Archives de Tag: radio-canada

Dans la mire d’Anders Behring Breivik

Par Renart Léveillé

J’ai bien fait de ne pas trop commenter à chaud le « gauchocide » d’Anders Behring Breivik. Parce qu’avec les infos que j’ai pu grappiller çà et là, je me suis permis ce discutable statut Twitter :

Le gros problème avec #AndersBehringBreivik, c’est qu’il s’est mis sur la même balance de religiosité que les musulmans extrémistes.

Par contre, je ne renierai pas ces deux-là :

L’extrémisme est toujours le fléau de déshumaniser les questions sociales. #AndersBehringBreivik

Les apôtres du multiculturalisme doivent jubiler en ce moment… #AndersBehringBreivik

Alors voilà, après avoir lu un peu plus sur le sujet, je ne crois plus que les gestes d’Anders Behring Breivik étaient de nature religieuse (donc en lien avec l’épithète de « fondamentaliste chrétien » qu’on lui a prêté), même si cela me confortait agréablement dans ma haine des extrémismes que permet l’adhésion fanatique à une religion. (Sa vidéo « Knights Templar 2083 » est remplie de références à la chrétienté, mais je crois qu’il faut l’analyser plus dans un sens culturel. Aussi, peut-être, dans l’optique symbolique d’un combat entre le Bien et le Mal : le Mal étant représenté par la religion musulmane, toujours actuelle, le Bien, étant représentée par l’image des croisades, bien sûr moyenâgeuses.)

Non, il semble que tout soit plutôt relié à l’immigration musulmane que soutien le multiculturalisme norvégien. Alors oui, peut-être, nationalisme, conservatisme, extrême-droite dans ce sens-là, mais il faut faire attention, comme le souligne l’Antagoniste, de ne pas mêler les libertariens à ça, même si on a l’habitude de les classer à droite…

Et même, je me permets un bémol encore plus grand en mettant tout mon poids dans la balance. Je ne me cache pas d’être contre le multiculturalisme, tout comme Anders Behring Breivik, mais à la mesure de ma réalité francophone et américaine (et je ne crois pas avoir besoin de spécifier que je condamne comme la plupart les moyens qu’il a pris pour se faire entendre). Pourtant, je ne me considère pas nationaliste, ni conservateur, encore moins d’extrême droite. De ce fait, n’y a-t-il pas quelque chose qui cloche dans ce désir d’expliquer cette tragédie en pointant systématiquement le nationalisme, le conservatisme et l’extrême droite alors que tout pointe l’antimulticulturalisme? Alors que l’antimulticulturalisme est tout à fait capable d’être sans se faire cannibaliser? Il y a des amalgames qui semblent évidents, mais qui ne le sont pas. Ainsi, est-ce que cette tuerie serait l’instrument idéal pour donner le coup de grâce à la critique antimulticulturaliste?

Aussi, il y a la théorie qui va dans le sens que ces gestes seraient en lien avec le sionisme, ce qui met de la chair autour de l’os de l’accusation d’islamophobie. Et quand on ajoute à cela le fait qu’il soit franc-maçon, ça sent la position pro-Israël à plein nez… Pourtant, au Québec, nos médias « mainstream » n’ont aucunement soulevé cette possibilité (pour m’en assurer, j’ai fait des recherches sur Cyberpresse, Radio-Canada.ca et Canoë avec le nom du tueur, ainsi que les mots-clés « Israël », « sioniste » et « sionisme », sans aucun résultat concluant). L’ami qui m’a propulsé sur cette piste me disait que c’est pour cette raison que les autorités norvégiennes ont voulu le huis clos, prononcé bien sûr par le juge. Quoi qu’il en soit, cela donne le beau jeu à tous de tirer la couverture de son bord, puisqu’il y a un manque flagrant de transparence. Ce qui est dommage, puisque cet événement est éminemment important.

Mais s’il faut se poser la question « quoi sert qui? », la réponse ne pourrait qu’être nébuleuse. Même en lisant la totalité du document de 1500 pages, ce qui est bien sûr le contraire de la concision… Alors, je ne tenterai pas ici de proposer la mienne. Tout ce que je peux faire, c’est constater que la dynamique inscrite depuis septembre 2001 prend une tout autre allure alors que l’air du temps semble faire germer ce qu’on appelle le « loup solitaire ».

Dans un monde complexe comme le nôtre, il était peut-être temps de constater que l’« ennemi » est réellement d’un flou désarmant.

15 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

Entrons en guerre contre la pollution alimentaire (et les autres)

Par Renart Léveillé

Il faut vraiment que la guerre contre la pollution alimentaire soit le prochain grand combat citoyen (avec bien sûr celui plus général de toutes les pollutions environnementales, sans liens avec les changements climatiques). Parce que ce « qu’on mange contient des résidus de pesticides, de fongicides et d’insecticides, de l’aspartame et des colorants artificiels. Et ça nous rend malades ». C’est le propos du livre de la journaliste française Marie-Monique Robin « Notre poison quotidien, la responsabilité de l’industrie chimique dans l’épidémie des maladies chroniques, qui vient de paraître chez Stanké. »

Personnellement, je suis très heureux que ce livre pousse les grands médias à parler de ce problème (enfin, au moment d’écrire ces lignes, seulement La Presse et Radio-Canada en ont parlé). Parce que j’ai publié en 2007 un billet, titré « Bisphénol? Ah! », qui soulevait bien sûr le grand danger du bisphénol A, composé chimique utilisé dans la fabrication « d’une variété de produits de consommation en plastique, notamment des grands contenants en plastique servant à embouteiller l’eau. Il entre également dans la composition des résines de scellement appliquées sur les dents des enfants, de la résine composite des matériaux de restauration dentaire et des résines utilisées pour le revêtement des boîtes de conserve et des canettes. »

En 2009, dans « 243 entorses à la liberté », je soulignais plus généralement le problème (tous les produits chimiques dans l’environnement qui agressent les humains) en le reliant au fait que nous n’avons pas le choix de les « côtoyer » :

Comment peut-on parler de liberté, de souveraineté sur son propre corps quand l’environnement est chimiquement hostile, nous inoculant de multiples et hypothétiques bombes à retardement?

[…]

Comment se prémunir contre cette agression tout en conservant sa liberté de mouvement? Car oui, il serait possible de se terrer chez soi et de contrôler au maximum son environnement, de sortir de la maison avec un masque à gaz…

Alors, une chance que l’on puisse, avec beaucoup de plantes, minimum sept, purifier son environnement immédiat puisqu’il semblerait que dans un appartement ou une maison, l’« air y serait plus pollué que dans une rue de Montréal à l’heure de pointe »!

Mais pour revenir à la pollution alimentaire, au-delà de la somme d’informations que l’on peut trouver simplement dans l’article de Marie Allard, et qui fait dresser les cheveux sur la tête, les propos de l’auteure du livre envers notre gouvernement actuel sont très durs, tout autant que la comparaison avec l’Europe :

«Au Canada, excusez-moi, mais vous êtes mal barrés avec ce gouvernement très proche de l’industrie», a-t-elle estimé. En Europe, une nouvelle réglementation sur les substances chimiques a désigné 12 000 produits problématiques parmi les 100 000 examinés. «Les industriels ont cinq ans pour fournir de nouvelles données prouvant qu’il n’y a pas de problèmes», a indiqué Mme Robin. Déjà, 700 substances actives ont été retirées.

J’espère bien que ce combat contre ce fléau moderne, nous allons tous le mener ensemble, quelles que soient nos idéologies, puisque cela va au-delà de nos choix et de nos habitudes. Nous avons le droit d’exiger des produits de consommation exempts de substances chimiques possiblement dangereuses pour notre santé; et que ce soit la norme, et que nous n’ayons pas à payer plus, comme ce qui se passe actuellement avec la nourriture bio. C’est une question de précaution et de prévention.

La santé ne devrait jamais être un luxe.

(Photo : myaktinephoto)

6 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

De la radio-poubelle jusqu’à Montréal…

J’ai toujours pensé que la radio-poubelle ne se trouvait qu’à Québec (et à quelques endroits en région). Mais depuis quelques semaines, en suivant le fil #TLMEP les dimanches soirs, je me suis rendu compte qu’il y avait un fier représentant montréalais : Terrain de jeux.

J’avoue d’emblée ne pas suivre beaucoup ce qui se passe du côté de la radio, mais ça me semble assez inédit. Et je n’ai pas besoin d’écouter cette émission en particulier pour vérifier ce que j’avance, le discours de la personne qui s’occupe du compte Twitter, sûrement l’animateur, est assez, comment dire… « ordurier » (pas tant dans son sens premier, mais bien plutôt par analogie avec « poubelle »).

Il y a un de ses messages qui m’apparaît assez représentatif du personnage et de sa parenté avec ses cousins québécois :

RT @terraindejeux: Y’a tu UNE semaine où #TLMEP sert pas d’outil de propagande pour la culture québécoise francophone ?

Quand j’ai lu ça, ma mâchoire s’est décrochée…

Je peux vous avouer que j’ai de la difficulté à mettre mes idées en place pour la suite de ma rédaction tellement ça me semble absurde. J’ai écrit dernièrement quelque part que j’étais capable de me mettre dans la peau de quelqu’un qui pense autrement que moi, mais là, c’est au-dessus de mes forces.

Il faut vraiment avoir sa propre opinion en absolue admiration pour ne pas comprendre que le titre de l’émission « Tout le monde en parle » n’est vraiment pas à prendre au pied de la lettre, qu’il est très normal qu’une émission Québécoise francophone ouvertement consensuelle se penche sur ce qui se passe au Québec, un endroit où il y a (encore) une vie culturelle, politique, sociale, etc. qui se passe majoritairement en français.

Mais le plus important, c’est que ça se passe à Radio-Canada et non à la CBC. Alors quoi, il faudrait que Guy A. Lepage invite chaque semaine seulement des invités internationaux pour faire plaisir à lui et ses amis ou, encore mieux, seulement des invités des États-Unis, parce que c’est la culture dominante dans le monde? Et puis, je vois là-dedans, dans l’idée « d’outil de propagande », que l’animateur et co-producteur de l’émission aurait un « agenda caché » — comme en aurait un Amir Khadir (un agenda islamiste celui-là…). C’est tellement clair que Guy A. Lepage veut contaminer la population québécoise contre son propre gré à la culture francophone d’ici, laissez-moi rire!

Il n’y a que ceux qui se parfument à l’eau de poubelle pour ne pas voir que c’est de la pensée malodorante. Parce qu’il y a un trop grand pas entre critiquer l’émission et enrober cette critique d’une paranoïa qui tient lieu d’idéologie, pour ne pas dire de dogme. (En passant, je ne me suis jamais gêné pour critiquer TLMEP, mais jamais, j’ose espérer, de cette manière…)

Parce que dans le fond c’est tellement évident que ce n’est pas une critique de l’émission, mais bien plus une critique générale qui n’a vraiment pas sa place sous cette forme, durant le moment de l’émission, sur le fil de Twitter. C’est carrément de la « propagande », et pour l’émission de radio, et pour la pensée de droite réactionnaire!

Parce qu’il y a des moments où on devrait se contenter de changer de poste. Ou, comme moi (dans le cas de cette émission de radio), de ne jamais syntoniser…

P.S. Certains se diront que je fais de la publicité pour cette émission de radio, mais ce sont les dommages collatéraux du pouvoir de publier facilement son opinion sur le web.

(Photo : swanksalot)

9 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé

J’ai voté pour le chaos

Jean Gagnon Dossier Actualité économique

N’avez-vous pas comme moi ce sentiment désagréable que l’on vient de rater un autre rendez-vous électoral ? On a beau prétendre à une opposition plus forte à l’hôtel de ville de Montréal au lendemain de l’élection municipale du 1er novembre, j’ai bien peur que l’on revive plutôt une situation absolument semblable à celle des quatre dernières années, avec les conséquences économiques désastreuses qui ne sauraient être évitées.

Car il n’y a pas pire frein au développement économique, ainsi qu’à la justice sociale il va sans dire, que la corruption érigée en système. Et c’est justement dans cet état que l’équipe Tremblay avait laissé l’administration de la métropole québécoise à la veille de l’élection. André Noël et Michèle Ouimet du journal La Presse, ainsi qu’Alain Gravel à Radio-Canada, en avaient clairement fait la preuve au cours des derniers mois.

D’où surgira-t-elle cette opposition qui freinerait la décomposition lente mais assurée du tissu social et économique de Montréal ? De Louise Harel ? Son allocution de dimanche soir montrait clairement comment dépassée elle était par tout ce qui a été mis à jour depuis son saut en politique municipale. De Richard Bergeron ? Malgré les grands pas en avant qu’a pu réalisés sa formation politique, j’ai bien peur qu’il demeure la troisième roue du chariot. Et c’est peut-être le plus loin qu’il pouvait se rendre de toute façon. Il ne m’a pas démontré durant cette campagne qu’il avait l’envergure nécessaire pour prendre les rennes de la ville, compte tenu surtout de l’état dans lequel elle se trouve.

Pourtant, j’ai voté pour lui. Parce qu’il était le plus faible en terme d’intentions de vote. J’ai cru durant un moment que du chaos jaillirait la solution. Je ne souhaitais pas qu’il gagne. En fait, je souhaitais que personne ne gagne. Ou plutôt, qu’ils perdent tous. J’aurais souhaité une égalité entre les trois candidats. Un résultat si serré qu’aucun d’eux n’aurait pu prétendre à la victoire.

Mais avec le résultat que l’on connaît, tous les trois semblent tout à fait à l’aise de nous dire maintenant que la population leur a confié un mandat clair. L’un dirige, les deux autres surveillent. N’en avez-vous pas assez de ces discours ne comportant que les mêmes vieux clichés indigestes ?

Je souhaitais une situation totalement chaotique à l’hôtel de ville qu’elle aurait forcer le gouvernement québécois à bouger. À instituer cette commission d’enquête publique si nécessaire, si l’on espère un jour pouvoir faire un ménage durable à l’hôtel de ville.

Une situation tellement chaotique qu’il aurait fallu reprendre cette élection, mais cette fois avec des candidats différents. Non pas des gens qui auraient tremper dans cette suite de magouilles qui a caractérisé l’administration Tremblay. Non pas des gens qui seraient là simplement pour rallonger une carrière politique usée et arrivée à terme. Mais plutôt avec des gens qui auraient une vision d’une métropole moderne, urbainement saine, où l’essor économique servirait l’ensemble de la population.

Bien sûr, ce résultat était statistiquement presqu’impossible. Mais j’y ai rêvé, l’espace du court instant où j’ai fait ma croix.

5 Commentaires

Classé dans Actualité, économie, Jean Gagnon

GM, Harper, Démocratie 2.0 et privatisation de Radio-Canada

Le dernier billet de mon blogue, qui était à la base seulement un montage graphique transformant « GM » en « GouverneMaman » commenté minimalement de ma part, a été, par la discussion qui a suivi, le laboratoire de celui qui va suivre. Et je me réjouis de l’interaction entre les citoyens que permettent les blogues, et je remercie ceux qui, chez moi, ici ou ailleurs, participent à cette aventure.

Au départ, je crois depuis longtemps à l’avènement d’une Démocratie 2.0, et l’histoire autour de GM, même seulement au Canada, est un bon exemple pour illustrer son non-avènement. On a entendu du côté des conservateurs que l’idée derrière tout ça est de conserver des emplois, mais on se rend compte, même si le calcul est difficile à faire, que la note par emploi conservé est très salée, s’approchant du million de dollars. Alors, j’en viens à penser qu’on aide plus un symbole à perdurer que des gens à garder leurs emplois.

Le monde change et GM est dans cette situation parce qu’elle n’a pas su se mettre au devant. Sérieusement, je doute fort que les citoyens canadiens aient donné l’aval à Stephen Harper pour ce sauvetage, puisque justement ce sont eux qui dictent, par l’évolution des mentalités, ces changements. Je qualifiais de « grosse balourde » la compagnie GM et je fais donc de même pour le système politique actuel. Tant d’argent public ne devrait pas se jouer aussi facilement, surtout quand les conséquences sont si importantes. Il serait donc temps qu’un vrai dialogue s’amorce entre les citoyens et les décideurs. Le seul suffrage électoral plus ou moins aux quatre ans est devenu insuffisant dans un monde où la rapidité et l’efficacité sont si présentes.

Mais pour pointer les agissements du gouvernement actuel, il y a une absurdité à constater qu’un d’un côté on met tant d’argent pour sauver GM et de l’autre on veut vendre des sociétés d’État comme Radio-Canada. Est-ce qu’après avoir fâché la droite économique les conservateurs tentent de se racheter en jouant le jeu idéologique de la privatisation? Ça en a tout l’air. Est-ce que le symbole de GM, lié à l’économique, est plus important que celui de Radio-Canada, lié à la culture?

Bon, il semble que Radio-Canada ne soit pas vraiment en danger, mais, quand même, trouvez l’erreur : « le diffuseur public faisait face à un manque à gagner de 171 millions de dollars » tandis que « Les gouvernements du Canada et de l’Ontario ont confirmé lundi le versement d’une aide de 10,6 milliards de dollars (9,5 milliards de dollars américains) à General Motors afin de procéder à sa restructuration. » (« Le gouvernement fédéral débourse 7,1 milliards de dollars et le gouvernement ontarien 3,5 milliards. »)

Qui peut croire que le gouvernement actuel est pragmatique?

3 Commentaires

Classé dans Actualité, économie, Renart L'Eveillé

Loto-Quebec, jeu compulsif et fausses représentations

Raymond Viger Dossier Jeu compulsif et gambling.

Loto-Québec et le suicide

liquidites Peu de temps après l’ouverture du Casino de Montréal, j’étais intervenant de crise auprès de personnes suicidaires. J’ai vu une augmentation drastique du nombre de joueur compulsif entrer en crise suicidaire. Des gens de tous âges, mineurs et retraités. Début des années 1990, Loto-Québec avait été rencontré pour que nous puissions intervenir directement à partir du Casino. Notre proposition d’intervention a été décliné sous prétexte qu’il n’y avait pas de problème de suicide au Casino et qu’il n’y avait pas de problème de jeu compulsif. Les mensonges de Loto-Québec débutent.

Loto-Québec et les mineurscasino

En 1996 quand nous avons questionné Loto-Québec sur les jeunes mineurs qui entraient au Casino de Montréal comme bon leur semble, la réponse était simple, il n’y a pas de mineurs au Casino de Montréal.

Shefferville et les appareils de loteries vidéos

Anne Panasuk a produit des documentaires pour Radio-Canada qui avaient fait mal paraître Loto-Québec. À Shefferville, le nombre d’appareils de loteries vidéos dépassaient la moyenne casinomotard nationale pour le nombre d’habitant. Mme Anne Panasuk a pu constater la mauvaise volonté de Loto-Québec dans ce dossier. La persévérance de Mme Panasuk avait permis de brasser l’insouciance de Loto-Québec.

Recours collectif des joueurs compulsifs contre Loto-Québec

Des joueurs compulsifs tentent de poursuivre Loto-Québec pour manipulation. De 2002 jusqu’au début du procès en septembre 2008, Loto-Québec a imaginé tous les recours possibles pour étirer le temps et tenter de décourager les joueurs compulsifs.

Alain Dubois tenait un blogue qui décrivait les événements du recours collectif. Une ordonnance de non publication l’oblige de fermer son blogue. M. Dubois décide de se présenter pour assister aux séances du recours collectif, comme tout citoyen y a droit pour une débat publique. Reconnu dans la salle par les avocats de Loto-Québec, ceux-ci ont réussi à le faire sortir de la cour.

Étude truquée de la Régie des alcools des courses et des jeux

Le 19 mai, Yves Boisvert dans le quotidien La Presse publie un article sur des avertissement supercheries concernant Loto-Québec. La Régie des alcools, des courses, des jeux (RACJ), censé réguler et surveiller le jeu au Québec, tripote une étude de l’INRS.

Une étude touchant entre autre les dangers des appareils de loterie vidéo. Un appel du ministère des Finances pour mettre son grain de sel dans l’étude: «Votre étude est dangereuse pour l’économie québécoise». Ce même fonctionnaire qui reçoit une promotion à la RACJ.

Un rapport de 114 pages qui n’a jamais été publié, la RACJ annonçant aux gens de l’INRS que l’étude ne sera pas retenue. Bizarre. On commande une étude et si elle ne fait pas notre affaire on la fait disparaître.La vérité éclabousse Loto-Québec. Lors du procès du recours collectif Brochu contre Loto-Québec la RACJ avait déposé une étude truquée de 53 pages provenant de l’étude initiale, rajoutant un logo sur l’étude, changé la date de publication… Usage de faux déposé devant un juge! Le ministre Jacques Dupuis déclenche une enquête sur ce faux rapport de la RACJ.

PS 4 juin 2009 Changement majeur dans les dires sous serments du chercheur ayant réalisé la recherche pour la Régie des Alcools des courses et du Jeu. C’est lui qui a fait les changements dans la recherche!

Peut-on avoir encore confiance en Loto-Québec?

mendiant Si on veut brosser un tableau complet de la philosophie de Loto-Québec, il faudra faire une recherche plus approfondie. Une étude qui incluerait des questions sur les budget de commandites de Loto-Québec dans tous les festivals, les arts et autres événements qui devraient se retrouver sous l’autorité du ministère de la culture. Une autre question devrait aussi être posé sur le contrôle que Loto-Québec aurait sur la Fondation mise sur toi, une fondation dite « indépendante » en prévention du jeu compulsif, mais financé par Loto-Québec…Avec tout ce qui se dit sur Loto-Québec depuis 20 ans, avec toutes les menteries que nous avons entendu depuis 20 ans, est-ce que l’enquête du ministre de la Justice Jacques Dupuis va permettre de faire la lumière sur cette saga? Est-ce que le ministère de la Justice va réussir à défier non seulement Loto-Québec, mais le ministère des Finances?Mon coeur d’enfant qui rêve en la justice sociale ose encore espérer que oui. Parce que nous ne pouvons pas décrocher. Parce qu’en décrochant, c’est Loto-Québec qui gagnerait. Et ça, c’est inacceptable.

Textes sur le Gambling et jeu compulsif:

Témoignage d’un joueur compulsif

Comment fidéliser un gambler?

DVD prévention gambling et jeu compulsif

Être le conjoint d’un gambler

Le prix à payer pour devenir un gambler

La Sérénité pour un joueur compulsif

Biz Locolocass et le gambling

Éléonore Mainguy, ex-croupière du Casino

Did Tafari Bélizaire, casino, jeu compulsif et suicide

Jeux de cartes entre amis

Statistiques du pile ou face

Responsabilité de Loto-Québec

14 Commentaires

Classé dans Actualité, Raymond Viger

De la convergence à la divergence : je suis un décrocheur

Les médias traditionnels se cherchent un nouveau modèle d’affaires du côté de la convergence. Les deux derniers conflits de travail chez Québécor, Journal de Québec et maintenant Journal de Montréal, sont nés de cette volonté d’imposer ce nouveau modèle d’affaires. Or, selon moi la convergence est un concept commercial qui vise d’abord et avant tout à tenter de sauver les meubles dans une maison qui brûle.

Et si nous retournions le phénomène à l’envers pour l’observer du point de vue de nous que nous appelons les «récepteurs» depuis les premières théories de la communication, une image longtemps demeurée comme paradigme de la consommation des médias commerciaux et qui continue à les aveugler?

Par exemple pour moi qui suis un «récepteur» modèle baby-boomer, la convergence ce n’est surtout pas de profiter sur plusieurs plateformes de mon «média préféré». Je vais chercher sur de multiples sources ce que je veux connaître, savoir, comprendre, et je fais converger le tout vers les deux lieux où je m’abreuve de tout cela : mon Mac et mon iPod (exit télé, journaux, magazines). Dans ma convergence à moi, les Québécor, Gesca, Radio-Canada et autres sont plutôt en périphérie de mes sources, devenues mondiales et multiples.

Encore hier, alors que je suivais la couverture RDI de la visite d’Obama sur le Web, celui-ci a disparu pendant quelques minutes du radar de Radio-Canada. De mon côté, je savais où il était grâce à Twitter (near:Ottawa,On within:50km): @MichaelMcKay: Obama visits Byward market right below my office!

Mes bonnes analyses de la scène internationale, je les trouve ailleurs que sur les sites des médias commerciaux où j’entends, la plupart du temps, des platitudes (avec des exceptions, évidemment).

J’aime bien, par exemple, Planète Terre, une nouvelle émission hebdomadaire d’affaires internationales produite par le Centre d’études et de recherches internationales (CÉRIUM). C’est Jean-François Lisée qui l’anime. Pendant que Gesca envoie sa vedette Web Patrick Lagacé faire des reportages (que je n’ai pas vu, mais dont j’ai assez pris connaissance de la nature par des blogueurs pour pouvoir juger) sur le conflit à Gaza, démontrant à quel point ses choix éditoriaux sont désormais animés par le fric, il est rassurant de voir de telles initiatives se produire. Nous en avons grandement besoin.

Remarquez que j’écoute aussi d’excellentes émissions d’information provenant de médias non commerciaux de partout à travers le monde grâce à la baladodiffusion. Je vous recommande notamment les émissions de France culture, mais aussi de radios publiques tel KPFA du réseau américain alternatif Pacifica. Sur iPod, il y a aussi l’application Stitcher qui me permet de trouver d’excellentes émissions d’information et d’affaires publiques.

Je ne sais pas combien sont comme moi. Je ne sais pas non plus combien parmi les jeunes publics [pas les ados, les jeunes adultes] et les moins jeunes sont et seront de plus en plus ailleurs que sur le champ de bataille de la convergence commerciale.

À bien y penser, ne faudrait-il pas plutôt parler de divergence pour décrire ce phénomène de décrochage vis-à-vis des médias commerciaux?

L’archétype de cette divergence est le iPhone (ou iPod touch dans mon cas, mais cela revient au même). Sur cet appareil, mon «fil médiatique» se forme à mesure des morceaux provenant de diverses applications (les app développées pour le iPod, mais aussi des app Web fonctionnant avec le iPod). En ça, je diverge complètement du modèle de «consommation» des contenants écrits, audios, vidéos qui ont dominé mon «paysage médiatique» entre, grosso modo, 1950 et l’ère inaugurée par iPod.

Même sur mon ordinateur, je n’ai pas le réflexe d’aller m’informer en visitant les médias commerciaux. Pourtant jadis, j’étais un lecteur assidu du journal Le Devoir et je fréquentais régulièrement les émissions d’information de Radio-Canada (devenu aussi commercial que les autres, sauf heureusement à la radio).

Bref, je suis devenu l’antithèse du «consommateur» de médias. Conséquence indirecte : je ne vois pratiquement plus de publicité. S’il m’arrive d’avoir besoin de quelque chose, ce n’est pas parce que j’aurai été matraqué de pubs sur toutes les plateformes par des médias convergents.

En prime, je n’ai été aussi informé que depuis que je ne fréquente plus les médias commerciaux.

Suis-je une exception? Peut-être aujourd’hui, mais demain…

26 Commentaires

Classé dans Actualité, Michel Monette