Archives de Tag: Louis Gill

La simplification volontaire

Imaginez un boa avalant un cochonnet. La forme du cochonnet avance lentement dans le boa. C’est ainsi que les démographes imagent la génération des baby-boomers qui devient peu à peu celle des papy-boomers. Un de ces démographes vient de pousser l’analogie jusqu’à laisser entendre que nous, les baby-boomers, serions des cochonnets bien gras qui vont laisser derrière eux une société appauvrie s’ils ne se ressaisissent pas.

La solution avancée cette semaine dans Le Devoir par le démographe Jacques Légaré qui participe à la neuvième Conférence mondiale de la Fédération internationale du vieillissement qui a lieu présentement à Montréal, (Vieillissement de la population – Des décisions s’imposent) peut sembler d’une logique implacable: que les baby-boomers travaillent plus longtemps et qu’ils paient eux-mêmes leurs soins de santé et de services sociaux.

Moi je veux bien, mais alors je vais charger aux générations montantes ce que m’ont coûté les routes, les écoles, les hôpitaux et toutes les autres infrastructures qui soutiennent les services publics. Certes elles ne sont pas dans un état parfait, mais construisez-moi une Baie-James aujourd’hui et vous me direz, après, combien cela vous aura coûté. L’actif laissé par les baby-boomers du Québec est sans précédent dans notre histoire.

Du reste, cette vision comptable de l’avenir de nos enfants est un piège.

Monsieur Légaré est sans doute un excellent démographe, mais il devrait se contenter de faire de la démographie plutôt que de l’enrober de démagogie.

L’économiste Louis Gill a eu ce mot sarcastique à propos de la comptabilité publique : «C’est un outil que je qualifierais de translucide, pour employer un terme qui se rapproche de celui de lucide. Selon le dictionnaire, est translucide ce qui laisse passer la lumière dans toutefois permettre d’identifier distinctement les objets.»

Gill a écrit un ouvrage remarquable, très exigeant pour quiconque accepte de le lire, qui aide à comprendre les entourloupettes que nous font les cassandres de ce monde: Rembourser la dette publique: la pire des hypothèses. Gill y fait la démonstration que les méthodes comptables du ministre des Finances du Québec exagèrent nettement l’importance de la dette du Québec. Cette exagération fait le bonheur de ceux qui veulent réduire les services publics.

Jacques Parizeau avait aussi balayé du revers de la main, lors d’une entrevue diffusée le 22 octobre 2006 à l’émission Samedi et rien d’autre, cette propension à la simplification volontaire qui place les baby-boomers dans le camp du mal. Ce fut l’une des belles entrevues de Joël Le Bigot.

Certains se rappelleront l’époque où les curés nous abreuvaient d’un discours culpabilisant, nous promettant l’Enfer si nous ne restions pas dans le droit chemin. L’économie et la religion partagent ceci en commun qu’elles présentent comme certitudes ce qui n’est que dogmes, donc croyances occultes.

Lisez aussi le Petit cours d’autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon. Comme on le dit si bien en québécois: ça déniaise.

Vous n’avez pas remarqué à quel point la stratégie de la droite est cousue de fil blanc? Simplifiez, simplifiez, il en restera toujours quelque chose.

Dans un autre ordre d’idée, mais pas si éloigné que cela du titre de ce billet, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec lance une vaste recherche sur l’information locale. Nous aurons sans doute l’occasion d’y revenir.

8 Commentaires

Classé dans Michel Monette