Changement politique démocratique devenu possible!!!

 

 André Lefebvre

           Voici mon opinion sur l’organisation de base d’une société vraiment démocratique

La nouveauté :

 Le système politique devient informatisé

Les conditions de base à être rencontrées :

1) Pour qu’une société soit saine et prospère, il est évident qu’elle doit adopter un système social.

2) Pour que ce système social assure l’équitabilité envers chacun des individus, il faut nécessairement que chacun de ces individus soit responsable de la « gérance » de ce  système social.

3) Pour qu’un individu puisse « gérer » une société, il lui faut acquérir la notion de respect des différences puisqu’aucun des individus n’est identique.

4) Pour qu’un système social puisse assurer la qualité de vie de chacun des individus d’une société, il faut qu’il soit appuyé sur un système économique qui crée de la richesse.

5) Pour qu’un système social soit performant, il lui faut demeurer le plus simple possible avec un maximum d’efficacité.

6) Pour qu’un système social soit efficace, il lui faut être « automatique », ce qui le rend  imperméable aux caprices du moment ou d’individus, tout en étant malléable pour s’adapter à l’évolution de sa société.

La situation actuelle :

       Tout notre système « démocratique » est pourri jusqu’à l’os!!! Ce n’est plus du tout un système démocratique. (voir mon article précédant: La démocratie est une reine bien maquillée).

Corrections envisageables

        Lorsqu’un système donne de mauvais résultats, nous avons tendance à vouloir tout démolir et reprendre le tout à zéro.  Malheureusement, lorsque cela arrive, l’imagination, créative de nouveauté, ne s’en mêle pas beaucoup et nous avons tendance à opter pour des solutions qui ont déjà été tentées, sans avoir donné de résultats vraiment probants.

Le gros bon sens :

       Au départ, la sagesse du simple « gros bon sens » voudrait qu’on souligne les facteurs positifs du système en présence et qu’on détermine les corrections à apporter pour le rendre adéquat. Du moins, avant de décider de tout démolir.

Proposition :

 L’item no 1, plus haut, demande d’adopter un système social.

                 Le système le plus « social » qui existe actuellement est la notion derrière le système démocratique qui veut « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Le système du peuple au pouvoir n’est pas un système socialiste; c’est strictement un système démocratique. Par contre la suppression du multipartisme est indispensable.

                Une société qui saute de la gauche à la droite continuellement, n’a rien à voir avec une société équilibrée. C’est la logique même.

 L’item no 2 veut assurer une situation sociale équitable pour chacun des individus de cette société. Pour atteindre cet « état des choses », il faut invariablement que chacun des individus prenne ses responsabilités et s’implique dans la gérance du système social. C’est la seule façon qu’il peut protéger ses acquis et en développer d’autres.

L’item no 3  demande à l’individu de prendre conscience des différences de besoins de chacun et qu’il s’oblige à respecter ces différences.

               Au départ vivre en société donne l’avantage de ne pas être seul pour assurer sa propre survie. (Si vous vous comportez comme si vous étiez « seul contre tous » pour survivre (notion du « survival of the fittest »), vous êtes mieux d’aller vivre avec les animaux sauvages. Remarquez que de former une « meute » pour vous imposer, n’est pas tellement plus brillant).

               Dans un système social, votre survie est assurée par les décisions de ceux qui vous entourent. Votre devoir social se doit alors de s’orienter en fonction de la survie des autres. C’est le seul moyen pour vous, d’assurer la survie de tous et que tous assure votre survie. (C’est le principe du soldat dans une patrouille: il assure la protection de tous les membres de la patrouille qui, elle, assure sa protection à lui).

              Il n’est donc plus question d’assurer la survie de « l’ensemble » en tant qu’unité mais d’assurer la survie de chacun en tant qu’individu. La mentalité tribale, ségrégationniste et raciste de la notion « d’ensemble » est « passée date » (Veuillez m’excuser mais je déteste l’anglicisme « obsolète », même s’il est accepté).

L’item no 4  demande d’établir un système social sur une base économique qui crée vraiment de la richesse.

             La seule base actuelle vraiment efficace, ayant fait ses preuves pour créer de la richesse, est le système économique capitaliste. On ne peut le nier.

             La preuve est que la majorité des citoyens défavorisés gueulent contre les individus super riches.

             Le problème actuel n’est donc pas une question de notre « système économique » mais de la répartition équitable de la richesse créée.

L’item no 5 demande la performance du système social. Cela ne tient qu’à la mise en place d’un système simple et efficace.

            Ce système à venir est à notre portée aujourd’hui, avec l’électronique. Nous aurons bientôt un système électoral électronique.

           Cela signifie que toute décision gouvernementale peut être proposée à l’acceptation de l’électorat avant d’être adoptée, sans retarder l’adoption plus qu’elle ne l’est actuellement par les discussions partisanes stériles.

L’item no 6 exige l’automatisme du système pour qu’il ne serve pas aux fins intéressées de certains. Tout le système doit être contrôlé automatiquement en fonction d’enrichir le gouvernement et de redistribuer cette richesse équitablement à la population.

Les élus :

    Le système électoral fonctionne donc, par internet. Chacun des électeurs possède son code d’accès. Les candidatures n’ont aucune restriction au niveau du sexe, religion, handicap physique etc. Ils doivent seulement être « citoyens » et « majeurs ».

    La structure électorale est basée sur la démographie.

           a) Les « comtés » sont déterminés selon l’alphabet  et le nom de chacun des individus.

          b) Chacun des « comtés alphabétiques » possède le même nombre d’électeurs. L’intérêt des régions n’est plus en cause au niveau des élections. Seules les caractéristiques et aptitudes des candidats servent de critère électoral.

          c) Disparition des partis politiques basés sur des idéologies virtuelles pour s’attaquer à la réalité « qualité de vie » physique et psychologique du citoyen.

         d)  Chacun des candidats possède son site où il présente son CV, son parcours et ses idées.  La liste des citoyens qui appuient sa candidature y est inscrite.

         e) Les normes de restriction des candidatures sont à être établies (Dossier criminel, dossier de performance etc…)

 1)   Au premier tour chacun des « comtés alphabétiques » votent parmi une « brochette » de candidats afin d’élire un « postulant » pour chacun de ces « comtés alphabétiques».

2)   Un second scrutin (deuxième tour) sert à déterminer, parmi les « postulants », les 120 (ou plus) « délégués » qui seront élus au gouvernement. Chacun de ces délégués s’entoure d’une équipe de « spécialistes » qui forment son « bureau du délégué ».

3)   Un troisième scrutin élira, parmi les « délégués », les deux chefs qui dirigeront l’une des deux « chambres ».

        a)   Une chambre pour l’administration (ministères) et l’autre chambre (vérificatrice) pour vérification de cette administration.

         b) Les chambres possèdent le même nombre pair de délégués.

          c) Chacun des chefs des chambres n’a pas droit de vote; ce qui laisse un nombre impair aux votants.

          d) Le chef de la chambre administrative, choisit ses ministres.

          e) Le chef de la chambre vérificatrice organise ses comités de vérifications selon les ministères.

           f) Les chefs des deux chambres nomment chacun six délégés qui formeront un comité indépendant de douze délégués, veillant à l’équilibre économique régional dans le pays. Ils se prononcent sur tous les développement des régions, conseillent et négocient avec le gouvernement.

Procédure d’opération :

   Toute loi proposée par l’administration est présentée pour vérification.

         a) La chambre « vérificatrice » apporte les amendements si nécessaire et la proposition finale est présentée à l’électorat qui votera sur son acceptation ou son abolition.

         b) Toute loi ne recevant pas l’aval de plus de 60% de la population est remisée (et non annulée) et ne prend pas force de loi.

          c) Toutes les lois remisées forment une banque de lois potentielles qui reste entre les mains de la « chambre vérificatrice ».

L’Administration :

 

  1) Le gouvernement contrôle les prix de vente de tous les produits.

          a) Le prix de vente est établit par l’ajout d’un profit brut de 40% sur le coût de production. C’est coûts de production doivent être présentés clairement au gouvernement pour que soit accepté le prix de vente.

          b) La compétition se limite au niveau de la qualité du produit et du service après vente fournie par le vendeur. D’ailleurs le principe « d’offre et de la demande » est disparu depuis longtemps. Celui qui prévaut actuellement est: « Je t’offre ceci et j’en demande cela », sans que personne n’ait rien à redire. Par exemple, l’essence.

          c) Les importations sont assujetties à un prix de vente négocié au niveau gouvernemental qui établi une durée minimale de ce prix de vente.

           d) Les impôts sont calculés selon une échelle imposable dont le niveau change à tous les 10,000$ de revenus. Le niveau imposable commence à partir d’un revenu de 20,000 $ par année. Aucune restriction n’est admise pour l’imposition.

            e) Le salaire des particuliers étant une partie d’un coût de production, le coût de production d’une « machine » est imposable de façon identique au salaire du nombre d’individus que la machine remplace. (Cette imposition se fait sur un salaire de base équivalent à 8hre/jours  5 jrs /sem. Même si la « machine travaille 24 hres/jours. Les 16 heures/jour (plus 2 jours/week-end) d’opération non imposables servent à couvrir l’entretient et le remplacement éventuel de la machine).

          f) Un salaire du citoyen est établi selon les revenus d’impôts et de taxations au gouvernement. (Ceux qui croient à l’impossibilité d’un salaire du citoyen doivent apprendre qu’en 2004, le revenu de la province était de 51 milliards et qu’en 2010 il est de 106 milliards, sans qu’aucune augmentation fiscale ne touche les grandes entreprises et les « très riches ». Réajuster leur taxation et éliminer les paradis fiscaux suffisent amplement à assurer le salaire du citoyen).

           g) Ce salaire du citoyen doit suffire à chacun des individus pour échapper à la pauvreté et permettre la survie acceptable et honorable.

           h) Ce salaire du citoyen est reçu par chacun des citoyens de notre société quel que soit son revenu annuel.

    2)  Aucun placement dans des paradis fiscaux n’est toléré.

            Lorsqu’un individu est pris à investir dans un paradis fiscal, il est poursuivi en justice et, si reconnu coupable, ses biens au pays sont saisis par le gouvernement.

    3)  La taxe de vente est fixée à 10% pour les produits de base (sauf nourriture), 15% pour les produits secondaires, 25% pour les produits de luxe et 35% pour les produits de super luxe.

      4) Les revenus générés par toutes les « caisses » paragouvernementales et gouvernementales sont remis au gouvernement qui s’assure de couvrir les frais du salaire du citoyen.

       5) Le supplément des revenus gouvernementaux, après avoir couvert le salaire du citoyen sert de budget annuel du gouvernement.

       6) Les bonis de performances sont absolument bannis de toute la sphère gouvernementale et paragouvernementale.

Les finances :

     C’est le gouvernement (ministère des finances)qui devient producteur des devises. Les banques, si besoin est, peuvent faire des emprunts au gouvernement au taux en vigueur selon leur solvabilité.

     Les banques sont sous le contrôle du gouvernement au niveau des charges administratives au citoyen.

     Les bourses sont sujettes à des directives incontournables du ministère des finances. Elles doivent faire une demande avant de mettre un nouveau « produit boursier » sur le marché.

    Les gains de capitaux boursiers annuels d’un individu sont imposables inconditionnellement à 40% à partir d’un gain de 20,000 $. (Ce qui encourage les petits investisseurs) Les gains de capitaux sur immeubles et propriétés sont imposés à 20%. (Ce qui encourage la création de richesse au lieu de la simple spéculation stérile).

    L’investissement étranger est sous le contrôle gouvernemental. Certaine société industrielles peuvent être refusées de s’établir dans le pays par un suffrage de la population.

    Les sociétés paragouvernementales remettent leurs profits au gouvernement qui décide des fonds à être réinvestis ainsi que des dividendes à être payés. Une échelle de salaire pour ces administrateurs est établie par le gouvernement et accepté par suffrage du peuple.

Le système économique :

L’économie reste sous le système capitaliste.

       Tout entrepreneur peut s’enrichir autant qu’il le veut, sous la condition de suivre les lois de marché établi par le gouvernement.

       Au niveau des autres lois, il y est obligé tout comme les autres citoyens.

      Les taux d’imposition aux entreprises sont d’au moins 15% sur les profits bruts.

     Toute entreprise touchant à l’international et ayant ses bureaux dans le pays, doit payer ses impôts selon ses revenus totaux.

    Toute entreprise ayant des bureaux à l’extérieur du pays, doit acheter les produits de base disponibles dans le pays, qui sont taxables (produits bruts) pour ces entreprises extérieures. Ceux qui ont leur bureau principal dans le pays ne paient pas cette taxe mais sont sujets aux impôts sur les profits.

Le législatif :

 

Le système judiciaire est indépendant du gouvernement comme il l’est actuellement (Ou supposé l’être).

Les juges sont nommés par l’électorat.

     Le législatif doit s’organiser pour revoir tous le système et rétablir une certaine logique dans notre système judiciaire.

     Entre autre, rétablir l’équivalence entre ce qui est légal et ce qui est légitime.

     Rien de ce qui est légitime ne doit être illégal.

     Le principe général de base à l’administration de la justice est « Fais aux autres ce que tu voudrais qu’on te fasse ».

     Le seul critère du système judiciaire « civil » est la protection de l’individu dans le système.

     Le seul critère du système « criminel » est la protection de la société face à l’individu.

La santé :

 

      La structure du système de santé ne sera pas basée sur les besoins des intervenants de la santé, mais sur les besoins des malades à soigner.

     Celui-ci est toujours en droit de refuser des soins. Il en assume alors la responsabilité.

      Le contrôle actuel de l’industrie pharmaceutique sur la santé sera complètement oblitéré.

      Le serment d’Hippocrate sera réintroduit pour les médecins et sera étendus pour les infirmiers et infirmières.

     Tout le système d’administration de la santé sera révisé. La comptabilité ne servira qu’à « tenir les livres » et n’aura aucun pouvoir décisionnel en santé. D’ailleurs le pouvoir de tous les spécialistes en économie, finance et comptabilité se limite, partout, en pouvoir de conseiller; rien d’autre.

      L’administration du budget des centres de santé sera assurée par un groupe de deux médecins et deux infirmiers (ères) qui ont individuellement le même pouvoir administratif, élus par leurs pairs du centre.

      Il n’y aura qu’un seul budget pour chacun des centres que les administrateurs répartiront selon les priorités du centre qu’ils administrent.

      Les administrateurs de centres sont les seuls responsables de la qualité de services et de soins de leur centre.

Le fonctionnariat.

 

     Chacun des ministères possèdera son équipe de fonctionnaires composés de différents « spécialistes ».

     Aucun de ces « spécialistes » ne possède de pouvoirs décisionnels.

     Tous les pouvoirs décisionnels du ministère reposent entre les mains de personnes choisies et élues par les citoyens.

     Le système doit être informatisé au maximum pour éliminer les emplois inutiles.

L’armée :

 

    Un stage militaire de un an, obligatoire pour tout citoyen entre 18 et 20 ans. Le citoyen fait ensuite partie intégrante d’une milice nationale.

    L’armée officielle, composée de ceux qui ont aimé leur stage militaire, ne sert qu’à aider nos citoyens lors de catastrophes et assurent les sauvetages des citoyens en situation critique.

    Elle est également chargée d’assurer nos frontières.

    Un service de renseignement est dirigé par le ministre de la sécurité nationale.

La sécurité :

 

    La sécurité civile est assurée par une force policière, appuyée par le judiciaire.

    Un hors-la-loi certifié perd ses droits sociaux et ne les recouvre qu’après avoir prouvé sa volonté de les assumer selon les règles.

    Un récidiviste est considéré comme très peu passible d’assumer ses responsabilités.

    Les victimes de crimes sont protégées et pris en charge par des organismes sociaux pour les aider à retrouver une vie normale, s’ils le désirent.

    Les policiers sont libres d’enquêter ce qu’ils jugent à propos mais doivent recevoir l’aval d’un juge pour procéder aux arrestations par descentes

    Tout policier condamné pour « abus de pouvoir grave » envers un citoyen, sans raison valable, perd son emploi. Le policier n’est pas là pour opprimer mais pour défendre le citoyen.

L’éducation :

     Le système d’éducation actuel sera appelé : Système d’instruction.

    Il sera composé de deux volets : « Connaissance » et « Compétence ».

    Le primaire est axé strictement sur le volet « connaissance ». L’élève fait parti d’une classe avec « titulaire »; ce qui devient complémentaire à l’éducation que l’élève reçoit de sa famille.

    Le secondaire sert de période de choix pour l’élève selon ses aptitudes manuelles ou intellectuelles. Des conseillers en orientation lui sont disponibles. 

    Le système de classe avec titulaire reste identique. Cependant, une rotation de profs enseignants se fait pour certains cours théoriques plus « spécialisés ». Pour les cours pratiques du volet « compétence », c’est l’élève qui se déplace vers l’atelier spécifique.

    Le volet « compétence » développe les « techniciens » qui se spécialisent.

    Le volet « connaissance » continue le développement intellectuel des élèves qui le préfère.

    Le volet « compétence » est toujours ouvert, à tous les niveaux, à ceux du volet connaissance, et vice-versa.

    L’enseignement ne cesse jamais d’être composé de ces deux volets : « connaissance » et « compétence » jusqu’à ses plus haut niveaux.

     Au-delà du secondaire, les élèves se déplacent vers les salles de cours qu’ils ont choisi. Ils prennent leurs responsabilités vis-à-vis leur instruction individuelle.

Généralité :

    Partout où l’informatique peut assurer un traitement automatique des services, axé sur le bien-être du citoyen, l’informatique sera préféré à toute autre solution.

                               —————————————–

        Ce brossage détermine la base essentielle d’un gouvernement vraiment « démocratique ».

       Les ajouts se doivent d’être le moins restrictifs possible pour le citoyen et surtout, accepté par l’électorat. 

        Le principal critère décisionnel reste toujours la qualité de vie de l’individu et non une supposé nécessité sécurisante pour l’ensemble à laquelle on sacrifie l’individu.

       Évidemment, ce système se traduit à l’échelle du pays.

       La notion de province n’a plus de pertinence. Par contre, cette notion provinciale pourrait être acceptable dans une confédération au lieu d’une fédération. Ce système vraiment démocratique se situerait alors au niveau des provinces. 

     Un montant donné au fédéral serait voté par la population pour lui assurer les moyens d’administrer la confédération.

    Si la Fédération actuelle ne désire pas adopter ce système démocratique,rien n’empêche la sécession de toute province qui voudrait l’installer.

 Amicalement

                                André Lefebvre

96 Commentaires

Classé dans Actualité, André Lefebvre, Élections

96 réponses à “Changement politique démocratique devenu possible!!!

  1. Roger 25

    Au moins,

    Vous avez l’avantage d’être optimiste et de croire en l’individu, ce dont je ne suis, malgré moi, presque plus capable. Évidemment que vos recommandations font du sens. Je ne m’imagine juste plus l’être humain occidental contemporain penser à quoi que ce soit d’autre que lui-même.

    Bonne Journée!

  2. Jean-Marie De Serre

    Roger 25 , vous dites ,

    Et bien ,

    Tout a été dit.

    Désolé , rien n’a encore été dit , on m’a enlevé le droit de m’exprimer et si vous saviez comment c’est  »SALE » la justice à la  »CAMPAGNE » .

    Personnellement , au Québec je ne crois pas que ce soit les  »Juges » , car après avoir passer 6 fois au criminel , je me pose beaucoup de questions à l’endroit des avocats qui ont le même salaire que les joueurs de hockey. Je me dis que c’est pas pire que les spécialiste de la santé.

    Par contre , Monsieur André Lefebvre , quand je pose une question écrite est-ce que j’ai droit à une réponse écrite , surtout si elle est posé par mon avocat ?

    Si je pose des questions à mon avocat , vu que c’est moi qui paye , est-ce que je peux lui demander de me rendre des comptes : vu que c’est moi qui paye ?

    Monsieur André Lefebvre , c’est dégueulasse ce qui arrive aux Québécois…….
    Jean-Marie De Serre.

  3. Jean-Marie De Serre

    Moi , je pense encore à l’autre et beaucoup. De toute façon je n’ai pas le choix si on veut une meilleure société pour les jeunes.

    Avec les ans , j’ai amassé un paquet de connaissance en  »AGRICULTURE » qui font comme je l’ai écrit quelque part que : quand un vétérinaire chez toi te dit  »MERCI » , c’est qu »’IL » sait qui je suis et en plus , je suis un Patenteux.

    Faut en reparler , mais que vous ayez les vraies données. === Sinon , je vais croire que vous êtes à la solde de B.B. comme presque tous ceux sur Mon blogue.
    Jean-Marie De Serre.

  4. B.B. connais pas; et de plus, je ne crois pas que quelqu’un puisse m’avoir à sa solde. Plusieurs ont essayé sans jamais y parvenir.

    On pourra en reparler dans quelques mois, si vous le désirez.

    Amicalement

    André Lefebvre

  5. A L

    André,

    C’est sur que tu ne peux pas causer des problèmes à autrui, ou faire du vandalisme, ou nuire à une entreprise, et penser que tu ne seras pas poursuivi en justice.

    Ça, c’est les règles de la responsabilité civile délictuelle, et aussi les règles contractuelles interdisant la fraude etc…

    Ces règles sont issues de la Common Law et existe depuis 500 ans et plus.

    Également issues de la Common Law, toutes les règles en droit criminel, les défenses possibles, les garanties juridiques fondamentales, etc…

    Toutes ces règles, que ce soit en droit civil, responsabilité délictuelle ou contractuelle ou en droit criminel sont fondées sur le principe de base (la règle d’or) que tu es libre de faire ce que tu veux, en autant que tu ne cause pas de dommage à quelqu’un d’autre ou que tu ne viole pas les droits de quelqu’un d’autre.

    PUIS, il y a toutes les règles administratives, les tribunaux administratifs, les cours municipales, la CSST, la Régie de çi et de ça, la Cour d’impôt. Tout cela, c’est du droit maritime. Ce ne sont pas des tribunaux de Common Law, ce sont des tribunaux maritimes. Quand tu vas devant un Tribunal maritime, 99 % du temps, tu perds.

    Ces tribunaux sont ceux qui ont pour mission de prendre notre argent, essentiellement. C’est une forme déguisée de taxation, qui résulte en partie du fait que le pays ne contrôle plus sa monnaie, ne contrôle plus ses lois non plus, vu qu’il est débiteur, et que le créancier a tous les pouvoirs.

    C’est comme ça que ça marche, vraiment. Si t’es un débiteur, tu n’as aucun pouvoir. C’est pour ça que les politiciens, peu importe qui ils sont ont les mains bien attachées avant même de commencer le 1er jour de travail au Parlement.

    D’ailleurs, on a bien vu que je dis vrai quand Thomas Mulclair a déclaré le soir des élections qu’il ne croyait pas la fable Bin Laden ou les photos de Bin Laden, mais que quelques heures plus tard le NPD (lire gros syndicats) était en mode ‘damage control’ pour expliquer que Mulclair était fatigué, qu’il avait mal compris la question etc…

    Jean-Marie qui a un style parfois eccentrique dit aussi vrai, j’en suis à peu près certain.

    Pour revenir à pourquoi je dis toujours non aux solutions étatiques… une dette, c’est une obligation. Une obligation t’oblige de faire quelque chose. Se créer des obligations, c’est réduire sa liberté. Ce n’est pas pour rien le dicton ‘Debt is slavery!’. C’est vrai!

    Toutes tes propositions étatiques sont fondées sur la prémisse que tu vas emprunter des banquiers internationaux et taxer les citoyens. Tout ce que tu propose contnuerait et même accélererait le cycle de création de dettes et de taxation.

    C’est pas comme ça qu’on va régler les choses.

    Au lieu de faire de gros articles super ambitieux sur des sujets complexes, passes donc plus de temps à essayer de comprendre le sujet dont tu parles. Anyways, je pense que tu manques d’expérience personnelle pour comprendre la game.

  6. A L

    Avant qu’il y en ait un qui décide de me corriger, je comprends que le droit civil du Québec n’est pas la Common Law, mais plutôt le Code Napoléon et le droit Romain, mais… les règles de preuve sont de la Common Law, et la liberté contractuelle, et ce qui consitue un contrat, la fraude etc… sont pratiquement identiques. Dans les deux systèmes, un contrat c’est un contrat, et si tu causes des dommages à ton voisin, tu seras tenu responsable s’il te poursuit.

  7. @ AL

    « Au lieu de faire de gros articles super ambitieux sur des sujets complexes, passes donc plus de temps à essayer de comprendre le sujet dont tu parles.  »

    Merci; mais je te demanderais de comprendre ce qui est vraiment écrit ou, du moins, de lire l’article autrement qu’en diagonale, avant de déblatérer n’importe quoi.

    « Toutes tes propositions étatiques sont fondées sur la prémisse que tu vas emprunter des banquiers internationaux et taxer les citoyens. Tout ce que tu propose contnuerait et même accélererait le cycle de création de dettes et de taxation. »

    Regarde le premier paragraphe de la partie intitulée: les finances.
    Si tu parviens à lire et surtout à comprendre ce qui est écrit, j’ai bien spécifié clairement que les devises étaient imprimées (frappées) par le gouvernement pour échapper à l’emprise des banques. Ce sont celles-ci qui devront emprunter, si nessessaire etc.. Relis le texte attentivement s’il te plaît avant d’avancer des jugements personnels dénigrants; car alors c’est toi que ça touche beaucoup plus que moi. 🙂

    « Dans les deux systèmes, un contrat c’est un contrat, et si tu causes des dommages à ton voisin, tu seras tenu responsable s’il te poursuit. »

    J’espère que tu comprendras qu’en changeant le système social, on change les lois également. Donc on ne garde que ce qui est acceptable de ce qui existe et on efface ce qui est inutile. Rien ne nous oblige à quoi que ce soit.

    Ça ne sert à rien de dire changer le système en gardant le même système.

    Faut quand même pas être « tarte » à ce point-là.

    André Lefebvre

  8. A L

    André,

    Ce n’est pas que je veuille te dénigrer, mais je ne suis pas d’accord avec ce que tu racontes. Ce n’est pas que tout est mauvais, mais quand t’écris que le service militaire devrait être obligatoire, que le prix des biens et services devrait être fixé par l’état, que la police devrait enquêter qui elle veut quand elle veut, que tu penses beaucoup à protéger les autres, etc…

    Ayoye! T’as bien beau être le rédacteur ou commentateur le plus courtois, selon Sombre, mais tu racontes des affaires qui sont plutôt liberticides, comme je disais, sans brocher, pour notre bien que tu dis.

    Je sais que c’est pas comme ça dans ta tête, que notre armée serait la plus valeureuse, vu que tous les citoyens y participent, et que tout le monde doit avoir un revenu minimum donc un salaire de l’état c’est pour le bien commun, mais ça ne marche pas ces trucs.

    Ce n’est pas compatible un système monétaire réel, contrôlé par le pays, ET un système d’assurance-sociale. Ça ne peut PAS fonctionner ensemble. La seule raison pour laquelle le système de santé fonctionne, c’est parce qu’il carbure sur l’émission du crédit et la dette nationale. Dès que tu passes à une monnaie réelle avec des réserves, le monde peut seulement dépenser l’argent qu’il a, parce que le crédit, ce n’est pas de l’argent, c’est des dettes, ce qui démontre que les systèmes sociaux fonctionnent uniquement à cause de la dette qui les financent. Donc, avec les systèmes sociaux, on échange tous notre liberté individuelle pour une supposée sécurité sociale, parce que le prix à payer est la dette nationale et les intérêts sur cette dette, ce qui oblige le gouvernement à toujours taxer plus, et éventuellement, tu es saisi, et tu perds tout.

    L’État n’est pas ton ami, c’est ton maître.

    C’est ça le Donc, au bout du compte, on est beaucoup plus pauvres. C’est pour ça qu’il faudrait retourner à plus de liberté dans les échanges et moins de règlementation et d’interventions du gouvernement.

  9. A L

    Comme je disais, t’as sans doute de bonnes intentions. Je ne voulais pas m’acharner sur toi ou ton article. Bonne soirée.

  10. « Dès que tu passes à une monnaie réelle avec des réserves, le monde peut seulement dépenser l’argent qu’il a, parce que le crédit, ce n’est pas de l’argent, c’est des dettes, ce qui démontre que les systèmes sociaux fonctionnent uniquement à cause de la dette qui les financent. »

    Parce que le gouvernement emprunte à la Banque du Canada qui est « privée ». Si c’est le gouvernement qui produit les devises, il n’y a plus de dette sauf celle que le gouvernement se doit À LUI-MÊME au lieu d’à la Banque privée. Lorsque j’emprunte 10 dollars de ma poche gauche et que je le mets dans ma poche droite, cela ne me limite pas beaucoup dans mes dépenses.

    « L’État n’est pas ton ami, c’est ton maître. »

    Dans ma proposition, j’en fais mon serviteur. C’est ce que tu ne parviens pas à voir.

    Pour l’armée, c’est nécessaire pour l’éducation des jeunes tout simplement. Ils doivent apprendre à se tenir debout face à leurs responsabilités. C’est, là aussi, assez simple à comprendre.

    « Comme je disais, t’as sans doute de bonnes intentions. Je ne voulais pas m’acharner sur toi ou ton article. Bonne soirée. »

    Je préfèrerais que tu continue à t’acharner, et surtout à le relire en y apportant les modicification qui pourraient l’améliorer au lieu de constamment parler de l’état actuel vomitif des choses.

    Une chose est certaine, tu ne l’as pas lu avec assez d’attention et la plupart de tes arguments ne tiennent pas à la relecture du texte.

    Je te remercie beaucoup de ta participation; elle a permit de clarifier ou de répéter les données de mon article.

    Par contre, en lisant d’autres intervention ailleurs, je remarque que les gens ne savent vraiment pas ce qu’est la démocratie réelle du Gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Définition faite par Abraham Lincoln.

    Les gens mêlent la vraie démocratie avec le socialisme qui est une oligarchie. C’est pas croyable!! C’est probablement pourquoi mon article précédent n’a pas eu beaucoup de commentaires; ils n’a pas été lu ou n’a pas été cru.

    Ça viendra un jour, j’espère.

    Amicalement

    André Lefebvre

  11. Jean-Marie De Serre

    On en reparle-pas , dans quelques mois , mais drette-là .

    B.B. = > pas Brigitte Bardot , mais B’Nai B’right. === Je n’y connais absolument rien , mais vous saurez sûrement me dire.

    Par contre , vous n’avez pas répondu à mes questions. Vous et A.L. saurez-vous le faire ?…………….
    Jean-Marie De Serre.

  12. Jean-Marie De Serre

    Messieurs , croyez-moi , il n’y a pas que moi qui vous regarde aller.

    Je vous suggère de moins élaborer et de concilier(Petit Larousse 1991) plus pour que le  »Paysans » comprenne.
    Jean-Marie de Serre.

  13. Bin va falloir t’expliquer parce que c’est toi qui disait pas avant Octobre.

    Persopnnellement je ne veux rien savoir de B’nai B’rith .

    « Je vous suggère de moins élaborer et de concilier(Petit Larousse 1991) plus pour que le »Paysans » comprenne. »

    Va falloir que le paysan pose des question parce que je ne peux pas ¸etre plus clair que dans l’article.

    Amicalement

    André Lefebvre

  14. Jean-Marie De Serre

    Monsieur André Lefebvre , je ne peux parler du présent , mais est-ce que je peux poser des questions à l’endroit du passé qui m’aiderait pour le  »FUTUR » ?

    Pour le présent , j’ai un avocat qui me semble un bon avocat et il m’a été référé par une avocate en qui je croyais beaucoup.

    Une autre avocate , m’avais reféré un autre avocat que je vais contacter si mes problèmes ne se règlent pas bientôt. Mais présentement ça bouge et j’ai confiance en mon avocat. Comme je l’ai dit : c’est moi qui paye.

    Que penseriez-vous , Monsieur André Lefebvre , d’un  »SYSTÈME » (Petit Larousse) où ceux du système  »JUDICIÈRE » : seraient honnête , transparent et pas mal moins innocent etc.etc.etc. au Québec ? HI,Hi’Hi,
    Jean-Marie De Serre.

  15. Ce sont les ois qui font la faiblesse du système judicaire.

    Je l’ai écrit, il y a trop de loi et elles sont pleines de fissures pour laisser passer les « rusés ».

    C’est tout à fait normal que les avocats se servent de ces fissures.

    Voter une loi, c’est, fondamentalement, créer des « hors-la-loi ». Encore une fois, c’est le désir d’argent qui est la cause.

    André Lefebvre

  16. Blink

    Bonne fête SD!

  17. @André Lefebvre
    « Voter une loi, c’est, fondamentalement, créer des « hors-la-loi ». Encore une fois, c’est le désir d’argent qui est la cause. »

    Faut pas tomber dans les excès libâââârtariens de Mossieu A.L: « toutes les lois sont liberticides ».

    Ça dépend. La Loi qui interdit de passer sur un feu rouge a d’abord pour but d’assurer une plus grande fluidité du trafic, en autorisant les automobilistes à passer sur un feu vert…

    La Loi qui crée des zones dites inondables aux fins d’y interdire toute construction, vous croyez qu’elle a été adoptée pour faire de l’argent?

    La loi qui interdit la publicité aux enfants de moins de 12 ans (Loi qu’internet permet MALHEUREUSEMENT de contourner), c’est pour percevoir des amendes, ou pour interdire que les publicistes abusent de NOS enfants (les miens ont tous eux-mêmes des enfants, mais bon…)?

    Que certaines lois soient des aberrations et n’existent que pour mieux embêter le citoyen, c’est presque vrai; en réalité, ce sont surtout les règlements qui sont sources d’abus. Les Lois, c’est le Parlement (ou l’Assemblée Nationale) qui les adopte après un débat (sauf quand on impose le bâillon ou quand on empêche les élus de prendre le temps de les lire). Les règlements, c’est rédigé en catimini par les équipes de juristes du ministre… et souvent sur recommandation des groupes de pression (la police, l’industrie minière, le Barreau, les fédérations professionnelles…).

    PS: Je sens que l’illustre Marginean va venir affirmer ici que rien de ce que j’écris ne vaut la peine d’être lu. Il est tellement fort en droit, ce cher FM…

    Faudrait quand même pas jeter le bébé avec l’eau du bain

  18. gdm

    @papitibi
    Les libertariens, du moins certains, font une différence entre la loi naturelle et la loi étatique. La loi naturelle est celle qui provient du « Droit Naturel ». Le droit naturel, c’est un sentiment intime de ce qui est juste. C’est une forme de conscience individuelle.

    La loi étatique est une loi positive. La loi positive s’applique à tous les citoyens d’un pays. L’Etat s’emploie a faire respecter cette loi positive, même lorsqu’elle est contestable.

    Je suis profondément d’accord avec votre remarque que certaines lois sont destinées à « embêter le citoyen ». Je vais plus loin que vous. A chaque prétexte de l’actualité, l’Etat, le gouvernement, réduit la liberté individuelle sans utilité pour personne. Pour l’Etat, la cause des problèmes sociaux, c’est la liberté individuelle. Tout ce qui réduit la liberté individuelle est bon pour la société. C’est la pensée étatiste majoritaire.

    Pour un libertarien, la loi pourrait se limiter au respect du droit de propriété et au respect du contrat, au respect de la promesse formelle. Une atteinte à la personne est une atteinte à la propriété de soi-même, à ce qui nous est le plus proche.

    Vous parlez des zones inondables. Le propriétaire d’un tel terrain peut prendre ses risques sans nuire aux autres. L’Etat, le gouvernement, n’est pas valablement fondé à lui interdire de construire.

  19. @ papiti
    « Ça dépend. La Loi qui interdit de passer sur un feu rouge a d’abord pour but d’assurer une plus grande fluidité du trafic, en autorisant les automobilistes à passer sur un feu vert…  »

    « Fluidité du trafic »??? C’est vrai mais seulement par « conséquence » envers « l’ensemble de la pôpulation ». Au départ c’est plutôt pour eviter que deux autos, contenant un « individu » chacune, se rentrent dedans. On se rend compte ici que la notion « de l’ensemble de la population », réalité virtuelle, prime sur celle de l’être humain réel.

    « La Loi qui crée des zones dites inondables aux fins d’y interdire toute construction, vous croyez qu’elle a été adoptée pour faire de l’argent? »

    Non; celle-là c’est plutôt pour éviter des coûts « sociaux ». Éviter les dépense est aussi positif que faire de l’argent. Remarquez que les cie d’assurances étaient parfaitement d’accord avec la loi. Retarder l’âge de la retraite sert également à « éviter des dépenses ». Gageons qu’on y proposera une loi.

    « Que certaines lois soient des aberrations et n’existent que pour mieux embêter le citoyen, c’est presque vrai;… »

    Voilà une « presque » début de perception des abus. Félicitation!

     » Les Lois, c’est le Parlement (ou l’Assemblée Nationale) qui les adopte après un débat … »

    Ouais; surtout à la « Période de question ». On voit là l’importance de cette future loi vis-à-vis l’importance de l »image des intervenants ou des partis. Vite! Des députés qui ne « dépendent » que de leur « raisonnement »!!!

     » Les règlements, c’est rédigé en catimini par les équipes de juristes du ministre… et souvent sur recommandation des groupes de pression … »

    C’est excellent de faire la distinction entre « lois » et « rêglements ». Comme ça lorsqu’on paie l’amende, on n’entre pas la dépense dans la même collonne du budget. C’est très important!

    « PS: Je sens que l’illustre Marginean va venir affirmer ici que rien de ce que j’écris ne vaut la peine d’être lu.  »

    Je trouve que vous valez la peine d’être lu. Est-ce suffisant? Il ne faut surtout pas développer un complexe de persécution. 🙂

    « Faudrait quand même pas jeter le bébé avec l’eau du bain »

    C’est pourquoi, ma proposition tient compte de ce qui est bon dans notre système et se contente de changer ce qui est mauvais.

    @ gdm

    « L’Etat s’emploie a faire respecter cette loi positive, même lorsqu’elle est contestable. »

    Ce que je voudrais c’est de pouvoir la constester avant qu’elle ne devienne une loi.

    « Pour l’Etat, la cause des problèmes sociaux, c’est la liberté individuelle. Tout ce qui réduit la liberté individuelle est bon pour la société. C’est la pensée étatiste majoritaire. »

    C’est également de l’eau à mon moulin. Cette forme de pensée est axée sur « le bien de l’ensemble » au dépend de celui de « l’individu ». C’est une aberration démocratique face aux droits fondamentaux.

    « L’Etat, le gouvernement, n’est pas valablement fondé à lui interdire de construire. »

    Mais elle le fait. Les hommes préhistoriques étaient plus brillants; il bâtissaient sur pilotis.

    Cela se fait encore aujourd’hui en Asie . 🙂

    Amicalement

    André Lefebvre

  20. gdm

    @lartiste12
    Cette fois-ci, je suis d’accord avec la réponse que vous me faites.

    La prétendue démocratie actuelle est un totalitarisme. La votation met au pouvoir une clique qui dispose d’un pouvoir absolu. Un existe des procuration de vote. Il me semble nécessaire que chacun puisse donner à un tiers le droit de voter à sa place. Ainsi celui qui ne veut perdre du temps à étudier la science politique confirait son bulletin de vote à son beau-frère. Ainsi, certains recevrait plusieurs dizaines de milliers de bulletin de vote.

    C’est une idée qui manque à votre projet politique.

  21. « Ainsi celui qui ne veut perdre du temps à étudier la science politique confirait son bulletin de vote à son beau-frère.  »

    Pas besoin d’avoir un doctorat en science politique pour reconnaître ce qui peut nuire à la qualité de vie de ses voisins. Il ne suffit que d’avoir un peu de bon sens pour reconnaître lorsqu’on veut diminuer la liberté individuelle envers ses droits fondamentaux.

    Un exemple simple: Passer une loi qui diminuerait l’absorbtion d’alcool à 0.5% au lieu de 0.8% ne protège aucunement chacun des individus de la société face aux irresponsables débiles qui boivent une bouteille de cognac avant de prendre la route. Et pourtant cette loi se dit nécessaire pour contrer ce genre d’irresponsabilité.

    En réalité, cette proposition ne sert qu’à diminuer la liberté de tous les individus sans « déranger » aucunement les fautifs, puisqu’ils sont « irresponsables ».

    C’est complètement insensé comme raisonnement. Curieusement, la majorité se sent rassurée par une telle loi et l’approuve. C’est pas croyable.

    « Ainsi, certains recevrait plusieurs dizaines de milliers de bulletin de vote.

    C’est une idée qui manque à votre projet politique. »

    Et je ne l’y mettrai jamais! Il faut apprendre à accepter ses responsabilités et cesser de les déléguer à qui que ce soit!

    Sinon, continuez comme actuellement. « Déléguer », c’est ce que vous penser faire; même si, en réalité, vous donnez un « chèque en blanc » à un individu qui « délèguera » ce chèque en blanc à son chef de parti, qui lui essaiera de le déposer dans son propre compte de banque ou ceux des ses « amis ».

    C’est bien beau de posséder des « droits fondamentaux »; mais ils se rattachent à des « responsabilités fondamentales ». Et le choix des règles qui nous dirigent individuellement est l’une de ces responsabilités fondamentales pour garder nos droits.

    Les moutons actuels pouvaient se payer le luxe d’être irresponsables; ils ne subissaient que la « tonte » occasionnelle.

    Mais arrive aujourd’hui une période où le goût des « grands » demande des peaux au lieu de la laine; il faudra que le mouton reprenne ses responsabilités s’il ne veut pas être tout simplement « écorché » au lieu de « tondu ».

    Amicalement

    André Lefebvre

  22. gdm

    @lartiste12
    Plusieurs années, à l’université ou à réfléchir, sont nécessaires pour former un économiste. Plusieurs années sont nécessaires pour comprendre la nécessité du Droit, d’un système de Droit cohérent. Plusieurs années sont nécessaires pour comprendre comment fonctionne un Etat, comment sont prises les décisions dans l’administration étatique.

    La science et la connaissance des idées, ça ne s’invente pas. Sinon, on dit n’importe quoi. Au mieux, on répète ce que son journaliste préféré.

    Certains ne veulent pas passer des centaines d’heures à réfléchir sur la politique. Il ont une famille a nourrir. Et leur passe-temps est autre chose que la politique. Le beau-frère de l’un lui semble compétent car il y passe du temps. Le beau-frère peut voter pour tout ceux qui lui font confiance.

    Vous admettez que le votant va voter pour un élu. Le député prétend représenter le votant. Alors, vous admettrez logiquement que le votant va « élire » son beau-frère pour qu’il décide à sa place qui va le représenter au mieux.

  23. « Plusieurs années, à l’université ou à réfléchir, sont nécessaires pour former un économiste. Plusieurs années sont nécessaires pour comprendre la nécessité du Droit, d’un système de Droit cohérent. Plusieurs années sont nécessaires pour comprendre comment fonctionne un Etat, comment sont prises les décisions dans l’administration étatique. »

    Ouais; mais ça prend cinq minutes pour te rendre compte qu’on veut diminuer ta liberté. Pas besoin d’en savoir plus pour voter. Évidemment, c’est très long d’apprendre les circonvolutions systémiques qui furent ajoutées au système démocratique original qui en a fait un système oligarchique; mais ce n’est pas une raison valable de s’en vanter.

    « Certains ne veulent pas passer des centaines d’heures à réfléchir sur la politique. Il ont une famille a nourrir. »

    Ils sont mieux d’y penser cinq minutes car ils ont une famille à protéger.

    « Le beau-frère de l’un lui semble compétent car il y passe du temps. Le beau-frère peut voter pour tout ceux qui lui font confiance. »

    Bin sûr!!! Comme à Lacroix et consorts; de grands compétents.

    « Vous admettez que le votant va voter pour un élu. »

    Non le votant vote pour un prétendant au poste.

    « Le député prétend représenter le votant. »

    Sauf qu’actuellement ce n’est pas le cas. Le député « prétend » mais n’y est pas du tout « obligé ».

    « Alors, vous admettrez logiquement que le votant va « élire » son beau-frère pour qu’il décide à sa place qui va le représenter au mieux. »

    Pas dans mon système. Dans mon système, les individus nomment des « délégués » qui feront ce que le peuple décidera à chaque fois qu’une décision est nécessaire. Sa représentation n’est pas un titre « représentatoire »; c’est une tâche fonctionnelle.

    Amicalement

    André Lefebvre

  24. @André L

    « Ouais; mais ça prend cinq minutes pour te rendre compte qu’on veut diminuer ta liberté. Pas besoin d’en savoir plus pour voter. Évidemment, c’est très long d’apprendre les circonvolutions systémiques qui furent ajoutées au système démocratique original qui en a fait un système oligarchique; mais ce n’est pas une raison valable de s’en vanter. »

    = = =

    Pas besoin d’être ingénieur pour savoir que le viaduc de la Concorde s’est effondré sur quelques innocentes victimes. Mais il faut être ingénieur pour savoir éviter que le même vice de construction ne soit évité… et il vaut mieux avoir une formation de juriste pour essayer de trouver une faille dans la Loi et permettre une juste indemnisation des victimes par les responsables de cet effondrement.

    Une fraction de seconde suffit à constater l’effondrement, mais il faut aller un peu plus loin que ça, et c’est ce que GDM s’efforce de vous expliquer.

    Un exemple.

    Jos Binne circule en moto et s’arrête sous le viaduc, à l’ombre, le temps de grignoter un sandwich. Au même moment, Jos Bleau circule en auto sous le même viaduc. Et le viaduc s’effondre. Tous les deux décèdent sur le coup.

    Les héritiers de Jos Binne vont poursuivre les ingénieurs qui ont conçu le viaduc (Desjardins Sauriol, ajourd’hui DESSAU), le ministère des transports en sa qualité de propriétaire, le bureau d’ingénieurs qui était payé pour s’assurer que les travaux étaient conformes aux plans, et l’entrepreneur qui a fait ça tout croche. Au bout du compte, quelqu’un va payer des centaines de milliers de $ pour faire éduquer les enfants de Jos Binne et les indemniser pour la perte de leur père.

    Les héritiers de Jos Bleau vont devoir se contenter de quelques dizaines de milliers de dollars; eux, ils n’ont pas le droit de poursuivre les responsables de ce désastre. Pourquoi? Parce que aussi bien le PQ que le PLQ refusent d’amender la Loi. Jos Bleau a eu un accident d’auto au sens de la Loi, alors que dans le cas de Jos Binne, puisqu’il n’était pas sur sa moto, ce n’est pas un accident visé par la Régie de l’assurance-automobile.

    Je comprends Marc Bellemare et la députée Lisette Lapointe (la femme de Jacques Parizeau) de se battre contre cette aberration.

    Mais pour comprendre tout cela et mieux combattre ces stupidités, vaut mieux avoir fait un cours de droit… Désolé.

  25. « Pas besoin d’être ingénieur pour savoir que le viaduc de la Concorde s’est effondré sur quelques innocentes victimes. Mais il faut être ingénieur pour savoir éviter que le même vice de construction ne soit évité… »

    Donc tu affirmes que les ingénieurs qui ont fait construire le premier viaduc de la Concorde sont responsables qu’il soit tombé; ce qui n’est pas du tout le cas. Il est tombé parce que l’entretient n’a pas été adéquat. Il fallait s’assurer que de la glace ne se forme pas dans les joints. Ceux-ci avaient perdu leur étanchéité à cause du manque d’entretient.

    Au sujet de Jos Bleau vs Jos Binne:
    Très bon exemple; mais souhaitons que l’éducation, jumellée à l’instruction des enfants de Jos Binne, feront que s’ils deviennent ingénieurs, ils fassent leur dessins exactement et que s’ils deviennent entrepreneurs ils fassent les travaux tels que spécifiés sur les plans et devis. À moins qu’ils soient chargés de l’entretient et qu’ils fassent le travail sans vouloir « baisser les coût » de sorte qu’on n’aura pas besoin d’avocats rusés pour demander des indemnisations qui n’auront pas à être fait.

    « Pourquoi? Parce que aussi bien le PQ que le PLQ refusent d’amender la Loi. Jos Bleau a eu un accident d’auto au sens de la Loi, alors que dans le cas de Jos Binne, puisqu’il n’était pas sur sa moto, ce n’est pas un accident visé par la Régie de l’assurance-automobile. »

    Voilà ce qui resulte d’un système social basé sur les lois plutôt que sur la « légitimité »; on peut s’en tirer même quand on est responsable.

    « Mais pour comprendre tout cela et mieux combattre ces stupidités, vaut mieux avoir fait un cours de droit… Désolé. »

    De rien. Mais ne préféreriez-vous pas, au lieu d’un cour de droit, d’avoir affaire à des prises de responsabilité de la part de chacun et de se protéger avec ce qui est légitime pour établir les lois? Ça éliminerait les « stupidités ».

    Sinon, vous vivez actuellement dans le « meilleur des mondes » de stupides. Tout ce que vous avez besoin ce sont des « spécialistes » pour vous dépanner et de l’argent pour les payer. Alors démerdez-vous pour faire « votre place au Soleil », au dépend des autres, et vous serez très bien, même si le viaduc tombe encore; du moment qu’il ne tombe pas sur vous.

    André Lefebvre

  26. @André L

    Donc tu affirmes que les ingénieurs qui ont fait construire le premier viaduc de la Concorde sont responsables qu’il soit tombé; ce qui n’est pas du tout le cas. Il est tombé parce que l’entretient n’a pas été adéquat. Il fallait s’assurer que de la glace ne se forme pas dans les joints. Ceux-ci avaient perdu leur étanchéité à cause du manque d’entretient.

    = = =

    Ce n’est pas ce que j’ai écrit. J’ai parlé d’un vice de construction; ce vice peut résulter, ou bien de plans mal conçus, ou bien de plans bien conçus mais mal exécutés, auquel cas la faute peut être celle de l’exécutant des travaux ou encore celle du surveillant des travaux.

    Et j’ai dit qu’en poursuivant tout le monde (incluant le MTQ, propriétaire et responsable de l’entretien), les héritiers de l’hypothétique Jos Binne seraient certains d’obtenir jugement.

    Cela dit, d’où tenez-vous (ou d’où tiens-tu, puisque tu me tutoies) que ni le concepteur ni l’exécutant des travaux ni les ingénieurs chargés d’en surveiller la progression ne sont fautifs?

    Pensée magique? Après avoir entendu 58 témoins, la Commission Johnson a produit un rapport de 200 pages (plus 25000 pages de documents en annexe!) et elle arrive à la triple conclusion suivante:
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/161120/viaduc-de-la-concorde-johnson-multiplie-les-blames

    a) l’ouvrage n’a pas été conçu selon les normes les plus adéquates mais Johnson ne blâme pas les concepteurs, puisqu’ils n’ont violé aucune règle du Code régissant la construction des ponts et viaducs.
    b) je cite ici Le Devoir:
    «la mise en place fautive des aciers d’armature a transformé ce qui était un plan de faiblesse créé par un détail regrettable de conception en une zone de plus grande faiblesse qui s’est étendue vers l’intérieur de la structure», souligne le document.
    «Pourquoi est-ce que ça a été mal posé? Parce que le travail a été mal fait, extraordinairement mal fait», a insisté M. Johnson, invoquant «une incurie inouïe sur ce chantier». Cette pose fautive résulte en effet d’un travail mal accompli par le poseur d’armature, d’une absence totale de contrôle de qualité de la part de l’entrepreneur et de son sous-traitant ainsi que de l’absence de surveillance attendue sur le chantier par les ingénieurs-conseils qui en avaient la responsabilité.

    = = =

    Alors avant d’affirmer que j’ai commis une hérésie, mon cher André, faudrait vérifier plus à fond; quand j’affirme, d’habitude, je suis bien documenté. Désolé.

  27. Jean-Marie De Serre

    Monsieur André Lefebvre , le problème des lois et règlements se situe en premier au niveau municipal. === Lorsque ce sera cohérent , là , en premier , je peux vous assûrer , que les autres niveaux de gouvernements , devront rentrer dans le rang.

    Je vous raconte un ti-peu ; il y a les règlements Municipaux , il y a la Loi sur les compétences Municipales , il y a le Code Civil du Québec , il y a le Code Criminel . === Si je vous dis que les Règlement Municipaux ne sont pas les mêmes partout en dedans de 20 kilomètres à la ronde à l’endroit des chiens , c’est quoi la joke ? === Je peux m’étendre aussi sur bien d’autres sujets.

    J’en ai parlé aussi voilà 10 ans , des chiens agressifs , je ne parle pas du petit chien gentil qui fait juste japper , je parle d’un chien mauvais que son Maître n’arrive même pas à contrôler , je parle d’un chien atteint mentalement qui attaque son propre maître. === J’en ai parlé à la SPCA récemment encore , ils m’ont dit on va aller voir. Mais ça prend une preuve qu’ils m’ont dit.

    Sont fou brack sacrament , pensent-ils que le chien qui m’attaque sur mon terrain va attendre , que j’aille chercher ma caméra et que je prennent une photo ?

    C’est pourtant facile à régler , un chien errant tu le mets à off s’il t’attaque sur ton TERRAIN , et que le voisin en a été avertis plus de 3 fois preuve à l’appui. Après tu prends une photo , c’est pas difficile un petit coup de bâton sur le nez pour le  »OFF ».

    Par contre faut attendre qu’il y aie une loi qui l’autorise , sinon tu vas aller en prison.

    Les petits chiens gentils , qui viennent pisser sur tes pneus ou dans les fleurs ou chier sur ton terrain , ben là que le voisin vienne réparer les dégats.

    P.S. Je déteste les mauvais chiens , qu’ils aient 2 ou 4 pattes.
    Jean-Marie De Serre.

  28. @JM De Serre
    « il y a les règlements Municipaux , il y a la Loi sur les compétences Municipales , il y a le Code Civil du Québec , il y a le Code Criminel . === Si je vous dis que les Règlement Municipaux ne sont pas les mêmes partout en dedans de 20 kilomètres à la ronde à l’endroit des chiens , c’est quoi la joke ? »

    = = =

    Voyons voir…

    La Loi sur les compétences municipales, ça n’existe pas. Il y a le code municipal pour les municipalités de paroisse et les villages. Il y a la Loi des cités et villes, pour les villes. Il y a la Charte de Montréal… pour Montréal. Il y a la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme… pour tout le monde. Et un peu plus…

    À l’intérieur d’une même MRC, toutes les municipalités ou villes de 3000, 10000 ou 40000 habitants devront avoir les mêmes règlements sur les chiens, sinon la SQ refusera de les faire respecter. Si l’une d’entre elles refuse, elle devra engager son propre personnel.

    Qu’une ville de 90000 habitants et le village voisin de 2300 âmes n’aient pas les mêmes règlements, ça s’explique; l’une a les moyens de ses ambitions, et l’autre ne les a pas.

    = = =

    Pour les chiens, même à l’intérieur de la ville de Montréal, les arrondissements font affaires avec le chenil de leur choix. SPCA, Berger Blanc, ou whatever. T’as beau te donner le règlement que tu veux, chaque sous-traitant (SPCA, Berger Blanc, etc) a ses méthodes, ses capacités d’intervention… Parfois plus efficace, parfois… heu…

    Je ne dis pas que c’est intelligent. Je décris la situation, c’est tout.

    Deux municipalités voisines n’auront pas nécessairement le même sous-traitant, en matière de gestion des animaux. Pourquoi? Parce que pour la municipalité A, le plus bas soumissionnaire sera le chenil 44, alors que pour la municipalité B, le plus bas soumissionnaire sera le chenil 66. Or la Loi oblige à retenir le plus bas soumissionnaire.

    Il peut arriver, aussi, que la municipalité A soit plus pauvre que sa voisine B; vous y paierez moins de taxes, mais la qualité et la variété des services seront à l’avenant. Voilà pourquoi A et B n’auront pas nécessairement les mêmes normes pour les chiens… si la municipalité B fait le choix d’engager du personnel que sa voisine n’a pas les moyens d’engager.

    Ça vous va comme ça?

    Papitibi, autrefois avocat, autrefois élu municipal, et autrefois formateur pour les nouveaux élus (sous mandat du Ministère des affaires municipales)

  29. @ papitibi

    « Cela dit, d’où tenez-vous (ou d’où tiens-tu, puisque tu me tutoies) que ni le concepteur ni l’exécutant des travaux ni les ingénieurs chargés d’en surveiller la progression ne sont fautifs? »

    Excusez mon tutoiement; je ne recommencerai plus.
    Je le tiens des explications accompagnant les dessins du rapport d’enquête, sans croire inconditionnellement ce qui est écrit dans le rapport. La construction je connais assez bien merci. La preuve vous la donnez vous-même: « Johnson ne blâme pas les concepteurs, puisqu’ils n’ont violé aucune règle du Code régissant la construction des ponts et viaducs. » Il parle donc de « qualité du travail »; ce qui ramène la responsabilité aux inspecteurs des travaux qui sont les ingénieurs conseil. C’est un « loop » incontestable. Cependant…

    Quand Johnson dit:  » Cette pose fautive résulte en effet d’un travail mal accompli par le poseur d’armature,… » Il parle d’installation et non de qualité des matériaux.

    Pour la qualité des travaux, il est assez difficile pour le constructeur de ne pas faire « comme les plans ». Ce qui n’aide pas les inspecteurs sur la qualité des travaux, car il est assez difficile de les corriger si les travaux sont comme sur les plans. Donc, il ne reste que l’entretient de l’étanchéité des joints, où s’est infiltrée l’eau qui, formant de la glace a, avec les années, déplacer la dalle et l’a affaiblit jusqu’à la faire tomber.

    Mais le rapport ne touche pas à l’entretient du viaduc; car il y aurait eu matière à poursuite trop « inévitable ». Blâmer les travaux, lorsque la cie de construction n’existe plus, est plus « rassurant » pour tout le monde sauf pour les numéros d’assurance sociale qui étaient sous le viaduc.

    @ JMDS

    « Monsieur André Lefebvre , le problème des lois et règlements se situe en premier au niveau municipal. === Lorsque ce sera cohérent , là , en premier , je peux vous assûrer , que les autres niveaux de gouvernements , devront rentrer dans le rang.  »

    Vous inversez les priorité au niveau légal. Les municipalités sont les dernières à faire une loi et doivent se conformer à les établir à l’intérieur de celles des gouvernements supérieurs.

    Merci papitibi pour vos explications.

    Amicalement

    André Lefebvre

  30. Remarquez qu’à Radio Canada on pouvait entendre que avant l’arrivée du rapport:

    « Bien que son rapport soit attendu pour le mois d’octobre, la commission a d’ores et déjà indiqué que la mauvaise conception, la mauvaise installation des armatures d’acier et la mauvaise qualité du béton étaient en partie responsables de l’effondrement, »

    Le rapport souligne « gentilment » ces « préjugés », mais ne touche pas à « l’entretient », comme on aurait pu le deviner lors de cettte information de Radio-Canada.

  31. @André L

    Mais le rapport ne touche pas à l’entretient du viaduc; car il y aurait eu matière à poursuite trop « inévitable ».

    Que l’entretien des ouvrages dont est responsable le MTQ soit déficient, c’est une évidence. Mais oubliez le « matière à poursuite trop inévitable ». Le MTQ possédait ses recours contre Dessau et contre l’autre firme chargée d’inspecter les travaux.

    Puisqu’il est difficile de vous convaincre par la lecture du journal Le Devoir, alors allons-y avec un extrait du rapport: http://www.cevc.gouv.qc.ca/UserFiles/File/Rapport/rapport_fr.pdf

    Par ailleurs, le devis était confus quant à la catégorie de béton à utiliser, ce qui a résulté en l’utilisation d’un béton de piètre qualité pour l’ouvrage.
    Pour ce qui est de sa construction, elle a été ponctuée d’obligations non remplies et d’installations fautives. Il en est de même de sa gestion, qui a été jalonnée d’inspections et d’interventions marquées par le manque de rigueur tout au long de sa vie utile.
    La déresponsabilisation généralisée en regard du contrôle de la qualité des travaux et des matériaux est la faiblesse la plus évidente constatée durant la phase de construction du viaduc.
    DSA, responsable de la surveillance des travaux, a failli à ses responsabilités à ce chapitre.
    En dépit de la clarté de leurs obligations légales et contractuelles, l’entrepreneur ISP et ses sous-traitants se sont déchargés entièrement de leur responsabilité sur les exécutants et sur l’ingénieur-conseil quant à la qualité du travail et la conformité aux plans et devis du travail à accomplir et accompli. »

    L’événement tragique du 30 septembre 2006 découle, il est important de le souligner, d’un cumul de défaillances : celle de normes applicables à la conception de l’ouvrage qui aujourd’hui seraient considérées inadéquates et celles de défauts et manquements durant la conception, la construction et la gestion du viaduc de la Concorde tout au long de sa vie utile. C’est avec
    cette connaissance qu’il faut comprendre et interpréter les reproches et les blâmes contenus dans ce rapport.

    Que voulez-vous de plus? Ce qui précède est un extrait des pages 5 et 6 du rapport. À la page 31, on décrit « Les culées et les barres d’armature, telles que conçues »; à la page 37, « Les culées et les barres d’armature, telles que construites ».

    Dès lors qu’il n’y a pas concordance entre les deux descriptions, ça veut dire que l’entrepreneur est fautif pour ne pas avoir construit ce qui lui était demandé, et DSA est fautif pour ne pas avoir rempli ses obligations aussi bien légales (code de déontologie) que contractuelles (contrat de supervision des travaux).

    Vous pouvez affirmer que c’est seulement une question d’entretien; toutefois, les faits vous contredisent…

    Éprouver un doute, ça peut être une grande qualité; du doute naît la connaissance. Mais au delà d’un certain seuil, le scepticisme devient de l’entêtement. Aussi vous dirai-je, André, qu’à défaut de posséder (ça s’applique à moi aussi!) des compétences en génie civil, nous allons devoir, vous et moi, nous contenter des explications fournies par les 58 témoins entendus par la Commission, dont certains sont des experts.

    Disons ça autrement: la prépondérance de la preuve va dans le sens des conclusions dont je vous ai fait part… et qui ne sont pas les miennes. Il y a bien un ingénieur dans ma famille, mais c’est mon fils, à l’emploi de SNC Lavalin. Moi, je me contente de lire ce que je lis.

  32. @André

    Vous affirmez que le rapport Johnson ne traite pas de l’entretien du viaduc.

    Pourtant, à la p. 5 du rapport: « Il en est de même de sa gestion, qui a été jalonnée d’inspections et d’interventions marquées par le manque de rigueur tout au long de sa vie utile. »

    Gestion tout au long de la vie utile du viaduc. Traduisez ça par: « entretien et inspections par le MTQ largement déficients. « Tout au long de la vie utile », ça veut dire: jusqu’au moment de l’effondrement.

    On ne parle plus de l’entrepreneur, là. Ni de DSA qui était payée pour s’assurer que l’entrepreneur travaillait comme du monde. On parle des inspections faites par les employés du MTQ, et on parle des travaux d’entretien que le MTQ aurait dû faire mais qu’il n’a pas fait.

    Encore une fois, André, de kossé ke vous voulez de plus?

    Johnson disait à son ami Charest: organise-toé pour que le MTQ fasse son job.

    Comme par enchantement, on a vu ensuite le Ministère démolir quelques viaducs « qui présentent un risque ». Le message est clair. Il me semble…

  33. « Johnson disait à son ami Charest: organise-toé pour que le MTQ fasse son job.

    Comme par enchantement, on a vu ensuite le Ministère démolir quelques viaducs « qui présentent un risque ». Le message est clair. Il me semble… »

    Ouais. Le message est clair, mais pas pour nous, pour ceux qui sont en charge de la sécurité et de l’entretient.

    J’attendais cette remarque sur « l’entretient ».

    Elle prouve que ce rapport n’était pas nécessaire du tout, pour ce qu’il a pu en résulter. En résumé, selon le rapport, tous ceux impliqués sont coupables mais pas tellement coupable les uns plus que les autres.

    Ce qui n’empêche pas le viaduc d’être tombé.

    Petite recommandation de Johnson: vérifier les autres, améliorer l’entretient et démolissez ceux qui sont dangereux, (mais qui ne l’étaient pas encore, selon les responsables de l’entretient, avant que celui du concorde tombe).

    Tout ça prouve quoi?

    Ça prouve que même si on emploie les meilleurs spécialistes, s’ils ne sont pas honnêtes, aussi bien laisser tomber.

    Amicalement

    André Lefebvre

  34. Jean-Marie De Serre

    Tout ce que je peux dire pour l’instant , c’est que je vais relire encore 2 fois. === C’est énorme ce que vous donnez comme renseignements.

    Monsieur l’Avocat , sur mon Blogue.co parle d’informer le peuple si on veut que ça change. Je lui ai donné mon opinion.

    Par contre vous , je vais revenir , car là , je remonte au bois. === Je suis comme ceux du sud , le midi fait trop chaud mais j’ai pas d’heure pour finir le soir. J’en ai perdu pas mal par contre mais je me pardonne j’ai 63.
    J.M.D.S.

  35. Jean-Marie De Serre

    En résumé , la loi sur les compétences municipales existe vraiment. Elle est récente(2006) on l’a créer pour harmoniser semble-t-il.

    Pourquoi toutes les avocates avec qui j’ai affaire , je pouvais leur parler ?

    Pourquoi aucun avocat a fait dans le genre(me parler quand j’en avais envie) , sauf le dernier ? === Vous savez je commence à connaître cela les avocats et je prends des notes. === Je déteste quand c’est remis devant le Juge et qu’on ne me dis pas pourquoi.

    Je n’y connais rien en viaduc , je le suis beaucoup plus à l’endroit des chiens maintenant que vous m’avez dit un ti-peu et peut-être que vous saurez me dire à l’endroit des clôtures de lignes et fossé…… Par contre redites-moi qu’après avoir lu  » Loi sur les compétences municipales » article 35 à 52.

    J’ai hâte de voir . Les Municipalités que ceux dirigent sont des  »Vraies dirigeants » , il n’y en a pas de problèmes de clôture et de chien et de tout ce que tu voudras. === Se refèrent-ils au CODE CIVIL DU QUÉBEC ?
    Jean-Marie De Serre.

  36. @JMDS

    La Loi sur les compétences municipales existe, mais elle est de portée très limité (une centaine d’articles, alors que le Code municipal, lui, en comporte plus de 1100). C’est pas dans cette loi que vous trouverez les pouvoirs d’une municipalité de définir une région inondable et d’interdire qu’on s’y construise, mais le pouvoir de ramasser les animaux errants y est prévu.

    = = =

    « Pourquoi aucun avocat a fait dans le genre(me parler quand j’en avais envie) , sauf le dernier ? === Vous savez je commence à connaître cela les avocats et je prends des notes. === Je déteste quand c’est remis devant le Juge et qu’on ne me dis pas pourquoi. »

    Difficile de répondre à ça (remises à une date ultérieure) avec aussi peu de détails. Si vous êtes sous mandat d’aide juridique, votre avocat accumulerait tout simplement des honoraires que je n’en serais pas surpris.

    Si une date est fixée et que ce jour-là votre avocat n’est pas disponible, un collègue demandera une remise. Si à la date prévue il manque un témoin… même chose.

    Si vous avez une cause civile (une réclamation), une fois toutes les procédures complétées, l’avocat doit se présenter de temps à autre pour essayer de convenir d’une date; pas toujours facile. Ça ne vous avancerait à rien de savoir que à telle date, c’est pas possible pcq le témoin Y est en Floride; par contre, votre avocat pourrait se forcer un peu et vous fournir un peu de détails!

    Pourquoi les avocats ne prennent-ils pas le temps d’expliquer? Certains d’entre eux estiment que leur client ne comprendrait pas. Sous mandat d’aide juridique, le temps qu’il y mettrait, il ne sera pas payé pour. Si vous le payez $200 l’heure, il estime avec raison que ça augmenterait votre facture.

    Et si vous le payez au résultat (genre « T’as 20% si tu me gagnes cette cause-là »), relisez ma réponse « sous mandat d’aide juridique »!

    = = =

    lignes de fossé? Beaucoup de règlements en parlent (règlement sur les mauvaises herbes, politique de protection des rives, etc)

    Le Code civil régit les relations entre voisins… Incluant les problèmes de fossé, de murs mitoyens ou de clôtures. Essayez de vérifier en cliquant « éducaloi »; peut-être y trouverez vous LA réponse que vous semblez chercher.

    Mais votre question est vague!

  37. Jean-Marie De Serre

    En résumé , c’est le Code Civil du Québec qui est  »’LA LOI »’ , donc si un Municipalité fait un règlement , il doit être en harmonie avec le Code Civil du Québec.

    Monsieur Papitibi , je n’ai pas d’aide car je n’ai pas fini de manger ce que j’avais amassé pour quand je serais vieux.

    Merci Monsieur Papitibi , ma question est vague , mais peut-être ai-je dû vaguer intentionnellement. Est-ce que vous pourriez préciser où c’est vague ? Si vous ne pouvez le faire ici , dites-moi par e-mail jmdeserre@hotmail.com.

    Par contre par e-mail , on ne peut en aider beaucoup d’autres , mais je peux vous envoyer l’adresse d’une certaine page Web. je suis entré sur la vôtre et je vais y retourner encore.

    Comme mon avocat faut qu’il fasse du civil et du criminel , est-ce que je peux le faire travailler à pourcentage ?

    Je suis au criminel pour avoir couper un cadenas qui m’empêchait d’aller à ma propriété.

    Est-ce qu’on peut régler un problème qui relève du civil même si je suis au criminel ? On dirait que l’on tente de me tenir au criminel tout le temps.

    Je crois que je vais devoir rencontrer mon avocat bientôt.

    Merci encore Monsieur Papitibi , je ne sais si vous le savez , mais cela m’aide beaucoup. Je vais relire , pour être sûr , car il y a beaucoup d’autres choses.
    Jean-Marie De Serre.

  38. @Jean-Marie

    « En résumé , c’est le Code Civil du Québec qui est »’LA LOI »’ , donc si un Municipalité fait un règlement , il doit être en harmonie avec le Code Civil du Québec. »

    Bin… ça dépend du sujet. Le principe est « relativement » simple: Québec a pouvoir de vie ou de mort sur les municipalités. Il peut les créer, les fusionner, les abolir… et leur donner les pouvoirs qu’il veut bien leur donner, ce qui inclut le pouvoir de faire des règlements.

    Mais aucun règlement (même provincial) ne peut contredire une Loi (peu importe quelle Loi), ni aller plus loin que la Loi.

    Pour le reste, je communiquerai avec vous par courriel.

  39. gdm

    @Jean-Marie De Serre
    En France, mettre un cadenas pour empêcher d’aller chez vous est illégal. Je ne suis pas juriste. Mais il me semble qu’il serait utile que vous portiez plainte contre celui qui a posé le cadenas. Si vous êtes au pénal, votre avocat fera une demande reconventionnelle contre votre adversaire. Maître papitibi, avocat de profession, sera surement un meilleur conseil que moi.

  40. Jean-Marie De Serre

    Monsieur GDM , le cadenas au Québec est légal , par contre qu’on m’en remette la clef ou faire comme j’ai fait : laisser la clef après le cadenas. === Il ya un problème , faut mettre du dgiguelou une fois par année ou le protéger avec une capote. Un avocat est témoins de ma façon de faire car j’ai moi aussi un droit de passage sur mes terres.

    Monsieur GDM , est-ce qu’une demande reconventionnelle , c’est comme une : injonction ?
    Injonction Wikipédia == > Rien.
    Injonction , L’Encyclopédie Canadienne = > On y parle de la Common Law , dont Monsieur Laliberté a déà parlé.

    Monsieur Papitibi , message reçu par e-mail et à ce que j’ai lu , vous êtes de meilleur conseil que GDM , il a raison le Monsieur , mais pas à l’endroit des cadenas au Québec. Ce n’est peut-être pas pour rien que je n’ai pas de nouvelles récentes de mon avocat. === Peut-être qu’il mijote quelque chose…………….
    Jean-Marie De Serre.

  41. Esse Dé

    😆 😆 😆
    « Il ya un problème , faut mettre du dgiguelou une fois par année ou le protéger avec une capote. »

    Devraient mettre cette phrase en en-tête des 7, me semble que ça représente fort bien le blog! 😆

  42. Jean-Marie De Serre

    Esse Dé , quand vas-tu afficher ton intelligence comme disait le Monsieur ?=== Tsé , il n’y a pas que moi qui trouve que tu est étrange , il y en a au moins un autre.
    J.M.D.S.

  43. Social ctomenms and analytics for this post…This post was mentioned on Twitter by pamelahute: Le futur de l’artiste ? .

  44. Repetition can be very efefctive. Martin Luther King was the absolute master of judicious repetition. For example: in his Washington speech of 28 August 1963, he used the phrases « I have a dream .. »

  45. « Du sllost, denn du kannst » signifie: tu dois parce que tu peux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s