Archives de Catégorie: Gaëtan Pelletier

Sri Aurobindo: des animaux et des dieux

De tous les humains qui ont passé sur cette planète, il en est peu qui ont tenté de souder notre « double » vie de créature enfermée dans un corps et d’une autre – à l’allure déiste – intégrée en nous.

Comme en tout, il faut prendre la quintessence des œuvres qui ne sont en fait que des tentatives de joindre le travail humain de création et une partie divine, cachée, absente.

Plus l’humain fabrique de la machine sophistiquée, plus il se « confond » à cette machine et se gonfle la poitrine devant cette « création ».

Notre homo sapiens a inventé l’arc et la flèche. Certains s’en sont contentés pour se battre ou pour chercher du gibier dans le but de se nourrir.

Le grand drame de l’humanité est de n’avoir pas su garder contact avec la matière dont il est issu. Car en elle se situe sans doute une certaine révélation de l’atemporalité.

Non.

On préfère s’adonner à l’athéisme, en rejetant les religions « imparfaites ». Que vous lisiez la bible, le Coran, ou je ne sais quoi, il se trouve toujours des trésors, des pistes à suivre pour saisir cet invisible en nous.

Quand la NASA pourra créer – et non pas plagier, copier- un simple lombric, j’aurai une certaine foi en la capacité humaine de créer et de remplacer cet Être qui n’est pas dans le champ de vision de deux yeux. Et encore moins ceux de l’esprit. Cet Être c’est sans doute un nous éclaté.

***

On ne savent pas lire.

Ni penser en stéréo.

Il ne reste que l’échec de la tentative – bien orgueilleuse – de se séparer de la création, de l’arbre, de l’eau, en suppléant par une « science » souvent destructrice.

On sait lire de grands livres, mais on ne sait pas lire, comme le faisaient les ancêtres, ces écrits sans syllabes, sans mots… Un langage oublié. La Nature était notre livre.

Nous ne savons pas nous intégrer véritablement à la Nature. Nous l’avons écartée.

Nous sommes sataniquement chimiques et vaseux. Des prête-noms.

Le nucléaire a des airs de Satan et d’enfer. On y brûle vite, et d’une manière atroce.

Ce n’est pas de religion dont je parle. Du moins de celle qu’on a déviée sans jamais les comprendre vraiment. Car elles ont toutes pour souche une spiritualité délaissée.

Je ne me fais pas d’illusions sur ce qu’il y a « après ». Mais à voir ce qu’il y a maintenant, on a grandement envie d’aller vers le gouffre de l’après.

Pourtant, les grandes œuvres spirituelles nous parlent tous de la vie d’ici. De la conduite humaine, de nos travers, de nos faiblesses, et de la part du diable.

Et, curieusement, on les délaisse parce que notre cerveau est « logique ».

Pauvre cerveau!

Il s’est enfermé dans sa logique, lui qui a déjà été une combinaison de chromosomes, et deux individus qui se sont aimés.

Qui donc a décidé que ce n’était pas « logique » que de penser – dans cette courte vie – qu’il y avait autre chose?

Qui donc vivant dans une boîte peut comprendre la forme de la boîte?

La noisette est un fruit sec en prison de sa coque.

Et nous?

***

1) L’architecte de la destinée n’est pas un Dieu aveugle.

2) Une caverne de ténèbres garde la lumière éternelle.

3) La petitesse des limites de la mort n’est pas ce que nous sommes.

4) Il y a une Lumière qui conduit, une puissance qui facilite.

5) Un instant voit ce que les âges peinent à exprimer.

6) Le mental de l’existence est une marionnette pensante.

7) Un effleurement peut modifier la face figée du destin.

Tout de notre terre part de la boue et finit dans le ciel.

9) Toute chose provient du silence, tout s’en retourne au silence.

10) Toute chose est réelle. Ici n’est qu’un rêve.

11) Toute chose ici est suspendue entre le « oui » et le « non » de Dieu.

12) Même en cas de défaites, la vie doit poursuivre sa lutte.

13) Une heure idiote détruit ce que des siècles ont réalisés.

14) L’Amour est l’aspiration de l’un pour l’unique.

15) L’homme est à la fois animal et Dieu.

16) La matière révèlera le visage de l’esprit.

17) Mortality tears ill the eternal’s touch.

La perfection d’un seul homme peut encore sauver le monde.

19) L’esprit augmente en puissance par la défaite.

20) L’âme qui peut vivre seule avec elle-même rencontre Dieu.

21) Il y a une utilité à chaque trébuchement et à chaque chute.

22) La vérité née prématurément pourrait briser cette terre imparfaite.

C’est un miracle que les hommes puissent aimer Dieu
et pourtant ne parviennent pas à aimer l’humanité.
De qui donc sont-ils amoureux ?

***

“La vie échappe aux formules et aux systèmes que notre raison s’efforce de lui imposer ; elle s’avère trop complexe, trop pleine de potentialités infinies pour se laisser tyranniser par l’intellect arbitraire de l’homme… Toute la difficulté vient de ce qu’à la base de notre vie et de notre existence, il y a quelque chose que l’intellect ne pourra jamais soumettre à son contrôle : l’Absolu, l’infini

***

Seule une liberté spirituelle et intérieure peut créer un ordre humain parfait. Seule une illumination spirituelle plus haute que les lumières rationnelles peut éclairer la nature vitale de l’homme et imposer l’harmonie à ses recherches égoïstes, à ses antagonismes et ses discordes. “

***

Accepte le monde tel un théâtre de Dieu ;
sois le masque de l’Acteur et laisse-Le jouer à travers toi.
Si les hommes te louent ou te sifflent,
sache qu’ils sont aussi des masques,
et prends le Dieu intérieur pour seul critique et seul spectateur.

***

Quand nous avons dépassé les savoirs, alors nous avons la connaissance.
La raison fut une aide ; la raison est l’entrave.

***

Ne te soucie point du temps ni du succès.
Joue ton rôle, que ce soit pour échouer ou pour prospérer.

***

Quand tu entends une opinion qui te déplaît,
étudie et découvre la vérité qu’elle contient.

***

Examine-toi sans pitié,
alors tu seras plus charitable et plus compatissant envers les autres.

***

Méfie-toi de l’homme qui n’a jamais échoué ni souffert ;
Ne t’attache point à son sort, ne combats pas sous sa bannière.

Gaëtan Pelletier

26 Commentaires

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier

Élections Québec : L’effet Léo Bureau-Blouin


«Le dividu de race libérale était en cavale depuis le 14 avril 2003. Connu des milieux informés pour être l’homme au post-it, nouvelle méthode pour le trafic d’influence, il a perdu ministres et crédibilité plus que tout autre avant lui. Il serait à la tête d’une organisation cultivant la collusion pour se financer.» 10-04

Mise à jour: Pour ceux qui ne connaissent pas Claude Poirier «Le vrai négociateur», il s’agit d’un pastiche de son style. Il faut croire qu’au PLQ, on n’écoute jamais LCN…

Source: image et texte, Écran Radar

Gaëtan Pelletier

 

 

Léo Bureau-Blouin

Le Parti Québécois vient de réaliser un coup de maître avec la venue dans ses rangs d’un jeune homme d’à peine 20 ans. Le coup de maître, c’est l’image : ce leader étudiant est représentatif d’à peu près toutes les opinions des québécois depuis le début du « printemps érable ».

Si les québécois se chauffent à l’érable – en plus d’en faire du sirop – , il se pourrait que M. Charest soit grillé lentement sur le bûcher.

D’autant que son parti, « vieillissant », se dégrade de par les départs, sans se revitaliser d’une jeunesse qu’il s’est mis à dos en l’ignorant dès les premières manifestations.

La suite est venue gâcher le portrait du leader sur la scène mondiale.

Loi 78. Etc.

***

Trop jeune et peu expérimenté, dira-t-on.

Certes, mais le but n’est pas l’expérience. Le but est d’avoir trouvé ce qui incarnait  toute la frustration des québécois.

On l’a…

L’effet secondaire est d’avoir atténué l’effet leader de Madame Marois. Désormais, ce n’est plus un parti d’un leader, mais d’une équipe.

Dans le comté de Rivière-du-Loup-Témiscouata,  un autre candidat pourrait déloger Jean d’Amour : Michel Lagacé, préfet du comté. Un homme intègre et respecté.

Extrait du blogue de Mathieu Bock-Côté

Un mot aussi sur Léo Bureau-Blouin. C’est l’archétype du futur ministre. Il parle un peu la langue de bois. Mais il évite les excès révolutionnaires rendant la discussion politique impossible. Ce n’est pas avec ce genre d’homme qu’on porte une crise à son paroxysme mais c’est avec eux qu’on peut espérer les dénouer positivement. En un sens, il représente l’aile modérée du gouvernement étudiant, celle qui demeure centrée sur la question de la hausse des frais de scolarité, celle qui pourrait s’entendre avec le gouvernement du Québec, parce qu’elle ne rejette pas le système dans lequel il s’inscrit.

Il faut des hommes pour protester, il en faut d’autres pour gouverner. Les premiers et les seconds sont rarement les mêmes. Gabriel Nadeau-Dubois est du premier type, Léo Bureau-Blouin du second. Léo Bureau-Blouin semble avoir un respect pour les institutions qui manque à Gabriel Nadeau-Dubois. Hier, à deux reprises, à CBC puis à LCN, il a rappelé que les étudiants acceptaient la logique des concessions réciproques. On comprenait le message suivant : si le gouvernement propose une hausse moins marquée, les étudiants pourraient l’accepter en plus d’accepter le principe de la hausse. En disant cela, Léo Bureau-Blouin s’est comporté en leader responsable soucieux de la crédibilité de nos institutions. Il lui reste une semaine à son mandat. Il devrait en profiter pour prendre le leadership étudiant une fois pour toutes. Ce n’est pas impossible.

Source

Les aspirateurs à richesse

Il est aisé de prévoir que la prochaine élection sera CONTRE le Parti Libéral du Québec. En ce sens, tous les petits partis s’affairent à faire exploser le « vieux système ».

Cela ne changera pas le monde, ni le Québec.

Espérons seulement, tel qu’il se dessine en ce moment, que la politique cesse d’être une « politique-secte » pour enfin accéder à une démocratie meilleure.

Et c’est peut-être sans le savoir que le P.Q. refait son équipe de gens qui veulent sortir le Québec des vieilles recettes du néo-libéralisme et du pouvoir plus ou moins douteux dont le but est dévié du peuple.

C’est peut-être là la preuve, que lentement, les nouveaux arrivants – informés du climat mondialiste – pourraient modifier et sculpter lentement une autre société.

Un être à la fois…

Un humain…

Gaëtan Pelletier

25 juillet 2012

13 Commentaires

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier

J’ai testé pour vous…

Bien fraîche, c’est un repas pour l’âme. Immensément riche en goût avec une mousse suave qui porte aux nues, la St-Ambroise noire à l’avoine est sûrement l’une des meilleures noires au monde.

Brasseur : McAuslan, Montréal, Québec

Ayant versé dans le culinariat, avec un article intitulé La hamburger chaud, je vais ce soir me livrer à la critique du boirariat, la bière noire – au parfum londonnien – La St-Ambroise noire.

***

C’est après avoir visionné le film The Guard, que je me suis soudainement souvenu de la saveur autoritaire des bières noires, dont La Champlain, disparue de nos tablettes québécoises, à mon grand regret.

RECHERCHE

J’ai passé une vingtaine de minutes dans un supermarché huppé pour en dénicher une. Lunettes baissées sur le nez, regard perdu, j’ai lu à foison des étiquettes pochées, rappelant des vers de Verlaine ou de d’Apollinaire, Sous le pont Mirabeau , absolu de simplicité.

Brassée avec 40 pour cent de malt foncé et torréfié, la bière noire à l’avoine possède une saveur relevée où percent des notes de café espresso et de chocolat. L’avoine contribue à lui donner du corps et une longue mousse à saveur de moka.

1- Première gorgée :

Pas aisé de saisir toutes les nuances de cette bière aux accents british. D’abord surpris par sa franchise et son attaque de palais. On se serait crus en Libye… Elle a du corps… À n’en pas douter. Cet assemblage complexe n’est pas sans rappeler certaines phrases de Proust qui n’en finissait plus d’en faire une par page, avec le passé simple, cette forme de verbe si compliquée, étalée en spirale, voire en pièges grammaticaux pour agripper la réalité :

Et je comprenais combien elle l’eût désiré en voyant combien il lui était impossible d’y réussir. Au moment où elle se voulait si différente de son père, ce qu’elle me rappelait, c’était les façons de penser, de dire, du vieux professeur de piano. Bien plus que sa photographie, ce qu’elle profanait, ce qu’elle faisait servir à ses plaisirs mais qui restait entre eux et elle et l’empêchait de les goûter directement, c’était la ressemblance de son visage, les yeux bleus de sa mère à lui qu’il lui avait transmis comme un bijou de famille, ces gestes d’amabilité qui interposaient entre le vice de Mlle Vinteuil et elle une phraséologie, une mentalité qui n’était pas faite pour lui et l’empêchait de le connaître, comme quelque chose de très différent des nombreux devoirs de politesse auxquels elle se consacrait d’habitude. Ce n’est pas le mal qui lui donnait l’idée du plaisir, qui lui semblait agréable ; c’est le plaisir qui lui semblait malin. Du côté de chez Swann ( Du moins, je crois…)

2- Deuxième gorgée

C’est la surprise totale : l’amertume dissimulée, s’étant dérobée à la première gorgée, est soudainement apparue. Je rassade de nouveau afin de me rassurer. L’amer est bien là… Discret, après que toutes les goûts finaux, alignés, eussent passés.

3- Troisième gorgée

En fait, je ne sais plus combien de lampées j’ai siphonné. J’ouvre la télévision et je commence à trouver intéressant le canal ARTE. Je reviens à Proust, pensant que dans ses années, écrivant son œuvre, il aurait pu avoir un blogue et nous livrer toutes les tonalités de son âme fébricitante. Ah! Dire qu’à chaque jour, nous aurions pu nous lever le matin et nous gorger de son œuvre comme une noire bière, un combustible matinal qui, nouée au café, aurait pu nous dessiller sur nos sociétés décadentes, décortiquant, désossant toutes les entrailles des canailles acoquinées. J’imagine Proust décrivant l’entourage de Sakozy : Le temps d’une montre.

… une sorte de beauté naît de la multiplicité des ennuis qui nous assaillent, entrecroisés comme des leitmotive wagnériens …

4- Quatrième gorgée

Peut-être la dixième. Cette sacrée bière noire commence à faire effet. Je commence à avoir une fixitude (sic) sur l’œuvre de Prouste : Du côté de chez Swamp . Swamp est un marais… Voici un extrait :

Le docteur Alec Holland, chercheur sur les capacités bio-restauratrice, se retrouve isolé avec sa femme afin de poursuivre ses recherches au milieu d’un marais de Louisiane. Ses découvertes attirent la convoitise d’une entreprise peu scrupuleuse, et lui et sa femme deviennent les victimes d’une bombe placée dans le laboratoire. Alec Holland gisant dans le marais où s’est déversé le résultat de ses recherches se trouve transformé en “la Créature du marais”, Swamp Thing, du moins c’est ce que croit Swamp Thing lui-même.

Mais la créature finira par apprendre de la bouche du savant fou Jason Woodrue, alias Floronic Man/L’homme floronique, qu’il n’est pas réellement Alec Holland, mais une créature végétale qui possède ses souvenirs. Swamp Thing est en fait un esprit élémentaire qui finira par découvrir toute l’étendue de ses pouvoirs (cette conception du personnage est l’apport d’Alan Moore).

Amoureux de Abigail Arcane, il finira par trouver le bonheur à ses côtés après une vie difficile.

Ce personnage est très lié à Anton Arcane, le plus souvent simplement appelé Arcane (l’oncle d’Abigail, qui a reconstruit son propre frère Gregori Arcane, le père d’Abigail, devenu ainsi le grotesque Patchwork Man, et qui n’a cessé de tourmenter sa nièce, notamment depuis que celle-ci a commencé à entretenir une relation romantique avec Swamp Thing) qui est son pire ennemi, Etrigan le démon ainsi que John Constantine (qui a d’ailleurs fait son apparition dans cette série, sous la plume d’Alan Moore : il aide Swamp Thing à prendre conscience de sa véritable nature et donc de ses pouvoirs, et plus tard, il l’aidera à se réconcilier avec l’archétype humain qui est sa conscience, celle d’Alec holland). Swamp

5- Cinquième bouteille

Cette bierre est vraiment fantastic : j’en perd mon las teint. L’histoire du marais éckonomique dans lequel nous sommes tousse ( dans le coude) plongéss est abacradabrante. Si on place un e, on se retrouve avec Sarko et Hollande, on peut percevoir la vrairité enfiin dévoilée de notre immonde…

Décourager, afin de me remonté, je suis allé dans le frigo pour tester le secret casher de la biaire noire.

Pour faire breffe, je dirais que la bière nouare apporte bien de la lumière sur l’éta mâtiné de tous les zéluz de la planète.

On est mâtiné au mondialisme. C’est ce que j’ai lut dans la biaire noire. Preuve à l’appui…

A. − [Le suj. désigne un chien bâtard ou de race commune] Couvrir une chienne de race. (Dict. xixeet xxes.).

B. − Au fig. Compromettre la pureté de quelque chose en y apportant des éléments extérieurs. Synon. abâtardir.Pourtant chez ce blond de grande taille, le type anglo-saxon mâtine fortement l’hérédité napoléonienne (Barrès,Déracinés,1897, p.177).L’autre mâtinait son discours d’une foule de locutions espagnoles, de barbarismes et d’allusions inintelligibles à des événements obscurs (Miomandre,Écrit sur eau,1908, p.113).

− Emploi pronom. à sens passif. Barrès se résigne à ce que notre race se mâtine d’anglo-saxon (Mauriac,Du côté Proust,1947, p.151).

Re-breffe :

Y a pu de fransès, Y apu de québécois, rien que des zamériquains qui nous culbutent de leurre culture acultivée.

Je dirais, pour essèyer d’être profon, qu’un violon avec une corde, sa ne fait pas de beaux concerts.

Il est tar, je m’en vès au lie…

Gaëtan Pelletier

4 Commentaires

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier

L’arrivée de l’Hitler virtuel global

Nous avons eu 176 crises monétaires depuis que le dollar est devenu la monnaie de référence, la monnaie est donc le problème!

La solution consiste donc à créer de l’argent électronique, or, cette solution risque fort d’être la pire de toutes.

En effet, cette monnaie électronique dans les mains de quelques-uns concrétiserait la prise de pouvoir absolue, la dictature ultime si chère à Adolf Hitler. La monnaie électronique, Gilles Bonafi

Le House File : 171, Minnesota

House File : 171. Introduite par le républicain Kurt Daudt

La carte EBT du Minnesota  ELECTRONIC BENEFIT TRANSFER DEBIT CARD.

Projet de loi  ( House File : 171)

En   2011, Le Minnesota présenta un projet de carte de crédit pour combattre la pauvreté, en émettant une carte aux bénéficiaires de l’aide sociale.

Cette carte limite les achats à des biens essentiels. Elle ne peut servir de carte de débit pour retraits à un guichet automatique.

Le bénéficiaire serait donc contrôlé par cette carte qui n’inclut pas des frais de transports, de stationnement, et autres paiements pratiques – téléphone, achat en argent comptant, etc.

Le bénéficiaire n’a pas le droit d’avoir plus de 20$ en liquidité. En posséder davantage deviendrait un acte criminel.

De plus,  « Il est illégal d’utiliser cette carte pour acheter du tabac, des produits ou des boissons alcoolisées. »

Ce projet a évidemment été contesté. Mais l’idée n’en restera sûrement pas à ce stade. Elle pourrait même être étendue et « améliorée ».

Si le Minnesota ne vise que les gens sur l’assistance sociale, il est possible  que la « recette » puisse se   répande aux fins de contrôle des populations.

De la route à l’autoroute

Si la monnaie électronique a été d’une grande utilité dans nos échanges quotidiens – rapidité, facilité, etc.- elle a également été une ouverture pour certains à l’endettement. La « réalité » de l’avoir réel ayant perdu  son sens de par cette invisibilité de la richesse avérée  perçue à travers une carte, cet avoir « potentiel ».

Le pouvoir d’acheter n’étant pas toujours en accord avec la capacité véritable.

Ceci vaut pour l’individu qui souvent, par l’endettement finit par perdre  sa liberté. Il hypothèque son futur, devenant alors une marchandise pour les institutions rapaces dont le seul but est de gonfler leurs chiffres  pour  satisfaire des actionnaires.

Le procédé est depuis longtemps connu…

Pour l’État, l’argent électronique  peut  devenir un instrument de pouvoir et de malléabilité en matière de « manipulation ». La crise de 2008 et les manœuvres monétaires, qualifiées de systémique  ont  chamboulé,  par ce tripotage occulte  et malhonnête,  toute l’économie  mondiale.  La Grèce en subit sans doute les pire conséquences jusqu’à ce jour.  Il faut maintenant se questionner : jusqu’où ira ce contrôle d’une richesse « invisible » et cette déflagration des pays dits « riches »?

Pierre JC Allard, économiste, directeur général de l’Institut de Recherches et de Normalisation Économique et Scientifique (IRNES) impliqué dans le projet “Nouvelle société”, dans un des ses textes Faire sauter la banque (1) nous explique le danger de  l’arnaque :

Le paiement gracieux d’un intérêt par l’État à la Banque détermine le taux d’intérêt à tous les paliers de la structure et équivaut au détournement continuel, au rythme souhaité, de la plus-value du travail de la société vers les membres de l’alliance dominante.

L’exploitation des faibles par les forts existe depuis toujours, mais le procédé du « tout-a la-banque » ne fonctionne vraiment que depuis que l’industrialisation a permis de dégager des surplus significatifs au-delà du niveau de subsistance. On pouvait auparavant engranger les récoltes et thésauriser l’or, mais la monétarisation et le tout-à-la banque permettent le vrai capitalisme.

Aussi longtemps que la richesse a un support matériel, pourtant, la richesse est en péril. On peut cacher des billets de banques et autres symboles, mais ces biens demeurent appropriables par la violence, vulnérables à des “accidents”, guerres, catastrophes, etc. La solution finale, pour le capitalisme, a donc été l’identification récente de la richesse à un symbole totalement intangible et donc PARFAITEMENT contrôlable: l’argent électronique. L’argent électronique est invulnérable.

Il est invulnérable, parce qu’il ne repose sur rien d’autre qu’un consensus. Une note électronique à coté de votre nom, sur un ordinateur, peut faire de vous le maître du monde. C’est une décision libre, réversible, sans contrainte et arbitraire du Pouvoir, le « Pouvoir », dans cette acception, étant l’équipe qui assure le fonctionnement et la permanence du système : l’élément décisionnel de l’alliance dominante. Nouvelle Société. 

L’outil transmuté en menottes

La monnaie électronique, présentée d’abord comme un outil facilitant les tâches des échanges est en train de devenir un instrument de  POUVOIR TOTAL.L’État – dont nous avons perdu le contrôle par une façade de démocratie –  peut décider de cet outil unique, imposé comme seul moyen de d’échange.

L’Allemagne va dès le mois d’aout 2012 introduire des restrictions sur le paiement en espèces dans le but d’interdire l’argent dès cet été. En Italie, depuis le 4 décembre 2011, sous la pression de Mario Monti, il n’est plus possible de payer plus de 1000 euros en espèces. Rappelons que Monti est un des membres les plus influents du Bilderberg et un ancien conseiller de Goldman Sachs. Au mois de novembre 2011, il a été parachuté sénateur à vie puis premier ministre après l’éviction de Berlusconi. Cash Interdit

La monnaie électronique – parfaitement contrôlée par l’État et les banques – devient alors  un diktat version « futuriste ». Ce diktat est présenté sous couvert de protection par les pays dans leur combat  contre le crime ou  le terrorisme,  ou tout simplement – comme on l’a vu plus haut – une domination de l’individu par un savant montage du citoyen-marionnette victime d’une vision étrécie…Mais de bonne volonté…  Au Minnesota, le plan fut  présenté comme une lutte contre la pauvreté.

Nous pouvons  maintenant  constater, par le nombre effarant de projets de loi soumis par les « élus »,   chaque année les pays occidentaux, la déperdition lente mais insidieuse du pouvoir de décision de chaque citoyen ainsi que d’une perte progressive de sa liberté.

Dans les pays pauvres, les pauvres sont à exploiter. Dans les pays « riches », les pauvres d’esprit sont à exploiter.

Les billets de 1000$ canadiens

 

Le billet de 1000$ a été retiré de la circulation au Canada en l’an 2000. Ceci dans le but de lutter contre le blanchiment d’argent. Il « facilitait   la dissimulation importante à l’entrée et à la sortie du pays ».

Notons que dans les décennies précédentes, les personnes âgées – se méfiant des banques – se servaient de ces billets pour camoufler  leurs économies. Il y en avait pour 3.8$ milliards à l’époque en circulation. Ils n’étaient certainement pas que des billets servant au crime organisé.

Ils avaient raison de se méfier : ils reconnaissaient le tangible de ce bien obligatoirement reconnu par l’État. L’argent électronique a plutôt facilité la tâche des couches d’affaires corrompues qui transigent maintenant sous forme électronique leurs « affaires ».

1984, tome II  

« Le discours politique est destiné à donner aux mensonges l’accent de la vérité, à rendre le meurtre respectable et à donner l’apparence de la solidarité à un simple courant d’air.  » G.Orwell

On peut maintenant « ficher » les gens, donner plus de pouvoir aux policiers (totalitarisme déguisé),  maîtriser les foules et contrôler nos vies.  Tout ça s’est fait en douceur.  Comme ce fut le cas d’un certain sauveur qui mit le feu à l’Europe après un règne pieux dans les années 30.

La « mondialisation » permet maintenant de mettre le feu à une planète entière, de déplacer les richesses vers des cibles désignées,   d’acheter des terres partout, gruger les sols au nom de la richesse collective, fouiller les ordinateurs, manipuler les semences, donner plus de pouvoirs aux grandes entreprises ( ce qui tue les petites), et bientôt vous filmer par des drones,  etc.

Le mot « liberté » est devenu une sorte d’euphémisme que seules peuvent avaler les masses hypnotisées. Le greenwashing a multiplié ses servants par un bon lavage de cerveaux.

Vivre dans une galère à ramer pour la richesse collective déviée, et cela par un individualisme exacerbé, mais esclave.

C’est là la « réussite » du début de  ce 21e siècle.

Mais de qui?

______________

P.-S. Dans les négrières, mouraient beaucoup d’esclaves.  Le système de transactions d’alors en voyait un avantage : seuls les plus fortes survivaient. Maints d’entre eux se suicidaient. À l’échelle planétaire, le pourcentage des pertes humaines n’a pas de valeur réelle : la valeur marchande est maintenant mondialisée. L’humain est une sorte de  jeton de casino pour les grands joueurs de ce monde.

Un jeton…

Encore du virtuel…

Gaëtan Pelletier

25 Commentaires

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier

La fête des Irlandais

L’article est de l’auteur Pierre Lépine.

Pour conserver la qualité du montage, le texte a été introduit par captures d’images. Vous pourrez cliquer sur celles-ci si vous ne trouvez pas le texte suffisamment clair.

Gaëtan Pelletier

1 commentaire

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier

De la retraite dorée à la retraite brûlée

Gaëtan Pelletier

«Certaines personnes pensaient aller jouer au golf à la retraite, dit Mme Hudon. Ils vont plutôt aller au mini-putt!» Plus de cheveux blancs sur le marché du travail

***

Durant l’Antiquité, l’Empire romain sous Auguste ne parvient plus à payer les retraites de ses légionnaires (une prime de démobilisation d’un montant équivalent à une dizaine d’années de soldes). Le consul Caius Marius en 23 av. J.-C. propose à Auguste de faire passer de 16 à 20 ans le nombre d’années de service militaire obligatoire. L’empereur crée en plus le Trésor militaire, caisse de retraite des légionnaires approvisionnée par une taxe de 5 % sur les héritages et de 1 % sur toutes les ventes. Wikipedia.

***

Pour vivre à l’aise à la retraite, il faut avoir amassé l’équivalent d’un million de dollars, avancent certains experts. La valeur de votre maison, de votre chalet, de vos placements… Tout compte fait, l’objectif n’est peut-être pas aussi irréaliste qu’il le semble à première vue. Évidemment, si vous vendez votre maison à 65 ans, vous devrez dépenser pour vous loger. Et un million, dans 10 ou 30 ans, ne donnera pas le même pouvoir d’achat qu’aujourd’hui. Mais qu’à cela ne tienne, voici combien il faut épargner, sous toutes les formes, pour « peser » un million de dollars à 65 ans*. Car un million, ça ne change pas le monde, sauf que… L’Actualité

C’était en 2010. On peut pousser  un soupir de soulagement,  cette semaine en voyant une capsule aux nouvelles de TVA : 500,000$.

Le petit couple

Même s’ils n’ont pas de caisse de retraite d’employeurs, les Doucet-Tremblay essaient tant bien que mal de ne pas s’inquiéter pour l’avenir. Parents de deux jeunes garçons, ils ont investi toutes leurs économies dans l’achat d’une maison à Alma, il y a un an. Leur revenu familial de 30 000 dollars par an ne leur donne aucune marge de manœuvre financière, et encore moins les moyens de cotiser à un REER.

 

« Je ne serais pas étonné d’être plus pauvre que mes parents une fois à la retraite : je suis déjà plus pauvre qu’ils ne l’étaient à mon âge ! » constate Louis-Michel Tremblay, chargé de projets outre-mer en coopération internationale. « Les régimes de pension ont été conçus par les boomers, pour les boomers. Et comme contribuables, nous finançons les retraites des autres, alors que nous, nous n’avons rien ! » Source

Pour les boomers? Un boomer, c’est probablement quelqu’un qui n’a pas connu des ennuis avec Wall Street et le changement vicieux des corporations, sorte d’impérialisme d’affaires venu brouiller les cartes. Le temps des motorisés et des ciels de la Floride tirent à leur fin.

Elle est ici la réalité. En deux ans, le prix de l’essence a fait un bond de 20%, ( et c’est loin d’être terminé) le prix des aliments également, hausses de taxes, prix des maisons ( doublé en 10 ans), etc.

Il n’y a que les téléviseurs et les ordinateurs dont les prix  en baisse… La qualité également… Et autres gadgets avec lesquels on ne peut pas se faire de sandwich.

Le salaire moyen au Québec,  en 2011,  a été de 42,190$.

Les paperassiers évaluent un investissement de 8,800$  par an pour vous préparer à une retraite  à partir  de 35 ans. ‘D’autres, indiquent un pourcentage de 18% de votre salaire à partir de 30 ans. Tout cela dans une visée de 70% de vos revenus.

Un enfant coûterait environ 250,000$ à « élever »… Avec deux, vous flambez votre retraite…

Oui, ils vous diront que vous n’économisez pas assez. Mais ils ne placent pas dans leurs chiffres la variabilité des revenus. Il est connu que la mobilité d’emploi et les changements au cours d’une vie, seront de plus en plus nombreux. Ni les chômeurs qui travaillent à temps partiel, ni les employés de service qui sont au salaire minimum.

Ce qu’ils ne disent pas non plus c’est que depuis 40 ou 50 ans, avec l’arrivée de la mondialisation et des changements dans les structures économiques et sociales,  tout a été chambardé.

Le pouvoir d’achat a été charcuté. On délocalise les usines et on sabre dans les retraites des anciens employés. On ne l’avait pas vu venir… Comme le 40$ milliard de la Caisse de Dépôt… La tempête parfaite de GH Rousseau. Non, on n’a pas vu venir la crise systémique. Étonnamment, ceux qui y ont participé ne l’ont pas vue venir.

Qui plus est, ce qu’on veut vous vendre, ce sont des cartes de crédit pour secouer l’économie. Ce que vous avez de plus, vous devez le dépenser pour faire rouler l’économie. Soyez pauvres, mais dépensez… Sinon le pays sera…plus pauvre.

On se retrouve en face d’un endetté qui doit économiser…

Ding!

Jeffrey

La mine d’amiante Jeffrey, c’est le Grand Canyon de l’Estrie : un trou assez important pour loger les trois quarts du Plateau-Mont-Royal, et au bord duquel s’étend la modeste ville d’Asbestos. Gaston Fréchette, 72 ans, a trimé dur à la mine pendant 40 ans. « De jour, de nuit, on travaillait tout le temps, en se disant qu’on allait avoir une belle retraite », raconte ce petit homme volubile. Lorsque la mine Jeffrey s’est mise sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), il y a sept ans, la rente de cet ancien contremaître électricien a chuté du tiers. Chaque mois, c’étaient 850 dollars de moins dans ses poches, soit plus de 60 000 dollars au fil des ans ! Il a aussi perdu son assurance vie, l’entreprise ne pouvant plus en assumer les coûts. « Je ne suis pas le pire de la gang, car j’avais au départ une bonne rente et des économies. Certains ont dû abandonner les voyages, endurer leur vieille voiture, lâcher le golf ou vendre leur maison… » Source


L’ère de la dette

Nous vivons dans une ère où la dette a remplacé l’épargne. Beaucoup vivent au-dessus de leurs moyens. Si l’école enseigne bien des matières, elle n’enseigne pas aux élèves à éviter les pièges de l’endettement et à vivre pour ce que l’on est mais pour ce que l’on a.

À cet effet, il faut lire la série de Patrick Lagacé concernant nos rapports avec l’argent.

En 2000, les Québécois ont fait 110 300 voyages au Mexique; 97 500 à Cuba et 66 600 en République dominicaine.

En 2010? Mexique: 232 900 (deux fois plus); 484 900 à Cuba (cinq fois plus) et 285 100 (quatre fois plus) en République.

Bien sûr, on peut dire que dans le voyage, les prix ont chuté depuis 10, 15, 20 ans, pour mille raisons. «On peut dire: C’est juste 800$ par semaine, c’est pas la fin du monde, c’est vrai, observe Jean-François. Mais quand tu fais 30 000$, 35 000$ par année, c’est une grosse dépense!»

Le hic, note mon anthropologue amateur, c’est que toutes ces petites dépenses qui ne sont pas la fin du monde, elles s’accumulent. «Le kit de golf. La planche de wakeboard. L’essence de ton week-end de motoneige ou de VTT. La Wii. Individuellement, c’est rien. Mis bout à bout…»

Mais, bon, le crédit permet l’accumulation. Au Québec, le taux d’endettement, qui ne suit pas la hausse des revenus, est en croissance: il est de 119%, contre 147% au Canada. «Le crédit, me dit le célèbre économiste Pierre Fortin, a remplacé l’épargne.» Série l’argent: “Je suis ce que j’ai”.

La santé à 67 ans

Si on vit plus vieux, le paperassier oublie qu’on ne vieillit toujours pas en « pleine forme ». À 65 ans, 50% des hommes souffrent de tension artérielle élevée, de problèmes cardiaques, ou d’arthrite. Sur papier, c’est un robot. Dans la vie, c’est un être humain.

Un travailleur confiait récemment que son métier était tellement exigeant qu’il lui était impossible de penser qu’il pourrait l’exercer encore à 65 ans.

Chacun peut  faire de la paperasse

On suggère de commencer à 20 ans. (1)  Si vous prenez votre retraite en 2055, vous êtes au moins parvenu à liberté 2055. Mais que vaudra votre argent à ce moment-là? Si le prix des maisons a doublé en dix ans, une maison de 250,000$ vaudra 1 million de dollars… (2)

Ça, c’est sur papier.

Le plus avantageux est de se payer un toit en 25 ans maximum.

Cela ne peut se faire qu’en achetant une vieille maison aux alentours de 90,000$

Alors, le secret de la recette est la suivante : il faut cesser de bâtir des maisons neuves pour bâtir de vieilles maisons.

C’est probablement le plan que va nous soumettre le prochain parti politique au pouvoir…

_________________________

1-      À 20 ans… Qui donc commence à travailler à temps plein à 20 ans?

Les programmes scolaires sont de plus en plus allongés. Les programmes de techniques sont souvent reportés aux baccalauréats pour faire surchauffer les universités. Le MELS a été confié à des technocrates paperassiers. Depuis, les échecs scolaires sont pelletés en avant et les commissions scolaires administrent les écoles comme des entreprises privées.

2-      La retraite de la classe moyenne a été le plus souvent bâtie sur la propriété acquise lors des années actives. Bref, leurs épargnes, leur régime de retraite est en grande partie dans la valeur de leur maison qu’ils vendent pour pouvoir se payer un petit appartement dans une résidence pour personnes âgées.

5 Commentaires

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier

Proposition du PQ : Le vote à seize ans


Il est des idées d’une telle absurdité que seuls les intellectuels peuvent y croire. (George Orwell)

Myriam Ségal
Le Quotidien

Le PQ propose que les jeunes votent à 16 ans. Au-delà de l’opportunisme politique (des électeurs audacieux alléchés par une option politique risquée), cela vaut la peine de réfléchir à l’incohérence qui marque les droits des jeunes. À 16 ans, ils n’ont pas le droit d’acheter un gratteux, mais peuvent lâcher l’école ou refuser des traitements médicaux; donc, pas le droit de risquer 2$, mais le droit de gâcher leur vie. Ils ne peuvent pas boire d’alcool, mais peuvent se faire avorter. Ils peuvent conduire, mais pas se faire infliger une contravention de plus de 100$. Ils peuvent payer de l’impôt, mais pas voter! Les ayatollahs de la santé songent même à leur interdire d’acheter des friandises. Le quotidien

***

Je viens d’entendre quelques jeunes se faire interviewer à la télévision. On ne sait pas trop qui est la CAQ, et quand on leur demande qui est le premier ministre du Québec. Jean Charest, mais pas …euh!, pas sûr.

Pour la CAQ, ce serait Claude Legault…

Quel est le nouveau parti qui vient d’être fondé?

Réponse : le NPD.

À quoi s’intéresse-t-on à 16 ans? J’imagine que ceux qui lisent ici ont déjà eu 16 ans… J’avais plus peur d’un bouton d’acné que d’un politicien. Et vive le Rock-N-Roll! Les filles, les gangs de gars…

C’est le party… Pas les partis.

Cette possibilité est-elle raisonnable? Vous avez tous votre opinion.

Le MELS en branle

Vous allez dire que ce n’est pas un obstacle. Le PQ non plus. Il n’a qu’à aller au MELS et créer un cours de « science politique pour les jeunes ». Je vois bien le topo. On engage cette vieille ferraille cabalistique de  conseillers pédagogique du Ministère, les cultivés livresques sans connaissance du terrain. Ils vont lui  concocter un plan de cours.

BUTS DU TEST

 

COMPÉTENCES

Savoirs :

* la structure du X

A)    X est la 24e lettre et la 19e consonne de l’alphabet latin.

B)    La lettre « X » est très utilisée dans la culture populaire, car elle implique un contexte de pornographie, de mystère et/ou de science-fiction.

C)    La lettre X peut servir à marquer sa préférence de candidature sur le bulletin de vote dans les sociétés démocratiques.

N.B. La lettre  X est composée de quatre lignes ou de deux, dépendamment de la vision que vous avez. Les élèves qui louchent pourront avoir accès à un aide-traceur, employé de l’État ou à un juge, un policier, un maire, un employé de la poste, ou un sans-abri diplômé.

SAVOIR FAIRE                  

Traçabilité du X manuellement sur bulletins fictifs.

A )  L’élève devra être capable de tracer un X, un crochet, un point, ou, en cas de manque de crayon, utiliser une aiguille pour se percer la peau et y placer une goutte de sang.

Il devra, dans ce cas remplir le questionnaire de demande autorisant des vérifications de codes génétiques : Le Sang pour Cent, version SS008BCBON.

B ) L’élève devra exécuter ce X en un temps ne dépassant pas les 5 minutes. Tout élève dépassant cette limite pourra suivre un cours  d’appoint : DOUBLE XX 008.

( Il est strictement interdit de faire des recherches sur le net concernant les triples X qui seront considérées comme  de la tricherie. Le cas advenant, l’élève sera suspendu de l’école pour 68 minutes.)

C )    Apprentissage par cœur d’au moins 21 lettres de l’alphabet. En ordre ou en désordre.

Savoir-être      

           Conscience sociale

A)    Empathie : se servir de ses pairs et se faire servir par ses pairs, et sans récompenses matérielles d’un relief douteux.

B)    Ouverture d’esprit : comprendre la tâche des dirigeants  à l’aide de vidéos tirés des bulletins de nouvelles.

C)    Implication : s’investir comme participant démocratique en une lettre. (S.V.P. : ne pas écrire aux gouvernements en place, lettre signifiant ici X)

Habileté sociale 

A)    Qualité relationnelle : ne pas haïr son prochain comme le prochain nous haït s’il n’est pas du même avis. ( L’avis de décès ne fait pas partie du corpuscule sus mentionné)

B)    Respect :   des policiers et des agences de surveillances privées, des décideurs cadres mandataires en science économique,   des systèmes d’austérités mis en place par nos élus, etc. Et ce, dans des gestes concrets.

QUELQUES TESTS À TITRE D’EXEMPLES

TEST 1

Choix de réponses :

Placer selon l’image, les candidats des chefs de partis.

1-      PQ

2-      ADQ

3-      CLAQ

4-      CLIQUE

5-      QS

6-      PLQ

7-      I (indépendant)

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

TEST 2 

Questions  ouverte :

1-      Quel est selon vous le but du Plan Nord?

Mettez en ordre la phrase qui correspond à une réponse  contingente.

de – de -l’ faire- argent- compagnies- Pour- ensuite-et- délocaliser

_______________________________________________________

2-      En 10 mots, donnez votre avis :

Les mots suggérés : Emploi Nord 25 ans Avenir  Sécurité Travail  Bonheur, Plan Vert, Libéral, Bienfaits, Développement, Énergie, Jean Charest, Économie, Temps, Retraite,  etc.

_______________________________________________________

Question fermée et ouverte

Qu’est-ce qu’une enveloppe brune? ( Choisissez entre A ou B)

A)

B)

P.S. : Votre permis de voter vous sera livré par la poste… Advenant la disparition de la poste, un courrier choisi par le gouvernement en place s’en chargera. ( XPress)

______

ANNEXE I

Qu’est-ce qu’un permis de vote?

C’est comme un permis de conduire, mais toutes les formes de facultés affaiblies sont permises. Une vidéo tirée des bulletins de nouvelles vous sera présentée à cet effet.

ANNEXE II

Mais cela ne saurait se faire par des tests papier-crayon. On peut s’inspirer des principes de l’évaluation authentique élaborés par Wiggins :

  • L’évaluation n’inclut que des tâches contextualisées.
  • L’évaluation porte sur des problèmes complexes.
  • L’évaluation doit contribuer à ce que les étudiants développent davantage leurs compétences.
  • L’évaluation exige l’utilisation fonctionnelle de connaissances disciplinaires.
  • Il n’y a aucune contrainte de temps fixée arbitrairement lors de l’évaluation des compétences.
  • La tâche et ses exigences sont connues avant la situation d’évaluation.
  • L’évaluation exige une certaine forme de collaboration avec des pairs.
  • La correction prend en considération les stratégies cognitives et métacognitives utilisées par les étudiants.
  • La correction ne tient compte que des erreurs importantes dans l’optique de la construction des compétences. Philippe Perrenoud

1 commentaire

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier