont en état de choc. Est-ce le bon moment pour les harceler? Ce n’est pas le temps non plus d’essayer de trouver un jeune qui les auraient connu pour qu’ils tentent de nous décrire le caractère des jeunes victimes, le profil psychologique de son jeune copain… Les jeunes qui sont proches des victimes sont aussi en état de choc et ébranlés par le malheureux accident.

La communauté est en deuil. D.E.U.I.L. Un deuil qui doit se passer en privé, en famille et, dans les cas les plus difficiles avec des intervenants pour soutenir la famille et la communauté dans sa démarche. PEUT-ON LEUR SACRER PATIENCE? PEUT-ON RESPECTER LA DOULEUR ET LA SOUFFRANCE DES FAMILLES ÉPROUVÉES?

Pendant ce temps, certains blogueurs dérivent et manquent totalement de respect envers les familles éprouvées comme Édouard H. Bond du magazine Urbania. Un très mauvais billet qui a, heureusement, reçu une très mauvaise critique des internautes. Le billet n’aura pas terminé la journée avant que le magazine Urbania décide de retirer de son site le texte d’Édouard H. Bond. Je veux remercier et féliciter les internautes qui ont rapidement et clairement pris position contre un tel billet qui manquait totalement de respect envers les familles et la communauté éprouvées.

Trois jeunes tués par un train sous l’échangeur Turcot.

Quebec bashing?
On tue la une, V télé; un délire dénudé de sens
L’Europe pointe du doigt Louis Lacroix du 93,3 à Québec Décès de la chanteuse Lhasa de Sela
La dérive du magazine Summum
Patrick Lagacé traité de journaliste nombriliste
Maurice Jarre, Wikipédia et des journalistes négligents
Code de deontologie journalistique Michelle Blanc et la federation des journalistes
Impact des medias sur le suicide, les tueries et les drames familiaux
Article trompeur dans Le Journal de Montréal
La qualité de l’information dans les médias est menacé par… les médias
Julie Snyder, Le Banquier, TVA, Pierre Bruneau, Sophie Thibault et le Conseil de presse

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, Raymond Viger