Le cirque du G8/G20 sera en ville, avec toute la cavalerie

François Marginean

[Article mis à jour le 28 mai 2010]

On est reconnu pour ce à quoi on est bon. Les Japonais sont reconnus pour leurs sushis, leurs robots et leurs sumos parce qu’ils sont bons dans ces domaines. Les Français font de grands vins et sont reconnus pour cela, ainsi que pour leur cuisine. Wall Street et les banquiers privés nous volent notre argent et détruisent consciemment l’économie en spéculant sur sa démise et ils sont reconnus comme étant excellent dans ce domaine. Les compagnies de mercenaires privés et de l’armement se spécialisent dans la destruction, la mort et la reconstruction et c’est ce qu’ils font, parce qu’ils excellent dans cette branche. Les pétrolières comme BP sont en train de devenir très reconnues pour polluer la planète entière avec leur déversement record de pétrole dans l’océan, comme nous en sommes témoins présentement, dans le Golfe du Mexique, avec leur « Tchernobyl pétrolier » catastrophique.

Nous, au Canada et au Québec, nous sommes très bons dans la production de cirque économique élitiste protégé par un appareil d’État policier répressif. Nous sommes en passe d’être reconnus pour nos mesures d’État policier, anti-démocratiques et liberticides. Pour le prouver encore une fois, le Canada est sur le point de recevoir le G8 suivi immédiatement par le G20 et les mesures de sécurité seront sans précédent. Parce que nous, la sécurité et les procédés répressifs, c’est notre force et nous en sommes fiers. La preuve? Regardez notre impressionnant curriculum vitae:

Québec, avril 2001: Sommet sur la Zone de libre échange des Amériques (ZLEA)

Alors que les pouvoirs financiers et corporatifs poussent les politiciens à s’entendre sur un accord de libre échange des Amériques, la population est tenue à l’écart des discussions et des prises de décisions ayant des répercussions sur leur vie quotidienne par un mur de plusieurs dizaines de kilomètres entourant la vieille ville de Québec. Responsables de défendre ce « mur de la honte » et les chefs d’état reclus et déconnecté de la ville entière, se trouvent des milliers de policiers et militaires mobilisés pour l’occasion. Environ 6 000 policiers étaient prévus, en plus d’unités de l’armée stationnées non loin de là. Le mur de la honte, érigé avec des blocs en béton et de grillage par le gouvernement fédéral, renforçait l’impression de militarisation. Les magasins ont aussi reçu l’ordre de placarder leur vitrine. Scène de guerre opposant le peuple aux autorités qui décident de leur futur à huis clos.

Ottawa, juin 2006: Sommet des Bilderberg

On les nomme le groupe Bilderberg et ils n’aiment pas discuter en public. Ceux qui suivent le groupe Bilderberg diront qu’ils ont incité l’Europe à adopter une monnaie commune, qu’ils ont mis en place Bill Clinton après avoir accepté d’appuyer l’ALENA et qu’ils prennent des décisions influençant le déroulement des évènements mondiaux. Ces rencontres réunissent les plus puissants de cette planète et demandent une protection contre le peuple encore plus intime que les agents de police d’Ottawa. Même ces policiers en uniforme étaient tenus de présenter leurs cartes d’identité à la demi-douzaine d’hommes en noir travaillant pour une société de sécurité privée nommée Globe Risk. Nous n’avons pas eu droit à la cavalerie flamboyante, car il s’agissait de garder cette rencontre le plus inaperçue possible, bien que les médias traditionnels n’aient pas eu bien le choix d’en parler puisque l’existence du groupe des Bilderberg est de plus en plus connue du public. Mais il demeure que la sécurité à l’extérieur de l’Hôtel Brookstreet a été beaucoup plus serrée que sur la colline du Parlement.

Montebello, août 2007: Réunion du Partenariat sur Sécurité et la Prospérité (PSP)

L’aboutissement de la ZLEA est le PSP, qui est une initiative des grands industriels et multinationales du Canada, des États-Unis et du Mexique pour créer une zone de libre échange, d’harmonisation (à la baisse) des régulations et règlementation étatiques, commerciales, économiques et de la main d’oeuvre, création d’une zone commune frontalière, ainsi qu’une intégration militaire transcontinentale. Encore une fois, la population est gardée à l’écart des discussions que nos politiciens entreprennent avec le secteur privé et des agents étrangers (trahison?) par un appareil policier assez impressionnant. On pousse l’ignominie encore plus loin en voulant démoniser et discréditer les manifestants pacifiques en envoyant des policiers en agents provocateurs parmi la foule dans le but de faire de la casse devant les caméras des médias. Seul pépin pour eux, trois « manifestants » ont été mis à découvert et l’incident a été entièrement filmé et posté sur YouTube avant d’être repris par les médias traditionnels. La vidéo montre trois hommes masqués, dont l’un était armé d’une grosse roche, confrontant les manifestants pacifiques. Après que les hommes soient passés la ligne de police, puis ensuite immobilisés à terre, menottés et emmenés par les policiers, des photographies révéleront que leurs bottes correspondaient à celles des agents de police. Bien qu’ils aient d’abord nié que les individus en question étaient des agents provocateurs, la Sûreté du Québec a publié un communiqué de presse le 23 août en admettant que les trois manifestants étaient en fait des agents de la police en déguisement.

________________________________________________

Ce qui se passe réellement dans les coulisses pourrait avoir été révélé par le professeur Carroll Quigley, le mentor de Bill Clinton à l’Université de Georgetown. Un initié entretenus par les banquiers internationaux, M. Quigley a écrit dans La tragédie et l’espoir (Tragedy and Hope), en 1966:

« Les pouvoirs du capitalisme financier ont un autre but de grande envergure, qui n’est rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier entre des mains privées, capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son ensemble. Ce système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets conclus à de fréquentes réunions et conférences privées. » (Source)

________________________________________________

L’État policier canadien reçoit les sommets du G8 & G20

Puisque que le Canada est maintenant un expert en mesures de sécurité et d’État policier pour protéger la clique financière élitiste du reste de la population qui est affectée par leurs décisions prises derrière des portes closes, nous allons faire honneur à notre réputation. Le 26 et 27 juin prochain, nous serons les hôtes du sommet du G20, qui sera précédé par le sommet du G8, qui lui se tiendra le 25 et 26 juin 2010. Le sommet du G8 se tiendra à Huntsville, Ontario, alors que celui du G20 aura lieu au Metro Toronto Convention Centre à Toronto.

Les dirigeants mondiaux, ministres des finances, les gouverneurs de banques centrales, avec des milliers d’autres délégués assisteront à ces réunions secrètes. Et la cavalerie sera présente, en grand nombre. Il s’agira, en fait, du plus grand événement de l’histoire canadienne au niveau de la sécurité, surpassant de loin la sécurité présentée aux Jeux Olympiques de Vancouver. Le centre-ville de Toronto sera transformé en forteresse de sécurité avec des barrières, barricades, des points de contrôle et des fermetures de rues qui affecteront grandement les résidents locaux. Alors que les sommets G8/G20 attirera leur part des manifestants pacifiques, d’autres plus radicaux et de la frange peuvent essayer de capitaliser sur l’événement. Des agents provocateurs peuvent également être utilisés et leur comportement pourrait justifier une répression policière. Cela pourrait aussi être un moyen de diaboliser tous les manifestants, tout comme la tentative exposée de Montebello. Le sommet du G20 permettra d’approfondir les mesures d’État policier, ainsi que l’intégration progressive et constante de la police locale, provinciale, fédérale et de l’armée.

La sécurité qui sera déployée lors du prochain sommet du G20 sera la responsabilité du Groupe intégré de la sécurité (GIS): « La GRC a mis sur pied le Groupe intégré de la sécurité (GIS), qui est composé de membres de la GRC, de l’OPP (pour ce qui est du G8), des Forces canadiennes, du service de police de Toronto, du service de police régional de Peel, ainsi que d’autres experts en sécurité et en application de la loi qui auront pour mandat d’assurer la sécurité des personnes jouissant d’une protection internationale (PJPI), des personnes de marque (PDM) et des communautés ».

Ed Bolduc, un membre de l’équipe de planification du G20 et policier de la ville de Toronto a affirmé que « les Olympiques que vous avez vues récemment à Vancouver étaient en fait le plus grand déploiement de sécurité à prendre place au Canada. Le G20/G8 surpasse cela complètement ». Il poursuit en déclarant « qu’il y aura une massive – absolument massive – présence des policiers et de la sécurité sur le terrain comme vous ne l’avez jamais vu ». Il y aura une double clôture d’au moins trois mètres de haut, protégée par la GRC et la police. Le Globe and Mail rapportait qu’environ 10 000 policiers et 1000 gardes de sécurité seront déployés, avec un nombre non spécifié de soldats canadiens. Les dignitaires étrangers bénéficieront aussi de leurs propres éléments de sécurité. Les coûts associés à cette énorme cavalerie de la sécurité sont estimés à $179 millions de dollars par le gouvernement fédéral.

[Mises à jour: La sécurité va couter plus cher que prévu, une très légère et insignifiante augmentation de $654 MILLIONS, pour un nouveau total de $833 millions]

Les Forces canadiennes appuieront le Groupe de sécurité intégré (GSI) commandé par la GRC pour les prochains Sommets du G8 et du G20 qui auront lieu à Huntsville et à Toronto, Ontario en juin 2010. Elles fourniront l’appui avec « des ressources et des capacités militaires uniques fournies par l’armée, la marine et la force aérienne afin d’assurer la sécurité des participants aux Sommets et des Canadiens », nous dit-on sur leur site officiel.

Les tâches militaires associées aux Sommets comprennent la planification opérationnelle à grande échelle, la surveillance terrestre et aérienne, la sécurité sous-marine pour les lieux et certaines fonctions logistiques et de cérémonie. Le soutien comprend aussi d’obtenir de l’aide par le biais du partenariat continuel des FC dans le Commandement de la Défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD).

Le Commandement Canada est responsable des opérations de routine et de contingence des Forces canadiennes au Canada et en Amérique du Nord. Le Commandement coordonne aussi, au besoin, le soutien des FC aux autorités civiles canadiennes de maintien de l’ordre. Le soutien des FC aux Sommets du G-8 et du G-20 2010 sera conduit sous le commandement de la Force opérationnelle interarmées (Central) (FOI(C)), une des six forces opérationnelles régionales relevant du Commandement Canada. (http://www.canadacom.forces.gc.ca/daily/archive-summit-fra.asp)

On ne rit plus: « …le soutien des FC aux autorités civiles canadiennes de maintien de l’ordre« . Ainsi, les militaires pourront assister les forces policières dans leur rôle du maintien de l’ordre. Ce n’est pas l’idée qu’on se fait généralement du Canada.

La sécurité commencera à être implémentée deux semaines avant le début du G8/G20. Pour accéder à la zone de sécurité, les résidents devront s’enregistrer ou être accrédités. Des zones de « liberté d’expression » (free speech zones) seront mises en place pour les manifestants et la police de Toronto a annoncé qu’ils utiliseraient un ancien studio de production de films comme prison temporaire pour enfermer les protestants indisciplinés durant l’évènement.

Nous avons déjà pu avoir un avant-goût de ce qui s’en vient lors du sommet du G20 alors que deux exercices d’entrainement ont eu lieu à Toronto ces derniers jours. Le premier était une simulation de prise d’otage dans le coeur du centre-ville de Toronto, comprenant la Toronto Police Emergency Task Force et du personnel privé de sécurité, ayant pour but de tester leur habilité de travailler de concert.  C’est que durant le G8/G20, les forces de sécurité privées vont jouer un rôle important dans le contrôle des foules et mesures d’urgences. Ceci fait intégralement partie de l’intégration des forces de la sécurité publique et privée. Le deuxième exercice d’entrainement a impliqué deux hélicoptères militaires CH-146 Griffon volant autour du Metro Toronto Convention Centre et qui ont atterrit en face de la célèbre Tour du CN. Ces exercices ont pour but de tester les capacités des forces de sécurité, de coordonner les actions des différents intervenants publics et privés, mais visent aussi à acclimater la population à une augmentation de la présence policière et militaire.

Mais plus que tout, c’est les protestations et la menace du terrorisme qui sont le plus utilisées pour justifier ces immenses opérations de sécurité extrêmement couteuses pour protéger une bande clowns qui débarquent en ville pour faire leur cirque à huis clos, sans consulter la population. Les rôles des militaires et des policiers semblent être de plus en plus interchangeables, tout comme leurs tactiques et leur entrainement qui militarisent sans cesse. Tout cela commence à ressembler toujours plus à une approche agressive envers le contrôle du public et de la dissidence. Ces évènements deviennent des pratiques pour de nouvelles mesures d’État policier répressives et d’occupation de style militaire.

En juin prochain, se sera comme à la guerre à Toronto; une guerre opposant l’élite au peuple.


45 Commentaires

Classé dans Actualité, François Marginean

45 réponses à “Le cirque du G8/G20 sera en ville, avec toute la cavalerie

  1. Ils devraient se louer une île ….

  2. …ayant un gros volcan actif tout juste à côté…

  3. Denis G

    … et une marée noire tout autour…

  4. …infestée de requins affamés…

  5. Et une cane de petits pois à partager entre eux tous

  6. (…)
    Après avoir donc créé la panique par des pratiques injustes et scandaleuses que beaucoup dénonçaient bien avant que la crise se produise, les gouvernants de tous bords ont trouvé plus judicieux d’endetter les contribuables sur plusieurs générations que de punir les fautifs. Les banques, ainsi sauvées à peu de frais (pour elles), ont donc bien vite repris leurs petites habitudes, en prenant le soin de cacher au fond de leurs placards le reste de leurs actifs « pourris », c’est à dire en prêtant moins, car la réalité de leurs fonds propres doit être bien pire que ce qu’on imagine…

    Et pour cause, cela faisait déjà longtemps que la bourse montait, portée par le vent, et il fallait bien qu’un jour cela arrive. Mais pour éviter de montrer aux peuples l’immensité du vide séparant la réalité économique de l’illusion des marchés (qui doit correspondre à peu près à ce que les riches se mettent dans la poche), on a préféré temporiser.

    Mais les Etats, eux, qui ont soit-disant gagné de l’argent avec leurs prêts aux banques, se sont retrouvés avec les conséquences de l’assèchement du crédit, celui qui fait consommer, et donc produire. Un taux de chômage grimpant en flèche, et le risque pour eux de voir leur pouvoir remis en cause. Leurs déficits étant déjà abyssaux, ils ne peuvent plus se permettre d’emprunter à leur tour aux banques, car tous deux savent dans quelle situation l’un et l’autre se trouvent. La solution la plus simple donc, plutôt que de redemander aux banques une aide qu’elles ne peuvent pas leur offrir, consiste à demander (enfin à exiger plutôt) au peuple un nouveau sacrifice, celui de rogner sur ses salaires, ses aides sociales, sa retraite, sa santé…

    Pendant ce temps-là, les Etats-Unis, par l’intermédiaire du FMI, sera en mesure de prendre le contrôle effectif de la destinée des Etats entrés sous sa dépendance, en concurrence avec la Chine qui veut elle aussi sa part du gâteau. La situation paradoxale dans laquelle se trouve plongée la relation sino-américaine est digne d’un guerre froide économique, car le premier des deux qui lâchera l’autre fera plonger les deux géants. Ainsi, les américains vont tenter de se lier avec l’Europe, comme les Chinois le font avec l’Afrique.

    Le principe de cette alliance est l’achat implicite d’Etats qui, une fois au bord de la faillite, viendront quémander aux Etats-Unis leur aide, qu’ils leur accorderont sous conditions officielles, et officieuses : les officielles seront la nationalisation des banques pour remettre de l’ordre dans les comptes, la création d’une monnaie unique, et l’imposition de mesures drastiques pour le peuple, selon la loi du plus fort que le plus riche impose au plus pauvre. Cette sorte de tutelle économique donnera lieu à des partenariats bien spécifiques permettant aux Etats-Unis de peser dans la balance, et d’exiger de ses sbires à peu près n’importe quoi. Les officieuses, ce sont celles qui concerneront les alliances militaires, juste au cas où…

    Pris entre deux feux, nos dirigeants européens ne pourront que se soumettre, et faire payer aux peuples le prix de leur incurie. Pour rester en place, le plus haut possible dans la nouvelle hiérarchie ainsi dessinée (les derniers aidés seront les plus gros), ils seront donc contraints d’aller jusqu’au bout, et de faire respecter leurs engagements coûte que coûte. La régulation n’y changera rien, car tous les pouvoirs seront concentrés entre très peu de mains, encore moins de mains qu’auparavant. A quoi cela servirait-il ? la régulation, c’est la mort de l’équilibre instable qui soutient les deux géants que sont la Chine et les Etats-Unis.

    Alors, quand toutes les cartes seront distribuées d’un côté et de l’autre, il ne restera plus que deux solutions aux deux géants qui s’affrontent en se regardant grossir : la guerre, ou la mise en place d’un autre système que le capitalisme. Pour la guerre, on connaît bien ses vertus économiques, et il n’est pas besoin d’en dire beaucoup plus. Pour l’autre solution, c’est tout simplement la fin du capitalisme. La seule question véritable est de savoir si les Chinois s’allieront avec les Etats-Unis, ou leur feront d’abord la guerre.

    Mais il serait tout à fait envisageable pour les deux pays de se mettre d’accord pour se partager le monde en deux. Si pour le régime en place en Chine un monde sans capitalisme est rapidement adaptable, il est possible que pour les Etats-Unis et leurs alliés, cela soit plus difficile. Mais pour eux, le jeu en vaut la chandelle, et même si cette transformation doit se faire dans le sang, ils s’y résigneront sans doute : leur pouvoir est à ce prix.

    http://calebirri.unblog.fr/

  7. Absolument superbe!
    * Superbe parce que nous en sommes rendus à oublier année après année, fait après fait.
    * Qui protège-t-on ici? Et c’est le peuple d’un petit pays qui paye la note.
    * Quand militaires et policiers se voient confier des rôles semblables, ça nous ramène au « bon vieux » troisième Reich des années 30. Tout le monde était bon et servait la bonne cause.
    * Montée de l’organisation et peaufinage du systeme « blanc » contre le peuple « noir ». Nous en sommes rendus là. Aveuglés par ce grand tintamarre médiatique et d’orchestration. Fascination.
    * Carrol Kigley. ( Tragedy and Hope). Encore un exemple du « grand » oubli et du fait que « ça marche ». ( En passant, François, le lien ne fonctionne pas).
    Mais pour « eux », ça fonctionne. Et voici comment:

    « L’argument selon lequel deux partis opposés doivent représenter des idéaux et des programmes rivaux, l’un de droite et l’autre de gauche, est une idée ridicule, acceptable uniquement par les idéalistes et les universitaires. Les deux partis doivent au contraire être pratiquement identiques, afin que les élections, tout en laissant croire au peuple qu’il a évincé ses mauvais dirigeants, ne modifient en rien la politique du pays.

    Le parti au pouvoir devient au bout d’un certain temps corrompu, sclérosé. On le remplace à chaque échéance électorale par le parti rival, qui ne présente pas ces faiblesses, mais qui poursuit, avec une vigueur renouvelée, les mêmes politiques de base. » p, 1247 ,Tragedy and Hope: A History Of The World In Our Time.
    1966.
    “Il existe, et a existé depuis des générations, un réseau anglophile qui opère d’une certaine mesure, comme les communistes, selon l’image qu’en a l’extrême-droite. En fait, ce réseau, que l’on pourrait identifier comme Groupes de la Table Ronde, n’a pas d’aversions à coopérer avec les communistes ou tout autre groupe, et il le fait fréquemment. Je suis au courant des opérations de ce réseau parce que je l’ai étudié pendant vingt ans, et pendant deux ans, au début des années 1960, j’avais la permission d’examiner ses papiers et ses archives secrets. Je n’ai pas d’aversions vis-à-vis d’eux ou de la plupart de ses buts, pendant une grande partie de ma vie j’ai été proche de lui et de beaucoup de ses instruments. J’ai fait des objections, aussi bien dans le passé que récemment, à quelques unes de ses politiques, notamment à sa croyance que l’Angleterre est un pouvoir atlantique plutôt qu’européen et qu’elle doit être associée, voire fédérée aux États-Unis et qu’elle doit rester isolée de l’Europe, mais en générale, ma différence d’opinion la plus importante est qu’elle souhaite rester inconnue, alors que je crois que son rôle dans l’histoire est assez significatif pour mériter d’être connu.” (Tragedy and Hope, p.950)

    « on doit bien comprendre que le pouvoir que ces énergiques militants de gauche ont exercé n’a jamais été leur pouvoir ou un pouvoir communiste mais il était en fait le pouvoir de la coterie financière internationale. » (Tragedy and Hope, p.954)
    P.S.
    Pause Script’Homme:

    Ce livre a dû être écrit par un complotiste avant la lettre. S’il avait planté ça sur le net, je connais une bande de « blancs » crucifiés dans le conformisme qui s’en lècheraient les babines. _____________
    BP et sa tache d’huile…
    On nous sert encore les mêmes féculents de raisonnement qui nous font balonner:  » BP payera la note! »
    Ben! Oui… À qui BP vend-t-il sont « pousse-voiture »?
    Au peuple… Et qui payera la note? Pour exister, BP devra refiler la note à tout le monde.
    Quant aux conséquences écologiques, c’est monstrueux.
    Il n’y a pas d’argent pour boucher le trou des vies des citoyens vivant le long de ces côtes.
    Il n’y a pas d’argent et il n’y en aura jamais pour les désastres engendrés par la fièvre des money maker.

  8. Pingback: Le bénéfice de Monsieur G « LA VIDURE

  9. Sun Tzu

    Tout à fait d’accord avec le commentaire de Marc.

    Consultant mon historique de compte bancaire je constate plusieurs point infirmant totalement la thèse des vertus du marché .

    1/ Depuis l’apparition des cartes bancaires de nombreux employés de banque ont disparu, donc ma banque fait de sacrées économies .

    2/ Depuis que ma banque embauche moins de personnel je paye 300% de frais bancaires supplémentaires .

    3/ Aucune banque n’a baissé ses frais bancaires suite à l’apparition des cartes de payement, ce qui prouve que l’entente illicite est réelle . (sachant les économies que ces petites cartes offrent aux banques)

    Mieux encore, je suis obligé de payer l’utilisation de mes cartes là où je ne payais rien quand j’effectuais des opérations au guichet . (guichet couteux par l’utilisation d’employés)

    Depuis l’apparition des cartes les frais bancaires ont explosé, on m’oblige à prendre un forfait qui m’impose tout un tas de services payants qui me sont inutiles .

    Sommes-nous devenus crétins au point d’accepter de payer pour récupérer notre propre argent et de nous laisser imposer des services (et des frais) inutiles et injustifiés ?

    Ce n’est qu’un exemple de ce que nous retrouvons quasiment partout dans notre société.
    Les citoyens et les états sont devenus les esclaves des intérêts multinationaux privés .

  10. « Attempting to enter the U.S. at the Niagara Falls border, a canadian couple were asked where they were going, to which they responded the Niagara Falls shopping mall. When the immigration official bizarrely demanded to know what shops they were planning to visit, the situation quickly worsened.

    After daring to ask why they were being bombarded with such ridiculous questions, they were told to exit their car and are taken inside for further interrogation by another official. When the Canadian man rhetorically asks, “what are you gonna do, shoot me” the officials claim he is threatening them before he is arrested.

    Officials claim the man “assaulted” them because he backed away for a moment when being arrested. The officials claim that their victims are required to submit to whatever order they give no matter how ridiculous. »

    http://www.prisonplanet.com/couple-arrested-at-u-s-border-for-asking-questions.html

    L’espece de zombie qui sert de douanier clame qu’il arrête au moins trois « terroristes » par jour …. ( soupir)

  11. Pingback: Le cirque du G8/G20 sera à Toronto, avec toute la cavalerie

  12. @Marc

    Méchant cave.

    Un autre exemple de la militarisation de la mentalité des policiers et des officiers frontaliers.

    Une honte sans nom; des imbéciles à qui on donne de tels pouvoirs sur ses concitoyens revient à laisser la porte grande ouverte aux dérapes et catastrophes. Pensez seulement qu’au Polonais que la GRC a électrocuté à mort à l’aide de Tasers à l’aéroport de Vancouver.

    Dire qu’on les paie collectivement de nos poches pour assurer notre sécurité. Trouvez l’erreur…

    @Gaëtan

    Excellent commentaire! Il est clair que c’est nous qui finirons par payer la facture. On la paie déjà d’ailleurs. Suite à cette catastrophe (inutile) de BP et de Halliburton dans le Golfe du Mexique, les cours du pétrole ont déjà augmentés et BP encaisse un surplus de plusieurs millions quotidiennement. On pourrait quasiment dire que le déversement de pétrole historique de BP va leur être profitable!

    Bon, je m’en vais me saouler pour oublier ça.

    Ça va bien, ça va bien, ça va bien….

  13. @ Marc,
    J’en ai rencontré un « fou » comme ça…
    En traversant les « lignes » du côté d’Edmunston, j’ai eu le malheur de passer droit, la petite cabine étant à peine visible.
    15 pieds.
    Je me suis fait engueuler et questionner pendant 15 minutes par un ancien marine ou je ne sais quoi.
    * Êtes-vous déjà allé en prison?
    * Prenez-vous de la drogue? Des dizaines comme ça. Et répétées, mitraillées…
    Un beau ton militaire.
    Je n’y suis jamais retourné. J’ai viré sans entrer. Je voulais simplement faire visiter un peu ce coin que je visitais souvent, enfant.
    Quand j’ai expliqué la chose au douanier canadien, il a rit. Je suppose que l »Amaricain » avait une réputation déjà bien établie.
    Je commence à comprendre l’expression: « Demander asile aux U.S.A.  »
    P.S.: Le texte de PJCA vaut le détour. Les autruches américaines…
    Savoureux!

  14. @Tous: Ça va bien, ça va bien, ça va bien….

    Ça sent la dernière ligne droite selon ma perception , pas envie de jouer au prophéte catastrophiste, mais le systéme joue ses dernières cartes et en pleine vue de tous maintenant … soit on vire en systéme totalitaire avec contrôle, soit ça pête … y a trop de pressions sur trop de facettes en ce moment, je prédis un été chaud chaud …

  15. Alain B.

    Y a-t-il un Tom parmis vous ?

  16. Salut Alain,

    Comme ça vous avez trouvé cette vidéo vous aussi! N’est-ce pas assez hallucinant d’avoir un gouvernement qui vous menace directement exactement comme la mafia le fait, en disant à ces citoyens « Nous savons qui vous êtes », en montrant votre maison vue d’un satellite?!?!?!

    Que ça va biiiiiien, ça va, oui, ça va.

    Je retourne à ma brosse…

  17. Marc,

    Je pense aussi que nous soyons en fin de partie d’échec. Mais je ne pense pas que ça soit une raison pour baisser les bras, nous devons être debout jusqu’à la fin. Mieux vaut mourir debout qu’à genoux.

  18. Alain B.

    Bonjour François
    je ne sais pas si tu as pris connaissance de l’article du huffington post concernant goldman sach et la situation dans le golf du mexique,ça sent pas bon!

  19. Ça sent vraiment pas bon, Alain. Goldman Sachs est impliqué dans à peu près tous les plus grands scandales de ce siècle, et je pèse mes mots.

    Halliburton n’est pas une compagnie d’anges non plus, sans compter BP…

    Il est temps d’avoir des grands tribunaux et de faire justice, pour TOUS.

  20. @François Je pense aussi que nous soyons en fin de partie d’échec. Mais je ne pense pas que ça soit une raison pour baisser les bras
    Pas envie de baisser quoi que ce soit, vais plutôt planter un peu plus de légumes, rentrer un peu plus de bois et faire beaucoup plus de réserves pour cet hiver… pour une fois, depuis 10-12 ans que je lis le net, chuis à peu près sûr qu’on va assister à vraiment de quoi avant la fin de l’été ….

  21. Pingback: Le cirque du G8/G20 sera en ville, avec toute la cavalerie « LA VIDURE

  22. Sun Tzu

    @ François

    Dernier article parlant des Bilderberger :

    http://www.mecanopolis.org/?p=16847

    Rien de bien nouveau en somme mais en le lisant je me demande pourquoi nous continuons à « veau-ter » sachant que les décideurs ne sont pas ceux que nous avons élu …

    Nous venons de dépenser des centaines, même des milliers de milliards de dollars pour « sauver les banques », l’Europe vient d’un plan de sauvetage à 750 milliards d’euro pour continuer à les engraisser sur les comptes des contribuables .

    Pour le « petit peuple » les gouvernements Européens prévoient un plan d’austérité, les lendemains déchantent déjà sauf pour les banques.

    Pendant ce temps nous sécurisons gratuitement sur fonds publics les routes maritimes (Aden) …

    Ne sommes-nous pas en train d’assister à la passation de pouvoir historique entre secteur public et intérêts multinationaux privés ???

    Allons-nous encore continuer à jouer à « l’illusion démocratique » longtemps ???

  23. NAULLAY

    La Phase Chaos : les Elitistes cherchent des lieux sûrs pour planifier la suite de leur plan

    Le Plan du NWO nécessite de passer par la phase « Chaos généralisé », suite à l’effondrement complet du système Financier corrompu et l’absence volontaire des mesures de régulation pourtant promises au cours de divers G20 (celui de Londres, celui de Pittsburgh…).

    La Phase Chaos, est indispensable afin de pouvoir imposer ensuite, avec l’assentiment des populations en grande insécurité, la fameuse dictature mondiale, le Règne de la Bête, leur Nouvel Ordre Mondial. N’oublions pas que NOUS, le peuple, sommes beaucoup plus nombreux que ces êtres parasites…mais nous n’avons pas leur stratégie calculatrice, ni leur détermination dans le crime et c’est leur force. Ils nous craignent, et donc ils doivent nous tromper !

    Réunir donc les puissants de la planète pour qu’ils discutent sur l’avancée de leur plan de destruction de l’Humanité, nécessite un lieu sûr…et l’ironie de l’histoire veut que ce lieu sûr soit le Canada, un pays où il n’y a que très peu de violence et où la population est globalement très pacifique.

    Aux Etats-Unis, un nouveau G20 serait certainement très périlleux…

    Il importe que les populations opposantes ne se laissent pas envahir par la colère et la violence, faisant des émeutes, car ce serait le Jeu des Illuminatis (la phase Chaos). Ce sont les actions en Justice qu’il faut privilégier. Le « hic » c’est que la Justice est corrompue aussi…Et il est certain que des provocateurs seront soudoyés par la Police, et par les Elitistes, afin de discréditer les mouvements de protestation populaire.

    En Grèce, les 3 personnes qui sont mortes dans la banque incendiée me paraissent être des victimes de provocateurs ou d’incendiaires manipulés…

  24. @Marc, Sun Tzu et Naullay

    Un grand merci pour vos commentaires hyper pertinents.

    Vous êtes parmi les meilleurs et brillant commentateurs.

    Je suis tout pour la non-violence et la résistance tranquille, mais lourde, la désobéissance civile et les grèves générales. Nous sommes le pouvoir. L’élite ne peut avoir du succès que si nous ne faisons rien.

    Vous êtes les vrais lucides du Québec, et non les totons comme Bouchard et cie.

    Je suis fier d’être parmi vous.

  25. Les derniers détails:

    La sécurité va couter plus cher que prévu, une très légère et insignifiante augmentation de $654 MILLIONS, pour un nouveau total de $833 millions, soit pas loin d’un MILLIARD de DOLLARS, quoi. J’ai mis le texte à jour à ce sujet. Ainsi, selon les premières estimations, le sommet du G8/G20 était supposé de couter $179 millions, ce qui était déjà plus important que le record atteint lors des derniers Jeux Olympiques de Vancouver. Un milliards de dollars pour assurer la sécurité de clowns en cravate venant parader à Toronto, alors qu’on est en pleine crise économique, créé par la même clique de terroristes économiques qui contrôlent les caves qui vont se réunir lors du G8/G20 pour décider de notre futur sans nous consulter.

    Non, non, rien d’insultant là-dedans.

    Circulez, rien à voir ici.

    La po-po, la police de Toronto va utiliser cet argent, NOTRE ARGENT, pour garnir ses effectifs de canons à son (sound cannons), un dispositif acoustique de longue portée qui peut être utilisé contre les foules, c’est-à-dire nous, le Peuple.

    Alors, ce diner de cons va nous couter presqu’UN MILLIARD de dollars et nous devrons fermer notre gueule, sinon nous allons subir les nouvelles armes technologiques de contrôle des foules.

    J’ai comme un arrière-goût amer dans la bouche…

    J’imagine que comme pour Montebello, nous allons avoir droit aussi aux policiers de la SQ ou autre, infiltrés dans nos rangs et déguisés en anarchistes casseurs de vitrine pour démoniser les manifestants, la résistance et la dissidence devant les caméras des médias corporatifs.

    Je crois rêver…

    Toronto police get ‘sound cannons’ for G20 – Long-range acoustic devices can be used for crowd control

    Riotous protesters marching at the G20 summit next month may be greeted with ear-splitting “sound cannons,” the latest Toronto police tool for quelling unruly crowds.

    Pricey Police

    G8, G20 security costs approach $1B

    OTTAWA (AFP) – Canada has boosted its budget for security costs for upcoming G8 and G20 summits in and around Toronto next month, with some estimates approaching a billion dollars, officials said.

    The costs were original estimated at 179 million Canadian dollars, but an additional 654 million Canadian dollars was requested Tuesday, for a total of 833 million Canadian dollars (780 million US).

    The figures were outlined in a document presented to parliament. They include 321.5 million Canadian dollars for federal police, 262.6 million for the public safety department, 63.1 million for the military and 6.7 million for other agencies.

  26. Louise

    Non, François, tu ne rêves pas… parce qu’ils font tous partis de la « game »…

    Lorsque la majorité des gens se réveilleront pour comprendre la « game », nous pourrons passer à un autre rêve… 😉

    Louise

  27. Les mesures de guerre se prépare à Toronto avec la police qui elle se prépare à une guerre en milieu urbain, voir cette vidéo:

    Toronto police prepare for G20 urban warfare

    http://eclipptv.com/viewVideo.php?video_id=12070

  28. Pingback: L’Autre Monde : La revue de presse du 3 juin 2010 | La Nemesis du Nouvel Ordre Mondial

  29. Aimé Laliberté

    http://www.thestar.com/news/gta/article/820556–g8-g20-security-firm-not-licensed-to-work-in-ontario?bn=1

    G8/G20 security firm not licensed to work in Ontario

    June 08, 2010

    Jesse McLean

    The security firm awarded a government contract to provide private guards for the G8 and G20 summits is not licensed in Ontario.

    Contemporary Security Canada, a Vancouver-based company that did private security for the 2010 Winter Olympics, was hired by the RCMP to provide about 1,100 private guards for the Toronto and Huntsville summits.

    However, security firms and guards must be accredited, according to provincial law. The Ministry of Community Safety and Correctional Services says Contemporary Security Canada is currently not licensed to work in the province.

    “The clock is ticking down to the G20. For the aim of public safety, we’re moving forward with the process to have them licensed quickly with all the due diligence necessary,” said Laura Blondeau, spokeswoman for Minister Rick Bartolucci.

    Security industry members say licensing is a rigorous process that normally takes six to eight months.

    Blondeau said the Ministry became aware of the CSC’s contract no more than two weeks ago. Around that time, the firm was already advertising job openings for screeners.

    The decision, she admits, caught the ministry by surprise.

    “We said, ‘Wait just a minute. Any company looking to provide security in Ontario needs to be a licensed agency’,” she said.

    Guards will use magnetometers and hand-held metal detectors to screen people entering the security sites, CSC’s job posting said.

    The company was holding interviews at Humber College of Performing Arts last week.

    A company spokesperson was not immediately available for comment.

  30. Aimé Laliberté

    http://thestar.blogs.com/g20/2010/06/g20-protesters-say-they-wont-be-intimidated-by-police-tactics.html

    G20 protesters lash out at police ‘intimidation tactics’

    Activists planning to protest the G20 summit say they won’t be scared into silence by police tactics, which they say include intimidating and threatening visits by police to protesters’ homes and meetings.

    Aruna Boodram, a spokeswoman with the Toronto Community Mobilization Network, criticized the police for spending hundreds of millions of dollars on security, fences and “toys” to control and shut down protesters.

    “We have a right to live in a city that takes our concerns seriously, to live in a place where police and CSIS agents don’t try to intimidate us and our families,” she said on Tuesday morning, standing before the Metro Toronto Convention Centre.

    Upwards of 40 police officers stood nearby, keeping watch on the event.

    “We especially would like to welcome the huge number of cops that we have here on horses, on bikes, waiting in their trucks and vans, and showcasing their intimidation tactics for our community members gathered here today. Thanks for proving our point.”

    Greg Thomas, a community worker, warned that the summit will make residents “prisoners in our own city.”

    “We can’t go here, we can’t go there. We can’t say that, we can’t do that, we can’t look like that. We can’t go past King St., we can’t collect $200, we have to go to Philly to watch our baseball team,” he said.

    “This is Toronto, not Tiananmen Square.”

    Among the most worrisome tactics police have deployed are visits to protesters, homes and workplaces, activists said.

    Alex Hundert, a member of the community-based activist group AW@L, said CSIS officers visited his Bloor West home a few weeks ago to talk about Hundert’s intentions during the summit. After he declined to speak and closed the door, the officers lingered on his front step, he said.

    Meanwhile, three members of his group who are visible minorities were visited by police in a 24-hour period.

    “One (member) had his family’s immigration status threatened by Toronto police,” said Hundert, 30. “I think they’re trying to scare people. They’re trying to make people think it’s not safe to protest and that it’s better to keep quiet.”

    Earlier in June, Insp. George Cole, head of the summit’s Integrated Security Unit’s community relations group, told the Star that the ISU was trying to reach out to protesters in any way they can, “whether it’s by phone, by Internet, whatever contact we can.”

    “Our goal is to ensure a safe assembly of people and certainly they have the right to protest,” he said.

    Const. George Tucker, another officer with the community relations group, said most protesters approached by ISU officers have just been slamming the door on their faces. He suggested that perhaps reports are being exaggerated.

    “They don’t happen,” he said. “There is a little bit of, what’s the word called, subterfuge going on from those groups,” Tucker said. “The last (visit) was two female officers, just dressed like you are — so that’s intimidating (protesters claim).”

    Kevin Tilley of the Movement Defence Committee said there have been 28 incidents where activists have been approached by police since Feb. 21.

    On Tuesday, Toronto police Insp. Howie Page of 52 Division was on scene and dismissed the claim that police were present at the event to intimidate protesters.

    “Our job is for security measures, there’s no intimidation factor. There’s not a plan for intimidation,” he said.

    The G20 summit runs June 26-27.

  31. Aimé Laliberté

    http://www.thestar.com/news/ontario/article/820390–from-fountains-to-gardens-to-buried-hydrants-it-s-a-new-world-in-the-near-north

    From fountains to gardens to buried hydrants, it’s a new world in the near north

    June 08, 2010

    Rob Ferguson

    Port Severn kids are getting a new G8 playground.
    ROB FERGUSON/TORONTO STAR

    PARRY SOUND — On the shores of Georgian Bay, an hour west of the big world leaders’ summit in Huntsville, the downtown sidewalks and fountain built with federal G8 funding are finished.

    Well, almost.

    Construction crews didn’t raise a fire hydrant when they raised the level of a main downtown street and sidewalk so that motorists would no longer pull up and get out to the annoying, and costly, sound of car doors smacking the curb.

    But the bright yellow hydrant sticks only about a foot out of the ground. A little low.

    “It’s gonna be hard to find that in the winter,” quips one man, noting the hometown of retired NHL star Bobby Orr gets lots of snow.

    Just around the corner, a fountain in front of the library still needs electricity and water hook-ups. Then it’s a go, too.

    “There’s so much that hasn’t been finished,” said Melissa Thomson, a local French teacher and owner of Bearly Used Books. She supports the improvements the town is getting although it’s unlikely any world leaders will get here during the brief Huntsville G8 summit.

    “We hope to see some overflow. We hope people will avoid all of the issues over in Huntsville and come here instead.”

    That hope is for the rest of the summer and years beyond.

    On a day when a $1.9 million “fake lake” in the G20 media centre in Toronto had opposition MPs and taxpayers crying foul, a quick spin north of the city revealed that almost everything north of Barrie was getting an upgrade — or so it seemed — for a summit that will last a matter of hours.

    New sidewalks, trees, gazebos, paved roads, fresh coats of paint, gardens and all manner of buffing and polishing, all compliments of federal largesse, much of it for tiny towns well off the beaten track.

    Federal government signs trumpet the investments everywhere. Opposition parties in Ottawa are compiling a daily total, pegging the federal spending at $46 million for Huntsville and environs in preparation for the one-day G8 meeting June 25.

    Street upgrades in Parry Sound, including the sidewalk and freshly planted trees, add up to $1.1 million. The “park enhancements,” including the fountain, ring up another $194,000.

    Some $745,000 has been earmarked for the communities of Rosseau, Humphrey and Orrville.

    The main event is in Huntsville, where the giant host Deerhurst resort is being surrounded by more protester-proof fencing daily, but the cash is being spread around.

    “It’s still a waste of money, but it’s nice to have,” said a woman named Mary Lou, who declined to give her last name, puffing on a cigarette outside a bar in Parry Sound. She’s carefully avoided a muddy puddle where concrete is yet to be poured for a sidewalk.

    “The town needs it.”

    Five hours away in Ottawa, the Liberals have been hammering away at the Conservative Parry Sound-Muskoka MP and Industry Minister Tony Clement, saying the money is pure political pork barreling from North Bay to Port Severn.

    “It’s not just security costs that are out of control,” Liberal MP Siobhan Coady (St. John’s South-Mount Pearl) sounded off at Clement in the House of Commons last Friday.

    “(Taxpayers paid) $1.1 million for a sidewalk that is 84 kilometres from the summit site. Canadians deserve better than having their money spent to buy his re-election.”

    Clements’ response to the Liberals?

    “They are speaking from both sides of their mouth,” he retorted, noting the former Liberal government spent $300,000 fixing up the Bluenose and more money on infrastructure, signs and a new community centre for Halifax when that city hosted a similar G7 meeting in 1995.

    “When we host summits, we try to capitalize on touristic and economic benefits associated with hosting summits,” Clement added.

    They’re scratching their heads about that in tiny Orrville, about 20 minutes inland from Parry Sound on Highway 518, a thin two-lane track that winds east toward Kearney, a hamlet about 20 minutes north of Huntsville.

    In other words, U.S. President Barack Obama is highly unlikely to stop by for a burger. And even if he were so inclined, Orrville’s Roadhouse resaturant across from the new park closed last fall.

    “It’s just in the boonies,” notes motorcyclist Glen Bolder, from nearby Rosseau.

    Nestled between farmland and cottages on nearby Maple Lake, Orrville got a park with picnic tables, a gazebo and garden along with some sidewalks that still aren’t finished, making for dusty picnics for hungry travellers who happen to stop by.

    “I’m assuming most of the people here think it’s a waste of money and they’d rather see a skating rink for the kids in the winter,” said Joanne, who lives across the street but wouldn’t give her last name.

    She does, however, see a silver lining.

    “We’re getting ready to sell this place,” she said, gesturing to her house beside the idle restaurant.

    “It was just an empty field before,” she added, pointing at the park.

    Much more on the beaten track is Rosseau, a 45-minute drive from Huntsville.

    G8 money got the town — frequented by nearby cottagers Goldie Hawn and Martin Short — new sidewalks, trees and a lighthouse carved from a big tree stump.

    “It would be nice if one world leader stopped by,” said Cheryl Fright, who owns the popular Rosseau General Store with her husband, Brian.

    “We got quite a bit done,” he added, letting loose the big local G8 rumour — that the Russian delegation will be housed down the road in Minett at the posh Red Leaves resort owned by Marriott.

    It’s a shaky, bouncy and twisty ride down County Road 632 from Rosseau to Minett — enough to shake the front licence plate loose from a Star reporter’s Acura TSX (thanks to the folks at Huntsville Honda for reattaching it, free).

    But once in Minett, the last 400 metres of road into Red Leaves is smooooooth as a baby’s bottom, caressed by forest on one side with verdant golf course vistas on the other, sand traps shimmering in the early evening sunshine.

    Yes, there was G8 money for that road. It says so on a sign at the corner. The Russians are coming.

  32. Aimé Laliberté

    http://www.thestar.com/news/gta/torontog20summit/article/820274–g20-leaders-get-their-soccer-game-on

    G20 leaders get their (soccer) game on

    June 07, 2010

    Tanya Talaga

    The Queen & Beaver seems a natural for G20 soccer watchers.
    VINCE TALOTTA/TORONTO STAR

    It’s all very hush-hush, but the British government has its agents prowling the city on an all-important G20 mission. They are searching for a suitable pub where their delegates can watch England play in the World Cup.

    Perhaps the most delicate diplomatic issue for those inside the Summit Management Office (SMO) in Toronto is trying to figure out how to tune in leaders and their aides to the World Cup games live from South Africa.

    The task is proving to be vexing.

    “The SMO has assured us the delegates and all the media will be able to watch the games as they happen,” said Catrin Stibbe, press secretary for the German consulate.

    German Chancellor Angela Merkel, for one, is a big fan of the beautiful game.

    “She is known to have an interest in the matches . . . . It is not only a concern with us and our delegations but other delegations have raised this point and they’d like to be able to see it,” said Stibbe.

    As the G20 leaders descend on Toronto later this month, many teams — the Australians, Americans, British and the Germans — could be advancing closer to the finals. Key matches will be played as the summit begins on June 26.

    Fourteen of 24 nations invited to the G20 are participating in the most popular sporting event on earth. Because of time-zone differences, the games will be broadcast in the morning in Toronto.

    “Hopefully, in the delegation room we’ll have live satellite TV . . . and we can inform the president once in a while if South Africa is playing,” said Anesh Maistry, deputy head of mission for the South African High Commission.

    Summit organizers are “very conscious of the importance” of the World Cup, according to Béatrice Fénelon, a spokesperson for the office. “There will be regular updates of the results available during the summits so that the leaders, delegates and media will be able to follow the games on a daily basis.”

    South African President Jacob Zuma will be absent during one of the largest parties ever to be held in his country. Instead, he’ll be stuck inside the Metro Toronto Convention Centre with Prime Minister Stephen Harper and other global leaders as the games are being watched by over 1 billion people around the .

    For the 60-person South African delegation, it’s hard not to be at home during this time, said Maistry.

    “It is a very difficult time for us because South Africa is in party mode,” he said. “Every person back home, friends, family, even my mom, is talking about the World Cup. It is one big party.”

    Even Zuma’s flight time to Toronto hinges on his World Cup commitments. “He’ll arrive but he’ll go back straight to South Africa because he has to be there for the quarter-finals and the semi-finals,” Maistry said.

    The French, who lost in the 2006 final to Italy, will be working instead of worrying about the games, according to Nathan Skolski, press attaché with the Ambassade de France au Canada.

    “The French delegation in Toronto will be quite busy working on the G20 summit and there will be nothing planned for the World Cup,” he said in an email.

    The Brits, who take their football seriously, are looking at booking room at Toronto pubs, especially for the English media, but they “haven’t locked that down yet,” said Courtney Battistone, head of media and public affairs at the U.K. High Commission in Ottawa. “We anticipate England will advance.”

    And if Torontonians leave the city as the G20 hoards descend, that could mean more room at the local bar. “Hopefully, with all Torontonians fleeing we’ll have lots of rooms at the pubs,” said Battistone. “Where there is a will there is a way.”

    If the German team advances, they could play the U.S. or England, two other G20 attendees. “If Germany qualifies we’ll play either the Saturday or Sunday and two strong opponents could be England or the U.S.A.,” said Stibbe. “Every German will want to see that game that is for sure.”

    It is unclear whether the leaders will be carrying cellphones, BlackBerrys or iPhones during the meetings so they can get the scores from their aides.

    “It is going to be an interesting time. I don’t know what they are going to do for the leaders,” said Maistry.

  33. Aimé Laliberté

    http://www.thestar.com/news/gta/torontog20summit/article/820303

    G20 to affect transit, schools, hospitals

    June 07, 2010

    To help with advance preparations for the June 26-27 G20 summit, here are some known closings, cancellations and disruptions.

    Transit

    Union Station sits next to the fenced security zone, but GO Transit and the TTC say they’re expecting to maintain normal operations inside the station. The Front St. entrances will be closed beginning the evening of Friday, June 25. Commuters will be directed to the Bay St. and York St. doors.

    Various downtown bus and streetcar routes will be affected by street closings or protests, including: 503 Kingston Rd., 97 and 320 Yonge St., 72A Pape and 6 Bay. The Queens Quay streetcar station will be closed.

    VIA Rail is moving its trains through its Oakville, Oshawa and Brampton stations rather than Union from June 24 to 27. Shuttles will run to Yorkdale and Scarborough Town Centre.

    Public schools

    The Toronto District School Board will inform parents of its G20 plans next week, which are especially relevant to the dozen or so schools downtown.

    There’s no plan yet to cancel school on the Friday, but Beverley School may have to close given that its students have physical or mental disabilities. “There are medically fragile kids, and we wouldn’t want them on a bus and then delayed for any reason,” said Chris Broadbent, the board’s manager of health and safety.

    Both the public and Catholic boards have asked schools to reschedule downtown proms.

    Post-secondary schools

    The University of Toronto is locking its downtown campus from 6 p.m. Wednesday, June 23, until Monday morning. Residences will reopen Sunday evening. The university is asking employees to stay home unless they must tend to fragile research projects.

    OCAD will close campus buildings Thursday, June 24, and Friday, June 25, because of their proximity to the U.S. consulate and 52 Division police station.

    George Brown College is urging students and families to take public transit to graduation ceremonies at Roy Thomson Hall from Tuesday, June 22, to Thursday, June 24.

    Hospitals and health centres

    Mount Sinai, the Hospital for Sick Children, Toronto General and Princess Margaret plan to operate normally. Staff and patients have been told to allow extra travel time.

    Scheduled care, such as chemotherapy or radiation therapy, will go forward, but efforts have been made not to schedule some non-urgent checkups on the Friday.

    The Toronto Central Local Health Integration Network is coordinating the G20 plan for the city’s hospitals and other health care institutions and agencies. A real-time website will help communication during the summit, providing information on six key areas, such as if there’s an increase in emergency room visits due to protests.

    A system-wide emergency preparedness simulation will take place next week.

  34. Aimé Laliberté

    http://www.thestar.com/printarticle/820342

    Travers: $1 billion summit buys Stephen Harper political protection

    June 08, 2010

    James Travers

    Canadians are right to be furious about the $1.9 million faux Muskoka Stephen Harper is building for this month’s summits. But the real horror isn’t the phony downtown Toronto lake, the $400,000 Ottawa is spending to restore a vintage steamboat or the $200,000 “welcome stone;” it’s the flaccid final communiqué leaked weeks before leaders arrive.

    Wimpish doesn’t quite capture the essence of the draft statement Conservatives are celebrating as a victory for the Prime Minister. Caution and compromise course through a document that protects the host’s political sensitivities by pulling punches on global problems.

    Yes, Harper’s campaign against an international bank tax is succeeding and the communiqué skirts specific mention of access to safe abortions as part of an otherwise commendable commitment to improving the maternal health of the world’s most vulnerable woman. Pleasing to Bay Street bankers and the core Conservative constituency, the tortured wording is worrying for its twinned failures to address far more threatening financial dangers or find the moral strength to confront a reality that every year kills 70,000 mothers worldwide.

    Never more than a worthy diversion, Harper’s determined opposition to taxing risky transactions kept the conversation from straying to Canada’s who-cares climate change response. But without support from China, the bank tax was never a starter and always a minor concern compared to sovereign debt and serial liquidity crises.

    Sherpas and sous-sherpas, the sturdy bureaucrats who schlep from capital to capital between summits managed to bridge the environmental gap with the mushy caveat that tackling climate change shouldn’t bring down economies. They achieved roughly the same equivocal result on abortion by only nodding to the urgent need to reinforce family planning.

    Embarrassing the host is always rude. Still, problem solving is the sole remaining justification for summits that have lost their intimacy and gained the let-them-eat-cake extravagance that in other times and places sent citizens streaming to barricades oddly reminiscent of those rising this week on Toronto streets.

    What’s painfully obvious to most Canadians — if not to everyone in the country’s chattering class — is that doing as little as possible makes nonsense of the summits’ already skewed value-for-money equation. Even if talking his international peers to a standstill is good politics for the Prime Minister — and that’s debatable — it’s unquestionably a rotten deal for taxpayers.

    It’s not just the Potemkin Muskoka built for the world media; it’s that visiting reporters won’t experience, and perhaps promote, the real thing. It’s not just that rebuilding a steamer is a summit head-scratcher; it’s that the boat won’t float until long after leaders leave. It’s not just that $200,000 is a lot for a rock; it’s that the lump of granite is kilometres away from the Huntsville resort where the G8 is to meet.

    Canada’s summits are not alone in suffering from soaring costs and pedestrian results. Global governance is stumbling through a transition made even more difficult by financial meltdowns and amorphous security threats that are hard to identify and expensive to counter.

    Conditions as extreme as the global community now faces demand a response more sophisticated than a boondoggle rooted in pork-barrel politics and the astonishing loss of parsimony that Harper, as part of the Reform movement, once proselytized. Instead, the Prime Minister is delivering excess at a time when deficits require restraint and a vacuous final communiqué just when the elixir of confidence-inspiring leadership is needed.

    Waste and sloth are now the looming result of summits that should be championing prudence and courage.

  35. Pingback: Le règne des désaxés, des dérangés et des déviants « Les 7 du Québec

  36. Pingback: Le règne des désaxés, des dérangés et des déviants

  37. Pingback: Le règne des désaxés, des dérangés et des déviants « MecanoBlog

  38. Aimé Laliberté

    Bonjour à tous,

    Voici un article du Toronto Star d’aujourd’hui qui démontre les nombreux cas d’arrestation sans aucun fondement survenu lors du G-20 de Toronto.

    Je vais me contenter de citer la conclusion de l’auteur :

    ‘In effect, what occurred at the G20 was a massive and quite possibly illegal array of pre-emptive arrests. People were picked up and charged not because they were doing anything wrong — not even because they were about to do anything wrong.

    Rather they were arrested and charged because those in charge of the police found civil liberties inconvenient. Their thinking: If everyone who might conceivably cause trouble is put in jail, there can be no trouble.

    It is the totalitarian’s recipe for public order. Very China. Very Zimbabwe. Not very Canada.”

    Ça fait pas mal Chine (communiste) et Zimbabwe, et pas tellement Canada.

    Voilà ou nous en sommes, tendant lentement vers le modèle de la Chine communiste et du Zimbabwe.

    Ça va être beau tout à l’heure…

    http://www.thestar.com/news/gta/torontog20summit/article/851906–walkom-the-g20-protests-and-judicial-farce?bn=1

  39. Ce qui s’est passé lors du G20 est une véritable honte, mais ils voulaient créer un précédent, intimider le Peuple.

    Personne ne semble réagir, mais ils ont donné le rôle à l’Armée canadienne de maintenir l’ordre public. L’armée. Les militaires dans le rôle du maintient de l’ordre public. Je répète: les soldats, les militaires ont été impliqués dans le maintient de l’ordre public.

    Ciboire, me semble que cela aurait dû créer un vaste arrêt du coeur à tous les Canadiens. Depuis quand l’Armée canadienne est-elle impliquée dans le rôle de la police au Canada? Sommes-nous devenus un État totalitaire sans être consultés?

    Merci Aimé pour ce rappel.

  40. Denis G

    Ce qui s’est passé au G8/G20 est la démontration claire et nette que le gouvernement mondial est en place. Point.

    J’ai été autant atterré que vous l’êtes présentement, croyez moi. La majorité des escarmouches ont été provoquées par des agents en civil (dans certains cas, après le décompte, il ne restait qu’une douzaine de vrais manifestants noyés dans une centaine d’agents).

    Il n’y a plus de prévention à faire. La jeunesse occidentale est en majorité déconnectée de la Cité (au sens d’organisation sociale), préoccupée par leur bien-être personnel. Je les comprend, il ne s’agit pas pour eux de se faire une place, mais de survivre dans ce monde Orwellien.

    Pour les vieux comme moi, il n’y a que dans la résistance où je puis trouver un semblant de réconfort moral. Et bien sûr, en lisant quelques articles tels que les vôtres me démontrant que nous ne sommes pas seuls dans ce combat.

    Les escouades de trolls (proffessionels) se font sentir partout sur les médias sociaux, mêlées à travers les petits égos qui ont besoin d’attention. Il est bien difficile de les départager.
    L’objectif étant de tout discréditer par l’anarchie des commentaires et des hors sujets.
    Une pinsée de poudre religieuse dans un article sur le désastre du Golf du Mexique, une autre de communiste sur l’affaire H1N1, une autre libertarienne sur la crise financière, une pinsée de soucoupiste sur le WTC, de conspirationisme sur les objectifs de la guerre; et voilà une soupe qui fini par écoeurer celui qui s’informe et qui n’a pas l’expérience pour en identifier les ingrédients.

    Le NOM a les moyens d’être partout. Et il l’est.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s