Archives de Tag: journalisme

Faites-vous du journalisme citoyen de type TÉLEX?

.
.
.

Bon, c’est déjà tendance de dire que le cyber-journalisme citoyen piétine. On cherche ostentatoirement des explications. On ne se gène pas pour le dénigrer dans le mouvement, ça fait toujours ça de pris. On suggère qu’il est trop de la marge et de la basse fosse. Qu’il fait dans la crispation systématique et la résistance par rejet en bloc. On lui reproche son sempiternel périphérisme. Personnellement, je pense que si le cyber-journalisme citoyen piétine et végète (ce qui reste encore en grande partie à prouver au demeurant), ce n’est pas à cause de son périphérisme, ou de sa marginalité, ou de sa résistite aiguë. Je crois plutôt que c’est le mimétisme qui, lentement, le tue.

Formulons la chose concrètement, sans apparat. Tout commentateur citoyen lit le journal du matin. C’est fatal. On s’informe à l’ancienne aussi. Nos coutumes ordinaires ne se déracinent pas comme ça. Y a pas de mal à ça, au demeurant. On parcoure les titres, on lisotte nos chroniques (honteusement) favorites. On se laisse instiller l’air du temps d’un œil, en faisant au mieux pour dominer la situation. On tressaute, comme tout le monde, au fait divers sociologiquement sensible du moment (il nous fait inévitablement tressauter, c’est justement pour ça qu’il est sociologiquement sensible). Alors, de fil en aiguille, entre la poire et le fromage, on accroche l’ordi portable et on commente à chaud. C’est si doux, si fluide, si facile. Comme on a du bagou et peu de complexes, première affaire que tu sais, un billet est né. Quelques clics supplémentaires et zag, le voici, sans transition, dans l’espace public. Se rend-on compte seulement de ce qui vient de nous arriver, en rapport avec le journal du matin? On vient tout simplement de lui servir la soupe en le glosant gentiment, en le répercutant, sans malice et sans percutant.

J’appelle cyber-journalisme de type TÉLEX l’action d’un repreneur de titres qui répercute la nouvelle du moment en croyant, souvent de bonne foi, l’enrober d’un halo critique. Ce susdit halo critique, bien souvent aussi, est une simple redite clopin-clopant des éditos conventionnels que notre journaliste de type TÉLEX n’a, au demeurant, pas lu. Les carnets de type TÉLEX existent depuis un bon moment (voir à ce sujet ma typologie des blogues de 2009) et certains d’entre aux sont de véritables exercices-miroirs de redite perfectionnée des médias conventionnels. Gardons notre agacement bien en bride, sur ceci. Plagiat parfois, la redite ne l’est pas toujours. Les Monsieur Jourdain de la redite sont légions. Que voulez-vous, on ne lit pas tous les éditos, fort heureusement d’ailleurs. On les redit bien souvent sans le savoir. Et le fait de s’y substituer, sans les lire, ne fait pas moins de soi la voix d’un temps… de la non-avant-garde d’un temps, s’entend.

La propension TÉLEX en cyber-journalisme citoyen rencontre d’ailleurs un allié aussi involontaire qu’inattendu: les lecteurs. Vous parlez du sujet que vous jugez vraiment crucial, sensible, important, vous collectez trente-deux visites. Vous bramez contre Jean Charest (qui, au demeurant, ne mérite pas moins, là n’est pas la question), vous totalisez en un éclair sept cent cinquante sept visites, dans le même laps de temps. Ça prend de la force de caractère pour ne pas, à ce train là, subitement se spécialiser dans le battage à rallonge du tapis-patapouf. Give people what they want, cela reste une ritournelle qui se relaie encore et encore sur bien des petits airs. Automatiquement accessible, dans une dynamique d’auto-vérification d’impact instantanée, il est fort tentant, le chant des sirènes du cyber-audimat. Beaucoup y ont graduellement cédé, dans les six dernières années (2006-2012). Et la forteresse cyber-citoyenne de lentement caler dans les sables actualistes rendus encore plus mouvants par ce bon vieux fond de commerce indécrottable de nos chers Bouvard & Pécuchet.

Je ne questionne pas les mérites intellectuels et critiques de la résistance tendue et palpable du polémiste cyber-journalistique. Il est sain, crucial même, de nier (au sens prosaïque et/ou au sens hégélien du terme) la validité du flux «informatif» journalier. C’est exactement au cœur de ce problème que mes observations actuelles se nichent. À partir de quel instant imperceptible cesse-t-on de critiquer le traitement ronron de l’actualité et se met-on à juste le relayer? À quel moment devient-on un pur et simple TÉLEX? Le fond de l’affaire, c’est que l’immense majorité des commentateurs citoyens n’est pas sur le terrain et c’est parfaitement normal. Tout le monde ne peut pas être en train de vivre à chaud le printemps arabe ou la lutte concertée et méthodique des carrés rouges québécois. Le journaliste citoyen n’est donc pas juste un reporter twittant l’action, il s’en faut de beaucoup. C’est aussi un commentateur, un analyste, un investigateur incisif des situations ordinaires. On notera d’ailleurs, pour complément à la réflexion, que les luttes, les rallyes, les fora, les printemps de toutes farines ne sont pas les seuls événements. Il est partout, l’événement. Il nous englobe et il nous enserre. Il nous tue, c’est bien pour ça qu’on en vit. Et le citoyen est parfaitement en droit universel de le décrire et de l’analyser, ici, maintenant, sans transition et sans complexe, dans ce qu’il a de grand comme dans ce qu’il a de petit. Il y a tellement énormément à dire. La force de dire est et demeure une manière d’agir, capitale, cruciale, précieuse. La légitimité fondamentale de ce fait n’est nullement en question. Ce qui est mis ici à la question, c’est le lancinant effet d’usure journalier, routinier. Le temps a passé et continue de passer sur la cyberculture. Les pièges imprévus de la redite chronique de la chronique vous guettent au tournant. Les échéances éditoriales vous tapent dans le bas du dos, que vous soyez suppôt folliculaire soldé ou simple observateur pianoteur de la vie citoyenne. Le premier éclat cyber-jubilatoire passé, ne se met-on pas alors à ressortir le vieux sac à malices journalistique, en moins roué, en moins argenté, et surtout en moins conscient, savant, avisé?

Retenez bien cette question et posez-là à votre écran d’ordi lors de votre prochaine lecture cyber-journalistique. Ceci est-il juste un TÉLEX, relayé de bonne foi par un gogo le pif étampé sur le flux, soudain intégralement pris pour acquis, du fil de presse? Que me dit-on de nouveau ici? Que m’apprend-on? Que subvertit-on en moi? Où est le vrai de vrai vrai, en ceci? Comment se reconfigure mon inévitable dosage d’idées reçues et de pensée novatrice dans cette lecture? Suis-je dans du battu comme beurre ou dans du simplement rebattu, ici, juste ici? Les impressions qu’on m’instille sur l’heure sont-elles des résurgences brunâtres hâtivement remises à la page ou des idées procédant d’une vision authentiquement socialement progressiste? Le fait est que, tous ceux qui on les doigts dansottant sur les boutons résultant du progrès ne sont pas nécessairement des agents de progrès… Il s’en faut de beaucoup.

La voici ici, justement (puisqu’on en cause, hein), mon idée force. Je vous la glose en point d’orgue et, pour le coup, n’hésitez pas à ne pas l’épargner. Mirez la sans mansuétude et demandez-vous si je la relaie, ouvertement ou insidieusement, du journal du matin (ce qui est la fonction essentielle d’un TÉLEX, gros être machinal, déjà bien vieillot et qui ne se pose pas de questions). Le cyber-journalisme citoyen ne piétine pas quand il résiste et se bat. Le cyber-journalisme citoyen se met à piétiner quand, entrant imperceptiblement en mimétisme, il se met à relayer ce qu’il aspirait initialement à ouvertement contredire, nommément la ligne «informative» des grandes agences de presse qui, du haut de leurs ressources perfectionnées et de leurs pharaoniques moyens, continuent d’ouvertement servir leurs maîtres. Le problème central, existentiel (n’ayont pas peur des mots), du cyber-journalisme citoyen n’est pas qu’on le marginalise (par acquis technique, rien sur l’internet ne se marginalise vraiment), c’est qu’on le récupère, en le remettant, tout doucement, dans le ton-télex du temps…

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, Paul Laurendeau

Les JEUX OLYMPIQUES DE VANCOUVER, y pensez-vous encore?

.
.
.
.

Bon, eh sicroche, barbez-moi! Londres, rah, rah, rah… Encore une de ces foutues années olympiques. La dernière, c’était en 2010. Vous vous souvenez? Les Jeux Olympiques de Vancouver (Canada), y pensez-vous encore? La bassinade les concernant est déjà vieille, elle, de trois ans, en fait. En effet, la couverture médiatique des Jeux Olympiques de Vancouver s’amorce dès octobre 2009, et on nous explique alors (vous en rappelez-vous?) que les athlètes canadiens devraient se faire vacciner contre la grippe H1N1. Des développements amphigouriques et soporifiques sont alors aussi servis sur le bilinguisme promis des Jeux. Puis, à partir de décembre 2009, on se met à suivre le trajet de la flamme olympique. Parfois, comme en Montérégie (au Québec), des résistants autochtones menacent de bloquer le parcours de ladite flamme olympique. On évoque le souvenir des Jeux Olympiques de Montréal, en 1976 (le maire du Montréal de 2009 affirme ne pas vouloir ravoir les Jeux) et on porte une attention particulière aux athlètes qui se blessent à l’entraînement et rateront ainsi les Olympiques. On analyse en long et en large les «espoirs» québécois. On évalue (et hypertrophie hyperboliquement) ce que les Jeux feront pour l’image mondiale du Canada. À partir de janvier 2010, on commence à solliciter l’attention des lecteurs et des auditeurs, beaucoup plus assidûment. On conditionne. On chauffe au rouge, on chauffe à blanc. La publicité emboîte alors le pas. La Société des Transports de Montréal parle de sa présence à Vancouver. Bell Canada utilise l’image d’athlètes olympiques dans ses encarts publicitaires. La Fondation David Suzuki donne une «médaille de bronze» environnementale aux préparatifs des Jeux. À partir du 7 février 2010, une chronique spéciale sur les Jeux Olympiques est ouverte dans la section des sports des principaux quotidiens canadiens. L’aspect touristique n’est pas négligé non plus. On décrit ostensiblement les atouts récréatifs et paysagers de Vancouver et de Whistler. Tout démarre officiellement au 14 février 2010. Le Canada apparaît vite comme un arriviste compétitif insensible, qui veut gagner à tous prix. Trente athlètes d’autres pays se font pincer pour du dopage avant que tout ne commence. Mort tragique d’un lugeur géorgien (pourriez-vous me dire son nom?) sur une piste trop rapide et insécuritaire. On le fera passer pour un maladroit et un inexpérimenté. Gloire d’Alexandre Bilodeau (dans quelle discipline déjà?). Drame du deuil et de la médaille de bronze de Joannie Rochette. Victoire de l’équipe masculine et de l’équipe féminine de hockey. On observe (sans trop l’analyser) la supériorité athlétique des femmes canadiennes, notamment des hockeyeuses et des patineuses de vitesse. Tout retombe abruptement, et sort vivement de l’actualité, aussitôt que les Jeux Olympiques d’hiver sont terminés. On nous annonce encore, le 16 mars 2011, que Joannie Rochette ne participera pas aux championnats du monde de patinage artistique. Notons, en toute impartialité critique, justement pour mémoire, que Mademoiselle Rochette a totalement eu raison de continuer sa quête olympique malgré un deuil. Je ne cite pas souvent Jésus, mais là, ça s’impose: Laisse les morts enterrer les morts et occupe toi des vivants. Aussi: Enfin cela introduisit un peu de vibrato dans ces Olympiques de Vancouver, autrement largement soporifiques (cette seconde citation est à considérer comme apocryphe)… Et… bon… pour ce qui en est de sa performance (sa médaille de bronze), ce serait un peu le temps de rappeler le fameux aphorisme des Olympiques de grand-papa: «L’important, c’est de participer». Oh, mais excusez-moi, faites excuses… L’Olympisme Stéroidal Néo-Libéral Contemporain a pulvérisé ce point de doctrine parcheminé. Il n’existe tout simplement plus. Tant pis pour nous tous, hein. Le deuil Rochette, c’est celui-là aussi… pourtant… Oh et, j’allais presque oublier, le 21 mars 2011, on mentionne discrètement trois médailles d’or canadiennes aux Jeux Paralympiques de Vancouver…

Bon, alors question. L’intox promotionnelle canadienne vous rejoint-elle encore, deux ans plus tard? Allons, admettez avec moi, quand on se repasse le ruban en accéléré, avec le recul, que c’est chiant en grande et que la magie de toc s’est quand même un peu pas mal racornie. La malhonnêteté des médias en matière de couverture des Jeux Olympiques n’est plus une nouveauté. Les Olympiques sont une foire ouverte de propagande que chaque pays utilise pour se faire mousser. Les médias canadiens n’ont pas couvert la chose autrement. Chauvinisme crasse et partialité veule. Gros titres pour les victoires canadiennes, entrefilets pour les défaites canadiennes et les victoires des autres. Promotion de soi. Mutisme sur les autres. Impossible de relativiser la position du Canada dans le concert musclé-dopé des nations, avec ce genre de couverture. Lyrisme et faux héroïsme, «courage», «persévérance», tous ces fallacieux mérites de l’industrie du sport-spectacle sont hypertrophiés. Il y a vraiment peu d’informations utiles pour une véritable compréhension critique du monde, des politiques sportives canadiennes, de l’impact social du sport professionnel et de l’industrie multinationale du sport, dans ces événements et leur couverture contemporaine. Il est passé dans quel goulot d’évacuation, le journalisme, bondance de la vie!

Et ce cirque inique et pharaonique se déploie désormais mécaniquement, aux deux ans (hiver, pause, été, pause, hiver, pause, été, etc). La barbe, la barbe, c’est reparti…

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, Paul Laurendeau

Les enjeux mondiaux surexposés

.
.

Touchante analogie. Cet enfançon qui amplifie pour son regard des frémissements perdus sur l’horizon sans voir l’oiseau qu’il a sur la tête, c’est le cirque médiatique contemporain, qui passe à côté des crises sociales cruciales qui lui picorent le ciboulot en braquant constamment ses unilatérales jumelles sur les mêmes appeaux accrocheurs du tout venant typant. Il y a des enjeux mondiaux surexposés et mon agacement à leur égard ne fait que croître, à mesure, justement, que leur importance diminue historiquement (sans que les jumelles médiatiques ne se détachent pourtant d’eux). En voici un petit aperçu représentatif, vous allez bien vite voir où je veux en venir. C’est moins d’un problème factuel que d’un problème de principe qu’il s’agit ici, un problème de ton intellectuel, d’attitude idéologique. La redite médiatique nous a fait prendre de grands faux plis mentaux et ces grands faux plis mentaux, comme ceux des articulations du prisonnier accroupi dans une fillette, sont fondamentalement paralysants et nous forcent, comme fatalement, à marcher accroupis. Ils sont le tout des attitudes générales que nous nous devons absolument de réformer, si on veut cesser que les arbres pourris et creux du journalisme spectacle nous cachent sans cesse la forêt sociopolitique.

UN CERTAIN CONFLIT DU MOYEN-ORIENT. Un conflit moyen-oriental dont je tairai pudiquement le nom fait l’objet d’une tragique superfétation médiatique depuis aux moins deux bonnes générations. Les gogos investissent ce conflit mineur de ci de là d’une sorte de dimension atavique, prétendument millénaire et s’en gargarisent comme si se canalisait en lui le combat fondamental entre je ne sais quel Grands Types Humains. De solides penseurs se sont détruits en niaisant après ce conflit. C’est passablement catastrophique. Je suis particulièrement outré et atterré par une telle mythologisation de ce petit conglomérat de meurtres minus. Je la trouve particulièrement nocive, toxique, stérile, absurde, inutile. Il est consternant de constater que ce conflit, et le camp qu’on prend tapageusement dans icelui, sert souvent de baromètre (pseudo) intellectuel pour jauger de la validité de pensée des uns et des autres. Je trouve inacceptable qu’un conflit local (plutôt qu’un autre) ait acquis ainsi une telle amplitude foutaisière de marqueur idéologique. De plus, il est trois fois hélas indispensable de fermement faire observer que les envolées passionnelles corrélées à ce conflit rendent habituellement à la narine un relent fort brun et fort suspect. Il est plus que temps de traiter ce conflit spécifique comme une escarmouche de théâtre comme une autre, sans moins sans plus, et de cesser d’y lire, comme dans je ne sais quel marc de thé irrationnel, le baromètre de la tension sous-jacente du monde. Arrêtons les frais et arrêtons le tout petit massacre stérile. Le meilleur moyen de régler un problème ordinaire, c’est de le capter dans son angle ordinaire. Le pépin avec ce conflit là est qu’il est englué dans une gadoue de superfétations symboliques dont il est plus que temps de se sortir. Il est inutile de me questionner sur ce conflit surexposé, je n’en parle jamais et ne me laisse jamais aspirer dans le maelstrom gluant et sempiternel de la foire d’empoigne de ritournelles et de redites obscurantistes le concernant.

LA FONCTION (POLITIQUE) DE PRÉSIDENT. Ah, les présidents de républiques. Qu’est-ce qu’on leur en met sur le dos. Did the president know/le président était-il au courant? Mais qu’est-ce qu’on s’en tape. Aucune analyse sociopolitique adéquate ne pourra jamais se formuler tant qu’il ne sera pas limpide dans l’esprit de l’analyste que les dignitaires politiques sont des pots de fleurs. Voyez l’équation américaine, s’il faut encore se vautrer dedans. Georges Bush (fils) prouva hier que n’importe quel toc peut devenir président. Barack Obama prouve aujourd’hui que l’intelligence présidentielle est sans pouvoir réel. On a indubitablement une anti-intellocratie politique structurelle dans les deux cas et le président n’y change pas grand-chose. Personnage symbole, figure phare sous projos dissimulés, timonier d’un esquif en pilotage automatique, le chief of staff, se pose délicatement sur le cloaque remuant du boulot orchestré par les autres et fait un discours. C’est comme ça que notre culture politicienne assure la permanence du spectacle de son autoperpétuation mais, alors là, ce n’est pas une raison, pour l’analyste, de se laisser porter par le confort du flottement de cette sphère creuse. Un corollaire important de cette observation (sur lequel la conjoncture nous fera certainement revenir dans les prochain mois) concerne l’incongruité et l’inanité de l’homme politique bouc émissaire dont on veut la tête en l’investissant, par la négative, de toute la charge (réprouvée, dans son cas) de la crise du moment. Le dignitaire politique est un mannequin de vitrine pour les POUR comme pour les CONTRE. Un régicide ne tua jamais la monarchie. Celle-ci tomba dans la structure de classe des fondements de la société et le roi ne fit que suivre. Cessons une bonne fois de re-monarchiser nos pantins éligibles et nos chefs meneurs de claques contemporains. C’est une cause et une analyse stérile que celle de perdre notre temps sur eux.

L’INSTITUTION RELIGIEUSE ET SES AVATARS. Qu’on parle de la pègre religieuse et de ses avatars, comme le fait fort utilement notre ami Lartiste ici même, en en décrivant la fondamentale pourriture institutionnelle, mais qu’on cesse de lui perpétuer, en ahanant, un halo de valeurs morales qu’elle n’a plus. Il y a encore bien trop de religion et de religiosité dans nos analyses politiques du religieux, autant que du reste. Qu’on traite de la crise des magouilles comptables du Vatican, des compromissions véreuses des partis politiques islamistes ou des derniers coups de Jarnac en vogue du fascisme social de la droite religieuse américaine, il reste toujours cette bien malodorante goutte de déférence envers le sacré qui gâte intégralement la description la plus prosaïque des faits. Il est plus que temps que l’analyse sociopolitique s’installe dans une description athée des superfétations religieuses des sociétés contemporaines. Il faut les décrire froidement, les combattre lucidement, sans constamment partager les illusions oniroïdes qu’elles entretiennent sur elles-même. Il est capital de noter que ce retard intellectuel religiosisé est une convulsion très profondément médiatique, au demeurant. La population ordinaire, elle, beaucoup plus irréligieuse et indifférente à ces questions que le flafla médiatique ne l’admet habituellement, surprend habituellement par la fermeté tranquille de son rejet de la validité sociétale des instances religieuses. Il est plus que temps de remettre ces dites instances à leur (toute petite) place. Leur donner moins de bande passante est un début que nos médias n’ont pas encore intériorisé adéquatement. Le nombre de crypto-curés et de crypto-nonnes qui y traînent surprendrait, si on se donnait la peine citoyenne d’adéquatement les débusquer.

L’ARRIVISME, LE CARRIÉRISME POLITICIEN. Tout événement politicien (une élection, une course à la chefferie) est désormais traité dans les médias comme une joute sportive. Le politicard décrit est implicitement présenté comme un arriviste n’aspirant qu’à grimper sur le haut du tas. Je l’ai dis, je le redis, les aspirations individuelles des chefs, on s’en tape souverainement. Le comédon politique est déjà par lui-même une distorsion suffisamment mystifiée et mythifiante des luttes sociales pour ne pas aller en rajouter une couche, en trivialisant tout ça comme si c’était un sport ou un divertissement. Les mouvements politiciens (alliances, coalitions, montées, déclins) sont trop souvent analysés sur le mode de l’anecdote amusette (quand il n’y a rien de drôle dans tout ça) et l’effort de décoder le profil des luttes sociales que ces mouvements reflètent n’est pas fait ou pire, est sciemment escamoté. Miss météo analyse plus précisément son objet que le chroniqueur ou la chroniqueuse politique de service. L’attitude responsable et authentiquement démocratique de nos meneurs étudiants –par exemple- est barouettée et déformée et il est particulièrement criant et grinçant de voir ces jeunes gens se faire distordre ainsi pour prendre la forme boursouflée et inane du reste de ce que la caméra nous serine. La communication médiatique utilise les mêmes armes politiques que les pouvoirs oppressifs: frapper à la tête, isoler les meneurs, les salir, les trivialiser, les emmailloter dans le moule bourgeois et cynique dont les médias procèdent et dont ils font une promotion veule. Jamais une analyse adéquate des grands mouvements sociaux ne sortira de l’attitude consistant à se restreindre aux visées individuelles des figures empiriquement perceptibles. Faire des rapports politiques un show, sous prétexte de rendre cela intéressant ou compréhensible pour un public dont on méprise implicitement les aptitudes mentales, c’est la forme contemporaine et scintillante du populisme le plus grossier et le plus inepte.

LES PLIS ET REPLIS DU BOTTIN MONDAIN. Le star system est mondialisé et, veut veut pas, aime aime pas, le divertissement culturel est un enjeu mondial immense, en continuelle croissance et en crise de mutation. Et, bon, pourquoi pas? Mais qui en parle adéquatement? C’est quand la dernière fois que vous avez lu une vraie critique de film? Quand avez-vous pris connaissance du commentaire sur un concert qui était autre chose que la redite du dépliant publicitaire dudit concert, déguisée en reportage? Les tendances de l’art contemporain, y compris de l’art de masse, on les connaît vraiment? Non, parce qu’il n’y en a que pour le bottin mondain. La robe d’une telle, le divorce des autres, qui se tenait avec qui lors du lancement de toc Tok ou la remise de hochets Zinzin. La compétition fantasmée et délirante, en feuilleton, en ritournelle, entre ces deux actrices pour le même homme. La couverture médiatique des arts et du divertissement contemporains est une pollution intellectuelle quasi intégrale. On se laisse porter par la tendance du succès de guichet sans l’analyser. Particulièrement ratée et mal avisée est la (non) description des fours (les fameux flops). Hollywood engage des moyens de plus en plus colossaux pour un résultat artistique de plus en plus dérisoire et malingre. Même chose pour l’industrie du spectacle musical. Aucune analyse de cette crise culturelle majeure n’est produite. On se contente de paniquer au premier degré parce que la petite populace pirate des films et des bandes audio. On cherche à la convaincre de ne pas le faire. La couverture médiatique de l’art et du divertissement est une pratique implicitement publicitaire. On tait les fours, on accroche son wagon sur les succès et on requine autour pour mordiller les morceaux qui tombent. Une époque qui ne comprend pas ses crises artistiques ne se comprend pas elle-même. C’est rendu qu’un acteur refuse un rôle de personnage impopulaire parce que c’est mauvais pour son image (commerciale) de marque. C’est rendu que la production de grands feuilletons populaires fonctionne comme de tyranniques dictatures. On continue d’affecter d’ignorer l’impact de masse des jeux vidéo, pourtant comparable à l’impact de masse de la musique populaire dans les années 1958-1978. On ne rend pas compte de ce qui se passe. Et tout est pris pour acquis. Tout est gobé, y compris les souliers, comme disait une chanson d’autrefois. The show must go on et on n’y comprend goutte.

Intox, intox, intox. C’est un état d’esprit de fond qui est en cause. Une constante stable détermine ces enjeux mondiaux surexposés. Fixation sur l’anecdotique rebattu et absence d’analyse critique effective. Ne me dites pas que cela n’est pas fait sciemment. Le petit enfant de ma photo a la décence intellectuelle d’être un enfant, justement. Nous, l’aréopage des éminents observateurs cogitatifs, il est peut-être temps qu’on sorte un petit peu de l’enfance de la pensée dans laquelle nous roule avec constance le journal du matin.

3 Commentaires

Classé dans Actualité, Paul Laurendeau

Dans le «fauteuil» du citoyen citadin Jean-Pierre Bonhomme…

.
.
.

Bien loger les gens; pratiquer l’art de faire des économies de service public; réunir les citoyens autour des églises et des bibliothèques déjà construites pour ne pas avoir à les dédoubler médiocrement; restreindre l’étalement des réseaux d’égouts pour mieux utiliser les ressources publiques; ramener les gens sur les trottoirs pour épargner les sols cultivables et leur permettre de se parler; réduire, pour les mêmes raison d’économie des sols, le nombre de stationnements dans les villes, voilà, justement, qui est «politique», au sens fondamental de ce terme (polis: ville), voilà qui est pratique!   (Jean-Pierre Bonhomme 1991: 6-7)

C’est une émotion très particulière et pour tout dire plutôt jouissive qui enveloppe ce à quoi je vous convie ici. Quand notre rédacteur en chef, Pierre JC Allard, m’a fait l’honneur de m’inviter à joindre Les 7 du Québec, il m’a signalé que le «fauteuil» de Jean-Pierre Bonhomme se libérait, ce vénérable collaborateur (né en 1932) prenant sa retraite après soixante ans d’une carrière journalistique bien remplie. Ce qui a commencé comme une demi-boutade entre notre rédacteur en chef et moi a pris assez subitement une vive saveur, dense, aigre-douce, un peu déroutante. Ironie et satire en cocktail intime avec solennité et respect – cocktail bien bu, assumé, savouré – on s’est dit, comme ça, pourquoi ne pas jouer la tragicomédie académique jusqu’au bout, le nouveau bateleur ès strapontin, saluant l’ancien d’un coup de bicorne senti. Dont acte.

J’ai le sentiment, en saluant ainsi monsieur Bonhomme, de poser un geste que les intellectuels québécois ne posent d’ailleurs pas assez souvent, au demeurant. Soit hagiographes lourdingues et sirupeux, soit iconoclastes courts et revêches, nos penseurs, effectivement, ratent bien souvent le rendez-vous serein et calme du modeste recul historique ordinaire, celui qui assume, avec bonhomie (c’était obligé, il fallait que je la fasse), que les années passent et que les temps changent, certes, mais aussi qu’il y a eu des gens qui, en toute simplicité, sont venus avant nous, ont coulé le trottoir que l’on foule, charpenté la vieille maison que l’on redécore. Le coup de ces géants-dont-nous-sommes-les-nains-assis-sur-les-épaules-de, ça marche très fort avec moi. C’est une question de déférence élémentaire à l’égard de ce que nous sommes… en zone racine surtout, si je puis dire, autant dire dans le soliveau. Du passé faisons table rase, certes, mais, de temps en temps sélectivement quand même, respectueusement, et en conscience. Il faut établir à ce dont on hérite un rapport d’historien, cela implique une distance critique face à toutes les fluctuations des modes car le propre de la mode, c’est de se démoder. (Bonhomme 1991: 25b). Jean-Pierre Bonhomme a des choses à nous dire sur ça aussi, entre autres.

Ils ont coulé le trottoir que l’on foule, charpenté la vieille maison que l’on redécore… je ne croyais pas si bien dire, en approchant le «fauteuil» de monsieur Bonhomme. Dans une notule biographique datant de 2005 qu’il a courtoisement déposé pour moi chez notre rédacteur en chef, on apprend de Jean-Pierre Bonhomme qu’il est détenteur d’une licence en droit de l’Université de Montréal (1956, admis au Barreau un an plus tard) et qu’il a commencé son parcours journalistique en dirigeant l’hebdomadaire l’Aquilon de la Côte Nord du Saint-Laurent. Il a été correspondant pour le journal Le Devoir au parlement fédéral (notamment pendant la Crise d’Octobre 1970) puis adjoint au directeur du Consortium de recherche sur l’eau, un organisme créé par six universités québécoises pour combattre alors la pollution des eaux. Il a ensuite dirigé la rédaction du magazine hebdomadaire du journal La Presse. Puis, à partir de 1974, il a tenu la rubrique environnement pendant une dizaine d’année au susdit journal La Presse. Cette notule biographique que je cite ici s’ouvre sur une petite phrase que nous devons tous méditer, en ce jour si fleuri et si vert, autour du «fauteuil» de monsieur Bonhomme. Jean-Pierre Bonhomme est le premier reporter permanent spécialisé en environnement au Québec. Vous, je sais pas, mais moi, personnellement je trouve que c’est quand même pas rien, ça… Rappelons, pour mémoire, que c’était pas de la petite chique de traiter des questions environnementales, dans ce temps là. Ceux qui osaient le faire se faisaient encore ostensiblement regarder comme une flopée d’étranges par les petits esprits bien en place du temps…

Dans les Cahiers de géographie du Québec, l’urbaniste Béatrice Sokoloff, auteure d’un compte-rendu de l’ouvrage de monsieur Bonhomme Regard sur l’architecture et la ville, nous fait comprendre, de lui, qu’il est un observateur citoyen de l’environnement urbain (Le discours n’est pas celui du spécialiste, mais celui d’un amateur éclairé, d’un «honnête homme», parlant au nom du «citoyen ordinaire», auquel il adresse son plaidoyer pro-urbain). J’ai donc décidé de jouer pleinement le jeu et d’aller y voir par moi-même. L’ouvrage de monsieur Bonhomme est hélas épuisé et le généreux concitoyen a eu la gentillesse d’accepter de me prêter l’unique exemplaire qu’il lui reste. On allait donc se rencontrer et je m’en félicitais. Il est bon d’apprécier une sculpture en dur, autrement que par ses dessins. (Bonhomme 1991: 30b). Je me suis donc ébranlé, comme un petit navire. Habitant les Basses-Laurentides, j’ai pris un train de banlieue assez spacieux et passablement fonctionnel et me suis rendu, en cinquante petites minutes bien chronométriques (temps de métro et de marche inclus dans le décompte), au lieu de rendez-vous urbain sympa que nous nous sommes fixés, intersection Saint Laurent et La Gauchetière. J’en ai profité pour m’adonner à un petit exercice déjà pleinement inspiré de l’esprit citoyen et citadin de monsieur Bonhomme. J’ai regardé la ville. Je l’ai observée activement plutôt que de simplement m’y mirer sans réfléchir. Débarqué en plein quartier chinois, j’ai tout de suite admiré ce que monsieur Bonhomme appelle dans ses écrits, avec une discrète ironie, les vieilles pierres (Bonhomme 1991: 143-144). Le quartier chinois est proportionné, adéquatement dimensionné, chaleureux. Les gens y éprouvent du plaisir à déambuler simplement dans les rues, sans trop savoir pourquoi (Bonhomme 1991: 33b). Les affiches des commerces y disent ce qu’elles ont à dire, y montrent ce qu’elles ont à montrer. On sent tout de suite que cet endroit a une âme. Je rencontre monsieur Bonhomme dans un petit resto modeste mais à la carte savoureuse et je cacasse avec lui d’un tas de choses, et notamment, inévitablement, de cette histoire de «fauteuil». Un sourire en coin, il me dit, mi-sourcilleux, mi-chafouin: N’allez pas parler de moi au passé. Je suis du présent pas du passé. Soudain, plus Chanteclerc qu’Ysengrimus, je flacotte de toutes mes plumes. Pas question d’aller parler au passé de l’auteur, sur Les 7 du Québec, de cinquante-cinq (55) billets sur toutes sortes de questions sociales et sociétales, et pour qui, entre autres, la préservation du visage français de Montréal est une des priorités cardinales. Jean-Pierre Bonhomme se retire mais il n’est pas parti. Il entend bien qu’on n’applique pas, à son sujet, la Politique du Vieux Mur (Bonhomme 1991: 32-33). Le temps du bilan final n’est donc pas encore venu. Qu’on se le dise et qu’on parle de lui en conséquence…

Je me suis donc résolu de continuer d’assumer la démarche pro-urbaine vivante et vive de monsieur Bonhomme plutôt que de la ruminer abstraitement… Je me suis rendu le lendemain, toujours par le train et le métro, au Carré Saint-Louis, mon officine en plein air (les espaces verts vintage au cœur du monde urbain, quelle idée somptuaire pour nous tous, penseurs et rêveurs de ville! – Une place, c’est bien cela; un lieu qui affirme la propriété commune ouverte à tous… Bonhomme 1991: 21a) et, sur un banc, devant la fontaine de ce magnifique petit parc à l’anglaise, j’ai lu l’intégralité de l’ouvrage de Jean-Pierre Bonhomme. J’y ai découvert l’œuvre d’un observateur sagace, moderniste, cohérent et lucide qui assume pleinement la ville nord-américaine tout en ne mordant pas dans ses attrape-nigaud, sa mégalomanie (ayant moi-même vécu vingt ans à Toronto, j’ai trouvé son Toronto, ou l’inhumanité du gigantisme particulièrement remarquable – Bonhomme 1991: 92b-94b), son étalement anarchique, sa démagogie prétentieuse, son facadisme (Bonhomme 1991: 32-33, 75-77) et qui ne perd jamais de vue la dimension sociale et sociétale des dispositifs architecturaux urbains. L’architecture qui élève l’âme traduit cette unité de forme qui surgit d’une fonction connue (Bonhomme 1991: 32a). Recommandation expresse donc, tant envers l’homme qu’envers l’œuvre de réflexion critique et empirique. Moi, Ysengrimus (Paul Laurendeau), le loup qui grogne sur le monde, je suis très honoré d’entrer en ce cénacle des 7 du Québec sur le sentier urbain de Jean-Pierre Bonhomme. M’établissant dans son «fauteuil», je me dis (en un petit conseil implicitement autocritique que je me murmure, comme ça) que c’est là justement le «fauteuil» de quelqu’un qui ne s’est pas assis bien souvent… Chapeau du bicorne, Jean-Pierre Bonhomme! Il y a encore amplement lieu de méditer votre remarquable sagesse observatrice.

De mon poste d’observateur, il me semble que nous ne prenons pas assez en charge notre développement territorial. Nos hommes d’affaires, nos ingénieurs agissent davantage pour faire la démonstration de leur force que pour répondre aux besoins de la collectivité. À trop vouloir faire ainsi la démonstration de leur puissance, ils font trop souvent fi de la qualité générale de notre vie. Ils brandissent leur ciment, montrent leurs douzaines de gratte-ciels comme on tient une pique. (Jean-Pierre Bonhomme 1989: 134)

.
.
.

SOURCES

Bonhomme, Jean-Pierre (1989), «Quelques rêves à ranimer», Le syndrome postréférendaire, Stanké, coll. Parcours, pp 123-137.

Bonhomme, Jean-Pierre (1991), Regard sur l’architecture et la ville, Montréal, Éditions du Méridien, 173 p.

Sokoloff, Béatrice (1993), «Compte-rendu de Bonhomme, Jean-Pierre (1991), Regard sur l’architecture et la ville, Montréal, Éditions du Méridien, 173 p.», Les Cahiers de géographie du Québec, vol. 37, n° 100, 1993, pp. 144-145.

5 Commentaires

Classé dans Actualité, Paul Laurendeau

Mot de bienvenue de la nouvelle équipe de CentPapiers

Image Flickr par Paul Worthington

Bonjour à vous tous, lecteurs, auteurs et commentateurs de CentPapiers!

Comme vous avez pu le constater, le 27 décembre dernier, Pierre JC Allard passait le flambeau à la prochaine génération de gestion de CentPapiers. Monsieur Allard aura accompli des étapes cruciales dans la survie du seul véritable journal citoyen du Québec, en lui permettant de grandir de nouveau et de lui permettre de se développer dans le but de lui donner son plein potentiel.

Ce potentiel est énorme puisqu’il n’a de limite que ce que l’Internet permet, avec l’imagination et la participation de tous. Je dois donc, au nom de toute l’équipe de relève, remercier du fond du coeur les efforts et sacrifices personnels que Pierre JC Allard a fait depuis presque un an.

Nous avons maintenant une base solide sur laquelle nous pourrons, grâce à lui et tous les participants de ce site, bâtir pour vous offrir le meilleur espace d’échange et de partage des idées, d’informations et d’analyses. Nous nous engageons, dans la limite de nos moyens, à vous donner tous les outils nécessaires pour que vous puissiez prendre la parole et être entendus.

À court terme, la nouvelle équipe travaillera à faire augmenter le nombre de rédacteurs de qualité sur le site, pour finalement avoir un journal diversifié pour à peu près tous les goûts. Déjà, plusieurs nouveaux auteurs se sont ajouté à la grande équipe que nous sommes tous et beaucoup d’autres se préparent à entrer en scène, ce qui est excessivement réjouissant. De plus, pour assurer une gestion efficace de cette plateforme qui est en pleine croissance, l’équipe de CentPapiers s’agrandit peu à peu et pourrait compter quelques nouveaux collaborateurs d’ici aux prochaines semaines, au lieu d’une seule personne comme ce fût le cas pendant quelques années.

J’aimerais, par la même occasion, inviter tous les gens intéressés par l’écriture à participer à cette belle aventure; que vos passions et domaines de connaissances soient la politique, l’économie, le sport, les activités à faire et ne pas manquer, les évènements de l’actualité, psychologie, philosophie ou autres.

À moyen terme, nous entendons nous donner les moyens d’offrir une expérience multimédia unique, regroupant non seulement les meilleurs textes du Web francophone, mais aussi une section audio/visuelle. Cela sera à surveiller dans les prochains mois.

Finalement, à long terme, le but est de permettre à CentPapiers d’atteindre son plein potentiel qui est d’être un nexus, un lieu d’échange et de partage autant de l’information que des idées sous toutes leurs formes , d’analyses, de débats de société et dans la mesure du possible, d’expansion de la conscience. Il se peut que l’Internet soit le dernier bastion de la liberté d’expression et nous nous devons d’exercer ce droit fondamental pour le préserver pour les générations futures.

Cette liberté d’expression comporte des responsabilités sur lesquelles nous insisterons, dans le but de lui donner sa pleine ampleur et portée. Nous croyons qu’un site tel que CentPapiers doit fournir un environnement sain et respectueux de tous pour éviter de tomber dans les mêmes pièges qu’a rencontrés le journalisme citoyen dans son enfance de l’Internet. Personne ne grandit, n’évolue ou ne gagne quoi que ce soit en recevant des attaques personnelles et des insultes.

Le contrat commun qu’on se donne ici, c’est de se conduire honorablement et avec courtoisie. De cette façon, nos efforts seront décuplés et porteront fruit. Si chacun s’occupe individuellement de suivre cette simple ligne de conduite, il sera extrêmement facile pour nous de distinguer les gens de mauvaise foi qui ne cherchent qu’à être déplaisants et diviseurs sans rien apporter aux gens autour d’eux. Notre travail sera de protéger tous les lecteurs, auteurs et commentateurs pour que tous sachent que CentPapiers est un lieu où il fait bon vivre. Ce travail sera accompli inlassablement et avec intégrité.

Le résultat visé est d’atteindre une plus grande cohésion sociale et une diffusion sans barrière de l’information, des connaissances et de la sagesse. Il est permis de croire que nous pouvons effectivement apporter notre grain de sel dans l’évolution de nos sociétés et de l’humanité. À chaque jour, nous participons au déroulement de l’histoire. Plus nous serons organisés et unis, plus nous réaliserons que c’est ensemble que nous sommes forts et maitres de notre destin.

C’est dans cet esprit que nous poursuivrons notre chemin tous ensemble et que nous serons en mesure de porter fièrement le flambeau qu’a passé Pierre JC Allard, pour un jour le passer à notre tour à la prochaine génération.

Sur ce, nous retournons humblement les projecteurs et le micro à tous les acteurs de CentPapiers et nous vous souhaitons la meilleure expérience qui soit sur ce journal citoyen fait sur mesure pour vous et par vous!

Au nom de toute l’équipe de CentPapiers,

Mes sincères et cordiales salutations à tous!

François Marginean

Éditeur

14 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean

Journalisme-citoyen: Centpapiers va vous payer

Depuis que Les 7 du Québec ont pris charge de CentPapiers en avril dernier, des changements  y ont été apportés qui ne sont que le prélude de ceux plus fondamentaux qui suivront.  Pourquoi parler de soi quand il y a tant d’autres sujets à traiter ? Parce que nouer ses lacets est trivial, mais qu’il vaut mieux prendre le temps de le faire avant d’entreprendre une dure escalade. Nous avons une bonne nouvelle à annoncer et un appel à lancer. Nous croyons légitime de le faire ici.

La bonne nouvelle, c’est que nous entendons désormais rémunérer tous les auteurs des textes publiés sur CentPapiers, au prorata des visites que leurs textes auront reçues, en leur distribuant 50% des revenus publicitaires que nous recueillerons. Dès le 1er octobre prochain, si la technique suit, chaque auteur pourra voir sur son compte le nombre de visiteurs uniques que ses textes ont reçus.

Trimestriellement, une simple règle de trois permettra de déterminer la redevance qui reviendra à chacun, égale au pourcentage du montant parfaitement transparent de nos recettes publicitaires correspondant au nombre de ses visites sur les visites totales reçues par tous les articles. Le montant dû sera viré à l’auteur, les frais de virement à sa charge,  le 30e jour du mois où il en fera la demande. Eh voila !   L’appel, c’est que vous veniez en grand nombre…

Venez. C’est important. Il est probable que vous receviez peu, mais n’est-ce pas un heureux changement, déjà, qu’on vous offre un peu d’argent pour parler, alors que le Système  vous en demande toujours tellement en vous enjoignant de ne rien dire ?

Il est improbable que cet argent que vous toucherez vous enrichisse… moins pour l’instant.  Vous toucherez plus quand les revenus publicitaires augmenteront, soit que le nombre des visites augmentent, soit que nous obtenions de meilleures conditions, ce qui ne sera possible que quand le nombre des visiteurs aura bien augmenté.

Venez. On ne vous enrichira pas, mais vous aurez en main la preuve tangible que ce que vous avez écrit est littéralement APPRÉCIÉ.  C’est important. Comme est important le fait que vous participiez à l’essor du journalisme-citoyen, car l’Internet est le seul outil qui nous reste pour construire une vraie démocratie et, quand on pense à la structuration du journalisme citoyen, c’est l’orientation de l’Internet même qui est en jeu.

Pourquoi est-ce si important. Parce que nous voyons tous que l’Internet est à devenir une base d’information factuelle de plus en plus exhaustive, mais qui n’est pas liée à une fonction d’interprétation des évènements et des faits qui reflète la multiplicité de points de vue et des intérêts de la population.

L’Internet est à devenir un outil de publicité, n’ayant d’autre but que de faciliter le fonctionnement d’une société  de consommation. Un outil de publicité couplé, bien sûr, à un  autre outil, de propagande politique celui-là, pour asséner inlassablement le message que cette société de consommation et d’exploitation du cheptel que nous sommes devenus est la seule société possible.

La multiplicité des opinions et des intérêts qui constituent une société est déjà occultée par les médias traditionnels et elle le sera de plus en plus, à mesure que se poursuit leur concentration entre les mains de groupes financiers tous reliés au pouvoir. Tous partie prenante du pouvoir, même s’ils semblent s’y opposer, car c’est des tractations entre ces factions que naît le consensus qui devient la pensée unique qui nous est imposée.  Une pensée composite, inefficace pour gouverner, seule bonne à permettre l’exploitation des faibles par les forts.

Tous les médias sont indissolublement liés au pouvoir qui résulte de ce consensus bâtard, puisque, dans la pseudo démocratie que l’on a mise en place, TOUT repose sur cette manipulation constante par les médias d’un pensée populaire parfaitement malléable, dont une corruption omniprésente et habilement utilisée suffit ensuite à aplanir les aspérités. Les médias sont toujours avec le pouvoir, car le vrai pouvoir n’est jamais que  quiconque contrôle les médias et la Banque.

Le journalisme-citoyen, c’est l’ultime recours que vous, moi et Quidam Lambda avons pour communiquer ce que nous savons et exprimer ce que nous ressentons.  C’est uniquement désormais par le journalisme-citoyen que la multiplicité des opinions de la population sera accessible.  Seule la large diffusion de toutes ces opinions permettra que les besoins et les désirs de tous soient connus et que les droits de tous soient respectés.

Le journalisme-citoyen est encore un projet. Ce sera une réalité quand TOUT LE MONDE pourra écrire sans censure tout ce que la loi permet d’écrire. CentPapiers s’est engagé dans cette voie et est à se doter des outils techniques pour le faire et en gérer les difficultés.  Inscrivez vous et parlez.  L’important n’est pas votre discours, mais que vous preniez la parole.  Et les quelques écus que vous recevrez pour vous être exprimés seront le symbole de votre refus d’une société où vous devez toujours payer et vous taire

Pierre JC Allard

4 Commentaires

Classé dans Actualité, Pierre JC Allard

Émois journalistiques

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec a décidé que désormais, il fallait adhérer à son code de déontologie pour pouvoir en devenir membre. Jusque-là, ça va. Il aurait même fallu que cette exigence soit impérative depuis bien longtemps. Le problème, c’est que cette louable initiative cache un malaise profond, une sorte de guerre des boutons version Web. D’un côté, la bande est formée de journalistes, de l’autre elle regroupe des blogueurs. But de la bataille : le contrôle du «droit du public à l’information». Pas de quartier. On ne rigole pas avec quelque chose d’aussi sérieux.

Toute cette dérape entre journalistes et blogueurs autour de la question du droit du public à l’information s’appelle avoir la tête dans le sable. Le vrai problème est ailleurs pour les journalistes, mais on préfère discourir sur le terrible danger que représente la présence de blogueurs aux conférences de presse.

Pendant ce temps, le poids médias des libéraux dans la dernière campagne électorale a été nettement au-dessus de ce que devrait être une couverture équilibrée qui sert réellement l’intérêt public.

Le problème fondamental de la FPJQ est de vouloir compter ses poussins sans s’apercevoir que le renard est dans le poulailler, et de s’en prendre aux vilains petits canetons qui eux, sont en dehors du dit poulailler. Pour ma part, je me préoccupe beaucoup plus du sort du journalisme dans un contexte où le marketing a nettement pris de dessus sur les choix éditoriaux que du fait que quelques blogueurs qui en ont le temps se pointent à quatre ou cinq conférences de presse par année.

Comment se fait-il que ça soit si compliqué d’avoir des journalistes aux conférences de presse des syndicats, des groupes communautaires, des organismes soutenant le bénévolat?

Comment se fait-il qu’un parti qui présente des candidats dans pratiquement tous les comtés et réussit même à en faire élire un ait une couverture de presse nettement plus faible que celle des autres?

Comment se fait-il que les éditorialistes d’un média aient tous la même ligne de pensée alors que l’intérêt public exigerait une ouverture à des points de vue différents dans la composition même de l’équipe éditoriale?

Elle est ou la déontologie de la FPJQ quand il s’agit de défendre, justement, le droit du public à l’information?

Il est vrai qu’il est beaucoup plus facile de s’en prendre à quelques blogueurs invités dans les conférences de presse (combien au juste? Un, deux, trois?) en brandissant un code de déontologie que de reconnaître que la profession de journalisme est sérieusement malade comme l’a si bien expliqué le grand journaliste Jean-Claude Guillebaud http://tinyurl.com/5r5unl (découvert lors d’une visite sur le blogue de Michel Dumais).

Si des blogueurs [pas tous, loin de là] veulent «faire de l’information», c’est peut-être parce qu’ils sont en manque d’information, justement. La couverture média de la dernière campagne électorale n’a pas seulement été disproportionnée; elle a aussi été d’une pauvreté décourageante.

Aux États-Unis, Obama a compris que ce ne sont pas les médias de masse (mainstream medias) qui allaient lui permettre de s’adresser aux électeurs. La «clip» domine tellement ces médias qu’il n’y a plus moyen d’y soulever des débats le moindrement sérieux. L’organisation d’Obama a plutôt bâti tout un système qui lui aura permis de rejoindre directement des millions d’électeurs en les interpellant sur ce qui les faisait vibrer.

On peut s’en réjouir, puisque c’est un président proposant des changements positifs qui a été élu, mais on doit aussi s’en inquiéter puisque le cinquième pouvoir est de moins en moins pertinent.

Pour revenir au Québec, je ne sais pas ce que nous réserve l’avenir, mais ce n’est certainement pas en se battant les uns contre les autres pour le monopole de l’information dite sérieuse que l’on va améliorer la situation. Pourquoi ne pas plutôt faire alliance et obtenir que la norme entre journalistes, blogueurs, population en général, devienne le dialogue que permettent les technologies actuelles.

Je sais bien que les journalistes haïssent se faire couper l’herbe sous le pied par un blogueur qui sort l’information même si elle n’a pas été validée selon les règles de l’art. Mais ce n’est pas en brandissant le code de déontologie qu’ils vont régler le problème. Peut-être devraient-ils reconnaître une bonne fois pour toutes que le monde de l’information a changé et continue de changer en profondeur et tenter d’expérimenter de nouvelles façons de faire du journalisme, un peu comme le font ceux qui animent MediaShift aux États-Unis.

Allez, on la signe la paix des braves avant de perdre tous nos boutons.

17 Commentaires

Classé dans Michel Monette

Pot particulièrement pourri électoral

pot-pourri-des-chefs

Petite chronique électorale que je vais démarrer en citant un billet de Burp :

Jean Dussault, journaliste politique, était invité hier midi à […] Radio-Canada pour discuter des élections provinciales. Dussault a alors affirmé que, des 41 députés adéquistes élus lors des dernières élections, 28 n’avaient pas fait campagne. Ça veut dire qu’ils n’ont pas ouvert de bureau, n’ont pas installé de ligne téléphonique, n’ont pas dépensé un sou, ne sont jamais sorti de leur maison.

Voilà bien la preuve flagrante que la vieille façon de faire est complètement inutile. Les élections se font médiatiquement. Même si je hais les pancartes électorales, je pense qu’elles influencent plus que le tripotage d’épiderme, que le becquetage de poupons. Au moins, elles rappellent d’aller voter… Et les rassemblements ne servent que de décor pour nourrir le factuel si cher au journalisme. Wow! des gens se sont déplacés pour aller écouter des politiciens!

La politique devrait être le royaume des idées, mais tout est axé sur le paraître. C’est le concours à savoir comment diriger la perception de la population. À la télé, Mario Dumont a misé sur la variété où il avait plus de chance de la contrôler cette perception. Mais son problème, c’est qu’il n’a pensé qu’à court terme…

À ce sujet, j’aimerais citer un excellent commentaire de Noisette Sociale laissé sur le blogue Le Satellite Voyageur :

Les téléspectateurs du dimanche soir ont deux choix devant eux. TLMEP ou Dieu Merci. TLMEP n’est pas une émission intellectuelle à proprement parler mais elle l’est certainement beaucoup plus que Dieu Merci. Les gens qui regardent TLMEP se soucient nécessairement un tant soit peu de l’actualité politique.

Je crois sincèrement que plus le public est intello, moins il est réceptif à l’ADQ.

Par contre, le public qui préfère Dieu Merci à TLMEP est probablement beaucoup plus réceptif au discours populiste de l’ADQ. Une bonne partie de ce public doit être du genre à trouver ça important qu’on voit nos politiciens dans des contextes moins sérieux. Mario Dumont est probablement au courant que ça. Il sait qu’avec sa performance, il va sûrement aller chercher des votes de sympathie. C’est son électorat-cible.

Rien à rajouter.

Autre sujet, le blogueur de Scotch et Sloche se pose la question à savoir comment démêler la promesse de Charest d’abolir la taxe de vente sur les produits culturels Québécois. Parce qu’il y a réellement des cas dilemmatiques, comme « Arcade Fire ou Celiiiiine, Québécois signés sur un label » états-unien, pour ne nommer que ceux-là.

Les élections, du côté des citoyens, serait-ce beaucoup l’art de séparer le bon grain de l’ivraie?

31 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

Le prix Pictet pour la meilleure photo remis à Benoît Aquin par Kofi Annan

Raymond Viger Dossier Médias et publication

arton4561 Le 30 octobre dernier, à Paris, Benoît Aquin a reçu son prix des mains du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan.

Les photos de Benoît Aquin présentaient la désertification en Chine. Les textes qui accompagnaient les photos sont signées par Patrick Alleyn.

Patrick Alleyn avant son départ pour l’Asie était journaliste plein temps pour Reflet de Société. Benoît Aquin et Patrick Alleyn sont partis ensemble pour l’Asie, un voyage qui n’est toujours pas terminé.

Les premiers articles de Patrick Alleyn provenant de l’Asie et publié dans Reflet de Société étaient accompagné des photos de Benoît Aquin. Ces photos avaient déjà été récompensées au Prix Lux photo en 2006.

Les détails du prix Pictet reçu par Benoît Aquin.

L’équipe de Reflet de Société est fière du travail réalisé par Benoît Aquin et Patrick Alleyn et de la reconnaissance internationale qu’ils se méritent. Félicitations à vous deux pour votre magnifique travail.

Autres dossier Médias et Publication

Vente de Branchez-vous à Rogers Media

Magazine du Québec: La Gazette des femmes

GRAFFICI, ma vie, ma Gaspésie

Un mouton qui a du mordant

Géo Plein air, magazine, photos et paysages

URBANIA: la ville dans tous ses états

Mots clés Technorati : ,,,,,

3 Commentaires

Classé dans Actualité, Raymond Viger