Archives quotidiennes : 17 février 2012

Proposition du PQ : Le vote à seize ans


Il est des idées d’une telle absurdité que seuls les intellectuels peuvent y croire. (George Orwell)

Myriam Ségal
Le Quotidien

Le PQ propose que les jeunes votent à 16 ans. Au-delà de l’opportunisme politique (des électeurs audacieux alléchés par une option politique risquée), cela vaut la peine de réfléchir à l’incohérence qui marque les droits des jeunes. À 16 ans, ils n’ont pas le droit d’acheter un gratteux, mais peuvent lâcher l’école ou refuser des traitements médicaux; donc, pas le droit de risquer 2$, mais le droit de gâcher leur vie. Ils ne peuvent pas boire d’alcool, mais peuvent se faire avorter. Ils peuvent conduire, mais pas se faire infliger une contravention de plus de 100$. Ils peuvent payer de l’impôt, mais pas voter! Les ayatollahs de la santé songent même à leur interdire d’acheter des friandises. Le quotidien

***

Je viens d’entendre quelques jeunes se faire interviewer à la télévision. On ne sait pas trop qui est la CAQ, et quand on leur demande qui est le premier ministre du Québec. Jean Charest, mais pas …euh!, pas sûr.

Pour la CAQ, ce serait Claude Legault…

Quel est le nouveau parti qui vient d’être fondé?

Réponse : le NPD.

À quoi s’intéresse-t-on à 16 ans? J’imagine que ceux qui lisent ici ont déjà eu 16 ans… J’avais plus peur d’un bouton d’acné que d’un politicien. Et vive le Rock-N-Roll! Les filles, les gangs de gars…

C’est le party… Pas les partis.

Cette possibilité est-elle raisonnable? Vous avez tous votre opinion.

Le MELS en branle

Vous allez dire que ce n’est pas un obstacle. Le PQ non plus. Il n’a qu’à aller au MELS et créer un cours de « science politique pour les jeunes ». Je vois bien le topo. On engage cette vieille ferraille cabalistique de  conseillers pédagogique du Ministère, les cultivés livresques sans connaissance du terrain. Ils vont lui  concocter un plan de cours.

BUTS DU TEST

 

COMPÉTENCES

Savoirs :

* la structure du X

A)    X est la 24e lettre et la 19e consonne de l’alphabet latin.

B)    La lettre « X » est très utilisée dans la culture populaire, car elle implique un contexte de pornographie, de mystère et/ou de science-fiction.

C)    La lettre X peut servir à marquer sa préférence de candidature sur le bulletin de vote dans les sociétés démocratiques.

N.B. La lettre  X est composée de quatre lignes ou de deux, dépendamment de la vision que vous avez. Les élèves qui louchent pourront avoir accès à un aide-traceur, employé de l’État ou à un juge, un policier, un maire, un employé de la poste, ou un sans-abri diplômé.

SAVOIR FAIRE                  

Traçabilité du X manuellement sur bulletins fictifs.

A )  L’élève devra être capable de tracer un X, un crochet, un point, ou, en cas de manque de crayon, utiliser une aiguille pour se percer la peau et y placer une goutte de sang.

Il devra, dans ce cas remplir le questionnaire de demande autorisant des vérifications de codes génétiques : Le Sang pour Cent, version SS008BCBON.

B ) L’élève devra exécuter ce X en un temps ne dépassant pas les 5 minutes. Tout élève dépassant cette limite pourra suivre un cours  d’appoint : DOUBLE XX 008.

( Il est strictement interdit de faire des recherches sur le net concernant les triples X qui seront considérées comme  de la tricherie. Le cas advenant, l’élève sera suspendu de l’école pour 68 minutes.)

C )    Apprentissage par cœur d’au moins 21 lettres de l’alphabet. En ordre ou en désordre.

Savoir-être      

           Conscience sociale

A)    Empathie : se servir de ses pairs et se faire servir par ses pairs, et sans récompenses matérielles d’un relief douteux.

B)    Ouverture d’esprit : comprendre la tâche des dirigeants  à l’aide de vidéos tirés des bulletins de nouvelles.

C)    Implication : s’investir comme participant démocratique en une lettre. (S.V.P. : ne pas écrire aux gouvernements en place, lettre signifiant ici X)

Habileté sociale 

A)    Qualité relationnelle : ne pas haïr son prochain comme le prochain nous haït s’il n’est pas du même avis. ( L’avis de décès ne fait pas partie du corpuscule sus mentionné)

B)    Respect :   des policiers et des agences de surveillances privées, des décideurs cadres mandataires en science économique,   des systèmes d’austérités mis en place par nos élus, etc. Et ce, dans des gestes concrets.

QUELQUES TESTS À TITRE D’EXEMPLES

TEST 1

Choix de réponses :

Placer selon l’image, les candidats des chefs de partis.

1-      PQ

2-      ADQ

3-      CLAQ

4-      CLIQUE

5-      QS

6-      PLQ

7-      I (indépendant)

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

TEST 2 

Questions  ouverte :

1-      Quel est selon vous le but du Plan Nord?

Mettez en ordre la phrase qui correspond à une réponse  contingente.

de – de -l’ faire- argent- compagnies- Pour- ensuite-et- délocaliser

_______________________________________________________

2-      En 10 mots, donnez votre avis :

Les mots suggérés : Emploi Nord 25 ans Avenir  Sécurité Travail  Bonheur, Plan Vert, Libéral, Bienfaits, Développement, Énergie, Jean Charest, Économie, Temps, Retraite,  etc.

_______________________________________________________

Question fermée et ouverte

Qu’est-ce qu’une enveloppe brune? ( Choisissez entre A ou B)

A)

B)

P.S. : Votre permis de voter vous sera livré par la poste… Advenant la disparition de la poste, un courrier choisi par le gouvernement en place s’en chargera. ( XPress)

______

ANNEXE I

Qu’est-ce qu’un permis de vote?

C’est comme un permis de conduire, mais toutes les formes de facultés affaiblies sont permises. Une vidéo tirée des bulletins de nouvelles vous sera présentée à cet effet.

ANNEXE II

Mais cela ne saurait se faire par des tests papier-crayon. On peut s’inspirer des principes de l’évaluation authentique élaborés par Wiggins :

  • L’évaluation n’inclut que des tâches contextualisées.
  • L’évaluation porte sur des problèmes complexes.
  • L’évaluation doit contribuer à ce que les étudiants développent davantage leurs compétences.
  • L’évaluation exige l’utilisation fonctionnelle de connaissances disciplinaires.
  • Il n’y a aucune contrainte de temps fixée arbitrairement lors de l’évaluation des compétences.
  • La tâche et ses exigences sont connues avant la situation d’évaluation.
  • L’évaluation exige une certaine forme de collaboration avec des pairs.
  • La correction prend en considération les stratégies cognitives et métacognitives utilisées par les étudiants.
  • La correction ne tient compte que des erreurs importantes dans l’optique de la construction des compétences. Philippe Perrenoud

1 commentaire

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier

Centraide est-il encore pertinent à notre réalité?

.

Philanthropie et communautaire

Avec les concepts d’économie sociale, Centraide a-t-il su s’adapter aux nouvelles méthodes d’interventions?

Raymond Viger Dossiers Communautaire, Commerce équitable

centraide-collecte-de-fonds-communautaire-united-wayLes racines de ce qui deviendra Centraide sont profondes. Différents mouvements de collectes de fonds qui avaient vu le jour au moment de la Grande Dépression dans les années 1930 se sont regroupés pour former, en 1975, Centraide.

Centraide a depuis, capitalisé des sommes d’argent dont les intérêts sont remis à certains organismes communautaires en plus de faire d’importantes collectes de fonds pour en augmenter les argents ainsi remis. Il y a 117 regroupements Centraide à travers le Canada.

Centraide du Grand Montréal

Les montants que Centraide du Grand Montréal remets annuellement ont passé de 5 millions en 1975 à plus de 50 millions aujourd’hui. Est-ce que nous avons réussi à baisser la pauvreté proportionnellement à l’augmentation des budgets investi dans le communautaire? Malheureusement non. La pauvreté n’a pas cessé d’augmenter pour autant.

Notre organisme n’est pas subventionné par le gouvernement. Nous travaillons notre propre financement en vendant des abonnements à notre magazine d’information et de sensibilisation Reflet de Société ainsi que des produits dérivés du Café-Graffiti des jeunes artistes que nous accompagnons. Cette méthode de financement est basée sur des principes d’économie sociale et d’autonomie communautaire.

Quand nous sollicitons le public, souvent ont nous demande pourquoi nous ne sommes pas subventionné par Centraide. Il y a tellement d’organismes communautaires qui recherchent des fonds que Centraide doit mettre des contraintes pour avoir accès à leur financement. Une des limites qu’ils imposent est l’obtention d’un numéro de charité.

Numéro de charité et économie sociale

art urbain culture urbaine artistes émergentsMais voilà que l’économie sociale n’est pas accepté par les fonctionnaires canadiens qui attribuent les numéros de charité. Il faut se limiter à une activité d’intervention charitable. Et la vente de produits, qu’elle soit équitable ou non, n’est pas considéré comme une intervention charitable.

J’ai vérifié auprès de responsables de longue date de Centraide si leur organisation avait l’intention de se rajeunir et de s’adapter aux nouvelles réalités économiques du communautaire en arrêtant d’exiger un numéro de charité. Malheureusement, non. Il y a tellement d’organismes communautaires, des besoins qui sont tellement grand et qui dépassent les capacités financières de Centraide, que les organismes d’économie sociale comme nous ne pourrons jamais avoir du financement de Centraide.

Les choix de Centraide

Centraide doit même faire des choix et couper le financement de certains organismes qui ont longtemps été financé.

Le public doit continuer de soutenir Centraide pour la pertinence qu’ils représentent auprès d’un certain nombre d’organismes communautaires. Mais il doit aussi soutenir les organismes en économie sociale qui sont une nouvelle génération d’intervention avec une vision différente.

Je profite de cet instant de réflexion pour vous diriger vers les abonnements de notre magazine Reflet de Société ainsi que vers notre boutique Internet où nous présentons les produits dérivés de nos jeunes artistes urbains.

Autres textes sur Commerce équitable

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, économie, environnement, Raymond Viger