C’EST UN JOLI NOM CAMARADE !

 
 
 
ILS ONT TOUT ACCAPARÉ, ILS NE DEVRAIENT PLUS GOUVERNER 
 

Camarade, ceux qui monopolisent les moyens de production, les moyens de distribution et de diffusion ; ceux qui s’emparent des ressources de la nation ; ceux qui pillent les biens publics privant chacun de ses droits ne devraient plus gouverner.

Camarade, ceux qui spolient la plus-value et s’emparent des profits qu’ils thésaurisent en quantité phénoménale pour spéculer à la bourse, soudoyer le fonctionnaire et comploter avec le gestionnaire ne devraient plus gouverner.

Camarade, ceux qui asphyxient tes rêves raisonnables ne fêtent pas ce Premier Mai que nous célébrons à ta gloire – à ta résistance – à tes luttes et à l’avenir de l’humanité.

SI L’ÉCHO DE NOS LUTTES FAIBLIT,  NOUS PÉRIRONS

Chaque Premier Mai succède au précédent et lui ressemble étrangement.  Il est vingt-trois heures à Tokyo, la manifestation est terminée et les camarades se sont dispersés. À  Shanghai, les camarades ont fermé l’usine où les briseurs de grève tentaient de s’infiltrer. À Pékin, les dazibaos dénoncent la corruption ; alors qu’à Bombay la manifestation s’ébranle, immense, pour venger le paysan « suicidé » par la pauvreté.  Au même instant, à Dacca les travailleurs des ateliers de la terreur ont ameuté tout le quartier suite au dernier incendie meurtrier.  Les ouvriers immigrés de Tel-Aviv commencent à se rassembler pour manifester  pendant que les camarades opprimés de la Palestine-occupée préparent leurs affiches pour dénoncer. Il est seize  heures et les camarades du Caire se regroupent Place Tahrir, la mascarade « démocratique bourgeoise » a assez duré.  Ceux de Tunis jurent qu’on ne les y reprendra pas, alors que les camarades d’Athènes, n’ayant pas rangé leurs banderoles, sont déjà prêts pour le défilé des enragés.  Il est quinze heures à Rome et le cortège est déjà imposant ; à Paris, le muguet de la journée viendra parer les révoltés.  Il est quatorze heures à Londres et le Tube est bondé de camarades pressés de crier leur rage contre le chômage.  À New-York, le soleil est levé sur les indignés allongés sur la chaussée des « boursiers » ; ils sont venus chahuter leurs complicités.  À Montréal, le centre-ville est jonché des séquelles de l’émeute de la veille, en ce soir du Premier Mai ce sera pareil ;  les camarades étudiants ne décolèrent pas. À Alma les « lockoutés » à qui on avait tout promis tiennent vigie devant l’usine paralysée. Dans quelques heures les camarades de Toronto, puis ceux de San Francisco prépareront leurs cortèges au soutien d’un florilège de revendications.

Camarade, le Premier Mai est la journée pour se compter – apprécier ses forces – jauger l’ennemi de classe,  l’affronter et en découdre avec les autorités.

ILS PILLENT LE NORD

Camarade, entends-tu au nord du Nord les gémissements de la terre-mère nourricière, par-delà le 49e septentrion que leurs routes déchirent sans ménagement, que leurs voies ferrées traversent affreusement, que leurs puits perforent impitoyablement, que leurs barrages inondent inexorablement, que leurs machines meurtrissent cruellement et que les « suicides » endeuillent – les jeunes « sauvages » particulièrement – tristement ?  J’enrage, camarade.

Camarade, comme à toi il y a longtemps, ces usurpateurs ont promis des investissements et garanti des emplois, et comme à toi au présent, ils offriront exploitation et spoliation, et notre avenir n’en sera que plus languissant.

Camarade autochtone, ceux de ta tribu bloquent les routes et repoussent ces intrus, derniers  « occupants » avides venus du Sud avec leurs lourds équipements, destructeurs du pergélisol fragile qui retient les gaz aux effets de serre, et que les premiers occupants n’avaient  jamais perturbé. Camarade autochtone, ceux-là ne sont pas tes invités sur la terre de l’hospitalité.

Camarade, en ce Premier Mai n’as-tu point convenu avec ton frère amérindien de barrer le chemin à tous ceux venus du Sud et des confins de la Terre piller la terre-mère et ses richesses pour tenter de raccommoder leur système en déclin ?

ILS DÉTRUISENT L’ENFANCE

Camarade, ce Premier Mai, vois-tu l’enfant soldat enrôlé – contre son gré – se muter meurtrier ? Les capitalistes miniers prennent l’or, extirpent le diamant, extraient le minerai, colonisent l’arrière-pays, puis s’enfuient, laissant la misère mortifère recouvrir la terre-mère d’un linceul amer après avoir détruit l’enfance et sa conscience.

Camarade, as-tu chanté avec l’étudiant chassé de l’université, outragé, humilié, que ni métier ni carrière ni salaire, que rien n’attend hormis l’endettement et le désœuvrement ?

Camarade, as-tu entendu le chauvin crier haut et fort son refrain à propos de « la nation en danger », son antienne du pays puissant, haïssant l’autre – l’immigrant différent – si pareil pourtant, dans sa misère et ses tourments ?

ASSEZ, C’EST ASSEZ

Camarade, ce Premier Mai, nous sommes des milliers de milliers à marcher, à manifester, à hurler, révoltés. Ceux-là doivent s’effacer maintenant qu’ils ont tout saccagé, tout raflé ce que leur système pourri pouvait engendrer de richesse outrageante, ne léguant que pauvreté humiliante, détresse affligeante, misère infamante et famine dégradante au milieu de  guerres horrifiantes.

Du Levant au Couchant, des pôles à l’équateur, leur monde tremble sur ses bases. Ce n’est pas encore la lutte finale mais ça ne saurait tarder.  Camarade, c’est le Premier Mai et nous les confrontons, notre courage dans une main  notre drapeau dans l’autre, et nous comptons qu’un jour ce sera l’éruption de la fin…

Assez de découragement, assez de craintes, assez de compromis, assez d’attente vaine. Ils n’ont rien à offrir. Alors que font-ils à la tête du gouvernement, que font-ils à l’administration des banques, que font-ils à la direction des usines, que font-ils à la gestion des services ?  Ils ont eu tout le temps voulu pour sortir de la crise et faire fonctionner leur système d’exploitation et d’oppression ; qu’ils se retirent, avant qu’on ne les récuse.

Toi camarade, fossoyeur de cet univers de guerre, de pauvreté, de haine et de famine ; toi l’accoucheur d’un monde nouveau de paix, de fraternité et de prospérité, qu’attends-tu ? Le Premier Mai est parmi nous…c’est un joli nom camarade aux cent fleurs du mois de Mai !

10 Commentaires

Classé dans Non classé

10 réponses à “C’EST UN JOLI NOM CAMARADE !

  1. Robert, merci pour ce texte qui crie la douleur, les injustices, les exploitations et qui chante le réveil, le courage, les luttes, l’avènement d’un monde nouveau. Un texte qui ne se laisse saisir dans toute sa profondeur que dans le silence qui unit à l’humanité entière.

    Bonne célébration en ce 1er mai

  2. Monsieur Robertbibeau , vous dites qu’attends-tu ? Pour mon Petit coin de l’Univers , j’attends après le 7 mai pour vous le dire. === P.S. c’est juste mon petit coin et il y a des  »JEUNES » qui sont là aussi et des très allumé.=== Par contre , je ne peux vous redire plus avant le 8 mai , minimum.
    Jean-Marie De Serre.

  3. Vous inquiétez pas ,  »CAMARADE », dans mon coin , ce n’est pas les nouveaux Kiboutz du coin au Québec (Landry , Roux et Rioux ) aux pesticides , hormones(somatropines réserves) et autres  » ANTIBIOTIQUES SURTOUT », donné à outrance à leurs vaches pour soigner le pied-tin ou la mammite , parce qu’elles ont toujours les pieds dans la marde parce qu’on les restreint à l’enclos et qu’elles ne vont pas jouer dehors qui finissent chez COLBEX-LEVINOF , qui vont faire modèle……… === Ceux qui régissent l’environnement au Québec , c’est des saloppes , pas l’enquêteur , mais celui du haut-niveau. === Dossier à suivre au 1673 RG 3 de Tingwick(Centre De l’Univers). La Politique c’est sale , Jean Charest et Yvon Vallière , Pauline Marois et B’Nai B’Rith , comment allez-vous faire pour vous en sortir avec les  »JEUNES » ? === J’espère que vous allez en parler en fin de semaine……………
    Jean-Marie De Serre.

    P.S. Jean Charest et Yvon Vallière qui est aussi le Pédagoque de Pauline , j’ai bien hâte de voir ce que vous allez nous sortir en fin de semaine…….

  4. Pingback: Blog do Vavá da Luz

  5. Elyan

    C’est un joli nom je sais.

    Il y a un temps pour dire assez. Ce temps est venu. Si l’écho des luttes faiblit, nous périrons. Je fais écho.

    Lorsque la réalité nous rattrape et nous frappe comme un grand coup de poing au visage…:

    Le ministre Simard annonce un programme de cession de terres publiques pour accompagner les municipalités nordiques

    Québec, le 27 avril 2012 – Le ministre délégué aux Ressources naturelles et à la Faune et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la région de la Côte-Nord, M. Serge Simard, annonce que le gouvernement du Québec met en place un programme de cession à titre gratuit de terres du domaine de l’État destiné aux municipalités situées sur le territoire du Plan Nord. Cette importante mesure permettra de répondre aux besoins créés par la mise en œuvre de projets socioéconomiques d’envergure dans leur région.
    http://www.mrnf.gouv.qc.ca/presse/communiques-detail.jsp?id=9599

    Pomper l’eau du sud…Lorsque préservation rime avec exploitation:

    « En raison de son abondance au Québec, on a longtemps eu l’impression que l’eau était en quelque sorte une ressource inépuisable. Nous savons maintenant qu’il n’en est rien et qu’il nous faut tout faire pour préserver ce précieux héritage. Or, le meilleur moyen pour y parvenir est sans conteste d’approfondir nos connaissances à son égard. C’est pour cette raison que le PACES a été créé. D’ici trois ans, nous aurons une image claire de nos eaux souterraines sur près de 80 % de la superficie du Québec méridional municipalisé », a fait remarquer le ministre Arcand
    http://www.mddep.gouv.qc.ca/infuseur/communique.asp?no=2068

    La source de la grogne des citoyens a trouvé son explication::

    Versons une larme. Le président du Conseil du patronat Yves T. Dorval a déclaré il y a quelques jours:

    Le climat social tendu au Québec découle de la popularité grandissante des nouveaux médias et de la difficulté des gouvernements et des entreprises d’y défendre leurs points de vue, estime le Conseil du patronat.
    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/348294/l-etat-et-les-entreprises-sont-victimes-des-medias-sociaux#reactions

    Elyan

  6. alvaro

    lastima que para ti tampoco America Latina no existe
    cEST DOMAGE QUE POUR VOUS :lAMERIQUE LATINE N:EXISTE NON PLUS.

  7. Elyan

    Afin de rendre conformes les dépenses des élus municipaux, dont 98% contreviennent à la Loi dans le dernier rapport, le ministre Lessard déposera un projet d’amendement à la Loi des cités et villes… Certaines municipalités s’y conforment pourtant sans souci probablement par excès de zèle. Encore l’an dernier, la vétusté de la Loi n’était pas si criante. Elle aurait pris un coup de vieux en 2012. Gageons que les comploteurs en profiteront pour mieux définir les pouvoirs accrus de certaines municipalités de territoire afin que certaines dispositions de la nouvelle loi puissent rendre non avenues d’autres dispositions légales qu’on avait pu encore se permettre d’estropier sans raison apparente. Sieur de Labeaume, du haut de son trône n’a qu’à déclarer: c’est fou braque! pour que la régence se précipite.

    Il y a déjà décidément trop de maires ou d’ex-maires qui font face à la justice. Ça la fout mal sur la place publique. Légalisons le détournement de fonds. Bien que le ministre Lessard soit outré des conclusions du rapport, il fait preuve d’une ouverture d’esprit planifiée qui le consacrera sûrement au top 10 des valets du roi.
    http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2012/04/mamrot-laurent-lessard-elus.html

    Une goutte d’eau dans un océan de dépravations.

  8. Il ne faut pas croire que les municipalités sont « autonomes »; ils subissent énormément d’influence du gouvernement Provincial. Croyez-moi.

    André Lefebvre

  9. Monsieur Lartiste12 , croyez-moi aussi , le règne d’Yvon Vallière va prendre fin prochainement , Sir Wilfrid Laurier et lui ont des gênes , par contre , je n’ai pas remarqué le nez de Sir Laurier…………..
    Jean-Marie De Serre.

  10. Pingback: Le Blog de Cherif Abdedaïm C’EST UN JOLI NOM CAMARADE !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s