La connerie onusienne

Comme si installer la Lybie à la présidence de sa commission des droits de l’homme et les cirques de Durban n’étaient pas complètement suffisants pour discréditer l’ONU au niveau de la défense des droits humains (pour ne rien dire de la nomination de l’Iran à la commission de la condition de la femme); l’ONU déclare que l’accès à l’internet est un droit humain et que tous les états doivent tout entreprendre pour fournir l’accès à tous leurs citoyens. Ah! Ce que le rêve de Churchill est sombré bas dans les abysses de la connerie humaine! De défenseur de liberté, l’ONU est devenu un instrument d’esclavage.

Mais pourquoi l’accès à l’internet ne serait-il pas un droit, aussi essentiel soit-il dans la vie de milliards d’êtres humains? Ça devrait pourtant être évident, mais pour ceux et celles qui ne saisissent pas la nuance, il convient de définir ce qu’est réellement un droit. Depuis que la race humaine existe et certainement depuis l’ère des lumières, l’homme s’interroge sur sa nature. Il en est venu à définir certains droits inaliénables dont tous les êtres humains devraient pouvoir jouir, peu importe leur sexe ou leur couleur. Le premier de ces droits est le droit à la vie. Tout être humain a le droit de vivre, peu importe ses circonstances, et aucun autre être humain n’a le droit de lui enlever. Ce qui ne veut pas nécessairement dire que nous avons droit à une vie aisée, nous avons simplement le droit de vivre. De ce droit à la vie découle tous les autres droits. Le droit de vivre nous donne droit de propriété sur notre propre corps, de notre labeur et de ce que nous produisons en combinant ce labeur à la matière que nous avons acquis par la transformation de la terre précédemment inoccupée, ou par transactions volontaires avec d’autres hommes. Parallèle à la propriété de notre corps est celle de notre esprit et de ce que nous produisons par lui. De ce droit découle le droit de conscience et le droit de libre-expression. Ces droits ne proviennent pas d’autres humains, ils sont le produit de notre propre humanité. Certains disent d’eux qu’ils nous proviennent de notre créateur, peu importe comment vous choisissez de l’appeler. Ce qui distingue vraiment un droit véritable d’un pseudo-droit est que l’exercice d’un véritable droit n’empêche pas les autres d’exercer leurs propres droits.

Ainsi, l’exercice de mon propre droit à la vie ne prévient à aucune autre personne le droit d’exercer le leur, ni aucun autre de leurs droits. Exercer mon droit de conscience ne lèse personne. Ma liberté d’expression, même si elle peut choquer certains, n’empêche personne d’exercer leurs propres droits, à moins que je n’essaie d’inciter d’autres à les tuer ou violer leurs droits. Mon droit de conscience n’empêche personne d’exercer leurs droits et ainsi de suite.

Ce n’est pas le cas de pseudo-droits comme le droit à l’accès à l’internet, ou le droit à des soins de santé, etc. Ces droits ne sont pas des droits. L’accès à l’internet est un service qui doit être produit par quelqu’un. Les soins de santé sont également un service qui doit être produit par quelqu’un. De réclamer un droit sur ces service signifie que vous désirez vous approprier ce service gratuitement, ou à un prix que le fournisseur de ce service n’accepterait pas volontairement. En d’autres mots, c’est s’approprier ce bien ou service par la coercition. Ce genre d’appropriation du labeur d’autrui ou du fruit de ce labeur n’est autre chose qu’un vol déguisé. C’est forcer quelqu’un à vous fournir quelque chose sans en payer le juste prix. Réclamer un droit à des soins de santé gratuits ou à une connexion internet gratuite équivaut à forcer autrui de payer pour ce service à votre place, que ce soit le fournisseur du service lui-même, ou les contribuables par le biais de la taxation et l’impôt. Est-il besoin de souligner que ces soi-disant droits, sont des violations des droits d’autrui? Je me demande qui peut moralement sanctionner cela?

Non, l’accès à l’internet n’est pas un droit. Pas plus que le droit à des services de santé, le droit à de l’eau potable, le droit à un emploi (le droit de travailler, oui, mais personne n’est obligé de vous engager) ou tant qu’à y être, le droit à des vacances payées par autrui, ou le droit d’avoir du filet-mignon une fois par semaine. Ce sont des biens et services qui se paient et non des droits que les non-méritants peuvent réclamer de ceux qui les produisent.

139 Commentaires

Classé dans Actualité, Philippe David

139 réponses à “La connerie onusienne

  1. @Aimé

    À l’oeil, mauvais jugement. J’ai écouté l’entrevue jusqu’à la fin, dans l’attente d’un commentaire d’Alain Roy sur une preuve quelconque d’aliénation parentale. Or, d’aliénation parentale il ‘y a point. À l’oeil, mauvais jugement. À l’oeil. Parce que ni Roy ni toi ni moi n’avons entendu les témoignages: psychologue, intervenants scolaires (genre: « l’enfant est malheureux à l’école, distrait, et pleure souvent »), travailleuse sociale, etc

    Mais je répète, à l’oeil, mauvais jugement.

    J’ai travaillé près de 15 ans en protection de la jeunesse. Bien sûr que j’ai vu le/la juge, à l’occasion, se manger un orteil. Mais crois-moi, même si la DPJ fait chier, c’est un mal nécessaire. Dumont ne parlera jamais des succès éclatants, comme la tite fille qu’on « arrache » à son parent toxicomane le temps qu’il se fasse traiter, qui revient chez lui deux ans plus tard et qui finit par gagner une médaille aux Jeux du Canada…

    Une de mes clientes s’est fait arracher le bébé dont elle venait d’accoucher; elle a pris d’la coke pendant sa grossesse et apparemment, il a été nécessaire de désintoxiquer le bébé. Cé tu un kidnapping, ça, ou le sauvetage d’une vie?

    Suis-je capable de critiquer sévèrement le système? Va lire ceci: http://papitibi.wordpress.com/2010/08/10/sommes-nous-coupable-de-genocide/

    Mais chu certain que ça t’intéresse pas.

  2. Monsieu Aimé Laliberté , c’est bien c’est bien ces vidéos , mais avez-vous reculé dans le temps avant de les afficher ?

    Madame Andrée Ruffo et Monsieur Mario Dumont , font beaucoup de Bla,Bla, Bla , mais personnellement , ont-il eu à témoigner sous mandats d’avocats à l’endroit de la garde d’un enfant ? === Moi si , et si la JUGE RUFFO veut des preuves , qu’elle m’envoie son adresse E-MAIL , je vais lui parlé de Robert.l’Avocat. === Après , cette  »JUGE » qui est une des plus grande au Québec , vous racontera à nouveau. === Je peux vous assûrer que là  »ELLE » va parler en connaissance de CAUSE.
    J.M.D.S.

    Comment ça se fait que c’est plus copmme avant quand je commente ?
    Jean-Marie De Serre.

  3. Quand je commente , je ne suis plus capable d’imprimer tout , avant d’envoyer mon commentaire. Est-ce parce qu’il est trop long mon commentaire ?

    Si je ne suis pas capable de reculer et me relire dans le lozange qui me semble destiné , dans 10 ans cela risque de frapper le mur de l’incohérence.

    De toute façon après 10 ans sur le Web , on a fait le tour et cela devient une corvée de se rappeler ce que l’on a déjà écrit , === C’est plus facile et peut-être mieux faire simplement lire pour moi , pour 4 ou 5 mois.
    J.M.D.S.

  4. A L

    Papitibi,

    Des mauvais jugements, ça arrive. Des mauvais juges, ça peut arriver aussi. Mais la DPJ, ce qu’ils décrivent dans les entrevues, j’ai vu ça assez souvent. La DPJ qui joue à la petite police quand il n’y a rien qui se passe, ou qui traine une famille devant le tribunal parce que le père a donné une tape sur les fesses de son enfant, ou parce que le nouveau ou l’ex-conjoint de la mère est un capoté. La DPJ se trompe souvent. et se met souvent le nez ou ils n’ont pas d’affaire. En partant, le principe du signalement ‘anonyme’ place les parents dans une situation très désavantageuse, car ils ne peuvent confronter leur accusateur. On pourrait parler longtemps des lacunes de la DPJ.

  5. A L

    Dans plusieurs juridictions, les gens se plaignent des abus de pouvoirs des services de protection de la jeunesse.

    Aux États-Unis les services de la DPJ enlèvent les enfants du milieu familial afin de les placer en adoption et recevoir une subvention offerte par le gouvernement fédéral.

    Ceci n’est pas tellement différent des orphelinats qui étiquettaient les orphelins de Duplessis de ‘malades mentaux’ pour obtenir une subvention d’Ottawa.

  6. A L

    Au Québec aussi, le système est conçu pour briser les familles. Mais c’est subtil. Par exemple, la famille d’accueil d’un enfant placé par la DPJ reçoit un montant mensuel pour s’occuper de l,enfant.

    Mais si l’enfant est avec sa mère par exemple, et que celle-ci est assistée sociale, le montant que la mère reçoit pour s’occuper de son enfant est bien inférieur au montant reçu par la famille d’accueil pour le même enfant.

    Ceci ne veut pas dire que l’enfant est nécessairement mieux traité dans la famille d’accueil.

    J’ai entendu des histoires de jeunes dans des familles d’accueil ou la dame avaient elle-même des enfants et utilisaient l’argent reçus pour l’enfant de la DPJ pour gâter ses propres enfants. Certains aussi s’occupent de plusieurs enfants et reçoivent de bons montants. Certains sont vraiment dévoués et s’occupent bien des enfants. Mais pas tous.

    Au départ, la prémisse est que l’état est en mesure de s’occuper des enfants et va le faire mieux que les parents naturels.

    J’ai de très gros doutes là-dessus. Certains parents sont des tout croche. c’est certain. Mais qu’est-ce que tu peux faire? À mon humble avis, il aurait été préférable de traiter les cas d’abus et de violence en vertu du code criminel et, pour le reste, de laisser les parents s’occuper d’élever leurs enfants. Le moins l’état intervient dans la vie des gens, le mieux c’est. Mais l’état croit avoir un droit de regard sur tout. il est là le problème. Des pas d’allures avec un diplôme de sciences sociales qui veulent te dire comment élever ton enfant.

    C’est comme toi Papitibi. Les histoires que tu racontes quand t’étais juge. Les cas extr^mes dont tu parles aurait dû être traité devant un tribunal pénal.

    Les autres cas ou la DPJ pense que le développement psychologique ou émotionnel de l’enfant est compromis sont des critères tellement subjectifs et arbitraires que ça n’aurait jamais dû être une loi.

    Mais l’état est là pour contrôler la vie des gens, et toujours contrôler plus.

    Et c’est là qu’un gars comme toi, Papitibi, a fait ta part pour accroître ce contrôle, sans même t’en rendre compte, et diminuer un peu plus la liberté de tous et chacun.

    Le système de contrôle est installé de façon progressive.

  7. @JMDS et AL

    Si la juge Ruffo et la DPJ se sont crêpé le chignon, c’est parce que la juge était écoeurée de rendre des jugements « dans le beurre ». Elle ordonnait à la DPJ de faire évaluer l’enfant X par un pédopsychiatre ou un orthopédagogue dans les 12 mois, et quand le dossier revenait devant elle 11 mois et 15 jours plus tard, pour prolongation d’ordonnance de placement, à titre d’exemple, il n’y avait rien de fait. Alors elle s’est tannée et a condamné les gens de la DPJ à des outrages au tribunal.

    La DPJ disait qu’elle manque de ressources financières et que ses travailleurs sociaux doivent mener de front un trop grand nombre de dossiers. Et ça, je sais que c’est vrai. La DPJ disait aussi – parfois – « un pédopsychiatre, on a cherché pour, et il y en a pas!

    En Abitibi, la Régie Régionale disait que des pédopsychiatres ça n’existe pas! Et pourtant oui, ça existe. Mais quand la DPJ faisait la demande, elle était refusée et c’est la DPJ qui devait s’en expliquer. Pas facile…

    Je suis certain que Ruffo pensait que ses jugements feraient débloquer des budgets pour combler les besoins mais apparemment, la direction de la DPJ ne l’a pas compris comme ça.

  8. @AL 23h26
    « À mon humble avis, il aurait été préférable de traiter les cas d’abus et de violence en vertu du code criminel et, pour le reste, de laisser les parents s’occuper d’élever leurs enfants.  »

    L’humilité sied bien à ce commentaire car tu n’as pas pensé à un petit détail.

    Un cas d’abus? OK, prenons l’exemple de parents qui abusent leur enfant et shootent ça sur internet. C’est PAS un exemple fictif. Les parents méritent de faire du temps et ils vont en faire. En attendant, tu fais quoi avec la jeune qui a été abusée?

    T’as un parent qui bat son enfant. Il fait 6 mois, disons, et il revient. Tu le laisserais revenir sans faire quoi que ce soit pour protéger l’enfant? Bravo…

    Ça fera pas ton affaire mais dans les centaines de dossiers que j’ai plaidés en protection, plus de 95% du temps, la DPJ avait raison d’intervenir… au moins de manière préventive. Quand il y a allégation d’abus par le père, la DPJ intervient pour le tenir à l’écart. Si les allégations sont mal fondées, le père reprend ses droits. Ça reste une intervention justifiée même si en bout de ligne, la demande de la DPJ finit par être rejetée.

    Aimé, fais attention avec les sujets que tu maîtrises mal. Et parle moi du film d’Arcand, les enfants de la DPJ. Je l’ai vu 2 fois de suite avec ma femme (deux fois PhD, philo et socio) et ce qui nous a scandalisés, c’est pas ce que tu penses: c’est les parents qui venaient avec leur fille de 13 ans et qui lui disaient « Tu vois, maman te l’avait dit que c’est des méchants, ce monde-là »

    Dans un cas, c’était justement une de mes anciennes clientes (une junkie) qui disait ça à sa fille. Sacraman… Si j’avais pas été avec ma conjointe, je serais allé lui parler dans le museau, mais faire ça avec ma cliente à mes côtés, c’était violer mon secret professionnel.

  9. A L

    Papitibi,

    ‘T’as un parent qui bat son enfant. Il fait 6 mois, disons, et il revient.’

    Au départ, on vient un autre symptôme d’un système tout croche. Le gars bat son enfant, comme un salaud, et est remis en liberté 6 mois plus tard.

    Tsé veux dire.

    Je connais très bien le système Papitibi, aussi bien que toi, peut-être même plus.

    Si le comportement des parents n’est pas criminel, il appartient aux parents de décider comment élever leurs enfants, et la DPJ n’a pas sa place.

    Si le comportement des parents est criminel, parce que des voies de faits sont commises ou que les parents ne subviennent pas aux besoins de l’enfant, alors il devrait y avoir une poursuite criminelle, et la DPJ n’a pas sa place.

    Dans un cas comme dans l’autre, on voit que la DPJ est tout à fait inutile, pour protéger l’enfant.

    C’est très bien par contre pour enlever des enfants dans les familles pauvres ou non éduquées en prétendant que c’est dans le meilleur intérêt de l’enfant ou des enfants.

    Et toi comme juge, tu ne verra même pas ces cas là, parce que les parents ne seront pas là pour contester l’ordonnance, ou qu’il y aura quelques affidavits au dossier ou le témoignange non contesté d’une travailleuse sociale, que tu trouves d’ailleurs très gentille.

    C’est comme â. Le système de contrôle est divisé en compartiments, d,une telle façon que même toi, le juge, avec tes diplômes et tes connaissances, tu n’y verra que du feu.

  10. A L

    Papi,

    Tu charrie pas mal en essayant de limiter les commentaires du juge Ruffo au non respect d’ordonnances visant des rapports de psys.

    Franchement Papi. Je ne suis pas né de la dernière pluie.

    la Juge Andrée Ruffo ordonnait que les enfants soient amenés directement au domicile du Directeur de la protection de la jeunesse pour qu’iol s,occupe des enfants conformément à ses obligations en vertu de la loi.

    C’était pas mal plus que ce que tu dis dans ton commentaire.

    C’est là que j’ai de la misère à te respecter. T’aimes jouer la carte humaniste, mais t’es un estie de bullshitter qui défend un système tout croche et full opressif.

    C’est dur de respecter ça!

  11. @ Aimé.

    Tu perds ton temps, j’ai déjà eu une discussion, avec papitibi, sur la DPJ, et il lui lèche, carrément, les pieds!!! Calv**re, la DPJ est un véritable goulag, pour les enfants!!!

    Les films «Les voleurs d’enfance», «Les enfants de la DPJ» et «Les parents de la DPJ» n’étaient que la pointe de l’iceberg, un genre de sonnette d’alarme!!!

    Deux chercheures en droit disaient que 90% des enfants ne devraient pas se retrouver en centre jeunesse et que, de ce 90%, les 2/3 étaient des fillettes qui y sont entrées vierges et qui seront recrutées, alors qu’elles sont censées être sous la protection de l’État, en centre jeunesse!!!

    De plus, comme on peut le lire, dans plusieurs jugements qui ont été entérinés, par des juges qui ont le culot de les y retourner, sans questionner la DPJ, elles y consomment des drogues et de l’alcool, dans ce milieu pénitentiaire où même des 0-6 ans ont le droit à des clôtures de plusieurs mètres, pour éviter toute évasion!!!

    Ce n’est pas pour rien que l’enquête Scorpion ait été bâclée, si rapidement, malgré l’excellent travail de l’enquêteur!!! Les vrais prostitués ne sont pas ces fillettes de 12-13-14 ans, mais bien les professionnels qui se bâtissent des carrières dorées, sur le dos de ces enfants!!! Ces enfants sont trahis et ils sont drogués de force, afin que les employés aient la paix, comme dans les CHSLD, pour les personnes âgées!!!

    On les drogue, au Ritalin et au Concerta, qui, dans la rue, remplace la cocaïne!!! Ils en font, donc, aussi, des toxicomanes!!! Aux États-Unis et un peu partout dans le monde, ces drogues psychiatriques ont causés des tueries, telles Columbine et, plus près de nous, le Collège Dawson, la Polytechnique et la tuerie de l’Assemblée nationale!!! Il a été mis en preuve que ces jeunes-là étaient en sevrage de ces drogues psychiatriques qui augmentent l’agressivité et les idéations suicidaires!!!

    Ainsi, les deux tueurs de Columbine suivaient, aussi, un programme pour contrôler leur agressivité, comme ça se fait, à la DPJ!!! Pour y arriver, et ceci dans le but de discréditer les enfants qui sont entreposés, dans ces espèces de pénitenciers pour enfants (des clôtures de plus de 6 pieds, pour empêcher des 0-6 ans de s’évader????), advenant qu’ils déposent une plainte, contre la DPJ, ils se mettent à 5-6, sur le dos d’un jeune, jusqu’à ce qu’ils pètent sa coche!!!

    Là, la DPJ fait venir la police et, le jeune, si il a sauté, sur les policiers, viendra renforcer la preuve que le jeune est dangereux, pour lui-même et pour les autres!!! Donc, il est étiqueté, avec la complicité d’avocats et de psychiatres (comme au temps des Enfants de Duplessis ou au temps des jeunes autochtones) d’être dangereux, pour eux-mêmes et pour les autres!!!

    Trois centres sur 33 disent, aux jeunes: «Si tu veux porter plainte, contre nous, t’as le droit, mais…», et les plaintes doivent être déposées, à la DPJ même!!! Donc, c’est comme demander, à la mafia, d’enquêter, sur la mafia!!! Cette même loi du silence est imposée, par la DPJ, aux parents et aux enfants qui osent porter plainte, contre eux, ce qui les privera de se voir, et ce, pendant des années!!!

    Autre tactique qui fait partie de la culture de la DPJ: l’utilisation à outrance de l’aliénation parentale, pour monter leur preuve, afin de faire déclarer les parents inaptes!!! Ça crée, chez les enfants, de la dépendance affective qui fait que les fillettes tomberont amoureuses du premier beau gars qui leur dira qu’elles sont belles, qui les habilleront avec des vêtements griffés et qui les obligeront à danser nues ou à faire des pipes, dans les stationnements des bars de danseuses!!!

    Il y a, aussi, des recruteuses, à l’intérieur des centres et ça date des années 1980, il suffit de demander aux prostituées de l’époque!!! La majorité des enfants passent des 3-4 semaines, en isolement, et, si elles y sont menstruées, elles devront attendre longtemps, avant de se changer!!! Les avocats en jeunesse qui défendent vraiment les droits des enfants sont une denrée rare!!! À 2000$/jour/cause, la procédure devient très payante!!!

    En plus, les parents doivent avoir payer, entièrement, la facture, avant de se représenter, pour la suite, sinon ils devront se trouver un nouvel avocat!!! Plusieurs avocats disent, en plus de gueuler, dans leur bureau, que «ça fait 12 ans que je me bats, contre la DPJ, et je n’ai pas peur d’eux», pour, ensuite, perdre la voix, devant le juge!!! D’autres se révéleront être famille d’accueil!!! D’autres demandent 20 000$, tout en vous disant que ça ne garantit pas que vous aurez vos enfants!!!

    D’autres disent ne rien connaître de la Chambre de la jeunesse, jusqu’à ce que, par pur hasard, vous voyez leur nom, sur la liste des organisateurs des 25 ans de la DPJ!!! Chaque enfant a son avocat qui est choisi, par la DPJ, bien sûr!!! Le juge, le procureur de la DPJ et les avocats des enfants ont souvent travaillé ensemble, dans le même bureau d’aide juridique!!!

    Des juges sont bêtes, ils manquent de respect, ils bafouent, ils leur disent qu’elles fabulent, lorsqu’elles disent avoir été abusées sexuellement, par une éducatrice en centre jeunesse ou dans sa famille d’accueil, là où elles seront retournées, par le juge!!! Pourtant, ces enfants ont été victimes d’abus, de violence, des agissements de leurs parents, qui sont, eux-mêmes, des ex-enfants de la DPJ et qui ont été élevés, avec le mode de vie pénitentiaire de la DPJ, comme le citait un rapport de la Commission du droit du Canada, en 1999!!!

    Ces enfants, eux-mêmes, croient, enfin, être en sécurité, parce qu’ils sont entre les mains de l’État!!! Ha!!! Plusieurs diront qu’ils ont vécu plus de violence, en centre jeunesse et en famille d’accueil, les négligés de ce système totalitaire!!! À la Consultation de février 2006, une jeune est venue raconter les atrocités qu’elle a vécues et qu’elle a vu, en centre jeunesse et en famille d’accueil où, dans les deux cas, elle a été abusée sexuellement et physiquement!!!

    Tous l’ont écouté religieusement, sauf la ministre qui riait!!! Des membres de l’Association des grands-parents qui étaient venus déposer leur mémoire n’en revenaient pas!!! Une autre était prête à faire éclater un scandale, mais elle n’a même pas pu être entendue!!! Sa petite soeur, la victime principale, dans leur dossier, y a, aussi, goûté, surtout en famille d’accueil, dont une où la femme travaillait au même centre où a été emprisonné sa soeur aînée qui lui a sauvé la vie!!! Leur mère était en psychose, sous drogue psychiatrique, donc, en sevrage, par un médecin qui se disait spécialiste en santé mentale et qui lui a donné des médicaments périmés!!!

    Ce n’est, donc, plus rare qu’on assistera à des infanticides!!! D’ailleurs, de plus en plus de jeunes mamans provenant de quartiers qui sont politiquement et financièrement démunis n’osent plus aller chercher de l’aide en CLSC, de peur de se faire kidnapper leur bébé, par la DPJ, qui est à en développer une industrie, comme c’était le cas des enfants dits de la crèche!!!

    Tout ce qui tourne, autour de la DPJ, représente une industrie de plusieurs milliards de dollars annuellement (juges, avocats, gardiens de prisons, etc.) et c’est ainsi que ces enfants de la DPJ deviennent les «criminels» qui font la manchette!!! Ces enfants sortent de la DPJ en étant des bombes ambulantes, des prostituées, des toxicomanes, avec une faible scolarité, avec un enfant, quand il ne leur a pas été kidnappé, bénéficiaire de l’aide sociale, donc les employés idéaux pour le crime organisé qui les recrutent sans problème, car ils les connaissent et ils les attendent, depuis que les jeunes sont en centre jeunesse!!!

    C’est plus payant de vendre de la coke ou de danser nue que de travailler, à 8$ de l’heure, chez McDo!!! Comme le disait Dan Bigras: «Les enfants, au Québec, on s’en cr…»!!! Donc, des enfants, au Québec??? No way!!! Non, merci!!!

    Voir le site sosquébec.com qui est diffusé, au Québec, au Canada et à l’étranger, et qui est traduit en plusieurs langues!!! 10% seulement des employés de la DPJ sont des professionnels!!! Mais, dans ce 10%, combien y a-t-il de professionnels de la relation d’aide, hein??? Irais-tu dans un hôpital où seulement 10% des médecins détiennent un diplôme en médecine??? Moi, non!!!

    Il est rare qu’un ministre fasse un ménage, dans les services sociaux, surtout que la plupart se disent travailleur(euse)s social(e)s, ce qui trompe le public et les enfants qui croient, faussement, avoir affaire, à un professionnel qui est un diplômé universitaire, en Service social!!! L’Ordre ne dit rien et ce sont eux qui font des rapports dénigrants, contre des enfants, qui, en forte majorité, sont des victimes de mauvais traitements!!!

    Des comportements normaux d’ados normaux sont dénoncés comme étant des comportements pathologiques!!! Ça prend un grand ménage ou donner les clés de la DPJ aux Auberges du Coeur qui pourraient s’adjoindre des services de vrais professionnels qui sont dédiés à la famille et aux enfants, surtout comme les Maisons de la Famille du docteur Gilles Julien!!!

    L’ère de la police de la famille qu’est la DPJ serait révolue et, ENFIN, des (vrais) services pourraient être donnés, aux enfants et aux familles, car la DPJ devrait être perçue comme étant un sauveur et non pas comme étant une police!!! En Floride, ils ont eu ce courage!!!

    Voilà la justice (avec la bénédiction de papitibi), au Québec, mon cher Aimé, et c’est à en vomir, littéralement!!!

  12. A L

    Papitibi,

    Une autre preuve que t’es comme un vendeur de char usagé. Le chat sort du sac.

    tu écris :
    ‘Ça fera pas ton affaire mais dans les centaines de dossiers que j’ai plaidés en protection, plus de 95% du temps, la DPJ avait raison d’intervenir… au moins de manière préventive. Quand il y a allégation d’abus par le père, la DPJ intervient pour le tenir à l’écart. Si les allégations sont mal fondées, le père reprend ses droits. Ça reste une intervention justifiée même si en bout de ligne, la demande de la DPJ finit par être rejetée. ‘

    Quelle estie de bullshit. Tu me prends vraiment pour un con.

    Là, je comprends qui tu es. Tu plaidais pour la DPJ. Tu étais un avocat qui représentait la DPJ lorsque les travailleurs sociaux veulent enlever l’enfant du foyer.

    Ça explique bien des choses. La DPJ était ta cliente. T’as oublié de mentionner ce petit détail dans tes commentaires antérieurs.

    Pour revenir à ton commentaire, tu prétends que 95 % des retraits préventifs sont fondés. T’es tombé sur la tête ou quoi? Si c’était fondé, l’allégation d’abus serait prouvée et le retrait du foyer serait maintenu.

    Dans la plupart des cas, sinon tous les cas, la DPJ demande que l’enfant soit retiré du foyer, sur la base d’un signalement, et le ou les parents ne sont même pas présents et la décision est rendu sans que les parents soient entendus.

    Les procédures de retrait préventif sont sujettes aux pires abus, notamment de la part d’un parent ou de la famille d’un parent qui cherche à se venger et qui fait un signalement fondée sur une preuve fictive,

    Plusieurs personnes utilisent la DPJ pour menancer d’autres personnes, et la DPJ elle-même utilise les menaces de retrait des enfants contre les parents pour les forcer à consentir à des inspections et autres trucs du genre.

    Plusieurs lacunes évidentes en ce qui concerne la DPJ.

  13. A L

    J-L,

    Merci pour ton exposé détaillé qui confirme tout ce que j’ai vu et entendu à ce sujet. C’est exactement comme raconte Nancy Schaefer dans la vidéo ci-dessus aux É-U.

  14. Papitibi, espèce de sale ordure, tu as fait ton argent, sur le dos des enfants du Québec!!! C’est peut-être un détail, pour toi, mais ça explique tous tes commentaires, concernant la DPJ!!!

    Cr*sse que ça va se rajouter à ma poursuite en diffamation, ça!!! Je vais te traîner en cour, au nom des enfants du Québec que tu as envoyé dans le système de la DPJ!!! Je sais que, pour l’instant, c’est «légal», au Québec, ce que tu as fait, mais c’est immoral et ce ne serait, sûrement, pas supposé être légal!!!

    Et tu crois vraiment que je vais t’engager, pour écrire mes discours, en 2013, si je décide de briguer la mairie de Québec??? Mais, tu crois vraiment que j’ai une morale de libéral ou quoi??? Le seul appel que tu auras de moi (indirectement, bien sûr), c’est celui de mes avocats (honnêtes, ceux-là), quand je saurai, enfin, qui tu es vraiment!!!

  15. A L

    Tiens, ça vaut la peine de parler du Dr. Charles Smith, un estie de trou de cul de médecin pathologiste qui a envoyé des dizaines de parents en prison sur la base dexpertise trafiquée et qui a témoigné dans plusieurs causes de protection de la jeunesse pour faire déclarr des parents dansgereux.

    Cet estie d’enfant de chienne a été condamné par les tribunaux il y a quelques années quand il a été découvert qu »il avait inventé la plupart des preuves qui avaient fait condamner les parents d’enfants décédés par accident ou suite à une maladie ou d’autre cause inexpliquée.

    Juste pour dire que les pseudos experts de la DPJ, payé par le gouvernement, et qui ont intérêt à faire gagner la DPJ, ça ne vaut pas cher la livre.

    Comme je disais, si c’était vraiement un crime, ce serait traité au criminel. En ce qui concerne l’enfant abandonné, la responsabilité est à la famille et non aux esties de fuckés de la DPJ.

  16. @ Aimé.

    «si c’était vraiement un crime, ce serait traité au criminel»

    Ben, ça devrait l’être, quant à moi!!!

  17. En attendant, allez donc voir le blogue du vieux papi!!! Il s’en prend à Philippe, en affichant une photo en gros plan de sa gueule, sans son consentement, «pour que les lecteurs qui le reconnaîtraient, dans la rue, le saluent»!!! Il est incorrigible!!!

    On croirait avoir affaire à un bully de cour d’école!!! Papi, tes chums du Hétutistan sont l’antithèse de la civilisation et toi-aussi, d’ailleurs!!! De tous les défauts que je pouvais t’affubler, jamais je n’aurais cru devoir te traiter comme quelqu’un qui a de l’argent sale, dans ses poches!!!

  18. A L

    Une autre preuve que t’es un bullshitter de premier ordre.

    Aux É-U, une étude a démontré que sur 3,3 millions de signalements contre des mauvais parents, 770 000 étaient fondés et le reste, soit plus de 2,5 millions étaient non fondés ou sans aucune preuve. Plus de 80 % des signalements étaient non fondés.

    Toi tu prétends que ‘plus de 95% du temps, la DPJ avait raison d’intervenir’.

    Tsé veu dire. Arrête de bullshitter Papi!

    http://www.childlaw.us/2011/02/six-million-children-maltreate.html

  19. A L

    Jean-Luc,

    Tu n’as pas compris ce que je disais, La DPJ fait un procès au parent pour toutes sortes de raisons qui ne sont pas criminelles. C’est pour ça que je dis que la DPJ n’a pas sa place. Si c’est criminel allez en cour criminelle. Si ce n’est pas criminel, laissez les parents tranquilles, Ce n’est pas de vos affaires, Mais le gouvernemaman veut tout contrôler, sous prétexte d’aider les enfants.

  20. Proulx

    1574 mots, ton commentaire. Mais ça reste de la marde, de la première à la dernière lettre!

    Là je comprends ton acharnement! T’es sorti d’un centre de réadaptation le jour de tes 18 ans, le 3 juin 2006! Tout s’éclaire, tu as fugué, ils t’ont rattrapé. Pôv ti Pit

    Tabarnak, quand j’ai ouvert mon premier dossier de protection de la jeunesse, t’étais en 2e année, tu mangeais tes crottes de nez, tu venais de perdre tes dents de lait, t’avais peur du tonnerre et tu pissais au lit! Et c’est toi qui va me dire comment ça marche, après avoir vu DEUX documentaires!

  21. Proulx

    « De tous les défauts que je pouvais t’affubler, jamais je n’aurais cru devoir te traiter comme quelqu’un qui a de l’argent sale, dans ses poches!!! »

    Je l’ai pris où, mon argent sale?

    Pis c’est toé, le gros bouffon bouffi, qui veut m’apprendre le sens du mot « diffamation »?
    Va te rincer la gueule avec du lisier de cochon, ça va sentir meilleur!

  22. Proulx

    « Cr*sse que ça va se rajouter à ma poursuite en diffamation, ça!!! Je vais te traîner en cour, au nom des enfants du Québec que tu as envoyé dans le système de la DPJ!!!  »

    Va lire l’article 55 du code de procédure civile, crisse de moron. Celui qui intente une action en justice doit avoir un intérêt suffisant ». Et de un. Tu viens encore d’étaler ton ignorance, gros crisse!

    Je vais sauter par dessus le fait que l’action serait éteinte par prescription (le droit d’action s’éteint après 3 ans )

    Pour ce qui est du droit des enfants de me poursuivre, encore faudrait-il qu’ils aient été lésés par ma manière de les défendre ou de défendre leurs parents. Parce que vois-tu, j’ai jamais travaillé POUR la DPJ, qui a ses avocats permanents.

    Et pendant TOUTES les années où j’ai travaillé en protection, les seuls avocats qui travaillaient à la DPJ en Abitibi, bin… c’est des femmes. Lucille Chabot, qui est juge aujourd’hui. Marie Desharnais. Julie Lemyre. Et quelques autres, que je croisais moins souvent. Mais c’étaient des femmes.

    And I’m no woman.

    Cela dit, n’importe quel avocat que tu pourras consulter va te confirmer que je ne peux pas être tenu responsable d’un jugement rendu par un juge. Et quant au juge, il jouit de l’immunité judiciaire.

    Better luck next time, le gros moron. Gros moron ignorant

    Et ta crisse d’action en diffamation, enweille, shoot! On va rire… surtout avec ton accusation d’argent sale (Me Corriveau a reçu $107000 pour le même genre de propos). Comme je sais que t’as les poches vides et que tu vis aux crochets de tes parents, je pourrai toujours me tourner vers les administrateurs de ce blogue et l’auteur du billet.

    Merci, Jean-Luc.

    PS: JLP est obèse!!! Vraiment obèse!!!

  23. A.L

    « Là, je comprends qui tu es. Tu plaidais pour la DPJ. Tu étais un avocat qui représentait la DPJ lorsque les travailleurs sociaux veulent enlever l’enfant du foyer. »

    = = =

    Un autre kalisse d’ignorant qui pense qu’il connaît son droit parce qu’il a fait un an d’université à l’UQàM en plus d’apprendre par coeur la bible King Kong!

    T’en sais plus que moi en droit de la jeunesse? Fort bien. Mais je vais quand même t’expliquer comment ça marche

    Étape 1: La DPJ reçoit un « signalement » et ses « spécialistes » décident à l’interne si le signalement est recevable. S’ils le jugent recevable, ça va se rendre au service du contentieux. À Rouyn-Noranda, par exemple, c’est Me Julie Lemire, une permanente de la DPJ, qui préparait les procédures.

    Étape 2 (facultatif et relativement rare): S’il y avait une mesure urgente, son bureau s’occupait de trouver un juge de paix, de réserver une salle et, si nécessaire, la vidéo-conférence. À ce stade, ni l’enfant ni les parents ne sont présents, la DPJ procède ex parte.

    Étape 3 (facultative et relativement rare): La mesure urgente peut être prolongée de 5 jours, les parents sont avisés, pas toujours présents, et si présents, rarement représentés par avocat car les délais sont courts. L’enfant, lui, est présent, et dans 95% des cas, représenté par avocat. C’est là que moi j’intervenais: le bureau d’aide juridique a l’obligation de chercher un avocat pour l’enfant (ou ado) et de payer l’avocat en fonction du tarif. Dans mon temps, à cette étape, l’honoraire était de $130.

    Étape 4 (facultative mais très fréquente): la DPJ présente une requête pour mesure provisoire avec préavis de 10 jours (signifié par huissier). Le juge peut rendre jugement pour 30 jours max, renouvelable pour un autre 30 jours maximum. À cette étape, l’enfant EST toujours représenté, et toujours (99.9%) sous mandat d’aide juridique. Pour les parents, l’avocat est facultatif mais il est fortement recommandé d’en trouver un. Sous mandat d’aide juridique, l’honoraire était de $130.

    Pourquoi? PCQ ILS POURRAIENT S’EN FAIRE PASSER UNE P’TITE VITE PAR LA DPJ !

    Étape 5: Demande en déclaration de compromission (article 38 de la Loi) ou, selon le cas, demande en révision ou prolongation d’une ordonnance déjà rendue (article 95 de la Loi). Ici, l’honoraire est de $370 pour une journée ou moins, et de $150 par demi-journée additionnelle.

    = = =

    Je représentais des parents – ou UN parent, dans 35-40% de mes dossiers. Le plus souvent, les parents ont des intérêts opposés à ceux de la DPJ, et mon mandat était de CONTESTER les demandes de la DPJ, surtout au niveau des étapes 4 et 5.

    Dans 60-65% des cas, je représentais l’enfant/ado. Légalement, quand mon client avait moins de 11-12 ans, c’est à l’avocat de déterminer ce qu’il croit être dans le meilleur intérêt de l’enfant, après avoir discuté avec lui (quand c’est possible!). On développe avec le temps une manière de dialoguer efficacement avec un enfant de 5 ans. Anyway, ma bibliothèque était remplie d’ouvrages de référence (psycho ).

    Quand l’enfant a 12-13 ans et plus, la jurisprudence de la Cour d’appel oblige l’avocat à exprimer devant le juge, non pas sa position à lui, mais la position de son client, aussi ridicule puisse-t-elle être. Le Code civil, par ailleurs, oblige l’avocat des parents à tenir compte de l’intérêt de l’enfant.

    Je n’ai jamais été payé par la DPJ, je n’ai jamais travaillé pour la DPJ, et j’étais aussi baveux à l’égard des travailleurs sociaux et travailleuses sociales de la DPJ que je peux l’être avec toi pis le gros nabot de 23 ans.

    Si je te dis que chu baveux, tu vas me croire, j’espère? À la Cour, c’était pareil, quoique mon langage était plus « diplomatique »

    Alors tes accusations ridicules, fourre-toi les dans le cul, kâlisse de langue sale..

  24. A L

    Papitibi,

    Je suis certain que t’était baveux, comme tu dis.

    Langue sale, je ne t’ai pas traité de quoi que ce soit. Jai simplment dit que la DPJ était ta cliente.

    Tu prétend que je suis étudiant de 1èere année de droit de l’UQUAM. Libre à toi de penser ce que tu veux, mais je me doute que tu sais bien que ce n’est pas le cas.

    Comme tu aimes être pointilleux, tu as écris :

    ‘Ça fera pas ton affaire mais dans les centaines de dossiers que j’ai plaidés en protection, plus de 95% du temps, la DPJ avait raison d’intervenir’

    Maintenant tu écris que tu représentait les parents (‘Je représentais des parents – ou UN parent, dans 35-40% de mes dossiers’)

    Ton premier commentaire laise penser que tu représentait la DPJ.

    Et puis après, ça ne change rien. Le syst;me de protection de la jeunesse est fucké. Il est fucké au Québec, dans les autres provinces et aux É-U.

    Ça n’a rien à voir avec tes compétences juridiques ou ton honnêteté. Pour les enfants, les problèmes ne se passent pas dans la salle de cour.

    J’en ai connu des hommes et des femmes qui ont été en famille d’accuel. Plusieurs racontent des histoires qui ne sont pas jolies.

    Je ne sais pas comment c’est à Rouyn, mais à Montréal, ce n’était pas joli.

  25. A L

    Papitibi,

    En passant, Kossé que tu fais là? Mettre la photo de Philippe sur ton site et demander aux gens de le saluer après avoir l’avoir étiquetté de libertarien.

    Es-tu sérieux?

    Coudonc, tu n’as vraiment rien à faire de tes journées. Pourquoi tu fais des trucs comme ça? Ça te donne quoi au juste?

  26. A L

    Pour ce qui est de la Bible King James, t’es trop bouché pour admettre la réalité historique du fait que la Reine est le chef d’état et qu’elle prête serment sur la Bible King James, comme dans ta salle de Cour, de faire respecter les traditions du Royaume-Uni (la Common Law), je ne peux rien pour toi.

    Faut croire que t’es tellement convaincu de ton athéisme, ou peut-être que t’as un autre dieu, que ça t’a rendu aveugle en ce qui concerne la KJV.

    En tout cas, nonobstant ce que tu peux penser, la Déclaration canadienne des droits (1960) énonce clairement que :

    ‘ Le Parlement du Canada proclame que la nation canadienne repose sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu, la dignité et la valeur de la personne humaine ainsi que le rôle de la famille dans une société d’hommes libres et d’institutions libres; ‘

    La Charte canadienne des droits (1982) énonce clairement que :

    ‘Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit’.

    Ça fait que tu peux raconter n’importe quoi et croire ce que tu veux, je m’en fous. Quand t’arrêtera de bullshitter, je cesserai de te traiter de bullshitteur.

  27. A L

    Pour revenir à la protection des enfants, il y a beaucoup de pauvreté au Québec et ça entraîne toute sorte d’autres problèmes, dont les enfants sont certainement des victimes.

    Mais si on regarde les centaines de millions qui ont été investis en protection de la jeunesse au fil des ans, estce que le sort des enfants en protection est mieux aujourd’hui qu’il y a20 ans.

    C’est là que le système perd toute sa crédibilité, parce qu’on parle des mêmes problèmes pendant 20 ans et rien ne change. C’est comme en santé et en éducation ou pour la corruption dans les affaires politiques ou municipales.

    Mais je peux très bien concevoir que l’avocat qui plaide des causes de protection pense qu’il fait un travail utile ou important, parce que l’Avocat ne voit pas ce qui arrive à l’enfant en famille d’accueil, ou ne pense pas au boulversement émotif pour l’enfant de ne plus être dans sa famille, etc.

    Le rôle de l’avocat et du juge est très limité. même si l’avocat ou le juge ont tendance à penser qu’il peutvent tout régler avec le droit. Ce nest pas le cas.

    Le système est oppressif et abusif, mais les tâches sont tellement décomposées que ceux qui y participent ne réalisent même pas ce dans quoi ils sont impliqués.

  28. @Aimé
    « Faut croire que t’es tellement convaincu de ton athéisme, ou peut-être que t’as un autre dieu, que ça t’a rendu aveugle en ce qui concerne la KJV. »

    Agnostique, Aimé. AG-NOS-TI-QUE. Mais j’ai grandi dans la foi catholique, j’ai vécu quelques mois avec une luthérienne « de naissance » que son père avait convertie à Jéhovah, et j’ai eu une conjointe russe-orthodoxe, convertie au judaïsme il y a 25 ans.

    J’ai fréquenté des temples cathos, la synagogue de la rue Bathurst, à Toronto, une autre à Tel-Aviv, une autre à Montréal, une église orthodoxe du Boul. St-Joseph à Montréal, et l’église catho de rite byzantin à Rouyn. Mais ça me tente pas de me convertir à l’Église anglicane et à sa Bible King James. Et puis si tu veux trouver un monarchiste, va voir ailleurs, I am not.

    = = =

    « Ton premier commentaire laise penser que tu représentait la DPJ. »

    Non. Tu viens de confirmer que comme tous les gavés du dogme, tu comprends ce que tu veux bien comprendre. Affirmer que la DPJ est bien fondée de poser tel geste, c’est comme affirmer que Lisette Lapointe a pas été fine. Est-ce que ça veut dire que JE suis Pauline Marois? Non. Alors en quoi cela laisse-t-il entendre que j’étais à la solde de la DPJ? J’ai pas le droit d’OBSERVER ce qui m’est extérieur, et de commenter?

    = = =

    « En passant, Kossé que tu fais là? Mettre la photo de Philippe sur ton site et demander aux gens de le saluer après avoir l’avoir étiquetté de libertarien.
    Es-tu sérieux?
    Coudonc, tu n’as vraiment rien à faire de tes journées. Pourquoi tu fais des trucs comme ça? Ça te donne quoi au juste? »

    Ce qu’un retraité fait de ses journées quand il pleut des clous, c’est pas de tes affaires. Et si tu veux planter sur ce site 80 clips vidéo par jour, je m’en crisse.

    Le libâââârtarien que tu es se prend-il pour cet État tentaculaire et inquisiteur qu’il dénonce? As-tu coulé le cours « Libertarien 101 »?

    Est-ce que je suis sérieux? Devine. Mais ça non plus, c’est pas de tes affaires. Mais si tu veux faire oeuvre utile, va expliquer à l’hénaurme Jean-Luc la différence entre « diffamation » et « droits d’auteur ». Ça sera déjà ça de pris.

    Je vas m’arrêter icitte.

  29. A L

    Bof, tu peux m’insuler tant que tu veux. Mon avatar s’en crisse.

  30. A L

    Tu fais une analyse sélective des faits, comme certains juges qui veulent que leurs conclusions concordent avec la preuve. C’est pas compliqué. Ils ignorent certains éléments de preuve, ou ils déforment carrément ce que le témoin a dit. Je ne suis pas né de la dernière pluie Papitibi.

  31. @Aimé

    Je sais que tu aimes les vidéoclips. Enjoy!

  32. T’es vraiment inspirant, mon Aimé-qui-n’est-pas-né-de-la-dernière-pluie. Et en voici la preuve irréfutable.

  33. A L

    À l’éminent juriste de Rouyn-Noranda,

    Tu aimes picosser sur des points totalement non pertinents, en évitant de confronter les éléments qui ne concordent pas avec ta vision ‘tunnel’ des choses. C’est bien correct. Tu peux penser ce que tu veux. C’est la beauté de la liberté. Bonne soirée Papitibi. Couches-toi pas trop tard, il y a beaucoup de vidéos de pitous qui ronflent sur l’Internet.

  34. A L

    Ils laissent sortir les fous des asiles, et les fous se ramassent sur les conseils municipaux des villes.

    Dans l’Iowa, les génies qui composent le conseil municipal pensent que c’est leur ‘droit’ (ça se peux-tu câlice!) de protéger la population sur leur territoire.

    Donc, ces aliénés ont décidé d’adopter un règlement municipal qui obligerait les propriétaires de commerces, de logements, et de maisons à placer les clés donnant accès à l’immeuble dans une boite à l’avant de la propriété …pour faciliter l’accès à l’immeuble par les pompiers en cas de feu.

    Le monde n’est pas content. Imagine… laisser tes clefs de maison dans la rue, dans une boîte que n’importe quel employé municipal ou bandit va pouvoir ouvrir ou défoncer pour cambrioler ta maison ou ton commerce.

    Regarder le conseiller municipal à 1m 40 et dites-moi qu’il ne s’agit pas d’un parfait imbécile.

    Ce serait drôle si ce n’était pas si triste.

  35. J’ai l’impression de rêver, Aimé. La dernière vidéo à propos des clefs est absolument renversante. Tu te demandes tout le long en la regardant si ce n’est pas un canular tellement c’est irréel. wow, sous le prétexte de vouloir protéger les gens!

    La dame a une question qui devrait clore le débat instantanément:

    Qui sera responsable, dans le cas où quelqu’un serait agressé ou violé? Est-ce que ce sera le Conseil de ville? J’imagine que personne ne voudra être responsable! Personne de responsable = on oublie ce projet débile.

  36. A L

    François,

    Surtout après que tu as remis tes armes aux autorités parce que c’est bien trop dangereux d’avoir une arme pour te protéger. On va vous protégez Madame. Donnez-nous votre fusil et mettez vos clefs dans la boîte.

    Combien de temps encore les Américains vont-ils tolérer ces imbéciles?

  37. A L

    Tiens, un ptit vidéo pour les bouffons qui pensent que l’ONU est là pour sauver le monde.

    Vous souvenez-vous de l’intervention armée en Lybie approuvée à l’unanimité par les députés fédéraux et autorisée en vertu d’une résolution du conseil de sécurité de l’ONU (comment légaliser un crime de guerre)?

    Depuis le début de cette intervention il y a quelques mois, d,innombrables civils et innocents ont été tués par les bombardements de l’OTAN.

    Voici un vidéo qui rqaconte comment une université a été bombardée.

    Payé avec l’argent de vos taxes.

  38. Aille, ils sont graves en simonak! C’est comme le bourreau qui te demande gentiment de te passer le noeud toi-même et te pendre avec en sautant du banc!

    Tu sais, je me demande s’ils ne font pas exprès pour provoquer la population et voir jusqu’où ils peuvent la pousser avant que les gens deviennent enragés et commencent à utiliser la violence pour se révolter.

    Cela justifierait enfin de mettre en marche leur machine de répression style État policier militarisé…

    Je n’arrive pas à croire que ces gens sont si imbéciles, je veux dire, comment peut-on rationnellement et logiquement demander, non – obliger – les gens à laisser un clef de leur demeure et commerce dans une boite dehors pour que les autorités puissent entrer dans votre bâtiment librement en cas « d’urgence ».

    C’est complètement débile.

  39. A L

    François,

    La réalité dépasse la fiction.

  40. A L

    François,

    C’est là qu’on voit que le gouvernement fédéral des É-U est en guerre contre les citoyens des états américains.

    C’est impossible de ne pas voir ça il me semble. Quand on regarde le comportement du gouvernement fédéral vis-à-vis les Américains, disons depuis l’ouragan Katherina, ou même dpuis le 11 sept., c’est une agression après l’autre.

    À mon avis, l’affrontement est inévitable. Les Américains n’iront pas à l’abattoir comme des moutons. Je ne crois pas ça. Pas les 100 millions de chrétiens. Ça n’arrivera pas!

  41. @ Aimé.

    Je déteste faire le whistleblower, mais le vieux papi te répond, sur son site de marde!!! Tu ne sera pas surpris d’apprendre qu’il appuie, carrément, le règlement municipal fasciste de l’Iowa!!!

  42. Oups: «Tu ne seras pas surpris…»

  43. A L

    Jean-Luc,

    Bof, il aime avoir des discussions sur les bienfaits de l’état policier avec ses deux disciples. Laissons les s’amuser ensemble. Ils font une belle équipe.

  44. A L

    Vous connaissez le TSA qui taponne et irradie femmes, hommes, enfants et viellards à l’aéroport. Bien, figurez vous que le TSA fait maintenant une opération dans 5 états américians avec des millers d’agents. Ils vont aller dans les villes et villages et dans les rues et traiter tout le monde comme un terroriste potentiel. Ça va être beau.

    Payé avec les taxes des Américains et cautionné par l’ONU.

    http://www.mariettatimes.com/page/content.detail/id/536701/TSA-conducting-security-exercise-.html?nav=5002

  45. A L

    Regardez la liste de participants. Des hélicoptères Blackhawk et des avions militaires, à peu près toutes les agences policieres ou militaires que tu pourrais imaginer. Ayoye!

    ‘The exercise will cover approximately 5,000 square miles throughout Ohio, Kentucky and West Virginia. The participating teams are composed of a variety of TSA assets including federal air marshals, canine teams, inspectors and bomb appraisal officers. They will be joined by state and local law enforcement officials to supplement existing resources, provide detection and response capabilities. The exercise will utilize multiple airborne assets, including Blackhawk helicopters and fixed wing aircraft as well as waterborne and surface teams.’

    Federal partners participating with TSA in the operation include the Army Corps of Engineers, U.S. Coast Guard, FBI and Federal Air Marshals.

    State of Ohio participants include the Ohio National Guard, State Highway Patrol, Emergency Management Agency, Department of Natural Resources, Department of Public Safety, Department of Transportation, Office of Homeland Security, City of Columbus Fire Division bomb squad, Ohio Fusion Center, several sheriff’s offices and departments of emergency management.

    West Virginia participants include the Department of Military Affairs & Public Safety, Division of Natural Resources, State Police, Office of Homeland Security, West Virginia National Guard, West Virginia Fusion Center, several sheriff’s offices and departments of emergency management.

    In addition to federal, state, and local assets, several other non-government entities are participating in today’s operation.’

    Ils vont faire des milliers d’opérations de ce genre aux quatre coins du pays.

    ‘TSA has partnered with local law enforcement to conduct thousands of similar operations from coast to coast. ‘

    C’est tu assez capoté à votre goût?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s