Archives de Tag: avocat

La folie ordinaire

 

Par Renart Léveillé

Mon titre, je l’ai piqué à Charles Bukowski, celui qui publiait en 1972 « Erections, Ejaculations, Exhibitions, and General Tales of Ordinary Madness », traduit simplement par « Les Contes de la folie ordinaire ». Je m’en sers dans un autre sens : et par cela je vais tenter de questionner, et la folie, et l’ordinaire, aujourd’hui, devant le verdict renversant de « non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux » du cardiologue Guy Turcotte.

Pour être franc, je n’ai aucunement suivi cette histoire, sinon de très loin (alors, je ne me suis pas trop fait manipuler par les médias). Le jeune père que je suis n’est aucunement capable de savoir (même si je l’ai quand même su, comme beaucoup d’autres choses…) des détails comme celui que Guy Turcotte a eu « conscience de ce qu’il faisait, quand il a entendu son fils lui dire d’arrêter ». Sentir son coeur virer à l’envers, le moins souvent possible… Et pour cette raison, je ne devrais même pas pouvoir écrire à ce sujet, encore plus parce que je n’ai pas assisté au procès, comme le rappelle la spécialiste en droit criminel Véronique Robert.

J’en prends note, mais je continue de voir qu’il y a un trop grand écart ici entre la Justice et ce que la moyenne des gens est capable d’en comprendre, surtout à la suite de ce verdict. Et ça me fait revenir à mon titre. On a l’impression que ce verdict rend la folie ordinaire. Plus précisément, que toute folie (ou ce que l’on considère comme tel devant la loi) est égale. Que la folie qui gagne quelqu’un suite à des problèmes relationnels est égale à la folie de quelqu’un qui est en proie à des épisodes schizophréniques, par exemple, qui sont franchement plus du domaine génétique.

Si vous voyez où je veux en venir, c’est que rien dans les gestes de Guy Turcotte n’écarte l’histoire d’amour déchue. L’absurdité ne se retrouve que dans la teneur des gestes, pas dans ce qui y mène, dans le sens où la vengeance soutire le pire de l’humain, en tout cas au niveau du fantasme. Nous comprenons que le père cocufié ait fantasmé le pire (tuer ses enfants) pour détruire la mère qui ne voulait plus être son épouse, et c’est bien là où se trouve la capacité de faire « la distinction entre le bien et le mal » et « d’apprécier la nature et la qualité de ses actes ». Mais c’est tellement lié qu’il est difficile de croire que le chemin pour se rendre du fantasme à la réalité soit seulement de la pure folie. Comment Guy Turcotte a-t-il pu se perdre en chemin alors que tout le reliait au noyau de son trouble? Il y a dans la folie cette irrationalité que je n’arrive pas à percevoir dans ce cas-ci, puisque le lien de cause à effet me semble fluide. Le meurtre des enfants représente le comble de la vengeance et c’est ce qui a été fait. Guy Turcotte semble s’être planté lui-même ce germe comme un drogué consomme ce qui peut le rendre inconscient de la réalité. Mais un meurtrier drogué ne s’en tire pas même s’il était « inconscient » lors de l’acte, comme me l’a indiqué un ami avocat. Alors, la différence entre les deux me semble ténue.

Le jury a décidé qu’il s’était perdu en route dans la folie et je ne comprends pas, comme beaucoup de gens. Comme le blogueur Patrick Lévesque, je crois que notre « système de justice a […] une responsabilité envers les citoyens, soit de les éduquer. Cette responsabilité est essentielle afin de conserver sa crédibilité, ce qui est en retour essentiel au maintien d’un système de droit, l’un des piliers de notre vie démocratique. Au-delà du choc, de la colère, de la tristesse, il est temps de passer à la compréhension. Les explications doivent venir; elles doivent être fournies rapidement, et elles doivent être fournies en tenant compte des émotions que vit en ce moment le grand public (dont je fais partie) ».

J’ai bien relu le texte de Véronique Robert, hyperlié plus haut, qui s’y connaît beaucoup plus que la majorité, et pourtant je ne comprends toujours pas. Quand j’y lis que le jury a décidé, « à l’unanimité, que « le monstre » était vraiment en état de déséquilibre mental au moment des faits », je me dis qu’il faut bien de toute façon être « en état de déséquilibre mental » pour tuer ses enfants, c’est un pré requis : une personne équilibrée mentalement ne va pas faire ça. Et pourtant, je ne doute pas que ce raisonnement ne fasse pas le poids au niveau de la Justice. Mais bon, je ne suis pas juriste. Et ça doit être le problème de la majorité de la population qui n’est pas d’accord avec ce verdict.

Voilà, la question de la folie est posée. Et elle n’est surtout pas simple. Quant à l’ordinaire, le choix du terme est peut-être abusif en soi, mais il sert au moins de contrepoids. La folie comme concept ultime ne peut pas être remise en question. En l’acoquinant à l’ordinaire je le rendais au moins un peu plus malléable. Et, il n’y a pas de doute pour moi, le concept de folie au niveau de la Justice est très discutable.

C’est ce que bien humblement j’ai essayé de faire ressortir ici.

 

(Photo : amandajane)

5 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

Obama constitutionnellement inadmissible à la présidence américaine

Que penseriez vous s`il se présentait un candidat à la présidence qui n`a pas la citoyenneté de votre pays et qui y pratique sa profession illégalement depuis des années? Ne serait-ce pas un sujet sensationnel que tous les médias s`arracheraient?

Ce qui est étonnant, c`est que depuis le 21 août dernier une action judiciaire a été déposée à la Cour de Philadelphie par un éminent avocat, Phil Berg, contre le sénateur Barack Obama avec une requête d`injonction sommant le parti Démocrate de ne pas le nominer comme candidat à la présidence américaine en raison de son inéligibilité constitutionnelle.

Me Berg, un démocrate engagé depuis longtemps, affirme vouloir éviter une catastrophe potentielle pour son parti que les Républicains n`hésiteraient pas à déclencher. Il a cité plusieurs questions qui demeurent sans réponses concernant le passé du sénateur de l`Illinois.

Selon les informations contenues, Barack Obama n`a pas sa citoyenneté américaine. Sa mère était en voyage au Kenya pendant la grossesse. Un médecin local lui avisa de donner naissance au Kenya, ce qu`elle fit. Il recevra donc automatiquement la citoyenneté du Kenya avec son certificat de naissance. Pour une raison inconnue, sa mère n`aurait pas appliqué pour lui ajouter la citoyenneté américaine à leur retour à Hawaï.

De plus, même s`il l`avait reçu, il l`aurait perdu lorsque sa mère aurait pris résidence en Indonésie en 1967 où Barack Obama étudia à l`école Fransiskus Assisi à Jakarta  sous le nom de « Barry Soetoro » sous la citoyenneté Indonésienne, sa deuxième.

Pour obtenir sa citoyenneté américaine, il doit renoncer à l`une ou l`autre de ses citoyennetés.  Alors comment se fait-il que Barack Obama ait pu pratiquer le droit à Chicago et se retrouver dans la course à la présidence?  Phil Berg ajouta que le certificat de naissance hawaïen de M. Obama est trafiqué, fait confirmé par trois experts indépendants. Le document aurait originalement appartenu à sa demi-soeur Maya Kasandra Soetoro.

Une explication est exigée pour les nombreux noms qu`il utilise, comme Barack Hussein Obama, Barry Soetoro, Barry Obama, Barack Dunham et Barry Dunham ainsi que de son omission lors de son application au Barreau de l`Illinois de tous ses noms, autre que celui de Barack Hussein Obama, ce qui constitue un mensonge flagrant.

Même si Obama pouvait prouver sa citoyenneté américaine, il demeurerait son problème de nationalité  multiple et son allégeance à d`autres pays.

Sources:

Obama Sued in Philadelphia Federal Court on Grounds he is Constitutionally Ineligible for the Presidency

Berg vs. Obama, Civil Action No. 08-cv-4083, seeking a Declaratory Judgment and an Injunction that Obama does not meet the qualifications to \FORMS\PressReleaseObama08212008 to be President of the United States.

Download this file (ObamaComplaint.pdf)Complaint for declaratory and injunctive

Download this file (ObamaMemSupportTRO082108.pdf)Memorandum in support of temporary restraining order

Download this file (ObamaMotionforTRO.pdf)Plaintiff’s motion for temporary restraining order

Download this file (ObamaTempOrder.pdf)Temporary Restraining Order

Download this file (PressReleaseObama082108.pdf)Press Release

26 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean