Archives de Tag: complexe militaro-industriel

Loi martiale aux États-Unis!?

Nous vivons des moments historiques. La crise financière prend des proportions pas vues depuis la grande dépression de 1929. Pourtant, elle est différente de cette dernière dans sa complexité et son ampleur, mais la cause demeure la même. Des banquiers et des milieux financiers hors contrôle dans un système fractionnaire bancaire qui crée de l`argent en terme de crédit. Chaque tranche de $1000 en dépôt permet à la banque de créer dix fois cette valeur en prêts et crédits, soit $10 000. En d`autres mots, les banques privées peuvent passer dix fois plus d`argent qu`elles n`en possèdent réellement, en plus de charger des intérêts! C`est ce qu`on appelle le système fractionnaire bancaire, en très simple.

Si vous êtes rapides en mathématiques, vous allez vite vous rendre compte qu`il existe une formidable possibilité d`enrichissement rapide! Maintenant, donnez ce pouvoir de créer de l`argent à des banquiers privés, ceux-mêmes qui contrôlent la FED (Federal Reserve Bank) et les autres grandes banques privées, dérèglementez complètement les marchés capitalistes et vous vous retrouverez rapidement dans la position dans laquelle on se retrouve aujourd`hui. En deux semaines seulement, la FED a imprimé tellement d`argent neuf (630 milliards annoncé le 29 septembre) que la masse monétaire a augmenté de 7%. Ça se traduit par une inflation qui touche tout le monde. Ceci est la vraie cause de l`inflation: c`est la masse monétaire qui augmente, trop de billets qui chassant la même quantité de biens réels.

Nous vivons un grand transfert d`argent cyclique organisé par la caste des banquiers et financiers, de l`argent se déplace des poches publiques vers ces quelques poches privées. On privatise les profits et socialise les coûts. N`oublions surtout pas le secteur militaro-industriel qui à lui seul englouti la moitié de tout l`argent des payeurs de taxes américains et qui vient de recevoir tranquillement son budget en même temps qu`on parle de sauvetage de l`économie, un budget total avoisinant le trilliard.

Les Américains ont refusé le plan de sauvetage de $700 milliards avec grand courage, inondant leurs représentants de messages et d`appels comme jamais avant. Ce chiffre abracadabrant sortant de nulle part n`est que la première tentative d`arnaquer encore plus les Américains. Ils vont revenir à la charge avec le plan de sauvetage numéro 2 et mettre autant de pression que possible pour le faire passer. C`est que la vraie pression vient des investisseurs étrangers dont particulièrement la Chine. Si ces derniers étaient pour cesser de financer la dette des États-Unis en achetant ces bonds du trésor, cela signifierait la banqueroute du gouvernement et la fin du dollar américain. Avec la prochaine bombe à retardement qui s`en vient, celle des produits dérivés de l`ordre de US$1 quadrillion, il y a fort à parier que le tsunami financier n`a pas fini de faire des ravages et risque d`emporter les finances du gouvernement américain durant l`année 2009.

Donc, historiquement, lorsqu`une élite a réussit à voler suffisamment de ressources et d`argent dans son pays (et à l`étranger selon les cas), elle passe à la phase de consolidation de leur leur pouvoir et richesse et ensuite prend les moyens pour les garder. C`est souvent la naissance d`un état policier, d`une dictature, régime militaire/totalitaire et ainsi de suite.

Et bien c`est ce qui semble se produire aux États-Unis. Le Représentant Michael Burgess (R-TX), dont le vidéo ci-bas témoigne, a déclaré ceci en chambre du Congrès: “Mr. Speaker I understand we are under Martial Law as declared by the speaker last night.”

J`ai reçu la même information du Parti Action Canadienne. Si tel est le cas -j`ai peine à croire que nous en sommes là bien qu`il est clair que telle était la volonté du régime Bush depuis longtemps- il est permis de commencer à penser que les élections du 4 novembre pourraient être reportées ou simplement annulées.

Assisterons-nous à la deuxième révolution américaine?

8 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean