CHAREST DÉGAGE !

RADIO-CANADA  AU SECOURS DU GOUVERNEMENT

Vendredi dernier le 25 mai, Radio-Canada, la docile télévision d’État, au service de la kleptocratie dirigeante nous présentait une réflexion étonnante. Deux heures de télé à jouer les intrigués  – à questionner – pour mieux faire gober son élixir empoisonné. La  résistance étudiante contre la hausse des droits de scolarité et la crise sociale qu’elle a provoquée ont-elles pour origine : a)  Un clash des générations ? b) Une séparation fédéraliste-souverainiste ? c) Une segmentation Montréal-régions ? e) Une dichotomie étudiants gâtés – payeurs de taxes excédés ? e) Une scission entre la gauche idéaliste et la droite pragmatique ?

Tout observateur averti aura noté que la Télé-Can du premier Ministre Harper évite soigneusement de voir l’opposition entre les capitalistes, les boursicoteurs, les requins de la finance, enfin, entre la minorité des riches et la majorité de la population, les ouvriers, les étudiants, les employés, les chômeurs et les petit-bourgeois paupérisés. Un clash entre le peuple taxé, dépossédé, désœuvré, trompé et méprisé d’une part, et, de l’autre, les politiciens gérants d’estrade pour le compte du grand capital milliardaire spoliateur et exploiteur. Tenez loin des yeux des animateurs télé ces classes sociales qu’ils ne sauraient accréditer.

Il faut dire que la mission de Radio-Can est différente de celle du réseau TVA – propriété du milliardaire Péladeau beaucoup plus «populo». La tâche du réseau d’État n’a jamais été d’informer politiquement ou d’éclairer les mystères réels ou inventés. La mission de Radio-Can a toujours été de faire déblatérer des intellectuels patentés – de notoriété réelle ou usurpée – pour le bénéfice d’autres intellectuels arrivistes ou naïfs, afin de les embrouiller sous un maelstrom de mots alambiqués, puis de lancer ces mystifiés parmi leur segment de classe pour propager les dernières inanités de l’intelligentsia sanctionnée. Le quotidien Le Devoir et la grosse Presse du  milliardaire Desmarais jouent un rôle analogue dans le domaine de l’imprimé, alors que les journaux à Péladeau s’adressent à ce que les intellectuels appellent « monsieur et madame-tout-le-monde ».

L’émission spéciale de vendredi dernier a démontré l’art consommé de Radio-Can pour transformer une vraie question en tergiversations oiseuses et en discussions de salon entre de gentils interlocuteurs et des nervis journalistiques dont l’apothéose les transporta de félicité, à la toute fin de ce spectacle télévisé, lors d’une poignée de main qualifiée d’« historique » par la dame Dussault tout agitée (1).

COMPENDIUM DE LA MYSTIFICATION TÉLÉVISÉE

Décortiquons cette démonstration de collusion entre le pouvoir politique et le pouvoir médiatique des riches afin d’en découvrir les manipulations. Premier constat accablant : les seuls acteurs qui n’ont pas eu droit de parole pendant ces deux heures d’abjection sont les étudiants blessés, poivrés, arrêtés sur les lignes de piquetage attaquées; non plus que les manifestants matraqués, estropiés, les jeunes travailleurs non diplômés, mis sous contravention, expulsés ou chassés des universités par la hausse des droits de scolarité et la crise économique qui les frappe, eux et leur famille paupérisée.

Dès le début du spectacle télévisé, le commentateur glissa l’air de ne pas s’y intéresser : « L’histoire du mouvement étudiant québécois est jalonnée de nombreuses grèves et boycotts » – un fait avéré et lourd de sens – que Radio-Can ne pouvait passer sous silence. La tâche du journaliste consiste ici à ne pas en indiquer la conséquence et surtout à ne rien dire de la différence entre les grèves précédentes et la présente.

La conséquence de ces luttes de résistance successives, c’est que les droits de scolarité universitaires sont moins élevés au Québec que partout ailleurs où les étudiants se sont moins mobilisés pour faire reculer leurs gouvernements. Le 22 mai dernier, dans les rues de New-York, lors d’une manifestation d’appui à la résistance étudiante québécoise, de jeunes manifestants américains expliquaient que s’ils paient si cher et s’endettent tellement : « c’est que notre résistance a été éradiquée-écrasée sous les matraques des policiers » (2). Seriez-vous étonné si je vous révélais que le Président étatsunien – le premier noir à occuper le siège éjectable de la Maison Blanche – dans sa dernière allocution sur l’État de l’Union, a donné pour mission à l’armée américaine de soutenir les autorités civiles à l’intérieur des États-Unis pour réprimer toute velléité d’opposition aux politiques du gouvernement ? Radio-Can n’a jamais rapporté cette déclaration inédite d’Obama; il faut pourtant remonter à la Crise de 1929 et à la guerre de Sécession (1861) pour retrouver l’énoncé d’une telle mission intérieure pour l’armée d’agression extérieure.

Les étudiants-manifestants de New-York concluaient comme leurs camarades de Toronto et de Taipeh (Taïwan) que ce ne sont pas les étudiants québécois qui doivent rejoindre leur niveau d’endettement mais plutôt l’inverse :  les étudiants étatsuniens, canadiens et taiwanais devraient lutter davantage, affronter la police fasciste afin de réduire les droits universitaires et gagner l’accès aux études supérieures pour le plus grand nombre. Ici, dégonflons une baudruche propagée par les ignares de la télé d’État. Le système universitaire américain n’est pas performant et il est de moins en moins prestigieux. Ces journalistes ont lu un roman il y a vingt ans et ils croient que la réalité n’a pas changé. Aux États-Unis il y a d’un côté un système réduit d’universités élitistes très dispendieuses, réservées aux fils de riches. De l’autre côté un immense réseau universitaire couteux – inefficace – de mauvaise qualité – certifiant des étudiants chômeurs diplômés, endettés. Le système d’études supérieures américain ressemble à ce que l’on retrouve dans les pays du tiers-monde et il craque de toute part, menaçant d’imploser. Un étudiant soulignait que la bulle de la dette étudiante américaine de mille milliards de dollars pourrait être la source du prochain crash boursier quand des milliers d’étudiants déclareront faillite et répudieront chacun leur dette personnelle (3).

ROZON LA SUBVENTION S’AMÈNE RELAYER MARTINEAU LE BOBO

Au début de l’émission, monsieur subvention-Rozon, parasitant depuis toujours les charités de l’État, s’amène au front reconnaissant de tout cet argent dilapidé au cours de toutes ces années. Rozon connait les mœurs du sérail qui stipule qu’on lèche amicalement la main qui vous  nourrit somptueusement. Pathétique, cette levée d’étriers de l’homme-prostitué le plus grassement subventionné de la cité, donnant des leçons de parcimonie aux étudiants payés au salaire minimum – car il faut se rappeler que 80% des étudiants-étudiantes universitaires travaillent et la majorité à temps plein.

C’est là une différence importante qu’un journaliste-analyste qui aurait souhaité renseigner aurait dû signaler. Aujourd’hui, contrairement aux temps passés (1960-2000), un étudiant universitaire passe plus de temps au travail qu’à l’université, il vit en couple et sa compagne travaille également. Voilà pourquoi ce sixième ‘round’ de résistance étudiante est aussi farouche  – militant – déterminé. Les troupes étudiantes sont en fait des partisans ouvriers-étudiants qui luttent  pour leur survie et qui ont décidé de refuser qu’on leur transfère sur le dos le fardeau de l’insidieuse crise économique récurrente (la faillite grecque n’étant que l’exemple le plus récent). Les jeunes militants-étudiants savent que l’une après l’autre les économies des pays capitalistes occidentaux passeront à la casserole.

Foin du conflit de génération, de la dualité Montréal-régions et de la querelle des anciens  de la Trudeaumanie, du Renérendum et de la séparation! Les jeunes et les moins jeunes du Québec, du Canada et du monde entier (Printemps arabe et crise européenne inclus) savent bien qu’ils vivent dans un monde globalisé – interdépendant – qui se dirige inexorablement vers une nouvelle catastrophe économique, financière et militaire.

SONDAGE BIDON

La mise en scène médiatique de Radio-Can visait d’autres objectifs que leur sondeur patenté (CROP, un habitué des sondages truqués) a découverts à travers son questionnaire : a) Les leaders étudiants sont discrédités, révèle le sondage manipulé.      b) Le gouvernement a déjà fait de lourdes concessions. c) Le gouvernement déficitaire  pourra-t-il faire davantage de concessions aux étudiants (4) ? C’est la façon que CROP et Radio-Can ont trouvé pour contribuer à la liquidation du mouvement étudiant et apporter leur soutien au gouvernement chambranlant. Reprenons chacune des constatations que le sondage falsifié CROP-Radio-Can prétend dévoiler :

A)    Il est dorénavant admis que les bureaucrates syndicaux classiques sont de plus en plus discrédités, ce qui est un acquis de cette lutte populaire où les représentants étudiants se sont mués en PORTE-PAROLE parfois rabroués par leurs assemblées générales – du nouveau pour les fiers-à bras-de la FTQ qui se demandent encore comment faire descendre le chat du poteau où ils seraient perchés  – c’est-à-dire démobiliser les milliers d’étudiants ouvriers engagés.  Ce ne sont pas les «chefs» syndicaux étudiants qui décident mais les militants qui tiennent les lignes de piquetage et se font matraquer, du nouveau dans le syndicalisme québécois. Radio-Can voulait rappeler aux porte-parole étudiants que pour mériter leur notoriété ils avaient le devoir de mener leurs commettants par le bout du nez  jusqu’à l’enclos où le gouvernement les attend.

B)    Le gouvernement est celui qui a lancé l’attaque contre les étudiants en haussant les droits de scolarité. Le gouvernement n’a fait aucune concession jusqu’à présent puisqu’il a refusé de négocier le gel des droits de scolarité. Il a même eu l’outrecuidance de les augmenter à 1778 $ au cours même du conflit. Et les porte- parole étudiants sont étonnés du rejet de cette insulte à leur combat !?…

C)    Le troisième « média-mensonge » colporté par CROP-Radio-Can via ce sondage trafiqué a trait à l’incapacité de payer du gouvernement. Le gouvernement a accordé 3,6 milliards de cadeaux fiscaux l’an passé, et il a aboli la taxe sur le capital financier qui lui fait perdre des centaines de millions en revenus fiscaux – de quoi payer largement la scolarité de tous. La vérité c’est que le gouvernement des capitalistes n’a pas d’argent pour le peuple, il en a seulement pour les puissants toujours plus gourmands (6).

PRÉPARER LA NÉGOCIATION – CAPITULATION

La dernière mission de cette émission spéciale de Radio-Can était de désamorcer la crise en préparant la négociation que les riches voudraient une capitulation de la part des étudiants. Malheureusement, les leaders étudiants timorés n’ont pas dénoncé ce sondage manipulé, ce qui dénote leur état d’esprit défaitiste alors que la crise s’approfondit et s’élargit et que leur cause triomphe face à ce gouvernement décadent.

Ce ne sont pas d’anonymes répondants à un sondage contrefait qui font la grève et se font matraquer, arrêter, trainer devant les tribunaux, battre, mettre à l’amende et incarcérer.  Ceux qui mènent la lutte devant les CEGEPS et les facultés universitaires ont-ils confiance dans leurs représentants ? Si oui, tout va bien ! Si non, qu’ils les congédient.

Les rues du Québec sont-elles occupées par des milliers et des milliers de manifestants venus supporter le gouvernement Charest ? Non nullement ! Les milliers et les milliers prennent la rue malgré l’illégalité, les tribunaux et les policiers pour défier l’inique loi 78. Chaque soir ils encouragent les étudiants et dénoncent le gouvernement, l’État-major des riches coincé dans son Parlement, voilà le seul sondage qui importe.

CLASH SOCIAL – CHAREST DÉGAGE

Le clash social oppose des milliers d’étudiants et des millions de gens désemparés, écœurés, cyniques qui font le compte de toutes les malversations qu’on étale sans vergogne sous leurs yeux hébétés. Prévarications de ceux qui prétendent gouverner dans  l’intégrité et défendre les intérêts de la collectivité. La grève étudiante a fait tomber les masques, comme à chaque lutte farouche d’un segment du peuple contre ceux qui ont perdu toute légitimité.

Dans les conditions sociales, économiques, morales, actuelles, les riches et les ploutocrates manigancent pour sauver leurs investissements, leur capital, leurs profits et  ils exigent de leurs hommes de main dans les gouvernements qu’ils les servent docilement  en se compromettant ouvertement. Ces derniers – politiciens futés – ne peuvent éviter de s’enfarger et d’exposer leur duplicité pendant ces transferts de fonds et la tonte organisée de larges secteurs de la population. Les médias à la solde ont beau hurler leur loyauté, intensifier leur propagande pour que le peuple accepte qu’on lui rejette le fardeau de la crise sur le dos; pourtant l’exemple de la résistance étudiante l’emporte sur la peur et la résignation, alors que le consensus populaire se forge autour de la résistance, ce que Radio-Can et les chiens de garde du système annoncent comme une polarisation et la rupture du consensus social. C’est faux.  Un nouveau consensus voit le jour autour des partisans, des étudiants, des écologistes, des paupérisés, des indignés, des révoltés âgés ou éphèbes et des ouvriers qui un jour, j’ose espérer, prendront fièrement leur place devant la marche des insurgés.

(1)    http://www.radio-canada.ca/politique/

(2)   Manifestation des étudiants de New-York. http://www.youtube.com/watch?v=y60Rccx3iTs&feature=player_embedded

(3)   http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/350033/endettement-etudiant-une-bombe-a-retardement-aux-etats-unis

(4)   La «boulechite» des sondages http://www.vigile.net/La-boulechite-CROP-Lessard-La et les autres http://www.lapresse.ca/debats/le-cercle-la-presse/actualites/201205/21/48-358-la-surinterpretation-des-sondages-dopinion.php et à nouveau sur les sondages à Péladeau-Desmarais  http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31047

(5)   Route 167, Mine de diamant +/- 300 millions $ pour une route qui mènera à une mine de diamant au nord de Chibougamau. Le gouvernement assumera la majeure partie de la facture en investissant pas moins de 287,6 millions $ dans le projet, soit 8 millions de plus que ce qui était inscrit dans le document présentant les investissements en infrastructures dans le cadre du Plan Nord. Un gisement dont la valeur pourrait dépasser les 5 Milliards $ (aucune transformation au Québec). Selon les prévisions budgétaires, la construction de cette route de 243 kilomètres coûtera 331,6 millions $, soit 1,4 million du kilomètre.

Allègements fiscaux aux entreprises. En 2011, le gouvernement libéral accorde 3,6 milliards $ d’allègements fiscaux aux entreprises. Cet argent n’est pas réinvesti en production, en emploi ou en R&D par les entrepreneurs. Dans les faits, l’argent est investi dans des produits financiers qui rapportent 15% d’intérêt. Quel entrepreneur intelligent irait s’empoisonner la vie à développer son entreprise quand il peut faire 15% sans même lever le petit doigt ? Et comme par hasard le déficit du Québec s’élève à 3,8 milliards $ pour 2011. Alors aujourd’hui on coupe partout pour réduire le déficit. Les générations suivantes se retrouveront finalement à payer le capital d’investissement des entreprises québécoises. http://ageuqtr.org/sites/default/files/Appuis%20aux%20Étudiants.pdf

36 Commentaires

Classé dans Non classé

36 réponses à “CHAREST DÉGAGE !

  1. Ouf! Rafraîchissant de lire un compte rendu de la réalité. Merci M. Robert Bibeau. J’ai visionné cette émission « spéciale » dont vous parlez et j’ai « gueulé » durant toute l’émission.

    Ce que je remarque de ce conflit étudiant, c’est que le gouvernement a réussi à salir l’image de Gabriel Nadeau-Dubois et de son organisation, la CLASSÉ, aux yeux de la population. C’est le seul « succès » à leur tableau pour l’instant. Par contre, personne ne s’étonne que 30% des autres associations étudiantes tentent de se désaffilier pour rejoindre les rangs de la CLASSÉ, réputée plus « rigide », plus « rebelle » etc. On en fait très peu mention.

    On prend énormément soin, également, de ne pas relever la structure démocratique de la CLASSÉ qui est une démocratie directe. On s’efforce d’en souligner le manque d’efficacité, sinon le manque de « démocratie ». Cependant, il fut impossible que certains commentateurs fassent l’erreur de mentionner que « la population veut dorénavant participer aux prises de décisions ». Ceux qui l’ont mentionné ne réapparaissent plus lors d’interviews.

    Ce conflit étudiant est « couvert » de façon complètement ridicule par tous les médias; mais parfois, certaines opinions des manifestants, données en direct, découvre parfois, la raison réelle du « raz-le-bol » des citoyens.

    Ajoutons que personne ds médias ne relève la statistique prouvée que pour un manifestant dans la rue, il y a 10 citoyens, d’accord avec lui, assis dans son salon. Cela nous indique l’opinion actuelle de la population.

    Merci pour cet article

    André Lefebvre

  2. Alors là, dans le mille. L’intox soporifique fait exactement cela: noyer le poisson en barboteuse en servant ouvertement la soupe au système qui l’engendre. Mais, votre voix en témoigne, hyper-informés, irradiés, comme immunisés et/ou insensibilisés, les citoyens sont bien moins dupes. Une analyse comme la vôtre devient de plus en plus le lot intellectuel, spontané, naturel, de millions de gens, devant leur poste. Le cynisme insensible se répand et, avec lui, en lui, grimpe la conscience et la résistance. Il faut continuer de le dire et de le redire. Nous ne marchons plus dans la propagande inane de ce temps.

  3. Bonjour je suis avec vous Monsieur Bibeau et avec vous Monsieur Lefevre j’ai vu l’émission et j’ai répondu à chaque intervenant, comme si ils étaient dans mon salon; je suis en colère. Il faut que les étudiants tiennent le coup! ils doivent continuer, et s’associer aux autres étudiants des autres pays afin d’en faire un mouvement mondial sans précédent… car ce qu’il se vit aujourd’hui dans le monde est épouvantable… bientôt, nous ne serons plus que des marionnettes dont on tirera les ficelles ..on ne pourra quand même pas mettre tout le monde en prison? les étudiants monsieur Bibeau devraient être supportés par des gens comme vous… et vous le faites très bien.. je partage le plus possible vos écrits.. je voudrais de tout cœur voir le peuple du Québec debout enfin.. merci pour votre analyse.

  4. Antomarchi Anne

    Je collabore aussi à un site WordPress.com ici
    Haïti, un pays volé en cachette: http://blogues.guidesulysse.com/Le-monde-est-un-livre/index.php/category/caraibes/haiti/

  5. Pingback: Blog do Vavá da Luz

  6. Elyan

    Les étudiants semblaient confiants une fois encore, même s’il faut se méfier du dicton: jamais 2 sans 3. Mais le tout Québec veille sur eux maintenant et le tout Québec semble vouloir veiller sur le Québec. Et c’est pas fini…. ce n’est qu’un début…

    Le Québec est informé maintenant des allègements fiscaux de l’ordre de 3.6 milliards:… ainsi que des subventions à l’investissement, à la formation, à la recherche, à la construction, à l’embauche… faites à partir de paliers multiples et d’organismes tous plus opaques les uns que les autres pour que nous puissions perdre le décompte final des largesses qui sont faites à ces entreprises et possiblement à d’autres dont nous ignorons même l’existence.

    Nos ressources peuvent effectivement compenser nos besoins, ceux de l’éducation et bien d’autres ainsi que les déficits accumulés au fil des ans. Il faut cependant voir quelle serait l’aberration, dans l’état actuel des ententes négociées à la va-comme-je-te-pousse pour le Plan Nord, de faire l’erreur d’entrer de plein pied dans ce piège tendu pour nous déposséder sous prétexte de demander qu’on rectifie à la baisse le tort qui nous est causé en tentant de négocier un moindre tort. Ce serait reconnaître que nous sommes consentants. C’est presque du burlesque là. Pincez-moi quelqu’un. Tout ceci nous appartient, nous n’avons pas à nous le renégocier à la baisse, ni à payer pour nous faire voler.

    Nous n’avons pas à parlementer plus qu’ils ne l’ont fait eux-mêmes en prenant l’immunité et en nous laissant les dettes.

    Dans un autre ordre d’idées (quoique): Les policiers de la Ville de Montréal se seraient vus confier une enquête…suspecte (on parle de membres humains ayant transités par la poste …infraction fédérale… dont un envoyé aux bureaux du parti politique du premier ministre du pays situé dans une autre province et déjà, avant d’avoir complété des tests d’ADN, le corps de police municipal de Montréal est en mesure d’affirmer aux médias que les morceaux postés appartiennent au corps retrouvé sans tête et qu’il serait sur le point d’élucider l’enquête). Les médias vantent la rapidité de l’enquête…les analyses d’ADN seront connues mais apparemment non nécessaires… et Ottawa serait préoccupé… La GRC est muette, à moins qu’on ait oublié de la prévenir. Ferait-on des pieds et des mains pour justifier Ottawa d’intervenir…en cas de menace? Un policier du SPVM a déclaré: (asseyons-nous ça va donner un grand coup: ce serait soit l’oeuvre de quelqu’un qui aurait des revendications, soit l’oeuvre d’un déséquilibré).

    J’aurais pourtant cru que l’un n’allait pas sans l’autre. Bref ajustons-nous sans nous formaliser trop à ces insultes à notre intelligence.

    S.O.S. On nous mène en bateau. Il ne serait pas surprenant d’apprendre qu’il n’y a aucun capitaine à bord.

  7. Le pied a été envoyé au parti Conservateur et la main au parti Libéral; mais selon la police de Montréal, cela n’aurait aucun lien avec ceux qui ont reçu les « colis ». Drôle de déduction; vous ne trouvez pas?.

    André Lefebvre

  8. Patrice Léonard

    84 manifestants ont été arrêtés mardi à Québec. Les manifestants ont marché de l’Assemblée nationale jusqu’au bureau du ministère de l’Éducation là où il y a lieu, les négociations entrent les associations étudiantes et le gouvernement. Une centaine de personnes ont alors manifesté pacifiquement devant l’édifice à Québec. Sans avertissement, les policiers ont décidé d’arrêter les gens qui manifestaient, malgré le fait que les forces policières n’ont reçu aucun projectile. Léo Bureau-Blouin a tenté d’intervenir en essayant d’empêcher la police de faire des arrestations massives, mais les policiers ont quand même procédé à l’arrestation de tout le monde. M.Bureau-Blouin a affirmé que cela pouvait nuire aux négociations avec le gouvernement. Les manifestants ont été arrêter en vertu du code la sécurité routière. Pourquoi la police a attendu de procéder aux arrestations devant l’édifice où se déroulent les négociations? Je trouve antidémocratiques les actions posées par le Service de police de la ville de Québec en empêchant les gens de manifester librement. La loi 78 est une loi anticonstitutionnelle et contestable sur le plan juridique. On écrase la population qui exprime leur désaccord avec le gouvernement Charest. Le Québec est un peuple opprimé.

  9. Les Indignés du Québec vous invite à signer la pétition pour lui faire retirer la Légion d’honneur : http://lesindignesduquebec.wordpress.com/2012/05/23/420/

  10. Pingback: CANADA-Québec: CHAREST DEGAGE ! c- | Roger Romain de Courcelles

  11. Un détail à ne pas oublier. Lorsque les manifestants sont arrivés sur les lieux de négociations, ils ont manifesté environ 10 minutes et sont repartis vers l’assemblée Nationale. Mais ils sont rapidement revenus pour s’abriter de la pluie qui s’est mis à tomber. C’est ce qu’un journaliste a affirmé. Il est également possible que déjà, à ce moment-là, les manifestants se sont découvert encerclés et ont dû revenir. Ce point n’a pas été élucidé.

    André Lefebvre

  12. Elyan

    On doit craindre celui qui n’a plus d’issue.

    Le Québec s’est donné un rendez-vous légitime:
    http://www.facebook.com/events/228211827281364/?ref=

  13. A. L.

    Suis-je le seul à trouver que le tout dernier personnage Anoni-mous a la même chevelure que Justin Trudeau?

    C’est quand même bizarre que la même journée que le vidéo de Sagard est diffusée, on a droit à un crime barbare, avec vidéo en ligne et qui implique non pas un, mais les 2 grands partis, ainsi que Montréal et Ottawa.

    Tout ça dans la même journée. Quelle drôle de coincidence.

    Je persiste à croire que le Québec est victime d’une opération déstabilisation politique qui, ultimement, a pour but de restreindre nos droits et libertés, de faciliter l’intégration du Canada et des É-U, et d’obtenir les ressources du Québec et du Canada à vil prix.

    Il semble évident que le gouvernement Charest ne veut tout simplement pas régler le conflit étudiant. Ce n’est pas Charest qui mène, comme le démontre la vidéo de Sagaard. Tous les partis politiques couchent ensemble, comme le démontre cette vidéo. Le paradigme gauche – droite, libéraux – conservateurs est manifestement une illusion.

    Ils sont tous dans la même gang, c’est évident.

  14. A. L.

    À quelques reprises, j’ai entendu la sinistre Courchesne dire que les universités devaient être de ‘calibre international’.

    Mon intuition me dit que cette expression signifie plus qu’on croit. Même que je parierais que ça réfère à un système international en vertu duquel le Québec doit dépenser pour se maintenir dans le peloton… probablement une autre patente à gosse sur laquelle on n’aura aucun contrôle et qui va couter une beurrée.

    J’ai regardé la conférence de presse suite à la rupture des négociations. C’est comme un mauvais film, avec John James et sa sinistre qui parlent de ‘menaces’ de la partie adverse. Les libéros n’ont aucun honneur. Ça n »a aucun bon sens. Honnêtement. Étaler sur la place publique des négociations qui sont supposées être privées. Pour moi, ça viole toutes les règles d’éthique. Pourquoi pas une diffusion en diret et en public des négociations pour qu’on voit et entende exactement ce qui se dit.

    Ben non. Au lieu de ça, faisons une conférence de presse et racontons des histoires à dormir debout pour justifier notre plus entière mauvaise foi.

    Et les jeunes, là-dedans. La sinistre parle d’équité. Elle est bonne. Faut que ça soit pareil pour tout le monde.

    Ben oui, Mme la sinistre. Ça doit être pour ça que votre loi 78 suspend toutes les causes d’injonction, sauf la demande d’outrage contre Nadeau-Dubois.

    Les libéros (ça rime avec zéro) n’ont jamais voulu régler cette crise, au contraire. J’ai vu une vidéo l’autre jour dans laquelle Line Beauchamp disait que le gouvernement savait que les étudiants s’objecteraient à la hausse, juste en se basant sur les contestations étudiantes dans le passé’ce qui me semble aussi évident. Donc… c’était prévisible et voulu par le gouvernement, cette crise.

    Pour moi, c’est une commande venue d’ailleurs, cette hausse de droits de scolarité. Ce n’est pas Charest qui voulait ça au départ. Ça fait partie d’un plan beaucoup plus vaste que ça. C’est un moyen pour atteindre un autre objectif. Je ne sais pas exactement c’est quoi, mais les choses ne sont jamais telles qu’elles le semblent avec les globalistes… et cette affaire sent le globalisme à plein nez.

  15. A. L.

    Les libéraux parlent d’équité, c’est quasiment du délire, quand on pense que des entreprises comme Rio Tanto et avant ça Alcan jouissent de tarifs préférentiels d’H-Q, qu’on vend l’électricité à rabais aux É-U. Aussi, j’ai vu un article cette semaine qui expliquait que les Québecois payent environ 20 milliards de plus annuellement que les Ontariens en taxes et impôts.

    À ce prix là, il est normal que les gens s’attendent à des services de qualité, sans devoir payer une autre fois quand on veut les utiliser.Sinon, ou va l’argent des taxes et des impôts?C’est vraiment ça la question, si on veut jaser équité sociale. Un gros show de boucane dans un palais de miroirs, tant qu’à moi. Mais il faut faire très attention. Les dirigeants se croient au-dessus de tout, et ils utlisent les médias pour fabriquer la réalité qu’ils désirent.

  16. Richard Sauvé

    Où va l’argent des taxes et des impôts ?

    Aimé, tu connais la réponse. Au même endroit où se déroulait les dernières négociations entre les étudiants et le gouvernement.

    Peu importe les actions entreprises pour infléchir le gouvernement, rien n’y fera. Il faudrait que la majorité de la population descende dans la rue mais le peuple est polarisé sur les questions qui le concerne. Plus de la moitié a peur.

    La solution est individuelle. Un jour au l’autre, certaines personnes vont le réaliser. Pendant ce temps, l’évolution est en marche et personne, je dis bien personne ne pourra s’y opposer.

  17. Richard Sauvé

    Il semble bien que la suspension des négociations avec les étudiants semble être le prélude à tous les autres évènements qui seront planifiés dans les prochaines semaines, et je dis bien planifiés. Rien n’arrive par hasard en politique. J’espère juste que les étudiants et autres manifestants n’auront pas recours à la violence et la casse car ils vont se prendre la répression policière. D’ailleurs, le gouvernement parie là-dessus, cela fait partie de sa stratégie de ce gouvernement. Cela n’augure rien de bon pour la suite. Je réitère donc un appel au calme à tous.

  18. L’appel à l’impasse des négociations était prévisible hier matin à l’Assemblée Nationale, lors de la période de question. La réponse de M. Charest à Pauline Marois était exactement la même que tous ce qu’il disait il y a trois semaines. Il n’y avait rien de nouveau dans son esprit. Il était évident que, la veille, Mme Courchesne avait atteint le point que lui-même visait depuis le tout début: déclarer « l’impasse » sur le dos des étudiants.

    À son arrivée à la table de négociation, la ministre de l’éducation, très bien éduquée mais hypocrite comme pas une, a décrété l’impasse immédiatement;
    mais les étudiants ne voulaient pas capituler. Elle a donc continué son « niaisage » jusqu’à 16hre et a ensuite planté sur place les négociateurs étudiants.

    C’était également à prévoir, simplement parce qu’on était un jeudi et que le vendredi, il n’y a pas de période de question; donc pas de « face à face » avec l’opposition avant lundi prochain. Quatre jours pour parfaire l’image d’un gouvernement responsable suite à un acte de vilenie immonde.

    En fait, Charest a parfaitement raison; son gouvernement est très responsable; responsable de ce qu’il adviendra au cours de l’été. Je n’ai jamais connu un gouvernement aussi vil dans l’histoire du Québec. Un gouvernement qui risque, sans aucune décence, la paix sociale de la Province pour redorer son image politique. C’est une première dans notre histoire provinciale.

    Lors de son point de presse, on voyait les étudiants être attentif pour pouvoir comprendre la décision illogique du gouvernement. Ils l’ont trouver hilarant lorsqu’il a parlé du « bon père de famille »; hilarant à cause de l’idiotie de la remarque; mais leurs physionomie s’est transformée lorsqu’ensuite, ils ont finalement découvert dans quel égout ils avaient dû descendre pour aller « négocier » avec ces rats, lorsque la ministre et son « premier » ont parlé des « menaces » faites envers le Grand Prix de Montréal. Ils n’en croyaient pas leurs oreilles.

    Je n’ose pas tenter de deviner ce qui adviendra à cette engeance de palourdes gluantes qui dirige actuellement notre province.

    André Lefebvre

  19. Patrice Léonard

    Jean Charest fait du conflit étudiant une histoire de principe. Selon Gabriel Nadeau Dubois, le gouvernement pourrait annuler la hausse des frais de scolarité, mais Jean Charest et la ministre de l’Éducation Michelle Courchesne ne veulent pas reculer sur la hausse pour une question d’image et de leadership. Après 4 jours de négociation entre le gouvernement et les associations étudiantes, les négociations sont dans une impasse. Après avoir laissé pourrir le conflit pendant 15 semaines, il devient difficile de réconcilier les parties. Comme les sessions à l’université et au cégep sont suspendues, la pression vient surtout du milieu économique. Le gouvernement a fait seulement deux propositions durant les quatre jours de négos avec les associations étudiantes. Une réduction de 35$ sur la hausse des frais de scolarité et la seconde consiste à diminuer la hausse de 1782$ à 1625$ sur sept ans. Deux propositions qui ont été rejetées par les associations étudiantes. Devant l’impasse la population est divisée entre la gauche et la droite. La possibilité d’envisager une élection pour régler le conflit étudiant semble improbable d’après Jean Charest. Le gouvernement constate l’impasse, un important fossé qui divise le gouvernement et les associations étudiantes. Les étudiants ont demandé aussi l’abolition du programme; d’épargne étude, ce qui a été refusé comme le gel des frais de scolarité. Même si les négociations sont suspendues, Jean Charest souhaite une accalmie dans les prochaines semaines. Avec les festivals qui s’en viennent, je pense que ça va être mouvementé. Le gouvernement Charest laisse trainer le conflit étudiant malgré tout les risques que ça implique.

  20. A. L.

    Voil’article dont je parlais qui a été publié dans l’actualité. Voici le résumé ;

    ‘Les contribuables du Québec ont payé 68 milliards de dollars en impôts et taxes à l’État québécois et aux municipalités en 2009. S’ils leur avaient versé le même pourcentage de leur richesse collective que les autres Canadiens, le total n’aurait été que de 45 milliards. Comment expliquer que les Québécois aient payé 23 milliards de plus (6 600 dollars par famille) ?’

    Les étudiants ont raison. Les Québécois payent déjà trop comme c’est là, et on doit savoir comment sont utilisés les fonds déjà versés au gouvernement.

    Assez, c’est assez.

    http://www.lactualite.com/economie/le-quebec-vit-il-aux-crochets-du-canada

  21. A. L.

    Je ne sais pas combien d’entre vous ont vu cette compilation, plutôt exhaustive, de Geneviève l’Obtineuse, intitulé :

    L’indignation en chiffres et en aberrations – Plus de 70 aberrations,
    scandales, tromperies et mensonges (des Libéraux de Jean Charest)

    C’est ahurissant! Tout le monde devrait prendre quelques minutes pour lire ce sombre bilan.

    http://www.liberaux.net/

  22. Monsieur A.L. 1 juin 2012 à 12 :10 , votre lien au numéro 74 est le »TOP » , Levinoff-Colbex , a suspendu ses activités , poudre aux yeux , c’est de la frime , car ils sont à la solde de Sun Vallée et au-dessus d’eux Cargill en droite ligne.

    Jean Charest et Yvon Vallière l’ont vendu le Québec , pis pas à peu près. On parle des Cola à 74 , Hi, Hi, Hi , sacrament c’est des Cash-cher…….

    Salut Ti-Jean et Yvon ,
    Bonne fin d’après-midi ,
    Jean-Marie De Serre.

  23. Richard Sauvé

    Il aurait été facile pour le gouvernement de régler le conflit avec les étudiants. Les montants d’argent nécessaires ne représentent que 1/10 de 1% du budget total du gouvernement.

    Non, le gouvernement a autre chose en tête. Sa stratégie semble être de créer une diversion en faisant des droits de scolarité des étudiants l’objet de la prochaine élection de façon à éclipser le principal enjeu, le Plan Nord et les contrats secrets avec les multinationales.

    Il mise donc sur le chaos social et la violence des manifestations voire des émeutes cet été pour détourner l’attention de la population de ce principal enjeu. Par la même occasion, on pourrait voir la Commission Charbonneau reportée ou arrêtée en raison d’évènements sérieux et de l’instabilité politique de l’état québécois ainsi créés.

    La crise étudiante n’aura été qu’un prétexte pour le gouvernement qui a su la planifier, l’exploiter et la mener de mains de maître depuis le tout début. On n’a qu’à penser à la démission de Mme Beauchamp entre autres. Quel beau coup de théâtre ! Les merdias comme à leur habitude n’ont été que l’écho du gouvernement. Et si tout ce que je viens d’écrire n’était pas de la fiction mais que c’était bien la réalité qui est en train de se déployer devant nous. La venue d’une crise financière sans précédent cet automne est un autre facteur à considérer qui pourrait venir à point nommé pour les libéraux.

    On ne peut s’imaginer qu’un gouvernement dit démocratique pourrait s’abaisser à pareil niveau, mais la gangrène de la corruption est devenue tellement visible et virulente que maintenant elle se propage à vitesse grand V affectant les gouvernements du monde occidental. Eh oui, c’est finalement notre tour ! Qui aurait dit !

  24. A. L.

    Rien ne pourra nous arrêter!

  25. Monsieur Robert Bibeau , faut surtout pas que Jean Charest dégage trop vite , il n’y en a plus de Libéraux au Fédéral et bientôt il n’y aura plus de conservateur et ne croyez surtout pas que le NPD , va améliorer les choses. Il en sera de même au Québec

    Les choses vont s’améliorer quand ceux qui dirigent , vont respecter le  »CITOYEN » , dans les Gouvernement Municipaux en premier. Ne tentez même pas de changer quoi que ce ce soit au niveau Gouvernemental avant.

    Ils savent que cela va se faire , et je peux vous dire la date , si on me dis pour les élections à date fixe , la démocratie c’est sale au Québec , cela fait que si t’as menti le Gouvernement , le prochain , ne raconte pas de Ble , Bla , Blo ,Blu , Bli, , Kiss que j’aime cela Jean Charest et Yvon Vallière…….
    Le Grand Nord ne vous honore pas dutout. === Vous avez fait 3 Kiboutz dans mon coin du Québec , qui décrissent le rang en plus de le beurrer , c’est quoi je fais avec cela ? Si je pouvais prendre le courrier devant chez-moi comme j’ai le droit , je m’en contrecrisserait que les GLOS PLODUCTEURS de TINGWICK , beurrent l’asphalte , mais là depuis 2009, je suis obligé de prendre le courrier à 11 kilomètres , on m’a donné un choix mais c’était trop dangereux pour moi d’aller le prendre là…….. Je crois que je peux revenir contre la Municipalité et de son incompétence à l’endroit d’une haie qui pose problème. === Est-ce que quelqu’un peut me dire comment je peux exiger pour les frais que cela m’a entrainé et m’entraine encore ?
    Jean-Marie De Serre.

  26. A. L.

    Europe – Amérique : Même combat!

  27. Pingback: Les Voix du PANDA » Blog Archive » LE NATIONALISME A-T-IL UN AVENIR INTERNATIONAL ?

  28. Pingback: LE NATIONALISME A-T-IL UN AVENIR INTERNATIONAL ? | Les 7 du Québec

  29. Pingback: Le nationalisme a-t-il un avenir international? - Politicoglobe | Politicoglobe

  30. Pingback: Le Blog de Cherif Abdedaïm LE NATIONALISME A-T-IL UN AVENIR INTERNATIONAL ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s