Archives de Tag: toxique

L’uranium appauvri: arme de destruction massive


du-baby20

 

Chers lectrices et lecteurs, j’apporte à votre attention un des sujet les plus préoccupant qui soit, celui de l’utilisation de l’uranium appauvri. J’ai déjà écrit un article à ce sujet au début de l’année et je vous invite à le lire pour vous mettre au courant de cette situation si vous l’êtes pas déjà.

Il ne sert à rien de vouloir réécrire ce qui a déjà été dit de façon claire et éloquente. Alors le but de cet article est de mettre à jour les informations et de compléter ce qui a déjà été révélé. Votre responsabilité est d’aller consulter ces sources diverses d’information et de vous faire votre propre idée. Jetez un coup d’oeil aux vidéo et photos. Gare aux coeurs sensibles, ce que vous allez voir est horrifiant; mais pourtant, nous devons faire face à la réalité, à ce qui est fait en nos noms à l’étranger. Nous devons comprendre ce que font nos gouvernements avec nos impôts, notre argent.

Évidemment que l’étape suivante serait de forcer le débat sur la scène publique car les médias et les autorités ont comme mot d’ordre de ne pas en parler et de d’éviter toute discussion de ce dossier. Seuls les hauts échelons militaires et gouvernementaux en France, Angleterre, au Canada et États-Unis étaient au courant durant les guerres en Irak en 1991 et celle de 2003 jusqu’à présent, en Bosnie en 1994/95, au Kosovo en 1999 et en Afghanistan en 2001. On n’a pas voulu inquiéter les soldats ni alerter les médias et surtout pas déranger l’opinion publique mondiale.


L’armée américaine connaît pourtant très bien les effets contaminants de ces armes pour les populations environnantes, puisqu’elle écrivait elle-même dès septembre 1990 : « Après l’extinction du feu, ces explosifs ne sont inoffensifs que s’ils ont complètement brûlé. Ceux qui n’ont pas complètement brûlé représentent un risque explosif extrême. En refroidissant, comme le métal, ils prennent des formes bizarres. Ils peuvent avoir intégré des impuretés qui les rendent encore plus dangereux qu’ils ne l’étaient auparavant » [10] Source : http://www.menteur.com/chronik/010115.htm

John Hanchette, professeur de journalisme à l’Université Saint Bonaventure, et l’un des fondateurs éditeurs de USA Today a déclaré qu’il avait préparé la révélation de nouvelles informations au sujet des effets de l’UA sur les soldats de la Guerre du Golfe et les irakiens, mais que chaque fois qu’il était prêt à publier, il recevait un appel téléphonique du Pentagone lui demandant de ne pas imprimer l’information. Il a depuis été remplacé en tant que rédacteur en chef de USA Today.

Et comment, nous parlons d’utilisation d’armes de destructions massives qui vont avoir des répercussions pendant des milliards d’années sur les populations du monde entier. Nous parlons d’un biocide, de crimes contre l’humanité et crime de guerre. On pense aussi aux poursuites judiciaires contre nos gouvernements pour avoir sacrifié la santé et la vie de nos soldats à qui on n’a rien dit à propos du danger de ces armes en les exposant inutilement à une contamination hautement toxique de radioactivité et chimique dû à l’uranium appauvri, sans oublier les millions de victimes qui habitent ces régions où des centaines, voir des milliers de tonnes de ces armes à uranium appauvri ont été déployées.

Ceci n’est pas une opinion de ma part, mais bien les conclusions auxquelles en sont venues les plus importantes instances mondiales et experts en le domaine:

Matière très dense et pyrophore, l’uranium appauvri confère aux munitions une exceptionnelle capacité de perforation associée à de redoutables propriétés incendiaires. Pour ces raisons, et parce que cette matière était abondante et très bon marché, les Etats-Unis ont testé et fabriqué en série (dès les années 70), puis utilisé dans le cadre de conflits armés (à partir de 1991) ces munitions dites cinétiques.

Il se trouve que l’uranium appauvri est également un métal lourd, une matière nucléaire (au sens du décret 81-512) et une matière radioactive (au sens du décret 66-450 et de la directive 96/29).

Par ailleurs, plusieurs des radionucléides qui le composent (en particulier les isotopes 238, 234, 235 et 236 de l’uranium) sont caractérisés par une très forte radiotoxicité, surtout lorsqu’ils sont incorporés par inhalation (cf. facteurs de dose de la CIPR1 et seuils de déclaration de la directive 96/29).

L’activité spécifique de l’UA se situe autour 40 millions de becquerels par kilogramme (Bq/kg), ce qui est 80 fois supérieur (au moins) au seuil de classement du décret 66-450 modifié et 4 000 fois supérieur au seuil de la directive EURATOM 96/29 applicable de droit en France depuis le 13 mai 2000 (10 000 Bq/kg pour les uraniums 238, 234 et 235).

Source : Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité

ua.arichard.question.01.d9b.pdf

La sous-commission des droits de l’Homme des Nations unies a pris une résolution en 1996 (n°96/16) inscrivant l’uranium appauvri dans la liste des armes qui doivent être éliminées, au même titre que les armes bactériologiques, chimiques, le napalm ou les armes à fragmentation. Les auteurs de cette résolution ont déclaré qu’ils fondaient leur décision sur les dispositions de la Charte des Nations unies, de la déclaration universelle des droits de l’Homme, de la convention de Genève de 1949 et de ses protocoles additionnels. Les armes dites inhumaines (convention des Nations unies du 10 octobre 1980) sont des armes qui frappent sans discrimination les populations civiles et font courir des dommages étendus, graves et durables à l’environnement.

Le Dr Jawad Al Ali, directeur du Centre d’Oncologie du plus grand hôpital de Bassora en Iraq a déclaré, lors d’une conférence au Japon en 2003:

Deux phénomènes étranges que je n’avais jamais vu auparavant se sont produits à Bassora. Le première est le cancer double et triple chez un patient. Par exemple, la leucémie et le cancer de l’estomac. Nous avons eu un patient avec 2 cancers, à l’estomac et au rein. Quelques mois plus tard, le cancer s’est développé dans l’autre rein, il avait trois types de cancer différents. Le second est le cancer se groupant chez les familles. Nous avons ici 58 familles avec plus d’une personne touchées par le cancer.

Dr Keith Baverstock, chef experts en radioprotection et en santé de World Health Organization pendant 11 ans, et auteur d’une étude non publiée, a fair ressortir que son rapport « sur les risques de cancer pour les civils en Iraq en respirant les poussières d’uranium contaminées » a été aussi délibérément supprimée .

Doug Rokke, un entrepreneur sous contrat de l’US Army qui a dirigé un nettoyage d’uranium appauvri après la première Guerre du Golfe, a déclaré:

L’uranium appauvri est un crime contre Dieu et l’humanité.

La propre équipe de Rokke, une centaine d’employés, a été terrassée par l’exposition à la fine poussière. Il a déclaré: « Lorsque nous sommes allés dans la région du Golfe, nous étions vraiment tous en bonne santé. » Après avoir effectué les opérations de nettoyage dans le désert (par erreur, sans équipement de protection), 30 membres de son personnel sont morts, et la plupart des autres, dont Rokke lui-même, ont attrapé de graves problèmes de santé. Rokke a maintenant une maladie réactive des voies respiratoires, des dommages neurologiques, des cataractes, et des problèmes rénaux.

Les médecins dans le sud de l’Iraq comparent les anomalies de naissance à celles qui ont suivi les bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Source: L’uranium appauvri est bien pire que le 911

du-baby03

Dans un groupe de huit militaires de la coalition menée par les USA, dont les bébés sont nés sans yeux, sept sont connus pour avoir été exposés directement à la poussière d’UA. Dans un groupe (250 soldats) exposé durant la première Guerre du Golfe, 67% des enfants conçus après la guerre, avaient des malformations à la naissance.

L’équipe de recherche du Dr Durakovic de l’UMRC a aussi effectué une visites de trois semaines sur le terrain en Iraq en octobre 2003. Elle a recueilli environ 100 échantillons de substances comme de la terre, de l’urine de civils et des tissus de cadavres de soldats irakiens dans 10 villes, dont Bagdad, Bassora et Najaf. Durakovic a dit que les tests préliminaires montraient que les échantillons d’air, de terre et d’eau contenaient « des centaines de milliers de fois » le niveau de radiation naturel. Durakovic a déclaré à The Japan Times :

Il y a ce haut niveau de contamination parce que beaucoup plus d’uranium appauvri a été utilisé cette année qu’en 1991 (première Guerre du Golfe).

Ils entravent les efforts visant à prouver le lien entre l’uranium appauvri et la maladie.

Ils ne veulent pas admettre qu’ils commettent des crimes de guerre en utilisant des armes qui tuent sans discernement et sont interdits par le droit international.

du-baby07

En Irak, curieusement, « neuf ans après la fin du conflit, les médecins irakiens continuent de constater un nombre anormalement élevé de leucémies chez les enfants, de tumeurs et de cancers chez les adultes et de naissances ou avortements de foetus présentant des malformations monstrueuses. » [Christine Abdelkrim-Delanne, « Ces armes si peu conventionnelles », op. cit.]. Un rapport secret de l’Atomic Energy Authority (agence britannique à l’énergie atomique) indiquait déjà, en novembre 1991, qu’il y avait suffisamment d’uranium au Koweït et en Irak pour causer « 500 000 morts potentielles » [« Explanatory Memorandum Regarding the Comprehensive Embargo on Iraq », rapport de l’association Human Rights Watch, 2 janvier 2000, disponible en ligne. Les chiffres de mortalité indiqués proviennent de l’UNICEF.].

 

236U dans les urines : c’est un ancien colonel de l’armée américaine, le Professeur Asslam Durakovic, qui affirme avoir détecté des traces d’uranium 236 dans les urines d’anciens combattants américains, canadiens et britanniques de la guerre du Golfe. La mesure, faite par spectrométrie de masse, aurait donné des teneurs de 0,0048%.

236U dans les munitions : un des cinq laboratoires (Ecole Polytechnique de Zurich) à qui une commission d’experts du programme de l’ONU pour l’environnement (PNUE) a confié des munitions recueillies au Kosovo pour analyse affirme avoir détecté des traces (0,0028%) de 236U dans les échantillons. La technique de mesure utilisée n’est pas précisée dans les documents que nous avons consultés.

Source: http://lpsc.in2p3.fr/gpr/french/UA/UA.html

 

du-baby09

 

La toxicité de l’uranium appauvri est davantage chimique que radiologique. En effet, lorsqu’elles sont inhalées, les particules de 5 à 10 micromètres de diamètre dégagées au moment de l’impact des munitions sur leur objectif, pénètrent dans les poumons, passent dans le sang et contaminent certains organes ainsi que les os; ingérées, elles sont en grande partie excrétées par les urines mais peuvent également franchir la barrière gastro-intestinale. Au contact des cellules, l’uranium irradie ces dernières: certaines meurent; d’autres se régénèrent; d’autres enfin peuvent dégénérer en cellules cancéreuses.

Lors de son audition le 20 mars 2001, le Docteur Abraham Béhar, spécialiste de médecine nucléaire, a quant à lui attiré l’attention sur les symptômes respiratoires, digestifs et hématologiques, qui constituent autant de précurseurs possibles de pathologies découlant d’une inhalation de poussières d’uranium appauvri.

Source: L’Encyclopédie de L’Agora: Uranium appauvri

Mais évidemment que nos gouvernements et l’OMS nous disent que nous ne devrions pas nous en faire avec cela:

Uranium appauvri – Information – Services de santé

Défense nationale

Uranium appauvri

· Programme volontaire de dépistage de l’uranium appauvri des FC

· Documentation – uranium appauvri

· OTAN uranium appauvri (disponible en anglais seulement)

· Annonce du CEMAD – uranium appauvri (disponible en anglais

 

En février 2000, le ministre de la Défense nationale a annoncé que les FC offriraient à quiconque en faisait la demande un test de dépistage de l’uranium appauvri effectué à deux laboratoires.

Tous les tests volontaires effectués jusqu’à présent ont révélé aucune augmentation des concentrations d’uranium chez les anciens combattants des FC qui ont participé soit à la guerre du Golfe ou aux missions de maintien de la paix dans les Balkans. Les résultats des tests ne confirment pas la théorie selon laquelle les militaires ont été exposés à des concentrations toxiques d’uranium appauvri. Les résultats obtenus par le Canada sont similaires à ceux de ses alliés: les États-Unis, la Belgique, la France et l’Allemagne.

OMS | Uranium appauvri

Vous devriez avoir assez d’information pour vous faire une idée. Maintenant, serait-il temps de réellement supporter nos troupes et les rapatrier à la maison; de commencer à aider les populations affectées par cette horrible arme de destruction massive? Qui sont donc les réels terroristes psychopathes et criminels de guerre ? N’est-il pas temps de mettre un terme à cette folie génocidaire qui va avoir un impact sur l’héritage et développement génétique de toutes les formes de vie sur Terre?

François Marginean

 

du-baby19

Textes d’analyse:

Robert James Parsons, « De la réalité des armes à l’uranium appauvri », Le Monde diplomatique, mars 2002

Robert James Parsons, « Loi du silence sur l’uranium appauvri », Le Monde diplomatique, février 2001

Jacques Brillot, « Chimiquement toxique », Le Monde diplomatique, février 2001

Alain Gresh, « Un guerre si propre », Le Monde diplomatique, février 2001. Sur l’emploi des munitions à uranium appauvri durant la guerre du Golfe

Cartes:

Munitions à l’uranium appauvri sur le Kosovo: cartes 1 et 2 (Le Monde diplomatique)

Document sonore: L’uranium appauvri est-il responsable du « syndrome des Balkans »? Vous pouvez écouter en Real Audio le reportage de Pauline Vanasse. Invités: Reza Mehran, chirurgien thoracique de l’Hôpital d’Ottawa et médecin militaire en Bosnie dans les années 1990. Claude Maylin, directeur du service de radiothérapie de l’Hôpital Saint-Louis à Paris (« Les Années lumière », Radio-Canada, 14 janvier 2001): « Au cours de la semaine dernière, l’OTAN a tenté de rassurer tous les pays qui s’inquiètent des effets sur les militaires de l’utilisation d’uranium appauvri lors des bombardements en ex-Yougoslavie en 1995 et 1999, appelé communément «le syndrome des Balkans». // L’OTAN a toutefois convenu de réaliser de nouvelles études à ce sujet. (…) // Lors de la campagne au Kosovo au printemps 1999, l’OTAN a reconnu avoir tiré plus de 30 000 obus à uranium appauvri. Plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne, l’Espagne, le Portugal, la Grèce, la Finlande, la Belgique, la Turquie, la Russie, la Bulgarie et la République tchèque, ont annoncé qu’ils allaient faire subir des examens médicaux aux soldats ayant servi dans les Balkans et vérifier les taux de radioactivité sur les sites où leurs forces de maintien de la paix sont toujours présentes. (…) »

Uranium Appauvri

Uranium appauvri – Wikipédia

Poison DUst documents effects of the radiological war in Iraq

Iraq diggers ‘contaminated with radiation’

Radioactive Ammunition Fired in Middle East May Claim More Lives Than Hiroshima and Nagasaki

By firing radioactive ammunition, the U.S., U.K., and Israel may have triggered a nuclear holocaust in the Middle East that, over time, will prove deadlier than the U.S. atomic bombing of Japan.

So much ammunition containing depleted uranium(DU) has been fired, asserts nuclear authority Leuren Moret, “The genetic future of the Iraqi people for the most part, is destroyed.”

Depleted uranium, enduring risk

America’s greatest crime is radioactive genocide

America’s greatest crime against humanity is radioactive genocide particularly against the children of Iraq who are the innocent victims of our illegal war, occupation and economic rape of Iraq ~ We have the blood of countless innocent children on our hands and it will take generations to remove the stain of our illegal and inhumane transgressions .

Currently, more than 50 percent of Iraqi cancer patients are children under the age of 5, up from 13 percent. Children are especially vulnerable because they tend to play in areas that are heavily polluted by depleted uranium.

Depleted Uranium

The radioactivity persists for over 4,500,000,000 years killing millions of every age for centuries to come. This is a crime against humanity which may rank with the worst atrocities of all time.

Since DU darkened the land Iraq has seen birth defects which would break a heart of stone: babies with terribly foreshortened limbs, with their intestines outside their bodies, with huge bulging tumours where their eyes should be, or with a single eye – like Cyclops, or without eyes, or without limbs, and even without heads.

A U.S. Department of Veterans study of 251 Gulf war veteran’s families found that 67% had children with severe illnesses or birth defects.


25 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean

Énergie nucléaire et Gentilly-2: Dangers inacceptables pour le Québec – Entrevue spéciale avec Julie Lemieux

Cette semaine, je vous invite à écouter cette importante émission de L’Autre Monde pour entendre tout particulièrement l’entrevue réalisée avec Julie Lemieux, auteure du livre Avez-vous peur du Nucléaire? Vous devriez peut-être…

Vous y découvrirez un enjeu primordial à débattre en 2010 pour le Québec, dont les résultats auront des conséquences sur l’environnement et les générations futures pour littéralement des milliers d’années à venir.

Vous trouverez la cyber revue de presse au tout début. L’entrevue suit immédiatement après, à environ 40 minutes et pour le reste de l’émission.

Pour écouter, ou pour télécharger, simplement cliquer sur le lien ici:

L’Autre Monde 14 janvier 2010

120 min / Radio de l’UQAM, CHOQ FM

Description de l’émission:

– Cyber revue de presse: Le thème traversant l’émission est de voir plus loin que la réalité perçue. Rien n’est tel qu’il apparait réellement, il faut savoir chercher plus loin pour déchirer le voile qui couvre nos yeux et notre conscience. Nous repassons ainsi à la loupe, avec ce regard, les derniers coups de peur, coups montés de toutes pièces, de véritables scandales, tels que l’hystérie du réchauffement climatique global, la panique sans fondement du A/H1N1 et la grande peur du terrorisme.

– Entrevue spéciale avec Julie Lemieux, auteure du livre Avez-vous peur du Nucléaire? Vous devriez peut-être…

(Éditions MultiMondes, 2009, ISBN 978-2-89544-162-5)

Nous discutons du secteur civil nucléaire, de ses dangers méconnus et souvent déniés par les autorités et l’industrie nucléaire civile. Cette discussion s’effectue dans le contexte du projet de rénovation de Gentilly-2 par Hydro-Québec. Vous verrez que bien des informations importantes vous on été dissimulées pour éviter d’éveiller une résistance de la population face à ce projet très couteux et potentiellement très dangereux pour le Québec. On met en danger votre futur et celui de vos descendants sans vous consulter.

Écoutez attentivement cette entrevue exclusive pour savoir pourquoi.

* * * * * * * * * * * * * * *

Extrait de la préface du livre de Julie Lemieux:

L’industrie nucléaire civile est un monde tricoté serré où les experts ont l’habitudes de discuter à huis clos. Leur compréhension du danger pour la santé du nucléaire et leur déni des risques d’accident sont aberrants. En plus de générer des déchets toxiques pour une durée difficile à imaginer, cette technologie connaît des ratés régulièrement, partout dans le monde.

L’explosion de Tchernobyl a eu lieu il y a plus de vingt ans. On en parle très peu mais ses effets nocifs sur la santé et l’environnement sont loin d’être terminés. L’histoire post-Tchernobyl est truffée de magouilles et contrairement à ce qu’on entend parfois, ce n’est pas uniquement parce que ça c’est passé en URSS. Même l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été muselée dans cette affaire à cause d’une entente secrète méconnue qui la lie à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Il y a des projets de relance du nucléaire dans l’air en ce moment, une industrie qui coûte une fortune et qui est loin d’être propre. La crise des isotopes médicaux de Chalk River, en Ontario, a révélé des pratiques douteuses chez Énergie atomique du Canada. En août 2008, Hydro-Québec a annoncé son intention de rénover Gentilly-2 après avoir refusé toute consultation publique sur le sujet.

JULIE LEMIEUX a une formation universitaire en sciences de l’environnement, en communication et en psychologie.

* * * * * * * * * * * * * * *

Nous pouvons empêcher ce projet d’Hydro-Québec de rénover la seule centrale nucléaire du Québec, Gentilly-2, à grand coup de milliards de dollars et aux risques incalculables. Il nous suffit de faire circuler l’information et de passer à l’action. N’hésitez pas à télécharger cette émission et la partager avec tous.

Merci pour votre engagement.

François Marginean

11 Commentaires

Classé dans Actualité, environnement, François Marginean

Une cure de grippe aviaire et de mercure

58992260_befde09f731

Photo de ibuzzo (flickr)

Le poisson, les vaccins et le mercure

Les agences gouvernementales comme Santé Canada et la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis ont comme mission la protection de la santé publique. Enfin, c’est ce qu’on en dit et c’est ce qu’elles prétendent. Mais est-ce que les faits confirment ces prétentions? Voyons voir.

Nous avons tous entendu ces avertissements de ne pas trop consommer de poisson, car il contient des taux de mercure qui peuvent être nuisibles à la santé humaine.  Le mercure est toxique sous toutes ses formes organiques et sous tous ses états chimiques. Son utilisation est souvent règlementée, voire interdite.

L’effet de la toxicité du mercure chez l’homme se dévoilant sous sa forme vapeur commence par les voies respiratoires, pour se solubiliser dans le plasma, le sang et l’hémoglobine. Par le sang, il attaque les reins, le cerveau et le système nerveux. Le risque chez les femmes enceintes est aussi présent : cette toxine se déplace facilement au travers du placenta pour atteindre le fœtus. Même après la naissance les risques sont perdurent puisque le lait maternel est aussi contaminé. (Source)

À la fin du mois de janvier, on apprenait qu’une nouvelle étude avait trouvé des traces de mercure dans le sirop de maïs à haute teneur en fructose (HFCS selon le signe anglais de High fructose corn syrup). Presque la moitié des échantillons de sirop de maïs à haute teneur en fructose commercial testés contenaient du mercure. Cet ingrédient se retrouvait dans environ un tiers des 55 produits de marques populaires de breuvage et nourriture testés dans l’étude, tel que le pain, les céréales, les barres de déjeuner, yogourt, soupe et condiments. En moyenne, les nord-américains consomment 12 cuillères à thé de HFCS par jour, ce qui est environ 5.5 fois les limites acceptables de mercure fixées par l’EPA qu’une personne peut absorber par jour. Le plus inquiétant, c’est les jeunes et autres grands consommateurs peuvent consommer jusqu’à 80% plus de HFCS que la moyenne.

Si nous sommes d’accord pour affirmer que le mercure est très toxique pour les gens, affectant et endommageant le système nerveux central et le cerveau, au point où on prend le soin d’avertir la population de ne pas trop manger de poisson, pourquoi est-il acceptable alors d’utiliser un préservatif dérivé du mercure (le thimérosal) dans plusieurs vaccins que l’on injecte à nos enfants et aux personnes âgées? Ou encore, dans les remplissages dentaires qui contenaient du mercure, comme les dentistes le faisaient il n’y a pas si longtemps?

Pas de panique. Rassurez-vous, le gouvernement du Québec et l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal vous assurent qu’il n’y pas de quoi s’en faire. Voici ce qu’ils en disent:

Le thimérosal est un agent de conservation à base de mercure utilisé dans le procédé de fabrication des vaccins et contenu dans certains flacons de vaccin à doses multiples afin de prévenir la croissance bactérienne et fongique et de stabiliser le vaccin de façon à en préserver l’efficacité dans le temps.

  • La quantité de thimérosal contenue dans les doses administrées aux bébés est minime et il ne permet  pas  une accumulation de mercure sanguin (démontré en 2003).  Contrairement au méthyl mercure présent partout dans l’environnement, le mercure présent dans le thimérosal des vaccins, l’éthyl mercure,  ne s’accumule pas dans l’organisme.
  • De nombreuses études, effectuées auprès d’environ 1 million d’enfants (au total), soit au Canada (Montréal), aux ÉU, en Angleterre, au Danemark, ne trouvent aucun lien entre les doses données de vaccins contenant du thimérosal et le développement de l’autisme. Pour ces études , une revue des dossiers des enfants a été effectué  jusqu’à l’âge de 10 ans (études publiées en 2002, 2003, 2004 et 2006). (Source)

Ils ont intérêt à avoir raison, car le nombre de poursuite en justice pour les cas d’autisme causés par le mercure contenu dans les vaccins continuent d’augmenter à un rythme effarant et si le lien venait qu’à être démontré, ce sont des poursuites de l’ordre de milliards de dollars qui seront entamées  contre le gouvernement et les compagnies pharmaceutiques.

Aux États-Unis, il y avait en 2008 plus de 4 900 poursuites en justice cherchant des indemnisations pour les dommages causés par le mercure contenu dans les vaccins pour enfants. Le lien a toujours été refusé par les compagnies pharmaceutiques et par le gouvernement. Mais pour la première fois, il y a eu une poursuite l’année dernière qui fut admise en cour par le gouvernement américain.

Il s’agit d’un cas d’une fillette qui a développé de l’autisme après avoir reçu une batterie de vaccins. La poursuite contre le gouvernement fut admise en cour de justice après que le personnel médical de la HHS Division of Vaccine Injury Compensation (DVIC) ait revu son cas pour en venir à la conclusion que « la demande de compensation était appropriée ». Les docteurs ont concédé que la fillette était en bonne santé et s’était développée normalement jusqu’à l’âge de 18 mois, moment où elle a reçu une batterie de vaccins contre neufs maladies d’un seul coup, dont deux qui contenaient du thimérosal. Quelques jours plus tard, elle commençait une spirale descendante dans une cascade de maladies et de problèmes pour se terminer sept mois plus tard avec un cas d’autisme diagnostiqué par le docteur Andrew Zimmerman, un important neurologiste de la clinique de neurologie de l’hôpital pour enfants Kennedy Krieger. Elle présentait des symptômes d’autisme comme la perte de réponse à des directions verbales, perte de capacités du langage, pas de contacts visuels, perte du lien relationnel avec autrui, insomnie et des hurlements incessants, pour ne nommer qu’eux.

Une enquête du gouvernement américain admet maintenant le lien possible entre l’autisme et les vaccins. Les cas d’autisme sont passés de 1 enfant sur 100 000  il y a vingt ans, à 1 enfant sur 175 aujourd’hui, chiffre du Centers for Disease Control and Prevention. Les doses vaccinales ont augmentées de trois fois aux États-Unis. Lorsque les effets cumulatifs des quantités de thimérosal que les enfants reçoivent à travers la trentaine de vaccins furent finalement mesurés en 1999, la FDA a découvert que les jeunes enfants recevaient plus de 100 fois les doses maximales sécuritaires fixées par l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA) dès l’âge de 18 mois.

Pour les parents qui voudraient en connaitre plus sur les ingrédients contenus dans les vaccins avant de les injecter dans le sang de leurs enfants, il y a une liste des ingrédients que vous pouvez consulter ici. En plus du thimérosal, vous découvrirez que plusieurs contiennent plusieurs autres ingrédients à faire sourciller, tel que des organismes génétiquement modifiés (OGM), des organismes clonés, des virus vivants, des fluides d’animaux , du formaldéhyde, des éléments d’aluminium, du MSG et plus.

À Chicago, le Homefirst Medical Services traite des milliers d’enfants qui n’ont jamais été vaccinés. Le docteur Mayer Eisenstein a déclaré que des 30 000 ou 35 000 enfants non-vaccinés qu’ils ont traités au fil des ans, aucun cas d’autisme ne fut répertorié. Même situation pour les enfants des Amish qui ne sont pas vaccinés.

Ainsi donc, au lieu de prendre la chance suicidaire d’avouer que le mercure dans les vaccins et les remplissages dentaires sont nocifs et toxiques, la FDA qui était prise dans un paradoxe en nous avertissant du danger de la présence du mercure dans le poisson en même temps qu’elle nous assure que celui contenu dans les vaccins et les remplissages dentaires est sans danger, a décidé de déclarer que le poisson contaminé au mercure est sain et sans danger pour les bébés, les enfants et les femmes enceintes.

Puisque déjà engagée sur cette route de la protection des intérêts des compagnies pharmaceutiques, alimentaires et du gouvernement au détriment de la population, la FDA a récemment annoncé que la mélamine contenue dans la nourriture pour enfants était aussi sans danger pour la santé et même chose pour le Bisphénol-A que le Canada vient de bannir.

Bayer et les produits contaminés au HIV et l’hépatite C

La réalité est à confondre les anticomplotistes les plus crédules. Dans les années ’80, une division du géant pharmaceutique mondial Bayer, Cutter Biological, a vendu pour des millions de dollars de produits infectés avec le HIV et l’hépatite C à des hémophiles à travers le monde. Le sang requis pour fabriquer ces produits fut prélevé dans des prisons américaines alors que ni les donneurs ou le sang donné étaient testés pour le HIV. De plus, le sang n’avait pas été stérilisé.

Dès que la FDA a découvert le problème, ils ont demandé à Bayer de ne pas vendre ces produits contaminés aux États-Unis, tout en prenant soin de garder l’affaire silencieuse. Bayer continuera de vendre consciemment pendant plus d’un an des produits contaminés à des hémophiles de pays étrangers comme le Canada, l’Angleterre, l’Espagne, le Japon, Taiwan, la France, l’Argentine, la Malaisie, l’Indonésie, Hong Kong, Singapour, le Mexique, le Costa Rica, le Brésil, les Philippines et à plus de 7000 Américains alors même qu’ils avaient une nouvelle version plus sécuritaire. Il est estimé qu’environ 15 000 canadiens sont décédés du SIDA causé par la contamination des produits de Bayer. (Voir toutes les sources concernant ce dossier ici)

Étant donné que la logique capitaliste d’une compagnie est de faire de l’argent à tout prix, la compagnie a décidé de vendre ses produits contaminés au détriment de la vie de milliers de personnes qui furent par la suite contaminées par le HIV en utilisant les produits de Bayer, question de rentabiliser leurs investissements. Telle est la logique du système.

Baxter et le virus H5N1 de la grippe aviaire

Baxter International Inc. a admis le mois dernier que ses produits saisonniers contre la grippe étaient contaminés avec un virus vivant actif de la grippe aviaire de type H5N1. Un officiel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu’ils suivaient de proche l’enquête ouverte autour des évènements qui ont eu lieu dans les laboratoires de Baxter à Orth-Donau, en Autriche. Ce qui reste sans réponse sont les circonstances entourant l’incident dans ces laboratoires.

Certains des produits contaminés qui contenaient un mélange du virus de la grippe H3N2 et de virus de la grippe aviaire H5N1 ont été vendus à des sous-contractants en République tchèque, en Slovénie et en Allemagne.

L’incident de contamination, qui est sous enquête dans quatre pays européens, est devenu apparent après qu’un des sous-contractants en République tchèque ait inoculés des furets avec les produits de Baxter résultant en la mort de ceux-ci. Les furets ne meurent normalement pas suite à l’exposition du virus humain H3N2. Les autorités de la santé publique qui ont décrit l’incident de « sérieuse erreur » de la part de Baxter, ont assumé que la mort des furets signifiait que le virus H5N1 contenu dans ces produits était vivant et actif.

Ce processus de mélange entre deux virus est nommé évolution par réassortiment des gènes. « C’est une des deux manières dont les épidémies virales se produisent » rapportait un article de The Canadian Press.

Un certain nombre de virus à ARN, dont le génome est constitué de plusieurs fragments, possèdent la propriété, lors d’une infection d’un même hôte par deux virus proches, de pouvoir échanger les différents gènes. Ce processus original est appelé réassortiment.
Les virus de la grippe A constituent un modèle bien connu d’évolution par réassortiment. Il s’agit de virus à génome segmenté, comprenant huit fragments d’ARN. Expérimentalement, par co-infection de cellules permissives au moyen de virus différents, il est possible de générer de nouveaux virus par le réassortiment des gènes lors de l’assemblage des virus. Ce phénomène existe également dans la nature et constitue un des supports de l’évolution des virus grippaux.

Les virus de grippe A (H2N2 et H3N2) apparus lors des deux dernières pandémies en 1957 et 1968 résultent de réassortiments génétiques entre virus humains et aviaires. Il a été postulé que le porc aurait joué le rôle de l’hôte intermédiaire au niveau duquel, à la faveur d’une co-infection, les réassortiments se seraient produits. (Source)

Il n’y a pas eu de suggestion jusqu’à maintenant qu’il y a eu réassortiment dans le cas de Baxter. Il demeure que cette histoire a des implications importantes. Le virus aviaire H5N1 est potentiellement mortel mais se transmet encore difficilement aux humains. Par contre, le virus de la grippe H3N2 est facilement transmissible et contagieux. Si une personne venait qu’à être exposé aux deux virus simultanément, elle pourrait servir d’incubateur à une nouvelle variété hybride qui pourrait se transmettre facilement aux autres personnes.

Cependant, il est important de souligner qu’un aspect clef de cette histoire est qu’il est virtuellement impossible pour un virus de la grippe aviaire de faire son chemin jusque dans des vaccins « par accident ». La conclusion choquante à laquelle on en vient est que cet évènement ne pouvait pas être un accident. Pourquoi? Parce que Baxter International adhère à quelque chose nommé BSL3 (Biosafety Level 3) – un ensemble de protocoles de sécurité en laboratoire pour prévenir la contamination croisée du matériel. Sous ce protocole de conduite BSL, il est impossible pour un virus vivant et actif de contaminer du matériel pour la production de vaccins destiné à être acheminé à des vendeurs autour de la planète.

Ceci nous laisse avec seulement deux possibilités pour expliquer ce grave incident:

Possibilité #1: Baxter ne se conforme pas aux directives de sécurité BSL3, ou bien ils négligent tellement leur travail qu’ils causent des erreurs monumentales qui menacent le reste de l’humanité. Si c’est le cas, alors pourquoi injectons-nous ces vaccins de Baxter à nos enfants?

Possibilité #2: Un employé dérangé (ou un plan psychopathe de la direction) est présent à Baxter, où des virus vivants de la grippe aviaire ont été intentionnellement placés dans le matériel pour vaccins dans l’espoir qu’ils soient injectés à des humains, déclenchant ainsi une épidémie globale de la grippe aviaire.

Cette épidémie entrainerait une hausse instantanée de la demande pour les vaccins contre la grippe aviaire. Les profits des fabricants de vaccins comme Baxter pourraient être astronomiques si une telle panique avait lieu.

Avant que les anticomplotistes s’énervent trop, il faut se rappeler que c’est exactement ce qui s’était passé à l’automne 2005, alors que la panique avait été semée par le gouvernement de Bush qui disait qu’un minimum de 200 000 personnes pourraient mourir de la prochaine épidémie de grippe aviaire, un nombre pouvant atteindre 2 000 000 de personnes seulement qu’aux États-Unis. Cette campagne de peur avait justifié l’achat massif de 80 millions de doses de Tamiflu, un vaccin qui s’est révélé être par la suite pratiquement inutile. Les États-Unis avaient placé une commande de 20 millions de doses à 100 dollars l’unité, pour un total de 2 milliards de dollars. Mais qui fabrique le Tamiflu? La compagnie Roche, qui a reçu les droits de vente et de marketing exclusifs de Gilead Sciences Inc. il y a une quinzaine d’années. Gilead Sciences Inc. est la compagnie qui a développé le Tamiflu. Qui en était le directeur, deux ans avant d’être nommé au poste de Secrétaire à la défense dans l’administration Bush? Donald Rumsfeld. L’homme même qui possédait encore des actions dans la compagnie qui était pour profiter énormément de la panique créée par le gouvernement Bush. (Source)

Voilà donc ce qu’on propose à la population: une cure de grippe aviaire et de mercure. Rien de moins. Tout est normal, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Rassurez-vous, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

14 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean, santé

Les lampes fluorescentes compactes (LFC) toxiques

arton3926

Les lampes fluorescentes compactes ( LFC ), également appelées ampoules fluocompactes consomment environ 67 à 75 pour cent moins d’énergie que les ampoules à incandescence qu’on veut bannir et durent jusqu’à dix fois plus longtemps. Jusque là, c’est le paradis.

Ce que vous ne savez probablement pas par contre, c’est qu’elles sont principalement fabriquées en Chine et elles sont toxiques : elles contiennent des petites quantités de mercure et des isotopes radioactifs.

Deux problèmes de taille se posent :

1- Que faire avec ces lampes lorsque leur durée de vie est terminée.

2- Que faire si vous en brisez une.

Il se trouve qu’il ne faut pas les jeter à la poubelle à cause du mercure. Il faut les apporter à un centre de recyclage approprié. Si cela n’est pas possible, alors il faut les emballer dans deux sacs de plastique au cas où elles se briseraient, relâchant le mercure dans le sol, et les jeter aux ordures.

Si vous en brisez une à la maison, selon les règles de l’EPA aux É-U (U.S. Environmental Protection Agency), il faut fermer tout système de ventilation, de chauffage ou d’air conditionné et ouvrir les fenêtres. Ne pas s’approcher de la zone sinistrée : évacuer tous les occupants de la maison ainsi que les animaux pour 15 minutes ou plus. Ensuite, ramasser les fragments avec un morceau de carton et les placer dans une bouteille de verre. Enlever le reste des poussières et fragments avec du ruban adhésif et les placer dans la bouteille qu’il faut refermer par la suite.
Ne pas utiliser l’aspirateur ni le balais.

Ce n’est pas tout : ces bulbes peuvent causer des interférences avec la télévision, radio, téléphones cellulaires, contrôles à distance en plus de causer des maux de têtes et troubles de santé chez certains individus.

Maintenant, multipliez cela par des millions d’usagers et vous avez une parfaite fausse solution verte qui est pire que le problème qu’elle prétend régler.

Il semblerait que la lampe à LED (Light Emitting Diode) soit presque aussi économique à l’usage, mais sans les inconvénients qu’ont LFC pour l’environnement et la santé:  Lampe A diode electroluminescente

14 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean

243 entorses à la liberté

mutant-masque-a-gaz

Trouvé via l’Agence Science Presse, publié sur le site de l’Université Montréal, l’article nommé « Docteur, j’ai 243 produits chimiques dans mon sang… » pointe le sujet important de la toxicologie humaine. « Phtalates présents dans les jouets, solvants causant l’infertilité chez l’homme, bactéries dans l’eau potable, exposition des enfants de garderie aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, lien entre organochlorés et cancer du sein… Les problèmes associés aux produits toxiques font la manchette et l’objet de diverses publications. »

Je suis seulement en partie d’accord avec la dernière phrase, puisque je trouve que ce sujet n’est pas assez abordé dans les médias. Voilà aussi pourquoi je l’ai choisi : une brique de plus au bâtiment ne fera pas de tort… Et le sujet n’étant pas assez abordé dans les médias, l’outrance de la population s’en trouve au minimum. Pourtant, il y a là tous les ingrédients pour nous atteindre fondamentalement : biologiquement et philosophiquement.

Comment peut-on parler de liberté, de souveraineté sur son propre corps quand l’environnement est chimiquement hostile, nous inoculant de multiples et hypothétiques bombes à retardement?

Le problème, c’est que cette perte de contrôle est inscrite dans les fondements de nos sociétés basées sur les progrès. Ces progrès ayant été promus dans un emballage ultra positif, laissant les après-coups aux seules mains de la médecine qui se trouve à y trouver aussi un moteur assez performant pour la suite des choses. Cela n’est rien de moins qu’un cercle vicieux.

Nous en sommes venus à considérer ce monde contaminé comme étant seulement une fatalité que le confort « à l’occidentale » vient apaiser, mais c’est toute notre liberté qui est remise en cause. Comment se prémunir contre cette agression tout en conservant sa liberté de mouvement? Car oui, il serait possible de se terrer chez soi et de contrôler au maximum son environnement, de sortir de la maison avec un masque à gaz…

Pour illustrer plus amplement ma pensée, j’aimerais utiliser l’exemple de la cigarette. On a beau dire que les jeunes (et même les adultes) ont le choix (donc la liberté) de fumer ou non, mais il va sans dire qu’il y a une pression énorme, publicitaire et culturelle, pour qu’ils « essayent », avec les conséquences qui s’en suivent. Alors, il est bien évident qu’il n’y a pas que l’individu pour choisir de s’embarquer dans cette mésaventure, qui peut paraître comme une belle aventure pour certains, j’en conviens, mais là n’est pas le point. Un fumeur a la liberté de s’enivrer de son activité, mais ce que je dis, c’est qu’il a perdu une autre liberté a priori, puisque le phénomène du tabac est hautement circonstanciel. Si l’accident de l’inhalation de la fumée de la feuille de tabac et sa mise en marché n’avait pas eu lieu dans l’histoire, gageons que le même individu aujourd’hui fumeur heureux vomirait toutes ses tripes après avoir fait cette découverte…

Donc, c’est notre addiction à la société de consommation qui nous fait prendre à la légère ces entorses à la liberté. Comme des fumeurs heureux, nous considérons l’air toxique autour de nous comme de la fumée aromatique. L’effet calmant de l’achat compulsif est comme la première bouffée après l’attente.

Je ne pense pas qu’il faille tout freiner, mais bien de réparer les dommages en fournissant un succédané, une sorte de méthadone, pour nourrir notre dépendance au bonheur matériel — notre auguromanie — en éliminant de la chaîne les éléments pathogènes.

À l’écriture de ce billet, c’est bien l’égoïsme qui me meut, néanmoins je ne me sens pas du tout coupable…

10 Commentaires

Classé dans Actualité, Renart L'Eveillé, santé