Archives de Tag: hockey

Du pain et des jeux… Encore une fois!

Je suis assez vieux pour me souvenir de la grande rivalité entre Montréal et Québec aux belles années quand les Nordiques évoluaient à Québec. Je me souviens encore de cette époque où on pouvait voir les frères Stasny affronter les Gainey, Carbonneau, Robinson. Ce furent sans l’ombre d’un doute les meilleures années du hockey au Québec. Je peux donc comprendre cette nostalgie que les citoyens de la ville de Québec ont de cette belle époque, et jusqu’à un certain point je ne serait pas trop fâché de voir renaitre cette grande rivalité, mais à quel prix?

Le maire Labeaume semble être pris de la folie des grandeurs et son insistance que le nouvel amphithéâtre de de Québec soit financé à 100% de fonds public signifie qu’une génération entière de contribuables québécois vont payer pendant longtemps le prix de sa folie. Passons sur le fait qu’un retour d’une franchise de la LNH n’est même pas dans les plans de la ligue actuellement, selon son président Gary Betteman, des investisseurs privés ont offert d’y contribuer plusieurs dizaines de millions seulement pour se faire rabrouer par Labeaume.

Alors hier matin, voilà donc ce cher mégalomane de Maire qui fait une conférence de presse, accompagné par notre cher Premier Ministre les deux mains sur le volant, prêt à endetter sa ville et la province entière, pour une aréna qui pourrait vraisemblablement ne pas avoir de locataires. Tout ça pour la modique somme de $400 millions, selon les estimations, mais au Québec, il faut toujours multiplier ces chiffres par deux, enveloppes brunes obligent. Je ne serait pas terriblement surpris si la facture finale venait à frôler le milliard. Combien voulez-vous parier? Et d’où viendra cet argent?

Ayant passé la plus grande partie de ma vie à Montréal ou dans sa périphérie, j’ai une vague impression de déjà-vu. À Montréal, nous avons vécu exactement la même chose avec le maire Drapeau et nous payons encore pour le Stade Olympique, sans compter tout ceux qui ont été expropriés pour construire un aéroport international qui est maintenant réduit à un vulgaire terminal de cargo. Nous avons payé pour les lubies du Maire Drapeau et maintenant, nous nous préparons encore une fois à nous faire dévaliser pour celles du Maire Labeaume. Est-ce que les québécois ont le mot « idiot » tatoué sur le front?

MM Charest et Labeaume ont beau promettre de belles retombées économiques « si » nous construisons cet amphithéâtre et « si » la LNH veut bien accorder une franchise à Québec, mais en réalité ce n’est que de la poudre aux yeux. Il est certainement vrai que certains profiteront de la présence du nouveau Colisée. Les restaurants et les commerces aux abords feront de bonnes affaires, les concessions à l’intérieur aussi, à vendre de la bière et des hot dogs hors de prix. Mais tout l’argent qui y sera dépensé, aurait été dépensé ailleurs de toute façon. Le gain des commerçants près du nouveau Colisée se feront toujours au dépens de ceux plus éloignés, comme à Lévis, ou Charny, ou Val Bélair, ou Charlevoix. Pis encore, les taxes et impôts supplémentaires que nous devrons éventuellement tous payer pour financer sa construction, auraient pu être dépensés chez des milliers de commerçants et entreprises à Rivière-du-Loup, Saguenay, Val d’Or, Victoriaville, Gatineau, Gaspé ou Sherbrooke. En fait, toute les retombées promises se feront au dépens de toutes les autres régions.

Il est toujours très facile de dépenser de l’argent quand c’est celui des autres. Le Maire Labeaume n’a certainement pas de scrupules à dépenser celui de ses électeurs pour son agrandissement personnel. Quant à M. Charest, il est certainement prêt à tout pour essayer de nous faire oublier les déboires et la corruption de son gouvernement et le nouveau Colisée est une bonne diversion. Comme dans la Rome antique, c’est le coup du pain et des jeux… encore une fois!

24 Commentaires

Classé dans Actualité, Philippe David

La fièvre en série

Par lutopium – Ces jours-ci, certains suggèrent une importante intervention de l’état alors que d’autres souhaitent son retrait presque complet. Le monde du commerce, quel qu’il soit, ne semble pas avoir de gêne pour demander des injections de fonds publics, de prêts, de subventions, de crédits d’impôt… Certains de nos entrepreneurs se disent conservateurs, voire libertariens. Mais ils n’hésitent pas à endetter les citoyens afin de stimuler leur croissance.

Personne ne semble satisfait des budgets qu’a récemment alloués Monsieur Charest, mais tout le monde s’entend pour dire qu’il n’est pas frileux avec le divertissement des masses. Est-ce pour mieux l’endormir? N’est-il pas amusant, quand même, de voir nos politiciens appuyer le sport et le jeu avec autant de détermination?

Le gouvernement libéral n’hésite pas une seconde avant d’appuyer les courses de chevaux, un club de hockey ou un grand-prix automobile… L’état moderne québécois est très actif dans le monde du jeu, il y joue des centaines de millions pour rénover son temple de la roulette, et son industrie du rêve millionnaire est publicisée comme nul autre produit de consommation. Pour ce qui est du hockey, voilà une valeur sure. À partir de ce soir, le Québec comptera un nombre impressionnant de regards vers l’écran. C’est presqu’un party de famille. Quand on se prend pour Jean le Baptiste, on doit se sentir en paix lorsque le peuple se rassemble et oublie ses tracas du quotidien. Car la victoire possible du gladiateur provoque une certaine somnolence. Y’aurait fort à parier que le nombre de québécois impliqués dans ce spectacle est plus important que ceux qui se sont déplacés pour voter en décembre dernier…

C’est ce soir que commence la grande fête. Si l’équipe a fière allure le premier soir, les fans pourront plonger dans l’euphorie des « séries ». On ira s’enfermer dans des cages aux sports en gang, y’a tellement d’écrans qu’on jurait être sur place. On pourrait manger gras, boire d’la bière. Y’en n’a pus de problèmes! À moins qu’on apprenne que l’équipe déménage. J’ai vu ce que peut provoquer le départ d’un club de hockey. Ça laisse des traces de morosité. Et ça devient suspicieux du pouvoir politique…

Vous comprendrez que, même si j’aime le sport, je n’apprécie plus la façon dont est présenté le hockey professionnel ces jours-ci. Y’a trop de fric. Et il y a encore beaucoup trop de violence gratuite et inutile. Je ne suis pas contre l’idée de garder les Canadiens à Montréal, mais je ne souhaite pas voir des fonds publics être investis dans un club qui peut facilement se passer de l’état pour exister et demeurer ici.

Là-dessus, bonnes séries!

Photo: Alex Ferguson – Flickr

6 Commentaires

Classé dans Actualité, économie, Lutopium