Archives de Catégorie: Michel Monette

Recrudescence de la haine aux États-Unis

Les États-Unis ne cesseront jamais de nous étonner. Au moment où les Américains élisent le premier président noir, les organisations prônant la haine pullulent. Un rapport du Southern Poverty Law Center (SPLC) nous apprend qu’elles ne cessent d’augmenter. Elles sont plus de 926 (chiffres de la fin de l’année 2008) alors qu’elles étaient 602 en 2000. Le passage de Georges W. Bush à la Maison Blanche aura décidément fait de profonds ravages au sein de la société américaine.

Ces organisations regroupent des skinheads, des néonazis, des membres du Ku Klux Klan, mais aussi, il faut le préciser, des ségrégationnistes noirs antisémites.Les suprématistes noirs ne font pas de quartier à Obama, qualifiant celui-ci de marionnette ou de noir de service. Du côté des skinheads, la rhétorique n’et guère rassurante: un des numéros de leur revue de prédilection, National Socialist, portant un titre on ne peut plus clair: Kill this Nigger?

coverirLa montée d’Obama a provoqué une nette remontée du Ku Klux Klan qui était plutôt dans une phase de déclin avant 2008. Le nombre de chapitres de cette organisation suprématiste blanche protestante fondée en 1865 un redressement spectaculaire l’an passé, passant de 155 à 186. Il n’y a pas qu’aux États-Unis que le KKK connaît une expansion, plusieurs chapitres ont surgi l’an passé sur le territoire canadien, plus précisément en Alberta.

Le déclin du KKK avant 2008 était dû à la forte concurrence des néonazis, skinheads et autres organisations xénophobes. Selon le rapport du SPLC, le débat autour de l’immigration qui a pris de l’ampleur à partir de l’an 2000 a favorisé les néonazis et les skinheads au détriment du KKK.

Les suprématistes blancs n’ont reculé devant rien pour promouvoir la haine: ils ont fait courir une rumeur selon laquelle la crise des surprimes était essentiellement due au fait que les banques ont été forcées à consentir des prêts hypothécaires aux pauvres, en particulier aux immigrants. Un chiffre a même été avancé : plus de 5 millions de mauvais prêts hypothécaires auraient été contractés par des immigrants.

L’histoire fabriquée de toutes pièces a pris de l’ampleur quand le Drudge Report a mis un lien vers une radio de droite localisée à Phénix qui présentait le fait comme véridique. Le plus incroyable, c’est que CNN a contribué à la propagation de la fausse nouvelle.

Michelle Malkin, dont les chroniques sont reprises dans de nombreux journaux américains, est allé jusqu’à s’en prendra au « massive illegal alien mortgage racket », ajoutant que ce n’était pas une coïncidence si les zones les plus touchées par la crise des hypothèques « also happen to be some of the nation’s largest illegal alien sanctuaries ».

Le pire, c’est que les prêts hypothécaires risqués ont été émis par des entreprises de financement en dehors du programme public favorisant l’accession à la propriété (Community Reinvestment Act) incriminée par les commentateurs de la droite américaine. Malgré tout, encore aujourd’hui, même ici au Québec, certains commentateurs continuent d’affirmer que l’accès facile au crédit favorisé par le gouvernement américain est la cause principale de la crise des surprimes, alors que celle-ci est plutôt due à la voracité du secteur financier.

Le parallèle avec la période de crise économique qui a favorisé la montée des Nazis en Allemagne est saisissant.

Southern Poverty Law Center. The Year in Hate. On peut consulter une carte de ces associations haineuses ici.

31 Commentaires

Classé dans Actualité, Michel Monette

De la convergence à la divergence : je suis un décrocheur

Les médias traditionnels se cherchent un nouveau modèle d’affaires du côté de la convergence. Les deux derniers conflits de travail chez Québécor, Journal de Québec et maintenant Journal de Montréal, sont nés de cette volonté d’imposer ce nouveau modèle d’affaires. Or, selon moi la convergence est un concept commercial qui vise d’abord et avant tout à tenter de sauver les meubles dans une maison qui brûle.

Et si nous retournions le phénomène à l’envers pour l’observer du point de vue de nous que nous appelons les «récepteurs» depuis les premières théories de la communication, une image longtemps demeurée comme paradigme de la consommation des médias commerciaux et qui continue à les aveugler?

Par exemple pour moi qui suis un «récepteur» modèle baby-boomer, la convergence ce n’est surtout pas de profiter sur plusieurs plateformes de mon «média préféré». Je vais chercher sur de multiples sources ce que je veux connaître, savoir, comprendre, et je fais converger le tout vers les deux lieux où je m’abreuve de tout cela : mon Mac et mon iPod (exit télé, journaux, magazines). Dans ma convergence à moi, les Québécor, Gesca, Radio-Canada et autres sont plutôt en périphérie de mes sources, devenues mondiales et multiples.

Encore hier, alors que je suivais la couverture RDI de la visite d’Obama sur le Web, celui-ci a disparu pendant quelques minutes du radar de Radio-Canada. De mon côté, je savais où il était grâce à Twitter (near:Ottawa,On within:50km): @MichaelMcKay: Obama visits Byward market right below my office!

Mes bonnes analyses de la scène internationale, je les trouve ailleurs que sur les sites des médias commerciaux où j’entends, la plupart du temps, des platitudes (avec des exceptions, évidemment).

J’aime bien, par exemple, Planète Terre, une nouvelle émission hebdomadaire d’affaires internationales produite par le Centre d’études et de recherches internationales (CÉRIUM). C’est Jean-François Lisée qui l’anime. Pendant que Gesca envoie sa vedette Web Patrick Lagacé faire des reportages (que je n’ai pas vu, mais dont j’ai assez pris connaissance de la nature par des blogueurs pour pouvoir juger) sur le conflit à Gaza, démontrant à quel point ses choix éditoriaux sont désormais animés par le fric, il est rassurant de voir de telles initiatives se produire. Nous en avons grandement besoin.

Remarquez que j’écoute aussi d’excellentes émissions d’information provenant de médias non commerciaux de partout à travers le monde grâce à la baladodiffusion. Je vous recommande notamment les émissions de France culture, mais aussi de radios publiques tel KPFA du réseau américain alternatif Pacifica. Sur iPod, il y a aussi l’application Stitcher qui me permet de trouver d’excellentes émissions d’information et d’affaires publiques.

Je ne sais pas combien sont comme moi. Je ne sais pas non plus combien parmi les jeunes publics [pas les ados, les jeunes adultes] et les moins jeunes sont et seront de plus en plus ailleurs que sur le champ de bataille de la convergence commerciale.

À bien y penser, ne faudrait-il pas plutôt parler de divergence pour décrire ce phénomène de décrochage vis-à-vis des médias commerciaux?

L’archétype de cette divergence est le iPhone (ou iPod touch dans mon cas, mais cela revient au même). Sur cet appareil, mon «fil médiatique» se forme à mesure des morceaux provenant de diverses applications (les app développées pour le iPod, mais aussi des app Web fonctionnant avec le iPod). En ça, je diverge complètement du modèle de «consommation» des contenants écrits, audios, vidéos qui ont dominé mon «paysage médiatique» entre, grosso modo, 1950 et l’ère inaugurée par iPod.

Même sur mon ordinateur, je n’ai pas le réflexe d’aller m’informer en visitant les médias commerciaux. Pourtant jadis, j’étais un lecteur assidu du journal Le Devoir et je fréquentais régulièrement les émissions d’information de Radio-Canada (devenu aussi commercial que les autres, sauf heureusement à la radio).

Bref, je suis devenu l’antithèse du «consommateur» de médias. Conséquence indirecte : je ne vois pratiquement plus de publicité. S’il m’arrive d’avoir besoin de quelque chose, ce n’est pas parce que j’aurai été matraqué de pubs sur toutes les plateformes par des médias convergents.

En prime, je n’ai été aussi informé que depuis que je ne fréquente plus les médias commerciaux.

Suis-je une exception? Peut-être aujourd’hui, mais demain…

26 Commentaires

Classé dans Actualité, Michel Monette

Un peu de sucre avec OGM dans votre café ? Non merci

Un peu de sucre avec OGM ? Non merci

Le Réseau canadien d’action sur les biotechnologies a lancé une campagne de sensibilisation au risque d’introduction de sucre fait à partir de betteraves transgéniques. Ces betteraves viennent d’être autorisées au Canada. Sur le site du réseau, on suggère de faire parvenir à Lantic (le plus gros producteur de sucre au Canada) un message lui demandant de ne pas utiliser des betteraves transgéniques pour produire du sucre. Voici la version de mon cru que j’ai fait parvenir à monsieur Edward Makin, président et chef de la direction de Lantic inc.:

Monsieur Makin,

J’aime mon sucre sans OGM. C’est pour cela que je demande à Lantic inc. de se tenir loin des betteraves à sucre transgéniques.

Autant vous prévenir, je n’achèterai aucun produit Lantic qui contiendrait du sucre provenant de betteraves génétiquement modifiées. En fait, seul les produits indiquant clairement “sans OGM” trouveront grâce à mes yeux. La bonne vieille devise «en cas de doute, abstenez-vous» sera désormais suivie la lettre.

En ce jour de la Saint-Valentin 2009 et toutes les autres années subséquentes, je vais me sucrer le bec sans OGM.

Je vous remercie à l’avance de la réponse que vous me ferez parvenir et vous transmets, Monsieur Makin, mes salutations les meilleures.

Faites-en autant !

PS.: depuis que j’ai signé et fait parvenir cette lettre à propos des betteraves transgéniques, nous apprenons que du saumon transgénique va bientôt se retrouver dans nos assiettes. Une bonne chose les OGM?

22 Commentaires

Classé dans Actualité, Michel Monette

L’épouvantail du protectionnisme sert drôlement bien certains intérêts

Alors que le premier ministre Jean Charest dit publiquement craindre que des politiques protectionnistes nuisent à la conclusion d’un accord de libre-échange avec l’Union européenne, nous devrions plutôt nous poser sérieusement la question du risque de déficit démocratique que comportent de tels accords. La possibilité pour une entreprise étrangère de « poursuivre des gouvernements directement dès qu’elles estiment qu’une mesure particulière du gouvernement, un règlement ou une loi d’intérêt public a enfreint leurs « droits » » que prévoit l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), devrait à elle seule nous faire sérieusement réfléchir.

Peu se souviennent, sans doute, du projet d’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI) qui comportait un mécanisme de règlement des différends identique à celui de l’ALÉNA. L’AMI allait plus loin encore que l’ALÉNA et aurait fait en sorte qu’aucun secteur tant privé que public ne puisse être exclu de son champ d’application. Le ministre canadien du commerce international de l’époque, Sergio Marchi, avait justifié ainsi la position favorable à l’AMI de son gouvernement : «la plupart des Canadiens trouvent qu’il est juste de donner aux entreprises (…), qu’elles soient étrangères ou nationales, le droit d’engager des procès en dommages et intérêts lorsqu’elles se sentent lésées par les pouvoirs publics canadiens.» Adieu veaux, vaches et démocratie !

Marchi avait-il en tête le cas d’Ethyl Corporation lorsqu’il a fait cette déclaration? Cette entreprise américaine avait en effet obtenu, en vertu de l’ALENA, une compensation de 13 M$, le retrait de la mesure bannissant l’additif MMT – un additif qui pose pourtant un risque pour la santé publique – et en prime l’admission publique par le gouvernement canadien que le MMT ne posait aucun risque (ce qui s’est avéré faux mais le MMT est toujours présent au Canada).

L’AMI a finalement été abandonné avant sa mise en oeuvre en 1988, mais l’ALÉNA et son mécanisme de règlement des différends sont toujours bien vivants. Un tel mécanisme pourrait bien être inclus dans l’éventuel accord avec l’Union européenne. J’écris au conditionnel, car tout se passe en catimini.

La dernière entreprise à s’être prévalu du mécanisme de règlement des différends de l’ALÉNA, UPS, a heureusement été déboutée. Il n’empêche que le mécanisme constitue une véritable épée de Damoclès maintenue au-dessus de la tête de nos législateurs.

C’est un secret de polichinelle que Jean Charest a des ambitions politiques qui vont au-delà du Québec. Son intervention favorable à un nième accord de libre-échange qui viendrait consacrer la montée de ce qu’Ignacio Ramonet qualifiait, en décembre 1997, de «pouvoir sans société» indique bien de quel bois d’œuvre il se chauffe.

Il se trouve que Charest est un ardent défenseur de l’abolition des «barrières non tarifaires» entre les provinces canadiennes. Or, l’Accord sur le commerce intérieur canadien, entré en vigueur en 1995, avait contribué à la défaite du gouvernement fédéral contre Ethyl Corporation, comme le démontre David Schneiderman de l’Institut Parkland (Université de l’Alberta) dans un article paru en 1999 (MMT Promises: How the Ethyl Corporatio Beat the Federal Ban).

Pour en revenir à Ramonet, celui-ci reprochait aux marchés financiers et aux entreprises géantes de faire un lobby constant en faveur des appareils internationaux qui réduisent la marge de manoeuvre des États : le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) et l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

L’OMC en particulier est devenue un véritable monstre froid, hors de contrôle de la démocratie parlementaire.

Les tribunaux formés dans le cadre du mécanisme de règlement des différends de l’ALÉNA concourent aussi à transformer nos parlementaires en eunuques quand vient le temps de faire prévaloir le bien public sur l’intérêt des entreprises privées.

Certains pourtant s’opposent à une renégociation de l’ALÉNA, sous prétexte que ce serait faire le jeu du protectionnisme. Or, il y a une énorme marge entre un très hypothétique retour au protectionnisme et le maintien d’accords ou la poursuite de négociations débouchant sur des accords qui limitent la capacité de nos gouvernements de veiller au grain en notre nom.

Ramonet écrivait de plus, toujours en 1997, que «la mondialisation du capital financier est en train de mettre les peuples en état d’insécurité généralisée.» L’injection de plus de 200 milliards de dollars par le gouvernement fédéral dans les banques canadiennes et le déséquilibre budgétaire considérable qui en découlera démontrent à quel point il avait raison de sonner l’alarme.

Avec la venue au pouvoir de Barack Obama, nous avons la chance de revoir l’ALÉNA et d’éliminer la possibilité pour toute entreprise de faire tomber une décision prise dans notre intérêt par nos élus.

Ne ratons surtout pas cette opportunité.

19 Commentaires

Classé dans Actualité, économie, Michel Monette

Vous êtes pas tannés de payer, bande de caves

Ceux qui connaissent la murale qui fut un temps controversée du Grand théâtre de Québec auront deviné tout de suite que mon titre est un pastiche de Claude Péloquin. Avouez-le sans honte : un chômeur est un voleur tandis qu’un banquier qui récolte des millions de dollars après avoir complètement failli à son devoir de prudence demeure toujours quelqu’un d’honorable.

Mercredi midi lors de l’émission Maisonneuve en direct qui portait sur le budget Flaherty, un auditeur a rappelé avec justesse que les médias n’ont pas couvert un fait pourtant capital : les banques canadiennes ont reçu une somme faramineuse d’aide publique. Maisonneuve a tenté de disculper ses collègues, mais le fait demeure : silence radio là-dessus !!!

Michel Chossudovsky chiffre le montant total, après l’ajout de quelque 50 milliards de dollars dans le dernier budget fédéral, à plus de 200 milliards de dollars. Ouf, ce sont des dollars canadiens. Le plus ironique, comme le souligne Chossudovsky, c’est que les banques vont financer l’aide que le gouvernement leur fournit.

Déjà en soi, cela serait inquiétant s’il n’y avait pire. Toujours selon Chossudovsky, l’effet de l’aide publique aux banques canadiennes sera de leur permettre de «consolider leur position et financer l’acquisition de plusieurs institutions financières américaines « en difficulté ».» Dans quelques années, on va se réveiller avec une dette publique énorme et des coupures de dépenses publiques à l’avenant tandis que nos banquiers toucheront toujours leurs riches émoluments.

Pendant ce temps, plus de la moitié des travailleurs qui contribuent à l’assurance chômage n’y ont pas droit. Non vous n’avez pas la berlue : 54% pour être plus précis. De cela non plus les médias ne parlent pas.

Non, mais pour qui ils se prennent ces travailleurs ! Zont pas honte d’imaginer que l’État va les encourager à la fainéantise en leur donnant du chômage. Ah la racaille ! Eh puis vous savez, c’est la crise. Il n’y en a plus de sous pour eux. La dette publique risquerait de beaucoup trop augmenter.

Combien vous voulez déjà, messieurs les banquiers ? 200 milliards. Vous êtes certains que c’est suffisant. Parce que vous savez, si vous en voulez plus, faut pas vous gêner. On vous a tellement remboursé notre dette publique ces dernières années que nos citoyens vont être rassurés même si on vous en donne plus encore.

On l’a remboursé avec quoi déjà la dette publique? Avec la caisse d’assurance chômage. Ah bon. Saprés travailleurs va. Toujours prêts à se sacrifier pour la patrie.

Un peu de caviar avec votre champagne, monsieur Rousseau ? Le bonus qu’on vous a donné pour avoir quitté volontairement votre emploi, il était assez généreux ? Parce que vous savez, si c’était pas assez, il faut nous le dire.

Il y a un petit bout de texte qu’on oublie trop souvent tout au bout de la question coup de poing de Péloquin : «C’est assez!»

16 Commentaires

Classé dans Michel Monette

La bataille des Plaines d’Abraham sera-t-elle un jour terminée?

La décision de mettre autant d’emphase sur la bataille des Plaines d’Abraham l’année suivant Québec 2008, si peu riche en rappels historiques, n’était pas l’idée du siècle. D’abord parce que cet événement soulève encore, 250 ans plus tard, beaucoup de passions. Ensuite parce que l’HISTOIRE semble avoir trouvé son chemin vers Québec cette année, après s’être égarée Dieu sait où l’an passé.

L’historien Gaston Dêchesne souligne sur son blogue, en réponse à un éditorial de François Bourque, la disproportion entre 2008 et 2009 dans la place que nos institutions culturelles accordent à l’histoire : «C’est fort ironique. Les origines de l’Amérique française n’offraient pas assez d’intérêt en 2008 mais la fin de la Nouvelle-France sera soulignée en double en 2009.»

Jugez-en par vous-mêmes :

En 2008, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNABQ) a vite expédié une exposition sur l’histoire des arts à Québec pour faire de la place à celle sur le Louvre qui a tenu l’affiche tout l’été, mais qui était sans rapport avec l’anniversaire de Québec. Le Musée de la Civilisation a offert une modeste « exposition » sur Champlain (un film en fait, dans une annexe) et une autre sur monseigneur de Laval. L’histoire de Québec, du Québec et de l’Amérique française? On ne l’a vue dans aucune exposition d’envergure.

Arrive 2009. Au MNABQ, on présentera tout l’été « une exposition qui soulignera le 250e anniversaire de la prise de Québec ». Le Musée de la civilisation ne sera pas en reste avec, à compter de juin, une exposition sur « La guerre de Sept ans », cette période « au cours de laquelle s’est conclu le sort de la Nouvelle-France ».

Les célébrations de 2009.

Cerise sur le gâteau, la Commission des Champs de bataille nationaux n’a rien négligé côté histoire : «reconstitutions, expositions, colloque, animations diverses et rappels historiques dans Québec et sa grande région [pour souligner le 250e anniversaire de la bataille des Plaines d’Abraham]», peut-on lire sur le site de la Commission.250e-visueltexte-internet_000

En plus, toujours sur le site de la Commission, la Bataille est présentée comme un combat entre gentlemen (merci à lafelee, Juste un peu frustrée, d’avoir attiré mon attention sur cette représentation idyllique aussi tordue d’un combat où personne ne fit dans la dentelle).

Nous aurions bien besoin du psychiatre Camille Laurin pour nous expliquer cet étonnant paradoxe d’un peuple qui fait une telle mise en scène historique d’une défaite après avoir été si avare de la dimension historique dans les festivités soulignant le 400e de sa naissance.

Par contraste, Oama n’a pas hésité à souligner la force de caractère des Pellerins pour appeler ses compatriotes à se relever les manches. Ici au Québec, ce ne sont pas les hommes et les femmes de caractère qui manquaient parmi nos ancêtres et qui pourraient nous inspirer encore aujourd’hui. Il en fallait de l’endurance pour venir s’installer ici et sillonner l’Amérique française depuis Québec jusqu’au Pacifique ou au golfe du Mexique.

Peut-être est-ce notre propre manque de courage face à notre Destin qui nous fait ainsi souffrir d’Alzeimer sélectif.

Peut-être aussi sommes-nous incapables de voir au-delà de cette défaite des Plaines – laquelle après tout ne fut pas la nôtre, mais celle de la France. Sans cesse nous radotons en accusant l’Autre d’être responsable de notre malheur, sans réaliser que nous sommes tout sauf un peuple malheureux. Allez voir ailleurs et vous en trouverez des peuples écrasés. Revenez après prétendre que nous le sommes.

Il est temps de cesser ces jérémiades et de regarder enfin vers l’avenir, comme le propose justement Obama à ses compatriotes descendants des Noirs africains.

René Levesque, dans un moment de fierté, a dit que nous sommes quelque chose comme un grand peuple.

Intérioriserons-nous enfin ces paroles pour pouvoir passer à autre chose en toute sérénité: non plus l’indépendance contre, mais l’indépendance pour.

8 Commentaires

Classé dans Actualité, Michel Monette

Les agrocarburants qui alimentent l’exclusion

Quand on compare les mérites des agrocarburants à leurs désavantages, il nous vient vite à l’esprit leur rôle dans la crise alimentaire ou les sérieux doutes sur la diminution réelle des gaz à effet de serre qu’ils entraîneraient. On oublie cependant trop souvent un troisième aspect : la dépossession de leur terre dont sont victimes de nombreux petits propriétaires terriens à travers le monde. Une récente étude de l’International Institute for Environment and Development – Fuelling exclusion? The biofuels boom and poor people’s access to land – attire l’attention sur cette face cachée de la filière de ces carburants dits propres.

Là où on laisse jouer les «lois du marché», ont constaté les auteurs de l’étude, c’est plutôt la loi de la jungle qui prévaut. Les petits paysans perdent carrément l’accès à la terre au profit des producteurs d’agrocarburant que ce soit en Afrique, en Asie ou en Amérique latine.

En revanche, les auteurs ont trouvé des cas où les petits producteurs ont pu profiter de ce nouveau marché pour améliorer leur sort.

Comment expliquer qu’il y ait des perdants et des gagnants? Il semble que les gouvernements ont un rôle clé à jouer en assurant qu’il y a de solides garde-fous protégeant les petits producteurs.

Le fait pour les producteurs d’être regroupés n’est pas étranger non plus à leur capacité de profiter des marchés. Des modèles alternatifs à celui de la très grande propriété foncière sont tout à fait viables, pour peu qu’on leur donne la chance de se développer.

Les ONG et autres organisations de la société civile peuvent aussi être d’excellents chiens de garde contre des décisions qui défavorisent les petits propriétaires fonciers et la population en général (dans ce dernier cas en la rendant dépendante des marchés internationaux pour se nourrir convenablement).

En somme, il faut cultiver la démocratie participative pour récolter le mieux-être collectif.

Faut-il pour autant accepter les agrocarburants?

L’étude au format PDF (en anglais)

5 Commentaires

Classé dans environnement, Michel Monette