Archives quotidiennes : 12 février 2012

LE PÈRE DU MENSONGE

PLUS QUE JAMAIS LE MENSONGE ET LES DEMI-VÉRITÉS S’EMPARENT DE NOS ESPRITS ET FONT DE NOUS DES COMPLICES DE CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ. UN SURVOL DANS LE TEMPS NOUS EN RÉVÈLE LE VISAGE. 

SA NATURE 

Le père du mensonge est un « esprit » qui passe plus ou moins inaperçu du fait de sa nature même qui lui assure un maquillage lui donnant toute l’apparence de la « vérité ». Il a le charme, la finesse, la ruse, la séduction, les subtilités circonstancielles pour mieux séduire, calomnier, tromper, dissimuler, tuer et taire, si besoin est, tout ce qui peut le trahir. Il est le maître de l’illusionnisme, le promoteur par excellence de ses intérêts comme étant les nôtres, le récupérateur de toutes les valeurs qui nourrissent l’humain pour en faire la substitution au profit de valeurs qui détruisent tout ce qu’il y d’humain. Il n’a rien à voir avec le visage défiguré, les cornes sur la tête et des griffes qui lui sortent des doigts. Il est plutôt un grand charmeur.

SA PRÉSENCE DANS LA BIBLE 

Jésus de Nazareth, selon l’Évangéliste Saint Jean, a eu ces propos à l’endroit des pharisiens qui ne cessaient de lui tendre des pièges pour le discréditer auprès des foules : « Vous êtes du « calomniateur », votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui : quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur et père du mensonge. » Jn.8, 44 

La tradition chrétienne a donné à ce personnage le nom de « SATAN », qui veut dire « ADVERSAIRE », ou de DIABLE, qui veut dire CALOMNIATEUR. Il agit dans le monde par personnes interposées. Ce sont les « fourbes » qui se réfugient dans le mensonge, s’y attachent et refusent toute remise en question.., ce sont les guides trompeurs qui se font passer pour prophètes, envoyés de Dieu, porteurs d’une mission divine, ce sont ces milliers de témoins anonymes qui inventent les histoires à la carte contre rémunération. 

L’Ancien Testament connaît de ces prophètes de mensonge qui apportent au peuple, non pas la Parole de Dieu, mais des messages frelatés. 

« Jérémie, 5 »

26 Oui, il se trouve en mon peuple des malfaisants, ils guettent comme des oiseleurs à l’affût; ils posent des pièges et ils attrapent des hommes.

31. Les prophètes prophétisent le mensonge, les prêtres font du profit. Et mon peuple aime cela! 

« Ézéchiel, 13,3 »

19. Vous me déshonorez devant mon peuple pour quelques poignées d’orge et quelques morceaux de pain, en faisant mourir des gens qui ne doivent pas mourir, en épargnant ceux qui ne doivent pas vivre, et en mentant à mon peuple qui écoute le mensonge. 

Dans le Nouveau Testament, Jésus lui-même dénonce avec autorité les guides aveugles du peuple juif (Mt. 23,16). Ces hypocrites qui refusent de croire en lui sont des menteurs (Jn 8,55). Ils préludent aux autres menteurs qui surgiront dans tous les siècles pour détourner les hommes du véritable Évangile : Anti-Christ (1 Jn 2, 18-28), faux apôtres (Ap 2,2), faux prophètes (Mt 7,15), faux messies, faux docteurs. 

SA PRÉSENCE DANS LE MONDE D’AUJOURD’HUI 

À l’ère où l’information ne circule plus de bouche à oreille, mais nous arrive directement de satellites, toute digérée à l’avance par les grandes agences de nouvelle, il ne fait pas de doute que le Père du Mensonge, s’y est taillé une place de choix. 

Il est là où se fait le traitement tant des informations à transmettre que de celles à modifier ou à taire. Il sait choisir ses spécialistes : journalistes, analystes, enquêteurs qui sauront assumer avec convictions leurs tâches et convaincre leurs auditoires du bien fondé des jugements émis et des décisions prises. Ainsi, en les écoutant et en les lisant, le bon peuple saura reconnaître ceux qui appartiennent à l’axe du mal et ceux qui appartiennent à l’axe du bien. Ils seront en mesure de reconnaître le diable dans les dirigeants de l’axe du mal et Dieu dans ceux de l’axe du bien. Le père du mensonge, revêtu, du pouvoir de Dieu, fera ainsi son œuvre d’éducation et d’information. Une visite au lien qui suit vous en donnera une idée.

http://humanisme.over-blog.com/article-3088818.html 

Sur ce lien, il s’agit de Condoleezza Rice, mais elle n’est pas la seule à se réclamer de Dieu. Tout récemment encore, le candidat à la Présidence des Etats-Unis, Mitt Romney, multimilliardaire et tout enveloppé de sa foi mormone, en remet. 

http://humanisme.blogspot.com/2011/10/comment-le-dieu-des-pauvres-devient-le.html  »

« Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » Mt. 6,24

Qu’il suffise de penser à tous ces mensonges qui ont servi à couvrir la guerre en Irak et l’intervention militaire en Libye, et à ceux qui servent actuellement à couvrir l’invasion de la Syrie.  Dans ce dernier cas, depuis le veto russe et chinois à une résolution d’invasion, les médias nous parlent de crimes et de tueries, tous attribués aux forces gouvernementales, alors que des observateurs sur le terrain nous disent le contraire. Que dire de la machine médiatique mise en place pour diaboliser Fidel Castro, Hugo Chavez et tout adversaire non soumis aux volontés des forces de l’Empire ? 

Tout cela nous permet de réaliser jusqu’où le Père du mensonge est prêt à aller pour atteindre ses fins. Voici un texte qui en dit long sur cet esprit de la tricherie. Texte cité par Denis Gélinas dans un de ses commentaires.

* Les sept règles de la malignité pure

–       Ne dis jamais la vérité, mais donne-toi l’air de la dire. En effet, si tu dis la vérité, les autres peuvent compter sur toi ; tu leur sers donc à quelque chose et ils ne te servent à rien.
-–        

–       Ne respecte aucun droit de propriété, mais affirme que la propriété est sacrée et inviolable, et approprie-toi tout ce que tu pourras. Si tu veux tout posséder, comme ton bien incontesté tout dépendra de toi.
-–        

–       Sers-toi de la moralité des autres comme d’une faiblesse que tu utiliseras à tes fins.
- Incite ton semblable au péché, et cependant feins de reconnaître la moralité comme nécessaire.
-–        

–       N’aime personne.
- Rends malheureux quiconque ne veut pas dépendre de toi.
-–        

–       Sois pleinement cohérent et ne te repens jamais de rien. Ce que tu as résolu, fais le sans hésiter, et advienne que pourra. Ainsi tu montreras ta pleine indépendance et, grâce à l’égalité de tes procédés, tu auras l’air d’un homme juste, ce qui fournira un habile moyen de faire des autres tes esclaves avant qu’ils s’en aperçoivent. 

Apologie du diable, Benjamin Erhard (1766-1827) 

CONCLUSION 

Le Bien et la Vérité marchent ensemble. Le Mal et le Mensonge se tiennent compagnie. À vous, à moi, à nous tous de discerner là où se trouvent les forces du vrai et du bien et là où se trouvent les forces du mensonge et du mal. On ne peut plus se fier à nos médias officiels, pas plus qu’à nos représentants politiques et même religieux. Leur fiabilité est trop souvent mise en cause pour être des références crédibles. Il faut aller à toutes les formes d’information et apprendre à discerner les intérêts qui se cachent derrières les belles histoires qui nous sont racontées.  Le « malin » est vraiment « malin » et ses astuces sont des plus raffinées. Sauf que son masque s’évapore progressivement sous les rayons toujours plus percutants de la vérité. À nous d’y voir de plus près. Le mensonge est un véritable cancer qui contamine l’esprit et détruit les relations humaines.

Oscar Fortin

12 février 2012

http://humanisme.blogspot.com

4 Commentaires

Classé dans Oscar Fortin