Archives de Tag: Éthiopie

En ligne droite

 

Ce qui va suivre est un exemple flagrant de biais que la droite économique extrémiste peut nous servir. Parfois, c’est plus difficile à débusquer, mais là c’est tellement gros qu’il n’y a que les gens profondément pris dans ces préceptes idéologiques pour s’y laisser prendre.

En gros, l’Antagoniste nous sert un discours comme quoi l’égalitarisme que prônent les gauchistes est idiot et surtout fautif, puisque l’indice qui le mesure (GINI) donne des résultats plus égalitaires pour des pays pauvres comme l’Éthiopie, la Tanzanie, le Bénin et la Guinée que les États-Unis. La question qu’il soulève pour appuyer son point est :

 

Si je vous donnais la possibilité de vivre dans l’un des 5 pays […], quel serait votre choix ?

 

Ce qui est évident, c’est que le choix des pays à comparer avec les États-Unis est comme un chemin pour accompagner la pensée vers où on veut qu’elle aille. On pose une question et on donne carrément la réponse. Pourtant, un tout autre choix de pays dans la liste donnerait un questionnement beaucoup moins évident. Et comparer avec des comparables, ce n’est pas un luxe, c’est de l’honnêteté intellectuelle.

Dans la liste des pays riches plus égalitaires que les États-Unis (avec une cote GINI de 0,408 — 0 étant le plus égalitaire, 1 le moins égalitaire), il y a entre autres le Japon (0,249), l’Allemagne (0,283), la France (0,289), le Canada (0,331), la Suisse (0,331), l’Australie (0,352) et l’Angleterre (0,360). Mais, bien sûr, le propagandiste n’aurait pas choisi un de ces exemples puisque ça bifurque trop du chemin qu’il veut nous faire emprunter.

Parenthèse : je dois être profondément gauchiste puisqu’à choisir entre les États-Unis et le Japon pour émigrer, je choisirais sans nul doute le Japon, même en ne sachant pas leurs cotes GINI respectives…

Voilà pour la démonstration.

Pour ce qui est de l’égalitarisme, pour ma part, j’ai conscience que c’est bien utopique dans sa forme pure. Je ne crois pas possible ni souhaitable qu’un pays atteigne le chiffre magique de 0. Mais pousser ouvertement pour plus d’inégalités, non merci!

En tout cas, ce billet-là, c’est ce qu’on appelle se tirer dans le pied. Une chance que la contribution de la droite à la blogosphère ne se résume pas à ça. J’ai même l’impression que c’est un attrape-nigaud, que c’est voulu comme ça pour attirer les demeurés, les influençables, genre ceux qui se targuent pourtant très sérieusement d’être des libres-penseurs…

19 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

Université pour la Paix ouvert au Costa Rica et fermé à Toronto

Raymond Viger Dossier Médias et publication

Trois journalistes ont participé à la présentation d’un dossier spécial sur l’Université de la Paix dans le magazine Reflet de Société. Gabriel Alexandre Gosselin et Marie-Sophie Trudeau ont visité l’Université de la Paix au Costa Rica lors d’un stage en journalisme internationale. Murielle Chatelier a fait un reportage à Montréal en rencontrant d’anciens étudiants ainsi que des membres de la direction.

Un projet lancé par les Organisations des Nations Unies pour former des spécialistes pour négocier la Paix, le projet battait de l’aile. C’est le Canada qui s’est impliqué pour soutenir le projet et lui permettre de voir le jour.

Pour donner une suite à ce projet, L’ONU a mandaté l’Université pour la Paix de diffuser son enseignement à travers le monde. Des bureaux ont pu voir le jour à Genève, New York et Addisabeba, en Éthiopie. Des centres d’activités académiques et de recherche sont aussi affiliés à l’Université pour la Paix en Serbie, en Colombie et en Uruguay.

Mais qu’en est-il du Canada, partenaire de la première heure qui a sauvé ce projet et lui a permis de prendre son envol?

Le Centre international de l’Université pour la Paix à Toronto a fermé ses portes le 28 novembre 2006, après 15 mois d’exploitation. L’Université pour la Paix prévoyait d’offrir deux programmes de maîtrise dont une partie des cours serait dispensée en Ontario et l’autre, au Costa Rica.

Après avoir suivi les procédures déterminées par la Commission d’évaluation de la qualité de l’éducation postsecondaire (PEQAB) pour implanter ces programmes, l’Université pour la Paix n’a pas pu atteindre ses objectifs dans les délais fixés. Les fonds alloués par le gouvernement canadien ne suffisaient pas et l’Université pour la Paix a suspendu ce projet.

Est-ce le reflet de notre façon de voir le système de l’Éducation chez nous?

Autres textes sur Médias et publication

Vidéos et photos du Forum de la Jeunesse 2010

Louise Gagné, bénévole de l’année

Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow en Arizona

Salon de bronzage, dangers, risques et conséquences

Docteur Pierre Mailloux psychiatre: bon psychiatre, mauvais communicateur

2 Commentaires

Classé dans Actualité, Raymond Viger