Les Bob Binette turbo

Bob Binette

Sorte de clochard qui parle tout croche mais dont l’animateur Pierre Brassard comprend toujours les propos. Sa réplique “jlesais” restera mémorable pour les fans du groupe.

( Personnage joué par Ghislain Taschereau) Les Bleu poudre, Wikipedia


Image: Source: Tagtele

Bob Binette avait plusieurs variantes de «  Je le sais » : Lsé, Helsé, Sé, Esé… Et quelques expressions : Come on! Never… Etc.

***

TURBO

Le terme turbo correspond généralement à un organe mécanique doté d’une vitesse de rotation importante. Un simple ventilateur correspond donc à cette définition. Wiki

TRANSVERSAL

Qui passe en travers, qui coupe obliquement.
Ligne transversale.
meiadico dictionnaire

Cliquer pour agrandissement et clarté sur la photo.


La pédagogie en crise

La meilleure économie que le Québec pourrait faire dans le monde de l’éducation serait de fermer boutique dans le domaine de la pédagogie et de libérer les enseignants de ce carcan contre nature. La preuve? Les insuccès des réformettes. — Georges Allaire

Les pédagogues perdent patience

Y a quelque chose de détestable dans l’attitude des pédagogues du Québec : «l’éducation est une science qui évolue, nous maîtrisons cette science, laissez-nous donc travailler en paix.»

On en voit encore une preuve dans les réactions à l’élaboration d’un bulletin unique, pour tous les élèves du Québec. «Un recul», «absurde», «triste», «inquiétant», clamaient les spécialistes des sciences de l’éducation interviewés par Le Devoir. Cyberpresse

***

Il y a eu une belle discussion sur Cyberpresse, suite à une jérémiade de pédagogues frustrés  devant le retrait de la Ministre Courchesne. . Cyberpresse

Si vous  googlez  « connaissances transversales », vous vous retrouvez devant 1, 400,000 articles, ou je ne sais quoi. Mais une montagne… Dans la chanson country, les cowboys font le tour de la montagne. En éducation, les hyper –pédagogues font des rodéos pour rester en selle sur la logique…

Tentons une première définition. Une compétence transversale serait une compétence qui s’exprime dans un grand nombre de domaines, apparemment non apparentés. C’est pourquoi on leur accorde un statut de généralité, distinct de la conception générale de la compétence qui elle, est contextualisée. Définir les compétences

Normalement, vous devriez dire : « Je le sais… »…

C’est ce que disait Bob Binette. Lisez le document au complet, et tentez de le résumer.

Si vous regarder l’image d’en haut le,  noyau  est le suivant :

A)    Structuration d’identité

B)    Construction d’une vision du monde

C)    Développement du pouvoir d’action

Qu’est donc cette si chère transversalité?

Apprendre le français ( ou autres matières) ( connaître) , mais tout ça en même temps.

La transversalité est représentée  par une ligne droite d’apprentissage. Tous les autres apprentissages dits « non apparentés » sont représentés par les lignes obliques entrecoupant cette ligne.

Si, toutefois, vous multipliez les lignes transversales, vous brouillez l’apprentissage de connaissances et de compétences dans un champ limité, mais nécessairement limité, pour le besoin de l’apprenant et d’une nécessité de concentrer votre programme dans la matière.

Ce qui donnerait ceci :

Ben là! Vous ne pouvez que répéter sans trop y croire : « Je le sais… »

Mais où donc est la ligne directrice de la matière?

« Èlsé.. »

Tournez la page du dessin… Vous ne le savez plus…

Quand vous voulez un plombier pour réparer votre tuyauterie, que cherchez-vous? Un travailleur compétent qui a d’excellentes connaissances en plomberie, capable de régler votre problème.

Si on prend le modèle visé par les hyper-pédagogues, il ne serait pas bougonneur, aurait une bonne vision du monde, et un certain développement du pouvoir d’action (sic).

On se retrouve avec un plombier génial qui vous en apprend sur le fonctionnement des sociétés et qui vous demande de l’argent comptant. Il a si bien appris qu’il a refait une ligne transversale dans son parcours de vie pour améliorer son bien être personnel dans une connaissance vraiment universelle de la nature humaine : il vous demande de l’argent comptant. L’école est blanche, le monde est blanc, le travail est noir…

Il a bien compris le message des pédagogues : il s’est structuré une personnalité, il a bien compris le « monde », et il se met en action.

Enfin! Il « l’a » cet apprendre  à apprendre…

Il a appris du transversal occulte.

Travail au noir dans un monde blanc.

Mais  M.Net Pédagogue va vous arranger ça.

On dirait qu’il a bouffé la même nourriture qu’Alice  aux pays des merveilles.

Un peu de drogue de  pédagogue

J’aimerais vous offrir un bouquet de transversalOu de l’Edelweiss à profusion… Comme Hitler en donnait à ses troupes, car c’était sa préférée. Cette fleur de noblesse blanche… En provenance des hauteurs

Je vous conseille de vous tenir près  d’une poubelle… La marijuana, à côté de ça, c’est de la petite fumée…

Dans le champ des sciences humaines et sociales, et plus particulièrement dans les domaines de la psychiatrie et de l’éducation (psychothérapies et pédagogies institutionnelles) on doit à Felix Guattari l’usage du terme transversalité dans un sens précis. C’est la lecture commune permise à partir d’une prise de conscience (faute de laquelle elle demeurait impossible) d’intérêts communs tenant à des façons de vivre et d’être (la condition ouvrière, par exemple). La métaphore employée était celle de chevaux que les oeillères, qui font partie de leur harnachement habituel, empéchaient de voir de côté, latéralement, leurs congénéres. Nous retrouvons bien, avec cet exemple, les caractéristiques de réinterrogation, de lecture autre et de contestation plus politique sur lesquelles nous avons voulu insister. Certes l’intention de Guattari est d’atteindre, ici, quelque chose de structural, donc encore universel, à tout le moins général, masqué ou dérobé. Mais, en même temps, Guattari s’insurge contre une lecture dominante et, à ce titre assume la particularité. Au sein de ce même courant institutionnaliste, Georges Lapassade et René Lourau reprendront et travailleront cette notion qui contribuera évidemment à un remaniements des rapports traditionnels, plus verticaux, entre centre et périphérie. René Barbier, à son tour, esquissera une approche transversale faisant explicitement place à la multiréférentialité, en tant que lecture plurielle pouvant ouvrir à une culture de l’inattendu (il faut encore mentionner parallélement à ces démarches, le complémentarisme de Georges Devereux). Au fond, les collages suréalistes du début du vingtième siècle etaient autant d’esquisses d’approches transversales. Si l’étonnement est bien pour Alain, suivant Aristote, comme pour Louis Legrand, à l’origine de la démarche scientifique, ce sont beaucoup plus les effets de la surprise qui sont attendus de ces lectures contrastées. L’étonnement peut se penser indépendamment de l’autre, ou avec un autre trascendental ou épistémique toujours plus ou moins représenté en termes d’objet. L’autre concret, incarné, historique, vécu, est toujours présent et actuel dans la surprise. A l’ambition de cohérence d’une logique ensidique risquant parfois l’insignifiance, a force de procédures et de rituels, une lecture transversale voudrait justement opposer un retour aux interrogations sur le sens. Transversalité, J. Ardonio

( en passant, j’ai laissé les fautes….)

Application

Vous voulez apprendre le français?

Voici un exercice.

SD visant à mener les élèves à rédiger, selon le procédé de la réfutation, un paragraphe argumentatif d’un texte d’opinion.

Vous ignorez ce que signifie SD? Situation Modalisée…

Heulsé!

Travaillons sur : Cela, l’industrie le sait.

( Cliquer pour …bien saisir. Il y a trois parties )

Document PDF

Vous avez décroché? Je vous comprends. Passez à autre chose. Allez lire le Reader’s Digest, n’importe quoi. Pour ma part, je faisais respirer les élèves par l’humour.

Ça fait trois heures qu’il ( ou elle) est assis(e). Essayons de le détendre :

C’est une blonde qui vient d’écraser un poulet. Elle se rend à la ferme la plus proche et dit au fermier :
Je viens d’écraser un poulet, je suis désolée, vraiment…
– Bah c’est pas grave ma bonne dame, vous z’avez qu’à le manger.
– D’accord mais qu’est-ce que je fais de sa moto ?

Mais souvenez- vous!

A)    Structuration d’identité

B)    Construction d’une vision du monde

C)    Développement du pouvoir d’action

Ce n’est pas du domaine de l’école, c’est une vie… Et encore… Il arrive souvent, qu’à la fin, on soit plus confus qu’au début.

Quelle identité?

Quelle vision du monde?

Quel  pouvoir d’action?

Comment se fait-il que Vincent Lacroix ait pu développer toutes ces compétences transversales avant l’invention des hyper pédagogues?

Le transversal,  c’est comme la prose : on en fait sans le savoir. Et les élèves choisissent leur transversal…

Quelle infirmière a besoin d’apprendre à l’école ce charabia pour écrire quelques notes?

Pour travailler dans un supermarché, il vous faut un Secondaire 5. Vous devez apprendre tout ça. ( c’est du secondaire 4).  Et plus encore… Ce n’est qu’un échantillon.

Imaginez le reste.

Quel est le but? « Faire » un être humain parfait ( et pour qui?)  format fichier zip en quelques années?

Comprendre l’œuf par les plumes du poulet

L’œuf est constitué d’un jaune et d’un blanc.

Partir de la poule pour expliquer l’œuf?

Je le sais…

Ça fait des plumes à analyser…

Mais même si on le sait, l’œuf donnera toujours un poulet . Et pour les pédagogues, soit dit en passant, si le jaune est l’élève et le blanc est le cette masse de savoir et d’être quasiment plus ambitieuse que la création d’un univers, ce n’est pas de l’idéalisme, mais une folie d’enivrance. ».On ne pourra jamais trouver une formule pour figer cette effervescence du développement de l’être humain dans un univers de pétillements où les cellules des  savoirs se multiplient ad nauseam.

Pour ceux qui s’y connaissent un peu en enseignement, enseigner c’est simplifier. Le pédagogue de la ligne de front, c’est l’enseignant. Lui faut-il  passer l’élève sous scalpel à tous les jours pour disséquer ses formes d’intelligence, ses directions, par des grilles et des grilles, amen? Le classique du labo c’est de disséquer des grenouilles. Bonne chance si vous voulez en « remonter » une après votre scalpelisation.

Les « transversaux » de la réalité de la vie sont un peu trop écartés…

Donnez-leur l’histoire de la blonde, ils l’analyseront jusqu’au constat – dans une multiplicité de mémoires de maîtrise  – d’un sens profond.

Espérons qu’il y en aura un pour découvrir que la moto du poulet est la représentation d’un univers mécano-scientifique calqué par les humanistes. La pédagogie serait une science…

La blonde n’a su comprendre leur profondeur et elle ne la  comprendra jamais.

Ne reste plus qu’à faire le constat suivant : après dix ans,  la volaille pédagogique a arraché et analysé  bien des plumes pour écrire, sauf qu’elle n’a réussi ce n’importe qui de sensé aurait pu réussir : des œufs se reproduisent entre eux sans jamais donner de poulet.

C’est ça qui nous « nourrit »…

Et à quels coûts?

_______________

P.S. : J’ai lu bien des commentaires sur les enseignants qui ne travaillent que pour la paye, qu’ils sont blasés, écœurés…etc.

Je viens d’avoir des nouvelles d’une école. En l’espace de trois mois, 5 enseignants ont démissionné. Trois en burn-out…

Dans n’importe lequel domaine, on brûle les travailleurs comme des bougies. Les décrocheurs des écoles sont peut-être trop intelligents : ils quittent avant qu’ils ne soient transformés en  cire devant autant de cordons de sociétés qui ne sont que des mèches qui consument de la cire pour s’entre-éclairer au phosphore.

Gaëtan Pelletier

26 Commentaires

Classé dans Actualité, Gaëtan Pelletier

26 réponses à “Les Bob Binette turbo

  1. Aimé Laliberté

    La famille est la pierre angulaire de notre société. Pour dominer la société, il faut détruire la famille.

    Quel meilleur moyen d’y parvenir que de brainwasher les enfants avec des idées et des concepts complètement tordus, que les parents ne comprendront même pas?

    L’éducation des enfants est beaucoup trop importante pour être laissée entre les mains de bureaucrates.

    Si vous ne connaissez pas le livre ‘The deliberate dumbing down of America’, je vous suggère fortement d’y jeter un coup d’oeil.

    http://www.deliberatedumbingdown.com/

  2. Apprenant

    Monsieur Pelletier, je comprends l’essentiel de votre propos mais je déplore votre façon de transmettre le message. Il est toujours facile dans un domaine complexe de citer 2 ou 3 sources distinctes qui ne s’expriment pas de la même façon pour démontrer des incohérences.

    Et pour ce qui est des « connaissances transversales » qui retournent plus de 1 000 000 résultats sur Google, c’est quand même 6 fois plus que le nombre de résultats pour « compétences transversales ».

  3. Aimé Laliberté

    Voici un vidéo d’une entrevue avec Charlotte Iserbyt, auteur du livre précité.

    Si vous pensez que l’éducation a pour but d’enseigner aux enfants comment lire, écrire et compter, détrompez vous.

    Le but du système d’éducation est de MODIFIER les pensées, les sentiments et les agissements des élèves. (voir à 6 min. 15 sec du vidéo)

  4. Aimé Laliberté

    Apprenant…

    Il te reste encore beaucoup de choses à apprendre.

  5. Aimé Laliberté

  6. Aimé Laliberté

  7. @ Apprenant,
    « Monsieur Pelletier, je comprends l’essentiel de votre propos mais je déplore votre façon de transmettre le message. Il est toujours facile dans un domaine complexe de citer 2 ou 3 sources distinctes qui ne s’expriment pas de la même façon pour démontrer des incohérences.  »

    D’abord, le « dossier » est d’une lourdeur extrême. Déjà, en partant, cette montagne ne justifie pas… la montagne.
    Je comprends bien les théories des pédagogues. En fait, je crois…
    Sauf, que sur le terrain, il y a bien des choses difficiles à appliquer.

    http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/201004/27/01-4274876-classes-meli-melo-profs-et-jeunes-depasses.php

    Un des problèmes…
    Un autre des problèmes…

    http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/201004/27/01-4274878-eleves-en-difficulte-les-autres-enfants-ecopent-aussi.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4274876_article_POS1

    Qu’on commence par être un peu pratique dans l’organisation des classes et des programmes. Après on verra…
    Utopie. Utopie. Utopie.
    Je n’y vois rien d’autre…
    P.S.: Je serai absent pour un jour ou deux. Décès dans la famille…

  8. Aimé Laliberté

  9. Aimé Laliberté

  10. pour ce qui est des “connaissances transversales” qui retournent plus de 1 000 000 résultats sur Google, c’est quand même 6 fois plus que le nombre de résultats pour “compétences transversales”.

    Remarque
    « problémes en éducation » raméne 25 800 000 résultats …
    « Éducation à la maison » donne 22 500 000 résultats …
    « réforme scolaire » = 6 900 000
    « fuck l’école » = 140 000
    « profs incompétants » = 177 000

    En bout de compte  » je vais aller planter mes patates » ( 520 000 résultats – on est un paquet !!) et « je vais piler mes cordes de bois » (29 900 ) ! Bonne journée ! (11 100 000 )

  11. L’éducation est ignorance

    La chose à faire est d’essayer de faire sortir les gens de leur prison intellectuelle, qui n’est pas simplement accidentelle comme je l’ai mentionné. Pour reprendre l’expression d’Adam Smith, de gros efforts sont nécessaires pour arriver à rendre les gens « aussi stupide et ignorant qu’il est possible de l’être pour un humain ». Une grande partie du système éducatif est conçu pour ça. Si vous y réfléchissez, il est conçu pour la passivité et l’obéissance. Dès l’enfance, une grande partie est conçue pour empêcher les gens d’être indépendants et créatifs. Si vous êtes de tempérament indépendant à l’école, vous rencontrerez certainement des problèmes très tôt. Ce n’est pas le trait préféré ou encouragé. Quand les gens survivent à tout ça, plus la propagande économique, plus la presse et la masse toute entière, le déluge de distorsion idéologique permanent, ils posent des questions qui d’un autre point de vue sont complètement raisonnables…

    L’éducation de masse fut conçue pour transformer les fermiers indépendants en instruments de production dociles et passifs. C’était son premier objectif. Et ne pensez pas que les gens n’étaient pas au courant. Ils le savaient et l’ont combattu. Il y eut beaucoup de résistance à l’éducation de masse pour cette raison. C’était aussi compris par les élites. Emerson a dit une fois quelque chose sur la façon dont on les éduque pour les empêcher de nous sauter à la gorge. Si vous ne les éduquez pas, ce qu’on appelle l’« éducation », ils vont prendre le contrôle – « ils » étant ce qu’Alexander Hamilton appelait la « grande Bête », c’est-à-dire le peuple. La poussée anti-démocratique de l’opinion dans ce qui est appelé les sociétés démocratiques est tout bonnement féroce. Et à juste titre, puisque plus la société devient libre, plus dangereuse devient la « grande bête » et plus vous devez faire attention pour la mettre en cage d’une manière ou d’une autre.

    Mais l’éducation destinée aux élites ne peut être identique. Elle doit permettre la créativité et l’indépendance, sinon ils ne pourront faire leur boulot, c’est à dire faire de l’argent.

    http://www.chomsky.fr/entretiens/guerre02.html

  12. Aimé Laliberté

    PLQ et PQ, deux partis, mêmes menteries, mais soyez sans crainte, il n’y a aucune conspiration!

  13. Aimé Laliberté

    Un Québec dirigé par des menteurs professionnels…

  14. Aimé Laliberté

    Le Québec, dirigé par des incompétents

  15. Aimé Laliberté

    Au pays des aveugles, le borgne est roi :

  16. Aimé Laliberté

    Apprentis sorciers au travail…

  17. Aimé Laliberté

    That’s all Folks!

  18. @Aimé,
    Merci pour les vidéos.
    Celles en français, je les ai vues, pour la plupart. Je vais cependant y revenir.

    J’aimerais simplement que l’on soulève un questionnement sur le prix de tout ce « tournage » en rond depuis près de 15 ans.
    J’ai vu et lus de nombreux livres de spécialistes, en anglais, en français. Du pareil… Ils se parlent entre eux.
    En 1990, on lançait de nouveaux programmes en français et en anglais à l’éducation des adultes.
    En anglais, il y eut « chicane » au sein du Ministère, de sorte que le matériel – présenté sur de feuillets photocopiés- et je dis bien présenté comme BROUILLON, ne passa pas le stade du brouillon.
    Devinez ce qu’on en a fait?
    On a fait des brouillons des livres en couleurs…
    Je parle de l’anglais.
    Le programme de français m’a semblé bien mieux peaufiné.
    Mais bien plus complexes…
    Est-ce une qualité?
    Voilà une nouvelle tâche pour les enseignants.
    Dégraisser.
    SVC
    Sujet, verbe, complément….
    Avant de devenir grand musicien, les accords de Do, Ré, Sol et leurs versions en mineur font qu’on peut y faire des chef d’œuvre.
    Ou des chansons country … 🙂
    C’est ce qu’on a tassé: la base.

  19. Aimé Laliberté

    Voici maintenant la cerise sur le sundae.

    Ci-dessous un article qui raconte comment en mars 2010 l’Association mondiale des Girl Scouts et Girl Guides, conjointement avec diverses organisations de l’ONU, incluant l’OMS et l’Unesco, ainsi que le YWCA faisaient la promotion de diverses pratiques sexuelles auprès d’enfants aussi jeunes que 5 (CINQ) ans, et encouragaient les jeunes infectés par le virus HIV à ne pas informer leurs partenaires sexuels de leur infection, en leur suggérant que les lois dans ce sens violent leurs droits!

    Voici l’article :
    http://www.c-fam.org/publications/id.1589/pub_detail.asp

    À peu près en même temps, en avril 2010, le gouvernement de l’Ontario tentait de modifier les cours d’éducation sexuelle pour enseigner aux jeunes à l’école comment se masturber etc…

    Heureusement, l’opposition des parents fut si farouche que le PM a dû se raviser et retirer son projet de loi (pour le moment).

    Voici un article à ce sujet :

    http://www.parentcentral.ca/parent/education/schoolsandresources/article/798226–changes-to-sex-ed-curriculum-raise-ire-of-family-groups

    Voyez-vous comment l’ONU et les gouvernements locaux travaillent main dans la main?

  20. Bonjour Gaetan:

    La critique la plus désopilante et devastatrice – donc la plus utile et la plus méritée – du systeme d’éducation. Ils sont cinglés et il faudra une génération pour s’en sortir, car il faudra changer la mentalité et la perspective de ceux qui font les programmes, puis faire des programmes, puis former des éducateurs…

    Il n’y a strictement rien a tirer de ce charabia. On est entre Lacan et Derrida dans l’absurde, avec des politiciens corrompus, des bureaucrates, des milliards d’investissements…

    Il faut fermer le système d’éducation et mettre en place des mesures d’urgences pour sauver le volet professionnel, si on veut que les roues continuent de tourner. Pour la culture il va falloir innover, utiliser l’autodidaxie… , mais nous ne sommes même pas au point où un débat intelligent pourrait s’amorcer.

    On va finir par comprendre le message du dernier film d’Arcand, l' »Âge des ténèbres » : « On ne peut rien pour vous; c’est devenu trop compliqué... »

    Pierre JC Allard

  21. Aimé Laliberté

    Bonjour Gaetan,

    Pardonnes-moi d’avoir bombardé le tableau avec autant de liens et de vidéos, mais ton article m’a fait sauter les plombs.

    Je l’ai relu à quelques reprises pour être sûr d’avoir bien compris. Puis, j’ai lu tes tableaux, par prudence. Puis, je les ai relus, et je ne comprends toujours rien à ce charabia parce que, manifestement, il n’y a rien à comprendre. Ça n’a aucune allure.

    Ils faut être ‘cinglés’, comme dit PJCA, pour accoucher de trucs pareils.

  22. Bonjour Pierre,
    « On ne peut rien pour vous; c’est devenu trop compliqué ».
    C’est bien là le drame. Si on pouvait « sauver » 50% – sous forme de récupération de 20 ans de patinage artistique, ce serait déjà bien.
    Or, le système est dans un sable mouvant – comme ce personnage du film Jeremiah Johnson – au point de ne respirer que par une narine.
    Le sauver? Laissez-le couler au plus vite et passez à un autre « personnage ».
    Le secteur professionnel est un peu mieux. Sauf que le triage est alenti par deux facteurs:
    1. Un déni de réalité
    2. Le système de subventions des écoles: un pied sur le frein, un autre sur la pédale d’accélération.

    Je remarque qu’il y a toutefois des efforts en ce sens. Efforts dus aux constats du « marché »… Bref, à la pénurie.
    Le frein est que le système est « payant » pour les écoles. On ne travaille pas pour le bien de la « collectivité », on y travaille pour le rendement de l’école. De sorte qu’on étire la subvention jusqu’à la limite.
    La plupart des étudiants pourraient passer 50% moins de temps à piétiner. Car les enseignants qui vivent avec des élèves, peuvent, quand ils sont compétents orienter celui-ci en quelques semaines.

    Je pourrais en parler longuement…

  23. Précisions:
    Ne pensez pas que je mitraille tous les pédagogues. J’en ai connus de très compétents. C’étaient SURTOUT ceux qui avaient été enseignants et qui décidaient de changer de carrière.
    J’ai souvenir de deux jours dans les années 90, d’exercices pédagogiques absolument extraordinaires.
    Ces journées étaient surtout centrées sur les enseignants et leur perception… Ce qui aidait grandement ceux-ci à chercher de nouvelles approches en corrigeant les leurs… Et avec bonne foi…
    J’ai aussi souvenir d’horreurs où des livres étendus sur une table ont donné ce que nous avons aujourd’hui.
    ____
    Comprenez qu’il puisse y avoir des tenants de cette nouvelle « réforme ».
    Le danger?
    L’endoctrinement. Ils n’ont pas connu autre chose… Mais étant donné qu’ils vivent longtemps dans le système d’éducation théorique, ils finissent par admirer ces théories. Et y croire…
    ________
    Questionnement.
    Y-a-t-il un problème au niveau de la formation des enseignants?
    Plusieurs…
    Prof de Cégep? Une maîtrise dans une matière et un an de pédagogie.
    Ce qui fait 6 ans d’université.
    C’est sérieux?
    ( parenthèse: ils servent souvent, ces spécialistes, à re-former les trous des nouveaux enseignants).
    Les élèves du cégep- en formation générale – ont 17, 18 ans… Les plus vieux 19 et 20.
    Quel est donc le mode de subvention des universités?
    ________
    La drogue des pédagogues.
    Si vous croyez que j’ai fouillé pendant des heures pour trouver le pire, détrompez-vous.
    Bang! Un ou deux coups…
    Je n’ai aucun intérêt à détruire ce système. Ce n’est pas en « intellectuel » que j’en parle, c’est par le vécu de l’école.
    Une société n’a pas pour but de former de la brume, mais du solide. Sur ce point c’est un échec navrant.
    ________
    Comme en politique, les enseignants n’ont pas le droit de parole à l’intérieur du « système ». Croyez-moi, les « contre » sont renvoyés par des moyens et des pouvoirs qu’ont les dirigeants. Comme en tout, on écarte les opposants. Et ça ne me fait pas plaisir de le dire.
    Mon gagne-pain et mon silence…
    Les syndicats?
    Bof! Il est très intéressant de faire des placements de l’argent des employés, d’en défendre un de temps en temps. Avec quelques réussites…
    _____
    Le but d’une société.
    C’est qu’elle fonctionne pour un « bonheur relatif ».
    En cela, il faudrait rayer le mot « compétent » pour celui de fonctionnel.
    À l’intérieur d’un système fonctionnel. Accroché à la réalité.
    En conclusion, le plus grand décrocheur du système scolaire, ce n’est pas l’élève, mais le pédagogue et le rouage encrassé qui prend des bains d’huile de « tout va bien » ou « croyez nous ».
    Pâmons nous devant un Stephen Hawking en fauteuil roulant…
    Mais pour avoir Stephen Hawking il faut bien quelqu’un pour lui bâtir son petit chariot …
    Il y a des gens doués pour ça et pour qui ça fait leur bonheur.
    J’ai eu un élève un jour, incapable de dépasser le stade de secondaire 2 en anglais. J’étais pâmé par sa passion de la mécanique… À chaque jour, je passais au garage où il travaillait à temps partiel. Entre les « creux », il s’était amusé à construire un véhicule avec un moteur de moto dont la carcasse était finie.
    Il est devenu expert en système électronique d’autos.
    Or, les livres sont – pour la plupart – en anglais.
    Comment l’expliquer?
    Peux de ces hyper pédagogues le pourrait. Mais un prof, oui. Il faut savoir placer les gens dans la vie comme dans un film. Le casting…
    Pour ce faire: une approche personnelle.
    C’était ma grande passion: trouver la place de chacun en ce monde.
    Et rendre ces gens heureux…
    D’où vient cette idée saugrenue de construire une grille d’importance, de cases, d’étages dans les valeurs des gens?
    Qui donc sème cette graine à détruire les gens?
    Et des sociétés?
    Mon père était cuisinier-artiste, violoniste, photographe. Ma mère – liseuse silencieuse, penseuse-philosophe … et femme de ménage.
    Je ne suis pas fier d’un aspect d’eux. Je suis fier de tout.
    De tout ce qu’ils ont abandonné pour faire vivre un monde: leurs enfants.
    Alors, pour ce qui est des intellectuels à semelles volantes, je peux m’en passer.
    J’ai passé les dix premières années à vivre chez ma grand-mère qui avait élevé 17 enfants. Elle n’avait pas l’électricité. Nous faisions nos besoins dans des pots de chambre et elle cuisinait sur un poêle à bois.
    Pensez-vous que j’ai été malheureux?
    Non. Tout le contraire… Ça m’a permis d’apprécier la vie, car ce qu’avait cultivé cette cuvée était l’entraide et de se serrer les coudes un peu pour survivre. Il y avait des froids… Mais la chaleur était nécessaire. Au point où aujourd’hui, passé à l’âge des enterrements, je rencontre ce qui reste de mes 65 cousins et cousines cette belle chaleur des gens simples.
    En passant, l’odeur des pots de chambre à côté de celle des parlements, des intellectuels à savates, des menteurs qui vendent leur langue pour une poignée de dollars dans un western de cowboys qui fouettent leurs neurones pour se rendre jusqu’à Mars, … bof!
    Tout ça nous mène à une maison avec trois toits et pas de fondations.

  24. @ Aimé,
    Nul besoin d’excuses. Pour ma part j’ai été très content de les voir apparaître.
    Je saute aussi des plombs… Le dernier commentaire en est sans doute un exemple. ( excusez les fautes…)
    Je veux bien être « objectif » et cesser de me lamenter. Qu’on me brûle s’il le faut pour aider « la cause ». Mais là, nous avons un problème qui me semble plus important que les garderies de Tomassi.
    Le système est en phase terminale et on s’acharne…
    J’ai l’impression que le patient a 36 tubes.
    Je suis supposé être un « pro » de l’enseignement. Si je suis nul, que quelqu’un me le dise. Je suis ouvert…
    Sauf que si j’avais une photo prise lors de ces journées pédagogiques, on pourrait voir la tête des enseignants essayant d’avaler tout ça…
    Comme disait mon boulanger de Québec qui faisait les meilleures baguettes en ville:
    C’est qui le boulanger?

  25. « J’ai enseigné pendant dix ans. C’était à l’université, ce qui est très différent de la maternelle, encore que parfois… C’était aussi à l’UQAM, qui laissait à l’époque une grande liberté à ses profs de mener leur classe à leur guise. J’en parle pour dire que, instinctivement, pour optimiser au maximum mon cours, j’allais dans le sens exactement contraire de l’intégration: dans les deux premiers cours, je m’arrangeais pour décourager un maximum d’élèves. Je commençais par annoncer que tout le monde aurait B. Même ceux qui ne viendraient pas au cours. Drette là, j’en perdais six ou sept qui se disaient pourquoi je me ferais chier, j’aurai B de toute façon. Puis, après les premiers exercices, je coupais la tête et la queue. J’allais voir les bols: vous n’apprendrez rien, vous savez déjà tout ça. J’allais voir les nuls: vous n’êtes pas de niveau, c’est un cours d’écriture et vous partez de beaucoup trop loin, avez-vous songé à faire de la radio?

    Très vite, sur 40, m’en restait 22, 23. Je donnais à ceux-là pendant trois mois tout ce que j’avais, tout ce que je pouvais. Je ne me souviens pas qu’ils se soient plaints. Les 17 autres? Je ne sais pas. M’en crisse. Peut-être qu’ils font de la radio. Peut-être aussi qu’ils travaillent au ministère de l’Éducation. »
    Pierre Foglia

    http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/pierre-foglia/201004/30/01-4276112-notes-educatives.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_aujourdhui-sur-cyberpresse_267_accueil_ECRAN1POS1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s