Archives de Tag: Patriot Act

Obama: le bilan après un an

« Yes we can » – Barack Obama, slogan de sa campagne électorale, automne 2008

« Au cours de périodes où règne le mensonge et la manipulation, dire la vérité devient un acte révolutionnaire » – George Orwell

« Vous pouvez avoir du pouvoir sur autrui tout aussi longtemps que vous ne leur enlevez pas tout ce qu’il possède. Mais lorsque vous avez tout volé à un homme, il n’est désormais plus sous votre pouvoir – il est libre de nouveau » – Aleksandr Solzhenitsyn

Voilà déjà une année d’écoulée depuis l’élection de Barack Obama. Comme je le prédisais à l’automne dernier, ce nouveau gouvernement élu sur un vent de changement, se révèlera n’être qu’une vaste illusion, une campagne de promesses vides et de faux espoirs. L’administration Obama n’est rien de plus que la continuité de celle de Bush. L’illusion du paradigme de la gauche et la droite, des Républicains et des Démocrates s’effondre. Il n’y a qu’UN parti politique aux États-Unis: Le parti de la guerre et de Wall Street, le tout orchestré par les banquiers privés de la banque centrale, la Federal Reserve Bank (Fed). Que les Américains votent pour un parti ou l’autre, l’agenda est le même. Il y a longtemps que les États-Unis sont tombés sous un coup d’État silencieux, probablement depuis la mort de JFK.

Voici de nombreux exemples de ce bilan négatif de l’administration Obama:

– L’administration Obama tente d’étouffer le dossier des courriels manquants de la Maison Blanche

Obama avait promis à l’Amérique plus de transparence. Cela ne s’est jamais vraiment concrétisé. Nombreux sont les exemples. L’administration Obama a décidé de suivre les pas de l’ancien président George W. Bush en tentant d’étouffer une poursuite judiciaire visant récupérer des millions de courriels manquants liés à la Maison Blanche pouvant contenir des informations importantes quant à la gestion de l’administration Bush, effaçant ainsi potentiellement des évidences de crimes.

– L’argument identique du « secret d’État » utilisé par Bush est mis de l’avant par l’administration Obama pour empêcher la divulgation d’informations troublantes et incriminant.

Le département de la Justice imite l’administration Bush en invoquant le privilège du « secret d’État » face à des poursuites judiciaires dans le dossier du programme de capture extraordinaire de la CIA (rendition program), mis en place par Bush, Cheney et Rumsfeld. La raison évoquée pour éviter que les poursuites judiciaires se poursuivent contre ce programme d’enlèvement de suspects à travers le monde, transportés secrètement vers des prisons non identifiées publiquement pour se faire torturer, est que ces poursuites pourraient révéler des informations secrètes relatives à la sécurité nationale.

– Barack Obama avait promis que les États-Unis ne torturerait pas sous sa garde.

Mais tout comme Bush, Obama se bat pour empêcher des milliers de photos documentant la torture made by America, alors que Guantanamo n’a toujours pas fermé ses portes et que la torture se poursuit inlassablement sous son administration, tel que rapporté par une enquête espagnole. Cette dernière explique différentes techniques pratiquées comme l’écrasement de testicules, la détention dans des cellules souterraines dans un les ténèbres totales avec privation de sommeil et de nourriture pour une durée de trois semaines, inoculation à l’aide d’injections de maladies canines, torture à l’eau (waterboarding), etc. Tout cela sous l’autorité de personnel militaire américain, parfois conduit en présence de professionnels médicaux.

Le président Obama refuse de rendre public les photos de torture parce qu’il « croit que leur publication pourrait mettre en danger les troupes ».

En réalité, non seulement Obama ne poursuivra pas les responsables de la torture en justice, mais en fait, il planifie donner de l’expansion à cette torture et continuer sa pratique. Des centres de détention secrets pour des suspects terroristes seront ouverts en Mauritanie, en Éthiopie, dans quelques pays de l’Afrique du nord, du Moyen-Orient et en Asie.

Obama a passé outre le Congrès américain pour permettre la détention de suspects terroristes pour une durée de temps illimitée, sans qu’aucune accusation formelle ne soit déposée. Dans d’autres pays du monde, on appelle cela des pouvoirs dictatoriaux.  Cela permet au président de détenir unilatéralement des « ennemis combattants » sans habeas corpus, un terme légal qui signifie que les plaignants sont forcés de vous accuser formellement d’un crime pour justifier la détention d’un suspect. Le terme « ennemi combattant » qui faisait en sorte que les Accords de Genève sur les prisonniers de guerre ne s’appliquaient plus, a été abandonné par Obama dans le cas des détenus de Guantanamo, mais il a gardé le terme pour les autres prisons à l’étranger, s’assurant ainsi encore une fois de conserver des pouvoirs exécutifs impérialistes.

– Obama est du même avis que Bush: les prisonniers de Bagram, Afghanistan n’ont pas de droits constitutionnels. Pourtant, les droits ne sont pas donnés par la Constitution, ils sont reconnus. Lorsque les droits peuvent être retirés, ce ne sont pas des droits, mais bien seulement des indulgences octroyées par un maître inspirant la crainte à des esclaves qui se comportent particulièrement bien.
Obama Sides With Bush: No Rights for Bagram Prisoners

– Obama est allé jusqu’à menacer l’Angleterre de cesser leur coopération d’échange du renseignement pour éviter que des évidences de torture soient révélées.

Trois provisions controversées du Patriot Act instauré Bush reçoivent l’appui d’Obama.

Le département de la Justice a indiqué que l’administration Obama donne son soutien pour le renouvellement de trois sections controversées du USA Patriot Act qui expire en décembre. La première est la Section 206 qui permet au FBI de faire de l’écoute électronique des lignes téléphoniques ou des ordinateurs des Américains. La suivante est la Section 215 qui permet aux enquêteurs d’obtenir les archives médicales, d’affaires, de librairie, bancaires et autres de quiconque, avec l’approbation de la Foreign Intelligence Surveillance Court. La dernière, surnommée le « loup solitaire », permet d’accumuler des renseignements à propos de personnes qui ne sont pas suspectées d’être part d’un gouvernement étranger ou d’une organisation terroriste.

– Toutes les pièces de législation adoptées sous l’administration Bush qui étaient profondément liberticides et allant à l’encontre de la transparence, de la Constitution et de la démocratie, sont maintenant embrassées par le régime de continuité d’Obama, qui a brisé une fois de plus une importante promesse électorale. Il en est de même pour le Commissions militaires (Military Commissions Act), qui permet de juger des détenus dans des tribunaux militaires établis à Guantanamo Bay, Cuba.

La NSA a filtré toutes les communications des Américains et a ciblé des journalistes depuis l’instauration de ces mesures draconiennes par Bush, dans le cadre de sa guerre bidon au terrorisme. Tout le trafic de ces communications transigeant par de grandes firmes privées de communication comme AT&T étaient directement reliées à la NSA, agence d’espionnage américaine. Depuis que les Démocrates sont au pouvoir, rien n’a changé. Obama ne veut pas tenir Bush et ses acolytes responsables de leurs crimes et violations de la Constitution parce qu’il veut conserver ces pouvoirs. Idem pour l’enlèvement d’individus étrangers, leur transport vers des nations étrangères pour ensuite être torturés.

Ainsi, l’administration Obama bloque les poursuites judiciaires contre les écoutes électroniques illégales, donne de l’expansion à la défense légale de Bush en ce domaine et invoque constamment le « secret d’État » pour défendre le programme envahisseur et criminel de surveillance de Bush.

– Le parti de guerre est toujours l’oeuvre. L’industrie de la mort poursuit ses bonnes affaires sous Obama

Les États-Unis planifient déployer 25 000 troupes militaires en Géorgie d’ici 2015, à la frontière de la Russie. Les Américains ont l’intention de construire deux bases militaires sur le territoire de la Géorgie et une base navale. Ce déploiement fait suite à la provocation de la Russie en août 2008 par les États-Unis et Israël, via l’Ossétie du sud. Une guerre contre l’Iran signifierait une confrontation contre la Russie qui a déclaré qu’elle considèrerait une attaque contre l’Iran comme une attaque personnelle.

Quoi de mieux que d’avoir le prix Nobel de la Paix pour plaider en faveur du recrutement de mineurs pour l’armée? Obama veut son armée, il entend lever une armée de jeunes qui ne serviraient pas la Constitution, mais le président directement. Le plan d’Obama se nomme le « Generations Invigorating Volunteerism and Education Act», ou plus simplement, le « GIVE Act ». Ce projet de loi a été voté, à 321 contre 105, le 18 mars 2009. Ce projet de loi H.R. 1388 est donc présentement « à l’étude » au Sénat américain.

Obama a d’ailleurs annoncé, de pair avec Rahm Emanuel, qu’il comptait avoir un corps de volontaires de type milice paramilitaire aux États-Unis aussi bien financé et équipé que l’armée US elle-même.
Heil Obama! Des enfants-soldats sur tout le territoire américain…

La guerre est toujours une option sur la table, comme on a pu le voir toute l’année dans le cas de l’Iran., quitte à nommer un anti-iranien pour gérer cette situation.

L’administration Obama continue la doctrine américaine de dominance militaire globale.

Obama n’a pas diminué le budget militaire, au contraire. Il n’y aura pas de renversement de l’agenda militaire ni de la politique étrangère des États-Unis. Surtout pas avec Hillary Clinton, Robert Gates et Rahm Emanuel et son frère. Les États-Unis viennent de briser son record de la guerre du Vietnam en étant en Afghanistan depuis plus de 8 ans. Cela n’est pas près de se terminer, au contraire de ce Obama avait promis durant sa campagne électorale.

– Obama, son administration et différentes agences gouvernementales comme la NSA reçoivent d’ailleurs leurs instructions et conseils par la même élite dirigeante, dont fait partie Henry Kissinger, la Ford Fondation, et la quatrième branche du gouvernement, Goldman Sachs et les banquiers et financiers de Wall Sreet qui pullulent au sein du gouvernement Obama, comme Geithner.

– Obama refuse toujours de toucher à la Fed. Tant qu’il ne forcera pas une reforme entière de la Fed pour récupérer le pouvoir de la création de la monnaie, au lieu de le laisser entre les mains de banquiers la créant de nulle part et la prêtant à crédit au gouvernement (lire le peuple) avec intérêts, l’économie entière sera sous l’étroit contrôle des banquiers privés qui ont ruiné les États-Unis depuis 1913, date de la création de la Fed.

– Obama avait promis que les lobbyistes ne se retrouveraient pas dans son organisation. Une autre fausse promesse lamentablement vendue au public américain. Une douzaine de lobbyistes ont trouvé un poste au sommet de l’administration Obama. On y trouve des gens nommés au département de la Défense ayant travaillé pour Raytheon, un manufacturier d’armement, un ancien VP de Monsanto à la FDA, des anciens généraux et du Pentagone partout dans le gouvernement, et ainsi de suite.

– Obama agit de manière similaire à Bush dans le domaine des pétrolières, des énergies et est même allé jusqu’à approuver la décapitation des montagnes pour y retirer du charbon, une politique qui fut sévèrement condamnée lorsque Bush s’y adonnait. L’étroite collaboration entre les exécutifs du pétrole et Washington se poursuit de plus belle.

Il y a fort à parier qu’avec un tel bilan, les Américains ne seront pas dupes très longtemps et qu’Obama sera un président d’un terme seulement. En attendant le prochain poulain de l’establishment, du parti de la guerre et de Wall Street, nous pouvons aussi parier que l’Amérique aura le temps de s’appauvrir énormément, au point où la classe moyenne aura pratiquement disparue et où le pays sera complètement ruiné et en banqueroute, affligé d’hyperinflation et de la plus grande dépression depuis les années 30. On annoncera alors l’arrivée d’un autre président… sauveur de tous, charismatique au sourire charmeur.

« Yes we can »

« Change we can believe in »

François Marginean

16 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean

Inauguration royale de Barack Obama et de son gouvernement de continuité

« Les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ne peuvent pas être résolus par les esprits qui les ont créés » – Albert Einstein

Avant de débuter, il sera bon de pointer aux lecteurs ces deux précédents textes concernant Barack Obama, le nouveau président des États-Unis: Obama: le vrai changement? et Obama constitutionnellement inadmissible à la présidence américaine. Ce billet sera nécessairement le complément de ce qui a déjà été écrit dans ces deux précédents textes.

Dans toute la cohue et l’hystérie que l’assermentation du 44e président des États-Unis provoque, il est difficile de trouver un semblant de rationalité. On a l’impression d’assister à la venue d’un sauveur planétaire, un nouveau Messie, ou un Superman des temps modernes. On nous présente dans les grands médias des gens qui pleurent, qui vendent toutes sortes de trucs à l’effigie d’Obama à des prix exorbitant, on a quasiment l’impression que la Terre va arrêter de tourner et se fendre en deux. Il semble que les gens sont en transe euphorique, sous une forme d’hypnose avancée de la population. On oublie que l’homme est humain et qu’il est à la tête d’un système qu’il ne contrôle pas, mais qui en fait lui dicte ce qu’il peut et ne peut pas faire. Il est la 44e marionnette des États-Unis. Voilà tout. Du changement? Que de visage.

La chance que Barack Obama avait de vraiment pouvoir apporter du changement auquel on peut croire a été royalement manquée. Ou cela était-il réellement de la chance manquée? Pas besoin de se demander bien longtemps quel genre de gouvernement les Américains auront les prochaines années et qui seront les véritables preneurs de décisions. Il s’agit seulement de regarder et inspecter moindrement qui Obama a choisi pour faire partie de son cabinet. Dans le texte Obama: le vrai changement?, j’avais commencé à exposer certains individus douteux choisis par le nouveau président. Maintenant, nous allons poursuivre cette analyse.

Jetons un coup d’oeil sur l’équipe du changement de Barack Obama

Hillary Clinton: Surnommé la Déesse de la guerre, elle a voté pour la guerre en Irak et en Afghanistan, le Patriot Act I & II (qui ont fauché aux Américains beaucoup de leurs droits et libertés), le Homeland Security et pour le plan de sauvetage de 700$ milliards qui est allé aux banquiers privés de Wall Street ayant causé la crise financière. Son idéologie néo-conservatrice va-t-en-guerre lui a assuré que la majorité de ses contributions électorales provient du complexe militaro-industriel. Clinton est favorable à une augmentation du budget militaire. Elle endosse une guerre future contre l’Iran les menaçant même d’oblitération, elle a approuvé l’attaque du Liban en 2006 par Israël et la construction du mur de la honte qui entoure la Palestine qu’elle considère terroriste. Hillary Clinton a un passé douteux parsemé de scandales non résolus incluant le « Chinagate » et le « Filegate » qui n’ont pas été considérés et étudiés par le Foreign Relations Committee qui se doit d’enquêter sur les candidats avant d’être officiellement nommés pour leurs postes.

Larry Klayman, le fondateur de Judicial Watch a déposé une plainte formelle auprès du U.S. Senate Ethics Committee à ce sujet. Selon l’Article Un, Section Six de la Constitution américaine, il est interdit de prendre un poste si le salaire a été augmenté durant votre terme courant au Congrès US. Le salaire des officiels du cabinet a augmenté l’année passée et selon les spécialistes constitutionnels Hillary ne peut pas prendre le poste sans enfreindre la Constitution.

Robert Gates: Il a déclaré au Washington Post que la Doctrine Bush de guerres préventives devrait inclure des frappes préventives dans n’importe quel pays du monde en plus de croire que des frappes préventives nucléaires devraient faire partie des options dont les États-Unis disposent. Comme directeur de la CIA sous Bush père, M. Gates était proche des gens qui ont joué un rôle dans l’affaire du scandale Iran-Contra des années ’80. Il a aussi participé à l’armement de Saddam Hussein dans les années ’80 durant la guerre Iran-Irak. Ce Républicain a servi sous George Bush junior en tant que secrétaire à la Défense et demeurera en poste sous Obama, décision acclamée par l’establishment militaire. Il ne veut pas quitter l’Irak et est fortement pour l’augmentation des troupes en Afghanistan, chose qu’Obama fera en envoyant 30 000 soldats de plus dans ce pays militairement occupé depuis 2001. Entre-temps, l ‘Afghanistan est devenu le producteur numéro un d’opium dans le monde avec une production mondiale de plus de 93%, chose que les Talibans installés au pouvoir avec l’approbation américaine avaient réussit à réduire de 95% avant l’automne 2001. Robert Gates veut aussi rebâtir à neuf l’arsenal nucléaire des États-Unis.

Leon Panetta, ancien secrétaire général de la Maison-Blanche à l’époque du président Bill Clinton, a été désigné directeur de la CIA, l’agence américaine du renseignement. Panetta a affirmé à de maintes reprises considérer la torture par l’eau (waterboarding) comme étant une forme de torture et il a déclaré être absolument contre toute forme de torture. Bonne nouvelle à digérer. Obama a manifesté vouloir fermer la prison de Guantanamo. Il a aussi lancé avec une certaine réticence des signaux laissant présager qu’il pourrait bien tenir responsables ceux qui ont été impliqués dans l’autorisation de la pratique de la torture. Mais encore là, entre ce qui est dit et ce qui sera fait, nous verrons bien. En attendant, on pourrait se demander ce que signifiera la fermeture de Guantanamo si les prisonniers sans statu légal sont simplement transférés vers d’autres centres de détention secrets.

Barack Obama avait montré de l’intérêt envers John Brennan pour le poste de directeur de la CIA, mais celui-ci a préféré retirer son nom craignant que sa nomination soit une distraction due à ses associations précédentes avec les rudes techniques d’interrogation, un autre nom pour la torture.

Robert E. Rubin: Ancien secrétaire à la Défense, membre de l’équipe de transition de Barack, il est un des architecte de la grande débâcle économique en poussant la dérèglementation du secteur bancaire et en opérant une chaine financière pyramidale de Ponzi de l’ordre 122$ milliards alors qu’il était un des directeur senior à la Citigroup, poste dont il a été chassé récemment. Il a aussi participé à trafiquer les livres comptables d’Enron. Obama ne pouvait choisir pires esprits pour régler les problèmes financiers puisque que Rubin et ses disciples sont ceux qui en sont les responsables! Les conseillers économiques Timothy F. Geithner, Lawrence H. Summers et Peter R. Orszag sont tous d’anciens protégés de M. Rubin qui a servi sous Bill Clinton.

Larry Summers: Nommé chef du National Economic Council. Il a forcé la dérèglementation des marchés financiers dans les années ’90 et a été un important facteur en faveur du Commodity Futures Modernization Act of 2000 qui a eu pour effet de rendre permanent la dérèglementation de la bulle financière des produits dérivatifs. Plusieurs économistes ont averti du potentiel danger, mais la loi fut passée et beaucoup ont blâmé Summers pour avoir eu une responsabilité dans la crise financière présente. Comme économiste en chef de la Banque Mondiale, il a écrit un mémo disant que la Banque devrait encourager activement de larguer des déchets toxiques dans des pays en développement, particulièrement « dans ces pays d’Afrique sous-pollué », parce que les pauvres gens vivant dans ces pays en voie de développement vivent rarement assez longtemps pour développer un cancer. (Source)

Tim Geithner: Secrétaire du Trésor – Responsable de plusieurs « pouvoirs de guerre » donné à Ben Bernanke et les gouverneurs de la Fed pour « régler » la crise financière en donnant des milliards de dollars des payeurs de taxe américains à AIG et autres copains de Wall Street. (Source)

Avec plus de 8 500$ milliards maintenant promis aux financiers et banquiers, les banques en redemandent plus et Obama promet de lancer encore plus d’argent aux mêmes joueurs, annonçant un déficit budgétaire possible en 2009 de plus de 1000$ milliards en ignorant complètement que le problème de la crise actuelle n’est pas en terme de liquidité, mais bien un problème de remboursement, de solvabilité. Nous allons assister très bientôt à une hyperinflation causée par la massive création d’argent-crédit qui a doublé la masse monétaire plusieurs fois ces dernières années.

Bill Richardson et Mary L. Schapiro ont dû retirer leurs candidatures désirées par Obama pour être au prise avec le système de justice pour différentes fraudes, un embarras supplémentaire pour l’équipe du changement. (Lire: Obama choisit ceux qui ont échoué)

Madeline Albright: Conseillère à la sécurité nationale et ancienne secrétaire d’État sous Bill Clinton, elle va maintenant mener un groupe d’action pour conseiller sur le renforcement du leadership en réponse à des génocides. Ceci est très bizarre considérant son rôle en Irak durant les années ’90 qui a été décrit par Denis Halliday de l’ONU comme étant un génocide. Lorsque interrogée par Stahl de l’émission 60 minutes en regards des sanctions contre l’Irak qui lui demanda: « Nous avons entendu dire qu’un demi-million d’enfants sont décédés. Je veux dire, c’est plus d’enfants qui sont morts à Hiroshima. Est-ce que le prix en valait la peine? » Mme Albright a répondu: « Je pense que ceci est un choix très difficile, mais le prix – nous pensons que cela en valait la peine ».

Janet Napolitano: Nommé à la tête du département de la Sécurité intérieure des États-Unis (Homeland Security). Elle est connu pour sa participation dans le cas de Anita Hill case during the Clinton Administration et dans l’enquête sur Michael Fortier de Kingman, Arizona, en connexion avec les attaques à Oklahoma City. Elle a été US Attorney. Elle a été accusée de pousser un témoin à se parjurer. On peut s’attendre à peu de transparence venant d’elle comme secrétaire de département de la Sécurité.

Nancy Pelosi: Elle conserve son poste de président de la Chambre des représentants. Elle est notoire pour son refus de laisser se poursuivre plusieurs tentatives de procédures de destitution de George Bush et Richard Cheney. Elle est aussi contre l’arrêt de la guerre en Irak et du massacre des Palestiniens par l’État sioniste israélien.

Eric Holder: Attorney Général. Un ancien général des Marines, hautement décoré qui a aussi servi sous Clinton. Il est un pur et dur de la loi. Étant un conseiller légal senior Démocrate sous Bush, il a participé à la mise en place de nombreuses législations répressives de type état policier. En 1998, il a aussi publié un mémo appuyant l’intervention policière gouvernementale dans les droits à la liberté d’expression sur Internet. Il croit que les « terroristes » n’ont pas de droits sous les Conventions de Genève, il a participé à la prolongation du Patriot Act en 2005, il appuie de lourdes sanctions en prisons de quelques mois à plusieurs années pour simple possession de marijuana, ce qui va à l’encontre de la position d’Obama qui pensait peut-être à la décriminaliser vu l’échec total de cette politique farfelue. (Source)

Barack Obama a aussi donné le pouvoir à Eric Holder d’aller contre le 2e amendement de la Constitution des États-Unis de bannir toutes les armes à feu qu’il voudra, à l’encontre du jugement rendu en 2008 par la Cour Suprême des États-Unis garantissant le droit de port d’armes à feu aux Américains. (Je reviendrai dans un billet ultérieur à ce sujet en particulier.)

De garder le directeur actuel Robert Mueller envoie un signal encore plus fort. Il a mis l’épaule à l’application des pires politiques de la « guerre contre le terrorisme », incluant des poursuites-chasses aux sorcières au lendemain du 9/11, l’espionnage illégal des citoyens américains et le profilage de la dissidence politique.

L’importance des militaires dans le gouvernement Obama

Le président a demandé au général des Forces de l’air retraité Scott Gration pour diriger la NASA. Barack Obama va éliminer la séparation entre le programme spatial civil et militaire pour accélérer la mission de retourner sur la Lune dans le prospect d’une nouvelle course à la Lune avec la Chine. Le Pentagone aura dès lors, plus d’influence sur les programmes spatiaux et sur la technologie qui en découlera qui sera classifiée secret militaire au lieu de stimuler l’économie en les développant pour des applications pour la population.

Obama qui a basé sa campagne sur la diminution des influences des différents lobbys à Washington, a choisi un expert de la défense qui est présentement le vice-président et lobbyiste d’un des plus grands manufacturier d’armement pour devenir son secrétaire adjoint à la Défense. Il s’agit de William Lynn, de la compagnie Raytheon. D’autres lobbyistes du secteur de l’ingénierie génétique dont sont issus les organismes génétiquement modifiés ont trouvé une place au sein de l’appareil Obamien.

La présence d’autant de militaires menace l’institution civile démocratique du gouvernement. L’ancien président Dwight D. Eisenhower avait averti de prendre garde contre l’influence recherchée ou non du secteur militaro-industriel sur le gouvernement et ses politiques.

Obama, Israël et la guerre contre le terrorisme

Terminons avec Barack Obama lui-même. Ne vous attendez pas à ce qu’il mette fin à la fausse guerre contre le terrorisme. Il a déclaré qu’il désirait augmenter le nombre de troupes en Afghanistan et qu’il est déterminé à écraser l’Al Qaïda et de tuer Bin Laden. Perpétuation d’un grand mensonge puisque l’Al Qaïda est une création de la CIA, le nom signifiant une base de donnée dans les ordinateurs de la CIA et Tim Osman, plus connu sous le nom de l’infâme Bin Laden, a été sur la liste de paye de la CIA depuis la fin des années ’70. Tim est maintenant mort, mais Obama l’a désigné ennemi numéro un du pays et veut le tuer de nouveau .

Donc, bien ancré dans la même culture de la peur et du militarisme, Barack Obama ne va probablement pas faire grand chose pour juger les responsables de la torture, des crimes de guerre commis par la CIA et les entrepreneurs militaires privés tels que les Blackwater et Halliburton. Une liste a fait surface énumérant des lieux potentiels pour transférer les prisonniers de Guantanamo qui sera fort probablement fermée craignant la pression de l’opinion publique. Cela revient à dire que la pratique répandue de la torture dans les prisons américaines ne s’arrêtera pas, mais sera simplement déplacée vers des lieux où nos yeux n’auront pas accès. Bush a déclaré que la torture est toujours nécessaire et Dick Cheney a averti Obama de risque à la sécurité s’il bannissait la torture à l’eau (waterboarding). Pourtant, ce n’est pas le matériel nécessaire qui manque pour trainer en cour les responsables de la torture.

Conclusion

Ce n’est pas un gouvernement de changement que Barack Obama nous propose, c’est un gouvernement de continuité des anciens gouvernements sous Bill Clinton et des Bush. C’est une continuité de l’establishment, de l’ordre établi et du pouvoir en place à Washington. Les supporteurs d’Obama déçus des nominations et promesses de campagnes électorales déjà trahies se sont fait dire par ce dernier que ce ne sont pas les gens qu’il a choisi qui constituent le changement, mais bien lui-même, en déclarant: « je suis le changement« . Alors, qu’est-ce que ce changement signifie si ce n’est pas Obama qui possède le vrai pouvoir à Washington et qui prend les vraies décisions? Tout cela prend des airs d’une nouvelle campagne de relation publique sous un nouveau visage, mais avec le même agenda des intérêts spéciaux de l’establishment, de l’élite en place.

28 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean