Archives de Tag: pétition

Le syndrome du larbin et la révolution islandaise

Par Renart Léveillé

Deux trucs inédits pour moi voilà quelques heures encore, et que je me dois d’imprimer ici. À défaut d’être journaliste, et donc seulement blogueur (et d’aimer adorablement ce passe-temps ingrat), je peux au moins faire ça…

Le syndrome du larbin

Définition sommaire :


Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.

Ne vous lancez pas sur votre téléphone pour conseiller à votre beau-frère un bon psychologue, c’est plus humoristique que sérieux, même s’il semble exister de véritables cas de ce syndrome. Il ne manque qu’un scientifique pour s’y pencher, mais je doute fort qu’il reçoive des subventions privées ou gouvernementales, alors c’est déjà mort dans l’oeuf…

En fait, si c’était vrai, ou plutôt avéré, la presque totalité des gens penchants à droite en serait, étant donné qu’il y a un très petit pourcentage de droitistes très riches. Mais je ne passerai pas trop de temps là-dessus, parce que dans le fond, ce sujet est seulement un clin d’oeil pour introduire le prochain.

La révolution islandaise

Visiblement, la population islandaise aurait un taux de syndrome du larbin assez bas si on regarde ce qui s’y passe depuis 2008.

C’est vraiment une histoire incroyable et pourtant, il n’y a vraiment pas eu beaucoup d’écho depuis ce qu’on a appelé « la révolution des casseroles », que relatait Le Figaro le 4 février 2009 :

Le tintamarre des casseroles et des poêles à frire, chaque samedi devant le Parlement, a fini par avoir raison du premier ministre islandais […] Geir Haarde, chef d’un Parti conservateur qui dominait la scène islandaise depuis l’indépendance du pays en 1944 […] Mais la «révolution des casseroles», comme on l’appelle à Reykjavik, n’est pas terminée : ce samedi, pour la 17e fois depuis le début de la crise [financière] en octobre, ils étaient encore plusieurs centaines à crier leur colère. «Rendez-nous notre argent !», proclament des pancartes. «On veut de nouvelles têtes dans les banques et au gouvernement » […]

Une coalition de partis de gauche ainsi qu’une première femme au poste de premier ministre, Jóhanna Sigurðardóttir, ont été portées au pouvoir, mais assez rapidement, le peuple a pris les choses en main en refusant par référendum à 93% le remboursement de la dette et en élisant une Assemblée citoyenne chargée de rédiger une nouvelle constitution (« Parmi les propositions qui reviennent le plus souvent, on peut noter la séparation de l’Église et de l’État, la nationalisation de l’ensemble des ressources naturelles et une séparation claire des pouvoirs exécutif et législatif. »). Leurs travaux commenceront en février pour se terminer à la fin du printemps.

Le reste de l’Histoire est à écrire.

*

Avouez que c’est assez inspirant! C’est quelques crans au-dessus d’une pétition demandant la démission de notre premier ministre John James Charest, quand même… (Ce n’est surtout pas pour dénigrer la chose, si seulement c’est le début de quelque chose de plus vaste, espérons-le!)

Voilà la preuve qu’il y a plus grand et plus profond que la démocratie comme on la voit théoriquement. Les supposés chiens de garde de cette démocratie molle sont apathiques, il n’en tient qu’à moi, qu’à vous, citoyens, d’y fouetter les sangs!

Voilà mon humble contribution. Ne vous gênez surtout pas pour faire suivre.

*

(Merci à Eric Bondo de m’avoir pointé ces sujets.)

 

(Peinture : Pierre Marcel, « Bringing democraty », Acrylique sur toile, 150 x 150 cm, France 2001.)

3 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

Charest : retour sur la populaire pétition

Après mon dernier billet chez moi, j’avais bien l’intention de revenir sur le sujet de la pétition qui demande, entre autres, la démission de John James « Jean » Charest, pétition qui en est à environ 188 800 signatures au moment où j’écris.

Mais il y a Stéphane Laporte, celui que je surnomme bien affectueusement « le philosophe des pauvres » (vous vous douterez bien que je ne parle pas de pauvreté pécuniaire…), qui donne son avis le plus simpliste à cette question sur le site Cyberpresse. J’irais même jusqu’à dire que c’est de la cyberparesse…

C’est qu’en commentaire à mon dernier billet, j’ai eu des avis similaires à celui-là, mais beaucoup plus étoffés, et ce ne sont que de simples citoyens, tout comme moi. Passons là-dessus.

Il reste qu’un de ses paragraphes représente bien ce qui m’agace le plus dans le discours des contradicteurs de la pétition :

Au lieu de signer des pétitions et de répondre aux sondages, les citoyens devraient aller voter. C’est ce qui compte. Le reste, c’est du bruit.

Cela occulte complètement le fait que la vie en société est en constante évolution, ce qui est encore plus vrai entre les élections. Du simple bruit sans importance? Aussi, cela implique que ceux qui répondent aux sondages et qui signent les pétitions n’ont pas voté, ce qui est tout simplement gratuit comme affirmation (et comme réflexion…). Avouez que c’est d’une pauvreté affligeante…

Et je rajouterai que ce discours donne l’impression de vouloir taire ce que la totalité des gestes citoyens — et par ricochet, certainement corporatifs — apporte : un désir de changement profond, ce qui inclut bien sûr un grand ménage. Je comprends que pour certains cela peut donner l’impression d’être n’importe quoi, mais il faut rappeler que pour pouvoir ordonner le chaos, il faut bien qu’il y en ait d’abord un, chaos! Et j’ai l’impression que les événements de cette semaine en sont la démonstration.

Alors, on peut bien le prendre aussi comme étant du populisme, comme le fait allègrement un dénommé Nicolas Laurendeau dans les pages (web) du journal Le Devoir :

L’idée de réclamer la démission d’un élu en cours de mandat, le «recall» est une idée très populaire parmi les adeptes de la droite nord-américaine et les animateurs de radio démagogues. On nage ici en plein populisme.

Je crois qu’il y a une différence entre « populisme » et « mouvement populaire ». Visiblement, c’est extrêmement facile de les mélanger. Et encore plus facile d’interpréter un simple mouvement de domino qui prend sa source d’un mécontentement général comme étant une erreur de jugement. C’est de l’élitisme mal placé, du mépris. Voir que la grande majorité croit dur comme fer que le résultat de cette pétition — et même n’importe laquelle — est du domaine de la prescription! Voir que la majorité ne comprend pas le contexte politique actuel et à ce point le fonctionnement de nos institutions pour signer cette pétition par simple ignorance!

Alors oui, j’accuse les Stéphane Laporte et Nicolas Laurendeau de ce monde de contribuer amplement au cynisme en dénigrant ce qui contribue à l’amoindrir : si ça prend cette étincelle (une pétition très très bien garnie) pour qu’ensuite — hypothétiquement — les gens sortent dans la rue, se précipitent aux bureaux de scrutin aux prochaines élections, et encore mieux, que Jean Charest arrête de faire du surplace, soit dans sa position de Premier Ministre, soit dans sa décision de ne pas déclencher une large commission d’enquête sur la construction et le financement des partis, entre autres.

J’accuse les dénigreurs de cette pétition, et surtout ceux qui refusent de la signer (pour n’importe quelle raison) de souffrir d’un « complexe de supériorité », de faire un culte de leur individualité. Comme si c’était si demandant (physiquement et moralement) de se joindre à un mouvement de masse (bien imparfait je le concède!) en cliquant quelque fois sur une page web et en tapant un peu sur son clavier. Comme si au contraire c’était une tare que ça prenne aussi peu de temps. Comme si l’efficacité qu’apportent le web et la technologie était seulement symptomatique d’une léthargie sociétale individualisée, comme si c’était inscrit dans nos gênes…

Ainsi, l’expression « ne pas bouger le petit doigt » prend dorénavant un sens plus large, et beaucoup plus triste.

(Modification d’une photo de Le Chibouki frustré.)

58 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

Pétition contre Loto-Québec, les casinos virtuels et le jeu en ligne

Conseil québécois du jeu sécuritaire et la Coalition EMJEU

Raymond Viger Dossiers Gambling et jeu compulsif, Loto-Québec

loto-québec jeu en ligne conférence de presse casino virtuel gambling jeu compulsif EMJEU est  une coalition de citoyens et de citoyennes préoccupés par le manque d’éthique du gouvernement et de Loto-Québec dans leur gestion des « jeux » de hasard et d’argent. Cette coalition est le résultat d’une démarche citoyenne.

Depuis deux ans, Alain Dubois, membre de la coalition EMJEU, mentionne sur toutes les tribunes que:

Loto-Québec se prépare à offrir des jeux en ligne de type casino et souhaitait rajeunir sa clientèle. Alain Cousineau ainsi que les représentants de Loto-Québec ont toujours nié avoir ces intentions, et ce, même si une équipe y travaillait depuis plus de deux ans et que des programmeurs issus du monde des jeux vidéo (gaming) avaient été engagés par sa filiale Ingenio.

Le 3 février dernier, Alain Cousineau de Loto-Québec organise avec le ministre des Finances Raymond Bachand annoncent en conférence de presse que Loto-Québec va lancer en septembre prochain des jeux en ligne.

Devant cette incohérence entre le déni de Loto-Québec pendant deux ans et ce lancement du casino virtuel de Loto-Québec, la Coalition Emjeu demande à l’assemblée nationale de faire circuler une pétition contre le jeu virtuel que Loto-Québec veut instaurer pour septembre prochain.

Cette pétition visant Loto-Québec est maintenant en ligne sur le site de l’assemblée nationale.

La pétition demande:

De créer un organisme indépendant relevant de l’Assemblée nationale et composé principalement d’intervenants publics, de chercheurs de la santé publique et d’universitaires (sans aucun lien avec Loto-Québec et sa fondation).

Cet organisme, serait responsable de coordonner l’ensemble des efforts de prévention, d’étude, de recherche et de proposer des mesures concrètes visant à réduire la dangerosité des jeux de hasard et d’argent dans la population.

J’encourage fortement tous les citoyens à se prononcer et demander la création de cet organisme.

Merci pour votre soutien et votre implication.

Textes sur le Gambling et jeu compulsif

Témoignage d’un joueur en ligne

Jeux en ligne legalisation en France

DVD Gambling: de l’aide pour les joueurs compulsifs

Autres textes sur Loto-Québec

Loto-Québec, une longue tradition de mensonges

Merci à Loto-Québec de nous avoir ruiné

À Loto-Québec de qui se moque-t-on?

Quand une croupière s’en va-t-en guerre; histoire d’Éléonore Mainguy

Anne Panasuk transforme la société

Loto-Québec, les gracieusetés et les joueurs compulsifs

Loto-Québec, le Casino et le suicide

6 Commentaires

Classé dans Actualité, économie, Raymond Viger

Obama: le vrai changement?

Le changement. Voilà un terme vague et large. Changement pour qui, où, quand, comment et pourquoi? Illusion de changement ou vrai changement? Pour le mieux ou pour le pire? Voilà une notion très relative qui pourtant électrise tant de monde. Les politiciens l’aiment bien et l’ont utilisé ad nauseam. Obama a misé sur ce slogan et la masse l’a avalé comme une petite pilule d’ecstasy. Les Américains sont tellement écœurés du régime Bush/Cheney que même si un chevreuil avait été élu, les gens auraient été fous de joie! McCain et Obama, c’était le scénario du parfait du « bad cop/good cop ». Ou peut-être était-ce la belle et la bête. Pas besoin de vous dire qui jouait quel rôle. Mais le lendemain du party risque de nous causer une sérieuse baisse de sérotonine.

Essayons de comprendre qui est Barack Obama, ses influences et ce qu’il entend par « changement ». Le prochain président des États-Unis commence déjà à choisir les personnes qui vont occuper les plus hautes fonctions dans son administration.

Dans sa publicité de 30 minutes diffusée partout en Amérique le 29 octobre dernier, Obama déclarait « Président, je reconstruirai notre potentiel militaire de manière à affronter les défis du XXIe siècle ». Voilà qui est plutôt bizarre, car il est difficile de comprendre dans quelle mesure « reconstruire » le potentiel des États-Unis est une urgence et un besoin de changement alors que ce pays consacre déjà à son armée presque autant que tous les autres pays du monde réunis!

Ceci est peut-être plus facile à comprendre lorsqu’on connait Zbigniew Brzezinski, son mentor et maître à penser. Cet homme est membre du Council on Foreign Relations (CFR), participe au sommet des Bilderbergs, et est un protégé du clan des Rockefellers. Il est aussi l’architecte de la création de l’Al Qaïda et est un fervent partisan à l’encerclement militaire de la Russie et de la Chine pour assurer l’hégémonie américaine dans le monde.

– Ensuite, il y a Joseph Biden, le futur vice-président. Il était l’un des premiers à qualifier le président serbe Slobodan Milosević de criminel de guerre. Il fut le co-auteur en 1999, avec le sénateur John McCain, d’une résolution du Congrès autorisant le président Bill Clinton à utiliser toute la force nécessaire pour faire cesser les violences contre les droits de l’Homme au Kosovo. Pour vous rappeler quelques faits importants, les forces de l’OTAN ont bombardé moins de dix installations militaires alors qu’environ 300 infrastructures publiques comme des écoles, ponts, stations d’épurations et stations de télévision furent détruites. Mais ce qui est bien méconnu, c’est que l’OTAN, dont nous avons fait partie, a utilisé de l’armement à l’uranium appauvri. Il est admis qu’environ 31 000 munitions pour un poids total de 9,3 tonnes ont été répandues sur 112 sites au Kosovo, contaminant ces endroits avec de l’uranium appauvri radioactif pour 4,5 milliards d’années. La question est à savoir qui sont les véritables criminels de guerre ici.

Après les attentats du 11 septembre 2001, Joe Biden avait organisé les auditions sur l’Irak et il en concluait alors que les États-Unis « n’ont d’autre choix que d’éliminer Saddam Hussein ». En octobre 2002, il vote en faveur de la résolution autorisant le président George W. Bush à mener des opérations militaires contre l’Irak en épeurant le reste du monde avec l’autre mensonge des armes de destruction massive que nous n’avons jamais trouvé. Nous savons maintenant que ceci était un mensonge et que l’Irak n’avait rien à voir avec les attentats du 9/11. De plus, les seules armes de destruction massive qui ont été trouvées sont celles que les États-Unis ont utilisées contre les populations civiles, telle que l’uranium appauvri (plus de 3000 tonnes), du phosphore blanc qui brûle la chaire jusqu’aux os ainsi qu’une nouvelle version du napalm, une bombe incendiaire qui colle à la peau. Elles sont pourtant toutes interdites par l’ONU et classées comme étant des armes de destruction massive constituant un crime de guerre si utilisées.

Biden a voté en faveur du Patriot Act qui n’est rien de moins qu’une agressive atteinte aux droits et libertés des Américains. Il propose en 2006 la partition de l’Irak entre chiites, sunnites et Kurdes, une stratégie de diviser pour conquérir qui fut élaborée à l’origine par les sionistes en Israël dans un document intitulé « A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm » signé par des auteurs tels que Richard Perle et Benjamin Netanyahu. D’ailleurs, Joseph Biden n’a pas hésité à déclarer dans une entrevue exclusive pour Shalom TV « Je suis un sioniste. Vous n’avez pas à être juif pour être sioniste ».

Il est à noter que selon le FBI et plusieurs reportages, le général Mahmoud Ahmad des services secrets pakistanais ISI était à Washington du 4 au 13 septembre 2001. Son agenda était particulièrement chargé puisqu’il a eu des entretiens privés avec les hauts responsables américains suivants: le secrétaire d’Etat Colin Powell (12 ou 13 septembre) ; le directeur de la CIA, George Tenet (avant le 11 septembre) et le sénateur Joseph Biden, alors président du Comité des relations étrangères (11 septembre). Quelques jours avant le commencement de la campagne militaire anglo-saxonne en Afghanistan en octobre 2001, on apprend que Mahmoud Ahmad est poussé à la démission pour avoir transféré 100 000$ au chef présumé des attentats du 11 septembre, Mohammed Atta.

– Nous avons appris la semaine passée que Barack Obama a nommé Rahm Emanuel au poste de chef de cabinet. Ce dernier possède une double nationalité israélienne et américaine. Son père fut impliqué dans le groupe terroriste sioniste Irgoun. Les liens de Rahm Emanuel avec le Mossad, agence des services secrets du renseignement israélien, était tellement évidents que Bill Clinton a dû l’écarter de la Maison Blanche en 1998, après quoi il est retourné en Israël pour servir dans les forces armées en tant qu’espion durant la guerre du Golfe en 1991. Un des agents à découvrir ses liens avec le Mossad est l’ancien assistant directeur à la division du contre-terrorisme du FBI, John O’Neill. Après avoir subi une campagne de salissage, O’Neill a dû démissionner et sera tué en 2001 durant les attentats du 11 septembre. Est-ce un choix prudent pour du changement?

Paul Volcker est un haut conseiller économique auprès de Obama, vous savez, cette économie qui a été détruite par les firmes financières et les banquiers de Wall Street. Il se trouve que Volcker est un ancien président de la Federal Reserve Bank de New-York, il a aussi siégé sur les comités exécutifs de la Chase Manhattan Bank, la firme J. Rothschild & D. Wolfensohn, de la Banque Mondiale, de Power Corporations de Paul Desmarais et est aussi membre fondateur de la Commission Trilatérale et membre du Rockefeller Group Inc.

Obama est en train de considérer:

*Jon Corzine comme candidat potentiel pour le poste de secrétaire au Trésor, un multi-millionnaire et ancien chef de la direction de Goldman Sachs, une des firmes qui profitent le plus de la crise financière actuelle qui a rondement financé la campagne de Barack Obama avec d’autres comme J.P. Morgan, UBS AG, Lehman Brothers et Citygroup. Tout cela en remplacement de Henry Paulson qui occupe présentement cette position, qui lui aussi est un ancien de Goldman Sachs. Tout ce qu’il y a de plus logique pour réparer une crise qui fut créé par ces mêmes acteurs. Du changement.

*Jane Harman à la tête de la CIA ou du Homeland Security: celle qui a supporté Bush avec ferveur avec son programme de surveillance et d’espionnage des Américains?

*Colin L. Powell pour le poste de secrétaire à la défence ou à l’éducation, celui qui est allé mentir devant les Nations Unies pour partir la guerre d’agression illégale en Irak.

*Robert Gates, qui a déclaré récemment au Washington Post que la Doctrine Bush de guerre préventive devrait s’élargir et inclure des frappes préventives dans n’importe quel pays comme on en a vu dernièrement au Pakistan, en Syrie, Somalie et en Bolivie; en plus de croire que des frappes préventives nucléaires devraient faire partie des options dont les États-Unis disposent.

*John Kerry comme Secrétaire d’État? Celui qui fait partie des Skull&Bones, cette organisation secrète élitiste qui comprend George Bush père et fils.

Changement pour qui, où, quand, comment et pourquoi?

Voici les changements que le prochain président Barack Obama pourrait effectuer un coup en place à Washington; des changements facilement mis en place par ordonnance présidentielle ou avec la confortable majorité que les démocrates auront au Sénat et à la Chambre des représentants américains dans le but d’améliorer dramatiquement et rapidement la situation aux États-Unis et dans le reste du monde:

1) Appliquer à la lettre la Constitution et ainsi détruire le Patriot Act et toute les attaques contre la Constitution et la liberté des Américains.

2) Ordonner la cessation de l’utilisation de la torture comme méthode d’interrogation puisqu’elle est contraire à la Constitution des États-unis et contre les accords de Genève; ouvrir des enquêtes judiciaires sur les agissements (terroristes) de la CIA.

3) Ordonner la fermeture des prisons secrètes et extra-juridiques partout dans le monde où se retrouvent plus de 28 000 prisonniers dont des femmes et enfants et où la torture y est pratiquée de façon systématique, dont la célèbre prison à Guantanamo à Cuba et Abou Ghraib en Irak.

4) Ordonner la cessation immédiate de l’utilisation de l’uranium appauvri* et abolir la doctrine Bush de guerres préventives ainsi que toutes menaces nucléaires militaires. Démanteler le trop puissant complexe militaro-industriel qui contrôle Washington avec leur puissant lobby.

*En ce sens, je vous invite à signer cette pétition qui sera remise à Barack Obama le 20 janvier 2009 lors de sa prise de pouvoir:

Pétition contre l’utilisation d’armes radioactives – Petition against the use of radioactive weapons

5) Cesser sans délais l’occupation illégale, immorale et ruineuse de l’Irak, demandé par les Irakiens, et de l’Afghanistan. Instaurer des enquêtes indépendantes concernant les mensonges pour partir cette guerre de plus d’enquêter sur tous les crimes de guerre commis au Moyen-Orient par l’Administration Bush, tels que la torture, meurtre de 1.2 million d’Irakiens et d’Afghans et pollution radioactive de la région pour des milliards d’années pour ne nommer qu’eux. S’engager à ne pas attaquer l’Iran, toutes les agences du renseignement aux É-U s’entendent pour dire dans leur rapport NIE que l’Iran n’est pas une menace et ne cherche pas à produire une bombe nucléaire, mais seulement que de l’électricité.

6) Ordonner une enquête officielle et indépendante sur les responsabilités des firmes financières, banques, courtiers de Wall Street et de la Federal Reserve Bank quant à la crise économique qui sévit actuellement ainsi que les procédures judiciaires sérieuses qui en découleront.

7) Entreprendre des enquêtes indépendantes et internationales sur les événements du 9/11, du cover up de la part de l’administration Bush, car la version officielle contient trop de mensonges et d’incompatibilités avec les faits réels de ces événements et de ceux-ci découle la guerre contre le terrorisme qui nous a mené à tort en Irak et en Afghanistan.

8 ) Décentraliser les médias, le cartel pétrolier et les compagnies pharmaceutiques; abolir la collusion entre les pétrolières et les fabriquants de voitures pour enfin bannir l’utilisation du pétrole dans les voitures d’ici 2015. Ça fait longtemps qu’on a la technologie pour y arriver.

9) Compenser les victimes de la Nouvelle-Orléan et ouvrir des enquêtes sur ce qui s’est réellement passé là-bas.

10) S’assurer que les élections ne soient plus volées comme elles le furent en 2000 et 2004 en obligeant les fabriquants des machines à voter électroniques de fournir une trace papier pour pouvoir recompter les votes si nécessaire, chose qui n’est pas le cas aujourd’hui; instaurer des standards pour que les gens n’aient pas à attendre des heures en ligne pour voter.

11) Remettre en question publiquement leur financement et appui militaire de l’Israël à la lumière des plus de 65 résolutions de l’ONU transgressés, des réseaux d’espionnage et de surveillance israélien en sol américain et de l’apartheid imposé aux Palestiniens.

Voilà ce que j’appelle des changements. Vont-ils se produire? À la lumière des gens avec qui Obama s’entoure, j’en doute fort.

En attendant, pour ce qui est des prédictions catastrophiques de changements cataclysmiques, disons que leaders mondiaux semblent démontrer des talents de clairvoyance assez développés: en 72 heures nous avons eu des politiciens de la France, Angleterre, États-Unis et de l’Australie des avertissements d’une crise ou d’un événement à venir sans précédent qui pourrait frapper dès le 21 ou 22 janvier 2009 ou dans les semaines suivantes et qui ferait passer le 9/11 pour un pique-nique.  On parle de Biden, Rudd, Colin Powell, Madelaine Albright, Lord West, Gordon Brown et Bernard Kouchner.

Pris séparément, il pourrait y avoir plusieurs raisons, mais en 72 heures?

Sommes-nous en train d’être préparé à de quoi de gros qui s’en vient?

24 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean