De Victor Jara à Guantanamo : la même CIA (51)

Qui dirige réellement les Etats-Unis, sommes nous tenté de dire à la fin de cette enquête : à voir en effet les louvoiements et les tergiversations de l’administration de Barack Obama, on est en droit de se poser la question. Et très vite, on va en trouver la réponse, en la personne de l’homme sans conteste le plus intelligent du lot. Et très certainement aussi le plus dangereux pour le pouvoir en place. Le secrétaire à la Défense, Robert Gates, qui a réussi à ce jour une rare prouesse, celle de réussir à travailler avec des présidents démocrates ou républicains, à force de s’être rendu indispensable aux deux. Gates est en effet incontournable depuis des années. Et pour une raison qui n’est pas due à ses seules capacités intellectuelles. Gates est tout simplement un ancien de la CIA, dont il a forgé depuis des années le portrait actuel : à savoir qu’il est particulièrement au courant de ses dérives récentes ou passées, et qu’il continue, aujourd’hui encore à en tirer les ficelles, en se heurtant chaque jour qui passe à celui nommé à la tête de l’organisation, Léon Panetta, dont on est en droit déjà de poser la question de sa place à ce poste, tant il paraît dépassé par l’ampleur de la tâche. Retour sur le deus ex machina de l’Amérique, l’homme qui possède un pouvoir immense et sait en jouer avec un réel talent, à vrai dire.

L’importance de Robert Gates se mesure à un exemple simple : lors du serment de prise de pouvoir de Barack Obama, le 20 janvier 2009, le Figaro nous ressort une énième histoire d’attentat possible, émanant de Somaliens cette fois. Une histoire plutôt vague, ressortie comme par hasard après la tentative abracadabrantesque de l’homme au slip piégé. Et au coin de cet article sentant fort le storyteller, une pépite : « Comme le veut le protocole, le remplacement du chef de l’Etat a été prévu en cas d’assassinat : le secrétaire à la Défense Robert Gates, nommé par George Bush et maintenu à son poste par Barack Obama, a été été mis à l’abri, dans un endroit tenu secret, pour succéder au président, au cas où ce dernier serait assassiné« . Le vice-président Joe Biden a dû apprécier : mais il est vrai qu’il devait aussi être sur place. Mais cette anecdote précise bien le fait indubitable que le vrai second personnage du pays, c’est bien lui. Biden, le roi de la gaffe, étant juste bon, on le sait, à poser avec des pique-assiettes ! Ce jour-là, l’homme le mieux caché des Etats-Unis était Gates ! Quant à Obama lui-même, laissons-lui le loisir au moins de découvrir les règles journalières de ce fichu protocole… En tout cas, on veille sur lui, semble-t-il… selon les infos du FSB (enfin, qui semblent en provenir !). Il est vrai qu’il vaut mieux se méfier de ce N46F.. sachant d’où il vient habituellement (« The Farm »). Ce jour-là sans trop prévenir…

Pour expliquer l’importance du personnage, il faut retourner en arrière. On a souvent historiquement relié le soutien aux Moudjahidine afghans à une date ultérieure à l’invasion russe, dont la date exacte est le 24 décembre 1979. « C’est faux« , nous apprend fort tardivement (en 2007) Zbigniew Brzezinski, conseiller à la sécurité nationale du Président des États-Unis Jimmy Carter, de 1977 à 1981. Selon lui en effet, « c’est le 3 juillet 1979 que le président Jimmy Carter a ordonné les opérations clandestines aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul« . Selon Brzezinski toujours, et c’est plutôt une révélation, ce seraient mêmes ces actions de la CIA qui auraient déclenché l’invasion !

Historiquement, pourtant, tout le monde s’était engouffré dans ce qui était perçu comme un mensonge soviétique, qui affirmaient avoir dû intervenir en raison d’actions d’espionnage et de tentatives de déstabilisation américaine ! Il aura fallu plus de 29 ans pour que la vérité éclate ! Or qui va venir au secours de cette déclaration explosive ? Robert Gates, le « soviétologue » qui à la sortie de son livre de mémoires « From the Shadows : The Ultimate Insider’s Story of Five Presidents and How They Won the Cold War » , affirme bel et bien que « nous avons pensé à créer une légion arabe contre les Soviétiques ». L’armée de Ben Laden, chargée de saboter l’avancée russe ! En 1979, Gates est déjà la CIA depuis 13 années, et en qualité de grand spécialiste de L’URSS a été obligatoirement consulté sur la question. Cela, tous les faits le prouve, y compris notre phénomène qu’était Ali Abdul Saoud Mohamed, l’homme clé du système Ben Laden dont je vous ai conté l’incroyable histoire : un jour à Fort Bragg, le lendemain avec Ben Laden ! L’homme qui est bien une créature de la CIA (*1) !

Dans son livre, Gates prend la défense de manière inattendue de…. Jimmy Carter, affirmant qu’il avait trouvé le talon d’Achille des russes, qui n’était pas du tout d’ordre militaire : c’était la question des droits de l’homme dans le pays ! Et le magnifie, pour avoir provoqué par sa décision de les attirer par des provocations, dans le piège afghan. Automatiquement, il faut le reconnaître, cela remet doublement les pendules à l’heure : l’homme qui détient aujourd’hui les rênes du Pentagone affirme haut et clair que ce sont bien les USA qui sont à l’origine de Ben Laden, et que la guerre en Afghanistan est ingagnable, puisque c’était là, en tablant sur leur défaite, que la CIA avait attiré les russes !

Or cette opinion n’est pas du tout perçue de la même façon par Counter Punch et John Chuckman (*2) : « Si vous voulez une bouffée de la nature inévitablement bureaucratique et politique du « grand service intelligence’, allez donc chercher quelques un des mémos sur les interventions écrits par Robert Gates, qui a servi de directeur de 1991 à 1993 » écrit l’auteur. Selon le même, le gouvernement actuel de l’Irak est similaire à ceux que l’agence a installé dans les dictatures d’Amérique du Sud (on ne saurait lui donner tort à voir sa corruption endémique), et rien d’autre, et les troupes entraînées avec leur matériel fourni par les américains ont alimenté les terroristes à la base du 11 septembre, pas moins ! Et ça on ne peut le nier non plus, quand on connaît la saga d’Ali Mohamed par exemple ! Et tout cela avait un coût énorme. L’auteur finissant sa charge par un « avec tout l’argent dépensé dans la CIA pour les opérations spéciales on aurait pu rééquiper toutes les classes ou mis à jour en quelques années… » Robert Gates aurait-il une nature à tirer la couverture à lui et à s’attribuer des exploits qui n’en seraient pas ? Sans nul doute : sous des aspects charmants (c’est le préféré des journalistes car il ponctue tous ses interviews d’anecdotes et de vannes pendables), cet homme est un carnassier de grande envergure !

Car en Afghanistan, il y a une belle contradiction que relève CounterPunch : le calcul fait était biaisé, et Robert Gates, qui a participé à son élaboration s’était trompé. Les russes partis, le pays allait obligatoirement tomber dans le chaos des factions talibanes et des déchirements des chefs de guerre entre eux. C’était avoir vu à court terme, et l’auteur, John Chuckman n’est vraiment pas tendre avec Gates qu’il rend largement responsable de se fiasco. Et d’autres, qui avaient précédé. Selon Melvin Goodman qui fut membre de la CIA pendant 24 ans, Robert Gates a également fabriqué aux petits oignons une lutte reaganienne contre les russes digne de la guerre froide, avec assassinats ciblés ou opérations de contre-terrorisme. L’auteur cite la manipulation de l’auteur de la tentative d’assassinat de Jean Paul II (le 13 mai 1981) par les services secrets de l’Est (Bulgares) en exemple : c’est la digne poursuite de l’assassinat de Lumumba, et une continuité évidente chez la CIA. En 1991, lors de son audition au Senate Armed Services Committee, en qualité de DDI (« deputy director for intelligence ») 31 sénateurs démocrates lui avaient fait le reproche, comme ils avaient levé le lièvre de son implication directe dans l’Irangate. La CIA était alors sous la direction du faucon William Casey, mais Gates était là depuis longtemps. Melvin Goodman affirme surtout avoir intercepté un mémo signé Gates donnant des directives dans ce sens : or en 1983, Gates avait déclaré que les russes n’étaient absolument pas impliqués dans la tentative d’assassinat ! En citant une source de l’armée russe, alors que s’ils étaient intervenus, c’eut été via le KGB. Robert Gates en sait bien plus qu’il n’en dit dans ses mémoires ! Robert Gates a de lourds secrets derrière lui… et sa constance aux plus hautes fonctions de l’état ne peut qu’intriguer : serait-il un Hoover bis ?

Après huit mois d’attente et d’incertitudes, Obama le choisit au Pentagone, là où il est déjà depuis 2006, où il avait été nommé par G.W. Bush. Une nomination à la surprise générale ou faute de candidats compétents (ou qui ne sont pas rongés par l’ambition comme Petraeus (*3), se mettant à dos ceux qui s’y croyaient déjà, dont Petraeus, chez qui on découvrait récemment un cancer de la prostate, et qui continue à rêver de Maison Blanche, et ce, même au plus haut niveau. L’homme avait travaillé avec quatre présidents, chacun ayant loué sa malléabilité et son sens de la négociation. Le choix surprend, donc, mais on le comprend très vite : Robert Gates s’était déjà montré chaud partisan d’un changement de doctrine en armements : selon lui, les projets démarrés il y a vingt ans ne correspondaient plus aux guerres modernes. Et on ne peut que constater la chose : il a entièrement raison.

Pour le F-22 dont le premier prototype remonte à 1990, ça sonnait le glas de ses espérances….. Gates est surtout le seul à pouvoir faire passer une énorme pilule aux militaires, spécialement dans l’US Air Force ou il va se permettre de sabrer dans les grandes largeurs le programme F-22 et mettre au rencart des projets dispendieux, au grand dam de ce surpuissant lobby militaire. L’Amérique a besoin de piétaille, de drones pour assassinats ciblés, pas de merveilles technologiques inadaptées aux guerres modernes, martèle Gates depuis des années maintenant. Des avions parfois particulièrement mal pensés : le F-22 consomme trop, ne communique ni avec le sol ni avec les autres avions, ses trappes de largage sont trop petites et il faut donc créer de nouvelles bombes et de nouveaux missiles (un super plan pour vendre du matos qu’il faut construire spécialement !), des trappes se corrodent, son cockpit coince, etc. L’Air Force en demandait 482, Gates en accordera 187… et en traînant des pieds ! La Navy voulait des destroyers DDG-1000 Zumwalt partout, elle en aura 3 seulement ! Les joujoux de l’armée ne seront pas livrés aux militaires.

Or, malgré les réticences, le discours de Gates passe ! Pour quelle raison ? L’homme est fort adroit : il sabre le F-22 mais conserve le F-35 dont le programme est en train de partir en quenouille avec des prix qui grimpent et des délais qui ne pourront plus être respectés : à chacun son A-400M ! Car Robert Gates, contrairement aux apparences, doit sa place au lobby industriel lié aux armements et aux militaires. Ce qu’il reste en effet en travers de la gorge des généraux US, c’est la décision de Rumsfled de privatiser la guerre. Les mercenaires coûtent moins cher en assurance-décès, certes, mais les mercenaires sont payés des fortunes : les généraux US ont abreuvé pendant des années le Pentagone de mémos sur les énormes disparités qui fabriquent des vases communicants ne fonctionnant que dans un seul sens (les anciens militaires passent chez Blackwater en masse), où évoquent l’indiscipline chez les contractuels. Les mercenaires sont par définition incontrôlables. La base râle, et cela n’est pas bon. Or les généraux US sont aussi fidèles à leurs troupes, qu’elles défendent, ce qui n’aura jamais été le cas de Donald Rumsfeld. Qui avait aussi demandé l’abandon de l’Osprey, dont le coût faramineux de développement à nourri des milliers de familles ! Mais dont la finalité est toujours douteuse et le coût d’exploitation une tare fondamentale. Le V-22 est à lui seul un scandale.

Car Gates est surtout l’anti-Rumsfeld : les soldats américains n’avaient pas du tout apprécié ses réponses évasives et dédaigneuses sur l’équipement déplorable dont ils disposaient aux premières heures du conflit, notamment l’envoi de « kits » ridicules d’améliorations véritables galères à monter malgré la propagande officielle qui en montrait l’installation : les soldats de Rumsfeld ont payé un lourd tribu à l’impréparation chronique de leur armée. Leur amélioration n’est que bricolage. Qui ne sert à rien. Inutile d’imaginer en faire un véhicule sûr. Les Humvees à fond plat se sont révélées de véritables tombeaux pour des centaines d’entre eux. La première décision de Gates et d’augmenter la cadence d’envoi des nouveaux véhicules à fond en V, et même de poser en photo fièrement devant. Celui-là à tout compris depuis longtemps. Cet homme gère parfaitement son image : dans les revues d’aviation il se fait photographier au bord du fameux Doomsday Aircraft… le Boeing E4-B, en affirmant qu’il s’y sent comme dans son bureau. Or cet appareil singulier n’est autre que celui qui faisait des cercles au dessus du Pentagone… en étant l’avion le plus susceptible d’intercepter ou de créer les communications téléphoniques au sol… l’avion qu’utilise le plus Robert Gates survolait le désastre le 11 septembre… avec qui à bord ce jour là ? Rumsfeld était dans l’aile opposée de l’impact, au Pentagone, Cheney resté à la Maison Blanche… et G.W. Bush perdu dans le ciel de Floride. En train de recevoir une menace « le prochain sera l’ange« , le code secret de l’avion présidentiel… provenant d’où ?

Politiquement, Gates assure donc une continuité : en 1989, Gates change à peine de chapeau, il est nommé conseiller adjoint du président George Herbert Walker Bush au sein du Conseil national de sécurité où il travaille avec Condoleezza Rice. Engagé sous Reagan, apprécié par Carter, promu par Bush père… il devient en 1991 le directeur de la CIA, jusque 1993 a-t-on déjà dit. L’année où il entre en fonction, justement, les télévisions montrent les prêches anti-américains d’un jeune barbu nommé Ben Laden. L’homme vient juste d’être expulsé d’Arabie Saoudite, suite à l’invasion du Koweit et du débarquement US qui suit. Deux avant, il a fondé son organisation et créé ses camps d’entraînement avec notre « ami » Ali Mohamed ... membre éminent de la CIA, proche d’Ayman Zawahiri. L’année suivante l’ambassade du Yemen explose, en 1993 le WTC subit sa première attaque : Robert Gates est aux premières loges.. son organisation a financé les troupes de Ben Laden jusqu’au départ des russes de 1989 et bien plus tard encore : elle soutenait l’Alliance du Nord de Massoud, certes, mais gardait aussi un œil sur les talibans. Ce n’est qu’en février 1996 que les américains s’aperçoivent que cela peut être gênant, et encore : à propos de la prise de Kaboul, Madeleine Albright déclare en effet à ce moment là que « c’est un pas positif » !!! Ben Laden fait sa première déclaration anti-américaine ce jour-là… en lançant son célèbre appel à « attaquer les intérêts américains partout dans le monde « Tim Osman« , le surnom qu’il avait eu de la CIA s’est bien moqué d’eux. Ou travaille davantage avec eux. Un Ben Laden totalement « made in USA« …

En résumé, durant toute la période où Robert Gates est directeur de la CIA, Ben Laden est un de ses employés… parmi les plus efficaces ! Et Robert Gates n’est pas le seul à provenir de ce sérail de dirigeants de la CIA, toujours en train de magouiller quelque part dans le monde : le conseiller Brent Scowcroft, cet autre faucon, l’accompagne, or lui aussi provient… de la CIA, ayant travaillé depuis 1980 sous les deux William, Casey et Webster… sous les auspices du père Bush. De tous, Robert Gates est celui qui aura duré aussi longtemps que … Dick Cheney. C’est un proche en fait de Rumsfeld, alors qu’il est tout son contraire : lors des bombardements des premières heures de la guerre en 2003, il raconte que la « Maison Blanche priait et brûlait des cierges pour que Saddam soit tué. » Or, ça, pour le savoir, il fallait être auprès de Marc Garlasco… toujours aux premières loges, Robert Gates.

Alors, quand le 6 décembre dernier Robert Gates vient annoncer devant les caméras que « cela fait plusieurs années que les USA ne savent pas où est Ben Laden« , on se dit qu’il est temps, maintenant d’abaisser les masques. Le pouvoir précédent en a fait un chiffon rouge à agiter quand il le fallait : or c’était déjà Robert Gates qui tenait le fanion, et qui nous disait que c’était pour bientôt, son arrestation, pour sûr. Aujourd’hui, on se prépare à expliquer aux gens qu’on ne sait pas où il est passé, exactement comme on ignore où est passé Mohamed Ali. Avec la téléphonie, les américains ont toujours su où il était, pourtant. Maintenant qu’ils disent ne plus savoir, il ne reste que deux solutions : où ils le protègent, ou il est mort. Et ça, celui qui suit toutes les opérations spéciales le sait. Mais peut-être pas son propre président. Barack Obama a nommé l’individu le plus dangereux pour lui en espérant le contrôler. Il faut se rendre aujourd’hui à l’évidence : on ne contrôle pas la CIA. Et aux dernières nouvelles, l’homme le plus puissant de la planète prendra sa retraite dès l’année prochaine (*4) : le casse-tête de sa succession va reprendre et mettre Obama dans l’embarras, sinon en grand danger. Des attentats tortueux, on risque d’en voir apparaître d’autres dans les mois à venir (*5).

(1) « Not only was the Soviet Union already beginning to unravel during those years—again, momentous developments of which the CIA as an institution remained ignorant—but the training, money, arms, and incitement the CIA contributed to Afghan rebels virtually created the groups associated with 9/11. The CIA’s practice of bringing shadowy characters back and forth by the hundreds to the United States on visas American embassies were forced to issue without examination unquestionably helps explain how nineteen suicide-bombers entered the country on legitimate visas. The shoulder-held anti-aircraft missiles the CIA supplied wild mountain men to shoot down Soviet helicopters found their way later to various places for attacks on civilian airliners. How’s that for a return on your tax dollar ? »

(2) « Many of the CIA’s most costly operations appear successful when viewed superficially. Its operation in Afghanistan during the 1980s, where it spent billions to help drive out the Soviets, is a good example. Eventually, the Soviets left and were embarrassed by their failure, but if you examine the operation over a longer time-horizon, you see that it was in fact a catastrophic failure. If you want a whiff of the unavoidably bureaucratic and political nature of Big Intelligence, go find some of the op-ed pieces written by Robert M. Gates who served as Director from 1991 to 1993. »

(3) « Gen Petraeus, head of Central Command or Centcom of the US Armed Forces,said on Sunday that Iran could « certainly be bombed » if necessary. « The level of effect would vary with who it is that carries it out, what ordnance they have, and what capability they can bring to bear, » he said in an interview with CNN. Most significantly, Washington has also revealed that the key « bunker-buster » weapon that would be needed to destroy all Iran’s nuclear facilities, some of which are buried underneath mountainsides and in tunnels, will not be ready until the end of this year ».

(4) « Le principal collaborateur de George W. Bush recyclé dans le gouvernement Obama, le secrétaire à la Défense Robert Gates, restera à son poste au moins une année de plus, a appris l’Associated Press. »

(5) Nor can we dismiss out of hand the analysis offered by the World Socialist Web Site that the failed Christmas Day airline plot was a maneuver by extreme right-wing elements deeply embedded in the U.S. National Security State « to destabilize and undermine the Obama administration. » To this can be added Richard Wolffe’s provocative statement that factions within the secret state may have had their own « alternative agenda, » and thus failed to act.

Poster un commentaire

Classé dans Six de l'Hexagone, Stéphane Bouleaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s