Archives de Tag: NASA

Welcome to la-la land

Cliquez sur l’image pour agrandir.  Image Flickr de: Martin Beek

Par François Marginean

« Le monde à l’envers » dépeint la vie dans un village typique. Ce tableau de Pieter Brueghel est une illustration de la folie des hommes. Vous trouverez une note sur quelques-uns des près de 100 proverbes connus qui sont représentés dans ce travail complexe. Certains ne se traduisent pas parfaitement, mais on peut avoir une idée de ce qui se passe. Il semble que très peu de choses ont changé en quatre cents ans.

Bienvenue dans le la-la land. Un monde à l’envers où l’état d’esprit déconnecté de la réalité est la norme. Un état d’esprit caractérisé par des attentes irréalistes ou un manque de sérieux; un lieu réputé pour son activité frivole. Frivole: qui est superficiel et s’attache à des choses futiles. Futile: langage soutenu qui n’a pas beaucoup de valeur ou d’intérêt. Dans le la-la land, on y mène des guerres humanitaires, on attaque des convois d’aide humanitaire, les victimes sont des agresseurs et les agresseurs se transforment en victimes. Dans ce monde fantastique, on donne des Prix Nobel de la Paix à des criminels de guerre, des médailles à des massacreurs et les psychopathes gèrent le monde. Ce qui est toxique devient un remède et bon pour la santé. On y distribue des vaccins inutiles et dangereux à une population cobaye contre des pandémies inexistantes, mais il est interdit de se servir de la pharmacie de la nature.

Les mots. Ils servent non plus à communiquer et à informer, mais plutôt à manipuler la perception de la réalité et finir par créer des réalités virtuelles, un monde mental déconnecté de la réalité dans lequel sont engluées les masses. Pour ce qui est des quelques malheureux penseurs indépendants, activistes pour la paix et dissidents politiques qui demeurent, ils sont accusés d’être des ennemis d’État, terroristes, extrémistes politiques, fous, théoriciens du complot et de menace à l’ordre établi. Certains sont passés maitres dans la manipulation des mots et de la perception de la réalité. Ils sont les Rois du la-la land, les Pharisiens des temps modernes moyenâgeux. Le règne de la loi est à deux vitesses optionnelles où certains sont au-dessus d’elle et d’autres sont en-dessous.

Israël se défend contre la flottille du terrorisme en route vers Gaza: massacre humanitaire et acte de paix en eaux internationales

Dans ce monde merveilleux et irréel, un pays neutre comme le Canada, sous la gouverne de Stephen Harper, se métamorphose en « pauvre caniche de l’État sioniste d’Israël » et souligne la venue du premier ministre israélien en visite au Canada dans la foulée d’une autre tuerie d’Israël envers des militants d’une flottille de la liberté apportant de l’aide humanitaire à des citoyens emprisonnés dans un camp de concentration des temps modernes, la Bande de Gaza. Des personnes comme Stéphane Gendron s’en étonne peut-être, mais c’est la réaction normale d’un étranger lorsqu’il débarque à la-la land.

Bienvenue au Canada! C’est en ces termes que Stephen Harper a souligné la venue du premier ministre israélien […] Dégueulasse et répugnant. J’ai jamais eu honte à ce point d’être Canadien. […] Un gouvernement digne des plus grands criminels contre l’Humanité. Dix-neuf personnes tout juste exécutées, l’odeur de sang encore sur le bras d’Israël qui nous déverse depuis hier sa désinformation à travers les micros du monde entier : «Nous avons dû agir envers ces terroristes infiltrés par l’Iran et le Hamas». Mensonge et démagogie meurtrière.

Stephen Harper -au lieu de convoquer l’ambassadeur d’Israël à son bureau et lui demander des comptes -en rajoute : «Je suis désolé que cet événement porte ombrage à votre visite. Mais je suis ravi que nous ayons pu nous rencontrer dimanche soir et aujourd’hui. Nous avons eu des discussions importantes. Bienvenue au Canada encore une fois.» J’ai mal d’entendre ces paroles aussi stupides de la bouche d’un chef d’État comme le nôtre.

Ras-le-bol

Comment expliquer à Stephen Harper le triste sort d’un enfant emprisonné parce qu’il n’a d’autre arme que des pierres pour se défendre contre un État meurtrier digne des pires années de l’apartheid en Afrique du Sud? Ce même Israël qui a tué sa famille tout en le reléguant dans une prison à ciel ouvert autour d’un mur de 25 pieds de haut, dans les immondices et le manque de matières de première nécessité ? Et on s’étonne que le germe du terrorisme puisse prendre racine à Gaza ?

Qui sème le vent récolte la tempête. Voilà la devise de l’état illégitime d’Israël. Et je ne suis pas le seul à le penser. Plusieurs juifs en ont ras le bol de cet État guerrier qui utilise la Shoah pour faire taire toutes les critiques et qui nous plante le pseudo-terrorisme qu’il a lui-même attisé pour justifier ses actes de barbarie. Israël possède l’arme nucléaire, mais on s’émeut que l’Iran puisse en faire autant. On a pendu Saddam Hussein pour son crime envers les Kurdes, mais on a passé l’éponge sur le massacre de populations palestiniennes au nom de la sécurité nationale. (Source)

Trois points importants: armes nucléaires israéliennes, l’Iran et Saddam Hussein. Il en sera question dans un instant. À cela, un quatrième point s’ajoutera: la Corée du nord et le nucléaire. Mais pour le moment, Israël, l’intouchable.

Puisque le blocus israélien contre la bande de Gaza viole la loi internationale, Israël a perpétré un acte illégal de guerre en attaquant la flottille d’aide humanitaire en eaux internationales, peut importe qui a attaqué en premier. Donc si l’état de siège médiéval est illégal, chaque action qu’Israël entreprend pour faire respecter ce blocus est nécessairement un crime.

La Haute-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU affirme que le blocus israélien imposé à la bande de Gaza est « illégal et doit être levé ». La fonctionnaire des Nations Unies, Navi Pillay, a déclaré « qu’il est interdit par le droit international humanitaire d’affamer des civils comme méthode de guerre, et…  qu’il est également interdit d’imposer une punition collective contre les civils ». (Source)

La loi internationale

Mais dans le la-la land, cela ne tient pas la route. La loi internationale n’est qu’une illusion, un mirage holographique. Punition collective, un crime de guerre? Pour qui? Si les tribunaux de Nuremberg ont monté chapiteau pour juger les crimes de guerre et contre l’humanité des nazis, les beaux rideaux cachaient les ficelles du vainqueur pour produire un beau spectacle de poudre aux yeux et travestir ce qui aurait pu devenir une vraie loi internationale uniformément appliquée. Bien sûr, quelques individus durent être torturés pour les aider à avouer leurs crimes, alors que les plus éminents cerveaux de la machine nazis furent rapatriés tranquillement aux États-Unis sous le projet Paperclip pour fourbir les rangs de la future CIA et de la Nasa et que les plus grands crimes de la guerre commis par les Alliés étaient simplement ignorés: le massacre par le feu et les bombes des civils de Dresde et l’anéantissement par deux bombes atomiques de deux villes japonaises (largement chrétiennes) remplies de civils .

Loi internationale? Voici d’autres valeureux exemples de son application dans le monde du la-la land:

• L’Irak fut attaquée en 2003 sous le prétexte que Saddam Hussein y cachait des armes de destruction massive, alors les inspecteurs de l’ONU savaient déjà qu’il n’y en avait plus depuis 1991, date de la première guerre contre l’Irak sous George H.W. Bush père. Le fils Bush a dû d’ailleurs admettre publiquement qu’il n’y avait effectivement aucune arme chimique ni biologique en Irak. Cependant, Saddam Hussein devait être pendu rapidement, après un procès bâclé et organisé de A à Z par les conquérants, d’après des allégations selon lesquelles Saddam Hussein aurait commis des crimes de guerre et des exactions contre son peuple. Mais les raisons principales expliquant la précipitation pour le pendre rapidement étaient d’éviter qu’il révèle au monde qu’il était un homme de la CIA et qu’il fut mis en place avec l’aide de celle-ci, mais aussi que dans les années 80, au sommet de la guerre Iran-Irak alors que ces deux pays faisaient l’utilisation d’armes biologiques et chimiques, c’était l’américain Donald Rumsfeld qui était à Bagdad pour serrer la main de Saddam et lui apportait de l’aide militaire et stratégique en vendant des armes biologiques et chimiques à l’Irak. Le but des États-Unis était alors de déstabiliser l’Iran. Le résultat est qu’environ 3 millions d’Irakiens ont trouvé la mort depuis 1991, tué directement et indirectement par les guerres et les sanctions internationales contre ce pays. (Source)

• La guerre « humanitaire » de 1999 en Yougoslavie: le « médiamensonge » était que les Serbes commettaient un génocide sur les Albanais du Kosovo, alors qu’on apprendra plus tard que c’était une invention pure et simple de l’OTAN, comme le reconnut Jamie Shea, son porte-parole officiel. Le véritable objectif fut d’imposer la domination de l’Otan sur les Balkans et sa transformation en gendarme du monde, incluant l’installation d’une base militaire US au Kosovo. Les conséquences: deux mille victimes des bombardements de l’OTAN, pollution de plusieurs régions à l’uranium appauvri et nettoyage ethnique du Kosovo par l’UCK, protégée de l’OTAN. Le Kosovo est maintenant le lieu de transit pour la drogue Afghane et les mercenaires de la guerre, les profiteurs de la mort Dyncorp et Halliburton, se font prendre à gérer un réseau d’esclaves du sexe, d’enfants et de femmes en Yougoslavie suite à la guerre « humanitaire » de 1999 et rien n’a encore été fait contre ses compagnies et les rayer les contrats que ces compagnies ont avec le gouvernement américain.

Slobodan Milosevic, qui se défendait depuis quatre ans au Tribunal international de la Haye contre 66 chefs d’accusations de génocide en Yougoslavie, était une menace embarrassante pour l’OTAN et les Américains qui ont réellement commis des crimes de guerres durant leur guerre « humanitaire » de 1999. C’est que l’OTAN et les É-U ont bombardé des centaines d’installations civiles, des infrastructures publiques telles que des ponts, des écoles, des médias, des stations de traitement des eaux, sans compter l’utilisation d’uranium appauvri, tandis que seulement quelques installations militaires furent touchées. Milosevic était sur le point de témoigner de ces crimes, à l’aide Milan Babic qui était dû pour apparaitre en Cour, mais dans la même semaine Milosevic sera trouvé mort et Milan Babic se suicidera, chacun dans leur cellule de la Haye. L’avocat de Milosevic découvrira une lettre écrite par ce dernier la journée précédant sa mort, déclarant que les docteurs tentaient de l’empoisonner en le traitant avec des mauvais médicaments, lui qui souffrait de problèmes cardiaques. Il demandait son transfert vers Moscou pour être traité. Le sang de Milosevic contenait effectivement des traces de médicaments qui n’étaient pas recommandés pour lui.

Comme on peut le voir, la loi internationale et le bon sens prennent un drôle de sens au la-la land. Dans ce monde à l’envers bizarroïde et paradoxal, les plus forts sont protégés et on frappe sur les plus faibles. Les terroristes sont les gentilles victimes et les victimes sont les méchants à anéantir. Un génocide devient une libération démocratique et humanitaire.

Comment y arrive-t-on? Facile: par la manipulation des mots et des images, par la désinformation et la propagande.

La falsification de la réalité

Similairement au fantastique monde orwellien de 1984, si les faits du passé ne concordent pas avec la version édulcorée de la réalité qu’on veut façonner dans la tête des gens, il suffit de les truquer et de les contrôler. Dans le cas d’Israël, nul besoin de se gêner de fabriquer de faux enregistrements des communications radio entre les commandos israéliens et le Mavi Marmara pour faire mal paraitre les activistes humanitaires, de produire de fausses photos d’armes saisies et de faux liens avec l’Al-Qaïda pour faussement incriminer sa victime et justifier son terrorisme alors que ces photos datent de 2006, même si tout cela doit être admis plus tard par le Tsahal.

Dans cette folle contrée, Israël peut posséder clandestinement des armes nucléaires depuis les années ’60s et en faire la prolifération auprès de l’élite tyrannique imposant jadis l’apartheid à l’Afrique du Sud, alors que les articles suivants sont bannis d’entrer à Gaza parce que jugés dangereux et susceptibles d’être utiles au terrorisme:

Articles interdits: la sauge, la cardamome, le cumin, la coriandre, le gingembre, confiture, halva, le vinaigre, la muscade, le chocolat, conserves de fruits, graines et noix, des biscuits et des bonbons, des croustilles, du gaz pour les boissons gazeuses, fruits secs, viande fraîche, du plâtre, le goudron, le bois de construction, ciment, fer, glucose, sel industriel, plastique / emballages en verre / métal, de la margarine industrielle, bâches pour des huttes, tissus pour vêtements, cannes à pêche, filets de pêche, des bouées, des cordes pour de pêche, des filets en nylon pour les serres, les couveuses et les pièces de rechange pour les couveuses, les laiteries pour les étables, les systèmes de tuyaux d’irrigation, cordes pour attacher les serres, les planteurs pour les jeunes arbres, appareils de chauffage pour élevages de poules, des instruments de musique, du papier de format A4, matériel pour écrire, carnets, journaux, jouets, rasoirs, machines à coudre et pièces de rechange pour automobile. (Source)

Clairement, il est inutile de se fier à Israël pour acheminer l’aide humanitaire vers Gaza. D’ailleurs, l’ancien Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, reprochait à Israël de bloquer la majorité de l’aide humanitaire et les implorait de laisser celle-ci se rendre à bon port. Mais en vain. Stationner trois sous-marins israéliens munis d’armes nucléaires le long de la côte iranienne risquant de déclencher une 3e guerre mondiale est acceptable, mais acheminer du matériel scolaire et médicale est diabolique dans le la-la land.

Il suffit d’en parler avec ce jeune Américain de 19 ans, Furkan Dogan, qui a sommairement été exécuté par les commandos israéliens à bord de la flottille de la liberté de quatre balles dans la tête et une dans le dos, à bout portant. Selon le résultat des autopsies pratiquées sur les neuf Turques tués, cinq d’entre eux ont été abattus à bout portant, de projectiles dans la tête et les autres dans le dos. Tout ce que les États-Unis trouvent à dire, c’est « d’exhorter Israël à faire preuve de prudence et de retenue avec des bateaux d’aide en direction de Gaza« . Six de ces neuf passagers tués l’ont été par un seul commando israélien qui lui, attend déjà une médaille d’honneur pour sa bravoure incontestée.

Israël, l’Iran, la Corée du Nord et les armes nucléaires

Au la-la land, les États-Unis peuvent oblitérer deux villes japonaises avec des bombes atomiques et augmenter la prolifération nucléaire en aidant le Pakistan et l’Inde à se procurer un tel arsenal. Israël peut posséder son propre arsenal nucléaire sous les radars depuis des décennies et vendre sa technologie à des États tyranniques. Mais l’Iran, qui se soumet aux inspections internationales, qui est signataire de l’Accord de non-prolifération nucléaire et qui se plie aux exigences de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ne peut même pas espérer produire de l’électricité sans être menacé d’être attaqué militairement dû à des doutes qu’elle chercherait à produire des armes nucléaires sous son programme nucléaire civil pacifique. Les deux poids deux mesures sont la norme dans ce monde.

Le président Barack Hussein Obama a donné l’ordre à l’armée américaine de se préparer à l’éventualité d’un conflit avec la Corée du Nord et envoie tout un contingent pour mener des exercices navals et anti-sous-marins avec la Corée du Sud. Pourtant, la belligérance nucléaire nord-coréenne est presque exclusivement une création du gouvernement américain en ce sens qu’ils ont armé l’État stalinien à la fois directement et indirectement, par l’intermédiaire de marchands d’armes mondiaux sous leur contrôle, à savoir le Dr Abdul Qadeer Khan. Bien qu’ils aient étiqueté la Corée du Nord comme faisant partie de « l’axe du mal », le gouvernement américain a financé avec enthousiasme le programme nord-coréen d’armement nucléaire à toutes les étapes. Tant les administrations Clinton que celle de Bush ont joué un rôle clé en aidant Kim Jong-Il à développer les forces nucléaires nord-coréennes à partir du milieu des années 1990.

Tout comme pour les armes chimiques et l e programme d’armes biologiques de Saddam Hussein, Donald Rumsfeld et les États-Unis ont joué un rôle clé dans l’armement de Kim-Jong-Il. Rumsfeld était l’homme qui a présidé à la signature d’un contrat de 200 millions de dollars pour fournir des équipements et des services de construction de deux stations à réacteurs à eau en Corée du Nord dès janvier 2000, alors qu’il était directeur général d’ABB (Asea Brown Boveri). Wolfram Eberhardt, un porte-parole d’ABB, a confirmé que Rumsfeld était à presque toutes les réunions du conseil au cours de sa participation à la société.

Rumsfeld prenait simplement le relais de l’administration Clinton qui, en 1994, avait décidé de remplacer les réacteurs nucléaires construit par la Corée du Nord par des réacteurs nucléaires à eau légère. Les soi-disant «experts» financés par le gouvernement ont fait valoir que les réacteurs à eau légère ne pouvaient pas être utilisés pour fabriquer des bombes. Mais selon Henry Sokolski, directeur du Non-proliferation Policy Education Center à Washington, «les REL peuvent être utilisés pour produire des dizaines de bombes au plutonium de qualité militaire en Corée du Nord et en Iran. Cela est vrai de tous les réacteurs à eau légère – un triste fait que les décideurs américains ont réussi à dissimuler ».

[…] Le Département d’État américain a affirmé que les réacteurs à eau légère ne pouvait pas être utilisés pour produire du matériel de qualité militaire et pourtant, en 2002 ils exhortaient la Russie de mettre fin à sa coopération nucléaire avec l’Iran pour la raison qu’il ne voulait pas voir l’Iran avec des armes de destruction massive. À l’époque, la Russie construisait des réacteurs à eau légère en Iran. Selon le Département d’État, les réacteurs à eau légère en Iran peuvent produire des bombes nucléaires, mais en quelque sorte, la même règle ne s’applique pas à la Corée du Nord.

En avril 2002, l’administration Bush a annoncé qu’il libérerait 95 millions de dollars de dollars des contribuables américains pour commencer la construction de réacteurs à eau légère «sans danger» en Corée du Nord. Bush a soutenu que d’armer le dictateur mégalomane Kim Jong-Il d’une capacité de produire une centaine de têtes nucléaires était « vital pour les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis ».

La construction des réacteurs a finalement été suspendue, mais la Corée du Nord avait une autre source à travers laquelle ils pouvaient obtenir les secrets nucléaires essentiels pour bâtir un arsenal de bombes atomiques – un agent de la CIA et contrebandier international d’armement: AQ Khan.
En 2004, le Dr Abdul Qadeer Khan, le père du programme pakistanais de la bombe atomique, a admis avoir partagé la technologie nucléaire par l’intermédiaire d’un réseau de contrebande dans le monde entier qui comprenait des installations en Malaisie et qui a fabriqué des éléments clés pour les centrifugeuses.

Collaborateurs de Khan, la B.S.A. Tahir dirigeait une entreprise de façade (front company) à Dubaï qui livrait des composantes de centrifugeuses à la Corée du Nord. Malgré le fait que les autorités néerlandaises se méfiaient des activités de Khan, la CIA les a empêché de conduire son arrestation à deux reprises depuis 1975. […] (Source)

Washington est soupçonné d’avoir autorisé les activités de Khan, parce que le Pakistan était un allié clé dans la lutte contre les Soviétiques dans le tournant des années 70 et 80.  À l’époque, le gouvernement américain a financé et armé les moudjahidines, comme Oussama bin Laden (Tim Osman), qui deviendront plus tard l’Al-Qaïda. Ils ont été formés par de renseignement pakistanais pour combattre les troupes soviétiques en Afghanistan. En 2005, l’ancien président pakistanais Pervez Musharraf reconnu que Khan avait fourni des centrifugeuses et de leurs plans de conceptions à la Corée du Nord. Donc grâce à leur politique D’aider la Corée du Nord à construire des réacteurs à eau légère, et grâce à la CIA et son agent AQ Khan qui a été protégé à chaque étape du processus, ils ont aidé la Corée du Nord à développer les moyens de construire un arsenal nucléaire et donc, le gouvernement américain lui-même est directement complice dans l’armement nucléaire du dictateur nord-coréen Kim Jong-Il qui menace maintenant de les utiliser contre l’allié américain de la Corée du Sud.

La-la land: Bin Laden, Saddam Hussein et la CIA

Oui, c’est comme cela dans ce monde à l’envers. L’élite mondiale se rencontre en Espagne dans leur cercle privé des Bilderberg pour discuter de leurs misères avec la population qui devient sans cesse plus au courant de leurs manigances, de la manière dont les Américains devraient être désarmés et dépendants de leur gouvernement, de donner le feu vert à une confrontation militaire contre l’Iran, de saigner à blanc la classe moyenne et d’abaisser leur niveau de vie et de la chute de l’euro suite aux désastre financier en Europe. Pendant ce temps, on apprend d’un article du Washington Post que deux anciens officiers de la CIA ont admis avoir créé des fausses vidéos d’Osama Bin Laden en se déguisant et se faisant passer pour lui dans le but de le diffamer à travers le Moyen-Orient. Des plans similaires avaient été développés pour ternir l’image de Saddam Hussein en déguisant un agent de la CIA qui prétendrait avoir des relations sexuelles avec un jeune garçon, mais ceux-ci n’ont pas été mis en exécution. Il faut perpétuer la légende d’ennemis (morts) chimériques pour terroriser les foules.

Ces stupides guerres d’agression coûte une fortune ainsi que de nombreuses vies, mais aucune fin n’est en vue. En effet, le coût des guerres colonialistes américaines en Irak et en Afghanistan viennent de passer la cap du trillion de dollars ($1 000 000 000 000) et le Canada se prépare à demeurer en Afghanistan passé la date butoir de 2011, malgré la volonté de la majorité des Canadiens. Le pays de la justice et de la liberté, les États-Unis, a été identifié par l’ONU le n°1 mondial de l’utilisateur d’assassinats ciblés, essentiellement en raison de sa dépendance à l’égard des attaques de drones sans pilote au Pakistan et en Afghanistan.

Malgré la crise financière mondiale, les dépenses militaires mondiales ont presque doublées au cours des dix dernières années, pour atteindre 1,53 trillions de dollars en 2009, selon un think-tank suédois. Dans son édition 2010 Annuaire, le Stockholm International Peace Research Institute, ou SIPRI, a déclaré que les dépenses entre 2008 et 2009 ont augmenté de 5,9 pour cent. Les États-Unis demeurent les plus grands dépensiers, eux qui représentent environ 54 pour cent de l’augmentation, selon le rapport. Les données montrent également que l’Asie et l’Océanie sont en rapide augmentation dans leurs dépenses militaires. Les turbulences financières mondiales ont peu d’effet sur les gouvernements qui continuent de vouloir moderniser leurs forces armées, même dans les pays dont les économies ont été les plus durement touchées, selon le porte-parole du SIPRI, Sam Perlo-Freeman. Il poursuit en expliquant que « pour les grandes  et moyennes puissances – comme les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Inde et le Brésil – les dépenses militaires représentent un choix stratégique à long terme qu’ils sont prêts à faire même dans une conjoncture économique difficile ».

La-la land: Le pétrole de BP et le gouvernement corrompu

Dans cette contrée du non-sens, les experts transforment la vérité en mensonges rapidement, sans cligner des yeux. Les images d’oiseaux imbibés de pétrole brut et de plages souillées, combinée à une méfiance générale vis-à-vis l’industrie et le gouvernement, font qu’il est difficile pour un public sceptique de croire qu’il n’y aura pas d’effet grave pour la santé provenant de la marée de pétrole dévastatrices dans le Golfe du Mexique, mais pourtant, les experts nous affirment que les dégâts auront des effets mineurs. Pour le prouver, BP se dépêche à dissimuler les animaux morts et à interdire les journalistes d’accéder aux endroits les plus touchés par le désastre. Une équipe de CBS s’est même vu menacée d’être mis sous arrestation s’il leur prenait l’étrange idée de filmer et de prendre des photos de la marée noire. La Garde côtière et BP travaillent à l’unisson dans ce travail édifiant de cacher la vérité à la population. Leur dernier accomplissement à être révélé est l’orchestration de la réponse suite à la fuite du geyser de pétrole qui impliquait de ne pas montrer au public les vidéos et les images qui démontraient une situation infiniment pire que ce qu’ils décrivaient devant les médias, dont une vidéo qui montrait un torrent de pétrole se déversant dans le golfe du Mexique.

Qu’à cela ne tienne, BP prévoit tout de même verser les dividendes de l’ordre de $10 milliards à ses actionnaires. Ce qui est frappant, c’est de se rendre compte à quel point l’histoire se répète, mais qu’on n’apprend toujours rien de nos erreurs du passé. En 1979, à peu près les mêmes acteurs étaient responsables de deux autres fuites de pétrole désastreuse, l’une sur les côtes de l’Alaska et l’autre au large du Mexique, Ixtoc, qui fut la plus grande catastrophe pétrolière jusqu’à aujourd’hui.

Peut-être est-ce plus facile d’oublier le passé lorsque la moitié des juges fédéraux ont des conflits d’intérêts dans les poursuites judiciaires traitant de déversement de pétrole. Cela aide aussi surement le gouvernement à approuver de nouveaux puits en haute-mer, tout juste après qu’un désastre se produit, lorsqu’on apprend que les officiels se font payer des repas, des voyages pour aller voir des ours polaires dans le grand nord. Cela fait moins mal au coeur et à la conscience après, lorsqu’on doit entreprendre de cacher l’étendue du désastre dans le golfe, à l’aide du Corexit, qui est un pesticide neurotoxique quatre fois plus mortel, si absorbé, que le pétrole et onze fois plus toxique lorsqu’utilisé pour disperser le pétrole dans l’eau. C’est à se demander si cette catastrophe avait même été prévue, étant donné l’empressement de Goldman Sachs à vendre massivement 44% ses actions de BP seulement trois semaines avant le début de la catastrophe, et de Halliburton d’acheter Boots & Coots – qui se spécialise dans le nettoyage du pétrole – pour le coût de $232 millions, une semaine précédente.

La-la land: L’OMS, le H1N1 et les compagnies pharmaceutiques

Un rapport conjoint sur le traitement de la grippe H1N1 a constaté que certains scientifiques qui ont conseillé aux gouvernements de stocker des vaccins et médicaments, avaient déjà été à la solde de grandes compagnies pharmaceutiques. Tandis que ceux qui avaient décidé de se servir de leur cerveaux, de faire leurs propres recherches et exercices de la pensée critique, le reste de la population les ridiculisait en les traitant de conspirationnistes. Pourtant, il s’avère aujourd’hui que ces recherches étaient fiables et légitimes:

Les scientifiques qui ont rédigé les directives essentielles de l’Organisation mondiale de la Santé  pour conseiller les gouvernements à stocker des médicaments en prévoyance d’une pandémie de grippe, avaient dans le passé été payés par les compagnies pharmaceutiques qui allaient profiter de façon très lucrative de l’hystérie, selon un rapport publié aujourd’hui.

Une enquête menée par le British Medical Journal et le Bureau du journalisme d’enquête, […] montre que les recommandations de l’OMS publiées en 2004, ont été rédigées par trois scientifiques qui avaient déjà reçu un paiement pour d’autres travaux de Roche, qui fabrique le Tamiflu, et de GlaxoSmithKline (GSK), fabricant de Relenza. (Source)

Voici un autre dossier à lire dans la revue Protégez-vous de mai 2010. Un dossier québécois sur la collusion entre l’industrie pharmaceutique et le monde médical, sur les études bidons réalisées par des équipes de scientifiques financées par les compagnies elles mêmes, rédigées par des « écrivains fantômes » et cautionnées par des éminents scientifiques qui n’ont jamais participé aux études.

« Coïncidence troublante, 95 des 170 experts qui ont participé à l’édition la plus récente du DSM (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) de l’Association américaine de psychiatrie, la « bible » des psychiatres en Amérique du Nord et en Europe, entretenaient des liens financiers avec l’industrie. »

« Il n’est donc pas étonnant, relève-t-il, que « certains nouveaux médicaments, notamment pour traiter l’hypertension et la schizophrénie, s’avèrent en fin de compte cliniquement moins efficaces que leurs prédécesseurs bien qu’ils soient vendus jusqu’à 10 fois plus cher. »

« Au total, les pharmas investissent plus de 60 000$ dans chacun des quelques 700 000 médecins étasuniens; au pays, ce montant serait de l’ordre de 20 000$. »

« Cela va du financement commercial des universités aux essais cliniques biaisés, des pseudo-publications scientifiques à l’abaissement régulier des seuils de facteurs de risque pour certaines maladies, de l’éducation continue des médecins aux visites incessantes des représentants pharmaceutiques, qui nous apportent des échantillons gratuits.  Sans oublier le financement des congrès, les repas payés à l’hôpital ou au cabinet, les réunions commanditées et les soupers-conférences dans de grands restaurants. »

« Même le  médecin le plus compétent n’est plus en mesure d’obtenir des informations neutres et objectives lui permettant de prescrire les produits les plus efficaces pour ses patients. »  Marc-André Gagnon, Université McGill

« À l’arrivée, on finit donc par se retrouver avec une littérature biaisée ».

« Plusieurs études indiquent que les essais financés par l’industrie sont de trois à cinq fois plus susceptibles de fournir des résultats favorables que ceux qui sont réalisés avec des fonds indépendants. »

« Les abus sont si fréquents que la plupart des grandes pharmas doivent régulièrement répondre d’accusations de pratiques commerciales frauduleuses.  En 2004, par exemple, Pfizer a accepté de payer 450 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites engagées à son encontre aux États-Unis. »

« De 2004 à 2009, Pfizer, Eli Lilly, Bristol-Myers Squibb et quatre autres compagnies ont ainsi déboursé plus de sept milliards en amendes et pénalités de toutes sortes. »

« Les pharmas débordent d’imagination.  L’an dernier, à l’occasion d’un procès en Australie, on a découvert que pour faire mousser les ventes de son très controversé anti-inflammatoire Vioxx, Merck avait créé un faux journal médical, publié sous le label d’Elsevier, un éditeur scientifique réputé. »

Bienvenue à la-la land… le monde du n’importe quoi.

33 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean

Guy à la mairie !

Guy Laliberté. Je voudrais que Guy Laliberté soit Maire de Montréal.  Ça n’arrivera pas, parce que Guy est bien occupé.  Mercredi le 30, il va partir faire le tour du monde. Plusieurs fois. Plus de 100 fois pendant 12 jours… et à partir de l’espace, ça donne du recul…

Guy à la mairie, Ça ne serait sans doute pas arrivé même s’il n’avait pas quitté cette planète un seul instant, car quand on occupe ses instants à faire des sauts périlleux et à jouer des fortunes au poker, on a rarement du temps pour les petites magouilles. Quand on est parti de rien du tout pour devenir riche et célèbre en offrant du plaisir aux gens, on peut devenir impatient avec ceux qui ont pris le chemin plus facile de les escroquer, de les voler ou de les tuer.  Quand on a engrangé des milliards, on peut même se payer le luxe de ne pas fréquenter les voyous ni les corrupteurs. Alors la politique…

Dommage, tout de même, car on aurait bien besoin, dans notre Québec qui déçoit et parfois déchoit, de “forts et de hasardeux” comme disait Alfred Desrochers, qui viendraient enseigner à nos politiciens l’art de vivre dangereusement. On aurait besoin d’audacieux qui viennent remplacer, sur la corde raide tendue au dessus de la crise, nos faiseurs de pirouettes amateurs qui, hélas, n’ont pas le pied sûr ni le talent des pros du Cirque du Soleil.

Quand Guy Laliberté aura participé au cirque de la NASA et vu nos problèmes de loin, j’aimerais bien qu’il revienne les voir de tout près et s’implique dans la politique québécoise…  En attendant, à Montréal, on fera pour le mieux.  Bonne nouvelle, on évitera sans doute le pire.

Je ne cache pas que je vois comme une bonne nouvelle qu’on ait découvert à temps l’incroyable cafouillage du contrat des compteurs d’eau de GENIeau et qu’on puisse raisonnablement espérer que Gérald Tremblay,  qui dormait au volant durant cette embardée, ne sera pas candidat à cette élection.  On pourra oublier cette histoire nauséabonde et celle aussi trouble de la SHDM qui l’a précédée.  On pourra sortir de l’ornière  avant même cette élection et éviter une partie du ridicule.

Ça nous permettrait de mettre toute notre attention à déceler qui, des autres candidats à la mairie de Montréal, pourrait être le fort, l’audacieux, l’incorruptible dont nous avons besoin.  En supposant qu’ils le sont tous les trois, le critère discriminant ne devrait-il pas être la compétence… de l’imagination ?   Une société en crise, qui semble bien être en phase terminale de mourir de ne plus avoir de rêves, devrait privilégier ceux qui lui apportent du neuf.   On devrait  élire  maire le candidat qui proposera pour Montréal le plan qui colle le mieux aux critères « Laliberté ».

Les critères « Laliberté », pour un plan, c’est  d’abord qu’il s’appuie sur les talents dont on dispose, puis propose du NOUVEAU qui aille dans le sens  des désirs comme des besoins de la population.  Qu’il permette ensuite d’identifier  les ressources qu’il faut ajouter, de les trouver et de se les assurer, ce qui dépend non seulement  de la logique du plan lui-même, mais aussi de la confiance que peut inspirer et de la conviction que peut projeter celui qui les assemble.

Le génie de Guy Laliberté n’a pas été de sortir un MBA de Harvard pour bâtir une pyramide de junk  bonds, mais de se servir de SA compétence et de SON enthousiasme pour réunir les meilleures ressources du cirque au Québec, puis de tirer de cet assemblage la crédibilité de convaincre de s’y joindre, sous sa gouverne, les meilleures ressources du monde entier.   Une pyramide de compétences, avec entre les moellons le mortier d’une mixture d’intelligence et d’enthousiasme.  C’est ça qui a été le génie de  Guy Laliberté.   C’est ce génie que je voudrais retrouver chez un politicien au Québec.  Un seul suffirait.

Pierre JC Allard.

27 Commentaires

Classé dans Actualité, Pierre JC Allard

Inauguration royale de Barack Obama et de son gouvernement de continuité

« Les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ne peuvent pas être résolus par les esprits qui les ont créés » – Albert Einstein

Avant de débuter, il sera bon de pointer aux lecteurs ces deux précédents textes concernant Barack Obama, le nouveau président des États-Unis: Obama: le vrai changement? et Obama constitutionnellement inadmissible à la présidence américaine. Ce billet sera nécessairement le complément de ce qui a déjà été écrit dans ces deux précédents textes.

Dans toute la cohue et l’hystérie que l’assermentation du 44e président des États-Unis provoque, il est difficile de trouver un semblant de rationalité. On a l’impression d’assister à la venue d’un sauveur planétaire, un nouveau Messie, ou un Superman des temps modernes. On nous présente dans les grands médias des gens qui pleurent, qui vendent toutes sortes de trucs à l’effigie d’Obama à des prix exorbitant, on a quasiment l’impression que la Terre va arrêter de tourner et se fendre en deux. Il semble que les gens sont en transe euphorique, sous une forme d’hypnose avancée de la population. On oublie que l’homme est humain et qu’il est à la tête d’un système qu’il ne contrôle pas, mais qui en fait lui dicte ce qu’il peut et ne peut pas faire. Il est la 44e marionnette des États-Unis. Voilà tout. Du changement? Que de visage.

La chance que Barack Obama avait de vraiment pouvoir apporter du changement auquel on peut croire a été royalement manquée. Ou cela était-il réellement de la chance manquée? Pas besoin de se demander bien longtemps quel genre de gouvernement les Américains auront les prochaines années et qui seront les véritables preneurs de décisions. Il s’agit seulement de regarder et inspecter moindrement qui Obama a choisi pour faire partie de son cabinet. Dans le texte Obama: le vrai changement?, j’avais commencé à exposer certains individus douteux choisis par le nouveau président. Maintenant, nous allons poursuivre cette analyse.

Jetons un coup d’oeil sur l’équipe du changement de Barack Obama

Hillary Clinton: Surnommé la Déesse de la guerre, elle a voté pour la guerre en Irak et en Afghanistan, le Patriot Act I & II (qui ont fauché aux Américains beaucoup de leurs droits et libertés), le Homeland Security et pour le plan de sauvetage de 700$ milliards qui est allé aux banquiers privés de Wall Street ayant causé la crise financière. Son idéologie néo-conservatrice va-t-en-guerre lui a assuré que la majorité de ses contributions électorales provient du complexe militaro-industriel. Clinton est favorable à une augmentation du budget militaire. Elle endosse une guerre future contre l’Iran les menaçant même d’oblitération, elle a approuvé l’attaque du Liban en 2006 par Israël et la construction du mur de la honte qui entoure la Palestine qu’elle considère terroriste. Hillary Clinton a un passé douteux parsemé de scandales non résolus incluant le « Chinagate » et le « Filegate » qui n’ont pas été considérés et étudiés par le Foreign Relations Committee qui se doit d’enquêter sur les candidats avant d’être officiellement nommés pour leurs postes.

Larry Klayman, le fondateur de Judicial Watch a déposé une plainte formelle auprès du U.S. Senate Ethics Committee à ce sujet. Selon l’Article Un, Section Six de la Constitution américaine, il est interdit de prendre un poste si le salaire a été augmenté durant votre terme courant au Congrès US. Le salaire des officiels du cabinet a augmenté l’année passée et selon les spécialistes constitutionnels Hillary ne peut pas prendre le poste sans enfreindre la Constitution.

Robert Gates: Il a déclaré au Washington Post que la Doctrine Bush de guerres préventives devrait inclure des frappes préventives dans n’importe quel pays du monde en plus de croire que des frappes préventives nucléaires devraient faire partie des options dont les États-Unis disposent. Comme directeur de la CIA sous Bush père, M. Gates était proche des gens qui ont joué un rôle dans l’affaire du scandale Iran-Contra des années ’80. Il a aussi participé à l’armement de Saddam Hussein dans les années ’80 durant la guerre Iran-Irak. Ce Républicain a servi sous George Bush junior en tant que secrétaire à la Défense et demeurera en poste sous Obama, décision acclamée par l’establishment militaire. Il ne veut pas quitter l’Irak et est fortement pour l’augmentation des troupes en Afghanistan, chose qu’Obama fera en envoyant 30 000 soldats de plus dans ce pays militairement occupé depuis 2001. Entre-temps, l ‘Afghanistan est devenu le producteur numéro un d’opium dans le monde avec une production mondiale de plus de 93%, chose que les Talibans installés au pouvoir avec l’approbation américaine avaient réussit à réduire de 95% avant l’automne 2001. Robert Gates veut aussi rebâtir à neuf l’arsenal nucléaire des États-Unis.

Leon Panetta, ancien secrétaire général de la Maison-Blanche à l’époque du président Bill Clinton, a été désigné directeur de la CIA, l’agence américaine du renseignement. Panetta a affirmé à de maintes reprises considérer la torture par l’eau (waterboarding) comme étant une forme de torture et il a déclaré être absolument contre toute forme de torture. Bonne nouvelle à digérer. Obama a manifesté vouloir fermer la prison de Guantanamo. Il a aussi lancé avec une certaine réticence des signaux laissant présager qu’il pourrait bien tenir responsables ceux qui ont été impliqués dans l’autorisation de la pratique de la torture. Mais encore là, entre ce qui est dit et ce qui sera fait, nous verrons bien. En attendant, on pourrait se demander ce que signifiera la fermeture de Guantanamo si les prisonniers sans statu légal sont simplement transférés vers d’autres centres de détention secrets.

Barack Obama avait montré de l’intérêt envers John Brennan pour le poste de directeur de la CIA, mais celui-ci a préféré retirer son nom craignant que sa nomination soit une distraction due à ses associations précédentes avec les rudes techniques d’interrogation, un autre nom pour la torture.

Robert E. Rubin: Ancien secrétaire à la Défense, membre de l’équipe de transition de Barack, il est un des architecte de la grande débâcle économique en poussant la dérèglementation du secteur bancaire et en opérant une chaine financière pyramidale de Ponzi de l’ordre 122$ milliards alors qu’il était un des directeur senior à la Citigroup, poste dont il a été chassé récemment. Il a aussi participé à trafiquer les livres comptables d’Enron. Obama ne pouvait choisir pires esprits pour régler les problèmes financiers puisque que Rubin et ses disciples sont ceux qui en sont les responsables! Les conseillers économiques Timothy F. Geithner, Lawrence H. Summers et Peter R. Orszag sont tous d’anciens protégés de M. Rubin qui a servi sous Bill Clinton.

Larry Summers: Nommé chef du National Economic Council. Il a forcé la dérèglementation des marchés financiers dans les années ’90 et a été un important facteur en faveur du Commodity Futures Modernization Act of 2000 qui a eu pour effet de rendre permanent la dérèglementation de la bulle financière des produits dérivatifs. Plusieurs économistes ont averti du potentiel danger, mais la loi fut passée et beaucoup ont blâmé Summers pour avoir eu une responsabilité dans la crise financière présente. Comme économiste en chef de la Banque Mondiale, il a écrit un mémo disant que la Banque devrait encourager activement de larguer des déchets toxiques dans des pays en développement, particulièrement « dans ces pays d’Afrique sous-pollué », parce que les pauvres gens vivant dans ces pays en voie de développement vivent rarement assez longtemps pour développer un cancer. (Source)

Tim Geithner: Secrétaire du Trésor – Responsable de plusieurs « pouvoirs de guerre » donné à Ben Bernanke et les gouverneurs de la Fed pour « régler » la crise financière en donnant des milliards de dollars des payeurs de taxe américains à AIG et autres copains de Wall Street. (Source)

Avec plus de 8 500$ milliards maintenant promis aux financiers et banquiers, les banques en redemandent plus et Obama promet de lancer encore plus d’argent aux mêmes joueurs, annonçant un déficit budgétaire possible en 2009 de plus de 1000$ milliards en ignorant complètement que le problème de la crise actuelle n’est pas en terme de liquidité, mais bien un problème de remboursement, de solvabilité. Nous allons assister très bientôt à une hyperinflation causée par la massive création d’argent-crédit qui a doublé la masse monétaire plusieurs fois ces dernières années.

Bill Richardson et Mary L. Schapiro ont dû retirer leurs candidatures désirées par Obama pour être au prise avec le système de justice pour différentes fraudes, un embarras supplémentaire pour l’équipe du changement. (Lire: Obama choisit ceux qui ont échoué)

Madeline Albright: Conseillère à la sécurité nationale et ancienne secrétaire d’État sous Bill Clinton, elle va maintenant mener un groupe d’action pour conseiller sur le renforcement du leadership en réponse à des génocides. Ceci est très bizarre considérant son rôle en Irak durant les années ’90 qui a été décrit par Denis Halliday de l’ONU comme étant un génocide. Lorsque interrogée par Stahl de l’émission 60 minutes en regards des sanctions contre l’Irak qui lui demanda: « Nous avons entendu dire qu’un demi-million d’enfants sont décédés. Je veux dire, c’est plus d’enfants qui sont morts à Hiroshima. Est-ce que le prix en valait la peine? » Mme Albright a répondu: « Je pense que ceci est un choix très difficile, mais le prix – nous pensons que cela en valait la peine ».

Janet Napolitano: Nommé à la tête du département de la Sécurité intérieure des États-Unis (Homeland Security). Elle est connu pour sa participation dans le cas de Anita Hill case during the Clinton Administration et dans l’enquête sur Michael Fortier de Kingman, Arizona, en connexion avec les attaques à Oklahoma City. Elle a été US Attorney. Elle a été accusée de pousser un témoin à se parjurer. On peut s’attendre à peu de transparence venant d’elle comme secrétaire de département de la Sécurité.

Nancy Pelosi: Elle conserve son poste de président de la Chambre des représentants. Elle est notoire pour son refus de laisser se poursuivre plusieurs tentatives de procédures de destitution de George Bush et Richard Cheney. Elle est aussi contre l’arrêt de la guerre en Irak et du massacre des Palestiniens par l’État sioniste israélien.

Eric Holder: Attorney Général. Un ancien général des Marines, hautement décoré qui a aussi servi sous Clinton. Il est un pur et dur de la loi. Étant un conseiller légal senior Démocrate sous Bush, il a participé à la mise en place de nombreuses législations répressives de type état policier. En 1998, il a aussi publié un mémo appuyant l’intervention policière gouvernementale dans les droits à la liberté d’expression sur Internet. Il croit que les « terroristes » n’ont pas de droits sous les Conventions de Genève, il a participé à la prolongation du Patriot Act en 2005, il appuie de lourdes sanctions en prisons de quelques mois à plusieurs années pour simple possession de marijuana, ce qui va à l’encontre de la position d’Obama qui pensait peut-être à la décriminaliser vu l’échec total de cette politique farfelue. (Source)

Barack Obama a aussi donné le pouvoir à Eric Holder d’aller contre le 2e amendement de la Constitution des États-Unis de bannir toutes les armes à feu qu’il voudra, à l’encontre du jugement rendu en 2008 par la Cour Suprême des États-Unis garantissant le droit de port d’armes à feu aux Américains. (Je reviendrai dans un billet ultérieur à ce sujet en particulier.)

De garder le directeur actuel Robert Mueller envoie un signal encore plus fort. Il a mis l’épaule à l’application des pires politiques de la « guerre contre le terrorisme », incluant des poursuites-chasses aux sorcières au lendemain du 9/11, l’espionnage illégal des citoyens américains et le profilage de la dissidence politique.

L’importance des militaires dans le gouvernement Obama

Le président a demandé au général des Forces de l’air retraité Scott Gration pour diriger la NASA. Barack Obama va éliminer la séparation entre le programme spatial civil et militaire pour accélérer la mission de retourner sur la Lune dans le prospect d’une nouvelle course à la Lune avec la Chine. Le Pentagone aura dès lors, plus d’influence sur les programmes spatiaux et sur la technologie qui en découlera qui sera classifiée secret militaire au lieu de stimuler l’économie en les développant pour des applications pour la population.

Obama qui a basé sa campagne sur la diminution des influences des différents lobbys à Washington, a choisi un expert de la défense qui est présentement le vice-président et lobbyiste d’un des plus grands manufacturier d’armement pour devenir son secrétaire adjoint à la Défense. Il s’agit de William Lynn, de la compagnie Raytheon. D’autres lobbyistes du secteur de l’ingénierie génétique dont sont issus les organismes génétiquement modifiés ont trouvé une place au sein de l’appareil Obamien.

La présence d’autant de militaires menace l’institution civile démocratique du gouvernement. L’ancien président Dwight D. Eisenhower avait averti de prendre garde contre l’influence recherchée ou non du secteur militaro-industriel sur le gouvernement et ses politiques.

Obama, Israël et la guerre contre le terrorisme

Terminons avec Barack Obama lui-même. Ne vous attendez pas à ce qu’il mette fin à la fausse guerre contre le terrorisme. Il a déclaré qu’il désirait augmenter le nombre de troupes en Afghanistan et qu’il est déterminé à écraser l’Al Qaïda et de tuer Bin Laden. Perpétuation d’un grand mensonge puisque l’Al Qaïda est une création de la CIA, le nom signifiant une base de donnée dans les ordinateurs de la CIA et Tim Osman, plus connu sous le nom de l’infâme Bin Laden, a été sur la liste de paye de la CIA depuis la fin des années ’70. Tim est maintenant mort, mais Obama l’a désigné ennemi numéro un du pays et veut le tuer de nouveau .

Donc, bien ancré dans la même culture de la peur et du militarisme, Barack Obama ne va probablement pas faire grand chose pour juger les responsables de la torture, des crimes de guerre commis par la CIA et les entrepreneurs militaires privés tels que les Blackwater et Halliburton. Une liste a fait surface énumérant des lieux potentiels pour transférer les prisonniers de Guantanamo qui sera fort probablement fermée craignant la pression de l’opinion publique. Cela revient à dire que la pratique répandue de la torture dans les prisons américaines ne s’arrêtera pas, mais sera simplement déplacée vers des lieux où nos yeux n’auront pas accès. Bush a déclaré que la torture est toujours nécessaire et Dick Cheney a averti Obama de risque à la sécurité s’il bannissait la torture à l’eau (waterboarding). Pourtant, ce n’est pas le matériel nécessaire qui manque pour trainer en cour les responsables de la torture.

Conclusion

Ce n’est pas un gouvernement de changement que Barack Obama nous propose, c’est un gouvernement de continuité des anciens gouvernements sous Bill Clinton et des Bush. C’est une continuité de l’establishment, de l’ordre établi et du pouvoir en place à Washington. Les supporteurs d’Obama déçus des nominations et promesses de campagnes électorales déjà trahies se sont fait dire par ce dernier que ce ne sont pas les gens qu’il a choisi qui constituent le changement, mais bien lui-même, en déclarant: « je suis le changement« . Alors, qu’est-ce que ce changement signifie si ce n’est pas Obama qui possède le vrai pouvoir à Washington et qui prend les vraies décisions? Tout cela prend des airs d’une nouvelle campagne de relation publique sous un nouveau visage, mais avec le même agenda des intérêts spéciaux de l’establishment, de l’élite en place.

28 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean