Fatigué de votre conte de fée ? Alors, on danse ?

J’étais parti pour vous faire tout un billet, ma tartine hebdomadaire sur les conditionnements, sur comment vos réactions nourrissent le systéme que vous n’aimez pas, bref de chercher l’art de vous répéter les mêmes mots dans une harmonie différente… je veux dire, à un moment donné tout est dit… soit t’allumes et tu bouges, soit t’as fait ton trou, tes choix, tes angoisses, et ton acceptation de ta longueur de chaîne…Puis chuis tombé sur cet excellent texte, un autre cri, une autre colombe qui s’envole devant le soleil levant, un autre moment où on s’arrête et où on peut décider ..dîtes vous bien que France, Québec, Us, même merde …le systéme ne connait plus les frontières, elles sont juste bonnes pour nous, pas pour eux …

Après les stages à rallonge et les formations non rémunérées, après le service civique obligatoire et la réforme des retraites, l’Angleterre fait mieux que la France pour offrir un autre futur à nos enfants : l’esclavagisme. Il n’y a malheureusement pas d’autre terme envisageable, car le fait d’obliger des gens à travailler sans négocier ni même recevoir de salaire correspond à sa définition.

Bien loin de pouvoir retrouver du travail à ceux qui l’ont perdu, les gouvernements d’aujourd’hui ne cherchent plus désormais à cacher l’affreuse réalité qu’ils ont créé, mais tout simplement à en tirer partie. Comment ? Et bien en imposant aux misérables victimes du système qu’ils sont en train de démolir un chantage encore plus abject que les « avancées » déjà scandaleuses concernant les droits et les devoirs du citoyen. Car c’est bien d’un chantage qu’il s’agit : la possibilité de faire travailler des gens sans emploi à toutes sortes de tâches dont personne ne veut contre de maigres allocations revient à leur mettre le couteau sous la gorge : c’est « tu marches ou tu crèves ».(…)

Disposer d’une main d’oeuvre servile et nombreuse, corvéable à merci, maintenue dans des cadres comportementaux définis dès le plus jeune âge, affamée, pistée, conditionnée, voilà tout ce qu’il reste à nos dirigeants pour conserver l’illusion de leurs certitudes. La dictature et l’esclavage, pour éviter d’avoir à remettre en question tous leurs méfaits, tous leurs mensonges, et ceux de tous leurs prédécesseurs avant eux.
Source
Alors, vous lisez tous les jours des articles dans la blogosphére, vous avez visiblement une idée de l’étendue de votre servitude, qu’allez vous faire ? Vous vous rendez compte quand même que le systéme ne va pas s’améliorer hein ? L’argent, l’eau, la nourriture, votre environnement de travail, le stress, la peur, la politique, les retombées économiques, tout ça ne va pas s’améliorer et changer d’un coup de baguette , demain ne verra pas soudainement une libération de votre condition, quels que soient le nombre d’articles lus et de commentaires laissés sur des blogs …pourquoi ceux qui nous gouvernent feraient ils un changement d’ailleurs ?

Seriez vous le 100 ième à joindre le groupe et à faire enfin basculer ce rouage d’une machine dont on a tous reconnu et arpenté l’horreur ? Le systéme s’en fout qu’on soit jeune ou vieux, blanc ou noir ou jaune ou bleu, de gauche ou de droite , friqué ou pauvre, il va continuer d’extraire, il n’y a que nous, coincés dans nos petites divisions, qui remarquons ces différences..eux jouent sur le fait qu’elles nous arrêtent, bêtement …

Est ce que vous vous rendez compte à quel point, individuellement, vous avez déjà un pouvoir de changement ? je ne parle pas ici de révolution sanglante , carnassière et revancharde , mais de gestes individuels, concrets, quotidiens, appliqués à plus grande échelle par tout du monde simplement réuni par la compréhension du non-changement actuel qui nous est imposé…

Alors, prêt à appliquer votre pouvoir ? Bien… alors, on danse ?

N’oubliez pas :
Qui connaît l’autre et se connaît lui- même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril.
Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite.
Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles.
[ Sun Tzu, l’Art de la Guerre ]

Fin de transmission
Marc Lafontan

51 Commentaires

Classé dans Actualité, Marc Lafontan

51 réponses à “Fatigué de votre conte de fée ? Alors, on danse ?

  1. Aimé Laliberté

    Assez, c’est assez!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s